Orobanche sur colza

De Triple Performance
Révision datée du 30 juin 2022 à 10:53 par 127.0.0.1 (discussion) (The LinkTitles extension automatically added links to existing pages (https://github.com/bovender/LinkTitles).)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à :navigation, rechercher
CZH Orobranche 1-min.jpg
Ravageur
Cet article est issu de la base AgriFind. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo AgriFind


Cet article a été écrit en partenariat avec Terres-Inovia. Logo Terres-Inovia


L’orobanche rameuse (ne pas confondre avec l’orobanche cumana) est une adventice parasite des racines de colza.

Tige jaune pâle, parfois ramifiée, portant lors de la floraison une hampe florale.

Fleur jaune pâle à violette de petite taille. L’orobanche est aujourd’hui, principalement observée en Poitou-Charente et en Vendée.

Symptômes sur le colza

Plante présente à proximité des pieds de colza. Attaque tardive : nanisme et avortement des siliques

Attaque précoce : Destruction des plantes

Période de présence

Période de présence :

J F M A M J J A S O N D


Méthode d’observation

Observation visuelle au champ.

Si votre parcelle est touchée par l’orobanche rameuse, déclarez-la dans l’enquête de surveillance Terres Inovia.

Conseils de gestion technique et agronomique

Facteurs de risques : rotation avec melon, tabac et chanvre, culture peu vigoureuse, semis très précoce, transfert de graines par le matériel.

Plantes hôtes : géranium, gaillet,…

Leviers agronomiques :

Variétés tolérantes

En cas de présence avérée, éviter le retour du colza avant 6-7ans.

Favoriser la culture de « faux-hôtes » : maïs, lin, pois, sorgho.

Densité : 25-30 plantes/m²

Semis début septembre

Semences certifiées ou non contaminées

Gestion de l’enherbement

Nettoyage du matériel agricole

Niveau de pression

Faible : Quelques plantes repérées (généralement sur chaumes après récolte). Parcelles infestées à proximité

Moyen : Quelques ronds d’orobanche sont repérés sur la parcelle

Fort : Généralisation de l’infestation

Les niveaux de pression sont donnés à titre indicatif et ne sauraient refléter une précision exacte de gravité d’infestation à un instant T ou de dommage ultérieur. D’autres facteurs propres à la culture et à la dynamique d’évolution des symptômes ou infestations interviennent.

Sources

Partager sur :