Triple Performance
Indicator Aglae Verified.png

Optimisation de la production fourragère par le semis direct du méteil sans utilisation de produit phytosanitaire - retour d'expérience (Mikael Razou - Aglae)

De Wiki Triple Performance
Semis direct du méteil
Retour d’expérience d’agriculteur, qualifié par un groupe d’expert dans le cadre du projet Aglae porté par la Chambre d’Agriculture d’Occitanie.

Logo Aglae Logo Chambre d'Agriculture Occitanie


Retour d'expérience de Mikael Razou, dans le cadre du projet Aglae. Il nous présente comment il a pu optimiser sa production fourragère grâce au semis direct du méteil.


Motivation

Pour répondre à mes besoins en fourrage, mon système précédent intégrait une prairie sur 3 ans qui me permettait d’être auto-suffisant. Pour gagner en souplesse tout en conservant un fourrage de qualité et de bons volumes, j’ai décidé d’intégrer 2 cultures fourragères dans ma rotation. En fonction des années, cela me permet également de faire une culture de rente en plus si besoin.


Le Semis Direct (SD) de méteil après sorgho est donc pour moi un moyen opportuniste de produire, en 0 phyto, du fourrage de qualité, que je cultive en fonction des besoins sur l’exploitation. Les objectifs du SD de méteil fourrager sont de :

  • Produire un fourrage équilibré à faible coûts.
  • Préserver la vie du sol.
  • Réduire les coûts d’implantation des méteils.


Du fait de sa composition diversifiée et de son caractère étouffant, le méteil s’adapte parfaitement au SD et ne présente pas de problème de salissement.


L'exploitation

  • Localisation : Mirepoix (09)
  • SAU : 160 ha dont 60 ha de terres cultivables et 30 ha irrigables
  • Polyculture-élevage : Prairies permanentes (30 ha), maïs semence irrigué (12 ha), colza semence irrigué (4ha), orge, blé tendre, prairies temporaires et luzernes (20ha), 48 mères limousines et production de broutards
  • UTH : 2 + main d'œuvre familiale
  • Sol : Alluvions argilo-limoneux
  • Travail du sol : Labour occasionnel
  • Couverture végétale permanente

Mise en pratique

Mon système de culture en sec (5 ha). Enchainement sur 3 ans. Seules les opérations liées à la gestion des adventices et à la gestion du méteils sont présentées ici :


Mikael Razou Rotation.png


Précédents orge possibles : prairie temporaire, tournesol ou colza.

Cultures possibles après tournesol : blé tendre, triticale ou praire temporaire.


Gestion du méteil sans utilisation de produit phytosanitaire : Ma façon de faire

Semis direct de méteil dans le sorgho fourrager vivant

Avant semis

  • Choix du précédent : Choisir une culture gélive pour éviter d'avoir à gérer les repousses avant le SD.
  • Apport de matière organique : 15 t/ha de fumier pour compenser les exportations du sorgho fourrager et stimuler la pousse des légumineuses qui seront présentes dans le méteil.


Le semis

Autour du 15 octobre : le semis se fait 5 à 10 jours avant la date habituelle pour compenser le développement plus lent en SD.

  • Matériel : semoir à disques ou à dents car peu de résidus présents en surface.
    • Coût : 60€/ha pour l’implantation (contre 80 à 130€/ha en travail du sol selon intensité).
    • Temps de travail : 1h/ha contre 2h/ha avec un passage de chisel et de rotative.
  • Conditions : en sec, le sol doit être nivelé en amont pour faciliter la récolte. Semis à 2-3 cm de profondeur.

Composition du mélange et choix des semences

  • Céréales : 20 kg/ha d’avoine + 80 kg/ha de triticale (semence de ferme). Coût : 20 €/ha.
  • Légumineuses : 15 kg/ha de vesce commune + 25 kg/ha de pois fourrager (semence certifiée) + 30 kg/ha de féverole (semence de ferme). Coût : 60€/ha + 10€/ha avec la féverole. Coût total des semences : 90 à 100€/ha.


Parcelle de méteil fourrager semée en SD dans sorgho. Crédit Photo : Txomin Elosegui

Gestion des bio-agresseurs

Limaces

Surveillance spécifique 15 jours après le semis, en particulier pour les légumineuses, surtout dans les repousses de sorgho. Si le nombre de légumineuses est inférieur à 30 pieds/m² en sortie d’hiver : apport d’azote plus important (+10 à 20 U).


Fertilisation

Lorsque les céréales atteignent le stade « épis 1cm » : apport de 40 à 50 unités d’azote et 30 unités de soufre. Grâce à ces apports, je gagne 1 tonne de MS/ha et le développement des légumineuses est plus important grâce au soufre.


La récolte

Chantier de récolte du méteil fourrager en enrubannage. Crédit Photo : Txomin Elosegui
  • Autour du 5 mai : récolte du méteil en enrubannage après pré-fauchage.
  • Matériel : faucheuse conditionneuse (50€/ha) + presse et enrubanneuse.
  • Rendement : de 3 à 6 tonnes de MS/ha en fonction de la date et du développement.


Valeur moyenne du fourrage

  • UFL (Unité Fourragère Lait) : 0,70 – 0,75.
  • MAT (Matières Azotées Totales) : 13 – 14% avec environ 40% de légumineuses à la récolte (11% avec 20% de légumineuses).


Après 2 ans d’essais sur la technique et les améliorations apportées la deuxième année (apport de fumier après sorgho, surveillance accrue des limaces), je pense maîtriser l’implantation de méteil fourrager en semis direct précédent sorgho fourrager, le tout sans aucun herbicide ! En terme de temps de travail, il s’agit d’un itinéraire technique intéressant. Dans mon système d’exploitation, cet enchainement sorgho - méteil ne va pas être maintenu car j’ai suffisamment d’enrubanné avec mes luzernes notamment, et je ne fais pas assez de surface pour faire de l’ensilage. Par contre, pour produire des volumes importants de fourrages de qualité sans beaucoup de travail du sol et des systèmes plutôt basés sur l’ensilage, c’est top !


Le truc en plus

Mélange vesce velue / sorgho fourrager. Crédit photo : Txomin Elosegui

Dans l’enchainement sorgho fourrager – méteil fourrager, ajouter 10 kg/ha de vesce velue en association avec le sorgho fourrager (semé en ligne au semoir à céréales) ou 10 kg/ha de trèfle de Perse. Ces 2 espèces passent l’hiver dans le Sud Ouest et complètent le méteil fourrager, surtout la vesce velue (+1,5 tonnes de MS/ha avec la vesce velue par rapport au méteil seul).

Mon analyse sur la combinaison de leviers que j'utilise

Intérêts

  • Production fourragère importante (enchainement de 2 cultures).
  • Fonctionne avec un semoir direct « basique » car peu de résidus en surface.
  • Pas de risque d’érosion.
  • Réduction de la consommation de fuel.
  • Maintien des rendements.
  • Gains en coûts de mécanisation.
  • Pas d’utilisation d’herbicide.


Points de vigilance

  • Surveillance des limaces.
  • Valeurs alimentaires des méteils aléatoires selon les années (proportions de légumineuses variables).
  • Matériel spécifique nécessaire.
  • Augmentation de la pression adventices sur le méteil, mais sans impact sur la rotation (fauché avant maturité et exportation des semences).


Les autres leviers que j'utilise

  • Réduction du volume de pulvérisation et des doses fongicide et herbicide sur céréales (-30%).
  • Implantation d’engrais vert ou de couverts végétaux.
  • Choix de variété résistante en céréale.


Mes conseils pour réussir

Mikael Razou
  • Semer en condition ressuyée
  • Faire attention à la fertilité, si on est derrière les sorghos fourragers qui pompent beaucoup, apporter du fumier
  • Faire attention aux limaces
  • Utiliser un semoir de semis direct, un bas de gamme va bien car très peu résidus au sol


Mes perspectives

Garder cette solution en complément de la valorisation de mes prairies naturelles.


L'avis du comité d'experts

Evaluation selon la grille d'analyse ESR.

Reconception

La protection intégrée nécessite une combinaison de l’ensemble des moyens disponibles qui obligent à une reconception des systèmes pour les rendre moins dépendants des produits phytopharmaceutiques. Cela passe ainsi par une approche privilégiant la prévention et la prophylaxie pour placer les cultures dans les meilleures conditions tout en défavorisant les bio-agresseurs.


Evaluation selon la grille d'analyse ESR : Reconception


Annexes et liens


Matériel évoqué dans ce retour d'expérience

Cultures évoquées


Bioagresseurs évoqués dans ce retour d'expérience