Triple Performance

Raisonner la taille et la forme des parcelles

De Wiki Triple Performance
Cet article est issu de la base GECO[CC BY-NC-SA 3.0]. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo Geco
Icone categorie Pratiques.png Pratique agro-écologique
Image Raisonner la taille et la forme des parcelles.jpg

Sommaire

1. Présentation



Caractérisation de la technique

Description de la technique :

(image en en-tête : vue aérienne de vignobles ; auteur :Taxiarchos228 ; licence :(CC BY 3.0))

Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @

Limiter la taille des parcelles ou blocs d'une même culture à une surface de 4 en zone de bocage à 15 ha en plaine céréalière. Il est conseillé de constituer des parcelles étroites, de largeur inférieure à 150 à 200 m selon les auteurs et le contexte local. La taille réduite des parcelles doit se traduire par une augmentation des zones d'interfaces entre cultures éventuellement constituées de haies et de bandes enherbées.



Période de mise en œuvre

Sur culture implantée



Echelle spatiale de mise en œuvre

Exploitation Territoire



Application de la technique à...

Positif

Toutes les cultures :

Facilement généralisable

Positif

Tous les types de sols :

Facilement généralisable

Positif

Tous les contextes climatiques :

Facilement généralisable





Réglementation

POSITIVE





2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture



Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air :

Variable

acidification : DIMINUTION

émission phytosanitaires : DIMINUTION

émission GES : VARIABLE

émission de particules : VARIABLE



Positif

Effet sur la qualité de l'eau :

En augmentation

N.P. : DIMINUTION

pesticides : DIMINUTION

turbidite : DIMINUTION



Neutre

Effet sur la consommation de ressources fossiles :

Variable

consommation d'énergie fossile : VARIABLE



Neutre

Autre :

Pas d'effet (neutre)

Par la limitation d'utilisation d'insecticides (selon la propention des molécules à passer dans l'eau et dans l'air) et via l'augmentation des surfaces qui font barrière au ruissellement (haies et bandes enherbées).

Pas d'effet sur le N2O, effet pour le CO2 variable : moins de passages de pulvérisateur, plus de manœuvres et de trajets.







Critères "agronomiques"

Productivité :

Pas d'effet (neutre)

Une perte de surface productive est possible si les parcelles sont séparées par des haies et/ou bandes enherbées nouvelles.



Positif

Fertilité du sol :

En augmentation

Dans la mesure où les insecticides et molluscicides ont un impact sur la macrofaune du sol, voire sur les microorganismes utiles à la fertilité du sol.



Neutre

Stress hydrique :

Pas d'effet (neutre)





Positif

Biodiversité fonctionnelle :

En augmentation

Via la diminution d'utilisation des insecticides et molluscicides, qui ont un impact sur la biodiversité fonctionnelle et l'augmentation des zones d'interface (bords de champs de diverses natures) qui sont des refuges et fournissent des ressources à la biodiversité fonctionnelle.



Négatif

Autres critères agronomiques :

En augmentation

Population de certains bioagresseurs : Augmentation

Il peut arriver que l'augmentation de l'hétérogénéité du paysage favorise certains bio-agresseurs. Ces cas sont cependant rares.







Critères "économiques"



Neutre

Charges opérationnelles :

Variable

Réduction des dépenses en pesticides (légère, surtout si la technique n'est pas combinée à d'autres), mais hausse éventuelle de la consommation de carburant.



Positif

Charges de mécanisation :

En diminution

Si moins de passages de pulvérisateur.



Marge :

Variable

Effet fonction de l'équilibre entre réduction des dépenses en pesticides et évolution de la consommation de carburant. A noter l'éventuelle perte de surface productive.



Neutre

Autres critères économiques :

Variable

Consommation de carburant : variable

Hausse possible en lien avec une hausse des manœuvres et des trajets. Cet effet est cependant fonction de la configuration de chaque exploitation et peut être compensé par la réduction des charges phytosanitaires.







Critères "sociaux"



Neutre

Temps de travail :

Variable

Fonction de l'équilibre entre réduction éventuelle des pulvérisations et hausse possible des trajets.



Neutre

Période de pointe :

Variable

Fonction de l'équilibre entre réduction éventuelle des pulvérisations et hausse possible des trajets.



Neutre

Temps d'observation :

Pas d'effet (neutre)







4. Organismes favorisés ou défavorisés



Bioagresseurs favorisés



Bioagresseurs défavorisés



Auxiliaires favorisés



Auxiliaires défavorisés



Accidents climatiques et physiologiques favorisés



Accidents climatiques et physiologiques défavorisés



5. Pour en savoir plus

  • Agriculture et biodiversité. Valoriser les synergies. Expertise scientifique collective, synthèse du rapport
    -X. Le Roux, R. Barbault, J. Baudry, F. Burel, I. Doussan, E. Garnier, F. Herzog, S. Lavorel, R. Lifran, J. Roger-Estrade, J.P. Sarthou, M. Trommetter INRA, Travaux universitaires, 2008
  • La biodiversité facteur de production
    -Morgantini J. Y. (FNCIVAM) ; Joliet V. (FNCIVAM) FNCIVAM, (page 39), 2005
  • Les grandes cultures
    -Ducrot V. ; Forestier G. LPO, FARRE, CIVAM, FNAB, Brochure technique, 2009

6. Mots clés



Méthode de contrôle des bioagresseurs :



Mode d'action :

Action sur le stock initial

Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides :

Reconception

Annexes

Cette technique est évoquée les exemples de mise en œuvre suivants :