Rouille brune sur lentille

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Rouille brune sur feuilles de lentilles (Terres Inovia)
Ravageur
Cet article est issu de la base AgriFind. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo AgriFind



Maladie foliaire d’origine cryptogamique due à un champignon. Nuisible aux pois, fèves et pois chiche

Symptômes sur la lentille

Feuilles : pustules faces inférieures, tout d’abord blanchâtre, elles prennent une teinte orange/brun entourées d’un halo clair. A un stade avancé elles recouvrent la feuille entière, on peut remarquer un point noir au centre de la pustule. Etiolement et dessèchement.

Tiges : présence de pustules, retard de croissance

Rouille brune sur tige de féverole (Terres Inovia)

Gousses : mauvais remplissage, rendement moindre (présence de taches)

Plants : mort prématurée

Période de présence

Période de présence :

J F M A M J J A S O N D


Plutôt en fin de cycle lorsque les températures sont élevées (entre 17°C et 25°C)

Conseils de gestion technique et agronomique

Capacité de propagation élevée, bien nettoyer les outils et détruire les résidus de cultures infectés.

Semences saines et sélection variétale

Allonger et diversifier la rotation (blé et orge pour rompre le cycle du bioagresseur)

Décaler les dates de semis en cas d’infestation chronique.

Méthode d’observation

Comptage au champ : sur 10 lignes de 10 plantes consécutives réparties au hasard. L’objectif est d’y repérer la présence de pustules sur feuilles.

Niveau de pression

Peut impacter le rendement en cas d’attaque importante.

Faible : Moins de 1 plante sur 10 présente des symptômes et les pustules recouvrent moins de 10% de la surface foliaire

Moyen : De 1 à 3 plantes sur 10 présentent des symptômes sur feuilles et tiges et les pustules recouvrent plus de 20% de la surface foliaire

Fort : Plus de 4 plantes sur 10 présentent des symptômes sur feuilles et tiges et les pustules recouvrent plus de 25% de la surface foliaire

Les niveaux de pression sont donnés à titre indicatif et ne sauraient refléter une précision exacte de gravité d’infestation à un instant T ou de dommage ultérieur. D’autres facteurs propres à la culture et à la dynamique d’évolution des symptômes ou infestations interviennent.

Partager sur :