Oïdium sur tabac

De Triple Performance
Révision datée du 30 juin 2022 à 11:11 par 127.0.0.1 (discussion) (The LinkTitles extension automatically added links to existing pages (https://github.com/bovender/LinkTitles).)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à :navigation, rechercher
Mildiou sur tabac (Ephytia-INRAE)
Ravageur
Cet article est issu de la base AgriFind. Cliquez ici pour accéder à la page d’origine : Logo AgriFind



Champignon à développement rapide à partir de 5°C qui craint les pluies brutales (lessivage du mycélium). L’oïdium à des formes spécialisées qui sont associées à des groupes spécifiques de plantes, par exemple, celle du blé n’affectera ni l’orge, ni l’avoine.

L’oïdium du tabac peut cependant affecter les cultures comme le tournesol la salade, le melon ou encore les courges.

Symptômes sur le tabac

Feuilles : mycélium blanc-bleuté poudreux sur la face supérieure. Dans un premier temps aux abords des nervures puis sur l’ensemble du limbe. Les tissus touchés présentent des lésions brunes irrégulières.

Mildiou sur feuilles (Ephytia-INRAE)

Période de présence

Période de présence :

J F M A M J J A S O N D


Conditions de développement : optimal à 20-25°C et 60-80% d’humidité, il peut se multiplier entre 4 et 32°C.

Conseils de gestion technique et agronomique

Raisonner l’irrigation (pas de stagnation d’eau) et la fertilisation (fumures équilibrés)

Sélection variétale (tabacs de type Virginie plus sensibles)

Privilégier les parcelle assez ensoleillée et aérée

Méthode d’observation

/!\ Ne pas confondre avec le Mildiou sur tabac dont les taches sont en face inférieures des feuilles

Observer la présence des premiers symptômes (taches blanches étoilées) sur 100 pieds répartis aléatoirement. Calculer le pourcentage de pieds avec symptômes.

Niveau de pression

Faible : 10% de pieds avec symptômes

Les niveaux de pression sont donnés à titre indicatif et ne sauraient refléter une précision exacte de gravité d’infestation à un instant T ou de dommage ultérieur. D’autres facteurs propres à la culture et à la dynamique d’évolution des symptômes ou infestations interviennent.

Partager sur :