Résilience climatique

De Triple Performance
Révision datée du 31 janvier 2022 à 17:08 par Bertrand Gorge (discussion | contributions) (Remplacement de texte — « {{Grande thématique | Sous-titre = » par « {{Grande thématique | Mots-clés SEO = »)
Aller à :navigation, rechercher

Secheresse en Haute Marne France.jpg Résistance à la sécheresse, au gel, aux maladies, variétés résistantes. Equipements (gel, grêle), gestion de l'eau

Résilience climatiqueRésistance à la sécheresse, au gel, aux maladies, variétés résistantes. Equipements (gel, grêle), gestion de l'eauSecheresse en Haute Marne France.jpg

La résilience d'un système donné peut être définie comme la capacité de ce dernier à rétablir une capacité de fonctionnement de référence suite à une ou plusieurs perturbations.

En agriculture, ce concept est souvent plébiscité pour garantir un optimum de production dans le contexte mondial de changement climatique. Dans un rapport paru en 2016, la FAO souligne la fréquence croissante de catastrophes climatiques lors des 30 dernières années (sécheresse, canicule, gel, précipitations, inondations, salinisation des nappes phréatiques, maladies, grêle etc.) : 149 catastrophes par an en moyenne dans le monde entre 1980 et 1990, contre 332 par an entre 2004 et 2014.[1]


Ce portail présente donc les grands enjeux de la résilience climatique en agriculture, ainsi que les principales spécificités de chaque filière sur cette problématique.

Définition avancée

Sur un plan théorique, la résilience d'un système agricole peut être accrue en actionnant trois catégories de leviers [2] :

  • La capacité tampon du système : son aptitude à tolérer des perturbations sans s’éloigner de son régime de routine. Par exemple, un élevage laitier subissant une sécheresse peut tolérer cet aléa si ses stocks de fourrages sont suffisants.
  • L'adaptabilité du système : sa capacité à adopter des adaptations techniques, organisationnelles ou commerciales pour faire face aux aléas et revenir rapidement à un régime de routine. Par exemple, pour faire face à une répétition de sécheresses, une diversification des assolements permettrait de distribuer les risques climatiques sur différentes cultures et d’augmenter ainsi la stabilité de la production.
  • La capacité de transformation du système : sa tolérance à recevoir une transformation en profondeur afin de pouvoir perdurer. Par exemple, face à une chute drastique du prix du lait, un élevage laitier intensif peut évoluer vers un système économe et autonome pouvant impliquer un changement de race du troupeau, mettre en place un nouvel atelier de production, modifier son mode de commercialisation, etc.


Qu'elle soit d'ordre climatique, économique ou biologique, la résilience est donc la résultante d'un ensemble de caractéristiques qui peuvent être mobilisées collectivement ou indépendamment, et être adaptées au contexte local de l'exploitation et de ses problématiques.

Résilience économique

À l'échelle d'une exploitation, une perturbation implique systématiquement des conséquences économiques indépendamment de sa nature (maladie, sécheresse, fluctuation des prix etc.). Dès lors, la résilience peut être principalement étudiée sous cet aspect et mobilisée via une combinaison de leviers divers tels que les assurances récoltes, la diversification des productions ou des activités, le stockage de matières premières etc.

Diversification et pratiques

La diversification technique, comme économique, apparaît alors comme un puissant levier de résilience qui agit à la fois sur la capacité tampon du système et sur son adaptabilité. Un assolement plus diversifié permet une production moyenne plus stable et moins sensible aux aléas climatiques, biotiques, ou financiers, tout en constituant une solution connue pour abaisser le niveau d'intrants et de fait les charges.

Indépendamment du type de production, la diversification de l'assolement peut être orchestrée à l'échelle de l'exploitation ou même du territoire.

Agroforesterie

Un certains nombre de pratiques permettent également de mitiger les impacts du changement climatique. C'est notamment le cas de l'agroforesterie, et des ses aménagements comme les haies ou rangées d'arbres qui génèrent localement un microclimat par leur ombrage, leur effet brise-vent, le maintien de l'humidité et le pompage des eaux profondes.

Conservation des sols

De la même façon, les nombreuses pratique appartenant à l'agriculture de conservation des sols contribuent elles aussi à la mitigation du changement climatique, mais à une échelle plus large. En effet, la couverture permanente des sols et la réduction du travail mécanique contribuent non seulement à la baisse drastique des émissions de Gaz à effet de serre, mais également au stockage du carbone dans les horizons de surface du sol prolongeant ainsi le cycle du carbone.

Équipements et mesures de protection contre les aléas climatiques

Selon la nature des productions, il existe également quelques mesures plus ponctuelles permettant d'amoindrir les impacts d'aléas climatiques. Hormis les investissements dans de meilleurs dispositifs de prévision météorologique et leur utilisation optimale, on peut citer quelques exemples parmi les filières suivantes :

viticulture

Cultures pérennes

  • La mise en place d'équipements de protection, tels que les bâches anti-pluies ou les filets anti-grêle par exemple.
  • Les techniques de protection contre le gel, comme l'aspersion sur frondaison.

grandes cultures

Gestion de la ressource en eau

La gestion de la ressource en eau est évidemment un aspect incontournable dans l'étude de la résilience climatique d'un système agricole. Qu'il s'agisse de la configuration d'un système irrigué, des polémiques autour des dispositifs de prélèvements dans le milieu naturel (puits, bassines, retenues collinaires etc.) ou encore de la problématique de salinisation des nappes phréatiques dans les zones littorales, cet enjeu est amené à devenir clé dans les années à venir.

Références

  1. Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), Renforcer la résilience face aux changements climatiques: La voie à suivre pour répondre aux effets des événements climatiques extrêmes sur l'agriculture, 2016. https://www.fao.org/resilience/resources/ressources-detail/fr/c/1114154/
  2. L. De Oliveira et al., Dictionnaire d'Agroécologie, Résilience des systèmes agricoles, 2019. https://dicoagroecologie.fr/encyclopedie/resilience-des-systemes-agricoles/?highlight=resilience



Articles dans cette thématique

Portraits de ferme et retours d’expérience

Guides pratiques

Vidéos


Partager sur :