Rhizomanie sur betterave

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Rhizomanie sur feuilles et bouquet foliaire de betterave (Ephytia-INRAE)
Ravageur
Cet article est issu de la base AgriFind. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo AgriFind



Maladie causée par le virus BNYVV (Beet necrotic yellow vein virus) transmis par un champignon du sol Polymyxa betae.

Symptômes sur la betterave

Décoloration permanente et flétrissement des feuilles, pétioles allongés.

Chevelu racinaire dense. Nécrose et étranglement de la racine dans sa partie inférieure.

Rhizomanie sur betterave (Ephytia-INRAE)

Attaque par foyers puis extension à la parcelle.

Rhizomanie sur parcelle de betterave (Ephytia-INRAE)

Période de présence

Période de présence :

J F M A M J J A S O N D


De mai à novembre.

Méthode d’observation

Du stade 6 feuilles à la récolte.

Estimer le pourcentage de plants avec symptômes : observer au moins 50 plants répartis aléatoirement.

Confirmer le diagnostic par observation des racines : déterrer les plants suspects avec une bêche (ne pas casser le pivot ou les radicelles latérales) et découper la pointe des racines dans le sens de la hauteur : brunissement des faisceaux vasculaires.

Conseils de gestion technique et agronomique

Lutte préventive :

Semis précoce

Lavage des outils de travail

Irrigation à 70% des besoins de la plante

Variétés résistantes ou tolérantes : dans les secteurs où la rhizomanie contourne la résistance génétique des betteraves, utiliser des variétés avec 2 gènes de résistance à la rhizomanie.

Facteurs favorables :

Sol chaud (optimum 25°C) et humide

Sol argileux ou acide

Transport de terre contaminée

Rotation courte

Parcelle précédemment atteinte

Épandages agro-industriels (passés et présents)

Plantes hôtes : genre Betae, betterave sauvage, chénopode, amarante, mouron, stellaire, pavot

Niveau de pression

Faible : < 5% de plantes atteintes

Moyen : 5-10%

Fort : > 10%

Les niveaux de pression sont donnés à titre indicatif et ne sauraient refléter une précision exacte de gravité d’infestation à un instant T ou de dommage ultérieur. D’autres facteurs propres à la culture et à la dynamique d’évolution des symptômes ou infestations interviennent.

Partager sur :