Augmenter et maintenir le taux de MO dans le sol

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Matière organique


Pour augmenter et maintenir la quantité de matière organique (MO), il faut maximiser les entrées de MO et minimiser les sorties, ou du moins les garder stables.

Alors qu'il est impossible de cesser les récoltes pour augmenter le taux de MO, plusieurs solutions peuvent permettre de la préserver.


Points de vigilance pour garder un taux de MO stable

  • Maintien d'un couvert végétal (quasi-) permanent : il constitue une protection structurelle et lumineuse pour les horizons de surface ainsi qu'une future source de matière organique potentielle.


  • Attention au phénomène de "Faim d'azote" : souvent une conséquence d'apport de matière organique trop fraîche ou trop lignifiée, car pour pouvoir dégrader ces composants dont le rapport C/N est élevé, les microorganismes du sol ont besoin de mobiliser l'azote minéral du sol . À court et moyen termes, ce métabolisme se traduit donc par un déficit d'azote minéral disponible pour les cultures puis un retour progressif à l'équilibre. Ce phénomène est aggravé si de tels apports sont effectués lors de périodes ou conditions de faibles minéralisation (sol trop froid, hydromorphe, ou pH trop faible, etc.).


  • Temps nécessaire avant d'atteindre l'optimal de production : en plus du phénomène de faim d'azote, le développement de l'activité biologique du sol, jusqu'à l'atteinte d'un optimal, peut prendre plusieurs années avec un impact certain sur les rendements. C'est donc un aspect économique à considérer pour le court terme.


  • Gestion des résidus de culture en grande culture[1] :
    • En laissant les résidus de la précédente récolte sur la parcelle après sa récolte.
    • Par un apport de déjections animales par le pâturage ou un épandage de fumier, lisier, compost ou autre amendement carboné.
    • En accélérant la dégradation de la biomasse en l’enfouissant dans le sol via un travail du sol comme le labour qui va répartir la matière organique de manière homogène sur toute la hauteur de terre travaillée. A contrario un semis direct sous couvert végétal va favoriser une accumulation de la matière organique à la surface du sol ce qui induit une meilleure stabilité et infiltration de l’eau.


Techniques pour augmenter le taux de MO

Thé de compost oxygéné

Le TCO (Thé de Compost Oxygéné) ou JCAA (Jus de Compost à Aération Active) ou encore TCA (Thé de Compost Aéré) est un liquide riche en microorganismes (bactéries, champignons, nématodes,...) extraits d’un compost (ou lombricompost) de bonne qualité que l’on multiplie en les nourrissant de mélasse de canne pure et d'autres éléments selon les recettes.

Dilué à l’eau, le TCO est pulvérisé sur les plantes en vue d’augmenter leur capacité photosynthétique, leur vigueur et leur résilience face aux bioagresseurs et à différents types de stress.


Efficient microorganisms (EM)

Les EM sont une combinaison de micro-organismes bénéfiques (bactéries, levures, champignons) mise au point par le chercheur japonais Teruo Higa pour maintenir un système biologique naturel en bonne santé. Leur champ d'action est très varié. Ils peuvent être utilisés dans les champs, les vergers, les vignobles, les prairies, etc.


LiFoFer

C’est une préparation qui repose sur un principe : isoler et multiplier les micro-organismes utiles [2]des milieux forestiers en recréant des conditions de cultures idéales pour leur développement. Cette préparation solide ou liquide a pour but d’améliorer la fertilité des sols, de stimuler les végétaux, d’éloigner les maladies ou de dégrader des déchets organiques. Cette préparation est respectueuse de l’environnement et vise à améliorer des agrosystèmes souvent très dégradés. Les micro-organismes proviennent de la litière en décomposition de forêt préservées et riches en biodiversités. On y retrouve des champignons, des levures et des bactéries.


Lombricompost

Le lombricompost est un amendement organique produit par la décomposition de matière organique par des vers de terre et des micro-organismes dans un processus mésophile. Le lombricompost possède une activité microbienne et enzymatique élevée. Il contient des hormones de croissance végétale et des acides humiques qui peuvent agir comme des régulateurs de croissance des plantes. Le lombricompost améliore la capacité du sol à retenir des nutriments et les biostimulants qu'il contient favorisent la croissance des plantes.


Pour aller plus loin


Sources


Annexes


Partager sur :