UNE FERME MARAICHAGE SOL VIVANT DANS LES PYRÉNÉES ORIENTALES - André Trives

De Triple Performance
Révision datée du 1 juillet 2022 à 01:54 par 127.0.0.1 (discussion) (The LinkTitles extension automatically added links to existing pages (https://github.com/bovender/LinkTitles).)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (6 sept. 2021) - André Trives - Durée : 20 minutes

Thumbnail youtube 9k-GtcBTLuQ.jpg

Rendez-vous à Elne (66) pour les Rencontres de l'Agroécologie du bassin méditerranéen, organisées par Arbre et paysage 66.


Suivez nos actions sur notre site

https://ap66.org et sur notre page facebook

Pour contribuer à nos missions, vous pouvez nous soutenir sur

https://ap66.org/don-et-mecenat/


Vous retrouverez dans cette vidéo une explication des racines et des microbes dans la gestion de l'eau, par Marc-André Selosse, intervenant lors du festival !


Transcriptions

je vous présente est vite fait

l'exploitation avec quelques dates clés
sachant que l'exploitation est très
jeune a démarré l'aventuré en 2016 sur
des phases de test puis on a attaqué
réellement en 2017
comment c'est très petit sur 1000 mètres
carrés on avait réquisitionné le jardin
de la grammaire pour voir si la
reconversion professionnelle vous être

Afficher la suite

fait ou pas et puis après validation de

quelques itinéraires techniques on en a
pris un peu plus grand et on s'est
développé petit à petit donc ça on va
regarder puis on fera un petit
conception observations des lieux on
regardera l'état des friches dans les
secteurs parce qu'aujourd'hui il ya un
plan de reconquête des friches dans le
département et donc on a des types de
friches qui sont assez uniforme seul sur
le bassin d'elle donc il ya un potentiel
quand même à les régénérer et à faire de
l'agroécologie dessus on parlera dîner
les itinéraires d'origine et ration de
sol et puis après une aire de production
et les résultats donc quelques petites
date un peu précise 2016 c'est un peu le
le début de l'aventuré les derniers
tests du couvre à l'époque le mot
permaculture on partage un peu dans le
néant internet et tout ce que nous
propose et c'est pas génial aussi parce
qu'on est souvent noyés par de
l'information puis on découvre la chaîne
youtube vers de terre production les
vidéos maraîchage survivants et de suite
ça donne un esprit beaucoup plus concret
on le met en application et on se rend
compte que très rapidement ça marche
du coup on a grandi l'exploitation en
2017 en prenant quelques petites
parcelles de plus on passe à 5300 mètres
carrés très rapidement on ne prend la
nouvelle parcelle d'un hectare
combien phase de régénération on parlera
de suite donc serré génération qui dure
entre 6 et 8 mois chaque fois ça a été
le même concept basé sur les apports
massifs de carbone est sûre
la mise en place de couverts végétaux et
puis 2017
on veut rentrer dans l'agriculture peut
être un peu plus subtil un peu plus fine
on parlera de biodynamie on parlera
d'agroforesterie ce matin bruno nous a
parlé de conception du paysage et oui en
effet en deviennent des architectes du
paysage et ça va nous apporter
énormément sur le développement de l'eau
de nos productions et puis 2018 c'est la
mécanisation des itinéraires de
production c'est vrai que en démarrant
avait peu de moyens à l'époque ça a été
beaucoup le travail manuel
c'est laborieux c'est fatigant il faut
après faut savoir franchir l'étape la
mécanisée pour se faciliter le travail
et ce qui est bien aujourd'hui c'est que
l'agro écologie qu'on soit sur des
petites surfaces comme les miennes ou
sur de grandes exploitations on peut
complètement la mécanisée et se soulager
de travail il est gagné du temps et
derrière de l'argent donc comme je vous
ai dit nous on n'a pas cherché à
comprendre
je suis un peu j'ai suivi un peu les
conseils de françois qui dit ben la
source de carbone la plus proche est la
moins chère c'est probablement la plus
intéressante est donc moi il y avait
juste à franchir la rivière pour aller
on appelle ça le sydetom chez nous c'est
un centre de collecte des déchets verts
et donc on a utilisé cette matière qui
pour moi est très très importante qui du
bc du brf mais c'est un peu plus c'est
sur aisne
c'est du bois vert criblé mais c'est une
ressource très très importante qui nous
a permis de régénérer les sols très très
vite
donc ce qu'on a fait c'est qu'on a
ramené à l'hectare très rapidement entre
50 et 100 tonnes sur les parcelles on a
dit ce que tout ça au préalable on avait
fait un passage de sous sol deux pour
gommer éventuellement les traces du
passé les fameuses semelles de la
bourrée de ça et de suite l'objectif a
été de mettre en place les couverts
végétaux remettre de la racine dans le
système recréer de la structure de la
porosité parce que j'ai souvent tendance
à dire que quand j'ai repris cette
parcelle à l'époque si tu voulais faire
un test bechet avec plus de chance de te
retrouver la belle tente à figures
confère un trou dément que c'était très
dur très
compact et avec vraiment très peu de vie
donc nous ce qu'on a mis en place sa a
été découvert végétaux basé sur les
légumineuses des graminées
la banque se verraient qu'on a intégré
est donc là vous avez sur votre droite
dans le verger maraîchers les couverts
de l'année qui sont découverts assez
simple basé sur un blé et de la féverole
et de de la vaysse puis passage du
rouleau fracas c'est un peu l'itinéraire
un peu traditionnelle on essaye tous les
deux ans sur nos types de sols qui sont
assez légers de restructurer un peu les
recréer la porosité restructurer le sol
et du sang et conserver nos éléments
nutritifs et donc on refait des couverts
végétaux donc là sur votre droite c'est
un couvert végétal d'été à base de
sorgho qu'on roule
voilà ça c'est ce qu'ont fait assez
régulièrement
et puis pour être sûr de pouvoir
enclencher une une culture rapidement
derrière on bâche on coupe la
photosynthèse pour être sûr que le
couvert deviendra ne viendra pas nous
embêter par la suite après sont ils sont
couchés souvent au bon moment à après le
stade floraison établi grain et laiteuse
pour être bien sûr que ça se relève pas
mais bon par mesure de sécurité toujours
je bats pendant une quinzaine de jours
pendant l'été voire un mois pendant
pendant l'hiver donc là c'était la
première année qu'on a fait là la
régénération des sols on n'avait pas le
rouleau fac à disposition et on avait
mis en place donc des partenariats avec
les éleveurs du coin et donc on avait
fait des gros chargement de brebis sur
des parcelles qu'ils étaient entre trois
et quatre cents mètres carrés entre
chaque fois entre nos lignes
d'agroforesterie et donc on a fait les
chargements de 120 animaux et on les a
laissés à peu près pendant deux heures
peut être donc c'est vrai qu'ils ont
mangé pas mal le couvert d'ailleurs
l'éleveur était assez content parce que
elle grossissait à vue d'oeil vu la
quantité de ges qu'on avait dans le
champ mais ce qui est intéressant c'est
qu'elles ont inoculé énormément de
ferment par les excréments et par et
parler bave et ça ça a été vraiment le
tiercé gagnant
par la suite donc les itinéraires quand
en continuant donc le bâchage comme je
vous disais et puis on ramène du
paillage pour être tranquille au niveau
énervement en fonction des cultures ça
peut être de 3 à 5 cm là on retravaille
plus jamais le sol surtout qu'on est sur
des sur des sols qui sont vraiment des
beaux des bosses aux maraîchers sont
lassés légier sable limo léger et on en
plante directement à l'intérieur sans
apport d'azoté supplémentaires et puis
l'activité biologique fait le reste
la magie dès la première année on s'est
rendu compte que les vers de terre
étaient présents
donc dans un premier temps bien sûr des
petits verres juvénile parce que la
population commençait à se reconstituer
et puis a aujourd'hui bien il faut
mettre de plus en plus de broyat parce
que l'activité biologique devient de
plus en plus folle mais aussi les cycles
de fer l'utilité et la fertilité en
général devient de plus en plus
intéressante aussi donc quelques petits
itinéraire de production notamment sur
la petite graine qu'on essaye de
développer d'avancé chaque année c'est à
dire que ce qu'on essaye de faire là
tout simplement c'est de créer une
couverture donc avec ce bbc puis on
passe un petit chat ce débris on intègre
du compost entre sur ces lignes qui ont
été chassés l'idée bien sûr un premier
temps c'est de créer un lit de semences
mais aussi d'utiliser ce compost qui
dépourvu de graines de mauvaises herbes
et il ya un chauffe et bien sûr et donc
ça halimi éliminer la levée de romance
de ces graines et puis on arrive à avoir
vraiment de insoumis très dense très
propre et on diminue vraiment le
désherbage je dis pas qu'on ne fait pas
bon le diminue énormément par rapport à
nos confrères qui sont sur sols nus donc
voilà les itinéraires comment ça se
passe pour la mini moto on bâche
on s'amuse aussi à jouer avec les étangs
de croissance des plantes et donc
souvent entre deux
ou qu'on est sur la peur du mois de
juillet où ça peut aller assez vite ou
qu'on allait tendre où la lumière est
assez présente dans la journée on va
intégrer des salades entre deux shows ce
qui nous permettra de gagner en
productivité au mètre carré
un itinéraire pour les pommes de terre
les itinéraires sous bâche que
j'abandonne aujourd'hui de plus en plus
je préfère intégrer des grosses
quantités de broyat est et couvrir la
bâche la pomme de terre avec de grosses
quantités de broyat ça me permet
d'amener énormément de carbone dans le
système et ceux surprise et cette année
c'est que on a réussi à produire de la
pomme de terre sous serres un mot avant
tout le monde
on a semé le vent autour du 20 décembre
et début avril on était déjà sur les
récoltes
on a réussi à ça a permis de faire une
couche isolante je pense pendant l'hiver
et la pomme de terre s'est vraiment
développée
de plus la dégradation du broyat vu
qu'on est sur des couche de 20 cm
stimule l'activité biologique et donc
une montée en température se fait et
puis on a aussi réussi à passer ces dix
jours de gel à -5 qu'on a eu cette année
ça a été une période très très froide et
donc je pense que cette couche isotherme
nous a vraiment apporté un plus et donc
on a sorti de la baie à début avril et
c'était vraiment très bien notamment les
gens de la map qui était très content
d'avoir cette patate nouvelle voilà un
peu comment ça fonctionne quand on est
sûr sur le sur la bâche
on travaille avec les canes à planter
mais comme je vous dis c'est très
manuelle ça devient de plus en plus
fatigant et comment faire des grosses
quantités comme nous l'avait fait l'an
passé on perd beaucoup de temps surtout
quand on a aussi d'autres choses à faire
donc aujourd'hui peut-être l'idée c'est
de développer l'intégration des des
patates avec une plante à goût des par
exemple
et puis au préalable avoir déposé une
certaine fatigue quantité de broyage sur
le sol j'ai un collègue qui fait ça en
bretagne et ça se passe plutôt bien
pourvue donc très vite on s'est rendu
compte que comme on disait tout à
l'heure les chaînes trophiques se
rallongent et oui tout à fait et
l'explosion des vers de terre mais pas
que l'agroforesterie les sous des tâches
qu'on a mis dans les agroforesterie
l'anr moment qu'on a laissé tout autour
de la parcelle a permis aussi l'arrivée
de nombreux auxiliaires et un
développement la biodiversité au fur et
à mesure que les arbres grandissent
aussi on s'est rendu compte que des
rapaces ont notamment sont arrivés sur
le secteur il ya une stabilisation de
beaucoup de ravageurs et d'année en
année ont de moins en moins embêtés
comme je le disais les résultats tout à
l'heure c'est là une agriculture de la
liberté les intrants sont quasiment
gratuit c'est vraiment le ver de terre
qui va faire le taf et qui va nous
amener là zot nécessaire et tous les
autres éléments pour ben la santé nos
plantes pour leur croissance
on nous cette année là on a complètement
arrêté
les intrants azotés notamment sous serre
on n'a fait que des apports de bronze
broyant qu'on met une fois par an à
l'automne et puis on a toujours nos
petites bachelot dans les serres qui
attendent pour couvrir la zone et on
replante directement nos tomates les
courgettes les concombres les pauvres en
les aubergines pour l'été et ça marche
très très bien
c'est très poussant peu de maladies et
ça va de mieux en mieux
donc j'ai tendance à dire que les achats
extérieurs deviennent d'été métis mans
en effet on n'achète quasiment plus de
consommables même les toiles tissées
bain en valais on peut les considérer
comme des investissements parce qu'on va
les garder pendant très très longtemps
pas de plastique on change chaque année
les bâches d'ensilage on essaye de
regarder au moins pendant quatre ou cinq
ans donc on rentre plutôt dans de
l'investissement ce qui est ce qui est
intéressante donc ça nous permet de
gagner en coûts de production l'énergie
fossile et le passage du tracteur et
devienne le plus
en plus rares si on utilise vraiment le
tracteur pour l'apport de matière
organique
certains types de fumée le broyat voilà
ça c'est c'est vraiment ce qui nous
allège le travail et c'est la grosse
partie du travail
cette année on a même acheté une des
steelers pour nous permettre d'intégrer
le broyat dans les lignes
d'agroforesterie beaucoup plus
facilement et donc en fait on se prend
plus trop la tête et comme on le disait
ce matin à s'occuper de la plante on se
rend compte que plus on va aggraver
notre sol puis s'en va apporter les les
rations nécessaire au sol et on voit que
d'année en année la plante structure de
mieux en mieux et donc vraiment il faut
vraiment s'occuper de son sol bien le
connaître on s'approprie son terroir et
on avance avec et c'est le tiercé
gagnant quoi l'enherbement en a de moins
en moins grâce aux couverts grâce à
l'arrêt du travail de sol donc ça c'est
très important
et en plus un travail qui plutôt assez
pénible donc si on ne peut se passer du
désherbage et bien on le fait avec grand
plaisir les fréquentes arrosage elles
deviennent de moins en moins importante
j'ai des collègues côté chez moi qui ont
plein été arrosée deux heures par jour à
l'aspersion alors que nous on est sur
une demi heure tous les trois jours et
on a les mêmes types de personnes dont
pour vous dire que la quantité du musc
on a notre sol est un super étendard et
donc tout ça c'est un gain de temps et
un gain d'argent et après on sait quoi
en faire puisqu'on le réinvestis et ça
se
et ça se passe plutôt bien dans ce cas
là puis cette année on en train de
vraiment mettre en place de la
production locale de la semence locales
et j'ai tendance à dire que le tiercé
gagnant c'est une vérité local adapté à
sur sol vivant et là vraiment on arrive
à avoir des produits gustatifs mans
exceptionnel donc le niveau nutritive
bien sûr se développent et on a des
plantes et bien sûr qu'ils sont de moins
en moins malade
voire quasiment plus les interventions
de protection des plantes sont quasiment
inexistantes sur mon exploitation
et donc si encore du gain de temps et on
continue donc à se focaliser sur notre
sol il allait apporter les ce qu'il a
vraiment besoin
on gagne 1 production mètres carrés tout
à fait parce que ce qu'on remarque c'est
que je pense que les mycorhizes font
vraiment le taf d'aller chercher les
substances nutritives et est donc
automatiquement on peut vraiment collé à
touches a touché les cultures notamment
je suis rendu compte que tout le monde
disait à côté d'un fenouil tu peux rien
planter c'est la galère si ça et nous on
se rend compte qu'il ya tout qui pousse
à côté d'un fenouil et donc en fait y'a
pas l'histoire de plantes compagnes pas
plantes compagnes
on s'en fout un peu de cette histoire on
sait que le sol y vivent et que chacun
aura sa nourriture et tout se passera
bien
donc ce qu'on fait attention c'est par
rapport à le développement de la plante
à la captation de lumière on essaie de
faire en sorte qu'il n'y ait pas de
concurrence par contre sur sur ce point
là donc comme vous pouvez le voir il ya
un peu d'énervement position fait les
interventions de désherbage on est
vraiment sur les carottes souvent et
encore c'est pas énorme et sur les
autres types de cultures une fois
qu'elles ont pris la place ça va
beaucoup mieux
les papiers ont fait toujours très
attention que le pass pieds soit bien
remplie de brf
et à partir de là ça se passe assez bien
donc ça c'est un peu le petit coin
humour de cette séquence
c'est qu'on a vraiment de gros problème
c'est que 1
ça pousse fort et ça produit gros comme
vous pouvez le voir sur les images on
sort vraiment du gros légumes parce
qu'il ya injectés dans le sol et donc la
plante aux profiteurs d'en profiter
pleinement
et puis c'est vraiment trop bon et ça
c'est un autre gros problème parce que
tous les cuistots avec qui on bosse
actuellement un son vraiment content et
on est passé l'année dernière à
développer la restauration avec deux
restaurants et cette année soit
département il y en a 20 qui ont franchi
le
cap parce qu'ils sont rendus compte que
tout simplement c'était bon et
qualitatifs et donc après quatre ans de
production
rapidement on est passés 3800 mètres
carrés un exercice aujourd'hui la map
compte plus de 100 familles par semaine
avec seulement 1 hectare 6 donc je pense
qu'on peut être content du travail qu'on
a réalisé des restaurants sont là
aujourd'hui et pousse pour continuer à
développer les variétés anciennes
l'aspect qualitatif et nutritives de nos
plantes et ça ça nous motive bien donc
il faut qu'on continue à ceux à ce mode
à se moderniser à développer la
mécanisation à développer les études
techniques continuent à être des
maraîchers chercheurs parce que le
chemin est long et donc il va falloir
encore développer tout ça et donc on
continue à travailler sur ben voilà le
le verger maraîchers je pense que c'est
l'avenir et donc on continue à mettre
des vergers en place on a tenté les
fruits les produits exotiques donc
l'agroforesterie un peu tropicale sous
serre couplé avec de la vigne et de ça
il ya que ça à faire et ça devient très
intéressant cet aspect là donc va le
travail et dans les prochaines dans les
prochains mois dans les prochaines
années
les variétés paysannes j'y crois
énormément pour moi c'est vraiment le
tiercé gagnant pour arriver à une
alimentation durable et de qualité sur
nos territoires
développer les techniques agro sylvo
pastorale je pense que très rapidement
on ne sera plus qu'on ne sera pas comme
maraîcher la lecture de deux mines sera
aussi un céréalier un éleveur
voilà on va devoir être touche-à-tout
développer nos compétences donc il faut
vraiment qu'on continue à creuser à
travailler le sujet renforcer les
coopérations ce qui nous permettront
bien sûr dans d'acquérir de nouvelles
compétences et ce qu'on fait aujourd'hui
d'ailleurs si on est tous là en train de
changer aujourd'hui c'est qu'on nous
renforçons notre coopération pour que
l'agro écologie deviennent de plus en
plus importante sur nos territoires et
continuons à diffuser le savoir
merci aux gens qui soutiennent depuis le
début
l'agroécologie soit des consommateurs
des producteurs des institutions c'est
très important
je remercie la map au passage
merci à tous

Partager sur :