Logo MSV Normandie officiel.png

Itinéraires techniques Maraîchage Sol Vivant - Ferme B.A-BA

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher


Présentation du contexte et des itinéraires techniques mis en place par Valériane Baby et Niels Basclet à la ferme B.A-B.A, petite surface en maraîchage sol vivant à Bannalec (35). Les informations présentées sur cette page sont issues de plusieurs comptes rendus de visites de ferme réalisées depuis 2019.


Présentation générale de la ferme

Remarque : Maintenant, il y a une tolérance de variation du plan DJA jusqu’à 50% du budget annoncé, et toujours le droit à un avenant gratuit.


Objectifs de leur installation

Avoir un lieu de vie agréable, du temps libre (donc choix d’une petite surface), et ne pas être enchaîné à son travail. En année 4 : 200 planches sur leur ferme, dont 160 en plein champ (PC) (20*1m en serres et 20*0,8m en PC avec des passe-pieds de 45cm) et trois parcelles de 400m² sans planches pour rotation avec couverts.


Premières actions agronomiques

Ancienne terre céréalière donc apport massif de compost de déchets verts le 1er mai 2018 : 400 t/ha - entre 8 et 10 cm sur 1ha, sur le champ contenant encore les chaumes de maïs de la culture précédente. Le champ n’était pas ressuyé, ils ont eu des grosses ornières de 1m de profondeur dans le sol et il y a une semelle de labour par endroit à 30cm de profondeur.

Puis création des planches 3 semaines après l’intrant, au fur et à mesure des besoins, via des buttes (montées au croc à 15/20cm de hauteur - elles sont retravaillées chaque année) et mises en cultures avec un objectif de début des ventes à l’automne (bonne pousse).

Montage des serres en parallèle de fin août jusqu’à fin septembre, bâchées en août. Puis mise en place des chemins.


Organisation sur la ferme

Valériane et Niels : “À notre échelle et avec nos envies, +/- 30 000 €/personne de légumes à planter, récolter et vendre nous semble un maximum pour continuer de profiter d’un rythme de travail « à la cool ».”

Environ 50h/semaine de mi-février à mi-avril pour le lancement de l’année puis plutôt 35h en saison, travail l’après midi en été assez rare sauf juillet avec implantation poireaux et choux.

L’hiver : quasi exclusivement de la récolte et de la vente, travail le mardi matin, mercredi, vendredi et samedi matin pour les ventes, un peu de production par ci par là. Fermeture de la vente 2 mois complet (mars-avril) pour se concentrer sur la production. Travaillent peu (pas de boulot l'après-midi en été).

Stagiaires réguliers sauf en année 4(2021) où ils n’étaient que 2 (pour voir si la ferme était viable à seulement 2 personnes).

En 2022 : 2 stagiaires SIAP à 2j/semaine.


Commercialisation

En 2018, début des ventes fin septembre avec une vente à la ferme le mercredi après-midi et des paniers sur commande livrés à Concarneau (15 min de route) le mercredi matin.

En 2019, ouverture du deuxième créneau de vente à la ferme le samedi matin (construction du magasin pendant l’hiver) en plus des paniers et vente du mercredi.

En 2020, augmentation de la clientèle à la vente à la ferme et fin des paniers à Concarneau.

En 2021, uniquement de la vente à la ferme (3h le mercredi, 3h le samedi).

Depuis 2022 :

  • AMAP d’une vingtaine de paniers + crèche à 50 € légumes /semaine, vente très lissée sur 10 mois de l'année, pas d’augmentation des débouchés l’été, pas vraiment d’effet de pic de production.
  • 100 clients/semaine en été : environ 50 le mercredi, 50 le samedi, 80 clients en hiver.
  • 8 000 €/mois l'été et 6 000 €/mois l'hiver à la vente à la ferme (en année 2020, CA « presque » identique en août qu’en février), moyenne de vente par ouverture du magasin : 900€.


Les légumes qui rapportent le plus sont :

  • Tomates : 5€/kg.
  • Haricots verts : 8€/kg.
  • Carottes : 2,8€/kg.
  • Poireaux : 3€/kg.
  • Épinard : 6€/kg.

Gamme large pour satisfaire les clients : environ 20 légumes présents à chaque vente à la ferme.


Il y a eu 2 articles de presse au démarrage avec en plus une page Facebook et des panneaux directionnels. Le champ est ouvert à la visite le mercredi : Tour de champ avec les clients. Ils donnent des nouvelles sur Facebook chaque semaine avec des belles photos (10min pour photos publiées).


Stratégie et résultats économiques

Investissements dès le début grâce à 70 000 € de prêts sur 10 à 12 ans

  • Serres : 22 000 € amortis sur 10 ans. Niveau économique, 500m² de serres sont l'équivalent de 1500m² de plein champ donc les serres sont largement rentabilisées sur 12 ans.
  • Matériel irrigation de A à Z : 12 000 € amortis sur 10ans. Aspersion intégrale fixe plein champ et serres.
  • Création d'un chemin central stabilisé : 10 000 € amortis sur 10 ans. 15*3,5m = 350m², avec passage de gaine électrique sur 150m (4000€) avec en plus une réserve d’eau 500m3 (6000€ seulement pour le terrassement) avec en plus un puit/forage à 10m.
  • Matériaux : 12 000 € amortis sur 12 ans. Pour auto construction du magasin, de la chambre froide et de la chambre chaude (courges, patates douces et germination semis d’hiver/printemps) avec l'électricité dans les hangars.
  • BFR et un motoculteur (broyeur à marteau) : 15 000 € amortis sur 5 ans. En ajoutant aussi 20 000 € (apports perso) pour du "petit matériel", tous les outils manuels des râteaux au semoir, bâches tissées et ensilage, plaque à semis, apport initial de compost déchets verts, etc.


Au total : 7 000€ d’annuités.


Ils ont achetés la maison d’habitation, le terrain (2,4 ha dont 5000m² de zone humide) et le hangar en privé. Une très belle offre à 140 000 €, prêt sur 25 ans, "loyer" mensuel à 500€.

Ils louent les terres au GAEC au montant de la taxe foncière et le bâtiment est mis à disposition du GAEC. C’est l’entreprise qui finance les travaux sur les hangars.


Subventions à l’installation

  • 2 DJA (Dotation Jeunes Agriculteurs) de 24 000 € (restées sur les comptes personnels pour pouvoir vivre le temps d’avoir un salaire).
  • 2x4 000 € d’aides de la région.
  • 2x2 000 € de la communauté de communes.
  • Crédit d'impôts de 3 500 € depuis 2020 par associé (versé sur comptes personnels).


  • CA 2018 (année 1) : 20 000 €, du 25 septembre 2018 au 31 mars 2019.
  • CA 2019 : 48 000 €.
  • CA 2020 : 60 000 €.
  • CA 2021 : 67 000 €, à 2 UTH sur 10 mois : de mai à fin février.


Charges annuelles en N3  25 000 € : +/- Prêts 7 000 €, MSA 5 000 €, charges opé 8 000 €, le reste en comptabilité, assurances, etc. Ils font plus de 60% d’EBE (Excédent Brut d'Exploitation).

Rémunération de 500€/mois chacun d’octobre 2018 à mai 2019 puis 1 000 € de juin 2019 à octobre 2020, 1 500 € de salaire chacun depuis novembre 2020. Ils se payent bien, et ne veulent pas s'augmenter ni embaucher car ils ne veulent pas faire plus d'administratif et surtout devoir suivre des horaires.


Irrigation, serres et matériel

Irrigation

Réseau créé par l’entreprise IMH Distribution qui a dessiné l'irrigation en fonction des besoins.

  • Puit/forage avec pompe à 6m de profondeur (3m3/heure) qui décharge dans le bassin tampon.
  • Bassin de réserve (500m3) sans bâche car étanche naturellement.

Puit et bassin créés par Didier le Diodic, sourcier et terrassier à Moellan sur mer.  

  • Bassin étanche naturel : 6 000 € seulement pour le terrassement. Le bassin s'est vidé en 1 semaine donc remplissage à nouveau via une pompe. Pas de manque d'eau depuis 4 ans. 2,5 m de profondeur , 16x16 en haut, 12x12 en bas.
  • Aspersion intégrale fixe plein champ et serres. Il y a des rampes d’aspersion partout, mais pas de goutte à goutte au début en serres.

Saison 2 : Mildiou sur tomate en juin donc goutte à goutte sous la bâche pour une culture plus sereine, le rendement est plus régulier. 1 électrovanne/serre et 2 en plein champ (une Sud et une Nord). Les données climatiques (tensiomètre thermomètre) sont connectées au Bluetooth du téléphone de Niels (c’est bien parfois quand ils n'ont pas le temps mais c’est plus facile de regarder le sol  à l'œil donc l'automatisation est difficile à gérer au cas par cas).


Serres

Orienté nord / sud 4x9.30x40m : assurées à 500€/an (prix neuf : 15€/m², assuré à 20€/m²). Toute la ferme est assurée multirisque agricole.

22 000 € pour les 4 serres (1 600m2 en tout, 40x9,3m). Location d'une mini-pelle pour les tranchées avec en plus un chantier collectif a 5/6 personnes. Chemin central stabilisé (350m²) avec passage de gaine électrique sur 150m.


Matériel

  • 5 000 € pour les 2 brouettes Zoette électriques 5km/heure max, ce qui permet un certain confort.

1 plate pour poser les caisses (bricolées pour rajouter un plateau supérieur - contenance de 6 paniers rouges), 1 bac pour matière organique, contenant jusqu'à 250 kg, elle est simple à manier. Ils les ont depuis 2 ans et en sont très contents.

Les brouettes chargent la nuit (besoin quelques heures de charge) utilisées pour le trajet de la zone de lavage jusqu'au magasin.


  • Toiles tissées à 0,67€x3000m² (environ 2010€) achetées directement à l’installation et percées au chalumeau. Ils auraient acheté des bâches pré trouées s’ils avaient su (première année : tout sur toile tissée).


  • Voile de forçage en plein champ à partir de 2022 (rouleau de P30+P19 en 2m10 pour arceaux de 1m80, 900€ les 8x250m) arceau nantais avec paille dans les passe-pieds pour tenir le voile. Sous abris depuis le début, P19 de 12m80x40m, doublé, une longueur pour 6 planches dans la longueur de la serre.


Ressources en matière organique

Compost de déchets verts

La plateforme où ils pouvaient se fournir propose du compost rempli de plastique, ça ne va pas (effet confinement, à voir aujourd’hui si plus propre, sinon dispo à Fouesnant sans plastique, plus calibré et mélangé avec des algues).

Trop de ressources chez les SETOM donc gratuit ou 4€/tonne et livrée directement sur place.

Paille : 12 tonnes/an utilisées, 22€/tonne en balle rectangle compacte.

Broyat : Dépôts régulier de 0,5/1m3 d’un grimpeur élagueur (client à la ferme), 20€/m3 en troc contre légumes.


Itinéraires techniques

Il n’y a pas de rotation précise sur la ferme, sauf pour les tomates où ils ne les remettent pas à la même place avant 3 années, elle se précise au fil de l'eau en fonction du temps disponible qu'ils ont et de ce qu'ils ont à faire. Idem, ils ne respectent pas le calendrier lunaire (avant ils le faisaient pour les semis et les gros chantiers de plantation). Maintenant, ils choisissent sur le moment quelle culture sera bien sur quelle planche (point organisation régulier pour savoir ce qu’il doivent planter).

Ils testent les couverts végétaux. Cette année, engrais vert : seigle, féverole, seigle-pois-vesce et autre engrais vert avant courges mais trop de matière fraîche et limaces : 15% de courges restantes).

Depuis 2022, au printemps (gros souci en 2021 avec beaucoup de paille partout) : Toutes les plantations de printemps sont sur toile tissée maintenant  avec voile de forçage, pas de paille car le réchauffement du sol pose problème (sauf pour les choux).

Le forçage avec voile cette année est super car pas de légumes qui ont du mal. Il y a toujours un voile dans les serres - double P19 sur les tomates lors du gel.

Toutes les cultures restent sur place, coupe à la base. Il y a beaucoup de galeries de campagnols mais peu de dégâts sur les cultures, sauf impact sur la reprise des plants (+ plantation longue à cause des galeries, passage éventuel de grelinette si trop de galeries visibles).


Pomme de terre

Uniquement en primeur (dépôt/vente pour la pomme de terre de conservation), et sur toile tissée et perforée. Vieille paille pour le paillage des pommes de terre donc sol agréable et pas de désherbage. Pas de fertilisation pendant 3 ans et en 2022 : Fertilisé au lombricompost (10kg/planches, peu importe la culture).


Choux

Choux toute l'année mais peu rentable, c'est pour avoir de la variété au magasin (4,5€/kg chou-fleur). Les choux sont conduits sur paille : 15 cm de paille, pré-trouée tous les 50cm, et la plantation se fait manuellement.


Carottes

Semis à vide sur sol nu pour sillon puis bâché à la bâche ensilage pendant 5 jours, il y a donc zéro désherbage. Le rendement est de 10/12kg/m2. Après la récolte, il y a un petit désherbage, coup de râteau et occultation pendant 1 mois, en rajoutant du lombricompost au débâchage, puis rajout d'une toile tissée pour pouvoir planter des épinards (bloc primeurs mesclun navets etc) qui fini en juin puis bloc de choux sur paille en juillet avec récolte de février à mars.


Panais

Graines enrobées, semées au semoir et à la main, avec un rappuyage au rouleau puis paillage sur 10cm si enherbement et rajout d'une toile tissée.


Melon

Variété Costibel qui est vraiment top et autre variété nommé Jenga qui est aussi cool.


Pastèque

Les variétés utilisées sont Sugarbaby et Pepitat, cultivée sous serre. Le goût est super bon pendant 1 mois environ puis le goût se dégrade au fur et à mesure donc ils en offrent 1 pour 1 achetée (comme ça les clients ont plus de chance d’en avoir une bonne).


Tomates

Il y a 300 plants de tomates (36 par planchesx8) conduites sur 2 têtes avec des fils enrouleurs de 12m pour le côté pratique, et taillée pour contrer mildiou, il suffit de dégager le bas du pied dès le changement de couleur du pied et étêtage début août au dessus du 7ème bouquet (14 bouquets par plants). L'espacement est d'environ 50 cm pour la plantation. Il y a une grosse aspersion sur les tomate en début de culture quand il y a encore peu de feuillage.

Les clients partent en vacances l'été donc pas tant de production de tomates chez eux.

Une partie sont des plants greffés achetés à Tecnosem (les plants sont jolis mais chers), plants francs maison ou Ty plant.

Il y a une pépinière à 5 min de la ferme.


Salade

La salade est associée aux tomates pour limiter le taupin qui s'attaquait à la tomate.


Epinards puis poivrons

Épinards semés au printemps (semis direct : très beau) avant d'y placer des poivrons sur 2 rangs tous les 50cm associés au basilic.


Haricots

  • Haricots nains sont plantés sur toile tissée. Il y a 1 récolte uniquement puis ils sont retirés avant que les tomates prennent la place.

Les haricots nains sont placés au pieds des haricots rames : récoltés 2 semaines avant puis coupés pour laisser l’espace pour le rame.

  • Les haricots rame : 15/20kg/h récoltés pour 160€/h (vendus 8€/kg) donc très rentables.

Les variétés utilisées pour les rames sont : Vesporal et Cobra.


Radis

Cultivés sur compost avec 1 récolte avant de placer les aubergines. Ils préfèrent occuper la planche et ne récolter qu’une seule fois, plutôt que de bâcher et n’avoir aucun légume.


Petit pois

Ils sont plantés sous serres sur 2 rangs avec une "bâche passe-pieds" de 50cm de largeur entre les 2 rangs de petits pois, avec un filets sur des fers à béton de 1 m pour les faire grimper. Les filets se dégradent sur la planche.


Choux-fleurs puis oignons conservation

Le chou-fleur est placé derrière un couvert de seigle et pois-vesce de 2,4m de hauteur à la destruction, suivi d'un roulage au tracteur puis occultation pendant 1 mois. Ensuite il y a la plantation avec 1 arrosage au tuyau fin juillet/début août. Il y a généralement une bonne récolte puis coupe ras. Pose de  toile tissée pour y placer ensuite des oignons de conservation avec une récolte prévue fin août pour repartir sur un couvert courant septembre.


Fenouil

Ils sont vendus en petit calibre au début de la culture et ils en laissent grossir pour étaler la vente car les clients ne sont pas fans et il y a de grosses quantités chaque semaine qui ne sont pas vendues.


Pépinière

Ils ont fait tous leurs plants les 2 premières années, maintenant ils achètent pour être tranquilles (pas de semis précoces car ils n'ont pas de table chauffante mais la pépinière est fonctionnelle).

Patates douces, poireaux, plants chauds achetés et ils essayent à nouveau la production de certains plants en fonction de leurs envies.


Fournisseurs

Auparavant Agrosemens mais trop cher donc maintenant :  Essem'Bio, Voltz et Sativa.


Ravageurs

Il y a 4 chats sur la ferme donc peu de problèmes de rongeurs.


Infos complémentaires

Le lombricompost est utilisé pour donner un effet coup de boost à la volée sur la planche avec l'utilisation du râteau (10kg/planche) ou localisé sur le plant.

Acheté 20€/tonne à Hennebont au fournisseur ElemenTerre (2 tonnes utilisées par an).

Conservation: ça sèche dans l'année.


Ils ne produisent pas de fraises.

Ils utilisent du purin de fougères contre les taupins mais cela ne fonctionne pas chez eux.






Partager sur :