Lucien SEGUY - le semis direct en zone tropicale

De Triple Performance
Révision datée du 30 juin 2022 à 05:58 par 127.0.0.1 (discussion) (The LinkTitles extension automatically added links to existing pages (https://github.com/bovender/LinkTitles).)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (20 sept. 2021) - Lucien Seguy - Durée : 62 minutes
Icone categorie objectif.png Sol et fertilisation

Thumbnail youtube rDtpsLvfynw.jpg

Réalisation : Corinne LALO

Transcriptions

un de nos soucis et d'aider les gens à

contrôler à terme les problèmes de
l'érosion tout en maintenant des
ressources suffisantes pour gagner de
l'argent sur les tablettes internet nous
y trouvons dessus on a autour de nous
des parcelles dans l'armement on envoie
plusieurs ici autour de nous les
opérateurs vont nous expliquer comment
tout cela monte dans quelle gamme avec

Afficher la suite

quelle philosophie et avec quelle

finalité voilà
l'état net ce sont les collines en fait
on nous pouvons aussi sur des colis nous
avons des bas fonds nous avons des
collines cette année de son général
cultivables c'est un mot malgache qui
signifie pente ou disons zones
cultivables sur des pentes donc c'est
c'est ce qu'on voit devant nous c'est ce
qui matérialise pour lesquels on vit
actuellement parce que ça c'est un
potentiel rizières valorisables qui est
ensablée donc si on évalue à 1 hectare
donc c'est un fait une perte de 4 tonnes
et demie de riz pour la famille de temps
prise or que c'est tout simplement le
résultat de charriage de sable issus de
l'évasion qui est en haut donc si on
n'arrive pas à le bloquer il va être
dans les riediens qui sont ici
donc ce qu'on aime ce qu'on fait
actuellement c'est on essaie de fixer ce
qui est en amont
le fer avec le reboisement ça demandera
un peu plus de temps donc ce qu'on sait
c'est on essaie de végétaliser comme ça
on fait de pierres du même coup de même
que parce que on produit des fourrage
pour le bétail on améliore le sol et on
fixe le sol donc ça fait trois résultats
en un seul
le seul montage c'est pas facile quand
on n'est pas dans une approche
exploitation parce qu'il faudra trouver
des gens qui sont intéressés à planter
de l'erc ça ne se vend pas sur le marché
ça se voit
à travers le produit d'après donc le
produits d'élevage donc il faudra avoir
une approche ou au niveau des éleveurs
pour les intéressés dès qu'ils sont
intéressés
vous voyez qu'il ya là bas la première
parcelle qui a été mise en valeur c'est
ce qui est en bas une petite bande mais
dès qu'il la trouvait l'intérêt de le
faire là étendue jusqu'en haut
en résumé l'idée ici c'est empêcher
l'érosion c'est quoi empêcher l'érosion
pour pouvoir produire plus
dans les bas fonds ça c'est une chose
mais l'idée qui sous-tend ça c'est
essayer de sécuriser le revenu des
paysans parce qu'à chaque fois qu'ils
traversent des périodes de soudure il
risque soit d'abandonner son
exploitation soit de vendre ce qu'ils
aiment ou de bien se faire
embaucher comme main d'oeuvre aion donc
il n'est plus l'exploitant agricole
et donc c'est en fait ce qui se passe ce
sable il vient d'où il vient des
collines ils viennent des collines et
des 118 les les lignes d'écoulement
d'érosion hydraulique comme on les
appelle ils viennent de la décomposition
du sur pied tant dans les lave est bon
le lave qui lie à
multiples origines et à l'entropie
dessus donc le le fait que les hommes
étaient venus dessus pour déboiser ça
pleut ça peut être une origine il ya
aussi des origines tectoniques donc ce
sont des phénomènes qui se passe en bas
qu'on n'arrive pas à contrôler il ya une
décomposition naturelle aussi
l'ancienneté du solde clé aussi
les phénomènes qui sont donc là on est
en train de mener vraiment des études
plus approfondies sur les origines de la
vie et on est en train de mettre en
place actuellement des dispositions pour
les limiter dans un premier temps
donc il ya des récupérations naturel
vous voyez ici il ya des
délais plus de végétation les terres du
domaine de l'avs
mais si on n'arrive pas à
faire naturellement donc on essaie de
limiter dès le début en mettant
dévégétalisation dessus donc soit c'est
du placard et a souhaité de stylos en
test soit autres plantes qui arrive
fixée du mal à court terme avec des des
plans des plantes qui sont qui peuvent
partir en une année même mais on peut y
aller aussi avec des plantations de
l'occasion comme vous voyez la haute et
de la vanité tout à l'heure il ya des
plantations de la vanité
donc ça c'est l'écho vraiment dans son
compact donc on a on ainsi le phénomène
de décapage donc toute la végétation qui
a couvert le sol est parti et si on fait
pas attention donc tout le tout les
pluies qui vont venir ont charrié le sol
ils vont se retrouver en bas et ça va ça
va devenir un lave ici
donc si la solution c'est essayer de
revitaliser mettre en place des plans
dictateur et peut-être à long terme
mettre en valeur en plantant l'intérieur
de ces
de cette végétation qu'on a mis en place
d'ailleurs la végétation qui va être
mise en place va retravailler le sol
pour le mettre en forme pour être
exploités parce que là tel qui tel qu'il
est on ne peut pas les exploiter ces de
l'appliquer on a dû faire venir de
thaïlande à peu près une tonne de
semences de stylos synthèse qui est une
plante qui avait disparu de madagascar
suite des maladies qu'on appelle
l'anthracnose et qui était extrêmement
utiles pour apporter un complément
protéines et en particulier pour les
éleveurs ces plantes était
particulièrement répandu dans le monde
nous est de madagascar mais il existait
aussi dans toutes les autres zones où il
en reste d'ailleurs encore quelques
représentants la plante est la vérité
que nous avons importé est une plante
qui résistent en a un autre à klose et
qui mise au point par le siat en centre
international d'agronomie tropicale une
vérité qui vient d'amérique latine nous
on importait de thaïlande où des
semences en quantité suffisante et est
disponible pour pouvoir implanter tout
de suite en 2005 magasin mais sont tout
sauf si la valise et le meurtre est là
car il est impossible de député le
gâteau et si on aime bien faire revenir
ici nous avons système de pile dans la
nuit de ce nom mais venez voir ici ça
c'est important ça c'est pas la balle là
on peut pas le photographier comme ça
regardez au sol je vais l'attraper
regardez la couverture du sol la voilà
vous voyez tout ça le sol est
complètement couvert donc c'est
l'herbicide ça l'herbicide en plus ces
deux matières nourricière parce qu'on a
fixés de la zot on l'a pris dans l'air
au profit de la culture s et du stylo
synthèse c'est une légumineuse et elle
étouffe les mauvaises herbes donc les
rires la riziculture irriguée qui était
con qui était un de ses objectifs
c'était de pouvoir contrôler avec une
lame d'eau les mauvaises herbes et bien
on a trouvé d'autres systèmes qui
nécessite pas d'avoir de l'eau je vous
en parlais hier soir et qui sont en même
temps on a mis une plante intelligente
qui servent herbicides et qui qui a un
impact énorme sur la production et se
rit à 0 donc il ya des parcelles nous
avons dépassé les 6 sur la plaine où il
ya zéro travail enfin y'a pas de
sarclage on s'aime et après il n'ya
pratiquement pas de cerclage il n'ya pas
d'engrais et ont produit des 3 4 5
tonnes ha
au moment où la culture se termine du
riz on a installé une culture qui est en
plus une plante fourragère elle a une
troisième vertu c'est que les gens ont
des animaux et qu'elle peut servir aux
animaux mais on peut pas à la fois
couvrir le solde et donner aux animaux
mais vous si vous la voyez dans
certaines situations ici si on la laisse
pousser un an elle fait un mètre 80
euros donc on peut à la fois donner aux
animaux et c'est des protéines c'est une
plante ayez chantonnay et on perd un
temps couvrir le socle donc un effet
herbicides herbicides au sens où la
l'obscurité contrôler la naissance
l'émergence des mauvaises herbes tout ce
qui étend la plupart des mauvais des
adventices naissent avec la lumière et
aussitôt qu'elles sont donc dans
l'obscurité totale elle n'est ce pas
et donc je dis herbicides c'est horner
des sites naturels ce n'est pas une
molécule
et avec toutes les fonctions qu'on lui
donne sur fixé de la zot aussi cette
plante là peut fixer sur un lp fixés 160
unités d'azoté 160 kg de d'azoté à
l'hectare ça veut dire quatre ce 300 400
kg du riz
qui elle est polluante bien sûr alors
que là c'est de l'azoté organique
donc c'est je pense que c'est un ça va
dans le sens de l'histoire en face celle
qui nous intéresse aujourd'hui c'est
environnement s'est pas polluer et si ce
système là on peut les montées dans les
rizières en se servant même de vieux
modèles comme foucault cas par exemple
vous connaissez sans web va nous on est
dans des schémas qui ressemble à ça et
on peut les montées c'est à dire en
maintenant on peut jouer on peut mettre
des plantes de couverture par dessus
sans toucher les sols jamais on va aller
travailler on ramène les pailles remet
un peu de fumier de poule si on la met
sur n'a pas là il y en a pas il n'ya pas
d'anglais et la dernière petite chose en
plus il se ressèment tout seul oui non
mais ça s'arrange non mais et ces
bassesses et on a mis combien j'ai mis
moins huit ou neuf ans de ma vie pour
arriver à trouver des systèmes qui sont
pérennes c'est à dire que si derrière là
on est dans une situation où on appela
où on collecte delaunay dans les zones
de rizières mais si on est dans les
collines c'est la même chose dans la
montée système le rat et là on peut
alterner le maïs et le riz ont failli
dans les maïs une en mairie et cette
plante là c'est quand même assez
miraculeuse elle s'égrènent au fur et à
mesure que se décompose ce tapis 5 au
dessus du sol la lumière va pénétrer et
bien les graines de cette plante leur
part tout seul on n'a pas besoin de les
semer donc elles vont repousser dans le
maïs ça va refaire un autre couvert donc
un nouvel herbicide plus fixation
d'azoté gratuite et on va mettre en rang
derrière riz maïs riz maïs riz maïs
là seul petit soucis que j'ai c'est que
je voudrais que les gens rapportent ce
qu'ils enlèvent
et c'est très important parce que dans
les bilans on a des sols ici regardez en
face ils sont très très pro et aussitôt
qu on les remet en route avec
différentes méthodes même avec des
outils biologique et les plantes c'est
quand on exporte mais on ne ramène
jamais rien donc ça veut dire qu'on va
aller tirer encore un peu plus bas en
les exploitant c'est comme si on l'est
sur pâture et on les surexploite et moi
j'aimerais bien que ce qu'ils enlèvent
dans les grains quand on récolte ça par
exemple des conditions qu'est ce qu'on a
enlevé de la parcelle là on va le
remettre
alors si rien parce qu'on fasse force et
4 kg de paix par tonne si on enlève 3
tonnes ça fait douze kilos de pc
décédées figure très très est très bon
marché mais ça ça rejoint un principe
d'équilibré de précaution c'est à dire
que ce qu'on enlevait c'est comme dans
la forêt
on enlève les beaux arbres elle commence
à se dégrader on enlève les deuxièmes
beaux-arts bull 2e catégorie ça se
dégrade encore un peu et ses équilibres
là ils sont parfaits parce que personne
n'y touche mais dans un système comme
celui là c'est un peu le même principe
c'est à dire c'est un principe de
précaution aussi on a enlevé quelques
pas beau pas grand chose en termes par
les grains puisque la paille var et
c'est la paille devraient rester élevés
qu'est ce qu'on fait on restitue ce
qu'on enlevait et l'on sait qu'on a un
système qui a des chances d'être en
équilibre puisqu'il est géré sur de la
vie biologique et de la matière
organique donc on connaît l'histoire des
aménagements de madagascar y en a une
qui est fantastique que vous poserai des
questions dessus elle est géniale c'est
l'histoire du marais dans bild il doit y
avoir des documents pour remplir trois
trains de trois tgv
et bah oui non mais on a fait des études
des revenus d re étude des études encore
des experts des consultants d'erreur
experts des consultants des achats du
point il rit beaucoup mais c'est exact
et et au bout du compte le jour où l'eau
est tombé dans le marais ben moi je
j'étais retombé sur une partie du marais
qui venait d'être aménagé et bien ça
poussait pas parce que le sol était
complètement au port il avait nivelé
enfin bon on enlève on est crête les
horizons organique en renouvelle
laissant les bouleverse et donc il ya
des tâches hétérogènes au milieu donc
quand on a consenti des investissements
aussi prodigieux comment ça se fait que
lors il pousse pas à quoi donc ce genre
de choses les jambes avec esther
connaissent parfaitement ça ils savent
le coût de ces affaires et le coût pour
avant c'était des dons de la coopération
aujourd'hui c'est des prêts et donc ça
coûte cher alors pour revenir aux
aménagements on sait qu'ils se cassent
vous voyez les paysages ici tout fout
l'camp et c'est ça qu'on essaie de faire
ici au niveau de l'environnement c'est
d'arrêter c'est que les collines basso -
pas les auteurs n'a pas la prétention de
s'attaquer à ces désastres là haut on
n'y peut rien même si on mettait l'armée
chinoise on aurait du mal à colmater
tout ça par contre les collines basse
oui vous voyez qu'il ya deux étages de
collines la première il ya en premier
étage là voilà les voilà déroule à celle
là et c'est celle là qui sont en
connexion avec les aménagements donc si
ça ça descend vers le canal d'amenée
d'eau qui lui est en général au pied de
la colline celle sur la partie la plus
haute qui reste le canal il qu'à 600
sable et dont il faut mettre des équipes
de mecs pour enlever ça coûte ou si
c'est trop grave avec un sigle au débat
là il ya des aménagements refaire sur
des kilomètres
donc l'idée c'est d'abord de
revégétaliser ce qui fout le camp ne
refixer tous et toutes ses parts là pour
pas que le ruissellement viennent
détruire les aménagements ça c'est une
mesure environnementale que le salon on
le fait avec des reboisements on le fait
avec les pâturages et des cultures et on
marie les deux mais sans travail et des
soldes ça veut dire que là les soldes
vont être cousu par des outils
biologique des plantes et que bon ben
c'est ce qu'on espère alors on l'a fait
sur des petits bouts par ci par là et ce
qui nous manque aujourd'hui c'est le
nombre de gens compétents pour avoir un
impact bien plus important parce qu'on
travaille dans tout cas l'agent de l'île
et que c'est ce serait bien prétentieux
de dire qu en cinq minutes on va changer
tout ça mais on sait comment faire c'est
déjà beaucoup alors alors pour la partie
aval on sait que si on contrôler ces
flux d'érosion énorme qui partent des
collines basse et qui coûtent des coûts
finalement ces coûts sont énormes de
réhabilitation des périmètres irrigués
déjà c'est ce coup là on peut l'utiliser
justement à revégétaliser à faire plein
de choses alors ça c'est des gens qui
seraient appartiennent à la banque
mondiale et autres qui devraient
réfléchir enfin qu'il réfléchisse aussi
sur ce sujet et qui devrait mettre en
mesure d des moyens et peu de la
formation parce que très souvent les
moyens on l'est on les trouve
aujourd'hui le problème c'est les gens
formés à ces écoles là pour pouvoir
avancer si dans un show comme celui là
où on n'a pas dépensé dans grey on n'a
pas dépensé derby si on a semé il n'y a
pas de travail du sol donc ça fait 100
jours demandeur à l'hectare au moins
parce qu'ils travaillent avec leurs
angad dans leurs outils et ça fait une
centaine de jours hectares pour préparer
le sol est bien là il rien de tout ça
donc c'est quand même on pourrait
toucher aux surfaces celles qui n'ont
pas d'eau et autres s'ils avaient mis
une petite fumure minérale mathieu il
aurait pris une tonne et demie de riz en
plus
ça veut dire que au lieu de faire trois
cape town que l'on voit ici on en aurait
fait cinq ou six avec un tout petit peu
d'anglais et il y en avait cinq joueurs
demandent chaque fois montré nos
agriculteurs on ouvre une petite
parcelle de 200 m² et ont même qui
condamnerait c'est à lui de décider s'il
veut mettre le coût de ce que je dis ça
va lui coûter 500 kg de riz sim à une
petite fille mère un petit coup dur et
en plus et ça va lui coûter 500 kg de
riz et il peut à ramasser 1500 croyez
qu'il va falloir un jour
de l'an et l'encré organes ch'ti qu ils
ont mélangé organique est déjà là dedans
puisque dans notre gestion ici c'est une
gestion à partir on met des plantes
additionnels dans le système qui elles
font quoi de la biomasse et c'est cette
bio ça fonctionne comme la forêt comme
je veux raconter hier le système
fonctionne sur la phyto basse et si vous
voyez la plante qui est là vous la voyez
maintenant aller afin d'appuyer dessus
du sol mais si on la voit en verre si
vous passez devant demander aux gens qui
vous la montre au bout d'un an elle fait
7 et auteur donc c'était il ya 16 tonnes
de matière sèche ça veut dire
80 tonnes de matières vertes donc la
biomasse en matière organique voilà une
matière organique qu'on produit dans la
propre parcelle de culture et on dépend
pas du fumier parce que le fumier sa
limitation ci n'en a pas pour tout le
monde que les meilleure exploitation du
monde bien gérée avec de l'élevage on
arrive à couvrir 10% de la surface entre
10 et 15% maximum avec les quantités de
fini qu'on peut produire avec un bon
élevage toit d'une ferme bien géré
qu'elles soient françaises ou qu'elle
soit je veux dire un pays tempéré ou
tropicaux est donc là on arrive à
produire de la biomasse dans la propre
parcelle et c'est un système qui sous la
culture s'enrichir matière organique est
en vie biologique
et on sache crois que c'était si
révolutionnaire même rue donc ça vient
en complément de nomazy culture actuelle
et les variétés dont il ya des crises
dessus c'était justement pour que vous
les voyez ces raisons tout à fait la
tête des riez riez déry que l'on connaît
bien en inde en un nazi et porto mais
elles ont des racines spéciale et on
mettrait un reee classique irriguées à
la place c'est el attr après la
pellicule dario et après des maladies et
elle ne pousserait pas comme ça aussitôt
qu'ils verront un déficit hydrique on
perdrait de la productivité alors que ce
matériel est adapté ces conditions ça
s'il s'appelle ces boat à 69,6 ça va
reprendre oui mais c'est un gros méchant
quand
les stylos mais l'ennui pour lui c'est
que ne peut pas faire du riz blanc
je vais dans les meules sont encore très
épais et qu'il ya aucune moyen d'en
refaire un puisque tu es coincés là ou
alors fait une oblique fait mais située
à l'epad au site et sec moi je crois
mais durer encore de sicile sont les
protéger pourquoi pas pour deux ans si
tu as des grosses couvertures tu peux
faire deux ans de protection moi j'ai
des exemples où j'ai deux ans de
protection de couverture j'ai des
cerclages min parce que regarder encore
un gros match fut pas commencé au dessus
et là
c'est un tapis de ce qu'il ose en test
qui a nourri le solde puis à deux ans et
qui a contrôlé les mauvaises herbes
aussi
ça évite les produits chimiques les
désherbants les mains d'oeuvre pour les
sacs l'âge et ça a donné la gueule tu as
le riz actuellement parce que ça a
fourni de l'azoté
donc ça c'est le style aux antennes
c'est une plante qui va mesurer plus
d'un mètre cinquante voire même de
mettre d'ici deux ou trois ans et donc
ne sera qu'une place à la presse par
déjà sa couverture pour les années
suivantes pour pouvoir mettre en culture
sont anne est dégradée henry donc il va
encore augmenter ses surfaces du fait
que le travail diminue énormément
jusqu'à +1 plage
c'est bien vous êtes c'était de la
mauvaise herbe tout télé et là on espère
que d'ici trois 3 ans on aura une belle
couverture pour faire du joli
22 centimes
et 30
à la base mon époque et on essaye de
jouer en général on leur dit de mettre
quatre à sept grands fonctionnaires ça
dépend après des paysans de commander le
fou et c'est moins de 60 kg de semences
à l'hectare qui explique
des bonnes conditions de
sol mal gré en plus une saison depuis
très très spécial très difficile donc
l'eau s'est infiltrée n'est quelques
grosses pluies et puis
surtout ceux des variétés dans une
variété de tipoli aptitudes qui supporte
aussi bien les périodes inondent de
submersion de nappes d'eau que les
périodes sèches et fils peut démarrer
son cycle en pluviales est terminée en
irrigué de le démarrer en irrigué le
terminer au fluvial mais c'est des
variétés qu'on système racinaire c'est
des croisements entre japonais contre
japonica inédite a donc des plus vieux
traité dream
irrité street quand un système racinaire
mixte qui ont aucune des grosses racines
qui permettent de descendre profond et
un gros chevelu racinaire qui permet
d'extraire les éléments nutritifs
ici de façon il n'ya pas d'irrigation
et donc c'est parfait il n'y a pas de
digues est sur le bord du canal pour
maintenir de l'eau il faudrait une diète
cavagnan n'apporte donc c'est pas des
parcelles qui sont qui sont irriguées
c'est des parcelles se rappelle des
débouchés des sols relativement riche
pour la région mais c'est des sols qui
n'ont qu'une ado
en dessous mais qui ne sont qui sont pas
souvent submergé ici j'aurais très
rarement en tout cas voyez la prochaine
étape l'année donc ça c'est encore du
travail en moins et on ne cherche pas à
maintenir une nappe d'eau
on cherche à augmenter d'un matières
organiques qui va leur utilisation de
l'eau s'ils feront enrichir le sol et
puis il n'a pas le protège contre les
mauvaises herbes
oui oui beaucoup de beaucoup d'avantagés
a précédé
il faut maîtriser les techniques pour un
des gros avantages surtout c'est de
pouvoir se met très tôt donc de
bénéficier de toutes les puissantes très
gros avantage surtout quand on est une
période d'une saison sèche qui est très
long comme ici qui fait six à sept mois
donc la saison n'est plus assez courte
et on profite dès les premières pluies
on peut installer gris qui arrive
en plus des variétés de cycle court cela
un front semble dix jours sont cinq cent
dix jours au lac à la route les
conditions ici
par rapport aux variétés
irrigué traditionnel où il faut qu'ils
attendent d'avoir l'eau pour préparer
les sols qui ont ainsi que beaucoup plus
longs qui souvent sont photo périodiques
dont fleurissent toutes au même moment
et beaucoup plus tard
on arrive est dur et la production très
tôt dans la saison ce qui permet de le
vendre beaucoup plus cher
et en plus de ça avec l'argent qu'ils
vont toucher tôt ils vont se prêter au
voisin qui n'en ont pas et gagner
beaucoup sur les intérêts des prêts
travail
protègent les sols comme dans un conte
systèmes forestiers en fait c'est des
couches de matière organique qui se
protègent les unes des autres
on voit en fait la peine ça c'est la
paille de l'année dernière dans lequel
il ya déjà eu du maraîchage et elle est
assez peu dégradée d'autant que c'est
une longue saison sèche quand cependant
vu qu'elle ne se dégrade pas et plus on
va dessous plus c'est des fractions qui
vont s'incorporer progressivement au sol
et augmenter les taux de matière
organique du sol on arrive à des
séquestrations de carbone de une à trois
tonnes par hectare en fonction des
systèmes
donc les
il faut pour séquestrer beaucoup il faut
une grosse production de biomasse qui
ont produit de la biomasse et plus on la
laisse plus on va fixer du carbone dans
le sol et améliorer les
caractéristiques du sol la structure
donc les racines sur une meilleure
porosité l'eau s'infiltre à mieux les
racines on pouvoir descendre plus
profond on n'a pas de semelles de labour
comme en résine cultures irriguées quand
on fait un labo en creux une semaine
liste laquelle les racines ne s'enfonce
pas là sans labour grâce à des plantes
qui restructure le sol
dans les rotations des plantages des
systèmes racinaires puissant mais une
amélioration de la structure du sol en
profondeur en surface mais aussi en
profondeur et sur des sols très battant
comme cela qu'ils ont tendance à se
refermer à faire une croûte sur lequel
l'eau varie selon le paillage évite
cette croûte et permettent tout l'autre
s'infiltre et donc on a un gros gain
aussi au niveau de l'économie d'eau et
quand on a des climats comme ici où
l'eau est un facteur limitant
c'est ça permet d'augmenter fortement de
la production
il ya bien plusieurs effet le labour
accélère la minéralisation donc
la libération du carbone donc c'est une
chose mais ce qui est aussi en rizières
on change la dynamique de la matière
organique complètement où on a des
bactéries anaérobies au lieu des
bactéries qui respirent de l'oxygène et
on change complètement les produits des
produits finaux et dans des zones c'est
organique on peut faire du méthane
donc un gaz à effet de serre
c'est puissant donc on gagne on gagne là
dessus mais surtout bio gaz à effet de
serre on gagne sur le la séquestration
du carbone nous disait pour arriver avec
des bons systèmes à 3 tonnes par hectare
et par an
sur des systèmes moyen
une tonne c'est assez facile
à peine traditionnel on séquestre film
traditionnel avec la bourre on faire en
général donc parce que il ya des
phénomènes d'accélération de la
minéralisation et puis aussi tous les
phénomènes d'érosion sur les pentes
oulala c'est vrai ça va descendre
et perdu en force veulent aussi se
mélangent être minéralisée ou être
emporté dans les rivières
en labourant général
surtout sur les pentes on perd du
carbone et on peut perdre beaucoup en
semis direct on
arrive maintenir le carbone si on a
assez peu de biomasse produite mais on
peut arriver c'est qui ce très beau coup
dans des bons systèmes et plus les
systèmes séquestre plus ils sont
performants chaque année les rendements
vont monter parce que la terre
s'améliore la porosité augmente c'est
plus de il ya plus de biomasse et
surtout les plantes vont se nourrir
comme dans une forêt sur la litière donc
en fait c'est un recyclage rapide de la
matière organique qui va nourrir les
plantes donc on met en associant
différents types de plantes des céréales
par exemple puis des légumineuses qui
vont mettre de la zot qui vont enrichir
le sol sous une autre forme d'aidé comme
les graminées qui vont faire une pour
faire une porosité en fait c'est les
racines de ces plantes là qui vont faire
le train du labo pour l'asp et du sol et
c'est le baiia qui va faire le travail
du labour pour le contrôle des mauvaises
herbes sauf que là le paillage dure plus
longtemps donc les contrôles et mineurs
sans en avoir les inconvénients du
labour donc le coup en à madagascar on
n'a pas ce problème là parce que c'est
très peu mécanisée mais on
dans les agriculture mécanisée de ne
plus avoir à labourer ont réduit très
fortement les dépenses de gasoil l'usure
des tracteurs et ces choses il faut pas
plus développés souffrent
parce que c'est c'est un autre type
d'agriculture c'est notre philosophie
puis il fallait c'est des systèmes aux
qualifs c'est assez simple à expliquer
quand on l'a compris mais il a fallu 20
ans pour démonter ces systèmes et puis
ça marche différemment en fonction des
milieux dans des milieux le subtropicaux
ou tempérées la minéralisation de la
matière organique est relativement lente
donc en restant sur des résidus de
récolte on arrive à entretenir ce
principe si la condition même de temps
en temps une plante qui restructure le
sol sur sur des milieux tropicaux comme
ici qui sont très agressifs la
minéralisation est très rapide donc on a
besoin de produire plus de biomasse donc
c'est ces choses-là sur laquelle il a
fallu travailler l'histoire du semis
direct ça a commencé dans les zones
tempérées ses montées en zone
subtropicale il a fallu comprendre
progressivement les principes pour
arriver en milieu tropical qui sont les
milieux tropicaux qui sont plus
agressifs avec des pluies très intense
et surtout avec une minéralisation comme
il fait chaud et froid tout le temps la
paille disparaît plus rapidement
donc sur un sol que très battant web qui
est différent d'insectes qui reviennent
et puis la structure se refait la c'est
une parcelle qui pas très ancienne on
recommence à voir sur un sol battant qui
n'est pas couvert vous trouverez pas
c'est
le seul
mais même après la
structuration
des particules du sol qui me permettent
d'avoir plus d'eau dedans d'avoir plus
de circulation d'air donc de créer un
milieu plus
plus favorable à toute l'activité
biologique et en plus il ya de la
nourriture pour pour 16 ans et sébastien
tu fais rien tu restes chez toi et se
passe rien on est d'accord c'est par là
qu'on commence qua non mais tu mettras
des types que tu utilises pas d'avis si
tu peux sauter les herbicides c'est dans
l'histoire de l'agriculture moderne de
1950 à nos jours je crois pas que ce
soit fréquent selon john on a trouvé des
solutions et c'est ce qu'on appelle
ingénierie écologique où on prend se
sert de type biologique pour régler des
problèmes d'agriculture on se sert de la
nature de manière intelligente pour
servir l'agriculteur tu dis allez
manquer on peut avec des plantes thomas
paulsen herbicides c'est quand même je
trouve on pourrait faire un petit prix
nobel déjà non le mec il dit et il est à
côté droit il dit le problème quand même
c'est qu'il faut qu'on roule la veille
au grain non mais attends après tu dis
la plante là l herbicide mais en plus
elle fixe de la zone cadeaux et elle le
prend dans l'air le met dans le sol et
sellerie qu'il prend c'est à dire tu
enlèves l'engrais
ont produit cape town ou 5 tonnes le mec
il a des rizières à côté ja il ya 205 il
ya 150 gens de main d'oeuvre entre le
travail du sol les pépinières je te
trimballes tout je repique ça n'a pas
marché je recommence et le mec il va
produire combien si tout va bien si lou
est toujours là 400 kg à une tonne une
tonne et demie
oui mais c'est de ça que je parle c'est
pas toi que je parle que du produit
ballon je sois qu'il faut communiquer
sur ce thème parce qu'il est nouveau le
problème là dessus
non mais c'est comme l'info il faut
courir après la dominer les technologies
ça veut dire que toi même tu prends la
vaysse et tu essaies de voir comment tu
la manipule tu tu vas pas attendre que
je reviens de te dire comment il faut
que tu l'appelles j'ai déjà tout dit tu
n'es pas qu'en regardant cette pensée
léon regardant ça et la tradition là bas
s'il en avait dépensé je ne sais plus
deux tonnes de riz ou trois tonnes pour
payer les qu on peut en discuter parce
que ce qu'il a accès aux intrants est ce
qu'il aura du pognon bon qu'est-ce que
et pourra rembourser jonsin mais là on
est à des niveaux d'intrants près du
zéro on peut même monter des systèmes 0
ça n'a jamais existé nulle part et on me
dit alors d'un côté un oui mais n'avait
succombera il a fallu que la room
l'autre il arriva oui mais alors quand
quand j'ai semé navès alors c'était pas
terrible mais écoutez les mecs essayer
si vous y croyez vous à les dominer ces
plantes et les faire produire au maximum
un bénéfice de 2,2 la riziculture
c'est évident en quoi la différence
intéressante c'est que la tradition est
face à nous ce sont ces rivère qui sont
en retard et qui vont produire entre 400
et une tonne de riz maximum si l'eau
s'ils ont encore de l'eau
dans le mois qui vient et on a eu un
climat très difficile et voilà ce que
donne une résine culture traditionnelle
qui emploie quand même quelques 150
journée de manoeuvres à l'hectare c'est
à dire un travail énorme pour produire
très peu et ici ce sont devant nouvelles
technologies avec des variétés qui elles
sont capables de pousser sans lame d'eau
au pied et qui vient dans un système
qu'on appelle de semis direct où le sol
est couvert par des plantes qui
améliorent la fertilité des sols et
contrôler les mauvaises herbes et vous
voyez qu'une parcelle comme ça va
produire 4 tonnes ha cape town et demi
donc elle va produire quelque chose
comme entre six et huit fois plus que ce
que la rizière traditionnelle et se
trompe
on n'a pas fait ces parcelles qui
produisent beaucoup en mettant beaucoup
d'encrés
et beaucoup d'herbicides il y en a pas
ya pas d herbicides et il n'y a
pratiquement pas d'engrais donc c'est
tout à fait à la portée de
l'appropriation par les agriculteurs de
ce genre de technique et est vraiment
révolutionnaire est très important
d'autre part il arrive lhérisson mur
alors que ceux là vont arriver dans un
mois et demi et au niveau du marché ce
qui est vendu très cher c'est lé 1er ri
qui arrive donc ce riz produit 5 1 6 8
fois plus que celui là bas et en plus il
va arriver sur le marché avec un prix
très élevé donc c'est là je pense que
c'est très intéressant pour le poser
agriculteurs d'autres pas ici au lieu
d'avoir 150 jours de 20h ici ils en ont
peut-être une trentaine donc ça veut
dire qu'il y avait des surfaces
disponibles de ce type de sol et d'unité
de sol sans eau on peut faire des
surfaces énorme et produire beaucoup
plus avec beaucoup moins de travail donc
là c'est le principe c'est quoi les
grands principes du semis direct les
grands principes du semis direct c'est
que on abandonne les outils mécaniques
ou manuelle langat de l'appel ou
détracteurs si elle avait ici c'est pas
trop le cas mais en culture manuel on
enlève les outils mécaniques et on les
remplace par des outils biologique alors
ces outils biologiques sont très
intelligents ils ont été puisés dans la
nature et qu'est ce qu'ils font eh bien
j'ai dit je l' ai dit tout à l'heure
avant qu'on installe cette culture de
riz on a installé une plante après la
culture du riz de l'année dernière une
plante qui est capable de pousser alors
qu'il ya plus d'eau pratiquement il ya
simplement de l'eau résiduelle dans le
sol elle va couvrir le sol elle va
contrôler les mauvaises herbes elle va
refaire la porosité du sol avec ses
racines pour que le riz de l'année
d'après puisse bien développée et elle
va fixer l'azoté de l'air ce qui est
quand même une vertu l'azoté très cher
et c'est un l'engrais polluants et donc
elle elle va faire ce service
gratuitement et l'année prochaine on
aura donc un sol couverts on va rouler
cette plante verte on va rouler avec un
rouleau pour qu'elles se dessèche et on
va planter dedans donc le sol les
semences de mauvaise herbe qui sont dans
les cultures traditionnellement elles
vont être à l'obscurité protégé par le
mönch et donc elles ne vont pas naître
donc on contrôle s'est énervé sites
naturels voilà et il va nourrir la
plante parce que lui ce qui va faire
c'est comme toutes matières organiques
qui va se décomposer la matière
organique cette biomasse sèche ce cette
couverture du sol permanente va ce
décompte poser pour alimenter elle va
alimenter le riz au fur et à mesure donc
elle le nourrit
alors certaines personnes disent qu'il
faut des engrais chimiques en
particulier pour le phosphore et qu'il
n'y a rien qui remplace le forcing
mais c'est tout à fait faux c'est une
affirmation qui était valable tant qu'on
connaît c'est passé technique la
réponse elle est relativement simple il
y à des plantes qui sont capables
d'utiliser le phosphore alors que les
analyses montrent que la quantité de vos
soirées très faible mais en général il y
a des réserves de force heures dans les
sols mais les plantes cultivées ne sont
pas capables de les retirer du sol alors
on utilise ces plans de charges
générales des plantes fourragères et le
genre braquer arias par exemple qui est
une graminée et le genre celle qui est
lhenry ici qui est une légumineuse qui
s'appelle style aux antennes ces deux
espèces qui sont très différentes ont la
propriété de pousser sur des sols ou les
cultures ne pousse pas sans phosphore
chimiques comme vous l'avez dit tout à
l'heure et elle qu'est ce qu'elles font
elles poussent ça veut dire qu'elles
mobilisent elles sont capables de pomper
du phosphore qui n'est pas utilisable
par les culturelles elles sont capables
de l'extraire du sol et elles vont le
donnait ensuite aux cultures que l'on
plante dessus parce qu'elles vont se
décomposer elles vont faire un lit une
couverture du sol et elles vont se
décomposer au cours du cycle du riz et
en se décomposant et bien il ya des
éléments minéraux dont du phosphore qui
va être utilisé par le riz donc cette
affirmation était valable tant qu'on
était dans des systèmes de culture avec
travail du sol elle ne l'est plus dans
des systèmes de semis direct et il
faudrait revisitée l'agronomie parce que
la plupart même si les grandes lois de
fonctionnement des systèmes de culture
on travail du sol peuvent être
s'applique aux semis direct il y a les
éclés les réponses de ses systèmes de
culture au semis direct sons sont très
différentes et aujourd'hui on a changé
complètement saoul une affirmation qui
dit le phosphore si on n'a pas de
phosphore chimique avait il se passera
rien faux on utilise une plante qui est
en même temps une plante fourragère je
l'aï dit tout à l'heure qu'on peut
mettre dans le riz et qui elle va
mobiliser du phosphore qui n'est pas
utilisable par les cultures qui
intéresse l'homme et donc il ya donc une
matériel biologique qui est une plante
qui à un moment donné va servir
d'intermédiaire entre un sol qui est
stérile quasiment il pousse pas parce
qu'il ya pas de fast search chimiques
vous disiez tout à l'heure et puis
maintenant on va mobiliser du phosphore
cette fois pour la plante grâce à cette
plante là qui va le prendre le sol
ibiliz et le donner à la culture qu'on
va mettre dessus ce serait valable pour
du maïs dans les dents l'état net et
dans les collines ce serait la même
chose on utilise aussi ce genre de
plantes pour faire la même chose et les
sols sont couverts
alors si on mettait de l'engrais dessus
parce que là on est on est pratiquement
au niveau zéro il ya très peu de travail
il n'y a pas d'air by side il n'ya pas
d'engrais minéral ou très peu c'est un
parfum d'engrais minéral vont annoncer
ça va coûter 100 kg de riz alors qu'il
va ramasser 4 tonnes mais bon on
pourrait très bien si on mettait un peu
d'engrais dans le même système un peu
d'engrais minéral un peu eh bien on
pourrait produire une tonne et demi de
plus cher que s'il en est à 4 5 on
passerait à six et demi sans forcément
pour lui et le milieu parce que le
milieu j'y reviens c'est très important
ces plantes de couverture elle ne
l'engrais ne va pas toucher le sol
l'engrais il va tomber les tombes sur le
couvert végétal qui peut en utiliser une
partie mais il va tomber sur le sol sur
la couverture du sol etc la plante de
couverture qui va intercepter le
l'engrais et ça va passer dans la
mécanique biologique de décomposition
donc on risque pas ce qu'on a vu dans
l'agriculture chimique où on a des sols
par exemple des rizières comme cela avec
de l'eau et aux eaux barousse de l'urée
à la volée dedans c'est à dire de la zot
on balance l'urée directement sur le riz
tonnes dans l'eau alors quand on est
victime de trop pour faire soit la
première révolution verte ou anna elle a
eu un mérite prodigieux puisqu'elle a
permis d'augmenter les x 3 grâce à de la
génétique pointu mais el aroussi son
corollaire négatif c'est que elle s'est
nourrie d'intrants chimiques et que l'on
a pu polluer les milieux et aujourd'hui
pour les est polluée c'est assez
difficile mais on sait le faire alors le
smiaa justement j'y reviens c'est qu'il
a aussi la propriété de phytoremédiation
c'est à dire que quand on a mis des
molécules qui sont vraiment polluantes
pour le sol pour l'eau pour les aliments
parce que des fois ils ont revécu les
dans la plante et eelv on va les
retrouver au niveau des grains en les
absorbent et bien avec certains blanton
n'arrive à dépolluer le sol il ya un
pouvoir des pulsions seul et donc il ya
un nouvel espoir qui s'ouvre pour des
zones qui est évolué que l'on peut
récupérer pour l'agriculture au profit
de l'homme dans une une nourriture
propre des productions qui sont propres
en utilisant des plantes intelligente
qui ont cette capacité de dépolluer des
milieux est bon les gens qui s'occupent
de l'eau en france l'ont pas de
l'agriculture le savent et ils ont déjà
des filtres des types de filtres avec
des plantes qui sont très efficaces on
les voit se multiplier en france et dans
le monde occidental eh bien ces mêmes
propriétés de dépollution de milieux et
bien on peut on les utilise dans les
techniques de semis direct voilà c'est
une des fonctions du xinjiang en plus ce
qui est intéressant c'est au niveau de
ce héros
l'armée non seulement c'est pas que ça
relarguent c'est que les systèmes de
semis direct on sait que c'est un puits
de carbone qu'on séquestrer du carbone
déjà
n2o tout ce qui touche à la zot on sait
déjà les mesures montrent qu' il n'y a
pas un excès de n2o dans nos serres ou
de n2 qui part vers l'atmosphère donc on
sait que et qui le sont beaucoup plus
méchant quand gaz à effet de serre que
le co2 mais le co2 dans tous ces
systèmes là c'est quand même une des
propriétés extraordinaires de ces
techniques c'est que les sols
s'enrichissent en matières organiques
sous la culture alors que dans les
systèmes avec travail du sol c'était
plutôt l'inversé c'est à dire qu'on
mettait des engrais chimiques et que la
matière organique des sols diminué au
cours du temps parce qu'on avait des
travaux intensifs pour retirer décret
colts énorme et qu'on exporter tous ces
produits de récolte en dehors du champ
et là les bilans carbone ya des études
nombreuses fêtes par l'inra par exemple
qui montre que les sols de france sont
en progrès en matière organique lamy
bourillon dont on parlait hier et bien
la montre et il a appuyé dessus il a
bien raison c'est vrai que c'est arrivé
dans une commande comprendre que dans
une agriculture moderne qui et
productiviste qui se permet qui pollue
tout et qui en plus son patrimoine de
vie c'est le sens de la terre c'est la
matière organique a
graduellement baisser au cours de des 60
dernières années dans l'agriculture
intensive et bien ces systèmes là c'est
exactement les verts sous la culture en
accumulent du carbone et en accumule
donc de l'avis de la vie biologique et
on demande dans la nature de de
travailler au service de l'agriculture
propres c'est ça qu'on est en train de
faire et ça fait moins de co2 dans la ma
beaucoup moins puisqu'on le séquestre on
est en train le bilan est haut en faveur
du sol c'est à dire que au lieu de

le condamne à nos sphères il est

pris et il est mis c'est lui qui se
transforme en matière organique
si le taux de matière organique augmente
ça veut dire qu'on a pris du co2 on est
donc dans un depuis et non pas dans une
source de co2 donc on n'est pas il n'y a
pas de mouvement vers le haut là on a
comme mouvement vers le bas on prend du
co2 donc ce que cherche le protocole de
kyoto et autres réunions c'est ça
contrairement au labour en fait ah ben
oui le labour lui desjardins l'opération
labourie rejette énormément de co2 ok et
puis on met des engrais chimiques et
puis on fait une oxydation violente du
sol bien la matière organique fout le
camp et qu'en la matière organique fous
l'camp fous l'camp sous la forme de co2
dans l'atmosphère voilà donc c'est quand
même des techniques assez
révolutionnaire il faut savoir ça c'est
une info quand même intéressante c'est
que
en france
dans des parcelles consumer nom depuis
13 ou 14 ans on montre qu'on séquestre
parents plus de 2 tonnes
de carbone même pas de co2 de carbone
par hectare et par an entre deux et
trois tonnes dans tous les endroits où
nous travaillons où nous avons pérennisé
su système de couverture de sol plus
l'érosion les routes des infrastructures
il ya des conséquences colossales
puisqu'il ya plus de ruissellement l'eau
ne court plus ça veut dire que les
infrastructures les maires des communes
qui sont obligés de de récurer tous les
fossés de la commune parce que cette
tournée là il a beaucoup plu je ne sais
3 quoi il ya eu des intempéries colossal
et bien les et on paye des impôts locaux
pour nettoyer tous les fossés il ya plus
de ruissellement donc les fossés ne se
remplissent plus les zones du brésil
aujourd'hui qui sont couvertes par 20
ans 30 ans de ce média maintenant les
impôts locaux au moins de ce côté là
pour tout ce qui touche aux à
l'entretien des infrastructures avant
ils ont ils ont pratiquement de ce coup
là a pratiquement disparu donc le
courant d'environ 2 mental pour la
communauté pour l'environnement est
monstrueux non seulement on séquestre du
co2 on en est mais pas mais les
écoulements de surface on les arrête et
il n'y a plus d'eau qui courent sur les
pistes très très peu les routes se
maintiennent au lieu d'exploser de tous
les côtés donc tout change et en plus
quand l'eau l'ol va traverser si elle
ruisselle pas qu'est ce qu'elle fait
elle traverse la terre donc elle va être
obligée de suivre le chemin classique de
l'eau pour arriver jusqu'à une nappe est
les filtres x et un filtre quand on
traverse une colline de 300 m c'est un
filtre magnifique et quand l'eau arrive
là bas les propres voilà donc on est en
train de changer de bouleverser
complètement les données de
l'agriculture productiviste pour en
faire une agriculture plus intelligente
j'aime pas trop le mot écologique c'est
ce que je fais c'est d'essayer de fer et
cultures beaucoup plus écologique et
avec des outils biologiques qui sont
empruntés à la nature donc ça veut dire
aussi que pour les scientifiques il ya
une implication de retour au naturalisme
et avoir l'humilité de penser que s'il
faut pas détruire il faudrait c'est non
seulement le gaz carbonique et tout ça
mais à l'amont de tout ça en plus cette
biodiversité ses modes de fonctionnement
stable cas par exemple une forêt
tropicale
ce fonctionnement merveilleux avec des
milliers d'espèces il n'y a plus de 250
espèces au kilo euros à l'hectare dans
une zone de forêt différentes au dessus
de 5 cm de diamètre 250 familles de
plantes différentes et ont produit 500
tonnes de matière sèche dans une forêt
une forêt en zones tropicales humides
ses grands équilibres là eh bien à mon
avis c'est eux qui vont nous enseigner
pendant des siècles encore comment il
faut qu'on fasse l'agriculture propre et
de là on peut retirer des espèces
intéressantes pour l'agriculture comme
on l'a fait ici il y en aura d'autres et
des modes de fonctionnement surtout
comment les forêts sont pas polluées les
forêts sont en équilibre si on vient pas
les perturber ces grands systèmes un
équilibre c'est ce qu'on essaie de
reproduire pour pour l'agriculture
moi j'ai en france aussi j'ai beaucoup
ri pour le grenelle de l'environnement
beaucoup ri j'ai écouté dans un fauteuil
et il y avait des spécialistes du
journaliste spécialiste de l'écologie
d'ailleurs très bon il y avait les gens
qui représentent la fnsea et l'inra j'ai
failli tomber de mon fauteuil non mais
j'ai failli tomber de mon fauteuil
devant autant de
nullité je m'excuse je vais le dire de
nullité et on nous dit qu'on va faire la
lutte intégrée je sais votre quoi mais
alors que c'est quoi ça comment le
matérialise c'est comme la lutte contre
la pauvreté c'est quoi ce truc c'est un
peu pareil cdd concept de bachar alors
si on sait qu'on va utiliser des
insectes intelligente des plans mais
tout c'est cette affaire et on a déjà
fait nous et ce qui est très drôle c'est
quand j'ai entendu la première
conclusion du grenelle c'est il faut
qu'on supprime disent ils en 2016 ou
sais plus combien dans les dix ans qui
viennent quelque chose comme ça 50% des
pesticides en france et j'ai des
propriétés enfin si on enlevait 70% déjà
c'est déjà fait et j'ai rattrapé
pratiquement les rendements de
l'agriculture productiviste et je suis
en train d'analyser les résidus qui lie
à dans les grains pour voir qui a encore
des résidus agrotoxiques dans les grains
et bien dans les techniques de ce média
qui en a pas et j'en trouve toujours
dans les autres analysé par les plus
beaux labo les plus beaux outils qu'on
puisse euse de s'offrir aujourd'hui donc
ce que je veux dire c'est que le premier
objectif du grenelle de l'environnement
enlevé 50% on l'a déjà fait et on le
fait tous les ans on entre on le fait
depuis plusieurs années et aujourd'hui
même la zot qui est un des éléments
pollueurs des nappes vous connaissez
l'histoire des ports de montagne et
autres mais dans les grands bassins
céréaliers c'est un peu la même chose et
bien mais mes amis qui étaient dans
l'agriculture productiviste qui mettait
300 kg d'azoté de haine par étapes
aujourd'hui 100 120 140 donc ça veut
dire que on en a diminué plus de la
moitié donc on est sûr qu'on est en
train de ne pas recharger les nappes ans
parce que les 140 unités quand on
regarde combien de produits de 7 tonnes
de blé c'est à peu près 140 unités donc
je veux dire quand on entend on sort 7
tonnes du champ on sait qu'on a dû
utiliser 140 unités donc c'est ce qu'on
a mis donc je veux dire la l'excès on
sauf s'il veut des résidus avant on voit
pas très bien où il vient quoi on ne
risque pas quand même en enlevant la
moitié le l'impact environnemental nappe
on est sûr qu on a déjà fait un pas
monstrueux donc j'ai beaucoup ri parce
que je me disais ben voilà on est encore
à la remorque de plein de gens qui ont
fait plein de choses sur cette planète
et qui sont pas des choses dérisoires
parce que là on se trouve dans des
agriculteurs pauvres de petits de
petites agricultures familiales
déshérités qui n'ont pas d'argent donc
un moyen qui vivent très en dessous du
seuil de pauvreté si on le fixe en
dollars contre quoi ça n'a pas beaucoup
de signification on vit en autarcie ici
beaucoup mais je vais dire on est au
coeur des petites agricultures du monde
les plus pauvres et on va les plus
pauvres pauvres en tout cas et avec des
paysans très intelligent et on se dit
que ben voilà on a maintenant des
techniques qui peuvent permettre à ces
gens de pouvoir manger mieux de vivre
mieux bien-être & company et on est en
train de séquestrer du carbone moi je
trouve que c'est quand même assez
merveilleux et on ne pollue plus voilà
on essaie de ne pas polluer et de faire
ce que j'appelle entre guillemets la
bouffe propre la fameuse bouffe prof
c'est à dire que mais les grains là il y
ait plus rien on
on on à l'agriculture bio aujourd'hui
mais c'est une agriculture qui laboure
donc qui défonce les sols de la planète
ainsi pas sans gros orage derrière c'est
toute la terre qui va dans la rivière
m'enfin bon il s'appelle sa bio parce
qu'on n'utilise pas de molécule chimique
mais ça là on conserve les sols il peut
pas y avoir d'érosion on n'y a pas on
supprime 80 à 100 % des ruissellements
les plus graves on préserve les
infrastructures tout on séquestre du
carbone et ont fait de la bouffe qui est
aussi propre que la bio et des fois plus
parce que le bio des fois il a quelques
petites entourloupe
on s'est aperçu qu'un exemple est un
petit peu ce qui se passait là dedans il
y avait des gens qui avaient un petit
peu rompu les règles le cahier des
charges voilà et c'est un peu ce qu'on
appelle maintenant
en fait une révolution doublement verte
moi je l'appelle triplement vert et je
vais dire pourquoi c'est à dire une
révolution qui comme la première voulait
produire plus mais qui produisait avec
des impacts environnementaux minimum ou
nulle si possible ou au contraire des
bénéfices pour l'environnement c'est ce
que je suis en train de dire pour le co2
à la matière organique et la vie des
sols ça veut dire moins d'intrants
chimiques ça c'est sûr et je dis moi
triplement verte pourquoi parce que on a
changé leur géographie des cultures je
m'explique c'est que le bilan hydrique
long disponible pour les cultures dans
un semi directe qui changent exemple
cantonné dans le nord du cameroun il
tombe 600 mm d'eau on s'est aperçu que
sous les labourie ruisseler plus de 50 %
de l'eau ça veut dire qu'il restait 300
mm un peu moins de 300 minutes pour la
culture donc les cultures possible avec
si peu d'eau c'est une fatalité c'est
quoi c'est le sorgho c'est un peu
d'arachide voilà du niébé voilà les
cultures
quand on met une parcelle de semis
direct au milieu de ces parcelles là au
lieu de ruisseler de perdre la moitié de
l'eau partiellement tous un filtre donc
à la plus d'eau et là j'ai fait rentrer
du riz et du maïs et d'un seul coup ça
marche et tous les ans maintenant ces
gens là qui régit pensé que c'était une
utopie
une utopie vraisemblable pour produire
du riz 20 où il pleut pas et moi avions
et bien d'un seul coup il ya des
cultures possible qu'ils ne l'étaient
pas parce qu'on a on leur donne beaucoup
plus d'eau à consommer donc les plantes
les plus exigeantes en eau qui n'était
pas dense et écologie maintenant on peut
les rentrées deuxième exemple j'ai amené
les cotons qui est une plante plus tôt
il pleut pas trop chez a menée en
amazonie j'ai les photos j'ai des photos
merveilleuse où on voit la neige au
milieu du de l'enfer vert et on a des
cotons à 5 tonnes c'est à dire les plus
haute productivité du monde en ce moment
et on les en zone tropicale humide c'est
pas l'air géographique du coton eh bien
on a déplacé leur géographique du coton
même la wii bleue trop et sans produits
chimiques assilah y en a parce que pour
arriver là oui mais avec un bémol dont
je parlais tout à l'heure c'est que si
on est dans un système comme celui là il
est sous des couvertures comme ça les
produits chimiques qui tombe il tombe au
sur le couvert végétal et vont tomber
sur la couverture ils touchent pas le
sol un ils vont pas tuer d un sac parce
qu'ils sont protégés à batz ou en
tombant sur le sol la litière va les
intercepter et imprégné la litière mais
ces critères se décompose par la vie
biologique et sow et donc ces molécules
on va aller casser en rondelles pour
ressortir du co2 et de l'eau mais si on
en est sûr ça mais six mois les
molécules sont complètement et c'est ça
que je en train d'analyser donc j'ai dit
ah bah oui complètement elles sont ces
co2 plus h2o quoi on les amène alors que
si elles touchent directement le sol
alors là c'est une autre histoire
mais pourquoi et j'ai pas compris
pourquoi vous dites triplement vers m et
flamands parce qu'un règlement je
comprends mais le triplement c'est qu'on
change leurs géographique les cultures
ça veut dire que on permet à des zones
qui étaient fatalement parce que
écologiquement elle se trouvait dans une
zone sèche avec la même pluviométrie on
n'a pas changé la bibliométrie gamme
avec la même pluviométrie on peut faire
des cultures qu'on faisait pas avant
parce que on a plus d'eau en réserve
dans le sol donc ça veut dire que des
gens qui vivaient avec du sorgho du
niébé un peu d'arachide et puis j'ai
tout gâché pas pourquoi et de manière
depuis 100 ans c'est comme ça et bien
d'un seul coup avec ce set au ce1 bilans
globaux coup plus favorables aux
cultures et puis n'oubliez pas il ya une
couche de litière dessus elle elle casse
l'évaporation de l'eau qui est tombé
dans le sol l'eau tombe après elle
s'évapore pas parce que là il ya une
couche de protection donc non seulement
ya pas de ruissellement on a un filtre
l'eau mais en plus il ya un match au
dessus de la surface pour que pour
éviter l'évaporation de l'eau qui est
tombé et en changeant ce bilan hydrique
plus favorable pour les cultures eh bien
on a pu aller chercher des cultures qui
était réservé à des zones où il pleuvait
davantage donc pour moi elle est
triplement verte parce que on est dans
le changement climatique et ça veut dire
que si ce changement si ce changement
climatique intervient aussi violemment
que les gens disent moi je le crois pas
mais enfin bon on voit des signes par ci
par là quand même assez inquiétant c'est
que si ça arrive effectivement il ya des
zones où il pleuvait 1200 mm par exemple
sous les tropiques il va tomber 800 ça
veut dire que ce monsieur qui faisait du
maïs et jaws ces plantes disparaissent
de son système parce que y'a pas assez
d'eau pour conduire une culture de maïs
mais dans un système de semis d'eric si
ça veut dire que c'est des systèmes
tampon ils permettent de
d'amener l'eau à son efficacité maximum
et ça c'est vachement intéressant et
dans le nord car monde donc je fais
rentrer du riz du maïs les gens disaient
mais il est fou et maintenant ils
cultivent et en plus c'est des denrées
rachetée qui coûtent très chers qui sont
plus chers plus valorisé que leur propre
culture donc c'est une révolution
triplement verte parce que ça veut dire
que l'air géographique des cultures qui
était cantonné à des écologies bien
déterminé aujourd'hui on peut les
changer c'est fabuleux ça non et à mon
avis c'est peut-être plus important que
tous les que les deux premières
composants on a on a ici des semences de
weis qui sont une plante légumineuse qui
est destinée à être mise en place dans
des rizières pour doivent permettre
reggae ou sur les périmètres irrigués
cette plante vous permettra de donner
dans la saison sèche un fourrage pour
les animaux et en même temps de fournir
de la zot au sol
nous prenons pelé très bien
les aime et notables
la manière très bien
donc vous souhaitez de la chaîne oui
c'était une personne de jachère bon
c'est un peu l'équivalent ce qui entre
les arbres là bas donc les herbes et des
mauvaises herbes ce qu'on peut appeler
le beaucoup de revenir cet effet dessus
c'était ça a été de faire pousser une
plante de couverture du stylo dantès
l'occurrence qui a fait un gros couvert
végétal qui a enrichi le seul et puis
qui a supprimé toutes les autres herbes
ou pratiquement tout en les étouffant
par une grosse biomasse une grosse
production végétale et puis cette année
on assume et on ajuste fauché le stylo
en tête au ras du sol
depuis on a sonné directement du riz
pluvial si cela valait primavera et donc
le travail d'entretien très réduit il ya
beaucoup moins de désherbage que nous
pouvons faire c'est normal la table à
bourg et puis à l'arrivée pour s'être
sa grâce à la à la biomasse végétale ou
fait pour le sol qui a supprimé les
adventices il supprime les mêmes dates
ans on voit qu'après tout une période de
sept mois de culture sont encore tout un
tapis végétal donc sinon je n'en suis
pas loin donc là c'est tout à fait ce
qui empêchait les mauvaises herbes de
sortir qui a une vie tels désherbage
dans ce milieu on est en plus très près
des zones inondées on a des invasions
complète de différents insectes des
hétéros ni cust
différents stades adultes ou vert blanc
donc qui vont coûter le riz au stade
jeunes où certains même au stade de plus
âgés sans traitement actuellement il est
possible de faire pousser de céréales
minimalisme rien du tout dans les
premières années en fait qu'un
déséquilibre biologique complexe et
seuls deux étaient morts biologiquement
et placé en semi directe il faut trois à
quatre ans pour arriver à reprendre à
recréer un équilibre biologique pour que
des prédateurs de ces insectes nuisibles
réapparaissent reviennent or
actuellement malheureusement la seule
solution qu'on essaie le gaucho d'une
boîte au khroub qui est sur toutes les
molécules chimiques testées la seule qui
ait un effet économique rentable en
effet très marquée
par contre c'est pas très satisfaisant
de faire d'abord écologie de produits
chimiques donc on travaille sur
différentes voies pour se passer de ces
deux produits chimiques on ad'abord voix
séparent des plantes de couverture
diverses il ya des plantes qui arrive à
contrôler nouveaux insectes le tabac par
exemple est une plante intéressante pour
ça beaucoup de crucifères éloigne les
insectes donc on a souvent contraires
sur les associations de deux plaintes de
ce type dans les couvertures et puis la
deuxième fois c'est des traitements avec
des champignons des
méta reese yom sur les champignons qui
va attaquer les larves de ces insectes
les tuer donc c'est une voie biologique
totalement biologique on en semences les
parcelles avec semer tarisio comme en
plus on a créé des conditions favorables
pour le développement de ce champignon
qui vont pouvoir se multiplier
rapidement si on arrive à construire est
relativement rapidement il se passait du
cochon c'est après quelques années
ça se vend pour hp
accès mandibules un peu trop
ces deux styles aux antes est toujours
ce printemps camurac on peut confirmer
son herbicide au delà il a éliminé de
toutes les mauvaises herbes il n'y a pas
eu non les harkis qui sera
une couverte sauf une couverture
végétale qui est très épaisse là je suis
un peu
des centres de femmes la structure du
sol
alors là on en est très simple
je peux je peux prendre le seul à la
main avec une bonne structure
à la fin d'une saison sèche dans les
paysans sud-ouest aime bien cette
soutenance aussi parce qu'elle arrête le
feu elle reste ouvert toute la saison
sèche et qu'elle empêche les zébus de
traverser quand elle est développée
comme ça
voilà on a déjà les premières ce qui
tombe au sol et ont commencé à appeler
composés qui vont enrichir le sol à
portée de la zone
et puis on à ongles au mas de couverture
végétale très très importante encore là
on a le pied de la plante c'est une
plante qui fixe de la zone
qui a des petits donc un peu ligneuse
qui vont être très bon temps à se
décomposer et vous couvrir le sol contre
les mauvaises herbes mais là effacés il
ya là vraiment éliminer toutes les
autres membres toutes les autres verbes
et pour la poule a contre nous on n'a
pas besoin d'herbicides il suffit de
couper le pied ici avec la baisse
traditionnelle daschle angad soulève le
tapis et puis on coupe dans le diable
par deux langages juste le pied et on
roule le tapis peut pour tuer est un
gros mais on a une couverture donc ici
très épaisse il faut réformer la
couverture
alors davantage cette plante c'est n ont
elles pas elle n'est pas considérée
comme une plante invasive et tout ça est
étudié un fourrage très connu qui est
qu'ils et puis tout très longtemps
elle avait été décimée d'afrique dans
les années 70 par une maladie
l'anthracnose un champignon et puis
centre international de 6 à pas
travailler à sélectionner des variétés
résistantes celle là c'est le siaap 184
qui qui est connu pour être résistantes
à cette maladie mais pas invasive du
tout donc
en train de la remettre dans certains
endroits grâce au travail de sélection
et puis elle a énormément davantage
ainsi légumineuses qui fixe beaucoup
d'azoté gazeux de l'air gratuit c
ce contrôle sans herbicides et supprime
toutes les mauvaises herbes elle démarre
relativement lentement donc elle fait
pas de compétition aux cultures quand on
les associe aux cultures donc on peut
mettre la culture m le style aux
antilles sont intercalaires et puis ça
démarre tout de suite face à des salles
de la culture démarre passe au dessus
des stylos dantès végète dessous et puis
derrière après la récolte de la culture
elle va pousser comme elle a des racines
profondes elle peut utiliser l'eau même
en saison sèche c'est ce qui fait
qu'elle reste verte en séance
mais comment c'est bien connu mais c'est
surtout son utilisation des nouvelles a
été très connus comme fourrage son
fourrage très riche en protéines en
azote mais elle est des cours à
redécouvrir utilisée comme plante de
couverture mais peut être utilisé pour
les deux une partie peut être prises
pour les fourrages s'est laissé séduire
les feuilles du litige du bas deviennent
mieux je n'intéresse pas les animaux ça
les animaux sont intéressés par contre
ils sont très intéressés par par les
feuilles en eau donc on peut associer
facilement agriculture et élevage avec
une plante comme ça
non
cai est totale
mme asma ça va pas mal
aval de monsieur
sans témoin
ce n'est pas mal
mamad khamis

Partager sur :