Rationner la fertilisation azotée des cultures

De Triple Performance
Révision datée du 30 juin 2022 à 19:29 par 127.0.0.1 (discussion) (The LinkTitles extension automatically added links to existing pages (https://github.com/bovender/LinkTitles).)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à :navigation, rechercher
Crop spraying at Rulesmains Farm, Duns - geograph.org.uk - 1565950.jpg
Cet article est issu de la base GECO. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo Geco


Rationner la fertilisation azotée des cultures afin d'éviter tout déséquilibre pouvant engendrer l'arrivée de bio-agresseurs sur la culture.


Auteurs initiaux de cet article :

Marie-Hélène Jeuffroy INRA marie-helene.jeuffroy@grignon.inra.fr Grignon (78)
Grégory Véricel INRA gregory.vericel@toulouse.inra.fr Toulouse (31)
Martine Despréaux-Robelin CA 71 mdespreaux@sl.chambagri.fr St Germain du Bois (71)
Rémy Ballot INRA remy.ballot(at)grignon.inre.fr Grignon (78)

Présentation

Description de la technique

Apporter une dose d'azote conduisant à un bilan déficitaire entre les fournitures d'azote et les besoins de la culture pour atteindre le rendement permis par les potentialités de la parcelle, la rotation et le contexte climatique, de manière à éviter l'apparition de conditions favorables au développement de certains bio-agresseurs (maladies foliaires notamment).

Exemple de mise en œuvre : Sur blé, une réduction de la dose préconisée par la méthode du bilan d'une vingtaine d'unités appliquée sur les deux premiers apports contribue à limiter le risque maladies foliaires notamment.


Précision sur la technique :

L'effet sur les bio-agresseurs de la dose globale d'azote apportée n'est pas indépendant du positionnement des apports et du fractionnement. Ainsi, sur blé tendre d'hiver, appliquer la réduction de dose sur le 1er apport en retardant ce dernier le plus possible permet d'éviter un couvert dense favorable aux ravageurs et maladies, tout en minimisant l'impact de la carence azotée sur le rendement et la qualité.


Efficacité (moyenne) sur les adventices nitrophiles.

Période de mise en œuvre : Sur culture implantée.

Echelle spatiale de mise en œuvre : Parcelle.


Application de la technique à...

Positif Toutes les cultures : Facilement généralisable. Le rationnement de la fertilisation azotée ne s'applique pas aux légumineuses.

Neutre Tous les types de sols : Généralisation parfois délicate. Sur les sols minéralisant peu (terres de craies…), la réduction de la dose d'azote conduit très vite à des pertes de rendement.

Positif Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable .


Effets sur la durabilité du système de culture

Critères "environnementaux"

Positif Effet sur la qualité de l'air : En augmentation. Le rationnement de la fertilisation azotée permet de réduire les risques d'émissions d'ammoniac par volatilisation proportionnellement à la réduction de dose réalisée. Le rationnement de la fertilisation azotée permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre liées à la fabrication des engrais, ainsi que les émissions de protoxyde d'azote au champ, proportionnellement à la réduction de dose réalisée.

Positif Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation. Le rationnement de la fertilisation azotée permet de réduire les risques de transfert d'azote vers l'eau en écartant les risques liés à une fertilisation excédentaire.

Positif Effet sur la consommation de ressources fossiles : En diminution. Le rationnement de la fertilisation azotée permet de réduire la consommation d'énergie liée à la fabrication d'engrais minéraux proportionnellement à la réduction de dose réalisée.

Neutre Autre : Pas d'effet (neutre).


Critères "agronomiques"

Négatif Productivité : En diminution. L'apport d'une dose d'azote ne permettant pas d'atteindre l'équilibre entre besoins de la culture et azote disponible se traduit par une baisse de rendement variable en fonction de la réduction de dose réalisée, la réponse de la culture à la dose d'azote et les fournitures d'azote par le sol.

Neutre Fertilité du sol : Pas d'effet (neutre).

Neutre Stress hydrique : Pas d'effet (neutre).

Neutre Biodiversité fonctionnelle : Pas d'effet (neutre).


Critères "économiques"

Positif Charges opérationnelles : En diminution. Le rationnement de la fertilisation azotée se traduit par une diminution des charges de fertilisation.

Positif Charges de mécanisation : En diminution. Le rationnement de la fertilisation azotée peut conduire à une diminution des charges de mécanisation si il conduit à réduire le nombre de passages.

Neutre Marge : Variable. L'impact du rationnement de la fertilisation azotée sur la rentabilité est variable en fonction de l'équilibre entre la baisse de rendement occasionnée et la réduction des charges de fertilisation.


Critères "sociaux"

Neutre Temps de travail : Variable. Si le rationnement de la fertilisation conduit à réduire le nombre d'apports, il conduit à une diminution de la charge de travail liée à l'épandage.

Neutre Temps d'observation : Pas d'effet (neutre).


Pour en savoir plus


Evaluation de cette pratique selon la grille d'analyse ESR

Reconception. La protection intégrée nécessite une combinaison de l’ensemble des moyens disponibles qui obligent à une reconception des systèmes pour les rendre moins dépendants des produits phytopharmaceutiques. Cela passe ainsi par une approche privilégiant la prévention et la prophylaxie pour placer les cultures dans les meilleures conditions tout en défavorisant les bio-agresseurs.

Evaluation selon la grille d'analyse ESR : Reconception



Annexes

Partager sur :