JOURNÉE NATIONALE SOL VIVANT - M-A. Sélosse - Le Sol, la Vie du Sol et l'Homme

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (13 août 2018) - Marc-André Sélosse - Durée : 19 minutes

Thumbnail youtube Hb4QiBMjxsM.jpg

JOURNÉE NATIONALE SOL VIVANT - MARCIAC 2018 - Marc-André Sélosse


Agriculture & alimentation, comprendre ce que nous mangeons !

Cette journée du 3 août s’adresse à tous les professionnels du secteur agroalimentaire tout comme au grand public curieux de découvrir les bénéfices associés aux pratiques agricoles sur sols vivants.


Transcriptions

alors maintenant on va faire un zoom sur

l'infiniment petit on accueille
marc-andré c'est l'os professeur au
muséum d'histoire naturelle et auteur
d'un livre qu'on vous recommande tout ce
qui s'appelle jamais seul comment les
microbes fondent les plantes les
civilisations et les humains le titre de
l'intervention donc c'est le sol
la vie microbienne et l'homme tout ça

Afficher la suite

est lié marc andrey oui puis ça fait un

bon plan en trois parties donc le sol
d'abord historiquement le sol on ne l'a
pas vu puisqu'il n'est pas transparent
vous échappe pas qu'on ne voit pas le
contenu du sol et d'ailleurs comment
plus ce que l'on va décrire n'est pas
visible et bien historiquement le sol on
l'a pris pour une extension de la
géologie
on l'a pris pour un substrat minérale et
puis d'ailleurs un substrat minérales
les agronomes en n'ayant pas dans les
années jusqu'aux années soixante
soixante dix n'ayant pas franchi le pas
de voir le sol comme quelque chose de
vivant
n'ayant pas compris le l'ayant pas
envisager la logique vivante du sol bon
bah ils l'ont vue comme un obstacle je
cite ici les mots d'un ami un très bon
ami c'était botanique de france
un agronome formé des années soixante
dix et qui dit à l'ats le sol est un
obstacle pour la production végétale
il joue il en le croit aussi sincèrement
que je pense que c'est le contraire mais
quelque part historiquement le sol
il était minérale alors deuxième point
avec le premier point n'est pas très
long la vie microbienne est en fait
assez gros points évidemment d'abord la
vie microbienne
c'est une espèce de redondance
parce que la vie est microbienne je
m'explique l'essentiel des espèces qui
nous entourent sont microbienne en
nombre d'espèces
on réalise pas tellement ça parce que
clairement nous sommes démesurées nous
sommes beaucoup trop gros pour faire la
biologie d'ailleurs vous avez repéré
quelque chose peut-être
rappelez-vous la salle de tp de sciences
naturelles quand vous rentrez dans la
salle de tp keskia des loupes
binoculaires des microscopes des choses
pour voir de plus près en réalité nous
sommes démesurées nous faisons partie
des rares espèces qui est franchie la
taille alauzet me dire la taille du
maître nom qui est franchie la taille du
mm voire même du dixième de millimètre
il ya très très peu d'espèces en
proportion qui est dépasser cette taille
le monde est peuplé de millions
d'espèces qui font entre 1 millionième
et 10 millionième de mètre
vous y êtes c'est les bactéries c'est
des unicellulaires comme les levures les
paramécies où les ciliées et puis c'est
aussi des choses filamenteuses comme les
champignons le monde il est fait de sa
le monde n'est pas ce que nous voyons
les animaux les plantes sont des détails
posé sur un monde microbien et vous
allez voir à quel point ils sont
vraiment posé dessus
mais avant d'aller plus loin et pour
fixer les idées pour finalité de cette
immensité microbienne juste le fameux
exemple classique du gramme de sols
forestiers de leforest d'à côté dans ce
g
là il ya 1 milliards de bactéries qui
appartiennent à plus d'un million
d'espèces dans un gramme de sol
alors moi j'aurais bien quand les gens
disent oui la forêt tropicale c'est
incroyable sur un hectare pioche kabyle
espèces d'arbres oui ben sous vos pieds
vous en d'écraser des milliers si ce
n'est des centaines de milliers de fois
de plus des espèces dans ce g de sol
toujours entre 1000 et 10 mille espèces
de champignons et puis un bon millier
d'espèces de protozoaires je vous
parlais de 6 liée de d'amibes chose
comme ça bon c'est énorme évidemment
c'est énorme en quantité comme toutes
ces choses sont très petit je vous
donnais la taille 1 selmi l'échelle
c'est le micro c'est millionème de m
le millième de millimètre comme c'est
très petit bain il y en a plein et on le
voit pas particulièrement je vous ai dit
tout à l'heure à des problèmes de
comprendre les sols c'est que les
composants en son troupeau
mais on en met plein en importe où dans
un gramme de sol par exemple
donc non seulement il ya plein d'espèces
mais au total comme on en met partout et
bien la biomasse du vivant c'est du
microbe 80 à 90 % de la masse vivante du
globe c'est des microbes
alors vous allez sourire parce que vous
allez sortir aux étudiants jouaient des
mecs qui se baladent il ya des chiens il
ya des vaches joie des arbres c'est ça
le vivant ah non
grosse erreur la biosphère c'est pas ça
la biosphère c'est cette couche de
surface du globe qui va jusqu'à 3 4 5 6
10 km par endroits de profondeur et
qu'est ce qui se passe entre les grains
d'un granit entre les grains un basalte
qu'est ce qui se passe dans les fissures
d'un calcaire ou pré ranks et des
plantes près rucks et des lézards qui
sont là et b non ce sont des microbes
ce sont des bactéries essentiellement de
deux grands groupes alors you ll ya deux
grands groupes de bactéries qui sont
aussi différents entre eux que la la
souris et le chili platanes bon les arcs
et et the bactéries et ça ça c'est le
vivant et quand vous intégrez la
biomasse depuis la surface où vous vous
voyez les animaux les plantes jusqu'à 10
kilomètres de profondeur bas il ya 80 et
90% de biomasse de microbes dans l'eau
de mer c'est un chiffre que j'emprunte à
gilles boeuf 90% de la bio-masse et du
plancton unicellulaires donc le monde il
est en biomasse pas seulement au nombre
d'espèces mans biomasse si les micros
bien mais y'a plus et c'est ça qui va
être intéressant dans les sols c'est que
non seulement il ya une diversité
d'espèces
on s'en fout quoi on n'est pas là pour
compter les espèces non seulement il ya
des rssi de masse mais après tout ce
qu'il peut lui aurait pas forcément le
plus intéressant ya surtout une
diversité de fonctionnement et je suis
au regret de vous dire que vous ne
pouvez pas imaginer la diversité de
fonctionnement des microbes je
m'explique
aujourd'hui quand j'essaie d'y
sensibiliser des étudiants qui ont cinq
années d'études
j'ai beaucoup de mal à leur communiqué
ce qu'aujourd'hui on commence à imaginer
de la façon dont vivent les microbes
alors je vous la fais simple
je suis désolé je vous renvoie souvent à
un cours de sciences nat pardon le cours
de sciences de vie et de la terre mais
vous souhaitez que ya des organismes qui
respire d'autres qui font la
photosynthèse
oui bah les microbes ils peuvent faire
ça il y en a qui respire d'ailleurs ce
qui reste bien au fond de nos cellules
ce sont des microbes qui font ça pour
nous il y en a qu il faut de la
photosynthèse ce qui est vert dans les
plantes et qui fait la photosynthèse ce
sont d'ailleurs des microbes qui vivent
dans les cellules des plantes bons mais
ils font plein d'autres choses et dans
nos sols par exemple il y en a qui
respire en bain au lieu d'utiliser
oxygène utilise le faire alors dantès
dans les sauts l'impunité ceux du fer
ferreux bon quand le sol ça sèche etc l
oxygène qui rentrent un accu tease le
faire et qu'ils souhaitent à respirer le
faire au sens où ils prennent le faire
et l'occident par l'oxygène et vivent
comme ça j'en ai d'autres par exemple
qui prennent de l'ammoniac et qui en
font des nitrates ça s'appelle la
nitrification cd métabolisme dont on n'a
pas idée nous qui remplace la
respiration à la photosynthèse et qui
font que ces espèces elles vivent de
façon incroyable mais du coup tous les
changements et a dû faire du chrome du
magnésium du soufre de la zot dans les
sols tout ce qui fait que le sol
manipulent les éléments d'une façon que
dont on n'a pas idée mais qui fait que
finalement on les retrouve sous des
formes utilisable par les plantes et la
sas et les microbes qui font ça et ils
font d observance des aubes et de
péremption invraisemblable y en a même
qui respire aussi aux deux ça fait du
méthane ce qui se passe dans des sols un
peu inondé 1
c'est un gros problème pour les effets
de serre sceqe l'irrigation participe à
l'effet de serre par le biais de c2c
truchement là mais il ya une diversité
métabolisme qui fait que le vivant c'est
bien les microbes qu'à la diversité de
ce que fait le vivant c'est
effectivement ce que font les microbes
essentiellement et nous les gros
organisme qui contribue très peu alors
je vais aller encore plus loin sur le
sol et vous prendre puisque donc que tu
montraient des mycorhizes alain tu
montrait ses interactions qui existent
entre des champignons du sol les racines
des plantes alors même que ces
interactions était très longuement au
cours du 20e siècle vu comme une sorte
de parasitisme sont trop d'effet sur la
plante
on sait depuis pas très longtemps que
c'est vital pour la plante
parce que le fait que ses racines soient
colisée par des champignons permettent
deux choses 1
la plante est en fait nourri par ses
champignons qui vont chercher là zot le
phosphate et l'eau dans les sols et en
échange d'ailleurs les champignons sont
nourris par la plante qui leur donne des
sucres cette interaction là elle est
vitale dans les saules ordinaire pour la
raison suivante c'est que dans les
saules ordinaire il ya très peu d azote
très peu de phosphate
c'est très diluées faut aller le
chercher loin et vous me délégué un
champion qui fait plein de filaments
microscopique le soin d'aller chercher
ça plutôt que de faire d'énormes racines
extrêmement coûteuse pour aller chercher
la nourriture donc dans des sols
ordinaire mais pas des sols qui sont
trop riches en azote ou en phosphate ce
sont les champignons qui nourrissent des
plantes
mais la deuxième chose c'est que ces
champignons pas pour et la plante
c'est à la fois le lieu où une partie
d'entre eux de leur organisme est
installé mais c'est aussi l'endroit où
il mange c'est le gîte pour partie et le
garde manger donc évidemment la santé de
la plante devient quelque chose auquel
ils ont un intérêt et 3 et donc ils vont
protéger la plante en faisant écran aux
agressions du sol que ce soit des
micro-organismes qui a attaqué la racine
que ce soit des toxiques du sol comme le
calcium ou l'aluminium
si vous me suivez ils font la santé de
la plante et ils la font bien au delà de
ça alors publicité oblige
si vous avez envie d'en savoir plus il
faut que vous lisiez les je pense que
tout est dans les trois premiers
chapitres du bouquin que tu cites est
jamais seul c'est là que j'essaie de
résumer ça il y a aussi des effets à
distance sur la santé de la plante se
les parties aériennes leurs réactions
aux pathogènes et quand vous mettez des
engrais dans un sol eh bien vous détenez
cet attelage la plante peut trouver
seuls ces aliments donc évidemment elle
fait l'économie de donner des sucres un
champignon mais vous perdez les faits
phytosanitaires bref vous avez perdu la
logique naturelle et en nourrissant la
plante pour nous hisser du même des
comptes et hâtivement mais vous perdez
la santé des plantes alors dernier point
l'homme bien encore 62 secondes 10
minutes
revient alors l'homme que fait l'homme
au sol le sol vie microbienne l'homme
et bien en fait je vais vous dire
l'homme ne fait rien que de naturel quoi
qu'il fasse
alors vous avez peut-être scandalisé
après les images odieuses que nous a
montrée à l'intérieur je trouve que tu
es un peu l'ambiance avec des images de
sol mutilés mais moi je prétends que
l'homme ne fait rien au sol qui ne se
produisent habituellement dans les sols
suivez mon raisonnement et voiliers en
quoi cet apparent paradoxe est en fait
générateur de solutions bon d'abord tu
insistait sur le fait que l'homme
retourne le sol vous savez retourner
c'est remonter la fertilité qui est
entraîné par les eaux vers la profondeur
du sol vers la surface
alors effectivement ça a produit des
saules lui mais ça ramène de la
fertilité en surface et c'est pour ça
qu'on s'est mis à faire ça à un moment
ça beaucoup de défauts notamment par
rapport à l'érosion mais au fait que
font les vers de terre dans le sol sont
la charrue vivante du sol
que font les plantes qui vont chercher
de la bouffe en profondeur qui l'a
remonte du calcium du magnésium du
phosphore de la zone qui remonte dans
les feuilles et faux pas des saints ou
est-ce qu'elles tombent les feuilles
mortes par an en surface du sol
donc les plantes extrait en profondeur
et remettent en surface du sol
lorsqu'elles perdent leurs parties
mortes
si vous avez suivi en fait il existe un
amour naturel alors pourquoi pas
labourer
j'ai fait venir un bien sûr bon prenons
une autre chose l'érosion effectivement
assez ans de pratique favorise l'érosion
mais l'érosion est un processus naturel
les sols se produisent par altération de
la roche au fur et à mesure que la roche
alter en profondeur et contribuer à
générer cette partie meubles qu'on
appelle le sol si vous dégagez pas des
couches de surface pas votre sol va
venir tellement épais que les racines
des plantes n'iront plus dans la zone ou
l'altération des roches libère des
aliments libère du potassium hyper du
calcium du magnésium
ce que je veux dire c'est que si le sol
ne sécrète pas au fur et à mesure eh
bien vous dire très épais et y aura un
problème
accès aux zones où la roche relarguent
une partie décennies retient j'ai oublié
le phosphore dans ce corps à la rue de
la roche au fait et c'est quand même pas
rien donc l'érosion fait partie de la
vie naturelle des sols bon sauf qu
effectivement on sait que les sols
agricoles et rod 10 à 100 fois plus un
seul c'est comme une bande vache ça suce
par en haut et ça pousse par en bas
donc c'est normal qu'un seul s'érode le
problème et j'y viens c'est celui du
rythme tiens d'ailleurs dans le labourd
par rapport à celui du verre ou de la
plante qui qui remet en surface c'est
aussi un problème de rythme
c'est un problème d'intensité du
processus c'est pas la nature du
processus qui est en question
l'érosion ou les circulations de base en
eau dans les sols
c'est normal le problème est celui du
rythme je vais vous dire on peut
extrapoler les ogm dans la nature il ya
des gènes qui changent d'espèce c'est
très bien connu moi même j'en
contiennent demi douzaine qui sont venus
d'autres espèces dans mon évolution
un détail près que c'est une demi
douzaine à 150 millions d'années et que
les ogm aujourd'hui c'est un changement
de rythme qui est questionnée continuons
encore importer les intrants ausy a
amené d'édudes l'azoté du phosphate
c'est contre nature je vous rappelle que
il en parle régulièrement avec les eaux
de ruissellement ou quand des bestioles
arrive bouffe des plantes et pivot
chineurs et donc emmène de l'azoté du
phosphate ailleurs or il ya des intrants
naturel il ya tout ce que la ramène
on oublie ça vous savez que l'air amène
énormément de choses au sol
il ya une sédimentation continue de
poussière dans le sud de la france en
corse on est sur 15 tonnes par hectare
et par an 15 tonnes par hectare et par
an de poussière saharienne vous les
connaissez d'ailleurs parce que si vous
avez vu les pluies de sens où les pluies
au chrs on a dans le sud de la france
c'est lé moment où ce flux est autant
plus important que les gouttes d'eau qui
tombent les toits l'atmosphère de ces
poussières mais il entend en permanence
15 tonnes par hectare et par an ça c'est
de l'intrant le vrai problème il est
toujours celui du rythme et notamment
dans ces intrants de
plus d'azoté et de phosphate qui peut ou
non par exemple des télés la symbiose
mycorhizienne alors voilà je pourrais
terminer avec les fongicides vous dites
les fautes is it c'est horrible bah oui
mais on a quand même sélectionner des
plantes qui pour être comestible ne
fabrique plus leur antibiotiques leur
antifongique naturel goûter moins chaud
sauvage vous verrez c'est dégueulasse et
en plus c'est cancérigène
parce que c'est plein d'attentes hier
beevor mais vous savez ça je sais pas si
vous avez fait cette expérience de
comparer à la quantité égale une poignée
de fraises sauvages et une poignée de
fraises cultivées les fraises sauvages
ont fini par dégager une amertume en
bouche une légère astringence parce
qu'elles sont pour et alain nous ferez
sculpte iv évidemment en a sélectionné
celles qui n'avaient plus tard
oui elle se défendre plus donc des
fongicides y en a dans les plantes et
nous avons remplacé les fongicides
naturel par des fongicides artificielle
et à des taux qui sont plus efficaces
contre les microbes mais qui finissent
par poser les effets donc aux
indésirables marginal que vous
connaissez ce que j aime dire et je vais
terminer par cela c'est la porte de la
réconciliation
darwin écrivait déjà dans la naissance
de l'homme que nous ne faisons rien qui
n'existe déjà dans la nature nous le
faisons simplement un rythme différent
et la question pour les sols en
particulier et celle du rythme et de
l'intensité avec laquelle nous nous
livrons à ce que fait la nature mais que
nous voulons renforcer en croyant faire
mieux finalement retrouvé une logique
naturelle s'est retrouvé non pas des
gestes différents mais d'approprié plus
la force d'intervention et les endroits
et les moments nous pratiquons ses
interventions pour essayer de suivre et
de pérenniser les processus naturels que
nous souhaitons et qui accompagne dans
la nature des rythmes naturels de
retournement du sol d'exporter d'érosion
d'exportation de la matière d' à 2 de
foot fongicides dans les plantes
en fait ce que je voudrais vous dire
c'est que l'homme est une partie de la
nature
il l'a toujours été et dans cette vision
là il y a le début de la solution en
essayant de voir comment il peut ou non
prendre une place dans fonctionnement de
la nature que l'on souhaite
le problème c'est toujours la quantité
par la qualité
pensez à la démographie c'est la même
grille de lecture fête des enfants
mais calculer le nombre pour que ce soit
soutenable et je pense que nous sommes
dans un jardin mais je n'aime pas du
tout la métaphore d'un jardin qui nous
aurait étonné car cette métaphore là
elle nous donne tous les droits sur le
jardin puis ce qu'il nous est donné
je pense que nous pouvons nous donner à
nous mêmes ce jardin si nous savons
l'entretenir et tout l'enjeu est de
comprendre comment fonctionne ce jardin
est d'être capable de l'accompagner
ce seront sans doute des gestes qui
ressembleront à ceux que nous avons déjà
pratiqué d'accord mais simplement
l'intensité les endroits les moments de
le faire la façon de le faire
pourra varier je ne suis ni contre les
intrants lits contre les pesticides ni
contre le labour
je pense que ce sont des solutions pour
certain temps pour certains moments pour
certains endroits pour le reste il
existe des solutions énorme à explorer
est l'une d'entre elles
c'est de s'appuyer sur les microbes pour
faire pousser les plantes et je pense
que ça c'est le premier pas vers une
réconciliation de l'homme avec la nature
l'homme qui n'a jamais été en dehors la
nature et qui peut être y retournera
s'il veut persister c'est de ça dont je
voulais vous parler
[Applaudissements]

Partager sur :