Agroforesterie en viticulture, avec Marceau Bourdarias, Alain Canet & Hervé Covès

De Triple Performance

Thumbnail youtube 9Ice7COVy2k.jpg

Pendant le confinement, Ver de Terre Production propose de diffuser des webinaires avec vos intervenants préférés !


Aujourd'hui, on continue le cycle avec Marceau Bourdarias, Alain Canet & Hervé Covès : Agroforesterie en viticulture : règles élémentaires et principes premiers pour La Belle Vigne.


En partenariat avec Arbre & Paysage 32 & Pour une Agriculture du Vivant


Transcriptions

il doit pouvoir venir en cours oui mais

tous deux sont humains il me demandait
le lien la mairie ils l'avaient donc ça
y est nous sommes à l'écran bonjour à
tous merci d'être si nombreux en ce
mardi matin
merci nous avoir rejoints père que tout
va bien pour vous merci marceau d'être
avec nous
bonjour bonjour à tous

Afficher la suite

bonjour hervé bonjour bonjour la vie est

belle
salut à un bel avenir il me recommander
le lien la bloquer il l'avait
jean-françois bonjour ça y est nous
sommes heureux en ce mardi matin
merci nous avoir rejoints j'espère que
tout va bien pour vous conrad est arrivé
week en rade et là bonjour conrad ça va
toute l'équipe est en grand complet
toute l'équipe au enfin j'en sais rien
c'est toi qui sais il semble rien il
semblerait que l'équipe soit au complet
l'équipe est en pleine forme
re bonjour à tous on va on va démarrer
vous pouvez vous êtes sur youtube et
nous sommes en visioconférence chacun un
petit peu confiné chez nous on va faire
ce petit exercice de la belle vie vous
représentera un petit peu cette nouvelle
entité cette nouvelle unité autour de la
de la belle vie je vais vous montrer une
trentaine d'image un petit peu
rapidement après on donnera la parole à
mars au board arias puis remet covès
puis conrad schreiber on essaiera d'être
un petit peu conseillé rapide c'est pas
dans nos habitudes d'être conseillés
rapide mais c'est pas grave on va malgré
tout essayé cet exercice aujourd'hui
petit tour d'horizon sur cette belle
vignette viticulture il m'a la
biodiversité des mots que vous ne
connaissiez bien des maux qu'on va
séduire
on n'est pas en formation on n'est pas
aux formations aujourd'hui on essaie de
faire cet exercice un petit peu
génériques et générale je pense qu'il
faudra aller un peu plus loin un petit
peu un petit peu plus tard ce qu'on vous
propose en deuxième partie l'idée c'est
de durer jusqu'à midi je pense qu'on
n'aura pas trop de problèmes pour durer
jusqu'à midi
en seconde partie on construira ensemble
schéma la pluie avec une palette
graphique mise en scène est mineur mise
en oeuvre par le fameux legrand
l'incontournable mars au board arias ici
présent on construire ensemble la la
palette graphique technique et réaliste
de cette belle vignes de ré agréger
toutes les les bonnes les bonnes et
belles histoires de chacun d'entre vous
ont déjà pratiqué sur le terrain
les commentaires se peuvent se faire en
direct sur youtube et par écrit
on les voit on traduira au fur et à
mesure les questions les remarques et
les interrogations donc me revient la
lourde tâche de démarrer de faire un
petit éventail de cette belle ville je
représente et je représenterai à la fin
rapidement les livres les livres de
l'agro écologie et de l'agroforesterie
les initiatives
là tout de suite des enfants des arbres
une belle initiative qui vise à faire
planter tous les enfants scolarisés tous
les scop tous les enfants scolarisés
chez un agriculteur avec une association
avec du lien et du contact
cette fameuse belles vignes et on va
demander tout de suite à conrad de nous
dire un mot sur la belle vigne mais un
petit mot s'il te plait bien la belle
ligne c'est une création originale pour
ramener vers les vignerons
principalement un travail qui a déjà été
fait chez les maraîchers avec le
maraîchage sur son vivant par exemple
chez les céréaliers avec la conservation
des sols et et chez les éleveurs avaient
bien aventureuse hong l'idée c'est de
créer pour une ligne rond toute cette
approche systémique et agronomiques
autour des sols vivants en sachant qu'
il va falloir couvrir l'intégralité de
nos sols horizontalement et
verticalement pour lutter contre le
réchauffement climatique et c'est le b à
ba qui doit arriver maintenant
alors pourquoi maintenant c'est parce
que en fait les portes sont bien
ouvertes le savoir-faire arrivent les
techniciens et les experts sont là donc
il s'agit de les réunir de faire nous un
agrégat d'experts pour produire à
l'intention des vignerons cette vigne du
21ème siècle qui doit nous permettre
d'avoir un très beau produit qui
finalement se revendique naturel ok
merci je le dis à quelque chose
d'important
on boit tous un coup à 11h55 j'espère
que vous avez les bouteilles qui sont
prêtes que vous n'êtes que vous êtes
opérationnel
bon je ferai la liste là j'ai déjà les
commentaires et vous les voyez pour
certains d'entre vous la france viticole
est très très bien représentée ce matin
et on vous en remercie donc on va faire
un petit peu d'histoire ce matin on va
se promener dans cette liane c'est yann
qui a co évolué avec l'arbre c'est une
des définitions de la vigne qui est né
dans la ripisylve comme vous le voyez
sur cette image et qui avait évolué donc
avec là on va parler évidemment un peu
de biodiversité parce que ça c'est le
sujet de savoir si c'est une contrainte
eu une opportunité on n'échappera pas à
parler de vers de terre
évidemment évidemment parce qu'il ya
peut-être quelque chose à jouer
et puis on va regarder l'état des
vignobles état du sol on va parler
d'érosion parc de la biodiversité mais
qui est celle du sol donc de la
couverture qu'au delà de l'art précisé
de l'épiderme
dans quelles conditions ce qui vous le
voyez sur cette image d'un côté on a
gradés et de l'autre côté on dégrade et
c'est probablement par là-même
viticulture et le même raisin c'est de
couverture d'un côté on couvre et de
l'autre en couvrons pas ici la vigne et
bah si si elle est étroite d'un côté on
n'y arrive pas et de l'autre côté on y
arrive donc quelles sont les conditions
de réussite
un petit tour et un salut à nos amis
alsaciens qui sont un petit peu dans la
peine en ce moment peut être un peu plus
que d'autres
avec ici l'arbre fruitier l'arbre
fruitier qui arrive au milieu de la
vigne avec la couverture permanente le
travail du sol historique plus plus
récents en tout état de cause de travail
du sol et une levée de dormance
perpétuelle est permanente
ça fait des décennies qu'on lutte
chimiquement contrôle herbe sa fédé
presque des millénaires conduite
mécaniquement qu'on clair mais il y en a
toujours de plus en plus et et des
plantes envahissantes donc on va
regarder ça d'un peu plus près des sols
nus des sols a découvert des paysages
très très ouvert ici la fumée du compost
à ce sujet que nous abonderons aussi on
parlera aussi
de boire des coups dé la viticulture du
vivant des vignerons du vivant et puis
les copains puisque les copains c'est ce
qu'ils partagent le pain et qui partage
le vin donc les vignerons du bus en
vivant cette vrille cette vrillé cette
co évolution avec une plante qui pousse
tout le temps avec une plante qui a
besoin d'un logement qui a besoin de
réserves les capacités des plantes à
s'adapter et à résister et et grâce à
hervé on ira faire des voyages lointains
et des voyages extrêmement souterrain
dans l'art de récolter le soleil donc de
produire et de stocker du carbone et on
ne dira jamais assez le carbone c'est de
la vie avec conrad on descendra un petit
peu sous terre on regardera
l'enracinement des plantes et les
résultats des essais des couverts
végétaux dans cette mosaïque
agroforestières on parlera de paysages
évidemment pays paysans et paysages de
connexion de connectivité de circulation
qu'elle soit animale ou végétale on
parlera de jeunes arbres parlera de
vieux arbres on parlera de taille de
mode de gestion si je zoome un petit peu
mais je rentre dans la parcelle et je
vois la parcelle micro climatisé
enveloppé probablement est protégée en
parlera bien entendu de diversité et
éventuellement de diversification il n'y
a pas de doute là dessus de technicité
du pourquoi du comment du bien fondé de
ces arbres le bon au bon endroit à la
bonne densité avec la bonne gestion
probablement pour que ça marche parce
qu'on sait pourquoi ça marche mais aussi
on sait aussi pourquoi et comment ça ne
marche pas
les formes de plantes que l'on va
utiliser gérer et avec lesquels on va
coopérer m l'arbre fondamentalement
comme outil d aide à la décision et
comme outil de production avec des
formes ici un petit peu particulière que
vous connaissez bien le merisier palissé
en alsace toujours d'ailleurs
et puis le péché de vignes le péché de
vignes historique belle histoire elle
est ici on voit ici au premier plan ces
formes dites traditionnelles où les
arbres étaient omniprésents mais les
arbres taillés gérer
et renouveler en permanence petit zoom
sur l' arbre têtard qui est un peu notre
chef d'orchestre ou notre fil conducteur
on peut faire le parallèle entre la
bulle est arrêté par disais est ce qu'il
faut que tu aies et la vigne comme on le
fait jusque là
marson interviendra pour dire un petit
peu où il en est dans c dans ses travaux
dans ces travaux pratiques les vers de
terre elles recyclage de la matière
organique puisque on va beaucoup parler
de carbone c'est le sujet d'actualité
c'est la clé de voûte de la fertilité
des sols dans nos exercices que ce soit
images ou après en dessin le carbone ne
va nous servir servir aujourd'hui de
colonne vertébrale parlera évidemment
beaucoup le times de gestion de sève des
flux d'enracinement de systèmes
racinaires déficiences des intrants de
conditions de plantation de gestion des
sols avec jean-françois aguttes
notamment et puis du climat on est en
pleine période de gel
donc est-ce qu'on peut participer et
améliorer un petit peu les conditions de
résistance au chaud mais aussi au gel de
la vigne les matières organiques sous
toutes leurs formes toutes celles qu'on
produit in situ et on parlera de
fertilité in situ et celle qu'on importe
et qu'on apporte parfois à grands frais
des formes particulières on ira à garder
ses formes particulières qui nous
paraissaient lointaine et qui finalement
ont certainement des choses à nous dire
dans cette histoire où les liens géantes
et l'éloignent les lianes pardon infinie
tous et donne beaucoup de raisin avec
des gestions somme toute très très
spécifiques
l'arbre au prix de la vigne puisqu'on a
pu lire que à moins de trois mètres ce
n'est pas possible
et là on trouve qu'à 5 cm ça marche donc
les conditions de réussite et cette
notion de sols vivants d'activité
biologique de nourriture du sol de fond'
du sol seront abordés on prendra un
petit peu de hauteur pour regarder ce
qui se passe
sous les traits sous les couverts ici on
est chez jean-françois aguttes
donc on détaillera un petit peu à moins
que jean-françois souhaite intervenir
tout de suite on nous dira ce qu'il a
voulu faire
non mais ce qu'il veut en est on a mis
en place des choses qui certaines années
sur les sur les conseils de tout le
monde au début avec avec conrad est en
fait progressivement le en est sûre on
est sur un chemin
on est sur un chemin aux rencontres ma
faute nous avons à apprendre à tailler à
discuter de toute cette évolution est de
voir un peu comment on a imaginé le la
couverture sous l'eau
ça va être salé est intéressant de le
parcourir pour ça ok merci
l'animal ici les vaches plus tard les
moutons comme chez jean-françois aguttes
d'ailleurs des plantes particulière des
plantes particulières comme le lierre
qui nous sommes peut être extrêmement
importante dans notre mosaïque viticole
on n'est pas en train de dire qu'on va
mettre du lierre sur chaque cep
il n'empêche que c'est peut-être une
plante qui va beaucoup nous intéresser
les machines puisque elles évoluent
elles vont évoluer encore puisque notre
objectif c'est de toucher le sol le
moins souvent de le laisser nu quasi
quasiment jamais quand c'est possible
donc du coup d'avoir des démarques
matériel spécifique conrad un mot sur
cet outil peut-être aubin c'est ça tout
il a le rôle en scène et puis ça c'est
sa version grandes cultures
orbis c'est une idée de qui est né avec
des paysans dans le gers dans le au sein
du programme agro et maintenant elle
arrive à maturité elle a 5 ans de r&d
avec des agriculteurs de façon active et
participative et il s'agissait de
construire une bineuse qui ne bine pas
réellement c'est à dire c'est une
machine qui doit toucher les végétaux
sans faire de dégâts sur le sol donc en
fait elle est adaptée travailler un
petit peu la terre s'il n'y a pas grand
choses dessus
donc van binh et légèrement sur 1 cm
mais sa très grande efficacité c'est
d'arracher toutes les plantules qui
passerait à travers les paillages lors
elle fait ses preuves elle a été très
très bien amélioré par rapport à la
version prototype d'origine et je pense
que ça va être le succès qui va nous
permettre de maîtriser complètement la
chimie demain le désherbage notamment
dans toutes les cultures pérennes c'est
sûr mais dans les cultures en ligne
comme le maïs et le soja le tournesol
très certainement et probablement on va
aller plus loin puisque là on l'a mis en
place chez les agriculteurs pionniers où
il s'agit de gérer des cultures on va
dire beaucoup plus compliqué à réaliser
ou le désherbage est compliqué à faire
c'est à dire toutes les cultures
céréalières qu'oloron fait en rangs
serrés
donc on pense que la machine aujourd'hui
elle a les capacités à s'adapter à
toutes les agricultures sur son vivant
et elle doit être la plus le premier pas
décisif pour sortir de la grille bashing
voilà donc ça c'est en cours de
réalisation sur un prototype qui coûte 0
globalement c'est fait avec les
agriculteurs avec des gens intelligents
des techniciennes qui savent construire
des machines et l'idée qu'ils devaient
10 ont dominé c'était la simplicité de
construction d'unités mairie de mise en
oeuvre et d'entretien donc je pense
qu'on ait réussi sur cette machine là ok
merci conrad
quand vous êtes 200-220 nous avoir
rejoints en plus y'a des gens qui on
sent qu'on diffère on s'occupe donc ses
formes il avait une communauté autour de
l'agroécologie de secret c'est
absolument formidable on va parler de
racine on va parler de connexion on va
parler de connectivité aller hervé un
petit mot là-dessus entre entre deux
cafés hervé qu'est ce qu'on peut dire de
ces tiendra gel complet celle ci ou pas
ab oui elle me plaît beaucoup parce que
on voit juste un tout petit un tout
petit peu un tout petit semis
d'un d'un pain et donc qui a commencé à
émettre juste quelques racines peut-être
3 et autour de ses racines se développe
un réseau mais un réseau extraordinaire
de champignons mycorhiziens et on voit
la proportion que ça peut représenter à
ça fait presque plus que la bio masse de
ce petit arbre naissant sur un arbre
d'une vingtaine d'années compter
plusieurs fois la distance de la terre à
la lune de ces fameux champignon de ces
fameux filaments mycéliens plusieurs
fois la distance de la terre à la lune
ça représente un zoo d'une densité
absolument ahurissante et quand notre
sol est vivant il contient plein de ses
réseaux mise ces liens qui sont du
carbone finalement du carbone vivant le
carbone c'est la vie merci à hervé c'est
la vie juste petite précision rome
bonjour et bonjour aux nouveaux nouveaux
venus petite précision ce matin nous
donnons pas de lien visio puisque nous
sommes cinq intervenants donc c'est un
petit peu compliqué à gérer moi j'ai
deux ordinateurs je suis pas très doué
déjà avec un comme je le disais tout à
l'heure donc avec deux les diaporamas d
un leçon et s'est donc fait passer le
message à vos amis à vos copains dites
leur que c'est ici que ça se passe c'est
sûr peur de terre que ça se passe la
belle vignes label'vie niel est
forcément mycorhizés si on veut aller
chercher des informations de l'eau des
nutriments du carbone et tout ce qu'il
faut pour qu'elle soit en pleine santé
mais mais ça se passe sur youtube etc
sur youtube composent les questions
merci de faire passer les messages
s'éteint pas voilà on va parler de cette
biodiversité là aussi parce qu'elle est
extrêmement importante à la biodiversité
elle s'exprime a tous les atouts les
étages sous toutes les latitudes des
plantes des plantes compagnes de la
vigne ici une rosace est ici l'alisier
torminal le corps mais sa taille sa
gestion le péché de vimy violé un petit
peu évoqué l'érable champêtre qui a co
évolué avec la vigne alors l'érable
champêtre l'érable de de montpellier
vraiment un mariage d'amour
n'est ce pas voilà c'est petit tour
d'horizon rapide et ce qu'on met l'arvo
sur le rang est ce qu'on le met à côté
ce qu'on enlève un rang de vigne
enfin tout un tas de questions qu'on se
pose d'intervalle d'interstices
d'interstices pardon etc
les formes des les protections micro
climatique mais pas trop parce qu'il
faut pas bloquer les masses d'air pur
pas gelé plus la taille est ce que là
elle fait 15 mètres de haut est ce
qu'elle fait deux mètres de haut est ce
que elle est toute proche durant le
couvert est ce qu on laisse monter ce
qu'on arrête les indicateurs évidemment
puisque cette agriculture agro
écologiques
elle sort bien des objectifs de moyens
et elle rentre dans un indicateur de
résultat et à la ferme et à la parcelle
qu'est ce qui se passe qu'est ce qui se
transforme qu'est-ce qui reste combien
de jours je suis ouvert combien j'ai
réussi à produire de matières organiques
frêche est ce que j'ai bien nourri mon
sol est-ce que j'ai trop travailler trop
exporté trop que lui à ise d'autres
formes d'indicateurs que vous connaissez
peut-être aussi d'un côté j'en veux un
corps de l'autre j'ai les agrumes et
puis historiquement rappelons
l'importance du vin dans nos sociétés
élémentaire le projet d'aménagement
il est bien évidemment qu'on fera pas un
projet pour chacun d'entre nous donc
chacun d'entre vous aujourd'hui on
approchera cette question du projet sur
les grands principes il est bien évident
que le cheminement il est individuelle
que chacun des projets vous appartient
il n'y a pas un projet qui se
ressemblent il ya une adaptation au
terroir aux territoires la parcelle au
mode de culture et à l'organisation et
aux organisateurs viticulteurs et
vignerons que vous êtes mais par contre
on va essayer de mettre quelques
modestes ingrédients quelques modestes
flacco sur la table pour participer à
cette diversité de formes de structures
et d'aménagement petit zoom et petit
coucou à nos amis et apparemment ils
sont connectés
les vignerons du vivant dans le médoc où
on forme une forme des jeunes on forme
des jeunes à la viticulture de demain
ici avec hervé connaissent en formateur
avec l'outil incroyable et
invraisemblables qui s'appelle encore et
toujours une mèche voilà merci pour
votre attention le premier round eu de
mise
mise en oeuvre et de mise en scène et
est produit
petit commentaire on compare cette
première mise et mise en oeuvre mise en
scène pardon si c'est possible parce que
ça me donne deux exemples du numéro du
vivant où le processus de formation qui
l'a alors en route c'est là qu'on sait
le premier point qui a pas que c'est ce
qui fait défaut aujourd'hui c'est
l'accès à la connaissance
je
vous maîtrisez tout ça je me souviens
d'une formule que tu utilises beaucoup
comment on dit déjà quand on fait les
choses à moitié je ne me souviens pas
bien de la fin du cul pour elle à
répéter s'il te plaît parce que ce n'est
pas de moi je pensais qu'elle était de
toi pardon non non non non j'ai toujours
refusé la paternité de cette formule me
convient très bien à mes expériences et
pour expliquer mes échecs demi décision
égale bordel au carré
apparemment on n'a pas l'heur d'après le
son est un pas apparemment d'après mme
le sont avec toi jean françois donc je
vais je vais donner la parole on va
essayer de régler ce problème
on va donner la parole peut être à
marceau essayer de moi je t'entends mais
tout le monde ne tentant pas donc je
sais pas on va voir avec on va se faire
une petite manip avec dylan je vais
lancer le diaporama marceau marceau
marceau es-tu prêt mais tu es toujours
très tôt à ce match près vous m'entendez
j'espère que moi je t'entends donc
j'espère que l'odeur du coup pour vous
effectivement il ya l'horizontalité de
couverture des sols il ya la verticalité
aussi qui est à la fois dans le sol et
au niveau des arbres et puis à la plante
en fait il ya la plante qui fait ce lien
entre cette horizontalité et cette
verticalité la plante qui est une plante
vignes qui est à la base est une liane
qu'il faut pas l'oublier c'est une liane
qui a une naturalité particulière c'est
cette naturalité c'est de se servir des
autres plantes pour pour comme support
pour développer sa partie foliaire en
fait c'est une plante qui pousse
principalement le long des rivières à
l'origine en fait la victime vinifera
vitis vinifera sylvestris en fait à la
base c'est une plante qui pousse
effectivement donc plutôt le long des
rivières et qui donc prend son système
racinaire à la base de la base au niveau
de bio un système racinaire des arbres
et puis qui se sert des arbres comme
support pour développer sa structure
puis son feuillage pour aller récupérer
l'énergie lumineuse
donc en fait c'est une plante donc il ya
les pieds à l'ombre et la tête au soleil
il ya longtemps au paléolithique cette
plante là était utilisé ses terres en
manger forcément ses fruits j'imagine
qu'il y avait des forts grimpeur à
l'époque donc en manger en manger ses
fruits puis petit à petit on s'est
aperçu que cette plante était très
intéressante parce qu'elle produisait
beaucoup et doucement on s'est mis en
attente et 2
de reproduire cette plante a pour
essayer de la cultiver et 7,7 culture
petit à petit nous a amenés à
domestiquer et puis semi après celui
utilisé les les meilleurs les meilleurs
germination les meilleurs pouce pour
construire du raisin donc en plusieurs
centaines de milliers d'années on a
petit à petit adapter cette plante là et
on lui a permis de reproduire
ben parce que l'on appelle aujourd'hui
des cépages c'est à dire construire avec
sa génétique semi après semis des
plantes qui deviennent résistantes
tout d'abord un ensoleillement direct
peut-être résistantes à sa culture en
fait que l'on n'a pu petit à petit et
extraire de la forêt pour pour cultiver
de la cultiver
tout d'abord avec les arbres et puis
jusqu'à aujourd'hui on voit
effectivement sans les arbres bon ben on
voit ici
cette plante à gauche qui me plaît c'est
avance alain on voit donc c'est une
plante qui est capable de développer
avec un seul système racinaire qui est
capable de développer des surfaces
extraordinaire cette plante à ceux
construits en fait avec l'énergie
solaire c'est grâce à l'énergie solaire
et c'est le cas pour toutes les plantes
c'est en utilisant l'énergie solaire
qu'elle arrive à construire de la
matière en épurant l'air elle est pure
l'air c'est à dire qu'elles se servent
du carbone de l'air pour construire
leurs matières des plantes donc sont des
systèmes qui se construisant les cures
en l'air c'est c'est fondamentalement
vertueux pour nous puisque elles se
construisent elles mêmes mais elles
construisent aussi également leur milieu
en fait ce sont les plantes qui ont
construit tous les milieux vivants tous
les milieux tous les sols fertiles sur
la planète donc elle utilise
ce carbone là et puis à le stock et le
stock elles l'utilisent comme une
structure la vigne pour se développer
comme structure pour supporter ces
pousses annuel et et sa croissance
vas-y alain tu peux avancer un petit peu
voilà alors une plante c'est une plante
ligneuse pérennes comme la vigne c'est
tout d'abord une croissance décroissance
primaire en fait cette croissance
primaires c'est une croissance
végétative représenté par les rameaux
qui se transformeront plus tard en
s'armant et une croissance aussi
végétative souterraines de la part
d'eads et du chevelu racinaire en fête
traditionnelle qui se développe et qui
rentrent en communication donc petit à
petit avec les microorganismes du sol
comme le disait hervé tout à l'heure
cette croissance primaires c'est une
croissance d'exploration en fait c'est
une croissance ou plutôt d'exploitation
en fait c'est une croissance qui permet
à la plante de se connecter à son
environnement de prendre mesure de ceux
qui l'entourent et de se développer en
fonction de ceux qui l'entourent elle va
développer un système foliaire qui grâce
au processus photosynthétiques va
construire à base d'eau et de sels
minéraux puiser dans le sol une sève dit
élaboré qui sème la substance
nourricière de la plante la puissance de
réussir de la plante des mairies ce
thème de la plante de la croissance
primaire mais aussi la substance
nourricière de la croissance secondaire
que la croissance en épaisseur dont je
vais reparler et de du système racinaire
est également aussi je forme d'exil
d'arras in her donc sous forme de de
sécrétions qui peuvent être des
sécrétions liés à la sève élaboré mais
qui peuvent aussi des sécrétions l'ird
et mutu ce biais à des desquamation
racinaire cette plante là avec sa sève
élaboré va nourrir le sol qui en échange
va dégrader les matières
organe au minéral qui permettent à la
plante donc d'utiliser l'énergie ou
plutôt le potentiel énergétique libéré
dans le sol sous forme de minéraux cette
sève brute là va monter dans la
croissance dite secondaire c'est à dire
que tous les ans la croissance primaire
avec la photosynthèse construit une
croissance secondaire cette croissance
secondaire qui a représenté en bas à
droite c'est la croissance des sarments
puis la croissance du cev qui tous les
ans grossit en diamètre ce set qui
grossit en diamètre donc c'est ce que
l'on appelle le bois ou le brésil m
c'est la partie non seulement structure
mes soucis la partie de conduction de
sève brute en fait tous les tuyaux
courrier tous les trous vous voyez ce
sont des tubes des tubes du dilemme donc
qui sont les vaisseaux conducteur de
sève brute dans la plante c'est c'est
une structure qui permet à la fois de
faire circuler la scène mais aussi qui
permet de stocker de l'énergie pour tout
pour de l'énergie de ce qui semble
tampon en fait pour tout les les besoins
de la plante qui sont qui ne peuvent pas
être subvenu par la photosynthèse
j avant saint paul donc voilà la plante
stocke ses réserves des réserves carbone
et donc des réserves à base de sucre ce
sont des sucres issus de la
photosynthèse qui sont polymérisé dans
le bois sous forme principalement d'amis
dont l'une ya aussi des réserves
protéique des réserves de lipides aussi
qui ce qui ce qui se stockent dans les
cellules ces réserves sont stockés dans
le bois dans ce qu'on appelle les rayons
médullaire en fait dans la partie rayons
mais les rayons médullaire se sont
toutes les les
tout est parti dans le bois quand on
sectionne dubois plus on voit qu'ils
sont situés de manière radial qui
connecte la partie moelle à la partie
vivante de la plante qui est
la partie extérieure le plan bio mais le
libère ne le libère dans lequel circule
la sève élaboré d'ailleurs c'est celle
élaborée donc va pouvoir si elle est
produite en suffisance et 4 arrive à
alimenter facilement non seulement les
sarments en développement mais aussi
faire mûrir et mature et les raisins va
pouvoir
petit à petit remplir le bois d'énergie
qui d'énergie sucrées qui polymérisé va
se transformer en amidon sucre stable
qui va pouvoir être utilisé pour la
plante pour nourrir ces cellules
vivantes
durant toute la partie toute la saison
hivernale
ces cellules vivantes vont aussi être
être evans est nourri par par ses parts
l'hydrolyse de ses réserves en fait la
plante durant l'hiver var transformer
ses réserves non seulement pour pour ne
pas geler donc pour fabriquer une sève
suffisamment su créer mettre
suffisamment suffisamment de sucre comme
antigel donc il sait partie vivante mais
aussi pour alimenter ces cellules puis
aussi aucun temps aléatoirement père
débourrer faire sortir les bourgeons
c'est ce qui est en train de se passer
en ce moment il ya une libération une
hydrolyse des réserves à l'intérieur
d'un plant qui qui génère une énergie
qui permet le développement cellulaire
dans la plante dont qui permet le
développement aujourd'hui de vos pouces
végétative qui plus tard deviendra ob
sarments cette réserve donc son
primordial puisque en fait elles ont non
seulement un rôle dans le dos dans la
pente relancer la croissance mais c'est
aussi un rôle
rool qui va servir dans la plante de
réserve en pondre d'énergie tampon pour
toutes les phases où la plante à des
difficultés avec ses processus propos
synthétique donc ça peut être sa
capacité de résilience un bain suite au
gel il va bien falloir que la plante
fasse sortir c'est contre bourges ont
par exemple eh ben c'est encore une fois
les réserves qui doit être mis à
contribution
et puis si plus tard dans la saison il
ya de la graine et que de nouveau la
plante est cassée mais il va falloir de
nouveau fait ressortir des sarments
repères sortir des branches ont donc
d'âge au nouveau les réserves seront
remises à contribution et puis
ça va servir aussi des espaces tampons
s'il fait pas bon pendant plusieurs
semaines est passée les réserves qui
alimente en principal l'énergie les
besoins de la plante et les mairies ce
thème qui continua à permettre à la
pente de développer cette chanson est ce
que je crois avoir bien entendu je crois
avoir bien entendu donc on a parlé de
mycorhizes on a commencé à parler de
couverture végétale on a parlé de
protection dans veloppe agroforestières
là maintenant on parle de réserve donc
du coup il ya dans cette notion
d'antigel je prenais en plein dedans il
y en a eu et il y en aura donnera encore
là tu es en train de nous dire que c'est
on n'est pas en train de dire attention
c'est comme ça qu'il faut il n'empêche
que il n'empêche que c'est une garantie
supplémentaire
en fait c'est un peu c'est un peu une
supputation parce que c'est pas si
évident que ça que en fait il faut des
hydrolysées ses réserves là et elles
sont vides relisez en fonction de oc de
processus à la fois lié à la
photopériode liés à la biologie à la
température du sol
donc la question mais une plante avec
beaucoup de réserve qu'on tient en ce
moment même suffisamment dessus comment
ces partis végétatif pour ne pas geler
sans doute qu'il ya un lien mais le lien
est ténue et c'est pas évident non plus
d'aller dans ce sens là il malgré tout
effectivement ses réserves là elles ont
forcément un rôle très important et on
pourrait on peut imaginer aussi que ben
tout où les microorganismes du sol dont
les dons les mycorhizes sont alimentés
pendant toute la période
toute la période hivernale automnale
du printemps par par les plantes et par
effectivement les réserves contenues
dans les plantes en fait on a pris
conscience il ya pas longtemps
d'ailleurs que la truffe avait une
maturation qui a augmenté dans la partie
hivernale c'est à dire que au mois de
décembre s'aperçoit que les truffes
petit à petit se mettent à mûrir en fait
et ensuite dit en fait le fait que les
plantes pour lutter contre le froid pour
lutter contre le gel les chaînes en fait
qu'ils portent
ils portent cette ruche la baïse ronis
des réserves et donc libère des
quantités de sucre un peu importante
dans leur système racinaire et dans leur
bois et que ce sucre naturellement est
collectée par les champignons
mycorhiziens qui s'en nourrissent et qui
peuvent bien là dans le cas de la truck
améliorer la maturation de lors de leur
passion pour ces réserves là c'est pour
tourner pour moi l'essentiel dans ses
réserves là c'est de se dire que quand
on arrive à constituer des réserves
quand on arrive à construire des plantes
qui sont capables de constituer des
réserves
on arrive à constituer d'ailleurs
fabriqué des plantes qui sont
suffisamment solides pour non seulement
résisté à ce qui les agressent mais
aussi construire encore de manière plus
efficace
la fertilité conte sur la résilience et
donc accepter peut-être davantage de
concurrence en fait d'eux des systèmes
herbacée davantage de concurrence
éventuellement d'arbres de plantes
autour
je vais maintenant vous montrer une
petite animation que j'ai construite
guerre que j'ai voulu que je vais vous
montrer par rapport au développement de
la plante
il faut comprendre comment est construit
cette plante là où vous l'avez
l'animation je vais ça marche impeccable
alors attendez voilà donc en fait vous
voyez ça c'est une jeune plante qui a un
nom de croissance après la greffe un la
partie centrale on voit il ya une
jeunes plantules avec la greffe et puis
un bourgeon qui a démarré et qui a fait
4 sarments et on revient de la taille et
commandites haillan pointus ou
construire petit à petit la structure du
set
l'année suivante en fait ont regardé les
deux bouts en duo pour construire les
bras et on a construit deux cours sont
encore son de chaque côté alors je vais
pas vous faire la taille à chaque fois
avec tous les serments qui développe je
vais faire comme si tous les ans je vous
la montrer une fois taille et donc là
vous voyez j'ai fait 4 2 % avec 4 4
quant au départ pour construire la
plante
l'année suivante de nouveau j'ai une
croissance supplémentaire avec deux
courses ont de nouveau par dessus la
plante de l'année dernière donc vous
voyez que tous les ans j'ai une nouvelle
plante qui se rajoutent par dessus la
plante de l'année dernière c'est
sinéquanone tous les ans les sarments
fabrique donc une substance sucrée qui
nourrit le méristème secondaire qui
grossit un diamètre
tous les ans et telles des poupées
russes j'ai une nouvelle plante qui
pousse partout la plante de l'année
précédente
voyez une année supplémentaire encore et
puis une année supplémentaire encore on
à la construction de la plante qui se
fait et le step qui se construit année
après année plantes par dessus plantes
et construit petit à petit du bois et
donc une capacité à se moquer les
réserves tant que ce bois et
fonctionnelle cette capacité à stopper
les réserves est maintenu et préservé si
jamais ce bois se mettaient à devenir
dysfonctionnelle on se retrouverait avec
avec quelque chose de beaucoup plus
complexe et de beaucoup plus
problématique avec une plante qui
seraient pas capables de stocker
correctement les réserves et puis on
verra un peu plus loin qu'ils
dépenseraient ses réserves pour pour
essayer de recréer un système
d'étanchéité dans son système vasculaire
donc ce que l'on voit là c'est que c'est
une plante qui a développe
voilà cette fois ci je vous ai mis une
baguette c'est une plante qui avec ses
sarments y développe une couche
supplémentaire de tuyaux de bois de
vaisseau qui conduisent toutes tous
cette sève dit brut a en direct aux
pousses de l'année
en fait si je rajoute la dernière des
pousses la pousse de cette année en fait
de nouveau là je rajoute une couche avec
tout les sarments voyez
voilà je rajoute une couche avec tout
mais serment et ses serments là on
construit la dernière des couches la
couche bleus qui recouvre l'intégralité
de la plante tous les ans donc tout ce
que vous touchez sur la plante c'est la
poule 2 en fait tout ce qui est à
l'extérieur de la plante c'est la pousse
de 1 an
alors c'est caché par les libère
successifs les écorces d'espoir mais est
éjecté à l'extérieur successives en fait
on n'a pas la sensation d'avoir tous les
ans une nouvelle tombe pas tout attendre
de l'année dernière mais c'est pourtant
bien ce qui se passe et donc vous avez
tout c'est tout c'est beso nouvellement
formés qui débouche donc tous de manière
concentrique sur sur la sur les sarments
et les serrements donc qui fabrique de
l'énergie qui redescend dans la plante
et qui est stocker cette énergie là pour
la partie hivernale et la partie
printanière dans le bois et dans la
structure je vous montre ici par exemple
voilà une plante que j'ai eu sur lequel
j'ai enlevé les corses où on voit tout
est parti vivant pour les distinguent
fortement des parties mortes en fait
c'est parti
ce sont les anciens baguette enlever ou
voir les sarments qui ont été réduites
en longueur donc c'est une plante qui a
été taillée de manière relativement
efficace sais pas si vous voyez toutes
les plaies sont groupés sur la partie
sommitale de la plante donc les plaies
et en groupe et sur la partie sommitale
tout à toute la circulation de sève peut
se faire de manière tout à fait efficace
et continu sur le pas sur la partie sur
la partie du dessous regardez-la ici il
ya une circulation sèment continue et
amène aux sarments au renard une plante
qui a une circulation je dirais
peut-être pas de grandes de gros
diamètre avec un gros débit mais par
contre cette circulation ininterrompue
et donc très efficace si je regarde
comment elle est faite à l'intérieur
cette plante là puisqu'en fait je vous
ai fait une animation alors attendez
voilà petit à petit cette animation je
vous montrais jeu je jouais
je vais ouvrir cette lente la voilà
petit à petit papou voilà vous voyez
l'intérieur la voyez c'était l'extérieur
et puis là jours et on voit l'intérieur
da plantes
en fait on voit l'intérieur de la plante
on s'aperçoit que l'impact des play est
très important en fait malgré que la
plante soit taillée correctement en fait
on peut d'ailleurs c'est une taille qui
est qui s'apparente tout à fait apte à
aiguillon tout ça on a on a regroupé
toutes les plaies sur le même côté de la
plante
en fait on s'aperçoit à l'intérieur
qu'on a pas mal de deux problématiques
qui est effectivement assez couple à
toutes ces coupes ici ici ici ici ici en
impact direct en fait chaque coup va se
déshydrater jusqu'à sa base en fait on
s'aperçoit que chaque couple se
déshydrate jusqu'à sa base un
systématiquement déshydrate tout jusqu'à
la base est en fait c'est ces problèmes
cette problématique là importante fait
que la plante perd sa capacité à stocker
des réserves
en fait on a l'impression que toute la
partie en dessous toute cette partie là
est parfaitement saine
en fait ce n'est pas vrai on s'aperçoit
si vous voyez sur la périphérie qu'il ya
des zones de nécrose ici qui sont en
train de se mettre à jour et ses hommes
de nécrose là sont liées aux plaies
qu'il y a et faites les années d'avant
en fait et c'est pelé là chaque play a
un impact direct sur l'ensemble du
processus du végétal donc la plupart de
ces places sont d enlèvement baguette en
fait sur des plaies du bois d'oingt ansa
apa cette action-là sur une plaie du
bois d'un an
si j'enlève par exemple sarments à en
haut à gauche ici l'impact de l'appeler
sera juste sur quelques millimètres
alors que si j'ai un impact sur
l'enlèvement intégral d'une baguette
je donnerai des flux continu de de cette
baguette jusqu'à la base de la plante et
la plante pour arriver à recréer une
étanchéité et à refabriquer des nouveaux
vaisseaux qui alimente les nouveaux
bourgeons elle va développer un sarment
tu vas de développer une nouvelle couche
par dessus la couche de l'année
précédente qui intégralement va
recouvrir la couche des années
précédentes
mais tout ce qui a été fabriqué avant la
plaie va être complètement abandonné par
la plante et c'est ce qui est en train
de se passer
en fait dans cette dans cette partie là
qui nous paraît clair qui nous paraît
franchement scène mais qui en fait est
en train c'est un processus en cours de
se déshydrater en train d'être
abandonnés par la plante
parce que ce sont des vaisseaux des
tuyaux qui ne débouchent plus sur rien
puisqu'en fait ils ont été construites
pour déboucher sur des boîtes qui
n'existe plus voilà un petit peu ce que
j'avais à vous raconter par rapport à ça
cette plante là il me restait pas une
diapo deux peut-être alain à la fin je
sais plus jamais à vous raconter ça si
vous voulez parce que pour moi dans ce
processus là d'agroécologie viticole il
va falloir que la wii voilà il y en
avait d'autres 2h02 compartimentation
dans ce processus là d'avoir écologie
viticole il va falloir avoir conscience
prendre conscience que la plante
il va falloir respecter sa naturalité au
minimum c'est-à-dire sa naturalité c'est
accepter un minimum d'allongement en
fait puisque tous les ans j'ai une
plante qui pousse pas dessus la plante
de l'année précédente
donc le minimum à accepter ses dalons
j'ai au moins du premier run du sarment
le plus loin sur la plante en fait
construire un allongement est liée à
l'allongement de sarments le plus
éloigné de la plante c'est garantir à la
plante sa capacité à continuer à
progresser et à stocker les réserves
qu'elle a mis en place au printemps et à
l'été de l'année précédente
vous voyez ici en fait ce que ce que ce
que je vous montre là c'est c'est non on
va dire bien c'est c'est des plantes qui
ont été taillés systématiquement sur
celle de gauche par exemple en
choisissant la baguette comme système
d'alimentation et ce comme système de
production sans se préoccuper de
l'endroit où allait se situer la
baguette de l'année prochaine ou à peine
en choisissant simplement à coursan
comme on pouvait donc en fait c'est
simplement qu'on va avoir une plante
quand on va choisir
oui je peux pas écrire dessus on va voir
une plante sur lequel on va choisir
une baguette et puis tous les ans cette
baguette va faire 80 % de l'alimentation
de du méristème secondaire qui va
construire donc un flux de seine en
direction de cette nouvelle baguette et
ce fut trêve l'année d'après on lui dit
non non non le fait pas ici
fais-le sur une nouvelle baguette que
que je vais te présenter et que je vais
choisir simplement parce que c'est la
plus belle et la plus plus solide et
donc oui mais la plante va abandonner
les 80% de vaisseau qu'elle a construit
l'année précédente
systématiquement et toutes les flèches
vous voyez c'est les succession
d'abandons de deux vaisseaux voyez ça
fait il ya plein de très les uns par
dessus les autres essais des systèmes de
compartimentation de recréation de
l'étanchéité du système vasculaire qui
permet à la plante d'avoir une
étanchéité suffisante pour faire
circuler la sève brute dans son système
en plein été à savoir qu'en plein été la
plante pour arriver à circuler faire
circuler cette scène elle est capable de
monter à des tensions super importante
de l'ordre de 20 bars pour pour arriver
à trouver de l'eau dans un sol où il y
en a plus voyez à droite c'est une
plante qui a été décapité et réduites
pour redescendre sous le fil en fait on
a une fâcheuse habitude c'est de
construire des palissages qui ne sont
pas évolutif
quand je m'explique c'est à dire que on
construit des palissages et puis après
on adapte nos plantes à nos palissage et
cette plante de droite et nous montrent
que quelques années après avoir dépassé
la hauteur du film de la baguette on a
décidé de réduire de réduire en longueur
le cep pour redescendre sous le fil
l'impact de cette plaie eh bien il est
direct il est continu c'est l'ensemble
du bois qui est noir à l'intérieur en
fait le bois qui est noir à l'intérieur
représente exactement la forme duceppe
avant la plaie qui a été fait en eau la
forme du self c'est à dire que tout le
serbe qui a été fait qui avait été fait
avant la plaie a été complètement
abandonné la plante a dû recréer une
étanchéité au moment de cette plaie là
et puis se contentait de
poussés et de re croître et de
construire du bois qui sera qui a été
protégé du bois anciennement formé par
une paroi chimiques fabriqués avec ces
substances de défense ses tannins gras
ce grâce à l'énergie contenue encore
dans les réserves
vous faites une réduction à chaque fois
que vous empêcher votre plante de
s'allonger
vous avez un impact sur au minimum
jusqu'à la base du bois que vous
réduisez et a fortiori si ce bois là à
plus de deux ans il a trois ans vous
avez un impact systématiquement jusqu'à
la base de la plante en fait l'impact
sur le système vasculaire forcément
jusqu'à la base de la plante puisque sur
un bois trois ans les vaisseaux le
système vasculaire est quasiment
continue de la greffe jusqu'aux systèmes
d'alimentation de la plante et donc
jusqu'au bois de deux ans voire au bois
de ambre ac à l'as des positifs suivante
ce qui nous amène à réfléchir un peu
dans cette idée d'agroforesterie à
comment construire des plantes qui
serait capable de progresser dans leur
capacité à non seulement supporter la
concurrence mais aussi progressé à leur
capacité à stocker d'énergie et être
résilient on voit on a de plus en plus
d'agressions climatique le gel la grêle
la sécheresse et puis les agressions des
agressions biotique de la part des
ravageurs et il faut gérer ces
agressions comme on a un petit peu de
mal avec la viticulture à construire des
des nouvelles génétique résistante même
si ça a déjà été fait on a du mal à
construire des génétique résistantes
avec des caractères organoleptiques qui
ne font pas trop perdre la boule qui ne
font pas trop perdre nos repères de
dégustation et qui ne font pas trop
perdre notre capacité à comprendre le
terroir à travers ces cépages là on
décide de continuer à cloner les plantes
et à utiliser des plantes qui n'ont pas
développé leur capacité de résistance
pour autant ça veut pas dire qu'elles
n'ont pas de capacité de résistance
entendez moi bien ça veut dire que nos
plantes là on les empêche en les
empêchant de se structurer en les
empêchant de grandir on les empêche de
développer leurs capacités de résistance
c'est-à-dire qu'on les empêche de
progresser dans leur capacité à prendre
en compte ce qui les entoure
on les empêche de progresser dans leur
capacité à stocker dans leur bois sous
forme de sucre mais sous forme en fait
de quelque part de mémoire puisque en
fait chaque année de stockage chaque
année de construction de bois c'est
comme une mémoire de ce que la plante
rencontre est donc systématiquement bas
vous formater disque dur en empêchant la
plante de ceux de s'allonger de se
structurer
pas forcément vous empêcher la plante
bas de progresser dans sa capacité à
comprendre ce qui laisse qui l'entourent
là en fait on a créé avantage à
réfléchir à construire des plantes avec
davantage de bois les avantages des
plantes hôtes par rapport à nos vignes
basses sont très importants ils sont
surtout très important pour pour
construire la résilience des plantes
effectivement c'est vrai que souvent on
entend on entend dire oui mais les
vignes basse fabrique des meilleurs vins
elles ont une capacité à fabriquer des
vins plus sucré parce que le bois coûte
de l'énergie faire circuler la sève
coûte de l'énergie
c'est pas le cas c'est pas le cas c'est
une vision erronée de la chose en fait
c'est une vision erronée de la chose
parce que notre manière de construire la
plante de manière de la taille et notre
manière de l'accompagner empêche la
plante d'exprimer sa progression dans sa
capacité à être résilient vous
m'entendez oui oui j'ai ça nous ferait
l'empêchement libations pendant trois
minutes j'ai fini et donc cette lampe
cette capacité là cette fonctionnement
ce fonctionnement la de construire la
plante la plus courte possible empêche
la capacité de résilience de la plante
alors forcément si on a une plante qui
est mal taillée et b une plante courte
sera plus facile à alimenter qu'une
plante longue et c'est bien ça le
paradoxe dans notre manière de concevoir
les choses et donc forcément une plante
courte quand elle a forcément d'autres
conviviaux mais à alimenter peu de bois
fabriqué est la peau de d'énergie à
dépenser à fabriquer son bois mais elle
a aussi pour capacité à stocker les
réserves et donc c'est un espèce de
paradoxes donc si on taille mal
effectivement il vaut mieux avoir une
plante courte une plante longue c'est
quand même terrible de penser ça mais
par contre si on se met à bien taillés
et si on se met à construire une plante
qui petit à petit progresse progressent
non pas dans dans sa capacité à attraper
d'énergie lumineuse puisque là on a un
peu fixe dans le cas de la viticulture
on a un peu limité sur l'énergie
lumineuse la surface foliaire est
limitée par nature et c'est ça qui fait
ce que l'on appelle faire souffrir la
plante d'ailleurs faire souffrir la
plante c'est bien suffisant de limiter
son volume foliaire de limiter son
expansion
c'est bien largement suffisant pour
faire souffrir la pente
donc on va dans une plante qui malgré
que n'empêche son exploration foliaire
qui va construire de plus en plus de
bois c'est sûr mais ce bois va
représenter une quantité infime de bois
par rapport à ce que la plante aurait
été capable de faire si elles avaient
grimpé dans un arbre
plus vous avez une plante solide plus
vous avez une plante grande et structuré
plus vous avez une plante résiliente
c'est d'ailleurs pour ça que on a
commencé à parler d'appellation vieilles
vignes en fait c'est la vie de la
capacité des plantes en majorité à
construire un système de réserve avait
construit un système de résilience qui
permet une homogénéité dans les récoltes
et qui permet une homogénéité de la
qualité dans les récoltes
on dit souvent que les vieilles vignes
les jeunes vignes on peut arriver à
produire très bien une fois mais que si
on produit un peu fort en un peu grosses
quantités l'année d'après on perd
beaucoup
alors que sur une vieille sur une
vieille vigne on a un peu plus de
souplesse bon écoutez ce que je veux
vous dire là c'est que si vous taillez
correctement votre plante elle ne va que
progresser et c'est pas du tout une
charge pour la plante d'avoir davantage
de bois c'est plutôt une qualité et
c'est plutôt une capacité à se connecter
au sol une capacité à supporter la
concurrence est là dans le cadre de
l'agroécologie supporter la concurrence
c'est ce qui nous intéresse le plus ça
veut dire quoi
si on a une plante plus grande et plus
haute
une plante qui s'éloigne davantage du
sol donc une plante qui va être plus
facilement
kim est plus facile à maintenir en bonne
santé et qui va qui va être plus éloigné
en fait des maladies cryptogamiques on a
un plan qui va prendre un peu plus clair
on a un travail du sol qui va être
facilitée puisque en fait on n'aura plus
ce stress là de la hauteur de
l'enherbement spontanée où je la hauteur
de delà du couvert végétal pour
reconstituer le carbone dans nos seuls
donc on va pouvoir être un peu plus
souple on aura un système racinaire un
peu plus à l'ombre puisque dès que vous
faites monter la hauteur de vos plans
tabac vous avez un ombrage porter qui
est plus important et septembre a
reporté nécessairement cours le sol et
permet au sol de ne pas être directement
impactés par la force de dégradations
numéro un sur la planète que sont les
ultraviolets et donc vous avez
effectivement cette verticalité de la
couverture qui prend et qui devient
effective et qui permet à la plante non
seulement de d'avoir une force qui lui
permet de ne pas du tout en concurrence
avec des herbacées et ligneuse qui a
deux un stock d'énergie phénoménal
aucune chance qu'elle soit en
concurrence avec des herbes as t elle a
un avantage phénoménal sur les herbacées
et puis c'est une plante qui aura
l'énergie pour développer des serments
et grimper dans les arbres utilisés les
arbres comme support pour aller utile
récupérer l'énergie solaire on met ça on
va en parler tous ensemble voilà un
petit peu pour mon petit exposé qui fait
que pour moi ce qui permettra à chaque
viticulteur de que d'aller perdre de
l'agroécologie de manière efficace de
produire en quantité et en qualité avec
des plantes plus résiliente des plantes
moi ouais moi abîmé et bien ce sera
aussi ça passera aussi par une expertise
dans la manière dont vous allez taillé
dans la manière dont vous allez utiliser
l'énergie lumineuse dont vous allez
répartis notamment utilisé un jury
pour la stocker à la fois dans le bois
et puis pour permettre à la plante de
structurer son sol pourrait être à la
plante de construire son sol de
construire la fertilité de construire la
fécondité
voilà pour moi merci beaucoup mars et
applaudi tout le monde tu applaudis
alors en dehors du fait de ta gueule de
gendre idéal là les commentaires seront
absolument dithyrambiques
donc on a bien compris dans cette belle
vignes agroécologiques équipe usée
agroforestières la taille et est une
question plus que de tailler et je vois
des commentaires oui mais tu crois que
non je crois qu'il faut il faut
aujourd'hui aller c'est déterminant on
s'est peut-être un peu trompé de sujets
sur la taille
aujourd'hui il faut allonger il faut
mettre en réserve face à fait ça fait
débat mais sa frappe à débat longtemps
puisque est ce que tout le monde est
prêt mais est ce qu'on continue à avoir
on les a comptés tous ensemble et avec
l'ensemble des vignerons avec lesquels
on coopère au quotidien ou presque
salut oléron au fait les charentes
oléron sont là le médoc est bien présent
salut les amis bienvenue je dis aussi
parce que bon dans les commentaires bien
évidemment travers de terre ces vidéos
et six interventions restent en ligne
elles sont en direct aujourd'hui donc on
peut faire ce qu'on veut dire ce qu'on
veut mais elles restent elles
demeureront en ligne jusqu'à la nuit des
temps y'a pas de soucis donc la taille
de la vigne
allez vous n'êtes jamais vu jamais vu
jalbert attend c'est moi qui parle
t'as jamais vu treiber en colère tu as
ce que lui l'ami 90 diapos allez vas-y
juste je voudrais juste à un petit
aparté j'ai jamais dit que l'on pouvait
pas bien taillés en taille courte c'est
pas du tout ce que je raconte là quand
je dis accepter l'allongement c'est pas
accepter l'allongement de manière
littérale c'est pas de faire de gros
faire des lianes partout dans toutes ces
situations à chaque fois c'est
absolument pas ce que je raconte ce que
je raconte c'est de d'accepter un
minimum d'allongement quoi il a accepté
un minimum d'allongement ce n'est pas
acceptée complètement l'allongement
c'est simplement accepter le minimum qui
est un oeil francs sur le serment le
plus éloigné du système et donc tout ça
ça se construit ça se réfléchit
et je vais pas faire tout le cours sur
la taille ici mais on peut arriver à
maintenir et à construire un allongement
et à le limiter de manière très précise
des prix est très très fine tout en
permettant à la plante de tout en
respectant la nature et de la naturalité
de la fin qui est construit une couche
intégral par dessus la couche de l'année
précédente donc thaïlandais courte même
combat le gros avantage de la thaïlande
2 c'est plutôt aider déception et au
c'est plutôt d'être plus adapté à toutes
vos discours agro écologiques ok merci
jean françois peut-être un commentaire
vérifier parce que tout à l'heure on a
entendu que le dernier tiers de ton dans
son intervention donc si tu veux bien
reprendre et puis peut-être faire un
petit commentaire sur ce que vient de
dire marceau puisque tu es notre gros
grand témoin de la matinée les
commentaires c'est vrai que c'est encore
un bout le mans s'est passé en même
temps non c'est moi c'est bon dans les
commentaires je vois effectivement qu'il
faut repenser sa queue il faut revoir là
aussi un peu la formation et les cours
que ça génère dans l'étude des coûts on
compare toujours ça avec l'ancien
système
il faut toujours le comparer avec le
fait de ce que ça coûte de ne pas le
faire
qu'est ce que l'on gagne de le faire
qu'est ce que l'on perd 2 pas le faire
j'ai en fait dans cette réflexion là ça
nous conduit obligatoirement à apprendre
les bonnes décisions et du coup de
mettre ça en place
voilà on doit s'associer avec des
collègues prendre essayer de constituer
les équipes
et puis c'est ce qu'on essaye de faire
avec à l'écran soir gelos et je pense qu
il ya de l'avenir là dedans et c'est là
sur la mise en pratique de ce que de ce
que dit basso saga ya vraiment il ya une
toute logique elle et il faudra prendre
mais le coup le coup c'est important et
intéressant
combien ça me coûte de ne pas le faire
voilà newsletter réfectionner vous
verrez que ça nous conduit à changer nos
raisonnements et ce sera ça sera la même
chose pour les réflexions et où le coup
le coût de ce que j'ai proposé là en
fait il est quasiment nul en fait hein
c'est il n'ya pas il n'y a pas
spécialement de coûts en fait c'est
plutôt une compétence en fait un qui a
développé pas spécialement un coup
puisqu'en fait on reste quand même sur
la vigne a taillé des serments à les
réduire en longueur en bon après
l'échangé de palissage changer la
manière de policiers ça se fait sur sur
des sondés est d'essayer de construire
des nouveaux systèmes est déjà dans la
principale des choses à faire sur la
taille c'est simplement de taille et en
respectant la plante en fait et ça les
coups des coups ils sont ils sont
sacrément limité en fait un et l'impact
l'impact économique
il est fantastique si vous avez une
plante qui commence à avoir des réserves
aux avait une plante qui est résiliente
qui arrive à fabriquer plus de raisin de
manière plus régulière est qui et qui
redémarre mieux qui fabrique de la
meilleure qualité en fait le coup les
nuls en fait je dire bien taillé la
plante c'est c'est le sait le sait
peut-être le l'action la plus la plus
rémunératrice que vous pouvez avoir
hélas plus la plus efficace que vous
pouvez avoir sur sur la pérennité sur la
qualité de vos productions en fait le
coup c zéro en fait c'est un
investissement qui est gagnant à 100% il
faut bien spéciale en crabe ok merci
pour marceau parce que à ce stade là
est-ce qu'on peut estimer le guerre en
longévité de cette vigne qui pourrait
être signé et c'est parce que ça aussi
c'est une partie non négligeable du coup
est-il réveiller là avec ce que j'ai
entendu
quand on pense que la bombe moi mon avis
la l'a quasiment pas la plupart de
l'expression des symptômes de maladie de
bois le syndrome de l'asca ça représente
environ 2% de mortalité par an donc
souvent en fait ce que l'on m'impute à
des champignons c'est beaucoup plus
multifactorielle que ça mais c'est vrai
que 2% mortalité par an ça veut dire
qu'au bout de dix ans vous avez quand
même 20% des plantes qui meurt et en
fait on s'aperçoit que beaucoup de
plantations aujourd'hui sera amorti sur
25 ans 30 ans 40 ans maximum
et donc c'est sûr que ça ça coûte
extrêmement cher si vous mettez à
tailler la plante comme ça vous n'allez
pas résoudre les problèmes de greffe
vous n'avez pas résoudre les problèmes
de bouturage et de systèmes racinaires
il n'allait pas résoudre les impacts que
vous allez mettre avec vos outils
une plante taillée comme ça si elle est
bien greffer si elle a un système
racinaire bien développée dans un sol
perméable et si vous chargez pas trop la
plante
en fait elle est immortelle parce que
c'est un peu le prg le procédé en fait
c'est un peu comme une trogne la ville
innove sauf que là c'est une taille dick
de prolongement mais en fait tous les
ans on en réduisant les serments en
longueur en fait on empêche la plante de
vieillir tous les ans et c'est une
plante éternellement renouvelé chaque
serment est un nouvel le pouce qui
pousse sur le structure si de nouvelles
vignes sur la vigne on peut quelque part
donc en réalité si vous acceptez
l'allongement la vie elle est à peu près
immortel en fait bon on connaît des
données d ont connu des mines qui ont
200 ans et qui sont grandes un peu
grosse un peu un ballon j'ai aujourd'hui
je pense que réellement si vous mettez à
tailler correctement géré falloir
accepter dans la vie de la vigne sur 150
ans de faire bouger plusieurs fois le
palissage voire de ne pas avoir du tout
pas de visage comme ces faits sur les
tailler en gobelet donc effectivement
oui la durabilité est bien supérieur
quand on commence à payer correctement
il semblerait que dans les commentaires
on dise bien que sur le long terme on
est gagnant et c'est ça qui nous
intéresse c'est long terme c'est les
coûts induits c'est les coûts de
production c'est les coûts de
renouvellement
et puis dans ces indicateurs de
résultats d'entreprises tout à l'heure
c'est le ou à produire fondamentalement
sains mais je propose qu'on continue
l'exercice même si les visionnages en
cours montrent encore donc marceau tu
nous a pas fait perdre de l'audience
donc on te remercie parce que
franchement faut noter on était
tellement inquiet ce matin hervé hermé
du prêt le café est il passé dépassé et
du café aussi souvent et 18 très bien
gardé leur région tu mets à tu mets un
truc un outil animer une herse rotative
enroth amatore et ça fait du café mais
toi tu structure en bois beaucoup donc
tué près l'attitude nous propose des
grandes migrations aujourd'hui tu nous
proposes peut-être qu'une exploration un
peu plus un peu plus chine un peu plus
souterraine
très carbonées du coup c'est ça à
l'exercice de atteint est exactement je
retiens je retiens dans le dans l'exposé
de marceau cette phrase merveilleuse
qu'une vigne et potentiellement immortel
et donc ce que vous propose c'est
d'explorer conditions de cette
immortalité se développe ce que l'on
nourrit et
et la vigne nourrit coup de choses et
nourri notamment des champignons mais
s'il ya donc là on voit en fait toute
une série de raisons de champignons il
sait bien qu'ils explorent l'intérieur
de hasina de radis celle de vignes en
quelquefois on envoi de deux couleurs
différentes qui peuvent qui peut montrer
que même racine peut être explorées par
différents types de champignons jusqu'à
une cinquantaine dans nos mesures
ces champignons apparaissent dès la
naissance
dès la naissance de d'une plante on peut
passer jusqu'à la diapo suivante on va
revoir enfin à vous revoir notre petit
plan de tout à l'heure est ce qu'on peut
imaginer en fait que une aussi petite
surface foliaire et déjà réussi à
nourrir une aussi grande quantité de
champignons
en fait c'est l'arbre c'est la vigne
c'est la plante qui construit son réseau
mycéliens en fait tout ce réseau est
constitué à partir des réserves
contenues dans la graine voyez on a déjà
des histoires de réserve
dès que la graine tombe sur le sol une
grande partie de ses réserves va
permettre d'édification du système
racinaire et du réseau mycéliens
20% en moyenne 20 % de l'énergie
produite par la photosynthèse permet de
faire du réseau mycéliens 40% de
l'énergie il par la graine disent enfin
donné par la veine permet de faire du
réseau mais c'est d'un 40%
c'est presque la moitié de l'énergie de
la graine permet de nourrir le sol pour
que se développent ces champignons et en
fait que la plante commence à créer son
propre sol et là en fait ce qu'on
observe c'est ce transfert de carbone
qui se passe de la graine le sol puis de
la plante vers le sol que la plante fait
rentrer du carbone fait rentrer de la
vie fait rentrer de la matière dans la
terre et que cette terre va se
transformer très progressivement en sol
et comme la vigne est un petit peu
exigeante quant aux types de champignons
avec lesquels elle peut s'associer
elle va commencer à un sol qui a des
caractéristiques très particulières à
l'indien fausse suivante on va commencer
à voir de plus près certains de ces
champignons mycorhiziens le réseau
fabius c'est un champignon étonnant on
imaginait au départ son nom ça veut dire
qu'ils mangent les fascine parce qu'en
fait on envoyer ce champignon fructifier
et décomposer les racines meurtre on
pensait qu'ils mangeaient des grâces in
jusqu'à un moment on s'est rendu compte
qu'il était présent à l'intérieur de la
radicelles alors que l'on voit c'est un
un faisceau radicelles qui est fortement
grossit la partie centrale qui en verre
vert lumineux c'est le cylindre central
c'est l'endroit par lequel des sens la
sève élaborés l'un d'eux de la partie
superficielle ces partis qui enveloppe
qui enveloppe les
alors si vous a montré qui enveloppe la
plante chaque année en fait ça se
retrouve au centre des radicelles et
donc à celles élaborées passe par le
centre est la partie qui est que leur
est un petit peu en bleuté autour qui
fait tout un manchon ses semis c'est
l'homme cerise fagus qui pénètre à
l'intérieur de la racine et qui sert de
médiateur de tampon de d'interface entre
7,7 sève brute qui descend du sol et la
sève et la partie extérieure de la
racine qui n'ont en fait hélas partie du
bois celle qui contient les réserves en
hiver et celles dans lesquelles
circulent la sève la sève brute
donc l'eau qui va circuler du sol vers
la plante qui est dans cette partie
extérieure et entre les deux donc qu'on
a on a ce champignon qui plonge à la
fois dans les réserves
on a donc la cev que la plante à à porte
et va être à cette interface et va
peut-être contribuer à la régulation de
ces choses là on voit un autre
champignon donc un glomus qui qui fait
des véhicules
oui on a aussi de ces deux radicelles la
partie centrale on voit le petit
cylindre central et autour on voit ces
grandes véhicule ou le champignon va
stocker en fait un certain nombre de
nutriments un certain nombre de matières
un qui va permettre qui vont constituer
aussi des réserves et réserve élaboré
dans la plante qui vont vers le sol et
les réserves v dont le seul et qui vont
vers la plante
on parle aussi de réserve donc on peut
avoir d'autres types de demi crise qu'on
va voir sur la diapo suivante des
petites airbus kull c'est petit arbuste
recul en fait là sont vraiment des des
zones des changes très intenses entre
l'intérieur des cellules de la vigne et
l'extérieur sur la photo de gauche sur
la photo de droite où on voit un petit
radicelles et à l'extérieur on en voit
le développement de ce réseau mais c'est
bien et puis ces petites boules que l'on
voit ce sont des sports insert part ça
que les champignons vont se développer
il faut se reproduire en fait à
l'extérieur de la racine pour aller
coloniser éventuellement d'autres
d'autres disent elles et d'autre notre
plan est donc là on commence à aborder
l'extérieur l'extérieur du système de la
plante et là on voit en fait des réseaux
mycéliens qui circulent dans le sol et
on revoit en fait ce deux champignons
différents 1 dont les noyaux ou été
colorée en vert l'autre dont les noyaux
ou été colorée en rouge et à un moment
ces deux champignons donc un qui peut
être mycorhiziens à l'intérieur la
plante elop qui explore simplement le
milieu du sol et un moment donné ces
champignons vont se connecter entre eux
et on voit donc les les parties verte
qui commence à rentrer dans les parties
rouge et les parties rouge qui pénètre à
l'intérieur des partis vers des partis
verte
les champignons se connectent ont cette
capacité de se connecter entre de fer
raison ce qui est étonnant c'est que 1
des champignons peut être connecté à une
vigne l'autre peut être connecté à une
plante compagne une petite herbe qui est
sur le tour ou dans ce cas là pour un
des plantes aggloméré ou i7 pour
dégommer être connecté à des plantes de
la famille des rosaceae ou un des
érables donc l'aîné des champignons pour
s'interconnecter ensemble et vont
permettre de faire migrer les nutriments
d'une plante vu notre détriment de
l'autre plantes vers là où il y en a
besoin de façon encore plus étonnante
lorsqu'on regarde à l'extérieur du
réseau mycéliens on va qui est une zone
une zone d'hydratation ovono
miscellanées autour on voit cette zone
un petit peu gliese inquiète une
pellicule d'eau qui entoure le réseau ni
c'est bien et dans cette pellicule deux
circule énormément de choses
bactérie c'est une zone qui perfe unités
dans lesquelles beaucoup de choses
circulent donc à l'extérieur donc des
champignons circulent des choses comme à
l'intérieur mais a comme extérieur cnce
zone e hydrique donc il ya beaucoup plus
de choses qui circulent à l'extérieur
qu'à l'intérieur
voilà et donc je voulais vous dévoiler
en fait à partir de sa une une image
assez assez récentes qui montrent en
fait ce qui peut circuler à l'extérieur
alain on va s'attarder un petit peu sur
la peau suivante pour essayer de bien
comprendre ce qui peut circuler dans le
champignon et dans ce réseau miss et là
on voit en blanc réseau de mycélium on
voit sur une à côté une partie rouge
donc la partie rouge c'est donc un
certain type de gènes étaient colorés en
photoluminescence pour apparaître en
rouge d'aller voir l'état initial dans
lesquels se trouvaient ce réseau
mycéliens de l'autre côté on voit du
vert est en fait c'est une information
génétique qui est colorée d'une autre
façon et sur sept bientôt on voit en
fait que l'information génétique contenu
à l'extérieur du mycélium
est en train de pénétrer dans la partie
rouge tout en en est donc de ne faire
changer l'expression l'expression
génétique du sol la façon dont le sol
s'exprime génétiquement en fait et
lorsque est très curieuse c'est que
l'information qui est contenu à droite
donc une fois une information délivrée
par une rosace fait par un plan de
rosiers attaqué par 2010 par exemple qui
dit il se passe quelque chose je suis
attaqué par du mildiou
il transforme ce rosier l'expression de
ces jeunes pour répondre au mildiou et
l'expression des jeunes du rosier
circulent à travers le réseau mais c'est
bien pour aller vers la partie rouge qui
est la répartie par exemple connecter à
la vigne qui n'a pas encore conscience
qui n'est peut-être pas encore attaqué
par cette maladie par semis diu mais qui
commence à exprimer ses gènes
différemment pour commencer à s'adapter
et à résister à la maladie
voilà c'est des travaux tout à fait
étonnant qu'ils nous montrent que par
l'intermédiaire du réseau mycéliens
l'expression des jeunes va s'exprimer
différemment et donc les plans peuvent
prendre soin mutuellement les unes des
autres
lorsqu une plante est bien connecté on
le voit ici par exemple dans ses vignes
qui pousse très près des arbres sains
dont l'expression la qualité du
feuillage la qualité de la vendange qui
peut être être au dessus va être
améliorée par la proximité des arbres
parce que depuis la renaissance ils
vivent ensemble et ont commencé à
exprimer par ce réseau miss et bien des
habitudes de discussion ils font société
ils vivent ensemble ils communiquent
ensemble ils apprennent à vivre ensemble
et aux fumeurs au fur et à mesure qu'ils
apprennent à
ensemble ils apprennent les uns des
autres et donc prennent soin
mutuellement les uns des autres ils se
passent pas la même chose avec le petit
couvert végétal qui se trouve entre les
entre les vents voilà les plantes font
société parce que elles apprennent à
vivre ensemble et ça ça nous met une une
conséquence en fait de la nation c'est
que une relation vivre ensemble ça
s'apprend ça nécessite ça nécessite du
temps quand on est brutalement des
plantes qui n'ont pas l'habitude de
vivre ensemble les unes à côté des
autres
souvent elles ne vont pas réussir à
vivre ensemble lorsque pour quand je
prends un arbre du coeur de la forêt au
milieu d'un vignoble dont on va voir
qu'au tour de cet arbre les choses n'ont
pas bien s'exprimer
par contre si dès le début ils
apprennent à vivre ensemble s'ils
apprennent à communiquer ensemble s'ils
apprennent à se répartir les richesses
de l'écosystème dans lesquelles ils
vivent là il va se passer quelque chose
de tout à fait extraordinaire ça va se
passer d'autant plus donc
l'extraordinaire que la quantité
d'informations qui va circuler va être
proportionnelle à la façon dont ces
plantes vont alimenter le réseau est un
arbre qui est grand car beaucoup de
biomasse cas beaucoup de feuilles qui a
une surface foliaire tout à fait
prodigieuse va être capable d'alimenter
le réseau mycéliens d'une façon
prodigieuse et cette même si c'est que
20% des sièges d'un arbre qui va
alimenter ce réseau mais c'est bien
c'est 20 % de celles vont pouvoir
circuler jusque dans les vignes jusque
dans les raisins
finalement la photosynthèse se partagent
également
alors pourquoi est-ce que quelques fois
ça marche et quelquefois ça ne marche
pas voilà on est donc de garder dans
l'esprit dans la tête que tant que ça
s'apprend et donc il faut du temps pour
que ces choses se mettent en place et
bien sûr il faut avoir une attention
tout à fait particulière sur ce qui va
permettre à ces champignons
perdurer dans un sol et on voit que si
j'ai un couvert végétal que je détruis
chaque année chaque année je vais
repartir avec des plantes 9 des plantes
annuelles des plantes eux qui vont qui
ne vont pas à voir l'historique de ce
qui s'est passé dans la parcelle
par contre si je travaille avec des
plantes pérennes ces plantes pérennes
devons regarder l'historique de tout ce
qui s'est passé avant elles vont garder
en mémoire de vivre correctement avec
une vie mais la vie ne va garder en
mémoire la façon de vivre correctement
avec un art finalement la vigne est
potentiellement mortelle
l'arbre aussi est potentiellement
mortelle et dans cette immortalité ils
apprennent de mieux en mieux à vivre
ensemble et de mieux en mieux à exprimer
leur fécondité croisé qui va se traduire
par finalement un seul de plus en plus
vivant d'abord et ensuite bien sûr des
des raisins de plus en plus généreux et
donc on va avoir de cest faire attention
à la façon dont ces réseaux mis ces
liens se créent et là on voit un vieil
arbre un des plus verts de france
d'ailleurs qu'est autour d'un vignoble
un genévrier un dans le sud est de la
france pas très loin de 1 dans dans le
patrimoine du minervois et donc autour
de ce jeune ouvrier ya rien qui poussent
mais parce que peut-être que les levin
qui seront autour sont pas bien connecté
à lui alors que il a 11 ans lui encore
cette histoire depuis depuis que les
romains cultiver des vignes autour de
lui voilà aujourd'hui 6é notre vigne
n'est pas bien connectée à notre arbre
peut-être qu'ils manquent quelque chose
qui manque justement un petit peu de la
qualité de ses réseaux mais c'est bien
qu'ils vont mettre les choses ensemble
et qui manque peut-être une diversité de
plantes qui va permettre à nos arbres et
à nos vignes de faire de l'indien
quelquefois vous savez quand deux
plantes deux êtres vivent mal ensemble
on a besoin d'un médiateur et nos
médiateurs et ben ce sont toutes ces
tous ces arbres capelle
ligne 2 par séverine toutes ces plantes
qui poussent dans les toutes ces plantes
de lisières tout certes rend assez
toutes ces plantes pionnières qui vont
se développer autour d'elle d'envoi à
notre vignoble
vous voyez où la connexion entre
l'environnement et le vignoble
comment ça se travaille et par la
présence de c est petit et autour des
vignes vont permettre de garder la
mémoire de ses relations la mémoire de
ces interactions et finalement permettre
à nos vignes de bien vivre un iron voix
dans certaines de ces parcelles
on voit que finalement la la la vigne
apprécient la proximité de la et
simplement parce que l on cette histoire
commune et qu'elles savent vivre
ensemble et ça aboutit finalement des
paysages diversifiés des vignobles
ressemble à quelque chose qui nous
échappe à la voilà un vignoble en
allemagne où toutes les zones trop pentu
toutes les zones trop raides sont
investis d'une végétation arbustive
arborer un est donc finalement et
constitue une trame une trame de
connexion une trame de de mémoire qui va
permettre à la vigne d'accéder à un
réseau micellaire est énorme parce que
tous ces arbres vont nourrir toute
l'année un grand nombre de champignons
et vous maintenir vivant cette trame
mycénienne et est donc fait pénétrer à
la terre des races des des parcelles ont
dit que un arbre de 10 mètres peut avoir
des mycélium qui vont s'exprimer jusqu'à
25 mètres de rayon rapport à cette heure
deux fois et demi sa hauteur mais donc
en commençant à mettre des arbres autour
de nos parcelles où on apporte à notre
plante la capacité de de mieux vivre
dans son environnement
mais c'est aussi une autre conséquence
tout à fait surprenante c'est que ces
arbres vont commencer à stocker eux
mêmes du carbone vont commencer à créer
un écosystème dans lequel il y aura de
plus en plus de carbone stockée 2
en plus de vie de plus en plus de
communication de plus en plus de
relation la vie est belle parce que elle
se fait ensemble et tous ensemble
finalement nos vieux arbres dans nos
environnements ceux qui ont le plus
d'histoires le plus de vécu le plus
d'expérience du vivre ensemble ont
énormément de choses à nous apporter
et la même façon que dans cette
narration on a vu que la vie commençait
à nourrir un tout petit pays un tout
petit réseau mycéliens autour d'elle que
ce réseau grandissant grandissant va se
connecter à des choses de plus en plus
grande qu'elle jusqu'à aller au coeur
des forêts au coeur au coeur des est
d'abord et au coeur des forêts tout près
des vieux arbres où se trouve où se
trouve quelque chose d'extraordinaire
qui est finalement ce qu'on a vu dans
cette diapos avec l'information qui
circule de côté vers vers le côté rouge
que l'information génétique arrive à
circuler et que la capacité des plantes
à
il y aurait à améliorer leurs relations
à prendre soin les unes des autres
bergers de ce monde où tout est lié
la vie est belle merci beaucoup énervé
ça mérite évidemment plein
d'applaudissements que l'on que l'undd
que l'on deviné que l'on entend presque
frissonner jusque jusque dans nos
ordinateurs
je crois que c'est le moment pour moi de
redonner la parole à jean françois
peut-être hervé il ya les récits qu'il
dise qu'il y avait une relation à faire
en exemple morizet l'électronique aux
reason donc effectivement sont pas
compatibles et les unes avec les autres
est-ce que tu as une vérité ou s'est pas
encore une vérité pts 9
c'est finalement on apprend à vivre les
champignons on essaie de construire un
monde connecté
effectivement les économies que reese
donc celle un peu des champignons du
coeur de la forêt qui font tous ces
champignons comestibles qu'on aime bien
aller simple et maury et giral et ainsi
de suite
c est qu tommy crise donc c'est
forestière concerne un certain nombre
d'arbres par contre la vigne est là des
endormis turris donc d'autres types de
champignons et lorsqu'on est quand même
découvert d'étonnant c'est que dans la
vigne il ya un champignon très
particulier qui s'appelle le serendipity
est ce c'est lundi pita il est capable
de se connecter temps plantes 8
rien comme la vigne qu'avec des plantes
etc tommy crise yen comme le chêne comme
comme les plantes des arbres du coeur de
la forêt et finalement se sait rien des
pitas comme il est capable de se
connecter à tous il va faire de la vigne
une plante médiatrice qui va permettre à
la forêt de vivre avec la le couvert
végétal finalement de relier les choses
et pour moi c'est ce qui explique
peut-être c'est une idée qui pourrait
expliquer le fait que la vigne est une
plante civilisatrice dans les mois les
clients qui ont srt qui ont fait des
clairières dans les forêts dans les
câbles et on a appris à cultiver inventé
l'agriculture en gaule et et ben en fait
c'est moi ni cultiver la vigne et la vie
ne faisait le lien entre la forêt et les
plantes qui sont autour finalement la
vie humaine devient très facile à côté
de la vigne alors bien sûr la vigne la
vigne à 7 7 7
cette fille qui fait en plus de l'alcool
et qui qui qui qui permet de libérer un
petit peu l'expression les paroles qui
fait aussi du lien entre les hommes
imaginent fois qu'il ya une autre plante
qu'à la même chose c'est le houblon et
résonne plus nordique c'est le goût
plomb qui à cette fonction qui ont six
millièmes qui passe à 6 sur les armes et
qui fait aussi le lien entre les choeurs
de la forêt comme on cultive aussi
encore une plante qui fait quelque chose
qui est gris l'esprit et et qui
finalement donne donne beaucoup de joie
oh oh oh oh aux lave également donc
voilà c'est tout plein donc différente
je pense que notre vigne est une plante
de l'ia de relation et et voilà donc si
aujourd'hui les vignes vivent quelques
fois très mal
à côté des vieux arbres c'est peut-être
parce qu'il n'y a plus assez de réseaux
mycéliens dans le sol
le simple fait d'utiliser un super
phosphate un l'acide phosphorique va
détruire en partie le réseau mycéliens
l'ammonitrate fait aussi partie de ces
choses là
beaucoup des fongicides que l'on utilisé
on pourra probablement en reparler aussi
dans nos discussions
mais beaucoup des fongicides que l'on
utilise voit aussi diminuer
drastiquement la diversité des
champignons mycorhiziens cas dans le sol
pour ne laisser subsister que les
quelques petits champignons mycorhiziens
mais pas forcément très fonctionnel qui
peuvent vivre avec des fongicides parce
que la nature a aussi inventé ça des
champions nicollin qui supporte des
fongicides lavier tôt dans la vie y est
effarante hervé c'est vrai que la vie
est belle on va on va garder un petit
peu de temps pour l'exercice de la belle
vignes puisqu'on doit écrire tous
ensemble et merci pour vos commentaires
alors évidemment c'est dithyrambiques
pour toi hervé sur rue sur youtube les
commentaires donc ya pas de y'a pas de
soucis on a même encore monter en le
score 290 visionnage en cours incroyable
pour un mardi matin sur sur la vigne
alors la vie est belle la vie est belle
pour quoi la vie est belle elle est
belle pour plein de raisons
déjà parce que on a l'assurance de par
le fonds de formation le vivat que la
plupart d'entre vous connaissez bien
qu'aujourd'hui il sera possible
aujourd'hui nous faisons des séances
d'information de discussion avec un
grand témoin qui aujourd'hui et
jean-françois aiguë et puis on en verra
d'autres diffuseurs et des faiseurs du
quotidien parce qu'on est tous en train
de récupérer les informations d un
réseau de les mettre en oeuvre de les
mettre en scène et de les partager
l'avis symbiotique et la vie des
coopérations cher à hervé commerce mais
c'est tout ça est cher à tout le monde
c'est tout ce qu'on sait mais on le
roule partager et dans le met en oeuvre
on le met en scène pour le dupliquer à
plus grande échelle donc aujourd'hui
nous aurons le droit
prenez en note est bonne note pour vous
qui nous écoutent et de faire des
formations totalement ligne en partie
digital et puis totalement
visioconférence ça remplacera jamais
évidemment le contact humain mais ça
nous permettra de gagner du temps de
gagné du déplacement d'avoir des groupes
je salue vignes vivante en alsace aussi
d'avoir des groupes constitués qui
seront des groupes nationaux voire
internationaux et pourquoi pas
co phone qui s'est en tout cas d'avancer
plus vite
au delà du confinement même si le risque
de durer un petit peu donc ça c'est la
bonne nouvelle a mené par françois mulet
il ya quelques jours et puis la vie est
belle aussi puisqu'on va donner la
parole conrad schreiber la vie est belle
puisque ces principes agro écologiques
on l'a vu on l'a vu avec marceau il faut
respecter le végétal marceau et
architecte du vivant ça veut dire ce que
ça veut dire qu'il faut respecter et
produire des champignons il faut avoir
de la biodiversité sous tous les mètres
carrés et dans ses principes agro
écologique on a bien de la génétique la
gestion du végétal on a évidemment cette
enveloppe agroforestières que l'on a vu
réapparaître tranquillement on n'est pas
juste en train de planter des arbres
dans notre métier on a je crois pouvoir
dire une entrée agronomique
écosystémiques de base et puis planter
les arbres sur des sols vivants nourrit
fertile avec une activité biologique
forte due aux couverts végétaux est ce
qu'il est et ce qu'il est nécessaire
peut-être représenter rapidement au
conrad tu as dix sept minutes maximum on
te connaît bien et j'ai une vie 17 j'ai
pas dis 34 pour faire ce petit exercice
tu te représente rapidement conrad s'il
te plaît bonjour à tous donc je suis on
va dire pour eux le faire simplement un
agronome des sols vivants je pense que
c'est peut-être la meilleure des
nominations que je peux prendre
aujourd'hui mon parcours d'éleveurs m'a
conduit à me poser tout un tas de
questions et notamment sur
l'environnement et la pollution agricole
et on s'est rendu compte que 1
agriculture en fait il n'existe qu'un
seul système de production qui produit
sans polluer ça s'appelle une vache
heureuse et quand on a commencé à
développer ces systèmes autonomes
on s'est rendu compte que nous on avait
un modèle si tu peux mettre la diapo sur
la prairie là on va dire là c'est nadia
pour ça je t'ai envoyé situe la
télécharger bien sûr je sais pas trop ce
que tu as fait
donc houleux on s'est rendu compte qu'on
avait un modèle complètement génial qui
n'a jamais été analysés à sa juste
valeur et donc une voilà c'est ça tu
passes à la diapo set et parce qu'on va
faire recours puisque j'ai que 17
minutes donc on peut on peut donner un
peu plus on peux t'en donner une de plus
et maintenant mais voilà c'est cela un
et celle d'avant steuplé oui pardon et
donc on se rend compte que 1 aviculture
tout le monde rêve d'une agriculture
nouvelles écologique sans chimie sans
pesticides même pas avec du sulfate de
cuivre puisqu'il nous pose beaucoup de
problème etc
on se rend compte que le débat il est
devenu complètement hystérique dans
notre société
alors que finalement nos chercheurs nos
techniciens ne s'accorde même pas à
réfléchir sur des choses très simples et
réussi et on a la chance d'avoir ça avec
les élevages laitiers et les élevages
ruminants en règle générale c'est à dire
c'est une prairie et quand on analyse un
à l'archétype de ce que devrait faire
toute l'agriculture y compris dans la
vigne dans les vergers et dans les
cultures légumières c'est-à-dire copier
le fonctionnement de la prairie pour en
faire de l'agriculture et cette prairie
en fait elle se présente très productive
c'est à dire on commence à comprendre
que pour avoir de l'environnement ou
quelque part il faut un maximum de
végétal en fait c'est le rendement
maximum du végétal par unité de surface
et ça va bien avec la vigne ce
raisonnement là parce qu'on couvre le on
couvrirait le sol sous les pieds dans
l'intérieur entouré de la vigne et avec
une deuxième moteur complémentaire qui
seraient les arbres je vous dis pas la
capacité à produire à séquestrer du
carbone et à le recycler corée ce
système végétales
ce serait faramineux ils deviendraient
autofertile c'est ce qu'on a vu chez
dans le dossier du maraîchage sur son
bilan et cette prairie en fait elle nous
enseigne
l'essentiel c'est à dire que c'est
toujours une combinaison de plantes et
ça ça rejoint bien l'écosystème de la
nature
c'est à dire on a des graminées des
légumineuses d'autres plantes donc
facile à faire dans une vigne par
exemple puisque l'autre plantes ce
serait la vigne en ligne e une liane
avec des arbres dont la les autres
plantes les graminées dont on pourrait
les mettre par terre dans l'intérêt et
les légumineuses ce serait peut-être les
meilleures plantes pour venir sous le
rang sous le cavaillon c'est d'ailleurs
j'aimerais que jean-françois adultes qui
nous en parle un tout petit peu tout à
l'heure parce que c'est quand même une
un des grands axes réussi de sa
réflexion alors un ce je serais preneur
d'infos toute récente là dessus
finalement du coup on a cette
combinaison végétales et puis on à la
règle c'est toujours couverts
photosynthèse active tous les ans et
jamais travaillé un habitant bon état
production de bio diversité à tous les
étages des racines qui fonctionnent en
permanence avec des symbioses comme on a
vu avec hervé covès plus jamais la
lumière on ne touche le sol nu c'est à
dire ce que personne ne sait et puis là
ça vaudrait le coup que tu nous remette
la diapo trois ou quatre sol nous sommes
foutus 1
c'est en fait la demande avant la
déroute à cora dont on va quand même on
est pressé mais enfin on a quand même on
a quand même toute la vie donc on va
quand même reprendre les choses dans
leur grille bien évidemment on attendra
tranquillement tu en plus là tu as une
photo de fétan studio et d'où donc c'est
super voilà peut-être s'arrêter un petit
peu sur celle-ci maintenant c'est la
plus importante de toutes
c'est à dire que notre société ne
comprends pas qu'elle est en train de
tuer l'agriculture avec ce genre de
politiques agricoles et ça c'est
complètement dramatique c'est essentiel
et c'est pas compris que je fasse de
l'agriculture chimique conventionnelle
ou bio j'arrive au même résultat
c'est à dire la désertification parce
que je suis sur la lutte contre les
plantes alors que je dois travailler
avec c'est fondamental à comprendre si
ça ce n'est pas compris dans la
prochaine pac
on peut penser que face au réchauffement
climatique
il n'y aura aucun résultat à vouloir
corriger ce genre d'âneries
agronomique et aujourd'hui on peut dire
que la totalité de nos agronome qui ne
veulent pas aborder ce sujet là au
niveau de l'établissement sont en faute
professionnelle aussi simplement que je
lave non cela c'est ça devient
intolérable
le débat qui se mène autour de ces
sujets on serait prêt à accepter
l'érosion il a remonté la terre à coups
de pelleteuses et de camions en route du
champ donc ça il faut que ça s'arrête
et c'est pour ça qu'on avait donné un
message simple aux agriculteurs et s'y
sont pas trompés puisque finalement nous
ont embrayé la couverture des sols comme
axe majeur de lutte contre le
réchauffement
donc sol nu soul foutu c'est le seul
slogan qui vaille
nous on a continué à progresser puis on
se rend compte que c'est vrai pour la
vigne la petite cartouche du milieu nous
donne la ligne et la vigne et finalement
la culture la plus en danger parce que
finalement elle est venue sur des sols
déjà difficile est déjà très dégradées
par des pratiques finalement aratoires
de travail du sol qui dure depuis des
centaines d'années puisque les photos
historiques on les a vus en début de
semaine binaire là est donc aujourd'hui
c'est pas la crise
la crise climatique c'est pas une crise
climatique c'est une crise du sol nu
partout à dire on déforeste sols nus ont
fait de l'agriculture on travaille de
son tonus et une crise du travail du sol
qui est une tare intellectuelle de
l'agronomie voilà alors partout vous
passez vous créez le désert à une
finesse et voilà et puis finalement la
seule chose plantes qui poussent dans un
désert c'est un pavot loriana qui adore
les pavots qui en font même des comment
dire le porte drapeau de l'écologie
triomphante alors que c'est l'archétype
de du prémices du désert quoi alors en
est avec ça devant la débilité
intellectuelle de l'écologie
décroissante et on n'en peut plus loin
donc moi je vomis tout ça ou un peu plus
et donc l'idée c'était de mettre du
végétal avec alan modèle qui est celui
de l'herbe
donc on y va on comprend ce qui se passe
c'est à dire on va perdre l'ovale à
polluer c'est toujours de l'érosion tout
et imperméabilisées il ya jamais de race
ni n'ai jamais rien l'eau coule et
emporte tout sur son passage c'est à
dire si j'ai mis de l'engrais ça se
retrouve dans l'eau sde et pesticides
c'est pareil de la terre c'est pareil et
finalement en 2015 on nous a quand même
produit l'équation de dégradation des
sols
ça s'appelle sol nu soleil réactions de
fans ton c'est à dire il va y avoir une
réaction violente
grâce au fair et aux ultraviolets en
présence d'oxygène ils vont oxydé cette
réaction chimique va oxydé la matière
organique du sol et qui sera
irrémédiablement perdus et finalement
aujourd'hui sachant cela plus aucun
scientifique agronome du monde ne peut
préconiser le travail du sol comme une
solution face aux problèmes comme doit
gérer et ça aujourd'hui on aimerait que
la totalité de notre profession se mette
au courant de ça autre débat la prairie
voilà la prairie dans tout son archétype
c'est à dire si vous laissez pousser des
plantes elles vous font des racines très
très très profonde
certains de ses racines qui sont le
profil de la bise on a faim de la
prairie américaine et des bisons vont là
six mètres de profondeur ça veut dire
que vous avez une réserve utile
ça veut dire que vous avez une capacité
à stocker de l'eau en profondeur et à la
remontée par capillarité sur la totalité
du profil racinaire et donc quand vous
mélangez les plantes vous avez une
performance inimaginable si tu reviens à
la diapo précédente
on va la décrire cette performance à
dire que le soleil je ne capte toute
l'année mes racines sont un petit peu
tout le temps je n'habite en bon état
donc le retour immédiat de la
biodiversité la biodiversité c'est pas
le truc qui se protège c'est pas un truc
voilà qui lui promettent des milliards
pour la protéger non c'est gratuit je
mets une maison en bon état avec de la
nourriture et ça se développe
immédiatement et c'est le sol la base
c'est pas la peine d'avoir de chercher à
voir des oiseaux si les soupçons
foutu voilà non là dedans il y aura des
oiseaux il y aura des insectes il y aura
à manger et la biodiversité revient donc
les habitats jamais de lumière sur le
sol nu et puis quelque chose
d'extraordinaire dans la prairie qui
pousse tout seul qui est très productive
qui fait entre 10 et 20 tonnes de
matière sèche selon les pédos climat
avec ce genre de combinaison végétales
en fait on a 60 % de la totalité de la
production végétale que ce soit des
feuilles des racines qui se renouvelle
et de l'arize aux dépositions qui
nourrit
là on va dire le sun c'est à dire tous
les êtres vivants qui font le process de
recyclage dans le solde ça veut dire que
1 sur le faire il se construit avec ce
raisonnement là 60 % du rendement total
des végétaux doit revenir au sol et donc
exporter un serment dans une vigne c'est
déjà une erreur et puis finalement il y
aura énormément de vers de terre
la porosité health met en place on
comprend très bien que un sol qui aura
50 ans en morosité c'est le moteur de la
productivité du recyclage du système
puisque dans cette porosité le sol va
stocker de l'eau et de l'air pour ses
fonctions vitales
et ça c'est quelque chose qui doit se
mettre en place dans nos vignes dans nos
belles vignes de demain avec une
capacité à résister à la sécheresse donc
on a proposé un modèle aux agriculteurs
et ce procès ce modèle il est universel
c'est à dire c'est toujours pareil ça
marche toujours pareil de la même
manière partout partout partout sans
exception sur la terre les plantes
captent du comment dire du co2 avec la
photosynthèse
elles produisent la matière organique et
pour équilibrer le co2 rare de l'air il
faut leur envoyer immédiatement par des
mangeurs de plantes des utilisateurs
donc je relève le co2 je leur mets et le
sol lui c'est un appareil de recyclage
qui recycle les déchets des plantes les
feuilles mortes les parties dégradées le
bois et puis les cadavres des animaux
des utilisateurs de végétaux et le
système s'équilibre dans ces trois
grandes fonctions et finalement les
règles sont simples toujours couverts
jamais travaillé rendement maxime
digital biodiversité partout et
recyclage in situ alors essence et la
durabilité la fertilité
donc on va plus je produirais des
plantes plus ça marchera bien on retient
bien que nous sommes des producteurs de
bio diversité qu'on met pas de la
biodiversité comme prétexte autour des
chances c'est vraiment le moteur de la
productivité en agriculture non pas tout
à fait en fait on a actuellement un
débat qui est en train de déraper on
veut des paiements pour services
écologiques alors on va payer pour des
oiseaux on va payer pour des abeilles
non c'est nul il faut payer pour un sol
qui fonctionne correctement c'est à dire
un sol qui fonctionne avec de la
biodiversité dedans toujours couverts
jamais travaillé un habitat en bon état
qui va donner naissance à toute la
biodiversité associé au système c'est à
dire que en fait la seule le seul
paiements pour services écosystémiques
il faudrait construire c'est un paiement
écosystémiques pour stocker du carbone
dans le sol avec les bons principes et
les bonnes pratiques agronomiques parce
qu'il ya des mauvaises pratiques
travailler le monde c'est la pire des
pratiques agricoles
avec ce nul on lutte contre les plantes
dire une fois pour toutes il semblerait
il semblerait qu'en moyenne il
semblerait qu'en moyenne dans l'hexagone
jeudi dans l'hexagone parce qu'on le
connaît bien un cep de vigne y voit 40
d'intervention dans l'année il voit 40
fois quelqu'un ou une machine qui passe
donc c'est vrai que ça a fait ça fait un
petit peu beaucoup géré gens j'en déduis
aussi que finalement nourrir l'humanité
c'est avant tout nourrir les sols c'est
probablement ça parce qu'on se rend
compte que ces sols qui sont bien
nourris quand on a fait le projet avec
vers de terre production maraîchage sur
son vivant globalement quand il a
démarré ce projet là dans les années
2010
on s'est rendu compte que nourrir les
sols avec 20 tonnes de paille équivalent
par hectare et par an ça nous donnait
des plantes qui poussent tout seul
in fine et c'est à dire il nous a fallu
quatre ans pour réussir ça c'est à dire
quand le sol mange cette quantité énorme
de paille
eh bien elle était le sol était la
biodiversité du sol étaient quatre
dirt cité de la zot derrière et
finalement en mangeant de la paille la
biodiversité capte la zot dans l'air et
redonne de la zone aux systèmes de
culture ce qui fait que les plantes
poussent tout seul est aujourd'hui dans
une vigne si on la voulait autofertile
on n'a pas besoin d'autant de la zone
que dans un système maraîchers mais en
fait il faudrait que le sol qui gère
bien ses cinq à sept tonnes de matière
sèche par hectare et par an pour rentrer
l'azoté nécessaire à l'acte de
production et on va se rendre compte que
cette production de biomasse elle doit
se faire
in situ c'est la moins chère de toutes
c'est beaucoup moins cher de faire
produire sa vigne ses arbres ses
couverts végétaux dans la vigne de lui
faire produire du carbone et de la
biomasse et de la réussite et que
d'aller acheter du brf à l'autre bout de
la france que d'acheter du miscanthus à
l'autre bout de la france est d'en
mettre une trop grosse couche qui va
finir par asphyxie les sols parce que la
nature elle ne fonctionne pas sur ce
genre de principe est donc un moment
donné on se connaît dans cette espèce de
boucle de durabilité qui nous conduit à
la fertilité des sols mais la fertilité
des sols c'est quelque chose qui n'est
pas compris c'est à dire que je pense
que encore et toujours tout le monde
confond fertilisation et fertilité est
en fait ces deux choses qui sont
strictement distinctes à dire là la
fertilité des sols c'est la capacité
qu'ont les plantes a poussé tout seul et
pour pousser tout seul elles vont
finalement digérer une très grande
quantité de litière qui est du carbone
frais mais de la matière sèche puisque
ça va être des feuilles mortes des
sarments des racines mortes de la paille
etc
et cette quantité énorme de carbone
ah c'est sûr nlv qui arrive sur le sol
alors on nous dit que ça sert à rien
parce que il ya plein lignine que l'alim
salle sert à rien ce qui est faux en
fait ce carbone qui arrivent là il est
composé de cellulose à 81 70 % et de
lignine 30% la lignine va venir
faire le stand d'humus table du sol
quand la cellulose va être digérée
rapidement pour aller sur la matière
organique la ville rapidement
récupérables et minéral is able et donc
plus vous envoyer de carbone riche en
faire masser sur un élevé plus la
première phase de décomposition des
litières est capable avec des fixateurs
libre ça s'appelle des a's autobacs
terre des pseudomonas des toros trium de
récupérer de la zot dans l'air et quand
on voit cette femme ce super dessin qui
a été fait de vers de terre qui viendra
enroulé sa feuille dans sa galerie
eh bien on se rend compte que finalement
que à ce moment là il y à de la zone qui
va être fixée par tout le cortège micro
bien que finalement va digérer un ver de
terre est un ver de terre il a mangé
quoi il va manger des protéines
c'est à dire des bactéries tout
simplement de la viande et ils valent à
digérer et cette protéine va créer des
tueries kull et dans son curriculum il y
a de la zot qui devient accessible aux
plantes et cet azote accessible aux
plantes elle va être sous deux formats à
nouveau des bactéries qui contiennent
des acides aminés et de l'uriné
c'est à dire le ver de terre il urine
comme beaucoup d'animaux du sol
notamment les nématodes urines et donc
on arrive à la zot du sol la zone du sol
ce sont des acides aminés et de l'urée
l'urée rapidement minéralise abl voilà
sur l'année tranquillement qui est
stocké dans la micro porosité biologique
du sol et qui va être mise à
contribution pour la nouvelle croissance
du végétal et finalement ça va ce
bouquet tranquillement la plante elle va
manger des acides aminés qui sont
favorables à sa santé notamment par des
bactéries phytophages ça s'appelle donc
ça on va le découvrir petit à petit ça
va être un des gros axes de travail de
la belle vie mais là maintenant et
finalement grâce à ces bactéries qui
contiennent des acides aminés la santé
de la vigne est améliorée d'eux au moins
30%
c'est ce qu'on découvre dans les textes
et toutes ces 100 bio elles vont nous
donner de l'eau tout fertilité dans le
ce thème seule plante et finalement les
plantes poussent tout seul si le sol
assez à manger et on pourrait faire des
vignes aller jusqu'à 150 hectos avec
zéro intrants notamment 0 fertilisation
si je sers site est assez de biomasse et
comme on le voit avec ce que nous
raconte marceau c'est la taille qui va
être le pivot numéro un puisque le bois
ils s'en moquent complètement la plante
ligneuse se moquent complètement des
graminées et de la concurrence qu'elles
pourraient avoir aux pieds ces deux
systèmes qui sont complémentaires
naturellement et qu'on pourrait
développer tel quel et ça c'est
dramatique de commencez toujours par
dire
ab oui mais y aura de la concurrence etc
en fait c'est de l'agronomie obsolète
si je dois aborder le dossier sur le
vivant de cette manière là c'est du goût
conrad si on doit parler de concurrence
parce qu'il ya les commentaires comme ça
donc
et il semblerait qu'un seul qui ait eu
sa ration qu'ils soient bien nourri la
plus de prem d'adventices et de plantes
indésirables mais si on doit parler la
peur de la concurrence
peut-être qu'on peut inviter tout le
monde chez jean françois guay que lyon
se retrouve à quelques à quelques
centaines voire quelques milliers sur
une journée technique sortie du
confinement chez jean-françois gouttes
jean françois est aussi formateur bien
évidemment comme d'autres c'est ça aussi
à l'idée c'est qu'il faut pas avoir peur
d'aller voir les autres d'aller voir
ailleurs
on insiste assez souvent dans notre
cellule agro écologique n'est ce pas de
deux je venais voir aller voir les
autres confrontés discuter aller voir
celui qui a fait parce qu'effectivement
la notion du propre aujourd'hui
puisqu'elle apparaît encore d'aller dans
les commentaires elle n'existe plus
cette notion ne pas aller voir les
autres et n'hésitez pas n'hésitez pas à
abandonner quelques idées reçues
n'hésitez pas à prendre jean-françois le
disent prendre le risque on ne risque
que ça marche
finalement parce que c'est un peu ça le
sujet vu toi ton point en fait on
pourrait le transformer concurrence par
concours ans la concurrence j'aimerais
avoir
j'aimerais avoir l'idée déjà faire le
travail de jean françois est ce que tu
peux nous expliquer un tout petit peu
parce qu'on avait fait une journée
paille et ripailles si tu te rappelles
bien ce que tu pourrais nous parler de
ton problème de concurrence justement
parfaitement la concurrence
m on l'a analysé pour analyser ensemble
essayer de comprendre pourquoi et doudou
éleveurs notamment par rapport aussi on
suit les travaux de lenningen de la
relation et de l'équilibré bactéries
champignons du sol
et notamment de la présence d'atlantis à
qui nous embêtent d'anono ignoble qui
sont concurrentes avec avec la vigne
elles ont une origine elles ont une
explication d'analysé au plus près les
les adventices puisque on les appelle
comme ça qui se présentent et pour le
coup lorsque je fais ce diagnostic là je
suis en quasi totalité en présence bleu
ciel dans la grosse this i gr jolie
plante un beau stylo au cycle de la
ligne ici de comprendre pourquoi et
comment et surtout comment remercier
cette heure c'est totalement cela est
donc de réintroduire des beaucoup de
beaucoup de dominer d'acdc mélange là et
ici aussi de voir qu'est-ce que sous
leur angle
qu'est ce qui se passe et est finalement
pouvoir lutte en permanence contre
quelque chose qui cherche à réparer
notre système et je ne voyais là dedans
beaucoup d'incohérences et religieux je
lis que je lui tends permanent 50
quelque chose qui cherche à réparer un
système qui cherche à remporter de
l'équilibré biologique et donc
finalement ça a été plus facile à la
réflexion de d'accompagner ce processus
chez les parcelles qui ont été les plus
problématiques que c'est là dessus ou je
m'abandonne expérience est le plus prêt
périlleuse parce que de toute façon
c'est là où je suis déjà en échec sur un
système conventionnel classique avec une
fertilisation minérale et tout ça sur
des pensées allaient qui ont été membres
et il ya cinquantaine d'années au
bulldozer ont tout ça donc avec des
finalement très peu de très peu de terre
végétale et finalement baisse a été de
10 rebonds mais globalement même les
couverts là dessus le rouge pas où
poussent très peu des limites de
croissance végétative de la vigne avec
des problématiques durablement
donc là on a fait l'expérience comme tu
le dit conrad d'apporter de l'extérieur
du de la paille
des fois essayé d'apporter une ration
carbonées au sol et un angle le sol ceni
s'est mis en route et de cette force est
la plus problématique a été celle qui a
entendu le mieux aux critères
ergonomiques que ce que je recherchais
c'est-à-dire potentiel de rendement
supérieur à 5 police alors que j'étais
limité à 70 80 et surtout une maturité
des raisins qui a un qui s'est
développée également parce que je
faisais 70 et 80 en 8 es complètement je
sais pas du tout l'important est là elle
avait passé les seins et au largement et
ceci de maturité passe ont été réglés
donc j'étais calme franchement surpris
du résultat
rapidité puisse se développer
je m'aime tiers ont commencé ces
expériences je fais des expériences ou
laurent également de paillage alors je
suis pas équipé je le ferai jamais la
même on va on va voir ça également avec
avec nice hier voilà séguillon il y
avait une réflexion qui était de voir
qu'ils pouvaient se met sous la plante
sous la lumière d essayer de voir s'il
ya déjà pas des plantes qui sont
naturellement présentes pour accompagner
ce processus de couverture que le seul
cherche à faire continuellement ils
cherchent à courir ils cherchent à
nourrir les individus et et non pas de
le donner de le déserter alors c'est une
pratique et qui va généraliser la jeune
je progresse j'avance
il ya des parcelles où ça fonctionne
très bien et ça se ressèment tout seul
notamment celles qui auront développé
donc c'est ça c'est ça c'est quelque
chose de prometteur
il ya malgré tout des choses qui font
qu'il faut fermer
on a mis en route avec son collègue des
des analyses de 2 g de cerneaux pour
l'impact
cet internement laurent de voir qu'est
ce qui se passe effectivement il ya la
notion de nutrition qui va rentrer en
compte la dedans parce que ceux couverts
ils associés qui arrive à puiser des
éléments et le temps de l'institution ça
peut occasionner quelques petits
quelques petits dysfonctionné nord alors
qu'ils sont pas forcément visibles à
l'oeil mais mes analyses de sa valeur le
révèle et dans ça sera intéressant de
discuter de discuter de tout ça et
notamment de voir un petit peu la
fourniture parfois certains éléments
notamment la saône et sur les rebelles
ou les légumes des fourragères ils sont
présentes sur le sol orange et
fournissez quasiment pas et du coup me
déséquilibre un petit mot ratio calcium
calcium sur asos donc voilà il ya la
nutrition nutrition calcium sur lequel
its vigile a envoyé il ya tout ça ce
sont des processus qu'il faut maîtriser
mais je trouve que c'est passionnant de
de suivre ces expérimentations là ok
merci je crois que c'est très clair tu
la fais tu dois essayer ça tombe bien
parce que la diapo suivante c'était
c'était celle ci la question conrad la
question se pose de savoir si remettra
aux plantes est ce qu'on va pas voir une
concurrence avec de l'eau et moi j'ai
appris quand j'étais petit que plus on
mettait de plantes puis avait de hockey
ce qu'est ce qu'on peut dire le phare de
ceux de ce modèle là on fait ça c'est
l'expérience un petit peu par défaut
personne ne sait vraiment l'expliquer
mais on a un vrai paradoxe dans nos sols
nus on perd l'eau en règle générale
c'est ces deux là c'est une lapalissade
comme ça alors pourquoi il ya de l'eau
quand il y à des plantes au final parce
que ça aussi c'est une lapalissade donc
quel est le paradoxe con
prend pas bien bien en fait ce qu'on
comprend pas tout simplement c'est que
les plantes elles gèrent l'eau et elle
gère le climat points et il va falloir
leur faire confiance c'est à dire l'eau
ça se gère pas avec une grande de
retenues colinéaires ça se gère avec une
végétalisation maximale des sols et la
retenue
elle est en plus pour aider les plantes
à faire correctement leur travail c'est
pas à la place et ça c'est pareil c'est
des réflexions qui vont devoir prendre
pied et on commence à comprendre quand
on fait ces espèces de desserts
modélisés qu'est ce que c'est que le
carbone finalement c'est à dire on avait
pris un homme tu te rappelles bien quand
on a fait ce travail là on avait pris
pour exemple une monoculture de blé même
si ça se fait pas ça permet de fixer un
débat c'est à dire celui produit 7
tonnes de grains et il a une biomasse
aérienne et souterraine et finalement on
arrive à beaune an mal an 7 tonnes de
matière sèche qui serait parti pour
moitié retourner au sol et pour moitié
est exportée
donc on exporte de la production
alimentaire et puis on remettait la
paille système racinaire hélas réseau
des positions ta console bilan total
sept tonnes de carbone par hectare aux
parents si on ramène tout ça de la
biomasse clos carbone pur que se
passe-t-il si vous ajoutez une deuxième
plainte c'est à dire entre deux blé bien
couvert végétal auquel on donne de la
capacité à produire grâce notamment au
début à la fertilisation parce que il
faut quand même comprendre que quand
vous êtes dans un tas de sable si vous
ne fertiliser pas vous ne pouvez pas
produire le premier carbone la biologie
elle est un petit peu têtu c'est pas une
production instantanée d'être vivant il
faut qu'ils arrivent dans une maison en
bon état avec de la nourriture et donc
on n'a pas d'autre solution pour sortir
d'un tas de sable qui s'appelle le
désert où la désertification d'apporter
de la fertilisation
voilà la fertilisation elle doit
construire la fertilité avec de carbone
donc que la deuxième plainte si on la
met à produire ou belle vous ramène 5
tonnes de carbone
commentaire puisque la totalité de ceux
couverts pourrait être mis à
contribution pour nourrir le sol et tout
d'un coup une fois que le système
fonctionne on a 12 tonnes de carbone qui
se sont produits annuellement donc quasi
en double et on se rend compte qu'une
partie de la biomasse de la deuxième
plainte pourrait être mise à
contribution pour produire de l'énergie
par exemple du biogaz est donc là on est
dans un raisonnement où on augmente la
productivité végétale par unité de casse
donc ça ça fonctionne bien notamment si
je respecte des règles toujours couverts
jamais travaillé je sème quand je
récolte et je fais suivre les plantes de
plus en plus vite dans la parcelle à tel
point qu'aujourd'hui on réfléchit avec
une couverture végétale vivante tout au
long de l'année
3e étape 1 on est la couverture vivante
tout au long de l'année en plat ce qui
s'appelle un arbre et donc on fait une
alliance avec des arbres bien positionné
l'agroforesterie les bonnes âmes les
bonzes la baule est bonne mais coryse
les systèmes compatibles
on voit que tout n'est pas forcément
compatible immédiatement donc c'est là
l'intelligence de planter dans un
système que l'on veut construire parce
qu'on peut faire des choix aujourd'hui
qu'on ne savait pas faire ou par défaut
avant donc qu'est-ce qu'on fait bien on
se rend compte que l'arbre c'est une
partie complémentaire d'énergie de
biomatériaux de carbone pour la société
puisque on la nourrit tout autant
qu'avant et finalement de stockage de
carbone dans le sol qui est démultipliée
donc on voit que du vieux système
agricole au nouveau ballon multiplient
quasi par deux et demi voire trois si on
se mettait un petit peu au boulot le
potentiel d'aggravation des sols est en
fait plus on va profond avec des
systèmes racinaires plus on crée de la
micro porosité dans le sol avec de la
biologie plus la réserve utile du sol
augmente plus cette réserve utile du sol
est élevé plus il avait une capacité à
produire du végétal plus vous avez
finalement de l'eau qui va circuler dans
ce système biologique et finalement les
plantes par évapotranspiration et vont
climatisé la terre typiquement
fait on sait si on suit les préceptes de
francis hallé et sa liste de l'arbre que
si on couvrait la paire d'arbres on
baisserait de 5 degrés la température
mais pour au stade actuel de nos
connaissances ça s'appelle une
glaciation donc baisser trop violemment
la température s'est peut-être pas bon
mais on sait que l'arbre va être l'outil
fondamental qui l'avenir dans la lutte
contre le réchauffement climatique dans
couverture des sols porosité stockage de
l'eau arbres et on voit arriver ces
systèmes là partout et chaque fois qu'on
les met en route
nos vignes se porte mieux nos cultures
se porte mieux et c'est à dire
qu'aujourd'hui quelque chose qui est
très très critiquée par un de nos amis
écologistes qui n'ont pas compris grand
chose à l'agronomie faut le dire
franchement
et bien en fait c'est le travail du sol
le principe à la nuit le sol nu le
principal ennemi de l'agriculture et de
la paysannerie on voit ce qu'on peut
dire autour du carbone et de l'eau et on
voit bien que dès que les sols ont une
capacité à stocker vous ne manquez plus
jamais d'eau en gros sur le bilan s'il
est bien structurée dans sa phase haute
en hiver il va stocker la quantité d'eau
nécessaire pour le cycle végétatif de la
sécheresse qui suit et ça ça ne le pose
aucun problème aux végétaux jamais parce
qu'elles vont s'aider de la mycorhize à
sion pour avoir accès à une eau très
particulière qui est d'une efficience
absolue l'hypothèse centrale autour de
la minorisation c'est que la mycorhize
va chercher de l'eau dans de la micro
porosité de l'eau qui est lié qui est
stocké au sol on va aller changer une
certaine quantité avec des plantes pour
leur permettre de passer des caps un
petit peu difficile vient la sécheresse
et que cet ol change de cheveux de forma
c'est à dire que c'est nous qui
alimentait les plantes sans
évapotranspiration c'est-à-dire qui
revient finalement intégralement en
boucle dans le système seule plante donc
ça serait elle mériterait d'être un
petit peu fouillé parce que je pense
qu'il ya une plaie énorme agronomique
qui se précise avec mes systèmes
symbiotique
si on est bien d'accord que comme on l'a
vu avec hervé si on multiplie par dix la
capacité de la vigne dans les ponts et
dans les champs mycorhiziens aller
chercher de l'eau déjà on crée ce qui
s'appelle fondamentalement de la réserve
utile en eau dans les sols 1 puisque il
est avéré qu on en perd 50% 50 % de
l'eau dans le territoire elle passe pas
par une plante alors on peut discuter
des pourcentages mais globalement la
moyenne c'est à dire des endroits
beaucoup plus et puis d'autres un peu
moins mais 50 % de l'eau elle s'évapore
elle ruisselle elle s'en va donc c'est
quand même et non elle passe pas par une
plante gm a rappelé le modèle de la
forêt dans cette opération la forêt sauf
canicule absolument exceptionnel et très
longue sécheresse elle continue tout
c'est l'été même quand il n'a pas plu
pas plu pendant trois mois je voudrais
juste que tu insistes rapidement en deux
mots puisque bien souvent quand on voit
les vignerons venir en 10 mai venez
venez sur les journées techniques koné
sur les formations qu'il ya évidemment
beaucoup d'idées reçues il ya eu
beaucoup d'échecs je crois qu'on peut le
dire en agroforesterie comment
couverture végétale les échecs qui ont
été nombreux donc il faut aujourd'hui
les structures et les cadrages c'est
bien quand on renaît orné de l'échec
mais mais je serais tenté de dire par
les temps qui courent on n'a pas
toujours vraiment le choix et dans
l'état descend leur rappelant 95%
d'entre eux perdent de la matière
organique
au delà de la fertilité tous les ans
donc cette histoire de gestion de
l'architecturé de la mise en réserve du
végétal de couverture horizontale et
verticale par les arbres
c'est le préalable en agroécologie parce
que on voit des courants agro écologique
on nous a même inventé le labour agro
écologique c'est vous dire si la
connerie n'a pas de limites
n'est ce pas un moment donné il faut
mettre les fondamentaux les socles et
les bases pour pouvoir reconstruire et
réparer et il semblerait que la boîte
noire sol à sortir de cette agriculture
de la lutte contre 1 de la lutte
permanente de l'agriculture qui fait
avec
alors et là le débat autour de l'eau je
pense que il ne fait que commencer aux
règles ce que l'on commence à comprendre
c'est que plus un végétal pouceux plus
il développe son système racinaire donc
il faut laisser pousser les végétaux c
et de mieux taillé parce que là un
moment donné il va bien falloir que en
face la relation entre une bonne
pratique de taille et un développement
de systèmes racinaires il en va de même
pour les végétaux si je tombe en
permanence ma plante et bien par exemple
le couvert d'un terrain ou l'enherbement
la plante elle va génétiquement ceux
programmés pour résister à la tente et
elle va remonter tout son système
racinaire pas beaucoup plus profond que
la hauteur de tonte
ce qui fait que en dessous vous allez
créer un système complètement bétonné et
compact est donc là dedans il ne
s'infiltre pas d'eau vous ne stockez
rien et ce sol devient tellement dur que
même la vigne ne peut pas y prospecter
alors effectivement vous serez content
vous aurez un espèce d'intérêt qui
ressemble à du macadam vous pouvez
rouler quasi tout le temps sauf que
l'eau russell en permanence et ça outre
et les catastrophes que l'on connaît et
de temps en temps il faut quand même
bien faire respirer le sol donc on le
travaille comme un imbécile et donc dans
ces débats là le végétal on va le
laisser pousser à un moment donné donc
assez les symbioses qui va falloir
revisité quelles sont les bonnes plantes
qui font le job on voit bien que le
travail de jean françois il commence à
mettre le doigt dans un sujet nouveau
donc fatalement complexe parce que nous
vous ça aussi mais le problème c'est que
il n'est pas vraiment aidé non donc ont
créé cet agrégat de compétences pour
aider à aller plus vite pour les
agriculteurs qui arrive maintenant et
donc l'idée c'est que finalement de
trouver les bonnes relations les plantes
bio indicatrices la bonne gestion de ces
plantes la leur permettre de pousser
avec une vigne résistance parce qu'elle
a été mieux taillé et finalement d'en
faire des paillages nourricier pour les
sols dans la phase où la vigne
elle n'a plus du tout besoin finalement
de cette concurrence parce qu'il faut
quand même arriver dans l'acte de
production et donc là on est dans un sas
est une photo qui viennent d'un vigneron
qui est dans le maine-et-loire à côté de
saumur là dans ce secteur-là sur des
sols très très très pauvre où il ya
quasiment que des cailloux et de la
roche partout
et finalement quand on a mis
route le couvert végétal qui est gérée
comme ça aujourd'hui avec une espèce de
des cavaillonnaise ancien remaniée mais
en fait on a une très très belle
litière et qui va apparaître et c'est ce
travail là nous permet finalement
d'améliorer le site de fertilité organo
biologique du système et la vigne ne
s'en portent que de mieux en mieux c'est
à dire on l'a récupéré de quelque chose
qui était quasi enfin moi quand je vois
ça je dis allez on va pouvoir h et on
recommence à zéro mais en fait c'était
beaucoup moins cher de semer des
végétaux et de commencer à travailler un
au travail windows de faire le travail
sur la fertilité conclusion aujourd'hui
là dedans on peut sans problème à les
chatouiller la lutte biologique c'est à
dire que on se rend compte que le sol
dit non ils vont nous produire des
plants en bonne santé sur lesquels on a
d'autres solutions que des pesticides
qu'ils soient bio ou pas pour se soigner
les plantes et ça c'est plutôt la très
très bonne nouvelle de ce système là
c'est à dire on fait le pari que seuls
les sols couverts évidents sont capables
d'accepter des stratégies de lutte
biologique intégrée et ça c'est assez
facile à comprendre puisque ces systèmes
la produisent de la biologie donc pour
faire de la lutte biologique il nous
faut la biologie initialement donc là ne
j'aimerais que jean-françois nous
reparle de la faute de la diapo là qui
était avancé là parce que c'est une
photo qui donne chez lui on a un
cavaillon qui est couvert la qualité qui
est en phase de test de jean françois
moncla sur celle là c'est c1
or ces passionnés un petit décalage un
petit décalage la question de survie
souterraine qui ont été qui ont été
sommés
dans le rang gérard et ensuite je les ai
je les ai couché pour qu'ils colonisent
le dessous du rap comme celle-là je n'ai
utilisé un petit peu le ce pouvoir
d'aller talent et cette année et je
n'avais pas de d'équipements pour ceux
nés sous laurent donc je me suis dit je
vais sommet et puis ça va ça va
coloniser tout seul face à effectivement
ça c'est un socialiste est rien ce qui a
fonctionné comme scène très très
supérieure une fois qu'il a terminé son
cycle de floraison il va oser la glane
là ou là où il a fleuri et donc il à
l'ida se met il à se mettre tout seul
sous laurent le l'automne suivant donc
ça c'est bon ça c'est quelque chose qui
fonctionne qui fonctionnent assez bien
ya malgré tout des situations où ça se
passe pas tout à fait comme ça où il ya
des cycles qui ce qui se décale et c'est
pour ça qu'il faut quand même essayer
d'observer un petit peu dans nos
pratiques de l'historique de ce qu'on a
fait un techniques de désherbage de
travail du sol et des choses comme ça
qui aurait pu perturber la nouvelle et
de dormance a2c2 ses plans parce que par
le passé j'ai utilisé des herbicides dit
résiduaires a donc été interdite natifs
qui peuvent laisser quelques traces et
gêner la place bab on est donc
l'objectif ça va être de de repenser un
petit peu tout ou chaumet ralenti cnic
d'aller dans la maîtrise de son
utilisation de produits utilisation de
la partie et comment comment nourrisson
un système tout le monde doit vivre y
compris la ligne à l'intention à la mise
en place de systèmes avoir des petites
phases dépressionnaire est donc là sur
cette photo là ce sont des déserts
d'arabie
il s'appelle développer spontanément et
dans le rouge après je vais installer
des ménages de trèfle à 200 familles et
donc sa sagesse a particulièrement bien
fonctionné et là il n'ya aucune
intervention mécanique depuis trois ans
depuis quatre ans et ça ça continue ça
continue de se développer comme ça par
contre
j'observe des modifications de
déneigement ou là je pense que le sol
comme là on est sur des plantes et qui
ont des rapports
c'est sur un ton plutôt faibles qui
produisent beaucoup d'oiseaux que je
pense que c'est un trench opérer son
retour ses retours un petit peu des
graminées pouvoir essayer de vous devrez
tirer la narration donc bien là en fait
je vais utiliser une technique de semis
direct massivement de graminées là
dedans pour essayer de rééquilibrer la
narration est logiquement fait si si je
suis la logique que ça devrait on en
préfecture et essayer de conserver ceux
qui le rouge de nutrition ou en
nutrition carbonée voilà ça c'est là
c'est la même chose c'est la même chose
ce soir ces fameux très alternatif dont
qui ont un cycle s'est soumis en
septembre septembre d'une année et là on
a le développement au printemps des
endroits et au moins de juin c'est
quelque chose qui s'est un peu plus loin
donc là il n'y a pas d'intervention
on peut éventuellement le le broyer
précocément si on mais c'est sans danger
de da mois de février mars
et puis là vous homogénéiser sénologie
que partenaire et on peut en
homogénéiser s'appelle raison du coût
homogénéiser les cycles et tout va
sécher en même temps donc c'est un peu
comme ça que l'on cherche à ponctionner
de produire des portugais de
légumineuses fourragères online de près
qu'on peut comme ça tout le cycle de
lierre de vie en moins jeunes tout le
monde repart en même temps la floraison
france en même temps parce qu'il ya
malgré tout là dedans des graines plus
ou moins dures et auront on ad on a des
cycles on a des cycles qui se décale non
l'objectif c'est d'avoir un sol qui se
couvre de ce match qui a terminé un
cycle au mois de juin c'est terminé on
en a pas on n'est pas intervenu
cyniquement mécaniquement et puis voilà
on jouer j'aurai une question
jean-françois par rapport aux rasses le
travail là au niveau de la de la vigne
le quichotte que constate le retour des
graminées est ce que ça te fait peur non
mais c'est une question c'est une
question de relation après l'ascension
carbonnais c'est de savoir quelles
plantes qu'elles qu'elles graminées et
revient et c'est là un cycle qui va qui
va gêner le développement de la vigne
à partir du moment où je vois des choses
qui sont qui sont très gênante je vais
essayer d'accompagner le processus par
des plantes qui sont qui sont sans doute
un peu plus alternatives mais
aujourd'hui un vrai grand si on examine
son comportement ici on cherche à le
maîtriser part de la france hors du
désherbage des comptes régulière en tête
au score on prolonge son cycle et on
leur a en fait c'est par nos actions
qu'on leur en concurrent de du cycle
végétatif de l'art de la vigne et ça
aujourd'hui c'est quelque chose qu'il
faut changer mais qui voit là on en a
une elle plante que l'on considère
adventices et qui est que l'on considère
un jeune homme elle cherche à ramener du
champignon un petit peu et à gérer et à
gérer peu les excès d'humilité comme
quoi avoir la surface donc comme et
cherchent à gérer sans espère aller
nicolas rul
et puis et puis après c'est ça faire
tout seul alors pour ta pour ta gouverne
dans les expériences avec des maraîchers
sur le projet maraîchage sur sol vivant
avec françois mulet on a fait déjà ces
expériences là c'est à dire on a semé
des gros couvait
de légumineuses parce que c'est là
plantes pionnières qui se met autonome
en azote qui pousse vraiment bien tout
seul et au bout de la deuxième année
sont apparus les graminées et à la
troisième année il ya quasiment plus de
légumineuses la totalité du milieu est
colonisée par finalement des graminées
et donc qu'il ya assez d'azoté qui a été
produit par la plante pionnière le
système il s'équilibre toujours sur un
rythme d'abord beaucoup de graminées et
ensuite graminées et légumineuses donc
on pouvait très facilement aller d'un
énervement naturel alors là les offres
qui nous a mis une des diapos qui qui
étaient les résultats c'est à dire que
des indicateurs de résultat qu'est ce
que c'est bien c'est la mesure du
résultat des pratiques agricoles tout
simplement un travail que la recherche
agronomique devrait faire au quotidien
n'est jamais fait c'est à dire que tout
le monde parle dans le vide et au final
on s'est permis dans le programme agro
de développer une idée très simple qui
avait été incubés déjà de façon très
ancienne dans le réseau associatif base
c'est à dire est-ce qu'on peut mesurer
le résultat des pratiques agricoles à
partir d'un modèle est en fait le modèle
qu'on a pris c'est celui de notre
écosystème produire consommer recycler
cet ce cycle qui donne éternellement la
vie et qui pose aucun problème de
durabilité en fait si vous le projeter
sur un plan ce ce système circulaire
vous avez fait en fait les composantes
de la nature qui apparaissent de plus en
plus de couvert végétal ou qu'elle en
voir opposer le système de moins en
moins couverts c'est à dire on va passer
du sol nu
foutu au sol couvert et vivant première
composante est la deuxième composante de
l'écosystème c'est de moins en moins de
travail du sol
donc ce qu'on a appelé la perturbation
donc je travaille beaucoup je perturbe
beaucoup j'ai pas de biodiversité et
j'ai pas de gros couvert ça c'est
l'extrême numéro un qui nous conduit
dans le désert et la deuxième son sens
et son contraire réel c'est je mets du
végétal au maximum et je ne perturbe
plus du tout et en fait quand on fait
ces deux extrêmes dans l'écosystème qui
est la projection linéaire ou sur un
plan de ce modèle circulaire de la
nature on se rend compte dans cette
espèce de cadran on va pouvoir placer
toutes les pratiques agricoles sans
exception et si on fait un simple bilan
humique qui est la mesure du bilan
carbone et là on a fait avec les
techniques de dupuy jeener que tout le
monde connaît qui ont été réactivées etc
et qui sont gardés disons ou utilisés
dans le monde entier comme base de
réflexion sur le carbone et bien en fait
on se rend compte que plus vous mettez
du végétal et - vous travaillez plus
vous faites des bilan humique positif et
au final avec les agriculteurs on avait
la capacité dans le programme agro de
stocker 600 kg de carbone par hectare et
par an contre une perte de 300 kg dans
une pratique comment se mêlent et donc
ça veut dire quoi
ça veut dire qu'il ya une tonne d'écart
de stockage de carbone entre les deux
extrêmes de ces pratiques là en sachant
que sur le végétal on n'a encore rien
fait c'est à dire on ne fait que
balbutier les nouvelles pratiques autour
de la biomasse oui oui alors alain
thuault m oui
ouais j'ai pris le partage pour montrer
une image et le plein écran du coup si
tu veux oui mais
il nous reste deux minutes avant
d'arriver à l'exercice vous le voyez là
on va devoir le met en image ce qui est
intéressant c'est que une fois qu'on a
reconstitué leurs stocks de carbone ou
qu'on se met à avoir des seuls un petit
peu vivant on peut sur une culture
pérenne comme la vigne penser à
davantage d'autres festivités c'est à
dire que il faut bien moi je pense
comprendre que ce le semi en fait le smi
le semis et qu'ils soient directs qui
sont indirects le semis pour moi c'est
un c'est un chemin vers l'auto fertilité
parce que si on si on est en permanence
en train d'apporter des choses qui
viennent de l'extérieur y compris comme
des graines en fait on dépense beaucoup
d'énergie alors que alors que le sol lui
même est capable de produire et on l'a
vu tout à l'heure et de produire une
quantité de matière de manière
importante et y compris avec les
spontanée il ya certaines fois je trouve
que ce mais c'est un petit peu dommage
et je crois que c'est un se doit être
interprété comme un chemin en fait c'est
celui là pour reconstituer le carbone
des sols une fois que les sols sont
reconstitués sur sur une culture pérenne
je répète comme la vigne
je pense qu'on peut on doit pouvoir se
contenter d'utiliser les graminées et
légumineuses qui poussent de manière
spontanée pour construire la fertilité
des sols est aussi vous montrer quelque
chose d'important par rapport à par
rapport au fait que le système racinaire
de la vigne système racinaire qui sont
déficients et donc ses systèmes
racinaires déficient il faut bien
comprendre que quand on va avoir du mal
à construire des plantes qui vont être
pérenne tant qu'on continuera à bouturer
la plante de la manière industrielle qui
est utilisé en fait on voit que quand on
boutures une plante en boutures une
plante en faisant germer des racines au
niveau du talon sur quelque chose qui
est gros comme dirait le petit doigt qui
fait à peine un centimètre de diamètre
et il ya une cinquantaine de racine qui
vont sortir du même endroit à l'image de
ce que l'on voit sur la partie gauche
ici et vous voyez que tout ces racines
là si l'on imaginé la l'imbroglio de
racine qui
quand elles ont grossi en diamètre avant
se mettre à s'étouffer les unes des
autres et quand on regarde sur celle du
centre ici on s'aperçoit que les racines
sont toutes issues du même centre et
donc se retrouvent compactés et 7,7
cette racine la coupe et à l'intérieur
on verse aperçoit que le centre des
racines et forcément reliés à l'endroit
où elles ont ou elles sont sorties où
elle où elle ont germé au moment du
bouturage et donc forcément en
grossissant ces racines-là ce strangulée
c'est à dire que toutes les parties que
l'on voit noir ici ce sont des écorces
des racines en fait elles sont
parfaitement saine ses racines mais son
strangulée les unes les autres parce que
en grossissant elles se sont comprimés
et donc on se retrouve à voir des
plantes qui fabrique non pas des tuyaux
ouvert mais des tuyaux pincer et ses
tuyaux pincer ses tuyaux qui sont
comprimées compact et 20 se sont pas des
tuyaux qui font circuler suffisamment
efficacement des flux de sève en fait et
donc ça c'est un vrai handicap pour nos
plantes qu'elles n'ont pas tout mais que
mais qui m'aimait qui est quand même
assez régulier et je vois une mortalité
très importante de plantes durant les
périodes estivales et de sécheresse pour
ces raisons là en fait au delà des
raisons de taille
donc ça veut dire que durant le reste de
l'année c'est aussi des freins c'est
aussi des des choses qui peuvent poser
problème dans l'alimentation minérales
de des plantes en fait je pense que les
tuyaux peuvent être des fois tellement
fin que on peut comme ça crée des
carences en alimentation est
effectivement de nouveau de la
concurrence donc il y a sur la qualité
de la plante pour conclure sur la
qualité de la plante il va falloir aussi
travaillé effectivement non pas
seulement sur la génétique mais aussi
sur la structuration des systèmes
racinaires essayer de comprendre comment
se structure un système racinaire
comment il se construit pour avoir des
plantes résiliente
je pense que ce sera ce sera absolument
oui merci marceau n'oublie pas content
retrouvera dans les différents tours de
france tour d'écran au tour de youtube
de vers de terre avec les vignerons
indépendants
et les autres et vous savez il est
arrivé l'heure il est arrivé l'heure de
passer à la belle vignes à la belle vie
ni avec les artistes graphiques mais il
est arrivé une heure encore plus
importante c'est celle d'ouvrir une
bouteille n'est ce pas et de bâtons des
prêts pour moi je pouvais être il faut
être variée et diversifiée il faut pas
avoir peur
une et j'espère que vous chez vous tout
cela vous êtes encore 271 de ses dires
nombreux donc à votre santé c'est pas
parce qu'elle est la tienne déjà élevé
parce que ça c'est extrêmement important
solidarité bon même si les réserves
même si les âmes et toi aussi tu es au
cliché on est désolé pour j'espère que
j'espère que de votre côté vous vous
avez le teint d'en faire de même de
perdre que vous êtes nombreux à pouvoir
trinquer et partager à votre bonne santé
en tout cas merci au nom jeu isabelle je
veux pas montrer je montre rapidement
quand tu va reconnaître je monte très
rapidement mais je veux pas je veux pas
vivre privilégié j'ai aussi une
bouteille de beaujolais qui m'attend
dans un coin là je la monte très
rapidement et puis je l'enlève tout de
suite mais elle vient bien elle vient
bien de par chez toi isabelle n'y a pas
de y'a pas de soucis il nous reste une
demi-heure il nous reste une demi heure
pour faire l'exercice l'exercice final
exercice qu'on va faire ensemble même si
vous avez déjà oui vous pouvez
rechercher une ba voila un aléa la vôtre
chine à la franche départ à la fertilité
hier les candidats mais voile ou hertz
j'avais j'avais toutes les belles
vigne est belle et la vie est belle et
bien voilà à la tienne gens pensent pas
à la tienne marceau hervé a la lourde
charge amis testino brevet du coup on
reprend on reprend du podium et deux
domaines de la calmette à cahors un
véritable nectar tu nous emmènes de
coûter en à patienter un petit instant
vous voulez faire un commentaire
jean-françois ça y est c'est la phase
aller au bout du bout forment le corps a
détalé à la cave la cave est au
troisième soit le coup là on fait une
belle bouteille d'eau puisée quand même
avec père philippe à la cave et tous les
vignerons à la santé des vignerons de
buzet des gens du var qui ont pas mal je
l'est aussi parce que ça va pas être
aussi simple que ça on perd pas trop
temps on a pas que la palette graphique
et la palette graphique montre voir un
territoire un 7-1 intercepte et un mètre
carré de vigne et et vous allez pouvoir
participer
vous allez pouvoir oui on voit pour
sauver la viticulture bel et bien
évidemment c'est le geste premier comme
tu le dis si bien isabelle non seulement
en bois pour sauver la viticulture mais
en plus on boit sur seules vivant agro
écologiques et agro forestiers ça veut
dire qu'au produit de l'eau ont produit
de la diversité on produit du sol ont
produit des microclimats ont produit des
paysages prospère et des vignerons euros
donc en buvant un coup on insiste
lourdement et vous le savez nous sauvons
la planète buvait des coûts manger du
magret agroforestier laissez vous aller
et sauver la planète en buvant les
produits de l'agroécologie ça c'est le b
à ba du pea bas la tienne conrad pas
dans l'exercice
vous allez participer vous allez y
contribuer c'est un résumé de résumer de
résumer on va ensemble cheminer vers la
belle vignes grâce à la palette et à la
dextérité de mister bourdarias les
micros sont ouverts à toi de prendre le
partage de fichiers
partir tu nous expliques un petit peu de
quoi on part et branché alors si je des
zooms un peu on part d'une parcelle de
vigne là où l'ag petits soucis excusez
moi voilà on part d'une parcelle de
vigne il se situe dans un compte sur un
coteau sud dans une vallée et et on met
sur cette parcelle de vigne et cette
parcelle qui est assez grande
on aimerait là la grande la rendre viti
forestière agroforestières agro
écologique est donc d'abord on doit se
préoccuper un peu de qui est cette
parcelle où elle se trouve et comment on
va pouvoir tirer parti des des éléments
pour que pour que la vigne qui les
habitent sur cette parcelle se sentent
bien alors quand on habite quand on
habite sur sur un terrain comme ça on
aime bien pouvoir tirer parti des
éléments c'est à dire utiliser l'énergie
solaire pour réchauffer réchauffer notre
parcelle et notre habitat dans des
moments froid et puis la protéger aussi
des ardeurs du soleil dans les moments
chauds
on aime bien avoir des matériaux qui
stockent l'énergie et la rediffuse la
nuit pour avoir un confort en fait qu on
appelle ça du bioclimatisme donc quand
on a une parcelle de vigne
on doit d'abord se préoccuper de la
manière dont elle est construite la
manière dont elle est orientée et de
voir si on pouvait si on pourrait pas
éventuellement construire une une
solution construire un aménagement
autour de la parcelle dans la parcelle
pour améliorer
l'habitat de la vigne et pour améliorer
sa résilience sa productivité
et puis son lien avec avec
l'environnement donc là l'exercice là
que l'on a là ça serait d'essayer de
construire ensemble un paysage dans ce
paysage
dans ce paysage de valets de construire
et de d'essayer de d'améliorer la
construction de cette parcelle bon ben
alors les garçons moi je vais pas parler
tout le temps je vais je vais je fais ce
que tu veux bien zoom et on voudrait tu
nous ramène on voudrait tout ce que tu
nous ramène dans les micro organismes
dans les microbes dans les champignons
dans les vers de terre éventuellement
sur le sur le cep de vigne quitter si
cher zoom zoom on zoome ont l'idée
l'idée de ces aménagements agroforestier
c'est toujours une question d'échelle
une question de zoom le territoire le
terroir la parcelle l'îlot dans lequel
on va se trouver bien évidemment mais
mais fondamentalement et on l'a vu au
long de cette matinée saviez
probablement bien ce qui nous préoccupe
chaque jour qui passe qui nous préoccupe
c'est d'améliorer la fertilité des sols
et je l' ai vu passer mais non on
déborde pas de carbone pour l'instant je
pense qu'on a encore la marge et
l'agriculture et la viticulture en
particulier ont un mot à dire
extrêmement important c'est bien en
stockant le carbone qu'on va améliorer
l'outil de production et avoir un effet
extrêmement important sur ce set contre
ces conditions climatiques et notamment
de chocs climatiques puisque le giec
nous l'avait dit et c'est confirmé ce
qu'il faudra amortir cdu chaussée du
froid c'est du vent c'est beaucoup d'eau
s'est pas beaucoup d'eau et c'est donc
ces fameux ces fameux choc thématique
donc à tiens il ya de la vigne qui
apparaît qu est-ce que qu'est ce que tu
peux en dire marceau de 7 c 'est pts qui
apparaissent sur le rang quand ils m'ont
robe je sais pas j'ai construit un petit
un petit cep de ddd sac encore batailler
encore d'endroits ya et une dame qui est
qui est idéal pour la constitution pour
le ceps de vigne en fait c'est une
taille qui permet de maintenir
l'allongement d'éviter que l'allongement
se fasse de manière trop importante
mais contrairement à ce qui est pratiqué
dans la plupart du temps
qui oublie la plupart du temps que la
vigne doit s'allonger donc l'appli la
plupart des commandes royales que je
rencontre sont très mal interprété et
donc on refuse le fait que ces porteurs
s'allonge alors on le refuse pour des
bonnes raisons en sus pour des raisons
liées à la hauteur du voyage dire
forcément si le cep s'allonge et on se
retrouve à avoir des complexités dans la
manière de cultiver s'ils font peu plus
en jambes et on est obligé d'avoir un
palissage qui évolue petit à petit
durant la vie de la vigne donc ça veut
dire qu'encore une fois il faut essayer
de construire un lesseps qui s'allonge
mais qui s'allonge de moins possible des
puits réfléchir à quelque chose de
d'évolutif dans la manière de structurer
la plante ans on faisait juste ça pour
pour te faire plaisir sur la manière de
zoomer sur la plante
je ne sais pas trop ce que ce qu'on peut
dire d'autre deux essais de mire mais du
coup je peux faire des jeux peut poser
la question conrad ou hervé ou à
jean-françois enfin tout un chacun est
la question qui est posée là tout de
suite c'est à dire mais où travailler
dans le sens de la pente mais mais à
partir du moment où on a de la biologie
on a dû carbone
on a de l'activité biologique on a une
couverture permanente on a plus
d'érosion qui veut répondre à cette
question
peut-être non en fait
marceau l'indicé en a un autre notre
objectif c'est de ce que tout fonctionne
tout seul c'est pas une utopie sahara
voilà on doit on a managé notre système
changer la logique lutter contre et on
doit accompagner les processus donc à
partir du moment où on est sur une
couverture des sols
on a résolu le problème de l'érosion
on a fourni de la nourriture pour une
fille biologique qui s'équilibre
derrière on a une relation seul plan
donc tout ce processus que l'on cherche
à accompagner puisque c'est ce que va
faire la vie mais c'est dans ce milieu
là elle est connue correctement que l'on
va tailler correctement pour avoir notre
bonheur et garde
d'amidon et que derrière robert conrad
la vie on va pouvoir sans doute aller
vers un système 2 2 minutes
c'est un manque de maîtrise de la
biologie voilà de l'agriculture
biologique qui nous semble-t-il beaucoup
plus cohérente par rapport je veux pas
polémiquer là-dessus d'accès sauf qu'en
ce moment où on lutte en permanence donc
moins cherche à maîtriser le milieu là
il faut il faut l'accompagner donc 500
ça me semble tout ça un qui n'est bonne
mise en route et surtout avec des
résultats qui commence à apparaître
moi je sais que je joue j'ai démarré je
suis encore au degré proche de zéro j'ai
encore énormément de travail
c'est une situation budgétaire et
comptable et donc c'est voilà il ya des
améliorations mais bon du coup c'est
c'est très encourageant mais on va
normalement et dans les villes où cette
vigne elle est toute seule elle toute
seule elle pousse tout seul c'est une
monoculture bombe chaque bande de vigne
c'est chaque bande c chaque bande verser
des rentes vie mais il pousse tout seul
c'est qu'on occulte sûrs au milieu d'une
grande vallée quoi on va imaginer que et
je suis désolé marceau julie isolé de
couper mais on m'a menti parce que enfin
jean françois tu viens de dire que
t'étais au degré zéro et tout le monde
me dit que c'était à 13° 5 alors
faudrait se mettre d'accord quand même
déjà mais le comblerait comprennent un
degré tous les dix ans donc je sais bien
que quand on fait de l'agroécologie on
vieillit plus il ya qu à regarder le le
père le père fondateur schreiber mais il
n'empêche que donc on va on va dézoomer
un petit peu et on va commencer vous m
et m quelques arbres le vieil arbre at
il sa place dans cette mosaïque et hervé
mais avant avant de passer aux arbres on
va couvrir tous les seuils de manière
spontanée dans cette dans ce coteau
parce que c'est peut-être ce qu'il ya de
plus facile à faire de l'essai de
pousser l'existant et de le gérer tout
simplement et et après peut-être que
ben la suite c'est les arbres exactement
aussi tout à fait d'accord avec ça eder
même par rapport à la question est ce
qu'on plante dans le sens de la pente ou
non en fait c'est pas c'est pas là le
problème
ou bien certains vignobles où les gens
comptent plantes dans le sens de la
pente
d'autres vignobles et jean planque
perpendiculairement à la pente on part
de là où on est et on va essayer de
faire le mieux possible à partir de là
au monde et ne faut pas exclure des
situations parce qu'enfin évidemment
avec quand on travaille avec le vivant
il ya des solutions dans la nature pour
toutes les situations
donc il n'y a pas de complexe à avoir
par rapport à ce qu'on plante dans un
sens ou dans un autre il ya des
solutions pour tous alors après voilà si
on reprend les choses par le
commencement un bain qu'est-ce que moi
en tant que producteur je peux commencer
à faire est effectivement de commencé
par planter des découverts dg tôt à et
dans la pratique on voit qu'au début les
gens commencent par planter des couverts
végétaux avec très peu de plantes et
puis et puis ça se perfectionne sa
s'enrichit est ce que j'aurais tendance
à dire c'est que si dans le milieu de la
parcelle on va planter des couverts
végétaux qu'on va organiser en fonction
des idées des objectifs que l'on peut
avoir sur le tour de la parcelle
on peut peut-être aussi réfléchir à une
façon de laisser un enherbement de plus
en plus naturel de plus en plus spontané
de plus en plus diversifiée de façon à
ce qu'il y ait un lieu sur le site où
commence à s'effectuer des inter
relations et puissent commencer à
émerger les champignons et les
champignons mycorhiziens le cortège
bactérien qui va être adapté à des
relations entre des plantes quelquefois
très très différentes des unes des
autres que qu'il puisse y avoir un lieu
et le tour de la parcelle peut être ce
lieu là si on était au bord d'une crise
est au bord d'un cours d'eau ça pourrait
être la zone d'énervement long du cours
d'eau dans lequel on laisse un
enherbement spontanée le plus diversifié
possible voilà
est ce qu'on va connecter ça qu'on a
besoin de connecter tout ça par exemple
se développe ce que l'on nourrit pour
l'instant et donc les premières
connexions vont intervenir au niveau des
réseaux mycorhiziens micro locaux
maintenant si la grande diversité des
des champignons va se trouver soi dans
la ripisylve soit sur une page qui se
trouve en haute côte en haut du coteau
et bien en fait
comment comment faire venir cette
diversité de du haut du coteau vers le
bas ou du bas du fond de vallée vers le
haut mais c'est justement en ayant des
idées et des arbres des plantes le plus
pérenne possible donc l'arbre est
souvent le bon candidat pour faire
circuler tous ce cortège de sport et de
mycélium et de bactéries un kiki qui
vont aller des lieux où il ya le plus de
vies vers les lieux où il ya le monde ça
va toujours du plus le mois 1 comme le
courant et donc quand on a la chance
d'avoir une zone un petit peu riche en
voilà 7 et que marceau est en train de
dessiner sur le côté de notre vignoble
est intéressant parce que ni lui ni le
haut du coteau avec le fond de la vallée
et puis en fait il définit il définit
définir ça veut dire mettre des limites
définissant la table portée des limites
mettre des limites au tour de notre
parcelle définir un tour de parcelles
une peau la peau c'est la surface des
changes et c'est ce qui va permettre à
notre parcelle notre vignes de
communiquer avec l'extérieur et
d'attirer à elle est bien tout ce qui va
faire la diversité du vivant paysage
donc du coup ça veut dire que on va
avoir des plantes pérennes en plus on va
ramener les couverts végétaux on va
ramener c'est en herbe au mans ces
interfaces ces interstices ses
connexions il nous saurons si cher et si
précieuse moi j'ai appris il ya quelques
années que l'arbre était un amortisseur
un régulateur protecteur un producteur
la question qui est posée puisque on l'a
peu abordés on l'a abordée tout tout
tout simplement en début d'exposer la
question des auxiliaires qu'est-ce que
qu'est ce qu'on peut dire des
auxiliaires hervé en mettant du lierre
en mettant des ronces en mettant des
soldes et ferait des zones désertées les
cornouillers des premiers des
prunelliers des figues et des poiriers
des pommiers devil you are de très
vieilles trogne avec des cavités etc
qu'est ce qu'on peut dire des
auxiliaires on pense à la chauve souris
on pense aux pollinisateurs mais on
pense aussi au qu'arabe aussi hrw
qu'est-ce qu'on qu'est ce qu'on peut
dire rapidement hier dans cette mosaïque
qui s'enrichit qui s'enrichit de plantes
chaque type de plante va accueillir un
écosystème particulier diversité
d'insectes une diversité de champignons
une diversité d'oiseaux dans tous les
oiseaux qui vont porter des fruits ça va
attirer les oiseaux qui vont manger des
fruits d'antan dans toutes les plantes
qui peuvent avoir des pucerons et
irlande grande quantité ça va ça va
attirer des pucerons
or les pucerons qu'on peut avoir son
avis ne sont pas du tout ce qu'on va
avoir sur le l'érable de cette convainc
voir sur les premiers ou sur les il faut
nier qu'on va voir autour de la parcelle
le fait d'avoir des pucerons d'avoir une
attention particulière pour élever des
pucerons tout autour de notre personnel
va permettre de maintenir en place des
animaux des petites bestioles tout en
cortège d'occident qui vont se nourrir
de pucerons et donc dès que les premiers
puits seront à beuvron dans ma vigne
il y aura sur place déjà des oxydes air
qui mangent des pucerons parce que ils
sont présents dans là et à proximité
sylla
le premier arbre qui va contenir plein
de pucerons se trouve dans le massif
forestier qui à trois kilomètres de chez
moi avant que les oxydes air qui sont
produits par ce massif forestier avant
que des oxydes air arrive jusque dans la
parcelle et ben voila mais des fois il
puisqu'on le temps de de se développer
et de tours à bhp
d'où l'intérêt de rapprocher cette
nature sauvage cet extérieur de
l'intérieur de ma parcelle et au début
finalement en faisant une peau à un tour
dans lequel vont se cultiver vont
s'élever la totalité des insectes et des
auxiliaires qui pourrait nous nous aider
plus il ya de diversité autour mieux ça
marche de dos oui même si j'ai bien
compris avec ce que nous disaient
comment s'appelle jean pierre sarthou ou
bien il y aurait un problème avec cette
conception là qui est un petit peu
conventionnel dans le sens où si le sol
est nu à l'intérieur de la parcelle avec
des ravageurs les auxiliaires ne
rentrerait pas bien dans les parcelles
pour des problèmes de potentiel
électrique notamment qu'est ce que tu
sais plus sur le potentiel électrique
voilà il faudrait qu'on demande à
olivier husson de bien nous préciser les
choses
mais en fait c'est très c'est très
logique
jean pierre sarthou a dit quelque chose
de très vrai de fondamental les couverts
toi il ya beaucoup d'insectes prend des
ptic arabe prend même des cif mais les
carabes j'aime bien parce que incurable
ne va pas circuler sur un sol nu
incapable ces gros des cannoises au vent
à karabi le mange le carabe il a besoin
pour circuler de d'être caché par de la
végétation
si j'ai pas des bleus car à brax rester
dans la haie et ne rentrera pas dans la
parcelle lessive c'est aussi étonnant
des surfaces a fait un vol stationnaire
elle soit excessivement visible par des
oiseaux aussi et donc si tu as a refusé
dans laquelle la syrie puisse se
réfugier rapidement dès qu'elle s'en la
proximité d'un oiseau alors la cif elles
peuvent
un vol d'une grande rapidité ou faire un
sprint mais qui va durer très peu de
temps donc les sears c'est une petite
cible celle soit 3,4 m dindane à quoi
elles vont pas y aller parce qu'elles
n'auront pas d'énergie pour suivre un
oiseau il faut qu'elle le capi seules
elles vont voler sur trois quatre mètres
comme des folles faire un grand esprit d
échapper aux oiseaux et donc s'il n'y a
pas de corridors de passage de lieu qui
puisse permettre aux bestioles qui
seront à l'intérieur de nom et devenir
jusqu'au milieu des personnes ça va pas
fonctionner donc de continuer tes
couverts finalement double utilité
je suis désolé mec mais au aulas on est
sérieux on est en agroécologie corade
pour arrêter les conneries
les soldes sont couverts en permanence
plantes et les arbres dans des sols
travail est nulle 140 jours par an passé
avec toutes les machines et les
soupières et autres capteurs ça sert à
rien on est là on est bien rentré alors
on peut pas le faire sur toute sa
surface parce qu'on prend des risques
parce que c'est compliqué mais les
essais comme l'a très bien dit
jean-françois on les fait à fond ici on
est en sol couverts perd maintenant y'a
pas de soucis sinon c'est pas la peine
planter des arbres est déconnecté tout
le monde sait mettre les plantes en
concurrence clairement donc on arrête
les conneries maud lecar du trailer mots
s'ils veulent jouer et essayer ça va
être dur parce que ça demande pas mal de
dextérité les conneries en cours si on
n'est pas tout à fait chaud pour le
faire sur la totalité on le fait juste
sur un petit bout on fait les essais à
fond jusqu'à ce que ça marche et on
assemble ses plantes là on est vraiment
rentré dans cette enveloppe dans cette
protection dans cette thermorégulation
et comment comment on dit déjà heures
d'ailleurs mars au 1 aujourd'hui on fait
on fait de la vigne bio climatique ont
fait de la vigne bio tirer logique à la
shlmr mais on fait aussi davines
bioclimatique c'est à dire qu'on prend
un peu d'espacé on va donner 3 4% de la
surface de en principe utilisé par la
vigne aux arbres et aux couverts et aux
plantes général mais en prenant 3 4 % de
l'espace
on va gagner en productivité on va
amortir on va rigoler et éviter les gros
chocs qu'est ce qu'on peut dire du
bioclimatisme textos en fait moi ce que
je sais que ce que j'ai envie de
rajouter là c'est que c'est que on
attend on a trop souvent tendance à
a affaire à une seule partie du système
a construit une seule partie du système
alors c'est bien il faut bien commencer
par quelque chose mais en fait ce que
l'on rencontre là sur l'agroécologie ça
fonctionne et c'est fonctionnel parce
que en compte l'ensemble du cycle en
fait l'idée c'est de rentrer
l'agriculture dans le grand continuum
d'évolution de la nature que kiki est en
marche en permanence en fait d'aller
vers un équilibre en équilibre qui est
liée à un mouvement de ses processus
naturel est celui du mans et il se fait
et il se construit de manière durable et
il ne pourra s'il ne pourrait être
fonctionnel que si on fait tout en même
temps c'est à dire que c'est
effectivement oui les sols couverts
c'est intéressant mais les sols couverts
sans la partie plante ligneuse et sans
la partie adressant les corridors
écologiques ça fonctionne pas donc sans
une sangle diversité ça fonctionne pas
cc c'est un set c'est un début de
démarches planter des arbres c'est aussi
permettre effectivement de faire rentrer
les ravageurs mais avec les ravageurs
quand on plante des arbres en plus
pendant un sol couverts plus des
ravageurs plus des arbres mais on a les
ravageurs mais on a aussi on a aussi des
antagonismes nancy les insectes qui
régule cette affaire là en fait l'idée
là l'idée de connecter ses espaces de
connecter la ripisylve de connecter le
bord de rivière avec la partie haute qui
est la forêt c'est de permettre de
nouveau une circulation entre ces
énergies là plus il ya de circulation
plus yade mélange plus qu'un équilibre
en fait on peut interpréter ça comme ça
on peut interpréter l'agroécologie
commun comme quelque chose comme une
agriculture qui va chercher à relancer
la diversité pour faire naître les quais
libre en fête et donc nous on doit
pouvoir jouer là dedans on doit pouvoir
jouer et c'est ce qu'on est en train de
faire de manière virtuelle sur un
paysage mais en fait on est tous
responsables de cette manière-là de
construire la fertilité de construire la
fécondité de ce qui nous entoure en fait
je pense que c'est que c'est une
conscience qui récente qui est neuf qui
prend qui prend sa source dans dans les
contrats de destruction que l'on a pu
faire
de votre type d'agriculture c'est un jeu
qui doivent qui a jamais été jouée de
continuer à produire de produire autant
de produire voir plus de produire mieux
tout en faisant fonctionner tout en
jouant comme disait jean françois aiguë
de travailler avec le vivant travailler
avec ces processus du vivant et pour
travailler avec ces processus du vivant
il faut il ne faut rien exclure
vous pouvez pas décider de de planter
des arbres et plantes et des cerisiers
dans votre parcelle en vous disant moi
je veux des cerisiers mais je veux pas
de drosophiles ce sujet c'est pas
possible en fait mais avec les cerisiers
si vous faites si vous ne mettez que des
cerisiers pas forcément oui vous aurez
de la drosophile
mais si vous mettez des cerisiers si
vous mettez aussi tout un tas de
d'arbres et d'arbustes de cornouillers
qui vont vous permettre d'avoir des
chauves-souris qui vont nous permettre
d'avoir des insectes d'ailleurs regardez
là je vais rajouter des arbres j'ai
commencé à rentrer avec la ville arbres
à terre alors voyez je mets des arbres
je mets des arbres à l'intérieur je re
morcelle 1
et puis et puis je peux mais je peux
rajouter aussi forcément autour des
arbres là forcément en remettant des
arbres et ben je continue à améliorer ce
fonctionnement l'a22 structuration des
espaces donc le diable vieil arbre
n'oublie pas le vieil arbre
bien sûr bien sûr le vieil arbre le
vieillard briner mais j'en ai jamais
dessiné des vieillards regarder le gros
et bien un centre mais ça c'est plus un
jour la tablette là chez nous
vous ne vous l'avez pas le système ça va
ça va ça va pas tarder peut-être saint
paul on va se remettre à jour c'est vrai
que ça reste figé mais globalement tu
vas voir donc des arbres tu vas en
maître dans la parcelle une ligne qui
fait la liaison entre le bois d'en haut
et le cours d'eau qui en banon et on ne
rit encore ça c'est bizarre attendez
attendez je vous l'envoie tout
l'avesnois ou pas ça a l'air de vouloir
revenir ouais elle dit les 11h59 un don
d autre part eu un merveilleux conte et
des strings est apparue et donc ce qui
est important la cde de créer c'est que
ces connexions entre l'intérieur aussi
de la parcelle et l'extérieur de la
parcelle silence heures 59 j'aurais
j'aurais tendance aussi à parler dans
bioclimatisme de parler parce qu'on est
en pleine période où il ya du gel et
voyez j'ai rajouté les flux énergétiques
quand il ya du froid comme ça là bas on
a une circulation du froid du haut vers
le bas
en fait c'est l'énergie la tue c'est
plutôt la chaleur qui monte dans vu
qu'on a ce froid là qu'il est sain qui
vient s'accumuler et c'est vrai que
quand quand on conçoit une parcelle
comme ça on a tendance à oublier un peu
ce fonctionnement la du froid qui
descend des auteurs est qui et qui
descend s'accumuler dans le bas de la
vallée et donc forcément en fait
l'erreur qu'il faut pas faire c'est
l'erreur que j'ai fait volontairement
sur 7 sur 7
ce dessin là c'est qu'il faut surtout
pas mettre des des arbustes dans le bade
dans le bas de la parcelle
en fait il va falloir supprimer tout le
tous les airbus dans la partie basse de
la parcelle en fait dans tout dans toute
la partie dans toute la partie basse à
cet endroit là la parcelle
il faut permettre à l'air froid de
circuler en fait tous l'air froid doit
circuler et doit pouvoir s'évacuer donc
devenir complices
on peut laisser des arbres mais il faut
que en dessous il ya un passage pour que
la nappe d'effroi puissent circuler
absolument nécessaire parce que là tels
que j'ai dessiné les arbres je vais
avoir et c'est certain une abeille froid
qui va se stocker ici est donc cette
nappe d'air froid va jouer les toute ma
vie dans cette partie là et jusqu'à ce
que en fait le
froid plus passer par dessus des arbres
qui en dessous donc c'est bien pour
berlin d'avoir sur le bas je finis soit
d'avoir une ouverture sur le bas soit de
remonter les couronnes c'est à dire de
couper les branches basses des arbres
pour permettre à la fois de circuler et
de ce vécu est dans la partie basse de
la parcelle c'est trop tu sais quoi
frérot on va faire des trognes on va
faire des trognes comme ça on gérera les
flux d'air avec une précision absolument
redoutable
on va faire des trouvailles hercules et
avec ses 3 nyon fera un petit peu de brf
on aura des qualités pour les chauves
souris on aura des arbres qui nous
produisent de la biomasse sans qu'on les
coupe jamais qui en produisent de plus
en plus qui font les amortisseurs les
régulateurs
on va même mettre un peu de soul osier
comme ça on aura du lien est ce que tu
sais nous dessiner une trogne marceau
pourtant elles sont là elles sont là
voilà mais ce morceau tu vois je t'avais
dit pour ça qu on lui on lui a demandé
d'écrire un bouquin parce que c'est plus
c'est comme toi hervé et conrad et je
parle même pas de jean-françois vous
êtes des angles 10 encyclopédie à ciel
ouvert on va bientôt ce qu'il est il
nous reste deux ou trois minutes on va
discuter on n'aura pas tout à fait fini
l'exercice mais c'est peut-être parce
qu'on a envie de se retrouver qu'on a
envie de revoir des coups ensemble de
retrouver la belle vignes et ses experts
à ben voilà la chronique appareils à
partir du moment où la trogne et là je
rappelle pour ceux que ça intéresse et
vous êtes encore nombreux à nous suivre
et à faire des commentaires et merci
d'ailleurs c'est bien ces interactions
on a bien envie d'être ensemble d'être
avec vous de discuter on va se retrouver
sur le terrain et ces mêmes mathilde et
la mathilde qui plante des érables
champêtres dans le colombard ils vont
être rognés
évidemment qu'ils vont être rognés ses
érables parce que quand même c'est
magnifique à 2020 2020 c'est l'année des
trognes donc regarder ça sur trois nuits
au point fr 2020 que ce que les belles
c'est rogne c'est formidable on a de
l'eau du sol la biodiversité du
microclimat du paysage du bon sens
paysan dans un seul arbre c'est pas beau
ça hervé ça fait pas rêver finalement
moi je suis passé je sais pas vous mais
moi je sais pas si beaux jours les
vraiment ces traîtres et de sacs
je reste avec eux dans la glace c'est
formidable bond et jean-françois un
petit mot pour conclure mais tout petit
mon sens que ça c'est sa remplaçante a
perdu qu'est ce que tu reviens on doit
fait que de s'intégrer à la cohésion
entre nous faire circuler l'info
partager nos connaissances et nos
expériences et tous à l'agroécologie
c'est tout ça c'est tout ça qu'on doit
mettre en mouvement et pour chats
auraient c'est quoi ces gens france ils
peuvent tout seul comme un grand
t'entends pas jean-françois ça marche
pas on va donner la parole à à conrad
pour le pour un petit mot de conclusion
pour reprendre à jean-françois si tu
arrives à régler des problèmes de micros
mais mais dylan le ver de terre est à
l'oeuvre pour améliorer sa conrad un
petit mot au revoir merci salua bientôt
de toute façon ça continue ça continue
plein pot suivez nous sur vers de terre
il ya un programme qui est riche qui est
varié que j'ai pas en tête mais on te
retrouvera un pare-feu ne rate très vite
dans l'oubli
jeudi matin ce revers ne te confions
pourrait en juin 2009 here is at her
past contre andres que tous nos produits
à base on va dire des choses naturelles
comme pour les utiliser dans les vignes
passeront par un peu de visiteurs que
c'est l'outil le plus précis du monde
donc de plus intéressant et en plus
c'est une offre de belles perspectives
économiques donc du coup le débat il va
tout petit peu compliqué puisque je
m'inscris en faux contre cette croisade
anti pulvérisation et le faire un
conclusion aujourd'hui c'est
relativement simple fait on commence à
se rendre compte que la biodiversité ça
va être le plus gros outils de
production de l'agriculture et que c'est
un outil gratuit
en fait c'est marzouki a donné la clé de
cette matinée
tant que la seule chose qui manque c'est
une montée en intelligence et en
compétences et ça commence probablement
autour de la taille de tuer le projet
qu'il va falloir bouger peut-être le
plus vite dans cette prison recours au
style le big boss le big boss mulet
françois mulet l'incroyable
l'incontournable jeudi après midi à 14h
sur cette même chaîne
françois mulet qui est en train de créer
une chaîne de télé ça s'appelle thé vert
thé des vers de terre donc vous en
entendrez parler et la semaine prochaine
vous aurez du schreiber à 20h de 20h à
20h30 pour déminer quelques idées reçues
par ce qu'il en reste quelques unes
hervé le mot de la fin
bonomo de la fin d'août l'agroécologie
c'est peut être une façon de recréer un
écosystème humain un un écosystème où
l'homme la nature des hommes les femmes
et puis et puis voilà et puis des noeuds
fécondité qui aujourd'hui s'exprime une
part c'est délicieux nectar un kiki qui
délecte nos papilles
voilà donc bon la vie est belle
soit et du revenu jean françois et tu
revenue parmi nous et eux les verts
naturels ouvert avec un peu de nectar à
royal qu'est-ce que j'étais moi parce
qu'ils acceptaient de la partie n'était
pas parti agroécologie comment notre ère
marceau on va planter des arbres plantés
d implanter allons allons sur les
plantes pérennes et conduisons céliane
céliane perpétuelle s il ya nos éternels
chers amis chers amis ici en visio avec
nous avec moi avec l'équipe de vers de
terre et d'arbres et paysages de la
belle vie nnent puisque nous sommes tous
d'aider les investigateurs de la belle
vignes réunis autour de cette
visioconférence cher ami est sur youtube
merci merci youtube merci les vignerons
merci les viticulteurs on vous embrasse
bien fort à votre santé merci à toi dit
dan d'être aux manettes aux commandes et
à l'opérationnel et on vous retrouve dès
jeudi matin avec conrad schreiber
apéritive mans votre et buvez les vins
de l'agroécologie vous sauverez la
planète c'est aussi simple que ça que le
carbone soit avec nous à des choses