Triple Performance

Le curetage de la vigne

De Wiki Triple Performance
Icone categorie Pratiques.png Pratique agro-écologique
Le curetage d'un cep de vigne

Le curetage de la vigne est une technique souvent utilisée pour limiter les effets des maladies du bois de la vigne. Les maladies du bois, comme l’Esca, le Black Dead Arm, et l'Eutypiose, sont une cause importante du déclin du vignoble européen et pourraient conduire à la disparition d’un grand nombre de vignes à moyen et long terme. Cette technique consiste à éliminer le bois endommagé par la pourriture blanche (appelé «amadou») pour préserver le bois fonctionnel et le flux de sève. Sur la vigne, l’amadou est causé principalement par des champignons saprophytes, mais aussi par certaines espèces pathogènes capables d’attaquer les tissus vivants. Le curetage, expérimenté d’abord en France puis en Italie, repose sur une pratique connue depuis l’Antiquité pour gérer les plantes affectées par l’Esca. Selon Poussard qui a employé cette technique à la fin des années 1800, le nettoyage du tronc a montré un taux de réussite de 90 à 95% lorsqu’il était appliqué sur l’Esca.

Conditions d'application de cette technique

Apparence d'un cep cureté
  • La limite du curetage est la capacité de récupération des plantes, ce qui signifie que les vignes ne doivent pas être trop endommagées par la pourriture blanche ou trop faibles.
  • Il est recommandé de l’appliquer sur des plantes pour lesquelles les symptômes de maladies du bois sont légers.
  • Cette technique peut être appliquée sur des vieilles vignes touchées par l’Esca.
  • Le curetage n’est pas efficace contre l’apoplexie.
  • Les jeunes vignobles présentent de meilleurs résultats de récupération que les anciens.
  • Cette technique peut être opérée sur les vignes touchées par l’Esca ou le Black Dead Arm mais le curetage ne montre aucune efficacité contre l'Eutypiose.
  • Le curetage du tronc peut être effectué à n’importe quel moment de l’année. Cependant, la période hivernale est plus pratique. Dans ce cas, les vignes symptomatiques des maladies du bois doivent être identifiées et marquées pendant l’été (le mois de septembre est le plus approprié pour voir les symptômes d’Esca). Si le curetage est réalisé en été, la récolte peut être sauvée et la vigne peut lignifier normalement.
  • Le nettoyage du tronc peut se produire dès que les premiers symptômes apparaissent, lorsque les feuilles se dessèchent entre juin et septembre. Si il est réalisé en juin, le curetage permet de sauver la récolte de l’année en cours.


Mise en place

Le curetage consiste principalement à creuser le tronc pour éliminer les parties malades de la vigne, souvent localisées près des zones de bois mort ou à l’intérieur des blessures de taille.

Etapes du curetage

1ère étape du curetage : ouverture du tronc et localisation de l’amadou
  1. Identification et marquage des vignes symptomatiques.
  2. Ouverture du tronc à l'aide d'une petite tronçonneuse.
  3. Identification des parties du tronc malades, reconnaissables par leur forme spongieuse (c'est l'amadou).
  4. Suppression des tissus malades, en grattant à l'aide de la tronçonneuse dans l'axe de la vigne. Attention à ne pas bloquer le flux de sève en coupant du bois sain !


Recommandations

  • Respecter les flux de sève lors de la taille.
  • Bien gratter afin de supprimer tout le bois malade.
  • Si les symptômes réapparaissent, il est possible de réaliser un deuxième curetage la même année.


Résultats

Après curetage de la vigne, les symptômes de la maladie disparaissent. La vigne ainsi assainie est plus vigoureuse que les vignes non curetées et si la technique est effectuée dès que les premiers symptômes apparaissent (vers juillet), la récolte peut être préservée.


Données technico-économiques

  • Temps de curetage : 100 à 200 souches/jour, environ 5 minutes par souche.
  • Coût estimé : 2.5€/vigne .
  • Coût du matériel : 1700€ pour une micro-tronçonneuse. Pour en savoir plus sur le matériel de curetage, SICAVAC a testé pour vous : Le matériel de curetage

Lorsque les vignes malades sont arrachées et remplacées par de nouvelles, cela affecte la qualité et la quantité des raisins produits. Avoir des plantes saines avec une longue durée de vie est une priorité pour chaque viticulteur car cela assure la continuité de la qualité et le caractère distinctif de leurs vins. Le curetage a également des conséquences économiques considérables pour les producteurs car il permet d’économiser les coûts de replantation (déracinement des vignes malades, trous creusés, implantation des vignes, formation de la souche) et n’induit pas un manque de production des nouvelles plantes les années suivant leur plantation.

Cas concrets de curetage

Le curetage dans le Sud-Ouest

Voici l’exemple d’un vigneron de la région de Saint-Mont dans le département du Gers : Le nettoyage du tronc est réalisé depuis 2014 sur une parcelle de Cabernet Sauvignon affectée par l’Esca et le Black Dead Arm.

  • Les ceps malades sont identifiés et marqués en septembre, avant la récolte.
  • Après la récolte, la vigne est coupée verticalement avec une petite tronçonneuse pour ouvrir le tronc. Une fois ouvert, l’amadou est localisé et supprimé avec la tronçonneuse. Si l’amadou n’est pas supprimé entièrement, il est alors possible de nettoyer le tronc une seconde fois. Le nettoyage du tronc permet également d’identifier les erreurs de taille, de voir les tissus morts et les flux de sève et aider le viticulteur à mieux comprendre la taille respectant les flux de sève. Selon ce vigneron, le curetage prend environ 5 minutes pour une souche.

Résultats estimés

Selon le viticulteur, 90% de la vigne curetée survit et n’exprime plus de symptômes.


Le curetage en Italie

Une petite tronçonneuse est utilisée pour ouvrir le tronc et enlever les parties affectées par l’Esca, ne laissant que les parties latérales pour permettre à la sève de circuler. Ensuite, avec une scie plus petite, le bois dégradé sous les cônes de dessèchement est nettoyé. Cette expérience, bien que limitée, montre qu’après cette opération plus de 80% des plantes n’ont pas présenté de nouveaux symptômes. La plante est ensuite détoxifiée, renforcée et peut produire à plein rendement.

Résultats estimés

Les essais récents, réalisés par une société italienne, ont donné des résultats prometteurs, soit 97% de plantes asymptomatiques après un an. En 6 ans, 10 000 plantes ont été traitées en Italie et en France. Les résultats sont étonnants : 90% des plantes soumises au curetage sont revenues à la pleine productivité.



Sources

Annexes