Réparer la Terre, par le GIEE 3 Vallées & Frédéric Hontschoote

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher

Thumbnail youtube zerUb6alF6s.jpg

Et si on réparait la terre ? Cette question pose déjà un problème, c'est que notre terre est abîmée. Mais comment ? Quelle en est la cause ?


Film réalisé par Frédéric Hontschoote.

Lien vers la vidéo originale : https://vimeo.com/430703374


Transcriptions

auj

non
j'ai grandi ici en normandie dans une
ferme entourée d'une forêt magnifique
cette forêt a toujours eu pour moi
quelque chose de mystérieux presque
magique
elle est devenue encore plus fascinante
quand plus tard j'ai étudié l'agronomie
et que j'ai compris comment fonctionnent

Afficher la suite

les plantes jusqu alors je croyais que

les arbres et les plantes en général se
nourrissait de ce qu'elle trouvait dans
le sol en vérité elle ne trouve presque
rien juste quelques grammes de minéraux
l'essentiel de leur nourriture n'est pas
dans le sol mais dans l'air et pour la
plus grande partie
c'est du carbone les plantes en réalité
sont de véritables pompe à carbone elle
stocke en elle-même d'abord puis dans le
sol la partie qui retourne sol va
nourrir les différents organismes et
micro-organismes qui crée le sol à ce
n'est donc pas le sol qui crée la forêt
mais c'est la forêt qui crée le sol le
sol ainsi nourri par les végétaux va
s'épaissir et permettre en retour un
meilleur développement des plantes
la nature a inventé une merveilleuse
machine un qui à partir de presque rien
de l'air prodi de la biomasse de la
biodiversité et du sol sans aucune
intervention extérieure
l'homme lui a inventé ça
depuis mon enfance jusqu'à mes études
d'agronomie j'ai pensé qu'il fallait
travailler le sol pour qu'il soit plus
fertile en réalité le labour et le
travail du sol en général c'est la
meilleure manière de détruire les sols
depuis longtemps j'ai remarqué que le
sol de la forêt était nettement plus
élevé que les sols de la ferme
pourtant à l'origine ces sols était la
même hauteur puisque les sols agricoles
ont été créés en défrichant la forêt
c'est bien plus tard que j'ai compris
que si les sols agricoles sont plus bas
que ceux des forêts
c'est à cause notre manière de faire de
l'agriculture marc-andré c'est l'os est
l'un des meilleurs spécialistes mondiaux
de la microbiologie des sols
bonjour monsieur celle aux symboles
d'abord est-ce que vous pouvez nous
expliquer deux reconnus de scientifiques
quel impact elle laboure son ami du sein
alors le labour présent beaucoup de
problèmes d'abord c'est un choc pour les
champignons salé déchire beaucoup en
meurent deuxièmement beaucoup de
bactéries aussi se retrouvent dans des
conditions plus sèches parce que sont
projetés en surface elle meurt aussi
donc d'abord et on voit très bien quand
on a des oiseaux qui volent pour bouffer
les vers de terre derrière le trade
charrues c'est un holocauste
c'est quelque chose qui détruit la vie
du sol deuxièmement comme on a l'air le
sol les microbes qui restent qui
reprennent la main en plus d'oxygène et
respire plus et donc des stocks de la
matière organique
puisque la respiration de microbes du
sol c'est la transformation de la
matière unit qui est stocké dans les
sols en co2 donc on regarde du co2 dans
l'atmosphère quand ton amour c'est une
des raisons pour laquelle les sols
agricoles sont très pauvres en matières
organiques
l'autre raison c'est pour fait des
récoltes donc il ya moins de matière
organique qui arrivent au sol que dans
une forêt par exemple mais il ya aussi
l'autre problème qui est qu'avec
l'oxygénation que représente le labour
la respiration se fait plus vite vie
dernière chose si après avoir labouré
vous laissez votre sol nu par exemple en
espérant que l'hiver cassera les mottes
c'est on est habitués nous avons un
paysage où le sol est nu mais ça n'a
jamais existé dans l'histoire du monde
des sols nus en hiver et bien l'érosion
par le vent par l'eau est accrue érosion
perte de matière organique destruction
temporaire ou parfois peu plus durable
du vivant c'est pas du tout souhaitable
le labour est une pratique si ancienne
est si répandue qu'on pense souvent
qu'elle est bonne pour le sol en réalité
c'est tout l'inversé le sol et l'habitat
d'une quantité considérable d'être
vivant pour la plupart microscopiques
qui crée même constituent l'essentiel de
l'humus un sens ces organismes la vie
sur terre ne serait tout simplement pas
possible
le labour détruit l'habitat de ces
organismes et les rend plus vulnérables
quand ces organismes meurt c'est l'humus
lui même qui disparaît dans cette petite
expérience on voit ce qu'il advient d'un
sol travaillé à droite un seul labouré
qui a perdu une grande partie de son
humus
à gauche un seul non labour est riche en
humus un l'humus contient de l'agglo
malines une protéine qui agit comme une
colle pour les particules de terre un
seul sens humus ne profite plus de sept
cols et se disloque rapidement sous
l'action de l'eau il sera beaucoup plus
sensibles à l'érosion
contrairement au sol riche en humus qui
lui va maintenir sa cohésion
mais il ya autre chose
les habitants du sol ont besoin de
nourriture comme tout le monde et leurs
sources de nourriture principale ce sont
les résidus végétaux
le principe même de l'agriculture et de
récolter des végétaux il en reste donc
peu pour nourrir le sol et ses habitants
de ce point de vue le sol et comme nous
sans nourriture il maigrit année après
année on va priver le sol de nourriture
le mal traitées avec des outils
puissants et lui demander en plus des
efforts pour produire au maximum
il ne faut pas s'étonner qu'il s'épuise
et disparaissent au fur et à mesure les
agriculteurs se définit souvent comme
des exploitants agricoles
eh bien c'est exactement cela beaucoup
d'agriculteurs exploite le sol comme
s'il s'agissait d'une mine dont on
épuise les ressources mais à terme c'est
la disparition de sol qui on met des
siècles voire des millénaires à se
constituer
on tape dans le capital on ne se
contente plus d'engranger intérêt mais
on commence à dépenser le capital est
quelque part quand on voit la région
méditerranéenne et ses sols hyper
squelettiques voir son absence de sol on
dit souvent ah bah oui c'est le climat
méditerranéen parodique et ses 5000 ans
de labour
lorsque j'ai repris la ferme familiale
les soldes certaines parcelles étaient
déjà très dégradées je ne voulais pas
exploiter cette terre mais la cultiver
par chance j'avais un voisin qui
expérimentait une nouvelle manière de
cultiver la terre mon voisin sylvain
prétendait pouvoir littéralement
inverser le processus d'érosion
on s'aperçoit qu'on reconstitue du sol
c'est à dire quand on refait du sol dans
des endroits qui où il y en avait
pratiquement plus moi j'ai pu le
constater sur des des endroits où il y
avait pratiquement bon de l'argile à
silex mais pas mal de silex quand même
et là moi ça fait vingt ans maintenant
et on ne voit plus les au nombre de voix
plus maintenant les silex
donc on a reconstitué du sol c'est une
grande satisfaction
la méthode que pratique sylvain
s'inspire du fonctionnement des forêts
comme dans la forêt le sol n'est pas
travailler les graines sont implantés
directement dans la terre grâce un
semoir spécifiques qui ne perturbe pas
le sol on appelle cela le semis direct
et même le semis direct sous couvert car
le sol n'est jamais laissé nu comme dans
les forêts
après chaque récolte une autre culture
est implanté qui ne sera pas récolté on
appelle cela une intercultures ou un
couvert en couvrant le sol
cette culture va empêcher le
développement des mauvaises herbes mais
elle sert surtout à rendre aux soldes
qu'on lui a pris et même à lui en
redonner davantage ses intercultures ou
couverts sont composés non pas d'une
seule plante mais d'un mélange c'est une
manière de reproduire la biodiversité
qu'on trouve dans les forêts certains
agriculteurs pratiquant cette méthode
ont même commencé à produire du miel
quand ils ont vu à quel point leurs
couverts favorise des abeilles avec
cette méthode
non seulement le sol n'est pas perturbé
mais en plus il est nourri comme dans la
forêt année après année ils se
reconstituent et s'enrichit en humus
pour le plus grand bénéfice de
l'agriculteur on a coutume de nommer
cette méthode agriculture de
conservation mais on dit de plus en plus
agriculture de régénération ce terme est
plus juste car c'est bien de
régénération qu'il s'agit
c'est pas n'importe quelle somme qu'on
remet dessus c'est du sol très
intéressant avec un justement avec de
l'humus avec des choses comme ça qui
permettent de battre d'être un peu plus
souple sur l'ailé les changements
climatiques ou sur les aléas climatiques
il faut certainement davantage de temps
je pense que ses soldats ont été la boe
est depuis le moyen-âge en groupe alors
plus ou moins profondément suivant les
outils qu'ils avaient mais ils ont été
travaillées depuis des siècles avant
qu'on retrouve un équilibre parfait a
sûrement encore quelques années
mais malgré tout je suis agréablement
surpris de la rapidité de la rapidité de
l'évolution de ses soldats en vingt ans
j'ai donc demandé à sylvain de m'aider à
appliquer cette méthode sur ma ferme
cela fait maintenant presque 13 ans et
le sol a bien changé aujourd'hui les
cailloux sont partout recouvert d'une
couche de sol fertile un sol riche en
humus et l'humus c'est beaucoup de
carbone et est-ce qu'on a il est combien
de tonnes de co2 on peut stocker par ces
pratiques
ce qui est certain c'est qu'aujourd'hui
on peut re stocker et il ya un calcul
qui a été fait tout bête qui était aussi
saisir combien on a en gros de maintien
organique dans les sols du globe
on a trouvé un homme considérable de
milliards de milliards de tonnes bon et
deuxièmement combien chacun et l'homme
produit de co2 et qu'est ce que ça
représente en équipe dans le match
organique et en faisant la division
s'aperçoit que si on augmente chaque
année la teneur des sols du blob 2 4
pour mille ouais 4 pour mille c'est pas
beaucoup
si on augmente la teneur des sols du
globe de cas pour mille eh bien on mange
tout le co2 qui est produit qui va
habituellement s'accumuler dans
l'atmosphère
ça veut dire que non seulement cette
histoire de remettre du carbone dans les
sols
ça va avoir
en effet positif en terme d'effet de
serre deuxièmement comment va remettre
du carbone dans les sols on va soutenir
la vie microbienne
troisièmement comme le carbone dans les
sols si on avait de la matière morte
dans le sol ça colle c'est une glu ça va
se creuser l'érosion et en plus dernière
chose la nature y est une erreur elle
retient l'eau donc si tous les sols du
monde stocker autant de carbone que les
sols en agriculture de régénération le
problème du réchauffement climatique
serait en grande partie résolue
alors pourquoi tout le monde ne cultive
pas de cette manière
c'est un monde très vivant donc et dont
on ne connaît pas d'ailleurs même la
recherche ne connaît pas encore toutes
les interactions du sol
je pense que c'est loin d'être simple
celui qui vous dit qu'il a tout compris
méfiez-vous c'est un menteur et on a
encore beaucoup à apprendre sur ce sujet
parce que c'est très complexe parce que
l'agriculture conventionnelle ne lui
offrait pas de références techniques
sylvain s'est unie à d'autres
agriculteurs comme lui pour faire de la
recherche ensemble et la partager ils se
sont rassemblés sous la forme d'un
groupement d'intérêt économique et
environnemental le génie 2e des trois
vallées pour rendre la technique plus
efficace économiquement mais aussi
écologiquement le lycée agricole
edward e chambre et est membre du g2o
des trois vallées
patrice duhamel et le chef
d'exploitation du lycée agricole
ils pratiquent l'agriculture de
régénération mais aussi l'agriculture
conventionnelle et l'agriculture
biologique
nous sommes ici dans une parcelle en
agriculture biologique depuis 19 ans on
serait intéressant de ses devoirs bon là
voilà c'est typiquement un sur le labour
est par contre est qu au niveau vers de
terre c'est ce que je regrette à chaque
fois contre en bio ona voilà n'a pas
grand chose c'est qu'on sait qu'il ya
beaucoup d'aires de terre normalement
non mais pas de panique si tôt mais le
souci c'est voilà comment on laboure
tous les ans on déstructure tout seul à
chaque fois on détruit les habitats des
vers de terre et on a moins de vie c'est
évident en quoi c'est un système qui est
très écologique et le bio quoi mes
envies du sol c'est pas le meilleur
système pour moi quoi nous nous
dirigeons maintenant dans une parcelle
en agriculture de régénération juste de
l'autre côté de la route
à la base les sols étaient identiques ya
donc une mode comme ça là on aurait eu
un taux de conservation et entre 4 et 6
va déterminer ce qui représente un
équivalent de 2 commençant vers de terre
au mètre carré
et c'est par celle ci tous les ans on
fait un comptage avec les élèves et la
dernière l'avait même deux sens vers 2h
mètres carrés ce qui était énorme quoi
donc la voyez on a déjà vu au moins deux
trois vers de terre 3 je crois que là et
on n'a pas la mode complète par rapport
au protocole d'accord en la voyant on en
avait au moins quatre de la motte
on peut être étonné louper on y avait au
moins 400 vers de terre dans cette note
là donc on est largement dans ce qu'on
souhaite voir voilà on perturbe plus du
tout seul on a une matière organique qui
se bat en fait on fait ou découvert tous
les ans on crée quand même à sol et que
plus de matières organiques fois plus de
coups vers plus de matière organique
plus de travail de sol donc au bout de
deux trois ans on a une vie dû se faire
une vie qui s'installent des vers de
terre les champignons les bactéries puis
tout ça fait que la fertilité va très
vite augmenté qu'en fait ce que j'ai
compris c'est qu'il n'existe pas de
système idéal pour les agriculteurs qui
veulent respecter le vivant soit il
refuse les pesticides et ils doivent
alors travailler la terre pour la
désherber ce qui détruit la vie du sol
soit il refuse de travailler la terre
mais alors comment se passer des
molécules chimiques
siegfried est l'un des membres les plus
dynamiques du groupe et son ambition
c'est de réduire la chimie le plus
possible
on coupe de leurs tirs on le met dans un
gros fûts ont fait macérer avec de l'eau
pendant une quinzaine de jours en
moyenne
et on extrait ce jus etc ce jus là qu'on
va après et prendre dans les champs et
ce jus là dans cette macération cet
extrait fermenté finalement vient
fortifiée va vérifier le blé le colza
est la plante qui fait qu'on peut
diminuer les produits phyto derrière
cette année on a on a des conditions
exceptionnelles on n'avait pas de
maladies dans les champs donc on a pu
réduire sacrément les doses de phyto
c'est quoi pour toi cette démarche de
vouloir mettre de moins en moins de
pesticides
est ce que c'est un but économique non
c'est pas c'est pas forcément économique
parce que l'agriculture conventionnelle
c'est on sait très bien que si on
laboure on s'aime on mettait le
désherbage tel fonds gillon va récolter
temps c'est à peu près ça propre et
simple ça c'est facile c'est passé c'est
passé le l'économie qui m'a attiré là
dessus c'est vraiment la préservation de
l'environnement et puis je suis papa
depuis deux ans dans deux ans pour trois
ans maintenant et je suis assez je
commence à être assez touché par ça et
de voir mon fils qui veulent qu'ils
veuillent venir avec moi dans le
tracteur et devoir lui dire non parce
que je suis en train de faire des
produits phyto ça me choque un peu
puis il ya aussi toute la mouvance
sociale aujourd'hui où la shito sa moins
bonne bonne image seefried fait des
essais avec un organisme de recherche
pour se passer des molécules chimiques
à commencer par le glyphosate alors le
but de laisser ici c'est de voir si on
peut faire de la lecture de conservation
sans glyphosate avec un comment faire
ben là l'idée c'est d'utiliser donc
découvert qu'ils sont pluriannuels donc
découvert qu'on va semer une fois et qui
vont rester trois ou quatre ans sur la
parcelle au lieu de deux semaines a
couvert tous les ans ouais c'est le
couvert il va rester en place à
plusieurs années voilà c'est ça et ceux
couverts en fait ce qu'on attend c'est
que il imite l'apparition des mauvaises
herbes du conte à implanter un couvert
il est là il est présent du coup les
mauvaises herbes ce développement
donc c'est pour ça qu'on aime on pense
en tout cas on teste cette technique la
sangle if that au revoir ça marche une
partie
d'accord ok donc ce trèfle à randonner
en fait il était à cette hauteur là ok
et donc c'est à ce moment là où on doit
le régulier avec un petit peu de chimie
c'est des doses très faibles pour que ce
soit bien le blé concurrence pour
l'instant ça c'est pas trop mal j'aurais
dû faire ça dans tous les champs c'est
plutôt encourageant la suppression du
glyphosate est un défi important pour
l'agriculture de régénération mais
pourra-t-elle un jour se passer de tous
les pesticides un thierry lainé et son
fils jean-baptiste sont particulièrement
en pointe sur les macérations de plantes
il n'y a pas de conflit la version
apparemment du tout mais ça se finit
toujours par
on se reprend tous les deux et on avance
donc macération de plantes c'est
bah c'est un jus de plantes en fin de
compte qu'on fait macérer alors pas on
parle pas de purin parce que un purin
c'est un occident et une macération
c'est un antioxydant voilà alors bon bah
ça veut bien dire ce que ça veut dire
antioxydant bas on travaille avec la
plante en
en travaillant en parallèle quoi on
essaie cas se porte bien en quoi les
insecticides laisser aller aux trois
quarts j'ai été supprimés et puis après
les fongicides et les fongicides j'ai
supprimé à 80 95 % quoi ça c'est aussi
efficace que les produits
phytosanitaires est là pour nous
dominique nous dans tous les essais
qu'on a fait alors on a fait pas mal
d'effets au niveau du génie de voeux et
puis chez moi la dernière j'en ai refait
sur des bons sur un hectare et tout pesé
tout
c'était kif kif quoi il y avait quoi il
y avait 500 kilos d'écart quoi alors
c'était 500 kg bon de rendement est de
rendement voilà
en faveur et mid et des fondus chimiques
quoi mais par rapport aux coutures amène
au cou
entre les deux et puis au niveau la vie
de ton sol et en plus on a des pas qui
se dégradent beaucoup mieux ça accélère
aussi la vie du sol quoi jean baptiste
aimerait aller encore plus loin que son
père on supprimant tous les pesticides
même les herbicides 1 donc ce qui fait
penser je suis l'exemple un peu de mon
père pour moi c'est un exemple
après comment dire c'est après cette
poussée beaucoup plus loin sur les
couverts parce que une terre qui rase
tenue c'est ça ça me donc c'est de
travailler beaucoup plus sur les
couverts comme
comme pape avait déjà fait un bout à
bout en utilisant donc quasiment plus
d'insecticides et plus de fongicides
donc c'est de pousser un peu plus loin à
quoi jean baptiste commence
l'expérimentation de cette année sur une
parcelle de 10 hectares donc en fait dès
que tu dès que ce sera récolté tout de
suite après tu va semer way temps
couvert mais le couvert tu va le
détruire au printemps et donc dès qu'il
sera détruit tu vas mettre le maïs de
dans sa salle voilà le but c'est de
détruire le couvert juste avant juste
avant de semer
après c'est bon comme ça va être les
premières années pour moi où il ya
beaucoup
le but c'est d'être dans les années
réussite quoi c'est vrai que j'espère
prendre soin des années d'échecs quoi si
je vais prendre mon bon jean baptiste ne
sais pas s'il réussira dès cette année
l'agriculture de régénération sans aucun
pesticide
mais lui son père siegfried patrice
sylvain et bien d'autres ont au final le
même objectif une agriculture résolument
tourné vers le vivant
oui

Partager sur :