Pâturage Tournant Dynamique & moutons - Entretien avec Jean-Marie TANT

De Triple Performance
Révision datée du 2 août 2022 à 15:02 par Bertrand Gorge (discussion | contributions) (Ajout de mots-clé)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (12 avr. 2019) - Jean-Marie Tant - Durée : 61 minutes

Thumbnail youtube Fza8l40WRfA.jpg

Moutons & Pâturage Tournant Dynamique - Entretien avec Jean-Marie TANT


Transcriptions

jean-marie temps je suis agriculteur

depuis 2005 je me suis installé âge de
40 ans sur la commune de laugnac
ici on est dans le lot-et-garonne dans
la microrégion c'est le pays de serres
dans les coteaux entre le au nord on a
le lot et puis au sud on à la garonne
terrain ici appellation d argilo
calcaires et sur la propriété ça
correspond tout à fait on a des taux

Afficher la suite

d'argile qui y vont pour les - argileuse

on appelle légèrement boulbènes à 11
environ 2 25% d'argile et les ter
fortement rhji lezons monte à 45 voire
plus de en antho d'argile au niveau de
la matière organique sur la partie
verger j'ai souvenir d un des analyses
on est péniblement à 1,4 tout ce qui est
prairies naturelles j'ai jamais fait le
taux de matière organique
mais après en dans les sols cultivés
on est aussi dans cet ordre là on est un
peu plus de 1% matières organiques mais
mais pas beaucoup plus à la propriété
que j'exploite elle est de 50 55
hectares pour être précis à la pac
j'en ai une une quarantaine en propriété
et le reste est en location
lorsque j'ai acheté la propriété il y
avait essentiellement au niveau
répartition du chiffre d'affaires le
gros du chiffre était de l'arboriculture
arboriculture pommiers pour 5 hectares 1
hectares de pruniers
ici on pourrait penser prunier dante
pruneau d'agen menace était d'à de la
reine claude et puis de la santa clara
et ne plus qu une grosse prunes
j'ai aussi il y avait aussi une
quinzaine d'hectares de prairies dans
des terres comme on voit ici c'était
vallonné des terres qui sont absolument
pas labourables donc l'ancien
propriétaire avait un troupeau de vaches
et là
elle venait peut être dans toute cette
partie là et le restant de la ce qu'on
peut dire de la grande culture des
céréales du blé
qu'est ce qu'il y avait du troll ou une
rotation blé tournesol est un peu
éventuellement un peu d'orge donc les
premières années j'ai tout simplement
recopier ce que faisait l'ancien
propriétaire
pour rapidement m'apercevoir que cette
partie
de prêt qui qui n'était pas du tout
exploité
moi j'avais toujours eu un projet de
mettre des moutons est temps que la
propriété la maison qu'on a vu que l'air
n'était pas habitable n'était pas
envisageable j'habitais à 20 km d'ici
d'avoir un troupeau donc on a mis au
moins deux ans réparer la maison et j'ai
eu le troupeau bout de deux ans donc
j'ai pu exploiter moi même les la petite
dizaine d'hectares de prairies
alors l'objectif maintenant c'est facile
de dire après après bientôt quinze ans
je suis pas tant mon objectif c'est
d'avoir de plus en plus de moutons
larbaud j'ai eu quelques déboires dans
la pomme malheureusement les prix
lorsqu'on a car lorsque je me suis
installé sur l'étude sur les pis on
était parti sur 45 centimes
je me souviens de ce prix 45 centimes
qui était un prix pratiquement plancher
et
en conventionnel maintenant
bien
dix ans après ce prix est plutôt un prix
plafond donc on a eu quelques années a
peiné à faire 25 30 centimes ce qui fait
que l'art beaux objets délaissés au
profit de du développement de la partie
élevage
je suis en bio exactement je suis passé
en bio en 2009 avec un voisin des
alentours ont donné des coups de main à
travailler bon s'est dit pourquoi pas
partir sur du c'ur du bio on y avait
réfléchi ça vient au moins un an qu'on y
réfléchissait on s'est lancé dans le
bios première année
des sojas 30 quintaux que j'avais réussi
à faire j'y tiens c'est on va on va y
arriver
et puis tout doucement les rendements
commencé à baisser le lait céréales
l'enherbement pas vraiment maîtrisé et
des rendements et bien et qui je peine à
faire a dépassé les 20 quintaux de
céréales à que ce soit du triticale ou
du blé ont peine à faire et le bain je
pense que aussi l'erreur qu'on a fait
c'est que le passage en bio on s'est
contenté comme beaucoup je pense fond
c'est on enlève la chimie donc on est en
bio on continue à faire le reste donc à
l'époque pas de couverts rien on se
contentait de ce que vous voulez bien
nous donner la nature sans s'en vouloir
essayer d'améliorer le système
donc ça rapidement on s'est aperçu que
ça coinçait et à à me renseigner à
pianoter un peu sur internet j'ai
découvert qu'il existait d'autres formes
d'agriculture notamment la liqueur de
conservation et j'ai commencé à m'y
intéresser j'ai fait différentes
formations et je me souviens d'une
formation que j'ai fait la toute
première formation et le formateur qui
m'avait bien emballé à la fin nous a dit
surtout vous gardez tout le matériel que
vous avez vous testé bien et vous
commencerez à vous débarrasser du
matériel qui peut de type charrues haute
qu'une fois que vous aurez lancer le
système
hélas j'ai bien apprécié cette sagesse
qui avait eu le formateur on a commencé
à mettre je pense était en 2000 je suis
passé en 2009 en bio donc on a dû
basculer sur les couverts en en 2000
2010 je pense qu on a commencé à
implanter découvert je me souviens de
mon premier couvercle était magnifique à
un méteil avec du seigle seigle variété
protector moi q su grand
eh bien au mois de mai le sec je me
promenais à l'intérieur et on ne voyait
plus j'avais mis dedans des ves de la
vaysse commune canton à broyer ça ça
fait un couvert assez impressionnant au
sol
à cette époque j'ai broyé jeu
l'enterrait ont je pense qu'on était un
coup de cover crop
on a mis derrière soja et puis ça
commençait à ne pas les mêmes avec ceux
couverts les conditions météo pas
toujours bénéfique à au métier est là
la suite de ces différents déboires
je me suis orientée de plus en plus sur
l'élevage l'élevage
alors on le voit vallières comment c'est
arrivé sur la propriété en dès que j'ai
pu avoir quelques moutons je pense que
je n'avais acheté une dizaine
après j'en arrachais quelques quelques
autres brebis il a fallu avoir pour
aller prix me passer à avoir un troupeau
de 50 bêtes que je n'avais pas j'ai
trouvé sur une annonce un gars qui
vendait des bobines rustique
c'est tout à fait le profil de bêtes qui
m'intéressait en et le gars il s'est
avéré que c'était des brebis qui était à
la montagne est derrière bella on voit
un troupeau majoritairement de caste
yonnaise c'est des bêtes qui sont
adaptés tout à fait à au pastoralisme et
une philosophie qui me qui me convient
bien
et lorsque j'ai acheté ces bêtes là est
bien le gars m'a dit si tu veux l'année
prochaine on peut monter il ya de la
place à dans les estives et tu peux
monter avec le troupeau
donc depuis
depuis cette époque là ça va bientôt
faire dix ans je monte à la montagne
avec mon troupeau l'avantagé de monte en
estive
et bien c'est une ressource fourragère
herbagères disponible en plein été alors
que ici et bien on est au juillet août
on est plutôt dans le paillasson et puis
il ya le côté aussi agréable de monter à
la montagne il ya les chiens qui sont là
les patous pourquoi les pas tout puisque
les hommes dans la zone où on monte dans
l'ariège la vallée du biros on cohabite
tout l'été avec l'ours donc les patous
sont là pour et bien en renfort en
protection vis-à-vis de l'ours
alors à mesure que l'élevage c'est s'est
développée sur le
sur la propriété au début on avait un
système tout ce qui se faisait de plus
simple bergerie l'hiver et puis les
bêtes ensuite
après tout le printemps fait des queues
avec le parcellaire des prêts qui était
clôturée tout périmètre donc des
parcelles qui font cinq six hectares
absolument pas divisée et une gestion de
la ressource herbagères qui était loin
d'être optimum et que je vienne est jeu
venait compléter mon troupeau bas par du
foin bien sûr en hiver et puis si pour
les quelques bêtes qui reste est ici
lorsqu'elle était pas la montagne je
complétais aussi avec du foin alors ma
technique d'élevage
elle a bien évolué depuis à peu près
deux ans j'ai j'adopte la technique du
pâturage tournant alors pour réussir
cette technique déjà ses impératifs des
clôtures donc tout mon système
parcellaire tu l'as vu en venant d'un
juste que cette part faire là on a
divisé en fonction du troupeau je veux
rester aux environs de 300 bêtes tout le
monde parcellaire est divisé en un demi
hectare donc un demi hectare
bien que le sol soit pas toujours les le
potentiel des parcelles soient pas
toujours homogène un demi hectare
correspond à l'alimentation de mon
troupeau pour une journée donc le but il
est de changer tous les jours
le troupeau de place pourquoi et bien
pour que la une fois que le troupeau est
passé brouter l'herbe je change de
parcelles et je pénalise pas la repousse
de l'herbe au bout de trois jours j'ai
l'herbe qui commencent à repousser aimé
mes bêtes et si je laisse en permanence
sur la même parcelle et vont constamment
rebrousser la jeune pousse
et à chaque fois qu'il ya quelques
petits centimètres qui repousse assez
rapidement j'ai le trouble la brebis qui
passe et qui le mange
hélas la plante elle s'épuise et on
n'obtient pas du tout des performances
au niveau gestion du pâturage donc tout
mon parcellaire et découpé en un demi
hectare pour desservir toutes ces
partial là et pour ça ils correctement
jeu mais j'ai un couloir
j'ai plusieurs couloirs dans la
propriété et à chaque
emplacement de la parcelle bien sûr une
porte plus accéder donc le le gros du
travail au quotidien c'est de déplacer
le troupeau j'ouvre la barrière
le troupeau est habitué et ils changent
de côté bon en ce moment un hiver c'est
un petit peu critiques chez les est
complétée avec du foin parce que mon
gilet parcellaires mais que je n'ai
toujours pas réussi à diviser et mon
système est encore en période de
croisière je suis pas à son optimum doux
d'où le besoin de compléter un peu en
hiver j'ai je vais avoir besoin de
compléter environ peut-être un mois sur
sur cette année il faut dire qu on a
aussi eu des conditions d'été sèche un
automne qui n'a pas fini et donc la
pousse de l'herbe a été pénalisé sur sur
la période d'automne et j'étais embêté
j'ai je manque peut être un petit peu de
ressources fourragères et je voudrais
tenir jusqu'au jusqu'au mois de mars je
sais que ça va repousser donc je je suis
assez confiant quand même cette année
avec avec le système
alors pour que ça réussisse correctement
je te les montrer aussi j'ai tout un
réseau d'eau toutes les parcelles sont
desservies par par l'eau potable chez
ces lots d'oeufs de la ville on a une
prise dans chaque dans chaque parcelle
et je déplace l'abreuvoir la prise elle
peut comme unique sur aller en bordure
du de la clôture donc elle permet de
desservir deux parcelles une une de
chaque côté
donc ici on est sur des prairies
prairies permanentes et tout ce qui est
culture
sur le plateau la ici c'est comme du du
coteau donc on peut c'est pas du tout
les cas lisible on a développé d'autres
types de pâturage je suis sûr des semis
de plantes un chicorée trèfle blanc
trèfle violet alors je suis sûr en
plante on est aux environs de 4 à 4 à 5
kg je mets à peu près la même chose en
chicorée et trèfle blanc de kilos et
trèfle violet en aux environs de 3 3 4
kg et illuminant chez qui ça s'équilibre
après je sais mais ça aussi
indifféremment entre l'automne ou au
printemps et j'aurais voulu en faire pas
mal cet automne et les conditions non
non pas ne m'ont pas permis de de
pouvoir réussir
j'avais trop peur de louper le semis
donc ça va être reportée au printemps
tous que tout ce que je fais en ce
moment c'est alors ce type de deux prix
d'une prairie temporaire l'avantagent
c'est de ne rien on apporte rien quoi ça
se à ça ce pilote uniquement avec le
pourcentage de trèfle qui est qui est à
l'intérieur et qui va m'apporter la zot
système à mesure que le plus que le
troupeau
c'est une équipe complètement pâturer et
bien les déjections retomber lorsqu'il
me mange très fins et ce qu'ils
m'apportent la fatiha sur l'azoté donc
sur mon pass salaires je n'apporte
absolument rien d'autre que la semence
qui était fait
donc on a un système hyper économique en
intrants l'autre avantage de ce système
là et bien
un faible besoin en mécanisation
puisqu'une fois qu'on a semé
eh bien je n'ai rien d'autre à faire le
but est d'arriver à ne pas faire du tout
de stock de fourrage la rotation des
parcelles
elle est au printemps on est aux
environs d'une
à grosso modo toutes les trois semaines
on revient dessus trois semaines voire
vont des fois on est un petit peu moins
un peu moins tout dépend de la pousse
que l'on a et en été on va s'allonger
mais bon moi mon système est un peu
faussé puisque en été j'ai une majorité
du troupeau qui est parti à la montagne
et après bien en hiver là on est en
train de faire racler les les bêtes au
maximum sachant que là je suis sur une
fissure passer ici ça fait au moins un
mois et demi quand connectés par revenu
sur ses soutiens pas celle à quoi donc
il ya toute une partie des études à
réaliser pour avoir un nombre de
parcelles suffisant au printemps et un
nombre de parcelles si suffisant en
hiver ou en été pour fonctionner je
commencerai par la chicorée
c'est une plante qui résiste très bien à
la sécheresse et qui pousse spontanément
un peu sur le dans nos coteaux on la
rencontre assez facilement
j'ai des prairies où elle pousse
naturellement et set par set
cette plante je l'apprécié aussi parce
qu'on est assez envahi dès demain si les
mains si ça ressemble un pissenlit avec
des feuilles
qui accroche un peu et je m'aperçois que
ce cette plante elle est vraiment très
et elle supporte très bien les la
climatologie qui changea supporte très
bien le sec et la chicorée est tout à
fait dans ce même
elle très concurrentiel avec cette
plante là elle démarre plus rapidement
que de l'ailm ainsi et je vois que les
parcelles où j'avais pas mal dès demain
si j'ai mis de la chicorée
j'arrive à maîtriser
cette plante la bombe bien que les mains
si les moutons il a mangé un peu mais
c'est quand même à mon avis nettement
moins au niveau là la valeur
gastronomique est beaucoup moins
importante que que sur de la chicorée
cette plante book y compris comme le
plantain et sonder des plantes qui sont
assez riche en tanins et qui aurait le
pouvoir de pouls de un côté anti par
hésitant de pouvoir limiter un peu le
l'infestation de en parasite mais cette
infestation là je la limite aussi le
fait que je suis sûre du pâturage
tournant j'ai pas les bêtes qui sont
constamment sur la parcelle
donc on arrive à descendre le taux de
parasitisme
j'avoue qu'on a quand même encore
quelques petits quelques petits soucis
parce que
je ne suis pas encore tout à fait au
point sur l'oeil il ya des moments où je
manque un peu de fois je vous les bêtes
sont restés peut-être un peu trop
longtemps sur la parcelle
ensuite j'avais peur avec les trèfles le
côté mais théorisant eh ben j'ai lâché
dès les bêtes dans des parcelles où
j'avais l'impression qu'il y avait que
du trèfle est un peu de notre ère et là
dessus j'ai eu aucun souci aucun souci
maintenant je suis assez confiant de
lier lâché le troupeau dans des
légumineuses
avec bien sûr un pourcentage d'autres
plantes dedans je vois que ça
s'équilibre correctement il n'y a pas de
jets pas d'incidence
non c'est la semence que qu'on achète
bon c'est assez onéreux le kg 2
de plantain est de l'ordre de
12 à 13 euros et la chicorée à peu près
pareil à un euro près en est dans ce
domaine
donc ça j'ai gelé à acheter et c'est
vrai que cette année bon j'ai réussi à
en moi ce n'est une petite partie on
n'est pas sur des gros rendement mais
bon vu la valeur quand on récolte une
centaine de kilos de de chaque chaque
espèce
on est on est assez content donc là ça
neigeux ce que je verse mais eh bien
c'est ce que je vais avoir récolté moi
même avec un souci c'est que je pénètre
pas pouvoir maîtriser parfaitement les
différents dosages
parce que trier des graines de trèfle
ensemble du blanc et du violet on est à
peu près pareil mêmes ont séjourné sur
de la toute petite graine et je suis pas
suffisamment équipés après pour trier
mais bon je verse mais ce que j'ai ce
que je me suis moissonner 1 au printemps
je ressens comme ça j'ai une partie de
prairies où j'ai sur semer et là bas
j'ai tout simplement sur semer à la
volée et ensuite on va à la volée avec
un 2ème derrière le quad et ensuite je
passe un rouleau de le rôle occulte ipa
caire bon après là ça fonctionne ça le
taux de réussite est déterminé par la
pluviométrie qu'on va avoir
derrière il ya des fois où il s'est
attribué un passé puis l'autre fois où
je pense tout à pousser derrière et il a
tout ce que je verrai implanté au
printemps je vais aujourd'hui c'est un
cd méteil que j'ai installer mes moutons
vont me manger les méteil et là je vais
faire une
une un semis traditionnel je vais on va
passer un coup de fraises pour pour
finir de détruire le couvert une fois
qu'il sera bien manger par les moutons
et un semi ce mois en ligne et un coup
de rouleau derrière enfin quand j ce
mois en ligne avec un semoir à céréales
et là je fais tomber j'enlève tout le
tous les rayons et je tombe ça plombe un
peu comme à la volée quoi sur de deux
mètres cinquante que va faire la largeur
de la caisse et sage envisage de faire
ça ici le sec nous prend il faut que
j'arrive à ce pc au mois d'avril
si je sème ça me met
je vais être obligé de s'il pleut pas
correctement de de soutenir et de faire
développer mon couvert avec de
l'irrigation est jeune et j'ai pas la
ressource en eau suffisante pour pouvoir
faire un intégralité quoi donc l'ac
thann et je pense qu'on va faire tout ce
que je veux continuer refaire en prairie
je vais le faire à moi de vers le 15
avril les couverts seront repas n'a pas
trop développées mais bon les moutons
vont aller manger quand même c'est pas
un souci donc au 15 avril je veux que
tout soit ce mais bon tous dépendent des
conditions météo parce que nos terres
argileuses il faut qu'elle soit
parfaitement ressuyé pour pouvoir
intervenir un termine au dessus je
m'aperçois que dans mes terres à fort
potentiel d'argile - je les travaille et
et mieux ça va donc je reprends un peu
l'historique que devait de nos anciens
dans tous ces coteaux là j'ai su
persuader que cette bête que que de la
prairie et on a démonté ça lorsqu'il ya
vu deux avec la mécanisation qui s'est
développée
mais je reviens à ses fondamentaux ces
terres argileuses elles sont elles
seront bien mieux avec un bond à revenir
en prairies et quand la nature aura bien
fait les choses
tout seul parce que je vois que c'est
elle qui travaille pour le mieux
peut-être que j'ai envisagerait de
refaire quelques
de revenir un peu sur de la grande
culture un peu plus peut-être quelques
quelques années de céréales mais là je
suis fermement décidés à rester sur deux
sur delà de la prairie pendant un bon
bout de temps pour refaire la structure
je le vois bien et j'ai un petit morceau
que j'ai que j'ai voulu re démonter
parce que j'avais été envahi par deux
les mains si ça eu un historique
prairies et derrière bah y'a pas de
secret derrière une prix ça fonctionne
correctement
donc ça me je suis convaincu de rester
sur cette technique alors rations
alimentaires et bien à chaque fois quand
j'ai des stagiaires qui viennent
ils me posent cette question là
allez assez simple puisque c'est
uniquement de l'herbe je n'ai que de
l'herbe
le but c'est qu'il puisse s'ingérer aux
environs de 2 kg de matière sèche par
jour avec des besoins un peu plus
important bien sûr quand les brebis ont
annulé et ses skieurs qui me poussa le
système de pâturage tournant en mouton
fonctionne pareil on va recopier ce que
fait la nature le dans la le gibier là
comme le chevreuil le cerf la mise bas
se font au printemps et six assauts au
printemps c'est pour une raison bien
valable c'est que les besoins de ces
animaux là sont importants en empruntant
et qui correspond tout simplement à la
pousse de l'herbe
donc moi je suis sur un système
d'agnelage au printemps lutte à
l'automne quand mais quand je redescende
de la montagne on redescend fin
septembre ou début octobre
je mets mes bélier en lutte les béliers
sont censés rester un mois voire un mois
et demi cette année chez ces deux mois
chez quelques agnel un jeu un fort
pourcentage à n'y est donc je vois que
qu'elles prennent et pour avoir des
naissances qui vont commencer début mars
et qui correspond à la pousse de l'herbe
et le but est baissé de sortir des
agneaux uniquement à l'erl g ça va faire
la deuxième année pour quand même
amélioré ma la conformation de mes
agneaux tarasconnais patatras le
questionner compas un gigot bien
bien épaisse et les bêtes fait pour
aller à la montagne c'est pas de la
corpulence des des races anglaise donc
j'ai mis depuis deux ans j'ai des
béliers suffolk est débile et excel qui
rapporte la capable de la conformation
de la conformation et qui aussi ce sont
des béliers qui tue typé herbager 1
je me suis aperçu que l'an dernier en
est bien j'ai réussi à sortir le but
c'est d'avoir des agneaux qui sont
environ 35 40 kg au moment de la
commercialisation et mes premiers
agneaux
on réussit à voir ce poids là
et bien dans l'été à bout de
de 2,5 mois cinq mois uniquement à
l'herbe aucune complémentation je me
refuse d'avoir les nourrisseurs
d'ailleurs j'ai été tous revendu il n'ya
pas longtemps les nourrisseurs pour pour
compléter et je suis assez satisfait
d'eux
bah des performances que j'ai eue l'an
dernier mais c'est la première fois où
je sortais des agneaux en cinq mois
uniquement l'herbe alors ma
commercialisation après essentiellement
et bien
l'aïd l'aïd c'est le marché maghrébin
avec l'inconvénient de suivre cette
cette fête c'est une fête musulmane qui
avance de aux environs de 13 jours tous
les ans et qui nous obligent c'est pas
une date fixe donc
là on était au mois d'août on va arriver
cette année
peut-être mois de juillet et je risque
de de coincer un peu à un moment où je
vais plus pouvoir satisfaire ce marché
là donc c'est aussi dans cette optique
là que je suis est parti sur un des
races un peu plus bouché ans
au niveau de mes bélier pour apporter la
confirmation est ensuite commercialisées
jeu ce sera ma première année ces années
où je vais commercialisé circuit plus
traditionnels par je ne sais pas quelle
structure une coopérative ou autre je ne
serai plus en vente directe pour une
partie de mon troupeau quoi de mévente
alors quand je parle vente directe c'est
les animaux les la vente aux acquis
antenne maghrébine
ils partent avec l'animal vivant donc
c'est ce cas plus simple et jeux pour
une partie j'ai un petit marché un petit
débouché de devant tant en caissettes
j'emmène
les agneaux à l'abattoir de villeneuve
et j'ai la chance d'avoir
à un prestataire de services à une
dizaine de kilomètres du côté de un peu
plus bas vers à montpezat et qui me mais
qui fait tout en caissettes et en plus
je revends ça donc
mais c'est pas le gros mon marché un jeu
je cherche patron peut non plus être
développé ça avant d'inscrire cutter
j'étais commercial
j'en avais marre de ce métier de
commercial et j'ai pas trop envie de
redevenir de commercial c'est parce
c'est pas mon point fort je préfère me
concentrer sur la sur la production sur
la l'activité de delver de berger que
que développer le commerce à à la
réforme la réforme est bien gardé encore
hier les performances de mon troupeau
j'ai quand même des bêtes je crois que
j'ai quelques bêtes qui ont passé les
dix ans et ça s'est pas fait c'est
plutôt aux performances et à niveau là
il faudrait que je puisse arriver à
avoir une moyenne d'âge des troupeaux de
hyde de 6 ans maximum de 6 ans maximum
mais c'est vrai qu'avec le pastoralisme
on est un peu on est attaché à nos bêtes
qui vont à la montagne j'en ai quelques
usines qui connaissent bien le la
montagne et ça me gêne de balsa prennent
impôts aux plus jeunes un peu le circuit
puis en tant qu'éleveur on aime nos
bêtes donc on n'aime pas trop non plus
de les emmener à la réforme c'est pas
sait pas ce qui nous plaît le plus sûr
des brebis mais
bon va falloir comme je sois un peu plus
un peu moins sentimental je commence à
avoir un troupeau de 250 bêtes donc je
veux pas grandie gbago à grandir
beaucoup plus sain je vais arriver dans
les 300 donc me falloir un moment que je
réforme l'agnelage je le mets et bien je
mets à mais agnel qui naissent au mois
de mars
j'en ai une grosse partie qui arrive à
prendre le bélier à la lutte au mois de
au mois d'octobre les plus grosses
celles qui ont atteint d'au moins 60 %
de leur poids d'un adulte
elle arrive à apprendre apprendre le
bélier et puis les plus petites et
bellérophon un an de plus à je suis pas
assez assez vu peut-être performance sur
le sol renouvellement niveau de mes 2
mai à nielles ce que je même celles qui
n'ont pas pris la première année je leur
laisse une chance la deuxième année et
en plus beau après je commence à avoir
un peut-être un petit le fait d'avoir
introduit des béliers d'une autre race
je commence à voir des agnelles qui sont
plus qu'ils sont plus typé dans la race
et je vais avoir peut-être un souci
parce que à la montagne ces deux comme
le but c'est de monter des bêtes qui
sont habitués à la montagne une race
qui correspond parfaitement que la
questionner si le si je monte avec des
bêtes trop conforme et la montagne monde
comme jusqu'à 2500 m j'ai des chances
d'avoir un pourcentage de perte plus
important donc l'idée quand même de
garder une partie du troupeau en race
pure
je fais partie d'un d'un j2ee ou on se
réunit plusieurs fois parra parents ont
fait la visite de chaque chaque
structure et on est bonne aussi bien des
éleveurs de moutons que des éleveurs de
vaches au sein de cette structure
ben on n'y apprend pas mal de choses
quand même notamment toute cette
technique de gestion du pâturage qui
était relativement équité et la base de
ces systèmes
on a vu aussi les périodes de c'est avec
ces gens-là qu'on a pu voir le découpage
des des parcelles
parce que comme toute une partie à pau
comme géniteur pourquoi les le demi
hectare qui correspondent vraiment à la
ration de mes bêtes est bon je ne suis
pas complètement figé non plus sur un
demi-hectare si il me faut il ya des
fois où je vais à voir si la piste n'a
pas été suffisante et bien
à mi journée si le tout est dans tout et
dévoré dans la parcelle
je vais remettre je vais apporter une
parcelle supplémentaire
il ya un point important aussi c'est
quand dans nos terrains argileux à steve
blake et quand on discute avec les
copains il me dit mais c'est pas
possible en affaires le terrain porte
pas comment il peut faire pour pour
laisser les bêtes dehors et bien le fait
de changer tous les jours même en pas de
pluie on évite ce petit moment et 7
cette dégradation des de la structure ça
m'est arrivé comme l'an dernier d'un de
un endroit où elle m'avait échappé sont
revenus sur cette parcelle sur la
barrière le temps que j'ai réparé si on
passe une voix et s'était complètement
défoncée j'ai même pris un peu pitié je
les enverrai une autre parcelle et elles
revenaient tous les jours as plus de
traverser pour revenir sur mon niveau
quoi je les mettais dans les bois et je
me suis aperçu quand même que cette
parcelle qui avait été pas mal détruite
où on voit on voyait que de la boue et
bien trois semaines après quand l'herbe
à poux cgt surpris le carré était
parfaitement vert donc le problème du de
passer l'hiver sur des parcelles où on
tient pas suffisamment on a peur ça
tienne pas je pense qu'il faut il faut
se lancer un c'est pas cette crainte
elle se soulève
elle s'enlève assez rapidement on a des
mets sur des terrains argileux qui ne
porte pas trop on arrive à faire du
pâturage tournant y compris en hiver
là dessus je n'insiste bien ce que c'est
là quand j'en parlais les des voisins
mais c'est la loi
le premier souci mais comment tu fais
pour l'hiver laisser les bêtes dehors et
je pense qu'il ya encore trois ans
j'avais une partie du troupeau qui était
en bergerie et je ne me voyais pas
autrement que d'avoir des bêtes re
rentrer dans la bergerie ce côté
agréable d'être en contact assez proche
avec les bêtes
et puis les années passent un peu je
m'aperçois qu'on est peut-être un peu
moins courageux donc apprendre à
apporter la boule de foin pour aller
distribuer
ça m'a passé rapidement et joue avec mes
bêtes dehors on voit qu'elle se porte
bien et je pense qu'il ne faut pas
confondre le
le confort de l'éleveur et le confort
des animaux
les animaux sont faits pour être dehors
et même quand il pleut ça leur pose pas
un grand problème il ils vont rapidement
on peut parler aussi un petit peu de des
différents accompagnements différentes
formations que j'ai auquel j'assiste
jusqu'il ya encore deux ans j'allais
régulièrement à des formations et puis à
force d'aller des formations s'aperçoit
que
j'ai pas la prétention de tout savoir
mais des formations un peu innovatrices
j'ai l'impression d'avoir fait un peu le
tour donc je choisis maintenant vraiment
des termes bien bien pointues
les dernières formations je suis allée
que tu es un peu innovatrices qui m'ont
apporté des choses intéressantes c'était
sur la bioélectronique ça me permet bon
jeu l'appli que j'ai je m'efforce de
l'appliquer un peu au quotidien cette
cette formation cette technique qui nous
permet de comprendre quand même pas mal
de chose de vivant jeu quand j'évoque ça
j'en parle aussi à mes enfants c'est le
carré est ce que est ce qu'aujourd'hui
on est dans le bon car et lorsqu'on
pratique quelque chose quoi et je veux
me reposer la question est comment est
ce que tu es ce que tu es aussi dans le
bon car et ça et en matière de deux
personnes dans toutes ces formations je
pense que il ya un tri à faire aussi
il ya pas mal de gens qui sont là pour
eh ben tu es un peu des marchands de
rêves et lorsqu'on essaie d'appliquer
mais c'est déjà un peu aussi qui vont
vous dire une bonne comme on dit
couramment sur le papier tout fonctionne
et lorsque l'on veut et on essaie ces
techniques là je vois simple c'est le
principe du du bio on est comme à ses
nombreux avoir essayé le semis direct en
bio on en parlait tout à l'heure et bon
nombre on est tous ceux revenus à est
obligé de grattouiller un peu parce que
le semis direct en bio il nous manque
encore des
et il nous manque encore des éléments il
ya des choses qui ne sont pas qu'ils
sont pas tout à fait au point et a
commencé au début de présentation je
parlais de mon taux de matière organique
et je pense qu'avec un taux de matière
organique de 1,4 ou 1,5 et peut-être
même moins commencer par les semis
direct c'est c'est pas raisonnable je
pense que quand on parlait en veut
envisager semis direct dans ce genre de
terre et bien c'est vouloir
m les doubles rideaux dans la maison
alors que les fondations sont ne sont
pas ne sont pas là quoi donc c'est pour
ça aussi que je suis revenu à des
fondamentaux on va passer par un bon
cycle de prairies essayer de remonter en
matière organique pour pour envisager de
faire autre chose par la suite et dansez
dansez formation je pense qu'il ya les
bons et on stagne jeu j'ai l'impression
que pour l'instant on se targue un peu
on est tous dans le même temps deux dans
les groupes où je suis allé on se
cherche un peu toulouse à grenoble à
nous ont apporté un peu haut
un camp de base j'aurais peut extrapoler
on est on est à la recherche un peu de
lecture de deux ans aux deux montées à
l'everest et je pense qu'on ait beaucoup
au pied l'everest
tout le monde nous a apporté là on n'est
déjà pas mal pas mal aux on est le les
vrais seins ces minettes
on est peut-être allez on va s'arrêter
on est à 3 4 mm et on a encore un bon
bout de chemin à faire et les gens pour
nous accompagner à monter jusqu'en haut
je pense qu'ils
il va falloir faire de faire preuve
d'innovation quoi il ya certainement des
possibilités mais il ya enfin faire
preuve d'innovation pour pouvoir monter
un peu plus haut que le comportement de
ces animaux on le voit aussi à la
montagne à le fait d'aller en
transhumance 1 j'ai pas mal appris sur
le comportement des des moutons qui sont
bas al'inverse d'être comme ici sont
parqués sur un demi-hectare et quand ils
sont à la montagne ils ont deux mille
hectares à eux tout seuls c'est vrai
quand ils redescendent
ils sont un peu ils sont un peu
salle et ses relais change et on voit le
circuit qu'ils font bon c'est vrai que
le berger les oriente plus ou moins à la
montagne mais après elles sont libres et
il ya il ya des temps de repos à
respecter sur ces animaux et à la
montagne en aura pas à déplacer un
troupeau en plein début d'après midi au
soleil
elles font la sieste elles sont un peu
elles sont tranquilles donc là ils ont
dû bien ruminer et le partage ouais
c'est le 6ème boîte un peu je me suis
aperçu que ça dans nos terrains argileux
je pensais j'ai de la montagne en a on
ramène un peu de pépins mais ici c'est
l'argile qui vient se bloquer entre les
onglons et quand ça sèche ça les
irritants et j'avais peur en étant en
plein air intégral en permanence d'avoir
une explosion du piétin et bien au
contraire je pense que j'ai limité l'an
dernier
sortie d'hiver j'ai pas une seule bête
qui avait du crétin alors qu'elle a
montré qu'en bergerie quand je sortais
j'avais toujours quelques bêtes qui
avait cabine du piétin les jeunes jeu
des parasites quand même
au moins une fois j'avais l'habitude de
me faire attraper vers le vert le mois
de juin une explosion du parasitisme en
partie ce qu on a essentiellement ici
ces deux-là destroy et celui de l'opic
du mois de juin j'ai belge d'anticiper
cette année j'ai tout simplement des
parasites et le fait d'être en bio
j'avais tendance à ne pas nous faire
confiance un peu à la nature de me dire
bon
ce sera les plus résistantes qui vont et
qui vont rester mais depuis deux ans
j'ai eu peut-être un petit peu trop de
casse et maintenant je des parasites
cité du mur en jeu des parasites au
moins une fois au mois de juin et
ensuite je re des parasites
le troupeau quand il quand ils
redescendent de la montagne je le
déparasitage barazite y compris les
mères les maires j'ai des parasites une
fois avant de monter la montagne et une
fois en descendant de la montagne est
bâchée un peu de comme j'étais là il y
en ait dans l'ain secteur ours donc on a
un peu de prédation
cette année j'ai pas eu grand chose en
prédation sur 150 bêtes que j'ai monté
j'en ai perdu que 2 l'an dernier sur 220
que j'avais monté j'ai voulu monter
quelques animaux un peu trop jeune
j'avais pas écouté spécialement les
conseils des éleveurs deux habitués à la
montagne qui m'ont dit nantais c'est
trop jeune et là j'en avais perdu oui
pratiquement 10% que tin qui est
important mais si t'es pas spécialement
que du hard et s'attaquent eux de l'ours
à la montagne quand on a une attaque et
bien quand on retrouve là la bête on on
appelle un service d'experts des gens
qui m'ont des habilités par les services
de l'état et qui viennent identifier le
cadavre et c'est des gens qui sont
parfaitement habitué même un cadavre ou
on retrouve que la peau et les os ils
savent savoir aussi c'est l'ourse qui
est intervenu il ya des griffes les des
marques de griffes sur le sur la peau
donc il retrouve facilement et à la
montagne
bah il ya bien sûr l'ours qui va nous
les manger puis dire qu'il ya de la
perte ça se recycle vous avez les
vautours et j'ai pu assister aller à un
troupeau de ses pas il y avait peut-être
20 30 vautours sur une bête qui était
morte que les vautours avait retrouvé en
à peu près un quart d'heure il n'y a
plus rien il ya plus rien il n'y a rien
dans les dents les vautours les plus
jeunes rester derrière et les morceaux
qui sont consommés en premier
nous quand on voit un gigot qu'on
consomme en un premier et e rien du tout
un nouveau tour ce qui lui plaît lui
c'est les morceaux nobles ces laiteries
pas tout ce qui est partie tripes c'est
ce qui part en premier et après ils
finissent et quand le vautour est passé
les eaux sont impeccables vous avez
l'impression de ressortir un rôti est
due à un pot-au-feu quoi tout est
parfaitement nettoyée il ya plus rien
ouais si on peut reprendre les
différents points je suis donc agnelages
agnelages de printemps au mois de mars
vente des premiers agneau au bout de 5 1
5 6 mois à peu près on va commencer à
vendre des premiers agneaux les
traînards vont aller un petit peu
jusqu'au mois de juin
prestement enfin en fin d'année je n'ai
encore quelques-uns qui vont des
traînards le troupeau samba la montagne
début juin
l'ensemble des maires castillonnaise
s'en va à la montagne début juin il
redescend au mois de juillet car pour
moi non plus au mois de
fin septembre redescend donc elle passe
pratiquement quatre mois à la montagne
redescente jeu mais les béliers je mets
les béliers à peu près pendant deux mois
dans le
dans le troupeau et et on retourne sur
sur le site là donc je suis et pendant
toute cette période là mon troupeau est
constamment en train de manger de
l'herbe
le but il a mangé de l'herbe
donc j'ai un coût de production j'ai
parlé chiffres précis à vous communiquer
mais
le coût de production il est une fois
que j'ai mes charges sur sur la partie
élevage
c'est
semis de
semis de prairies qu'on essaie moi mes
premières prairies que géant plantain
chico raison quatre ans et je vois qu
elles sont bien gérées elles y sont
encore elles sont toujours présente donc
une implantation on est à peu près sur
200 euros de d'implantation je pense en
semences bon qui est un coût non
négligeable mais bon si on divise sa
déjà géré pendant que ça fait quatre ans
que j'ai avec ou 5 ans donc on est c'est
assez raisonnable aux niçois de
fertilisation c'est zéro le gros poste
en investissement ça a été de mettre les
clôtures et là au niveau des clôtures
j'ai évolué un petit peu j'ai une grosse
partie qui est bété tout en un avec le
pourtour en électrique et que je suis en
train de changer parce que
les nouvelles parcelles je vais mettre
de lure sus un grillage un grillage
traditionnel périphérie des parcelles et
le milieu je vais leur divisée en en
électrique 1 parce que en électrique je
m'aperçois c'est quand même pas une
culture étanche le troupeau apeuré il
est capable de traverser y compris là
les clôtures et ricky souvent quatre
fils sur les extérieurs
j'ai déjà vu des bêtes passer à travers
donc un grillage je vais rester sûr je
suis à peu près sûr que je le troupeau
kibaki ne va pas boucher qui m'a pas
sortir l'installation est bien de jeunes
on n'en voit pas ici de si on en voit un
peu sur le côté là bas
les pics et je suis piquée piqué fibre
de verre installé de la couture et rixes
et une partie de plaisir
je suis en piqué fibre de verre les à
chaque angle je mets un poteau un poteau
bois un piquet bois et je relis les jeux
faits les ddd tronçon avec à chaque fois
je mets à peu près tous les dix mètres
ouais une époque on mettait un peu plus
de l'épique et fibre de verre on
émettait presque jusque 20 mètres mais
maintenant je suis revenu a dit m
s'impliquait qui est flexible et à
installer on est vraiment sur des c'est
rapide c'est rapide installé ces
pratiques si je par mégarde on arrive à
casser un piqué ça se remplace
facilement
moi je fais la maintenance de demain
clôture on passe avec le quad est avec
eux genot cloche pour enfoncer les
piquer j'ai toujours une pince pour
sceller clip acier que j'ai reçus pour
remettre des clips l'entretien de ces
clôtures là c'est vrai que
au printemps quand il ya l'herbe se
pousse un peu rapidement
je suis obligé souvent quand même de
passer un coup de
un coup débroussailleuse dessous là où
j'ai les prairies tous mes prairie
perles temporaire plantain chicorée j'ai
le troupeau qui vient bien manger sans
problème sous le fil donc capable de
nettoyer mais j'ai d'autres prairies
entre et naturels ou de soulager
quelques ronds ce qui pousse j'ai j'ai
d'autres herbes et les brebis ne vont
pas le manger je m'aperçois que tout
doucement l'herbe arrive à gagner à
envahir un peu sous le sous la clôture
et je perds à voltage dans clash est
obligé d'intervenir je passe avec une
des brosseuses allez je vais passer je
vais passer trois fois la
débroussailleuse dans l'année sur une
partie de
du parcellaire et je veille comme à
avoir en permanence un voltage à 6 aux
environs de sept à huit mille volts sur
sur les clôtures parce que mes bêtes qui
sont habitués à la montagne cd grimpeuse
et si je
si je laisse pas le courant dans la
clôture je vois qu'elle passe elle passe
rapidement et il me faut quand même un
bon voltage
dedans pour les garder sinon les elle va
passer
bon il ya toujours la bête en ce moment
j'en ai quelques unes que je piste dès
ce qu'on appelle des sauteuses vous
pouvez faire ce que vous voulez sont
capables de passer par-dessus d'ursus
par dessus une clôture électrique de je
me souviens quand j'avais les bêtes en
prairie dans bergerie pour les protéger
j'avais un touriste heures avec les
agneaux qui passe est une barrière il a
fait une montée à plus d'un mètre
cinquante j'avais toujours une brebis tu
es capable de passer au dessus d'un
médecin quentin donc au niveau clôture
c'est le gros point d'investissement sûr
sur cette technique de gestion de
pâturages au niveau tant de travaux une
fois que le système est installé qu'on a
vous avez une fée vos clôture le temps
que je consacre à la partie à la partie
élevage et et moins d'un jeu que je
passe mon moins d'une heure par jour à
mon élevage
je passe plus de temps à pratiquement
surveillance que kankan intervention je
n'ai pas ce souci permanent des
d'apporter une boule de foin g c'est un
système qui est quand même souple qui
laisse du temps pour faire autre chose
annoncée les chiens là il apporte là
dessus je caresse ses iris et la chaîne
ils sont là j'essaie moutons ces chiens
là uniquement pour la montagne
il n'apporte rien au quotidien dans la
quand je suis sur la ferme ici oui ils
vont empêcher qu'il ya un renard qui va
s'en approcher éventuellement et non je
n'ai pas de budget pas le chien errant
j'ai pas de prédation mais c'est vrai
que depuis que je n'ai pas tout et les
clôtures électrifiées en permanence j'ai
mes copains et voisins chasseurs qui
sont pas trop content parce qu'ils
peuvent plus venir chasser sur la
propriété quoi parce que là avec ce avec
le pas tout il n'est pas question de
qu'un intrus rentrer dans le parc un nom
après j'ai eu des border pour la
manipulation du troupeau mais ça se le
patou lui la loi ils se promènent sans
problème à travers le troupeau il n'a
absolument pas le même rôle que peut
avoir un border alors blâmé chiens n'ont
absoluement des patous n'ont aucune
autorité sur les sur les moutons alors
je vous apprends quelque chose
la grande différence entre ces chiens
qui sont des chiens de protection des
troupeaux et les autres c'est que ce
type de chien
il a les oreilles qui tombe donc ce
chien là il ne ressemble pas un
prédateur vis-à-vis d'un lyrisme entre
antibes et deux oreilles il ressemble
pas du tout un prédateur
aux yeux d'un mouton quoi bon il a fallu
comme adapté enfin que le troupeau
s'adapta au pathos c'est elle qui a fait
le boulot au début parce que vous mettez
quand même à un prédateur avec un une
proie
il faut que tout le monde cohabite donc
le plus dur vous pouvez pas mettre un
patou dans un un troupeau qui n'est pas
habitué parce que le troupeau qu'est ce
qu'il fait il s'en va trop loin c'est la
réaction normale donc là maintenant j'ai
une mesure que j'en suis j'en ai fait
d'autres pas tout c'est elle qui a fait
le plus gros du travail
si j'apporte un autre pas tout on le
chien les moutons vont bouger un petit
peu mais ils ont envie de comprendre que
c'est un pas tout il n'y a pas de danger
à ce que ce chien évolue à l'intérieur
non non parce que la montagne là moi
j'ai deux cent cinquante bêtes gens
montrent une entre 150 et 200 à la
montagne et après la montagne on
regroupe on est à peu près à
entre 800 et 1000 brebis donc il faut il
en faut plusieurs des chiens même deux
chiens c'est presque limites quand parce
que quand il ya l'ours va pas aider les
chiens sont sollicités en permanence un
toutes les nuits je veux pas dire qu'il
ya l'ours qui passe tous les jours mais
c'est des chiens qui sont en éveil en
permanence la nuit et qui la journée se
repose
le principal travail du patou c'est vrai
c'est la nuit même jour à la maison
lsr de vigiles elle tourne autour c'est
la nuit cinq actifs
eh bien je vais peut-être me répéter un
peu mais je dans nos terres argileuses
qui sont qui pour moi sont celles à
cagnes c'est la qualité des terres où on
va bouffer du fuel à aller travailler
c'est les terres à laisser tranquilles
et les laisser tranquilles c'est une
chose mais bon je suis à huit heures
j'ai besoin de tirer un revenu de mon
travail
est ce que j'ai trouvé le mieux qui
correspond tout à fait à ma passion
c'est de mettre un troupeau et et détend
donc troupeau et je vais t'en très
riches qui vont devenir des prairies
permanentes
donc ce souci qui était qui pour moi
comme un réel problème de travailler le
sol maintenant je vais tout en prairie
j'ai pu ce problème on peut se promener
dans les terres
là ça fait quelques jours qu'il n'a pas
plu ça va mais ici la terre est vraiment
amoureuse donc si vous promener dans les
champs vous venez qu'une grosse motte de
terre tout autour donc là le fait des
temps prairies permanentes pour laisser
terrasser le je pense que c'est ce qu'il
ya pour moi c'est ce qu'il ya de mieux
et je suis convaincu qu'on va remonter
les taux de matière organique par cette
part se bile à améliorer la structure et
je pense qu'il n'y a pas mieux qu'une
prairie pour y arriver
c'est un système simple c'est à la
portée de tout le monde
je pense qu'une ou un travail sur soi
même à faire parce que ça paraît
tellement beau qu'on pense que c'est
passé par elisa pratiquement mois ci on
va voir les voisins un peu plus loin au
nord du département qui sont encore un
peu plus avancée que moi dans la
technique
ils sont non il y tourne et c'est ça qui
est viable et qui est transposable un
peu un peu chez tout le monde
implanter un élevage un élevage de
moutons
ben je sais pas je serais même tendance
à dire pour celui qui veut s'installer
un jeune
bon c'est vrai qu'il ya comme toujours
la charge du foncier mais investissement
ce serait à refaire j'aurais
l'investissement et tout le troupeau
dans un chien un quad des clôtures avec
un bon poste de culture et on a fait le
tour quoi on n'est pas obligé d'europe
de passer par la case bâtiment qui vous
en met pour quelques dizaines de
milliers d'euros si c'est pas avec un
zéro de plus je pense est une approche
différente et et on a quand même
l'habitude de même quand un bon mois
chez la cinquantaine passée lorsque j'ai
fait mes études
on nous apprenait à rentrer dans un
système je pense à tout simplement est
bon quand on est on a à peine 20 ans
mais on sait on sait ce guide est un
c'est un peu je pense qu'aujourd'hui il
ya plus de possibilité qu'à mon époque
quand où c'était le plein boom dans les
années quand j'ai fait mes études dans
les années 80 c'était le plein essor de
la chimie n'y a pas tout tout allait
bien on parlait pas de résistance aux
maladies on parlait de nos produits on
parlait pas de résistance aux herbicides
eux ça allait bien quoi mais on n'avait
pas de problème de matières organiques
c'était c'était bon j'ai à l'époque
j'étais pas agriculteur mais mais je
pense que quand même on a les problèmes
tout doucement
ce sont un petit pourcentage c'est un
peu comme les intérêts quand on passe de
l'argent quand tout petit petit petit
petit en nombre
ça fait ça fait boule de neige et ça
coince et je pense qu'ici dans nos
terres argileuses je reviens à ça avec
un pour cent de matières organiques et b
et bien ce à quoi s'est correctement
quoi ce endroit là précisément où ceux
qui nous ont un peu plus argileux c'est
impressionnant quand j'ai entraîné
enterrer les tuyaux s'élargit le grison
n'est on ferait un atelier poterie sans
problème c'est toujours inondées et je
crois que j'ai jamais rien récolté sur
ceux sur cette petite surface là et
depuis ça fait deux ans que j'ai mis ça
en prairie
cet endroit est vraiment superbe donc là
on le voit bien c'est mon type de prêt
que je que j'ai implanté
on voit le plantain ici des proportions
j'ai ici un pied de chicorée et du
trèfle leblanc probablement le violet
pour l'instant ne le voit plus en cette
saison
et puis et b toutes sortes de graminées
spontanée qui ont poussé du devoir un
peu de regret un peu de pâturin les
moutons j'ai sorti la semaine dernière
j'avais encore sept partis qui avaient
bien poussé donc voila quoi ressemble
une parcelle
et bien de gérer en pâturage tournant
donc ici elles ont pâturé cette saison
c'était bien de deux jours quoi pour
encore quelques zones gratuite par tueur
est un peu plus mais bon j'ai changé
donc là on voit bien à quoi ressemble à
sion par côté on voit bien la division
en îlots

Partager sur :