Rot blanc

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Ravageur


Cette maladie cryptogamique est largement distribuée dans le monde, où la vigne a été installée et cultivée. Elle est particulièrement décrite en Europe où elle a été observée pour la première fois en Italie en 1878. Le rot blanc est connu en France depuis plusieurs décennies, mais ne semblait plus se manifester au vignoble, excepté dans la Vallée du Rhône au milieu des années 90. Des symptômes sur grappe ont été observés ponctuellement ces dernières années, par exemple dans le Bordelais et le sud de la France : donc vigilance ![1]

Un peu systématiquement relié à des dégâts de grêle, et à diverses blessures, il semble également que le rot blanc puisse se manifester sans que ce stress climatique ne survienne.


Symptômes

Le rot blanc affecte essentiellement les grappes et les rameaux de la vigne, rarement les feuilles.

  • Les symptômes sur baies se manifestent avant et après la véraison. Avant véraison, les baies prennent une teinte livide, beige rosé  à beige violacé ; le phénomène affecte entièrement les baies qui flétrissent progressivement. Des petites protubérances apparaissent à la surface des baies : des pycnides du champignon. Assez rapidement, les baies se ratatinent et se dessèchent. Certaines d'entre-elles tombent au sol alors que d'autres restent solidaires de la rafle. La coloration blanchâtre des baies est due à un décollement de la pellicule des tissus épidermiques consécutif au parasitisme de P. diplodiella. Ce champignon peut aussi gagner les pédicelles et ensuite envahir la rafle, entrainant parfois un flétrissement et un dessèchement partielle de la grappe.
  • Les lésions sur pédicelles et rameaux sont plus ou moins allongées et déprimées, de teinte brunâtre ; les tissus affectés situés en périphérie sont brun foncé à noirâtres. Les altérations peuvent aussi être chancreuses, cernées de bourrelets de tissus cicatriciels entrainant un éclatement de l'écorce en lanières plutôt caractéristiques (figures 10, 11, 15 et 16). Notons que les altérations sur pousses vertes sont localisées autour des nœuds.


Annexes


  1. Inrae, en ligne, Rot blanc, Ephytia.
Partager sur :