Carie commune du blé

De Triple Performance
Epis de blé cariés


La carie commune du blé est une maladie provoquée par le champignon Tilletia spp.


Symptômes

Les spores sont présentes, soit à la surface du grain (au niveau de la brosse et du sillon), soit dans le sol. Le mycélium pénètre alors le coléoptile (avant le stade 2 feuilles), contamine la plantule puis progresse sans symptôme à l’intérieur de la plante.

L’observation de la maladie se fait de manière générale à maturité.

  • Couleur vert foncé des glumes et glumelles. Le champignon se développe dans les grains, en respectant les téguments. Les grains cariés sont remplis de spores de coloration noire, qui ont pris la place de l’amidon.
  • Aspect «ébouriffé» caractéristique des épis touchés (les épillets s’écartent du rachis).
  • Les épis cariés sont plus petits et de couleur bleutée par rapport aux épis sains.
  • A la récolte, l’enveloppe du grain éclate et les spores se disséminent. Un nuage noir au battage est caractéristique de blés fortement cariés.
  • Autre signe de reconnaissance à la récolte : l’odeur de poisson pourri dégagée par les spores. Attention cependant les observations sur le terrain montrent que celle-ci n’est pas systématique.


Nuisibilité

Un grain carié contient de 4 à 9 millions de spores (or seules 30 à 40 spores suffisent pour contaminer expérimentalement un grain sain, R. Champion, GEVES-INRA). Au battage, les spores libérées viennent contaminer les grains des épis sains, et le sol qui a supporté cette récolte cariée. Les spores peuvent être aussi disséminées par le vent sur plusieurs centaines de mètres et être à l’origine de la pollution des parcelles voisines. Les moissonneuses batteuses en passant d’une parcelle contaminée à une parcelle saine peuvent également être à l’origine de la contamination de certaines parcelles.

Au delà du caractère épidémique de cette maladie, son incidence économique est considérable puisque la présence de spores de carie sur le grain récolté induit son déclassement. De plus, chaque grain carié est un grain perdu.

La transmission par la semence est la voie dominante de la contamination. Mais la contamination par le sol représente la situation la plus grave car ce champignon peut alors se conserver pendant de nombreuses années. Et ce d’autant plus qu’il n’existe pas de méthode de diagnostic au niveau de la parcelle permettant de déceler la présence de cette maladie avant le semis.


Gestion du risque carie

  • Avant mise en place : utiliser des semences saines.
  • En cours de culture : après la récolte, nettoyer soigneusement le matériel.
  • Pour la culture suivante : retirer les débris culturaux, pratiquer des rotations longues (5 ans), incinérer les récoltes contaminées.


Mesures réglementaires

  • Tilletia indica est de lutte obligatoire sur le territoire national par l’arrêté du 24 mai 2006 modifié et par l'arrêté du 31 juillet 2000 modifié, et européen par la directive européenne 2000/29/CE du 8 mai 2000 : destruction des plants contaminés.
  • Tilletia controversa n’est pas réglementé en France.

Si les organismes sont réglementés à l'export, voir exigences du pays destinataire (inspection culture et/ou analyse des semences).


Lutte

La lutte contre cette maladie, préventive ou curative, ne passe que par le traitement de semences, il n’existe pas de solution de rattrapage en végétation.

Au moindre doute :

  • Récolter la parcelle contaminée en dernier pour éviter le transport des spores par la moissonneuse-batteuse.
  • Ne pas réutiliser le grain en semences de ferme.
  • En cas de contamination avérée, prévoir la destruction de la récolte (incinération).

Pour plus d'informations sur le sujet, cliquez ici.


Sources


Annexes