Rhizoctone brun sur betterave

De Triple Performance
Révision datée du 30 juin 2022 à 20:07 par 127.0.0.1 (discussion) (The LinkTitles extension automatically added links to existing pages (https://github.com/bovender/LinkTitles).)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à :navigation, rechercher
Rhizoctone brun sur bouquet foliaire (Ephytia-INRAE)
Ravageur
Cet article est issu de la base AgriFind. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo AgriFind



Maladie racinaire due à un champignon (Thanatephorus cucumeris ou Rhizoctonia solani) pouvant atteindre la betterave tout au long de sa croissance et jusqu’au silo. Le champignon peut survivre plusieurs années dans le sol.

Symptômes sur la betterave

Fonte des semis en début de cycle.

Taches de pourriture sèches et enfoncées sur la racine. La terre colle à la racine.

Jaunissement et flétrissement des feuilles, de l’extérieur vers le cœur, jusqu’au dessèchement complet.

Par la suite toute la plante peut mourir.

Apparition le long de la ligne de semis puis en foyers

Rhizoctone brun sur betterave (INRAE et GNIS)

Période de présence

Période de présence :

J F M A M J J A S O N D


Mars à novembre.

Méthode d’observation

De la couverture du sol à la récolte.

Estimer le pourcentage de plants avec symptômes : observer au moins 50 plants répartis aléatoirement.

Diagnostic racinaire sûr et indispensable.

Enfermer une betterave hermétiquement dans un sac en plastique pendant une nuit : des taches duveteuses blanches (moisissure) se développent sur la partie atteinte.

Conseils de gestion technique et agronomique

Lutte préventive :

Éliminer les résidus du précédent en évitant les andains

Déchaumer rapidement avant labour

Eviter les précédents maïs et ray-grass

Allonger la rotation

Biofumigation (ex : culture intermédiaire riche en glucosinate)

Drainage

Irrigation adaptée

Apporter des matières organiques matures

Lavage des outils de travail

Variétés résistantes

Facteurs favorables :

Acidité de surface du sol

Humidité du sol élevée, présence d’eau stagnante

Temps chaud (25-30°C) et humide

Semis tardif

Sol hydromorphe, mauvaise structure du sol

Transfert de terre contaminée

Rotation courte

Plantes hôtes : maïs, soja, pomme de terre, haricot, carotte, scorsonères, chénopode, chiendent, épilobe, mélilot jaune, pissenlit, ray-grass, amarante

Niveau de pression

Faible : < 5% de plantes atteintes

Moyen : 5-10%

Fort : > 10%

Les niveaux de pression sont donnés à titre indicatif et ne sauraient refléter une précision exacte de gravité d’infestation à un instant T ou de dommage ultérieur. D’autres facteurs propres à la culture et à la dynamique d’évolution des symptômes ou infestations interviennent.

Partager sur :