Typologie des bords extérieurs de champs©

De Triple Performance
Icone categorie OAD.png Outils d'aide à la décision - Typologie des bords extérieurs de champs©
Typologie des bords extérieurs de champs©


Typologie des bords extérieurs de champs© est un outil pour optimiser la gestion des adventices et des espèces indésirables en bordure des champs. Elle sert à maintenir ou à améliorer la biodiversité et limiter les potentiels foyers de bioagresseurs pour les parcelles adjacentes.


Objectif

Les bords extérieurs de champs jouent de nombreux rôles dans l'exploitation d'un point de vue agronomique et environnemental. Leur bonne gestion est donc un enjeu à prendre en compte.

La typologie des bords extérieurs de champs permet de disposer d'un outil descriptif des bords de champs et aborde les avantages et inconvénients de chaque faciès pour l'agriculteur et la biodiversité, ainsi que les modes de gestion les plus adaptés. Véritable outil de diagnostic et de conseil, la typologie permet à travers différentes étapes, d'affiner sa gestion des bords de champs de la détermination à l'application à l'échelle d'un territoire.

Ce guide a été élaboré dans le cadre du Groupe Technique National Agrifaune Bords de Champs.


Contexte

Un « bord de champ » ou une « bordure extérieure » est une zone de végétation spontanée, non directement productive et située à l’interface entre une culture et tout autre milieu adjacent (chemin, haie, …). Souvent perçues comme des réservoirs de maladies et de ravageurs, les bordures de champs peuvent aussi constituer des infrastructures favorables à la biodiversité des zones cultivées lorsqu’elles sont en bon état agro-écologique. Elles sont alors majoritairement constituées d’une flore prairiale peu adaptée pour aller coloniser la parcelle. Elles peuvent jouer plusieurs rôles de refuge pour la faune et de ressource pour les insectes pollinisateurs et auxiliaires.


En revanche, lorsque la bordure de champ est perturbée, les adventices des cultures s’y retrouvent fortement favorisées, maintenant le risque de contamination de proximité immédiate pour les parcelles cultivées. Cela peut conduire à des applications herbicides plus importantes dans la zone qui jouxte le bord de champ. De plus, leur intérêt pour la biodiversité se trouvera d’autant plus réduit que ces bordures présentent une flore moins diversifiée, qui suscite moins d’intérêt et d’attractivité pour les insectes auxiliaires ou pollinisateurs alors qu’elle peut tendre à augmenter la proportion de ravageurs.


Description de la solution

La solution consiste à adopter une gestion adaptée de ces bords de champs afin de maintenir ou d’améliorer la biodiversité et limiter les potentiels foyers de bioagresseurs pour les parcelles adjacentes. On peut, pour cela, jouer sur les pratiques de gestion des bords de champs car ce sont elles qui vont modeler la composition des cortèges floristiques et les services associés. Pour accompagner les agriculteurs ou les conseillers dans cette démarche de gestion des bords de champs, un outil de diagnostic et de conseil a été développé.


La Typologie des bords extérieurs de champs© a été construite dans le cadre du programme Agrifaune. Sous forme d’un carnet de terrain, l’outil permet de diagnostiquer le statut des bordures de champs en s’appuyant sur des critères faciles à renseigner de structures (les types) et de cortèges floristiques simples (les faciès). Il aborde également les avantages et inconvénients (agronomiques, économiques, écologiques…) de chaque type et propose une gestion adaptée. Basé sur des critères simples, ne nécessitant pas de compétences botaniques poussées, l’outil a été imaginé pour être accessible par l’ensemble des acteurs œuvrant en milieu agricole (agriculteurs, conseillers, techniciens, étudiants…).


Le diagnostic se décline en 3 étapes successives : une observation des critères structurels permet une première approche et fournit des conseils de gestion qui sont affinés en deuxième étape avec l’observation des cortèges végétaux. Enfin, des fiches à thème permettent d’aborder des conseils spécifiques liés à la présence d’un troupeau pâturant, d’une haie ou d’éléments d’habitats (bois mort, empierrement…).


L’outil propose également une méthodologie pour une application étendue à une échelle territoriale (passage de la bordure à un groupe de bordures sur une ou plusieurs exploitations).


Étape 1

  • Clef de détermination des types à partir de critères de structure
  • Grille de lecture des avantages et inconvénients écologiques et agronomiques des différentes types + premiers conseils de gestion
  • Fiches détaillées par type


Étape 2

Les 2 outils de diagnostics flore :

  • Observation simplifiée avec détermination de faciès et conseils associés
  • Ecobordure (sous certaines conditions - qualité écologique de la bordure)


Étape 3

Fiches conseils spécifiques :

  • Présence de clôtures pour animaux (fixe, amovible)
  • Gestion haie et impact sur la bordure
  • Intérêt des micro habitats ou annexes (bois mort, tas de pierres, ...)


Étape 4

  • Application à l’échelle d’un territoire


Les conseils de gestion fournis permettent d’aborder le déploiement des grandes options telles que privilégier la gestion mécanique et intervenir à la bonne période selon la flore en place, restaurer les communautés végétales avec un semis de mélange de fleurs sauvages… Ces conseils sont des supports de discussion qui peuvent être affinés en connaissance du contexte local (contraintes du terrain, arrêtés réglementaires locaux, présence d’espèces particulières…).

Niveau de réduction d’utilisation et / ou d’impact potentiel

En facilitant les bonnes pratiques d’entretien et de gestion des bordures de champs, l’outil peut contribuer à réduire la présence de foyers d’adventices, maladies, ravageurs sources d’une plus forte utilisation de produits phytosanitaires dans la parcelle adjacente. Une gestion adaptée en termes de pratiques et de périodes d’intervention peut être propice à ce que certains auxiliaires des cultures y trouvent « le gite et le couvert » pour y boucler leur cycle. Parmi les conseils de gestion, certaines bordures très dégradées et riches en adventices font l’objet d’un semis de mélanges de fleurs sauvages qui permettent de reconstituer une flore de type prairiale. A titre d’exemple, avec ce type de mélange, on peut passer d’un taux de présence d’adventices de 40 % à 5 % en 2 ans. Les travaux menés par les partenaires Agrifaune dans différentes régions ont permis de tester et de valider 3 mélanges apposés de la marque « Agrifaune ».

Pour en apprendre plus sur cet outil

Consultez la fiche descriptive :

Outil d’aide à la décision pour optimiser la gestion des adventices et des espèces indésirables en bordure des champs


Accéder à l'outil

Cliquez ici pour télécharger l'application.


Sources

Annexes