Visite commentée de l'élevage, par Jean -François Samarcelli et Gaec Lama

De Triple Performance
Révision datée du 1 juillet 2022 à 03:29 par 127.0.0.1 (discussion) (The LinkTitles extension automatically added links to existing pages (https://github.com/bovender/LinkTitles).)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (26 août 2021) - Jean-François Samarcelli, Gaec Lama - Durée : 13 minutes

Thumbnail youtube bC1ijHFkYJU.jpg

Le 22 juin 2021, la Chambre régionale d’agriculture de Corse et Ver de Terre Production organisaient à Pietralba une journée technique dédiée à l’élevage. Au programme : des interventions d’experts, des témoignages d’éleveurs et une visite dans l’exploitation du Président de la Chambre d’agriculture. Tout au long de cette journée, les participants, principalement professionnels de l’élevage, ont pu saisir le rôle qu’ils et elles ont à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique. Dans ce contexte particulièrement sensible à ces dérèglements qu’est la Corse, une approche renouvelée offre un nouvel horizon pour l’élevage insulaire.


Transcriptions

[Applaudissements]

et
oh
2

on
oui
et
2
e

Afficher la suite

avant que vous ayez souci est avant que

je rencontre les intervenants et avant
que mario viennent ici où on savait pas
composé de la loi écologie on savait
juste pas et donc quand on devait faire
cette journée qui m'intéressait beaucoup
on s'est dit on va les amener
donc il fallait un endroit stratégique
pour pour manger pour acquis le fait
qu'on peut limiter un parking à
proximité et si possible par proximité
de la nationale et donc je me suis dit
bon peut-être que chez nous c'est le
rush c'est possible donc j'ai fait rire
marion qui m'a dit ouais mais c'est
justement ça quand de recherche donc
quoi vous aideront écologie sont même le
savoir on a écouté et on fera et puis on
n'est pas on est prêt à aller faire une
formation s'il faut ici vous êtes donc
dans le groupe g avec l'ama il ya
longtemps qu'il n'est pas là parce qu'il
en avait marre de nous entendre parler
via mon frère qui lui s'occupe de tout
ce qui est machinisme avait vu l'appel à
caumont à mu mécanique tout ça et puis
celui qui est le kamikaze qui fait tout
ça après il ya bien sûr encore inquiets
le jeune d'exploitation temps qui est
arrivé chez nous il avait là des saisons
est un peu turbulents pour tout vous
dire
et puis est là il aura bientôt 30 et
voilà c'est lui qui on est associé jeune
équipe il reprendra et puis ma femme qui
fait la transformation fromagère
donc là on a un troupeau de brebis
on vend une partie du lait aux laitiers
l autre partie d'un transforme
on a des vaches que vous avez peut-être
vu là on fait un peu d'huile d'olive
puis ce qu'on a on est en train de
restructurer les vieilles en hiver et
voilà et puis on fait du bois chauffage
année on fait les bois chauffage j'ai
envie de dire raisonnée
on fait du droit pour nettoyer pas pour
faire du bois pas pour faire des stères
de bois mais pour nettoyer et au fur et
à mesure que les trois on vend quelques
stères de bois parce que ça fait un peu
les frais d'élevage que vous voyez là la
grosse moitié du troupeau est déjà là
haut au niveau des nuages là bas sur le
col de tende
ces deux là elles sont pas montés parce
qu'on les a on va essayer d empêcher de
mentions de poisson par ici en prévision
de cette journée un mollet montrer nos
vaches à la résilience dont elles font
preuve dans les milieux que vous voyez
qui sont assez difficiles
s'il n'y a pas les nuages et à cercy si
on reste pas là comme ça ta moan et un
tapez vous voyez bien que c'est
réellement donc les vaches quelqu'un
fera partir les fans nationale
elles vont partir et elle monte sur le
plateau de thé end ça fait marion on
l'avait en avait calculé ça fait entre
deux entre 15 et 20 km et ça le monde et
mois d'octobre
elles reviennent donc c'est assez
exceptionnel et qu'il soit ici en ce
moment d'habitude normalement et son
estomac au ca fait que ça permet comme
le disait mathieu et ce matin ça permet
aussi de reposer les
les pâturages se reposer l'heureux
restructurer le sort à la fin tu nous as
quittés ça un peu ce matin donc après
vous le voyez un tout ce qu'on a fait
ici en a fait rien d'extraordinaire mais
on s'est dit que bon il fallait plutôt
que le passionné bulldozer et tous ces
trucs on s'est dit qu'il fallait ouvrir
les milieux qui était le plus fermé tout
en laissant vous le voyez des endroits
refuge de ci de là
après les prochaines interventions çà
sera de couper des branches et surtout
pour entretenir les arbres ça sera le
sssa ça servira aussi à faire du bois
chauffage et ça servira aussi l'hiver à
faire manger les vaches parce que on a
on a fait les passions de 7,1 il a juste
dans le creux on s'y est pris trop tard
parce qu'on n'avait pas le temps on
avait d'autres
d'autres travaux ça fait que les lâches
n'aime pas manger les feuilles parce que
après près le mois de février
après on va dire aller après le mois de
mars l élevage touche plus le fait
qu'ils tombent par terre
elle touche plus donc ça fera double
travail pour nous parce que les branches
qu'on a coupé ont conservé leurs
feuilles d'habitude on fait ça en plein
hiver donc les branches qui tombent sans
et sûrement les feuilles sont mangés il
reste que les rameaux et les branches
faut qu'on arrive à maîtriser le foncier
de toute façon alors moi j'ai copié me
dis à la terre n'appartient à personne
ce qu'il disait c'est à moi c'est à toi
il faut que tu en prennes soir c'est 7 6
et à thouaré fonctions prennent le soin
sinon c'est pas à toi peut avoir les
papiers que tu veux pas tort c'est comme
ça après les discussions bon c'est moi
j'ai une philosophie simple point de vue
après je ne dis pas que j'ai raison donc
on fait en fait sur ce qui est à nous et
puis on fait aussi un peu ce qui est pas
à lons parce que si le feu arrive ils
sont tous de savoir si c'est à toi ou
pas - et après les responsables on ne
trouve jamais mais je reste dans mon
idée est toujours la même et que partir
du moment où tu es
il nous dit quand j'ouvre une zone des
vaches elles vivent toute la difficulté
c'est qu'elle y aille et qu'elles
fassent le bon boulot ni trop ni trop
peu trop ça te défend surtout trop peu
ça referme et on est toujours dans cette
logique-là mais c'est très facile pour
moi de vous dire mais oui mais tu es là
c'est tout bête et puis mes dix ans une
grande quantité
bien sûr que c'est beaucoup plus
compliqué mais j'ai l'impression que
votre travail de commande y deux
éleveurs pastorale ce serait vraiment
d'arriver à utiliser l'animal plutôt que
le girobroyeur le girobroyeur viendrai
en deux quand j'ai pas réussi à monter
mais avec toujours cette difficulté tu
nous parler hier que 60 vaches 60 vaches
pour un espace aussi vaste de toute
façon c'est compliqué et tu aura bien du
mal je pense à pouvoir tout gérer avec
les animaux et plus vous serez capable
de les orienter ou peut-être que c'est
simplement le girobroyeur comme tu nous
lis le giro boyau les amène à un nombre
peut-être que trouvant des petits outils
comme ça ces projets comme ça qu'on
arriverait à optimiser ou améliorer un
petit peu la gestion sans vous dire que
c'est bon les besoins du rouergue
c'est vraiment une histoire de le
girobroyeur viendrait comme un outil de
rattrapage quand l'animal n'est pas
suffisamment de passer peut-être que
c'est comme ça qu'il faudrait mais voilà
j'ai pas la solution technique
je n'ai pas cette prétention là
dell a la une on va dire de tolérance on
a une vache en face de nous et on marche
marche régulièrement et tant que la tant
que la vache ne bouge pas eh bien on
peut évaluer la bulle autour d'elle donc
parfois on est à 15 mètres et la vache
s'éloigne donc ça veut dire qu'elle a
une bulle autour d'elle de tolérance de
15 mètres et par contrat jusqu'au
contact donc ça veut dire qu'elle a une
bulle tout petit et que du coup la
relation est très avancé lente au niveau
de la danse qu'on a vu là on peut
planter facilement ou laisser pousser
5000 fresnes il ya la place pour ça et
du mûrier et puisqu'on cité le tilleul
etc des arbres non mais c'est super
courage et du noisetier là il ya un
potentiel qui est énormissime l'arbre et
était dans lequel on monte au mécanisme
et ont fait tomber de la branche et on
nourrit les animaux vraiment avec ça et
ça veut dire que c'est aussi de la
branche eau sols sur lesquels les
animaux marche qui protège le sol qui
permet à l'herbe d'euros puis c'est ça
ce serait bien de le tester dans des
petites zones
est ce que dans toutes les zones qui
sont humecter comme ça à mon avis il
faut ramener du feu lui il faut ramener
du cas du forum n'est due qu'à eu parce
que du cas du parce que c'est un
feuillage qui est plus plus facile à
gérer en a vu l'érable le fameux érable
l'érable de montpellier tu avais repéré
en bas donc ici on a déjà la génétique
on a déjà les géniteurs qui sont en
place donnent de l'importance de mettre
les zones en défrayer un potentiel
énormissime c'est le le cours de haut en
bas on peut faire l'équivalent de ce
qu'on voit dans le marais poitevin c'est
à dire des frênes têtards sur plusieurs
étages il ça veut dire aussi que le
geste le geste à venir je pense que de
l'importance de les conduire de les
données de les travailler pour les
optimiser pour les renforcer
les frênes que je vous ai montré ce
matin au maroc qui sont dans des
conditions cinq fois plus difficile
ils sont dix fois plus gros de cette
production exponentielle de biomasse et
donc de fourrage au bénéfice de temps en
temps il faut bon il ya des jeunes qui
reviennent et qui ont mécanisée une mini
pelle avec un sécateur dessus c'est
facile avec avec un litre de gasoil ont
fait
on fait à manger pour un gros troupeau
enfin vous voyez le rapport de l'énergie
qu'on va consommer dans les de
l'amplitude insiste du bas-fond très
humide
jusqu'au but c'est de trouver les
adaptations nécessaires et suffisantes
en là tout à l'heure on était quand on
était un peu moins nombreux tous les
animaux mangent et hauteur c'est à dire
qu'ils étaient en train de pâturer
hauteur de l'animal puisque
effectivement il n'ya pas grand chose et
de renforcer cette présence est de
donner de la branche quand elles en ont
besoin
ça va ça peut essayer d'équilibrer
beaucoup de choses et quand tu nous dis
5000 fresnes oui ça paraît trop
existants effectivement c'est pas grand
chose
admettons que 5000 francs que les
tailles tous les cinq ans et à 1000
francs par an oui par exemple 1000
francs par an tu nourris tout le
troupeau parfois c'est même pas
l'objectif en fait l'objectif c'est
d'avoir un compliment quand l'herbe
commence à être menacée parce que je
suis et je rentre l'arbre et je peux
avoir des alternatives si j'ai envie de
faire très compliqué on peut donner tous
les jours du frêne et de l'air mais ça
c'est très compliqué et ça n'a pas de
sens ici mais en tout cas pouvoir avoir
des relais pour me dire à amazon de
prairies il faut aussi que je lui donne
de la souplesse et c'est l'arbre qui me
la mène et c'est facile c'est en
sécurité je sais où c'est tout est
organisé
je crois que là il ya un vrai levier
pour que l'on puisse redonner vie au
moins à toutes ces parties basses qui
sont accessibles
je reviens à mon histoire de treuils
j'en ai une là j'en ai une là j'en ai eu
ni si j'en ai une là j'en ai une ici et
je la conduis je fais un parasol le
système d ès arts en extrêmement dur
c'est ça c'est sûr trois ou quatre brun
c'est à dire que je les montre et sur la
photo avec les chaînes de liège c'est à
dire je dose de la lumière mais j'ai une
demi ont reporté quasiment toute la
journée sur le sol hyper favorable à la
pousse de l'herbe et c'est ça le la
gestion c'est que cette prime va toucher
et celle ci qui va toucher tazi mais il
ya une juste quantité de lumière qui
rentre sans griller mais c'est ça la
finesse de l'exercice et c'est comme ça
qu'on retrouve facilement de l'herbe
sous les arbres puis après tout la
strate arbustives qui est hyper
importante

Partager sur :