Diminuer les charges de production en accueillant des abeilles sauvages dans les vergers

De Wiki Triple Performance
Verger Patrick Chassac.jpg



Patrick Chassac pratique une agriculture raisonnée depuis près de 20 ans dans l'objectif de produire en harmonie avec les écosystèmes naturels et d'atteindre une triple performance : économique, environnementale et sociale.

Présentation de l'exploitation

L'EARL de Peyral, en bref

L'EARL de Peyral est une ferme arboricole du Lot-et-Garonne spécialisée depuis 30 ans dans la production :

Eventail des produits à base de noisettes commercialisés sous la marque "Le Casse Noisette"
  • de prunes sous IGP Pruneaux d'Agen (15ha)
  • de noisettes (30ha) transformées en différents produits (sur la ferme ou chez des artisans locaux) depuis 2016 sous la marque "Le Casse Noisette" : pâte à tartiner, bière à la noisette, farine de noisette, huile de noisette, noisettes entières ou grillées.


Les deux ateliers sont équivalents en terme de chiffre d'affaires et les productions sont principalement vendues en circuit-court et à des coopératives.

  • L'EARL de Peyral fait partie du CETA de Guyenne et est impliquée dans un réseau de fermes DEPHY.


Les objectifs de la ferme

Patrick Chassac met en œuvre des pratiques lui permettant d'atteindre une triple performance via divers objectifs :

  • réduire les charges de production
  • atteindre une autofertilité du verger
  • augmenter la biodiversité dans les parcelles
  • limiter les interventions humaines dans le verger


Contexte pédoclimatique

Lac d'irrigation de l'EARL de Peyral


Irrigation

Les parcelles de la ferme sont irriguées grâce à un lac de 147 000 m³ partagé avec ses voisins[1]. L'irrigation se fait par micro aspersion et par goutte à goutte enterré.

Parcours

  • 1990 : Patrick Chassac reprend l'exploitation de polyculture-élevage familiale et décide d'y développer une production de fruits.
  • 1992 : Il modifie la conduite de son verger, sous les conseils de son conseiller du CETA de Guyenne afin d'optimiser les réserves hydriques de son sol. Cette étape est le premier pas franchi vers une transition agroécologique de son système.

Un premier pas vers l'agroécologie

  • 1992 : Patrick Chassac décide de semer des fleurs dans les inter rangs de ses vergers au lieu de la fétuque initialement semée et tondue durant toute la saison. Lors de la première année d'essai, sous les conseils du CETA de Guyenne, Patrick Chassac sème en février des fleurs et de la fétuque en alternance, 1 rang sur 2, afin d'observer les bénéfices - ou non - de cette pratique et conserver un témoin du système initial.
  • Les observations de cet essai sont sans appel : début août, alors que les rang couverts par la fétuque montrent des signes de sécheresse (présence de nombreuses fentes de retrait), les rangs fleuris n'en présentent pas : en effet, les fleurs ont poussé continuellement du semis jusqu’à la floraison (en juin) permettant ainsi de faire écran sans consommer de grandes quantités d’eau après leur fleuraison.  
  • 1995 : A la suite de ces essais, Patrick Chassac supprime la tonte de ses inter rangs dans l'ensemble du verger. Cela lui permet d’économiser 300h de temps de travail (liées à la tonte) et 3000L de gazole. Les vergers ont ainsi bénéficié d’un enherbement spontané : initialement composée majoritairement de graminées, la flore s’est, au fil des années, grandement diversifiée avec l’arrivée de nouvelles espèces. Les enherbements sont tondus juste avant la récolte.


Pendant 30 ans, Patrick Chassac va s'efforcer de créer dans ses vergers un écosystème vivant et autonome, apportant des bénéfices aux arbres fruitiers et à la biodiversité mais également à l'exploitation.

Les pratiques mises en place

Les motivations

Patrick Chassac s'est intéressé à l’agroécologie pour des raisons premièrement économiques : il voyait en l’écologie une manière de limiter ses coûts de production. La mise en place de ses pratiques a également été motivée par le démarchage en 2008 d'une startup lui proposant de réintroduire des Osmies sauvages dans son verger, pour la modique somme de 600€/ha, afin d'augmenter la pollinisation. Plutôt que d'acheter ces pollinisateurs, Patrick Chassac a préféré se former et mettre en œuvre des pratiques permettant d’attirer naturellement les osmies dans ses parcelles et de répliquer le processus trouvé par l'entreprise.

Enherbement total du verger

Le principal levier dans l'accueil de biodiversité dans les vergers est l'enherbement total du verger. Depuis 1995, Patrick Chassac ne sème plus aucun couvert et laisse l'herbe pousser spontanément. Initialement composée de graminées, la flore du verger s'est diversifiée au fil des années et contient désormais des dicotylédones et des légumineuses. L’enherbement spontané est géré par une simple intervention annuelle (rolofaca dans les Pruniers, broyeur dans les Noisetiers), positionnée avant les récoltes. Patrick Chassac a arrêté le travail du sol.

Pour faciliter la diversification de la flore de l'enherbement, Patrick Chassac a mis en place un partage du territoire dans son verger. Cette pratique a été réfléchie lors d'une formation Abeilles Sauvages suivie en 2008.

Partage du verger mis en place à l'EARL de Peyral.


Le verger est partagé de la façon suivante :

  • 7 m séparent les rangs
  • Les inter rangs enherbés spontanément mesurent 3,5 m. Ce sont des zones d'extensification plus pauvres, car les résidus de tonte sont exportés, propices aux développement de légumineuses et de dicotylédones.
  • Les rangs mesurent également 3,5m de large. Ce sont des zones intensivement carbonées, très riches, permettant de produire les fruits. Ces zones sont enrichies au fil des années grâce à un apport annuel de biomasse : le bois de taille broyé et le résidu de tonte de l'enherbement sont placés sur le rang. La richesse du sol dans ces zones est propice au développement des graminées.


Dans les pruniers, l'enherbement total permet de ne plus apporter de fertilisation (les besoins des pruniers sont faibles : - de 60U d'azote). Le fait de ne pas fertiliser avec un engrais chimique permet d’éviter de donner des coups de fouet dans la croissance de l'arbre et des fruits : les fruits sont donc moins gorgés d’eau et présentent un poids spécifique plus important.

Les besoins des noisetiers étant plus importants, Patrick Chassac apporte encore une fertilisation extérieure. De plus, l'enherbement du rang étant difficile à gérer lors de la récolte, du glyphosate est utilisé pour désherber sous les arbres.

La mise en place de cet enherbement spontané "à deux vitesses" a permis de développer une flore riche dans les vergers et d'attirer un maximum de biodiversité fonctionnelle.

Accueil d'Osmies dans le verger

Osmie sauvage

Patrick Chassac s'est formé, en 2008, auprès de l'OPIE à l'écologie de l'abeille (fonctionnement naturel, besoins...) afin d'offrir dans ses vergers les conditions nécessaires à la vie des Osmies sauvages. Une fois l'enherbement spontané mis en place, il a fallu amener des Osmies sauvages dans le verger.

  • La première étape consiste à récupérer des cocons d'osmies en plaçant des tubes en carton dans la toiture des maisons dans lesquels les Osmies se reproduisent. Cette étape a permis à Patrick Chassac de récupérer une centaine de cocons dès la première année.
  • Ces cocons sont ensuite placés dans le verger, dans des petites boîtes en plastique trouées, à l'abri de leurs prédateurs, les oiseaux.
  • Pour maintenir la population d'osmies sauvages, Patrick Chassac a installé sur sa ferme des hôtels à insectes, composés de nouveaux tubes en carton utiles à la reproduction des abeilles. Attention, il est nécessaire de nettoyer les tubes chaque année afin d'éviter le développement de maladies sur les cocons.
Hôtel à insectes
  • Au fil des années, la population d'osmies sauvages dans le verger de Patrick Chassac est passée de 100 cocons à environ 15 000 individus.

Suppression des traitements

La suppression des traitements sur la ferme a également facilité le développement de la biodiversité sur la ferme. Patrick Chassac a décidé, après sa formation Abeilles Sauvages, d'arrêter les traitements anti-pucerons et a misé sur l'efficacité des auxiliaires présents dans son verger. L'enherbement spontané déjà mis en place et l'arrêt des traitements ont permis d'attirer des syrphes dans les vergers. Prédateurs des pucerons, les syrphes se sont développés et ils ont régulé les pucerons à la troisième année de conversion.

L'arrêt des traitements anti pucerons a réellement pris 3 ans à Patrick Chassac :

  • La 1ère année, il y a eu des attaques de pucerons donc des traitements ponctuels ont été effectués.
  • La 2ème année, il y a eu des foyers de pucerons, Patrick Chassac les a régulé en coupant les branches infestées.
  • La 3ème année, il n'y avait plus de pucerons : les syrphes parvenaient à réguler la population.

Il faut prévoir entre 2 et 4 ans pour mettre en place un écosystème fonctionnel à partir du moment où l’on arrête les traitements.


Quels investissements ?

Patrick Chassac a toujours essayé de limiter les investissements sur la ferme.

  • L'investissement le plus important dans la transition de l'EARL de Peyral a été la formation Abeilles Sauvages, suivie auprès de l'OPIE, et payée par VIVEA.
  • Aujourd'hui le seul investissement prévu est un robot permettant de sortir l'herbe sous le rang de noisetiers avant la récolte afin d'arrêter complètement l'usage du glyphosate.


Les avantages

  • L'enherbement total du verger et l'arrêt de travail du sol ont permis d'augmenter considérablement la vie du sol : 300 vers de terre au m² !
  • 300 h de temps de travail et 3000L de gazole économisés chaque année !
  • L’intérêt des osmies est qu’elles sont performantes y compris en basses températures, contrairement aux abeilles domestiques.
  • Les couverts végétaux permettent de :
    • protéger les sols de l'érosion et de la sécheresse
    • capter du carbone
    • nourrir les pollinisateurs


Les points de vigilance

  • Aspect social : dans l'esprit "populaire" un verger entretenu est un verger tondu. Il faut parfois expliquer la démarche de l'enherbement spontané aux autres (banquiers, assureurs, voisins...) afin de calmer les esprits.
  • Il est parfois difficile de stopper les traitements, il s'agit d'un moyen de contrôle du verger, mais il est important, dans les phases de transition de faire confiance à la nature.
  • Difficulté de sortir du cycle cultural de 1 an et d’entrer dans le cycle de l’écosystème de 3 ans (avec l’impact de ce qui a été fait dans les deux ou trois années dernières) : il faut déconstruire sa façon de penser l'agriculture ! On ne revient pas à 0 après chaque récolte.


Conseils

Patrick Chassac souligne l’importance de laisser faire la nature et limiter les travaux et interventions, il nous livre d'autres conseils :

  • Commencer par des petites surfaces, observer les résultats et comprendre ce qui se passe.
  • Toujours garder des zones “témoins” du système précédent pour constater l’impact des nouvelles pratiques.
  • Se former ou se faire aider sur la connaissance des écosystèmes.
  • Se rapprocher d’écologues ou d’associations pour la biodiversité.
  • Important d’être capable de se repérer dans la transition par l’observation des insectes et plantes bio indicatrices et des analyses de sol et de biodiversité.
  • Attention à ne pas mettre trop de ruches d'abeilles domestique, pour garder l’équilibre avec les abeilles sauvages.

Pour aller plus loin...

N'hésitez pas à visionner cet interview de Patrick Chassac pour en savoir plus sur ses pratiques :


N'hésitez pas à consulter le diagnostic de biodiversité réalisé à l'EARL de Peyral :

Diagnostic de biodiversité réalisé à l'EARL de Peyral en 2020.

Annexes et liens

  • Article rédigé suite à un entretien réalisé avec Patrick Chassac le 19/04/2021.
  • Réseau Agr'eau, 2016, Arboriculture fruitière de conservation : les équilibres agroécologiques du verger grâce au génie végétal.
  • Leviers évoqués dans ce système

    Matériel évoqué dans ce retour d'expérience

    Cultures évoquées


    Bioagresseurs évoqués dans ce retour d'expérience

    Auxiliaires concernés par ce retour d'expérience

    Accidents climatiques évoqués