Préférer les formes d'engrais azoté à faible volatilisation

De Triple Performance
Révision datée du 30 juin 2022 à 17:40 par 127.0.0.1 (discussion) (The LinkTitles extension automatically added links to existing pages (https://github.com/bovender/LinkTitles).)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à :navigation, rechercher
Cet article est issu de la base GECO. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo Geco

1. Présentation

Caractérisation de la technique

Description de la technique :

 

Philippe Evaillard UNIFA peveillard(at)unifa.fr Paris (75)
François Dumoulin CA 60 francois.dumoulin(at)agri60.fr Fresnoy le Luat (60)
Rémy Ballot INRA remy.ballot(at)grignon.inra.fr Grignon (78)

Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @


Choisir les engrais azotés dont la part nitrique est importante (ne comportant aucun risque de volatilisation). La forme granulée solide est moins directement exposée que la forme liquide qui établit une surface d'échange importante avec l'atmosphère (cependant la forme granulée de l'urée entraine une élévation localisée très importante du pH lors de la dissolution du granulé augmentant le risque de volatilisation de l'ammoniac). Les engrais azotés nitriques (nitrate de calcium, nitrate de potassium ou de sodium) ne comportent aucun risque mais sont trop couteux à l'unité d'azote pour des grandes cultures. Les engrais azotés solides du type ammonitrates, sulfonitrates représentent un bon compromis entre la réduction du risque de volatilisation et le coût de l'unité.


Période de mise en œuvre Sur culture implantée


Echelle spatiale de mise en œuvre Parcelle


Application de la technique à...

Positif Toutes les cultures : Facilement généralisable


Positif Tous les types de sols : Facilement généralisable


La mise en œuvre des principes de cette fiche est d'autant plus importante que l'on se trouve en situation favorable à la volatilisation : sols calcaires "crayeux" basiques, à faible CEC, et avec des cultures peu développées.


Positif Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable


La mise en œuvre des principes de cette fiche est d'autant plus importante que l'on se trouve en situation favorable à la volatilisation : temps chaud, sec  et  venteux (faible hygrométrie) sur cultures peu couvrantes et sols calcaires.


Réglementation

Influence POSITIVE


La France et l'UE ont pris des engagements internationaux de réduction des pollutions transfrontalières atmosphériques qui concernent en particulier l'ammoniac, gaz acidifiant (Protocole de Göteborg de 1999 ratifié par la France en 2008).


Pas de réglementation à l'échelle de la parcelle mais la directive européenne sur la pollution athmosphérique fixe aux états membres des plafonds d'émission à ne pas dépasser. 97% des émissions d'ammoniac ont une origine agricole dont 76% venant des élevages et 21% des engrais minéraux d'après l'inventaire national (CITEPA).




2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture

Critères "environnementaux"

Positif Effet sur la qualité de l'air : En augmentation


émission GES : DIMINUTION


émission de particules : DIMINUTION


Neutre Effet sur la qualité de l'eau : Variable


N.P. : VARIABLE


Positif Effet sur la consommation de ressources fossiles : En diminution


consommation d'énergie fossile : DIMINUTION


Neutre Autre : Pas d'effet (neutre)


Air : Diminution des émissions d'ammoniac. Si la volatilisation est diminuée, la fertilisation doit être parfaitement ajustée aux potentiels de la parcelle et de la culture pour ne pas augmenter les reliquats d'azote dans le sol et ainsi augmenter les risques d'émission des sols en protoxyde d'azote (N2O) gaz à effet de serre.


Eau : Si la volatilisation est diminuée, la fertilisation doit être parfaitement ajustée aux potentiels de la parcelle et de la culture pour ne pas augmenter les reliquats d'azote dans le sol et ainsi augmenter les risques de lessivage de l'azote vers les eaux profondes ou de surface.


Energie fossile : L'azote économisé au profit de la culture permet d'améliorer le coût énergétique de l'itinéraire technique : réduire la perte d'azote par volatilisation conduit à diminuer l'apport d'azote et économise l'énergie fossile consommée pour le produire (un peu plus d'une tep en gaz naturel pour produire une tonne d'azote N).


Critères "agronomiques"

Positif Productivité : En augmentation


L'optimum économique de rendement est atteint pour un apport plus faible en azote.


Positif Fertilité du sol : En augmentation


Une part plus importante de l'azote est récupérée par les plantes ou conservée dans le sol (organisation microbienne).


Positif Biodiversité fonctionnelle : En augmentation


La réduction des émissions d'ammoniac se traduit par une diminution de la déposition dans les milieux naturels ou cultivés (azote non contrôlé). Dans certaines zones pauvres en azote et d'intérêt écologique, cette retombée d'azote tend à diminuer la biodiversité de l'écosystème (ex: tourbière, milieux acides...).


Critères "économiques"

Négatif Charges opérationnelles : En augmentation


Les formes d'engrais les moins sensibles à ce phénomène de volatilisation sont (généralement) plus coûteuses et plus difficiles à épandre uniformément (formes solides). Ce surcoût n'est pas toujours compensé par la diminution de la dose permise par l'absence de volatilisation (souvent diminution de 10%) et la meilleure valorisation de l'engrais par la plante. Il n'y a qu'en sol calcaires (plus de 30% de calcaire total), sur lesquel les pertes par volatilisation sont si importantes, que l'on a économiquemet intérêt à utiliser par exemple de l'ammonitrate au lieu d'une solution azotée.


Neutre Charges de mécanisation : Pas d'effet (neutre)


Il existe très souvent sur les exploitations un matériel d'épandage par projection utilisé pour les engrais phosphatés, potassiques simples ou pour les engrais composés. Ce matériel est utilisable pour les engrais azotés solides. Le coût d'un épandage solide par rapport à une rampe apportant de la solution liquide est peu différent. A noter cependant : l'épandage des engrais solides demande un réglage suffisamment précis de l'épandeur et une qualité physique de l'engrais adaptée à la largeur de travail et donc de projection des granulés qu'il faut atteindre. Les dispositifs de contrôle (GPS, DPA, pesée embarquée...) facilitent la précision d'épandage.


Neutre Marge : Variable


Les formes d'engrais moins sensibles à la volatilisation, formes "solides", sont plus coûteuses, cependant, elles sont généralement plus efficaces (meilleure efficience = meilleur rendement) et permettent de diminuer les quantités apportées (-10 à 15 %). Par ailleurs, elles occasionnent aussi de meilleurs résultats sur les aspects "qualité" (ex. teneur en protéines améliorée en raison d'une meilleure efficience de l'engrais solide).


Critères "sociaux"

Neutre Temps de travail : Variable


Selon l'organisation de l'exploitation.


Neutre Temps d'observation : Pas d'effet (neutre)




4. Organismes favorisés ou défavorisés

Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions


Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions


Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions


Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions


Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions




5. Pour en savoir plus

  • Engrais azotés: trouver le bon compromis technico-économique
    -Escoffier I. (France agricole)


France Agricole n°3268, p29, Article de presse, 2009

  • Les émissions d’ammoniac et de gaz azotés à effet de serre en agriculture
    -CORPEN


Brochure technique, 2007


brochure

  • Réduire les émissions dans l'air
    -UNIFA


Site Internet


site

  • azote.info
    -ADA (Azote Directement Assimilable)


Site Internet


site internet dédié à l'azote directement assimilable




6. Mots clés

Méthode de contrôle des bioagresseurs :


Mode d'action :


Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides :


Annexes

Partager sur :