La Pulvérisation Bas Volume - Vincent FRANQUET

De Triple Performance
Révision datée du 30 juin 2022 à 03:32 par 127.0.0.1 (discussion) (The LinkTitles extension automatically added links to existing pages (https://github.com/bovender/LinkTitles).)
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (18 oct. 2019) - Vincent Franquet - Durée : 164 minutes

Thumbnail youtube CS8QF7 6WRI.jpg

Notre Tipeee pour soutenir notre production vidéo :

https://fr.tipeee.com/ver-de-terre-production


SOMMAIRE


1. 0:00:35 : Présentation “AgriConseil”

2. 0:02:05 : Les enjeux de la pulvérisation bas volume

3. 0:05:00 : La pulvérisation bas volume

4. 0:23:05 : Les facteurs influençant la qualité de pulvérisation

5. 0:29:40 : Le choix des buses

6. 1:23:50 : L’influence des conditions climatiques

7. 2:08:05 : Les adjuvants & correcteurs

8. 2:40:30 : Comment faire des essais chez soi ?


Pour plus d'informations, vous pouvez vous rendre sur le site web de la société Agri-conseil, où vous trouverez ses fascicules et son agenda de formation

https://agri-conseil.com/


Transcriptions

bonjour à tous je vais effectivement

présenté la formation de dispense depuis
une bonne vingtaine d'années maintenant
sur la pulvérisation qualité de
pulvérisation bas volume vincent franck
est donc
je participe enfin je fais cette
formation je suis responsable et
créateur de la société agriconseils donc
basé dans le sud de la marne et

Afficher la suite

on dispense notre formation partout en

france
partout on parle français
essentiellement ça c'est mal limites
personnelles mais j'aime bien le
préciser donc que ce france belgique
suisse essentiellement est donc dans la
société on a trois quatre personnes
donc j'ai une assistante technique qui
fait de l'expérimentation
essentiellement pour le moment où
j'espère qu'elle va pouvoir me remplacer
ou en partie en tout cas et
des stagiaires une secrétaire et voilà
donc en gros la structure légère
agriconseils alors
j'aime présentait aussi mes
prédécesseurs donc
je suis pas arrivé là comme ça tout seul
j'ai travaillé avec dernière domaine je
pense que pas mal de gens le connaissent
le connaissent encore donkey partie en
retraitant en 2003 et donc qui m'a
demandé si je voulais reprendre une
partie de ces groupes existants et de la
formation que qui dispensait à l'époque
voilà en gros c'est comme ça que j'ai
démarré et un petit peu avant pour un
gris conseil alors la formation qui
était à pleyben volume à l'époque avait
une entrée surtout économique
bon depuis quelques années on va dire
une petite dizaine d'années maintenant
on a une entrée aussi environnemental
est également une entrée sur le vivant
c'est à dire que en gros mois on mettra
de phytosanitaires au sol - on n'a
d'impact négatif sur la biodiversité du
sol tout ce qui est champignons
bactéries levure et compagnie et donc ça
rejoint un petit peu les préoccupations
actuelles et les gens qui sont dans la
dynamique culture de conservation des
sols etc
donc c'est une continuité mais avec un
angle un petit peu différent qui est
relativement important aujourd'hui
donc en gros on va présenter les
objectifs de la formation les objectifs
du bas volume en tant que tel les
facteurs qui influencent la qualité
pulvérisation ça c'est très important je
les ai classés par d'importance selon
moi en tout cas les enjeux sur le temps
de travail ça c'est un élément qui est
absolument pas négligeable le temps de
travail du pulvérisateur
l'idée étant de faire un maximum de
traitement dans des conditions
favorables et donc à partir du moment
les lundis position favorable on va
pouvoir éventuellement baisser les
quantités de produits et baisser les
doses
voilà les enjeux du bas volume choix des
buses limiter tout ce qui est perte la
première économie qu'on va faire c'est
de limiter la perte
la pulvé donc en limitant la dérive en
limitant l'évaporation
ça c'est des éléments qui sont non
visibles mais pour autant non
négligeable voilà on va parler un petit
peu de qualité au travers du nombre
d'impacts au centimètre carré de la
taille des gouttelettes et c'est la
réceptivité des plantes donc surtout la
feuille le sol également c'est très
important et la feuille du stade
lesquels ont il est préférable de
prendre le relais les mauvaises herbes
par exemple pour m'essayer doses aussi
tous les éléments climatiques ensuite a
évoqué les gros mettrie les températures
ensuite le vent qui est un élément quand
même clé un le vent c'est un facteur
important
qui impacte la pulvérisation en tout cas
la qualité on passera ensuite à la dgi
mentation qu'est ce qu'est ce que c'est
qu'un adjuvant pourquoi on en est
quelles sont les fonctions qu'on va
chercher donc au niveau de
l'alimentation
donc voilà définition des différents
mouillant les mouillant pardon les
huiles les sulfates leurs effets sur la
dérive et leurs effets sur la qualité de
l'eau donc la qualité de l'eau qui peut
impacter aussi la quantité de matière
active restantes devraient dire beaucoup
de produits beaucoup de matière active
désherbant notamment sont cités dans la
littérature pour être sensible à la
dureté de l'eau notamment
donc il ya trois critères dans l'eau qui
sont importants le ph
la dureté et la conductivité voilà en
gros ce que qu'on s'intéresse à ces
trois éléments là haut niveau de l'eau
voilà en gros pour pour le programme
l'origine de la méthode donc ce qui
s'appelait à l'époque bas volume la
méthode bas volumes s'étaient clément
jeantet et bernard domaine dans le début
des années 80 et je rappelle aussi
souvent à ce moment là que à l'époque on
traitait autour de 300 400 litres d'eau
à l'hectare donc les temps ont bien
changé le matériel permet aujourd'hui de
faire du volume relativement facilement
après il ya le matériel le tracteur le
plus la topographie du terrain
tous ces éléments là vont intervenir
donc à l'époque qui sont ils ont attaqué
sur deux sujets principaux
le glyphosate et là aussi je rappelle
que dans ces années-là début 80
glyphosate a coûté une quarantaine
d'euro du litre et les applications
c'était conseillers autour d'eux
10 12 litres hectares donc c'était un
vrai investissement donc ils ont observé
aussi et ils ont eu des remontées du
terrain qui démontrait que le glyphe au
marché plus ou moins bien selon les ont
fait le lien avec la qualité de l'eau
donc la dureté de l'eau qui a impacté
essentiellement le glyphosate
c'est un élément qui est très important
et tout le monde aujourd'hui travail la
réduction de la dureté avec le glee faut
au moins et puis il y avait le btg vers
le métier v de betteraves à celle de la
méthode le système de désherbage et dans
le btp les betteraves au final il ya
absolument tous les les règles
d'utilisation des produits en bas volume
donc mais tgv ça veut dire quoi pour les
noms betteraviers où les secteurs où il
ya pas de betteraves c'est 3,4 produit
par don meehan halte ramat gold 6 bazar
donc deux racinaire de fall hier ils
sont chacun grosso modo au dixième de
leur dose homologuée et appliqué le
matin de bonne heure avec peu d'eau à
l'hectare donc on associe des modes
d'action différents et on vient
d'intervenir en bonne position à chaque
levée de mauvaises herbes
donc on est sur les programmes entre 3,5
traitement selon les années la date de
semis plus est précoce plus il ya
traitement à fer etc mais on impact - et
on agresse mans la betterave
même si on la grèce quand même donc on a
travaillé sur ce système mais tgv en
l'appliquant aux autres cultures en fait
et donc on fait on peut faire la même
chose avec des programmes colza
désherbage colza tournesol haricots
enfin toutes les cultures jusque là on
n'a pas trouvé de limites à
l'utilisation des produits sur des
herbes très jeune à l'énergie en
conditions climatiques favorables
voilà donc on s'inspire quand même
beaucoup de ces gens là merci à eux
le travail fourni et puis on continue
voilà donc les objectifs ben c'est de
réduire le volume de oui bien sûr parce
que ça permet de faire plus d'hectares
avec un seul pu lever et le temps qu'on
met à les remplir le matin entre deux
pubs et a finalement c'est du temps de
perdu ses illusions perdues surtout dans
des conditions qui sont encore
favorables c'est à dire l'absence de
vent le matin de bonne heure souvent
et puis les grands maîtres y est aussi
favorable et l'hygrométrie est
indispensable pour les désherbants
notamment donc c'est un gain de temps
global sur la pulvérisation etc ce qui
permet de moduler les doses de produits
phytosanitaires
c'est l'application en bonne condition
essentielle ment et sur des stades
peut-être un peu plus jeune que dans
d'autres préconisations et tout ça pour
ça permet de diminuer l'impact négatif
de nos pratiques de pulvérisation de
produits chimiques sur notre
environnement au sens agronomique du
terme
je ne m'occupe pas de politique voilà
alors bon l'aspect formation me paraît
moins important vous allez dire je
prêche pour ma paroisse mais n'empêche
que il faut on peut pas en prendre qu
une partie car il faut prendre la
globalité entre la qualité pu lever les
conditions d'application
le traitement de l'eau et l'alimentation
c'est un tout si on en prend qu'une
partie on risque d'avoir des problèmes
et de se planter en tout cas sur sur
quelques interventions
donc c'est vraiment quelque chose
d'important la laisse les formations ce
qu'on veut ça permet d'entendre tour en
une ou deux journées est de l'appliquer
en fait voilà l'intégrer sur
l'exploitation et puis après bon c'est
aussi intéressant de rester en contact
d'un groupe bas volume 1 parce que tout
seul dans son coin brlas dérivés la
dérive est assez rapide au niveau des
doses se produit les nouveaux produits
qui est qui rentre et c'est donc on
n'est pas toujours
on n'a pas toujours les essais dans tous
les sens pour pouvoir adapter à chaque
nouveau produit etc
voilà les changes est quand même
important ça permet de gagner du temps
aussi
une erreur fait une erreur un manque
d'efficacité d'un traitement sur une
exploitation
ça peut être le hasard ça peut être un
problème de climat s'était depuis
peut-être que les autres collègues n'ont
pas eu ces soucis-là donc c'est
important de gérer au moins une fois par
an de de refaire un peu le point alors
la définition de du bas volume en gros
au niveau des volumes de traitement à
l'hectare je décide que je la situe
entre 30 40 et jusqu'à 80 voire 100
litres hectares là on est dans de beaux
volumes
en tout cas c'est en dessous de 100
litres le volume moyen des
pulvérisations en france grandes
cultures
aujourd'hui c'est à peu près 150 8
hectares en gros on perd enfin sa
descente où tous les dix ans on perd une
cinquantaine de lits tous les dix ans je
ne sais pas où on s'arrêtera mais en
tout cas pour l'instant c'est un peu le
constat on fait souvent du volume ou
réduit c'est à dire on va adapter le
volume hectares à ce qu'on a à traiter
ce jour là où ce matin là parce que les
outils permettent de le faire facilement
aujourd'hui avec les régulations moderne
et on s'arrête au tour de prendre 40
litres avec du matériel le conventionnel
parce que la limite ça sera avec la
taille des gouttelettes et la buse qu'on
choisit qui calibre les gouttes comme on
le souhaite
la limite ça va être la vitesse
d'avancement donc le très bas volume ça
correspond à des exploitations avec un
parcellaire suffisamment grands pas trop
de plantes ni deux des verts qui sont
capables de rouler très vite un autour
de relier des gens qui traitent
aujourd'hui à 20 à 25 voire jusqu'à 30
km heure donc c'est quand même
particulier et c'est pas une fin en soi
assez juste là un problème de débit de
chantier
voilà donc on va resté grosso modo dans
là dedans la l'entrée réduction en
dessous de 100 litres hectares il ya
aujourd'hui des contraintes
réglementaires qui font que aussi on est
obligé de rester entre 80 et 100 avec
des buses anti dérive pour appliquer les
profils fucam des produits comme çà et
là du coup
avec des buses anti dérive on sera
obligé d'être au moins 80 cents litres à
l'hectare pour conserver une qualité
minimum voilà en gros au niveau du temps
ou temps de travail dont j'avais fait
une simulation il ya quelques années
avec la situation de départ on va dire
sans 58 ha 12 km heure je vais passer
cette fois dans la saison sur ma
parcelle et donc je vais avoir deux
pulvérisateurs pour faire ces 25
hectares je lui ai donc 150 litres le
faire le plein 30 minutes dans de route
60
un sage repliage une fois dans 20
minutes et le temps de traitement au
chant 70 minutes en gros je suis à trois
heures pour fermer 25 hectares et si je
le fais cette fois ça fait 21h donc
voilà ensuite je vais changer un
paramètre c'est le volume de bouillie
donc je vais passer de 150 à 60 litres
toujours 12 kilomètres/heure village et
des autres des contraintes mécaniques ou
physiques qui font que je ne peux pas
aller plus vite donc je vais divisée par
deux ce que je fais plus qu'un seul pu
lever au lieu de deux
quand je traite ses 25 hectares dont je
divise par deux le temps de faire le
plein temps de faire la route j'ai qu'un
repli âge au lieu de deux etc etc je ne
change pas le temps de pulvérisation au
chantier toujours de 70 minutes puisque
je roule à la même vitesse et mais je
suis passé de 21h à 14h30
donc on a économisé à peu près six
heures et demie dans ces 25 hectares la
sur l'année et si je change le deuxième
paramètre donc je suis passé à 50 litres
et 18 km h peut accélérer
je vais divisé en gros par deux le temps
de traitement au chant et je passe à 46
minutes en gros à 11h25 pour traiter
cette fois cette parcelle où c'est cette
surface de 25 hectares et donc j'ai
économisé une dizaine d'heures sur
vingt-et-une donc à peu près moitié du
temps sur l'année pour faire cette
parcelle donc c'est pas du tout
négligeable c'est d'ailleurs pour
certains le seul élément qui peut
reskier est même à la fin c'est le temps
de travail optimisé le temps de travail
dans des périodes plus ou moins chaudes
donc ça c'est surtout valable est
intéressant dans les périodes de
printemps voire fin de printemps voire
été si on a des traitements faire dans
certaines cultures et c'est là où ça
s'exprime le plus donc en gros pour
travailler en bonne position
quand le soleil commence à monter à
l'horizon normalement on doit replier
l'appareil rentrait à dire en gros vous
allez croiser les voisins qui vont eux
partir uniquement quand la rose est
asséchée enfin tout ce qui se disait il
ya quelques années encore ben on a mis
un trait là dessus et on va travailler
donc sur au contraire une humidité
importante et plus il ya de l'humidité
mieux c'est surtout aubade chaudes et
sèches évidemment donc le gain de temps
il permet de choisir au mieux les
conditions physiologiques donc les la
réceptivité de la plante aux produits
notamment les désherbants qui sont très
impactées par les gros maîtrise les
désarmant sont des molécules
hydrosolubles donc elles ont besoin
d'humilité à la fois extérieur mais
surtout dans la cuticule pour pouvoir
migrer dans l'eau on traverse pour
traverser les cuticules donc ça c'est
essentiel
encore un fongicide on peut
éventuellement transiger un petit peu
sur l'humidité les l'hygrométrie alors
que
avec des désherbants il est hors de
question de transiger là dessus sinon on
va perdre de l'efficacité donc comme ils
sont déjà limite ces produits-là en
efficacité pur maintenant notamment sur
des bulletins ou des riverains on essaye
vraiment de les faire marcher au mieux
est donc de les mettre dans des
collections ou la réceptivité de la
feuille et de la plante et maximum et
les conditions météorologiques aussi
c'est dire qu'en général le matin de
bonne heure eh ben on a une absence de
vent huit fois sur dix le matin y'a pas
de vent alors ça peut arriver
effectivement souvent au mois d'avril on
a des vents d'est nord nord-est
ils sont ces chants qui peuvent souffler
toute la nuit extrême et cd période
assez courte ça dure entre 8 et 20 jours
en général et met en moyenne on a le
matin de bonne heure une absence de vent
qui est très importante très
intéressante
voilà donc les conditions physiologiques
et météo permettent d'optimiser
l'efficacité du produit des molécules à
partir de ce moment là on peut commencer
à raisonner sur des doses à la baisse
est éventé ensuite donc dégager du temps
évidemment toute la journée qui va vous
restez donc en dehors du pu lever en
tout cas alors ça certains sont fatigués
1 pendant la période de traitement ça
dure un mois et demi deux mois
on n'est pas souvent on fait des
remarques sur quelqu'un qui a arrêté les
par exemple il dit c'est pas parce que
voilà j'ai arrêté lin c'est pas pour me
remettre une contrainte le matin de
bonne heure tous les matins donc c'est
vrai que c'est pas faux mais ça dure
quand même que un mois et demi ou deux
mois donc c'est pas non plus tous les
jours de l'année quoi bon c'est tout je
referme la parenthèse alors au niveau
économique je vais aller assez vite sur
les tableaux de chiffres mais je vais
mettre la synthèse la synthèse en gros
l'économie possible de produits phyto
c'est entre
30 à 50% sur les cultures on va dire
scott et autour de 20 à 30 % à 25 % en
moyenne d'économies possibles de
matières actives sur la partie légumes
de plein champ en tout cas voilà donc
c'est pas un enjeu négligeable du tout
c'est quand même dans les grandes masses
des quantités de matière active à la
baisse qui sont considérables moins cher
moins cher pour vous bien sûr mais
surtout aussi moins de produits donc
dans les champs et et moins d'impact sur
la biologie du sol donc c'est voilà
quand on est en bas volume c'est un peu
le même phénomène c'est à dire que vous
traitez une céréale l'épiaison ou
dernières feuilles en bas volume vous
mettrez moins de grosses gouttes au sol
- de fongicides au sol un fongicide il a
rien à faire par terre il va tuer des
champignons mais pas ceux qu'on le
souhaite et ça peut avoir un impact sur
la fertilité globale au bout d'un
certain temps
voilà en gros donc on va aller essayer
de le laisser au maximum sur les
feuilles
voilà alors ce tableau là il est
important parce que j'ai classé par
ordre d'importance au niveau de la
pulvérisation les éléments clés alors on
va parler pas mal de plus élevé mais
dans un premier temps les conditions
climatiques au moment de l'application
sont vraiment prioritaire
on peut se tromper dans le volume se
tromper de bus tromper de réglage au
pulvé sais pas c'est pas souhaitable
mais c'est pas non plus rédhibitoire par
contre y aller dans les conditions
climatiques défavorables
c'est zéro donc là on a des gros gros
échec
si je prends un exemple avec un mets au
sulfure ont par exemple maudire
l'atlantis où l'archipel
ba s'est produit là quand on fait un
traitement à midi un traitement le matin
de bonne heure on a jusqu'à 50 % de
différence d'efficacité mais comme ils
marchent plus trop bien maintenant mais
ils ont du mal à faire le boulot
il est hors de question d'y aller dans
les conditions séchantes voilà ça c'est
pas possible
alors voilà on pourra contrer un petit
peu seulement bigoterie mais pas on va
pas remplacer les combats tri naturel
il ya un moment il ya des limites même
si on met plein de du mek temps dans la
bouillie ça remplacera pas une
hygrométrie naturel voilà ensuite
l'anticipation ou la prévention donc
l'anticipation c'est traité sur des
herbes jeunes par exemple couapel sauret
émergentes
ça c'est intéressant parce que les
cuticules en général sont moins épaisses
le produire entre en quantité en
proportion plus importante dans les
plans de très jeunes l'inconvénient
souvent c'est qu'il va falloir passer
deux fois deuxième évidemment tout ne
lève pas en même temps et donc vous
allez avoir sans doute deux passages à
petites doses à réaliser alors est ce
que c'est un problème
pas forcément dans la mesure où on peut
par exemple en colza on va pouvoir
associer un insecticide par exemple
c'est souvent en cohérence un anti
graminées avec un peu d'huile pour faire
les reprises de graminées bonheur voilà
donc on n'est pas sur un une
augmentation systématique du nom de
passage mais voilà il est par contre ça
demande de l'observation il n'est pas
question de semer et puis de partir
quinze jours en vacances dans ces
conditions là vous risquez de revenir
avec des plantes trop développées pour
intervenir à petites doses
voilà donc qu'on soit on a des solutions
si on en a pas mais en tout cas on sera
passé à côté de la réduction de dose
importante ensuite donc la qualité
depuis levé je la mets en troisième
position la bon autant faire une bonne
pulvérisation n'y a pas de souci mais
globalement au niveau de l'impact
résultat c'est pas la priorité même si
on insiste quand même beaucoup dessus
qu'elle était pu lever le choix il
mélange les matières actives en quatre
alors ça c'est important il faut
toujours essayer de prendre la meilleure
matière active sur une cible et les
associer ça c'est fondamental
à partir du moment où bc dose on associe
c'est la seule solution on est souvent
critiquée en réduction de dose par par
pas mal de gens et notamment ceux qui
vendent des produits
sur la résistance où les résistances
alors d'abord et au niveau des
résistances il y en a plusieurs
il n'y a pas un type de résistance
serait trop simple il y en a au moins
deux grands types la résistance vrai
c'est à dire là vous mettez 100 fois la
dose d'une lettre d'une molécule le
récepteur à changer la plante ne l'a
plus vous pouvez mettre que vous voulez
ça marchera pas du tout la dose faible
ou dose forte
le résultat sera le même j'irai même que
la limite les doses forte
les grosses doses d'un seul d'une seule
matière active ou d'une seule d'un seul
mode d'action les grosses doses vont
avoir tendance au contraire à favoriser
l'apparition de ces résistances là où a
sélectionné les plantes qui de façon
discrète au départ existait à l'origine
du produit vont être sélectionnés
beaucoup plus rapidement avec des
grosses d'autres voilà donc c'est pas
aussi simple que ça la deuxième le
deuxième type de résistance
ça va être la détox ou la détoxification
donc et là effectivement un seul mode
d'action un seul site d'action dans une
plante par exemple si on met les hausses
trop faible évidemment la plante ne va
pas mourir et va apprendre à détoxifier
de plus en plus de mme interactive donc
là vous avez deux solutions soit vous
remontez la dose vous allez tomber dans
l'autre problème de créer de la
résistance pour le couvrir
ou alors associer les modes d'action
l'association des matchs des modes
d'action c'est la seule solution
vraiment perspicace efficace pour gérer
ces problèmes de résistance ou en tout
cas avant de gérer essayer d'éviter
qu'ils arrivent parce que ça on aurait
dû faire ça depuis des années alors la
réglementation mélange tout un tas de
choses qui nous perturbent un petit peu
on a moins en moins de possibilités
on a de moins en moins de produits et de
sources de modes d'action différents
c'est un peu problématique parce que
voilà les modèles et les multi sites
notamment sont très intéressants
associés si on prend le club routage ni
par exemple espérons qu'il reste parce
que honnêtement sur cette hausse est
quand même le produit de base
on va rajouter une triazole va rajouter
les choses mais globalement c'est
vraiment le produit incontournable dans
les deux matières actives qui a plus de
50 ans avec je crois que c 311
homologation 300 culture homologué ou
150 pardon 150 culture mouillé et 3
sensible montlegun dans le monde et il
n'y a pas un champignon sur la planète
qui résiste un multi sites
alors bonne entendeur salut mais
malheureusement nous on nous prive et
gênions dernier la qualité de l'eau
alors c'est à la fois en dernier pour la
grande majorité de vos traitements par
contre c'est en premier pour le
glyphosate
voilà on a encore le glyphosate
aujourd'hui donc on peut en parler et la
qualité de l'eau les notamment la dureté
de l'eau notamment dans des régions
calcaire comme ici on a absolument
intérêts 1 régler ce problème donc la
prendre et à adoucir l'eau avant de
traiter odomètre d'y intégrer donc plus
glyphosate dedans sinon c'est la moitié
du produit
c'est à dire vous traitez être à 3
litres de griffo vous avec un litre et
demi qui va pouvoir marcher que l'autre
est bloqué avec la dureté de l'eau donc
sa forme d christian assaf et
physiquement on peut les voir sans trop
de problèmes enfin avec une bonne
l'autre mais on les voit sur la feuille
des cristaux
qui se dépose et qui est le produit est
piégé dans le christ au et ne va pas
rentrer dans la plante
voilà alors qu'est ce qui influence
actes alors pour rester sur la qualité
de pulvérisation qu'est ce qui influence
la qualité de pulvérisation c'est un
couple l'a buzzé la pression ça c'est un
couple qui est incontournable quand on
choisit une buse
il ya une pression adapté pour avoir une
couverture donc la couverture c'est le
petit papier jaune hydros hydro sensible
qui va marquer chaque point bleu donc
c'est un impact et donc la pression va
jouer sur la qualité puisque si vous
augmentez la pression évidemment vous
allez affiner la pulvérisation donc pour
la couverture c'est plutôt une bonne
chose mais en créant des goûts de fines
évidemment vous êtes plus soumis aux
conditions extérieures d'évaporation les
plus rapides et de dérive évidemment par
un léger courant d'air éventuellement on
va chercher un compromis donc avec une
certaine taille de gouttes qui
permettent de traiter de façon correcte
dans des conditions climatiques qui sont
pas excessives mais comme vous on vous
travaillez à l'extérieur évidemment il
faut en tenir compte et on peut pas
affiné autant qu'on veut la
pulvérisation puisqu'on est limitée par
l'évaporation
dans un premier temps et le vent
évidemment dans un second temps donc ça
c'est quand même un élément important
et attention aussi aux pressions qui
sont indiqués par le constructeur il ya
une une palette de pression possible
assez large mais par exemple si on prend
une buse comme missiles ça doit être une
xrx herti jet
il est évident que le constructeur va
vous dire entre 1 et 4 bars si vous
mettez ça un jour à 4 bars vous n'avez
aucune goutte qui touche par terre c'est
clair et net s'est évaporé à la vente
donc en gros l'idée c'est qu'on va
essayer de ne pas dépasser la moitié de
la valeur maximum donné par le
constructeur dans ce cas là dans cet
exemple là de 1 à 4 on dépasse jamais
d'eux c'est tout bête mais voilà ça vous
donne une
une limite même à deux bars ça sera déjà
déjà compliqué faut vraiment les bonnes
conditions toujours les facteurs qui
influencent la qualité de pulvérisation
ça on n'a pas trop conscience mais les
conditions d'application
les conditions météo c'est simple vous
faites un petit papier il ressent cible
matin à 5-6 heures vous faites le même à
midi ou à 14 heures et vous allez voir
que sur votre papier vous aurez moitié
moins d'impact le moitié moins de
gouttelettes qui vont arriver par terre
et donc ça fait du produit perdu pas
moitié parce que c'est surtout les
petites gouttes qui vont s'évaporer
mais c'est quand même une perte de
produit de 10 15 20 % et surtout aussi
une perte de couvertures donc de 50 60
ou sans impact cm père et vous vous
allez diviser sa part 2 donc c'est quand
même bien dommage
voilà lente les conditions climatiques
alors je blogue il ya le vent également
mais ça c'est tout le monde le sait
enfin c'est plus c'est plus visuel tout
le monde connaît mais l'hygrométrie
c'est fondamental aussi pour garder la
totalité du produit lés 20-25 % de
produits qu'on va économiser au départ
c'est la limitation de la perte c'est
limiter la perte de par les conditions
climatiques essentiellement alors après
l'entretien du matériel
il est évident que cet appareil là donc
est hors service mais l'entretien du
matériel
ce biais qu'il faut limiter surtout le
mouvement des rampes le mouvement de la
rampe c'est à la fois avant et arrière
donc si ça bouge dans ce sens là vous
avez un moment donné moins de produits
qui va
touché la cible à un instant donné
évidemment ce qui est enlevé d'un côté
s'est remis de l'autre mais c'est un
problème de répartition
tant qu'on est appelée nosu à grosse
dose de produit il n'y a pas trop de
soucis vous enlever 20 25% par le
balayage ça se verra passer la marche
qu'on assure sur la dose de produit par
rapport à la dose homologuée
mais à partir du moment où on commence à
baisser les doses et qu'on se rapproche
du minimum requis à la cible il est
clair que là le mouvement de ramper à
exclure donc c'est à la fois un point de
matériel c'est également un problème
qui peut être liée au travail du sol sur
un labour par exemple bas c'est beaucoup
plus compliqué de tenir la rampe comme
il faut alors quand on me dirait que
c'est plus facile
voilà et c'est donc en gros c'est avec
votre matériel c'est à vous de trouver
la vitesse d'avancement adapter un chant
sera pas forcément l'autre voilà selon
la composition de la du sol et c'est
donc ça voilà et après le haut et bas
c'est pareil là on a un problème leur
croisement c'est à dire que si on passe
en dessous d'un minimum de double ou le
triple recouvrement on va avoir un
problème de répartition aussi et on
arrive de temps en temps ça se voit
quand on est trop proche du sol
on a des lignes une mauvaise herbe par
exemple à un moment il ya moins de
produits phares en tout cas c'est pas
homogène au niveau de la répartition les
buts on est obligé de faire croiser le
g2a trois fois pour avoir quelque chose
d'assez homogène voilà alors on nous
pose souvent la question de la vitesse
d'intervention est ce que la vitesse de
traitement va influencer la qualité de
pulvérisation alors je le dis souvent
comme ça c'est à dire que en théorie pas
vraiment
on crée souvent quand on avance vite
donc il ya un vent mais qui est dans le
sens du travail donc un peu moins
perturbant au niveau de la pulvérisation
ça mais par contre toutes les fines
gouttelettes vont être entraînés dans le
courant d'air et on a un courant d'air
assez en forme de traîne comme ça qui
fait un petit un petit rebond et les
gouttelettes fines sont dans cette
traîne de courants d'air et si un petit
vent de travers mais avant de rien du
tout un petit vent léger 3 4 km 1 ça va
quand même décalé un peu plus que quand
ya pas de vent du tout ou quand on roule
doucement puisque les gouttelettes vont
tomber plus le proche derrière
l'appareil avec beaucoup moins de temps
d'exposition au vent et puis il ya
quelque chose qui est claire aussi c'est
que chez les gens qui vont vite et j'ai
quand même suivi pas mal de spr accompli
culteurs j'aime bien les appeler comme
ça
en général il ya quand même plus de
dégâts chez les voisins de ces gens là
qui roulent vite que chez les gens qui
roulent doucement
voilà c'est un constat mais c'est
incontournable donc voilà la vitesse
alors c'est quoi la vitesse élevée
bon on a estimé que c'est au dessus de
20 km heure voilà aujourd'hui on roule
assez facilement entre 14 15 jusqu'à 18
20 ça c'est encore de la vitesse
raisonnable on va dire à 20 25 voire
plus
certains sont à 30 aujourd'hui ça
commence à être compliquée quand même
voilà donc si on roule vite il faudrait
faire des gouttes à ces grosses éliminer
un maximum de très fines gouttelettes
donc c'est ce qui est un petit peu
compliqué puisqu'on va perdre en
couverture voilà général la vitesse d'un
haut sens était lié au bas volume donc
c'est un petit peu compliqué de faire du
bon travail en roulant très vite voilà
donc faut chercher son compromis alors
au niveau de la qualité de la buse on va
chercher à travailler avec des bus qui
calibre et les gouttelettes entre 260
280 jusqu'à 300 microns allez on va dire
270 300 microns ça on va le trouver dans
le code européen avec des buses de
couleur verte jaune lilas et puis c'est
à peu près tout la bleue ça commence
déjà à être un petit peu plus gros si on
peut travailler avec ces trois là où une
une de ces trois là c'est parfait
la 01 je l'exclus elle fait fin mai a
fait trop fin du coup d'abord bloqué
deux problèmes majeurs
le premier c'est la dérive la finesse
des gouttes et le deuxième c'est le
bouchage voilà dans c'est très compliqué
de travailler le début des 0 1
certains ont essayé ils ont eu des
problèmes
donc je vous le déconseille par contre à
partir de la verte c'est là c'est la
buse idéal la verte quelque part elle
vraiment le calibre un bar 7 un bar 8l
calibre à 270 microns c'est vraiment là
on est dans le top du top
maintenant pour des raisons soit de
vitesse élevée il va falloir prendre des
bus qu'il débite un petit peu plus fort
ou des problèmes devant donc la jaune en
général c'est un bon compromis
on est à 300 microns et puis ça permet
d'avoir des gouttelettes un petit peu
plus grosse en moyenne mais qui font du
bon boulot voilà jaune
ensuite la lie la danse et surtout une
vitesse une question de vitesse
d'avancement près donc sur une buse vous
allez retrouver un certain nombre
d'informations notamment la couleur qui
correspond à un débit c'est à dire que
tout les bus jaunes ont un débit de 0,02
gallons par minute il n'y a pas de
toutes les différences avec les
différentes marques etc
ces uniformes donc pour tous les
fabricants le code iso depuis 2005 ça
commence à remonter
et puis si vous avez encore un jeu de or
code iso il est peut-être temps de
changer puisque ça fait déjà un moment
que il ya plus que ça normalement enfin
il ya encore albus k1 un jeu à leurs
couleurs à eux mais bon globalement on
en trouve quand même beaucoup beaucoup
moins voilà alors on va trouver sur la
buse un certain nombre d'informations
premier de la première phase est la
couleur c'est ce qu'on voit en premier
ensuite vous avez des chiffres sans 10
021 110,02 vous allez avoir à la fois
l'angle de pulvérisation ici 110 degrés
plus avoir 80 degrés donc 80 02 ou
110,02 donc c'est l'angle de la buse qui
va être un peu différent avec une
incidence sur la hauteur de
pulvérisation on va le voir après vous
avez le débit donc 02 gallons par minute
donc c'est une mesure américaine ici par
exemple 0 de gallons par minute à 40 psi
40 p si c'est la norme américaine aussi
au niveau de la pression ça fait un lit
de 54 par minute à deux barres 8
voilà vous avez vs ici ps est le
matériau de fabrication
de l'inox ou de l'acier inoxydable en
l'occurrence vous avez sinon vk des
casses et de la céramique et vous avez
aussi vpc le plastique tout plastique en
polymère voilà et puis bien sûr par dont
la marque est le type de bus d'ici dg
c'est une buse limitation des rives avec
une pastille de cas l'image et une
chambre de décompression de les
matériaux de fabrication à qu'est ce
qu'on choisit en gros vous avez donc la
céramique est la plus vendue aujourd'hui
qui est quasiment inusable cas qu'un
petit défaut pour les petits cas les
deux buses qu'on utilise donc une verte
une jaune elle a un défaut c'est qu'au
niveau de la fabrication et les moins
bonnes dans connais si on veut être
puriste
on prendra plutôt une inox ou en acier
inoxydable qui a une qualité pu les plus
intéressantes
alors voilà mais par contre va s'user
plus vite j en gros c'est trois quatre
ans d'utilisation pour un céréalier et
c'est tous les ans point patati et
notamment qui va traiter beaucoup avec
des produits un peu agressif avec des
supports minéraux les manques aux herbes
etc
donc voila moi je préfère
l'acier inoxydable qui est quand même
plus adapté à une vraie qualité
pulvérisation le tout plastique
aujourd'hui on a certaines 12 on n'a pas
le choix notamment les buses anti dérive
qu'on est quasiment obligé d'avoir soit
pour les event et soit pour les produits
donc le procès le fut car aujourd'hui
peut-être d'autres demain qui sont
obligatoires donc avec des buses anti
dérive et donc la buse anti dérive on
prendra une taille xl et tout plastique
et ça on n'a pas le choix et tout
plastique en 110 degrés voilà sinon pour
les bus traditionnels on va prendre
plutôt des 80 degrés l'incidence des 80
degrés sur la hauteur de pulvérisation
évidemment c'est un peu le souci
1 c'est qu'on est obligé traité un peu
plus haut donc on vous on vous
souhaiterez assurer un minimum d'un
double recouvrement et un optimum avec
un triple recouvrement ça veut dire
excusez d'appareils c'est à peu près le
cas maintenant partout sauf option
particulière mais vous avez des bus tous
les 50 cm sur la rampe
ça veut dire qu'une buse doit traiter un
médecin qu'entre sol où chaque point du
solde est traité par trois buses c'est
une autre façon de voir les choses
alors si on prend 90 cm le pardon si on
prend 150 centimètres à 1 mètre 50
traités au sol pour une buse en 80
degrés il faut être à 90 centimètres de
la cible
d'accord et au minimum il faut un double
recouvrement minimum faut pas passer en
dessous c'est 60 cm donc voilà c'est pas
si hawks à 90 et un petit peu au dessus
à 10 15 cm au dessus de la table et le
66 15 cm en dessous et il faut intégrer
dans le réglage de base il faut intégrer
le fait
le mouvement de la rente minimum et à le
fait que la rumba bouger quoi qu'il
arrive en fait jamais 0 même si on
essaye de limiter les mouvements
donc il faut pas avec le mouvement
inclus que ça descende en tout 80 de 60
par n'ont senti mène alors 70 mètres
c'est pas aux cantons traînent par terre
nous promet que
c'est largement assez bas quoi c'est pas
vraiment une limite en soi alors
pourquoi on cherche on va préférer les
80 degrés par rapport aux 110 parce que
la 110 il faut travailler autour de 50
cm 60 cm on est bien alors quand on est
une végétation haute pourquoi pas mais
quand on traîne par terre ça fait trop
bas donc on va avoir tendance soit
appelée par terre soit passé en dessous
du minimum et encore faut-il d'ailleurs
que l'appareil puisse la mettre à 50 cm
du sol n'est pas toujours le cas
évidemment alors on va préférer les 80
degrés pour deux raisons de la première
c'est moins de bouchage vous avez ici un
exemple
schématiquement on va dire le le profil
d'un orifice en 110 degrés qui est plus
écrasés plus passer qu'une 80 degrés
juste en dessous la 90° donc va - blocs
et des paillettes
- de bouchage qu'une 110 degrés ça c'est
la première chose et c c'est une galère
de boucher enfin bref je ne fais pas de
dessin là dessus parce que tout le monde
sait à peu près de quoi je parle
mais descendre pour déboucher une bulle
c'est quand même bon une fois ça va mais
en général comme ça commence ça se
poursuit
le deuxième élément donc c'est la dérive
alors pourquoi la dérive c'est qu'en
gros sur les deux extrémités qui sont
assez pincer la pression à l'intérieur
de la buse à la sortie du jet est plus
importante qu'au milieu et la pression
plus importante
ça fait de la dérive d'ailleurs quand
vous regardez un appareil qui vole un
peu le jet on voit que les gouttelettes
film commence à voler sur le bord du jet
et c'est de là que sa part et c'est lié
au phénomène d'écrasement comme ça et
les deux les deux extrémités où la
pression du liquide est plus important
voilà donc 80 degrés avec des petites
buses c'est moins de galères notre sujet
il n'y a pas de souci alors voilà quand
on arrive à travailler dans entre 60
avec des 80 degrés entre 60 et 90 ben on
a une variabilité de l'épandage sur la
largeur d'environ 2 à 3%
et quand on est au minimum du double
recouvrement bas on est à peu près 10%
de variations sur la largeur
donc cessons l'acceptent encore jusqu'à
10% mais pas plus c'est à dire aussi que
si on avait une rampe super stable
imaginons l'idéal une arme qui vous
jamais on pourrait baisser de 10% la
dose enfin ça c'est c'est utopique mais
en réalité c'est ce que ça veut dire
aussi
alors voilà on est où j'ai travaillé
avec ce type de matériel parce que si on
voulait des bus qui soit machin des
rentes qui bouge pas mais et c'est là on
serait dans des coûts de matériel il
serait insensé
donc les différents grands types de but
qu'on a sur le marché un début standard
bon ça d'accord des bus basse pression
et on va travailler avec ça notamment
les xrt jet
[Rires]
parce que quand elles permettent déjà de
limiter le risque de dérive en baissant
la pression d'utilisation des buses à
pastilles de calibrage et l exemple de
la dg tout à l'heure
voyez le principe une pastille de
calibrage ans à l'arrivée du liquide une
chambre de décompression et à partir du
moment où des combes est ce la pression
évidemment c'est à ce moment là qu'on
arrive à faire des gouttes plus grosse -
dérivantes c'est tout à fait logique
et puis on a ce qu enfin je dirais
historiquement lentilles dérive
injection d'un ou aspirations effet
venturi on peut l'appeler comme on veut
induction voilà avec un grand corps de
buzeins c'est long et puis des
aspirations des trous d'aspiration le
liquide ont travaillé à forte pression
avec ça le liquide arriver à des
vitesses élevées ici créer une
dépression 1 et l'air étaient aspirées
sur les bords par par le jet le liquide
qui arrivait à grande vitesse et le
mélange air eau se faisaient air
bouillie se faisait dans le corps de
buses avant de sortir
alors on nous a souvent expliqué ce que
j'ai essayé de vérifier que ce mélange
est au faisait des gouttes rempli d'air
et qu'il fois que ça touche et la
végétation la cible sarr est éclatée en
petites gouttes
donc on arrivait quand même à faire de
la couverture pour ça j'ai jamais réussi
à le faire
pourtant à mettre mes papiers sensible
sur du béton donc sans rebond une
feuille encore va absorber l'énergie
c'est encore pire mais sur un truc très
dur sarah éclate pas en gros c'est voilà
c'était un argumentaire mais c'est pas
comme ça que ça marche
aujourd'hui ça ces buses la jeu je le
dis souvent comme ça mais elles sont
soit au musée soit la poubelle soit sur
le bon coin au cas où on sait jamais si
on arrive à trouver quelqu'un pour les
racheter mais elles n'ont plus rien à
faire sur vos appareils
aujourd'hui on a des buses anti dérive
limitation enfin injection d un qui sont
de meilleure qualité et qui font un
calibre de gouttes beaucoup plus
homogène que ces buses là à l'époque
mais ça a été les premières et donc de
celle eschler d'ailleurs et voilà ce qui
nous intéresse donc en gros dans les
différents types de buses
ça va être
le papier sensible la qualité de la buse
dont la juge ah ça passe forcément à la
théorie mais au moins à la pratique donc
voilà débuts à fente normal voilà en
gros ce qu'on est capable de faire la
couverture donc le nombre d'impacts le
nombre de taches bleues ont à dire
relativement importante
ça donne des résultats corrects voilà
donc rien de particulier on a quand même
quelques grosses gouttes qui traînent
envoyer les gros impact bleus-là qui
peuvent éventuellement nous poser un peu
de souci au niveau de l'accrochage sur
des végétations humide
voilà donc on va corriger un petit peu
aussi avec des mouilles en décollant etc
mais
là on commence à avoir des doutes un peu
limite qui laisserait de ruisseler en
cas de gros mais très importantes alors
les buses à dérive limité on commence à
grossir un peu le spectre il ya pas de
secret c'est les grosses gouttes qui
dérive - c'est comme ça que ça
fonctionne il n'y a pas de magie donc on
a plus de grosses gouttes qui vont
éventuellement rester et on perd un
petit peu de la couverture c'est la
couverture laissé deux le nombre
d'impacts au cm² inquiets qu'ils
commencent à chuter
donc on n'est pas forcément dans le bon
compromis
alors après il ya des variantes voilà
une autre forme de buses la tétée turbo
t jet set 12 là va être intéressante
parce que le spectre est plus homogène
ses débuts ce qu'on a mis pas mal chez
des gens qui roulait très vite et donc
les spas copie culteurs à l'époque
utilisez pas mal ça ça donne un peu de
souplesse aux champs
quand on roule très vite on a un
problème c'est de démarrer et
ben quand on travaille à deux barres et
demi en moyenne c'est plus facile de
travailler un bar et demi en moyenne
parce qu'il faut atteindre sa vitesse
pour avoir la bonne pression et donc du
coup ça prend plus de temps quand on
roule très vite que le temps quand on
roule un peu plus doucement donc ça
permettait d'ouvrir en dessous d'eux est
un petit peu mais le champ était quand
même traité à des pressions plus basse
mais
dès le départ bon après y'a d'autres de
petites combines pour pour gérer ses
entames de chant et ne pas trop perdre
d'efficacité les buses à injection d'air
voilà pourquoi je vous dis que ces deux
là sont vraiment catastrophiques faut
être clair au niveau de la qualité plus
est en tout cas elles ne sont pas
adaptées aux bas volume ça c'est quelque
chose qui est très très clair autant si
on met 300 litres d'eau de 100 200 300
on va arriver à faire une certaine
couverture maintenant viendra pas
traitées soit l'arroser avec ça ça c'est
clair que trois quarts des de la
quantité d'eau ou de la bouillie va
couler donc ça peut pas marcher
et puis en termes de couverture si on
est en bas volume ça marche pas non plus
donc c'est limité
au moins 100 litres voire plus sans
produits de contact dans la bouillie et
voire 200 à 300 litres
si on a des produits de contact donc
c'est quand même des grosses quantités
d'eau on est plus habitué est quelqu'un
qui est aujourd'hui qui travaille à 80
ou 100
il va pas remettre 300 demain ça c'est
sûr en gros ce qu'on est capable de
faire quand on vous dit il faut mouiller
ses doublés ce qu'on fait quelqu'un qui
est à 50 km sans quelqu'un qui à 81 850
mais on passera pas de 50 à 300 c'est
dans la tête ça marche plus que ça
marche pas alors après il y avait
plusieurs types de buzeins débuterait
filet où ça c'était pour la zot la
répartition de l'azoté quand même le
très intéressante avec cette espèce de
grosse pluie ça peut marquer un petit
peu les feuilles la végétation dire
qu'on peut avoir vu du chemin un champ
de céréales un peu jauni un peu cramé
entre guillemets mais pour autant chaque
plan de touché et peut toucher alors que
sous un filet quand vous avez un filet
qui brûle ben si brûle il a c'est la
plante entière quasiment qui et qui est
morte
voilà donc c'est pas un problème il faut
travailler en pulvérisation un peu
grossière mais les sept trous sont bien
adaptés pour les épandages la zot
et je les montre aussi ici parce qu'on
peut aussi de temps en temps faire des
produits racinaires les racinaire
systémique avec ce type de but quand les
conditions permettent pas de faire autre
chose voilà alors je montrais un exemple
avec un essai de chars valises notamment
enfin quatre essais par nom ou
on a trois volume de bouillie à
l'hectare donc 150 litres 80 ou 50 là
bas et deux types de buses but à fente
classique et injection d'air donc
petites gouttes grosses gouttes 1 pour
faire simple le désherbage abbas
d'emblème donc du brome aux-in octane
hoat donne des résultats identiques
quand on est à cent cinquante huit
hectares quel que soit le type de bus
quand on est et on va perdre de
l'efficacité de la buse anti dérive
quand on baisse les volumes doré
l'hectare d'accord 80 lits doyer ont
commencé à décrocher avec la brillante
idée rire et à 58 hectares on a un
décrochage qui est significatif alors
pourquoi la question à se poser c'est
pourquoi ça marche à 158 pourquoi ça m'a
plu quand on descend à 50
donc en gros c'est lié aux produits
notamment un l'emblème donc le brome
aux-in il produit de contact qui brûlent
là où ils touchent évidemment quand on
baisse les volumes d'eau ha ben on a pu
suffisamment d'eau pour faire
suffisamment d'impact
donc on peut faire des brûlures sur des
failles non vas pu tuer les plantes
alors qu'avec beaucoup plus d'eau est
bon on va continuer à couvrir
suffisamment pour détruire les mauvaises
herbes
donc voilà c'est le bas volume est
incompatible avec les grosses gouttes
anti dérive en moyenne en tout cas avec
les premiers contacts c'est certain
voilà donc ce qu'on va chercher c'est un
compromis au niveau de la taille des
gouttes un un compromis du du genre 200
à 300 microns au vu du talent heures
mais concrètement les plus tôt à 282 170
jusqu'à 300
si on veut faire plus fin on a un souci
c'est de maîtriser les conditions
d'application les goûts très fine vont
dérivés très vite et s'évaporer aussi
très vite donc à la limite en serre on
peut on peut y arriver mais quand on est
à l'extérieur on peut pas travailler que
des gouttes trop fine c'est ingérable
et puis les gouttes trop grosse
al'inverse devons nous poser problème
notamment du ruissellement
puisqu'on aime bien venir travailler le
matin de bonne heure quand ya pas de
vent et quand il ya de la rose est par
exemple c'est pas compatible avec la
rosée donc on est sûr ce compromis
taille des gouttelettes relativement
gros sont quand même dans les chais les
détails de gouttes autour de trois cents
300 microns et ça on va le trouver donc
notamment celle sur la xf alors la
filtration on en parle un petit peu
c'est à dire que évidemment que quand on
met des petites buses on a tendance à
bouger plus et bouger plus ça veut dire
adapter la filtration
donc vous avez un tableau de
correspondance entre la taille des
gouttes par dont la taille des buses et
le calibre de filtres qu'il faut en face
il faut pas sûr filtré pour autant parce
que ça fait fort c'est la pompe
on a du mal à monter en pression
mais il faut filtrer correctement pour
pas bougé donc voilà alors tous les
appareils sont pas égaux devant le
bouchage malheureusement un des premiers
problèmes c'est souvent un dépôt donc
après le rinçage vous avez des zones
soient des tuyaux courbet soit des
dépôts à droite à gauche au niveau des
soies des débuts ce soit des porte- mu
il se dépose du produit absolument de
partout d'ailleurs quand on grince un
appareil avec où on a traité qu'un
produit jaune entre guillemets donc du
prolo du challenge
on voit très bien que prince une fois
deux fois trois fois vous mais si on
rase et 4 x 5 x 6 x on aurait toujours
la couleur c'est parce qu'il ya toujours
du produit qui traînent dans l'appareil
donc le bouchage c'est quand même
catastrophique je pense qu'ils les
voient là on peut adapter un petit peu
on a souvent les appareils à rampe
enfin la circulation standard ou le
produit arrive dans la rampe et puis il
est il sort tous tout ce qui arrive à la
rampe va sortir au niveau des buses on a
donc souvent des bouts de troncs sont
parlés bout de tronçons c'est un
problème parce que on accumule du dépôt
un canton 20 c'est pareil on met la
machine en pression quand on aura à ses
côtés son pouce toujours le dépôt donc
on ne le fait pas sortir comme ça donc
la première chose dans un premier temps
c'est le maître des robinets ou donc
d'aller ouvrir systématiquement les
bouts de troncs sont alors c'est un
petit peu fastidieux moi je conseille
souvent et c'est pas très compliqué à
faire mais ces deux de faire une
alimentation par les deux bouts il
suffit de couper le tuyau mais teinté ou
y par non et puis on alimente des deux
côtés et là vous aurez plus de boutre
ans on n'aurait plus le souffle ce
phénomène là alors on augmenta tout
petit peu je suis d'accord le
volume or la quantité bouillie qui va
traîner dans la machine dans les tuyaux
mais globalement ça se passe très bien
et on a éliminé un problème de bouchage
l' avantage aussi quand vous êtes dans
des pentes ou donner des verts vous avez
une répartition de la pression qui est
plus homogène dans en alimentant par les
deux bouts comme ça plutôt que de
pousser en bain et que ça monte vers le
haut ou là on peut avoir des problèmes
de de l'equilibre de pression dans la
rampe et les bus du bouquet bouquet qui
coule plus et puis celle du bac où la
pression est suffisante et est notamment
plus fort voilà donc ça c'est des trucs
tout bête qui permettent de alors
pourquoi les fabricants ne font pas ils
le font pas parce que ça coûte de
l'argent
voilà en gros personne ne leur demande
donc ils vont pas s'embêter à faire ça
et puis ils ont toujours l'argument du
rinçage en disant ben oui mais ça fait
dix tués en plus voilà mais c'est
largement compensée par le gain
notamment sur les bouchages alors pour
revenir au filtre en gros si on choisit
une bulle verte
il faudrait mettre un filtre vert voilà
c'est verre sur verre c'est magnifique
bon après ça marche plus si on a une
bulle jaune où il a séduit 80 miles 80
mais chez le filtre et bleu un pour le
code européen
moi personnellement je déconseille de
voir des des filtres à chaque but je
préfère qu'on mette un filtre donc sorti
de sortie de pompes évidemment sur
général et ensuite éventuellement si ça
continue la bouche et éventuellement par
tronçons mais pas au delà pourquoi
simplement parce que la buse normalement
on estime que pour pas par le pape à la
buse mais le filtre il doit être vérifié
régulièrement et en gros quand on a un
filtre par bus on va pas les ouvrir à
chaque fois pour savoir s'ils sont plus
ou moins colmatée donc du coup on va
attendre que la blague ne coule plus du
tout et avant de plus cool et du tout
mais au final on a déjà un prêt
colmatage avec un problème de débit par
ruse qu'on ne verra pas et donc on va
laisser courir ça donc voilà
alors c'est surtout hardy qui monte qui
monte des filtres à toutes les buses
maintenant ça commence à se terminer en
termes de qualité de pu lever en aborde
sa part la taille des gouttelettes et
vous voyez très bien vous savez
pertinemment que malheureusement les bus
de calibre pas toutes les gouttes de la
même taille
ça ce serait génial parce que l'on
pourrait maîtriser même du 200 microns
mais à chaque fois que vous perdez des
15 20 ou 30 microns en moyenne sur la
moyenne de la taille des gouttes on
augmente de façon exponentielle
les fines gouttelettes donc c'est un peu
compliqué mais on a deux données donc la
première c'est le vm des volumes moyens
diameter ou volume médian pardon
diameter et puis donc ça c'est une
machine qui nous donne ça
qui va donc sur un lit de pulvériser
dans la machine vous dire la moyenne de
la taille des gouttes ça veut dire que
0,25 et pulvériser des détails de good
plus fine et 0,25 un détail de good plus
grosse et en même temps elle compte les
gouttes
donc c'est le nm10 number médian
diameter en comptant les gouttes donc je
sais pas s'il ya 1 milliards de gouttes
dans le litre le vosgien il ya 500
millions de gouttes plus fine que la
moyenne et 500 millions goûte plus
grosse que la moyenne alors ça sert à
quoi ça sert surtout à faire le rapport
entre les deux entre la taille des
gouttes moyenne en fonction du volume et
la taille des gouttes moyenne en
fonction du nombre
et quand on fait le rapport du véndée
sur 1 md on a la qualité de la
pulvérisation laxiste si la valeur était
à 1
c'est existe pas je rassure tout le
monde ça n'existe pas mais si la valeur
était à 1 en réalité on aurait toutes
les gouttes de la même taille alors au
mieux on fait en a fait avec le giro
j'ai de chez techniquement à l'époque
entre 1 2 et 3
c'était assez formidable au niveau de
qualité pu lever on a vraiment gagné
c'est à ce moment là avec ses giro j'ai
malheureusement c'est ainsi disparu
maintenant aujourd'hui mais c'était un
outil quand même qui était certainement
un peu trop en avance à l'époque qui a
pas trouvé vraiment son public on
pouvait pas faire d'ailleurs avec enfin
il est tout un tas de petits petite
contrainte les temps fin le besoin en
électricité pour faire tourner ses
moteurs étaient un peu gourmand les dix
neuf années les problèmes électriques
non pas face à l'époque les tracteurs
étaient certainement un petit peu léger
à ce niveau là et donc ça n'a pas pris
beaucoup léger pinceau donc c'est ce
qu'on utilise essentiellement ça va 2 à
8 alors de 8 qu'est ce qui fait la
différence il ya le type de bus au
départ évidemment une buse anti dérive
fera plus grossier et plus variés et
variables en termes de taille des
gouttes moyenne
mais
la pression d'utilisation fait beaucoup
c'est énorme la pression d'utilisation
plus on monte en pression plus on va
exploser la variabilité autour de la
moyenne
il faut travailler en basse pression ça
c'est vachement important
enfin c'est très important voilà les
buses type peer war alors elles sont
réservées aujourd'hui quasiment à des
applications sur des des petits
pulvérisateurs sur les semoirs où on va
traiter juste sur le rend par exemple
avec ce type de busan voilà donc en gros
l'usure des buses bon voilà ici un
exemple avec une des photos donc d'une
buse neuf ou c'est relativement homogène
le profil est bon l'abus jugé assez
intéressant de voir que la buse et elle
suce pas de façon homogène
ça c'est vraiment surprenant pour
certains mais vous avez un passage
préférentiel de la bouillie dans la buse
qui fait qu'elle va s'user plus à
certains endroits que d'autres l'impact
de sa directement ça va être un problème
de répartition
même si on sait gérer le débit en litres
hectares ou en 8 minutes
on aura un problème de répartition sur
la largeur donc c'est une buse usées à
partir de 7 8% 10% maximum on va la
mettre au rebut et quand on commence à
changer une vue sur un appareil en mieux
en général vaut mieux changer la
totalité
puis ça c'est une buse endommagés donc a
été matraqué malmené par un opinel ou
parent un bout de matériau plus dur que
le corps de musée en tout cas et ça ça
nous passe est mortel pour une buse de
faire passer un des matériaux trop dur
ça c'est clair
donc l'incidence de ça ça va être un
problème de répartition aussi un
problème de débit fin voilà y'a plus
rien qui va on va voir du surdosage ou
du sud aux âges dans tous les sens ça
c'est hors de question
voilà donc en gros quand on bouche une
buse auchan l'idéal c'est de pas
changer la buse où le corps de buses
c'est d'avoir un ensemble écrou juin
tout près propre ça on peut le changer
avec des gants on se pollue pas les
mains et c'est alors que enlever un
joint à enlever une buse on pose sa sur
le cadre le joint il se casse la figure
on le cherche pendant un quart d'heure
ça met les nerfs
etc etc bon voilà et puis tranquillement
rentrer à la ferme vous pouvez rechange
et le vous pouvez nettoyer tout ça voilà
alors ça c'était pour illustrer le choix
des angles pulvérisation entre 80 degrés
ou 110 degrés
là vous avez exactement la même buses
110 pour unix et arty jet donc basse
pression et ijet 110 degrés ou 80 degrés
c'est la même vue sauf l'angle et là
vous avez le pourcentage de gouttelettes
fine sensible à la dérive on va dire
créé par parle parle la buse
donc il ya 14 % de gouttelettes
dérivantes pour un bar 5 pour la 110
degrés est pour le même débit le même
type de buses le même débit à l'hectare
vous aurez 2 % uniquement en gros une
dizaine de pourcents de risques de
dérives en moins avec les 80 degrés par
rapport aux 110 et ça vous pouvez me
croire vous aller face à se voit quoi
c'est pas du baratin
c'est vraiment concret voilà alors après
si on monte en pression bas l'écart
restera le même mais il ya un hic serbes
ont pu être adapté à des pressions aussi
forte
alors si on passe on anti dérive
injection d'air pardon en dg limitation
des rives voilà pareil même comparaison
quand on est en pression basse mais en
général on travaille à plus forte
pression les quarts
et un petit peu moins important mais bon
voilà 80° reste un petit peu moins
dérivant dans ce cas là mais c'est
surtout pour les buses ixair où c'est
important de ne pas se tromper la 80
degrés est indispensable c'est vrai
quand vous allez chez un vendeur de
buses et vous demandez les 80 degrés
souvent
la réaction est assez une réaction de
surprise en tout cas en 10 ans mais ça
se fait plus ça se faisait à 30 ans
maintenant elle est passée à autre chose
et c'est en gros je vous conseille
fortement à 80° parce que sinon vous
aurez des soucis et des surprises voilà
est-ce que la vitesse de traitement l'a
évoqué un petit peu de chaleur augmente
le risque de dérives
évidemment oui parce que les
gouttelettes film va avoir plus de temps
pour tomber
donc ça c'est quelque chose et surtout
quand on accélère au chant c'est plus de
pression donc plus de pression il ya le
plus de risques de dérives ça c'est
mathématique qui a pas de secret hopla
la hauteur de pulvérisation alors en
général j'essaie de demander si vous
savez par exemple le temps que va mettre
une gouttelette 300 microns pour passer
de l'art emploi la cible ou de la buse à
la cible ça la rend en gros ça mais à
peu près une seconde pour tomber des 70
80 centimes
et puis vous avez toutes les gouttes les
deux films qui sont derrière là qui vont
qui vole un peu et qui veulent même un
peu beaucoup à dire que là on a un
problème c'est que certaines bouteilles
sont au dessus de la rampe
c'est à dire que au lieu de tomber
d'être tirée par le sol elles sont elles
commencent à monter et là
malheureusement ces gouttelettes là
elles sont perdues perdu en termes de
traitement pour vous et malheureusement
elles sont d'un vaporiser dans
l'atmosphère elles vont s'évaporer l'eau
va disparaître et la molécule va être
dans l'air et c'est parti pour de la
pollution atmosphérique du coup on n'en
parle pas trop trop de la pollution
atmosphérique mais en réalité ça c'est
un phénomène qui est très très important
c'est à dire que voilà la qualité de
l'eau c'est une chose mais la qualité de
l'air c'est un deuxième un deuxième
élément et je ne sais pas si vous c'est
tout le monde sait que
globalement depuis une bonne dizaine
d'années maintenant il ya des
prélèvements d'air ils sont faits
pendant les périodes de traitement
autour de chez chacun d'entre nous et
cumulent des données on est en risque
bien d'avoir un règlement là dessus
alors ça c'est lié aux conditions
d'application 1
c'est à dire que vous avez un c'est un
traitement d'après midi visiblement quai
paquet pas adapté là en l'occurrence ces
gouttelettes là
si c'était le matin de bonne heure avec
de l'hygrométrie elles seraient attirés
par l'humidité
elles seraient attirés par le bas quand
on traite le soir on a un problème
surtout quand il a fait chaud la journée
on a un seul qui réchauffer l'air va se
refroidir avant le sol évidemment il ya
plus d'inertie dans les modifications de
la température du sol et un air plus
frais qui tombe sur un sol chaud va se
réchauffer et va remonter donc on a un
courant ascendant à ce moment là qui
fait que ça emmène ses petits goûters de
films qui sont emmenés par les ailes
sont emmenés dans ce courant d'air
ascendants c'est vraiment pas bon du
tout pour personne donc soit il faut
attendre très tard ou attendre le
lendemain matin pour faire un traitement
c'est quand même pas plus mal oui alors
pour finir c'est même celles qui
tomberait celle qui tomberait ces
gouttelettes là elles vont mettre 10 15
fois plus de temps un 10 à 15 secondes
par rapport à une seconde pour les
gouttelettes de 300 microns elles vont
mettre beaucoup plus de temps donc plus
de temps exposé la dérive plus de temps
exposé à l'évaporation et c'est donc
c'est quand même un souci alors quand il
fait chaud comme ça qu'on n'a pas le
choix il faut faire des grosses gouttes
inquiets de la masse de l'énergie qui
savent garder l'énergie de la pression
pour aller jusqu'à la cible
donc ça veut dire à la limite c'est anti
dérive faut pas hésiter à ben ça c'est
catastrophique
bon mais c'est ainsi
évidemment la taille des gouttes bon ses
influences le risque de dérive pas de ya
pas de secret on parle souvent du vent
donc il ya l'aspect dérive etc puis il
ya aussi le maximum autorisé donc
aujourd'hui c'est à peu près 19 km heure
3 beaufort on n'a pas l'aura de dépasser
ça c'est la réglementation mais de toute
façon 20 km heure devant c'est déjà
beaucoup
c'est déjà un vent énorme donc on ne
sort pas naturellement avec 20 km heure
devant et quoi qu'il arrive et au mieux
avant d'être et un vent d'ouest et je
pense qu'avec des petits goûters en bas
volume jusqu'à 8 10 km heure ça va au
delà de ça ça commence à être un peu
compliqué quelque chose qu intéressante
si vous avez sans doute remarqué c'est
que quand il ya une grosse hygrométrie
on accède plus facilement du vent le
vendre à moins d'impact
au crémant dérive alors contre
commettriez pas bonnes la directement
même 3,4 km heure devant ça va être très
compliqué alors le phénomène c'est que
en tombant les 300 microns dans une 1ère
humides vont rester à 300 microns donc
elles vont garder leur énergie et elles
vont pouvoir la garder en se confrontant
à l'air alors que quand l'air est sec
très vite avons perdu de l'eau et on va
assez rapidement voire des très fines
gouttelettes qui vont être emmenés par
le courant d'air voilà en gros c'est le
phénomène donc le vent plus acceptable
en bonne et grande maîtrise je passe ce
tableau voilà c'est plus plus concret
donc cdd papier sensible que j'avais
fait un jour où il y avait un petit vent
de travers donc voilà j'étais dans le
j'étais là pour faire ça donc
les collections sont ce qu'elles sont il
ya du vent bon on a profité pour faire
un peu la dérive et du coup un vent
moyen de 10 km a si bien avant moyens
parce que malheureusement c'est toujours
pareil s'est jamais réguliers ou c'est
rarement régulier du vent donc cédé des
bourrasques des rafales ceci étant ces
trois papiers les trois premiers sont
faits sous la rampe
donc je mets mes papiers sous le jet on
a une couverture qui est relativement
correct
au niveau du nombre d'impacts ça va on a
quelques grosses gouttes mais bon c'est
encore acceptable par contre chez le
voisin on a des on a une bonne pu lever
aussi coin donc on a déjà cramé 1 m
c'est de façon certaine 3 m 6 et du
produit agressif ça va aussi être un peu
difficile jusqu'à 5 mètres alors je sais
pas si ça se voit bien mais en tout cas
on a quand même quelques micro
gouttelettes qui vont assez loin on et
115 hectares avec des buses 110 degrés
donc 0,3 ça c'est le réglage de
l'agriculteur le premier passage comme
ça je lui demande de passer comme si
traité dans ses champs je touche à rien
donc voilà on a un vent moyen 10 km
heure donc c'est quand même important
la dérive alors bon je me dis il ya du
vent on va mettre des anti dérive
donc on met les anti dérive donc les
limitations des idées j'ai toujours 110
degrés et des vertes cette fois c'est ce
que j'avais avec moi
70 ha du coup donc on a on a baissé le
volume même auteur même vitesse la
pression de bar 8 de bach vite parce que
je suis avec des buses anti dérive me
dis je vais limitation des risques je
vais mettre un peu plus de pression
c'est ce qui se fait en moyenne 1 et on
a toujours ce vent aux moyens à 10 km en
plein travers alors là j'ai perdu en
couverture énormément donc la qualité pu
lui et bâle est en baisse par contre
j'ai la bonne le bon calibre de deux
gouttes finalement il est chez le voisin
donc c'est pas top mais ça veut dire
quand même que
même et malgré cette buse dg limitation
des rives
on a quand même de la dérive alors il
aurait fallu baisser la pression
1 sauf que ces buses la bassée entre
2003 quand on travaille donc c'est pas
adapté en fait
du coup ensuite j'ai mis des ixair dans
de basses pressions 80 degrés et 0,15
toujours en vert là je suis à un bar 3
mais la différence est là
essentiellement un bar 3 elle abusée
qu'un bart romano en plus donc je me
tate à 1 1 2 1 25
mais en tout cas il ya souvent une
petite perte de pression entre le
manomètre et le et la sortie à la buse
j'ai une qualité de pulvé qui est
relativement correct d'accord c'est à
dire que j'aime et une taille des
gouttes et homogène et je dérive un peu
moins même si j'ai peut-être de la
chance ce jour là j'ai pas eu la
bourrasque quand c'était ma cette buse
là et c'est peut-être n'empêche que je
peux dire sans exagérer sans exagérer je
peux dire que je ne dérive pas plus
qu'une buse à dérive limitée et
soi-disant donc et ce qui est essentiel
c'est de gérer la pression
quand il ya du vent vous baissez au
minimum est donc cette base-là permet
d'aller jusqu'à un bar en baisse aux
minimes et on baisse la rampe
1 - d'expo moins de temps d'exposition
au vent voilà c'est deux choses
normalement si on ne peut pas traiter
avec unix r ça veut dire que les
conditions sont pas bonnes c'est à dire
qu'il est souhaitable de pas traitées
maintenant le vent il est ce qu'il est
il n'y en a pas en sortant de la ferme
il y en a au chant quand on arrive c'est
il faut s'arranger avec un et à
l'extrême on mettra une ax est une anti
dérive à injection d'air
voilà donc là je passe sur un certain
nombre de choses à un élément qu'on
connaît pas toujours très bien c'est
l'évaporation même à 90 d'hygrométrie on
perd déjà 5% de la bouillie alors 5% oui
à 60 go maîtrise j'aime bien ce chiffre
là parce que c'est celui qui est donné
par tout le monde comme étant la
référence minimum pour les gros metrics
et on perd 20 + 5 en réalité 25% de la
bouillie c'est quand même phénoménal
quoi laisser traiter les gens à 70 comme
et tribun voilà on évapore un quart de
l'eau est à 32 go maîtrise et +25 donc
on est à 50 %
c'est ce que je vous disais tout à
l'heure faire du papier sensible à 5
heures du matin ou 5 6h et 12h ou de 14h
c'est la traduction de ça en fait on
perd la moitié
bon c'est vrai qu'on perd pas la moitié
du produit puisque c'est les fines
gouttelettes qui s'évapore mais on perd
quand même déjà du produit c'est
important
alors évidemment si la température plus
température élevée avec une hygrométrie
est faible dans on accélère les
phénomènes et du coup ce phénomène donc
des gouttelettes qui passe au dessus de
la rampe à sont perdus pour tout le
monde
malheureusement pas pour la pollution
atmosphérique mais voilà c'est un
phénomène qui est important et qui est
vraiment maîtrisable en revenant traiter
le matin de bonne heure là dessus vous
n'avez pas de souci d'ailleurs les gens
qui le font et vous êtes nombreux à le
faire également au ça se voit et on voit
que la bouillie et les fines
gouttelettes sont attirés par le sol
quand on a des gros maîtrise sur les
feuilles pas ou de la rosée sur les
feuilles c'est vraiment à mettre en
avant
alors ce tableau là est pas
inintéressant non plus on est toujours
sur une base 200 me convainc de 100
microns 300 microns là on a on n'a pas
de chiffres delà de 200 donc on va
utiliser celui-ci traité donc avec des
gouttelettes de 200 microns dans une
hygrométrie à 80 ou dans une migros
mettrie à 50 50 % le temps de vie
c'est-à-dire là le temps où la boue tête
va y rester liquide ses 200 secondes à
80 dégommer tri et ses 56 secondes ici à
50 gros maîtrise sa part est alors tout
à l'heure je dis ça mais à peu près et
demi une seconde pendant une seconde
pour tomber
sous-entendu de sang ou 56 et pas c'est
pas limitant finalement puisque le greta
le temps d'atteindre la cible mais en
réalité il ya d'autres phénomènes qui
vont intervenir et notamment la
pénétration des produits dans les
plantes ainsi cédé produits systémiques
hydrosolubles vous avez ici quatre fois
ou plus de temps de deux devis en phase
liquide que ici et ça sur le taux de
pénétration des molécules dans les
plantes c'est un élan important et on va
même essayer d'augmenter ce domaine là
avec des humectants à essayer de faire
durer la phase liquide le plus longtemps
possible
c'est vraiment une clé pour notamment
pour les désherbants voilà donc voilà
puis après si vous avez les toute fine 1
qui traîne
tant de vies 12 secondes bon ça va ça
permet de tomber
par contre distance d'extinction c'est à
dire la distance capable de parcourir 7
gouttelettes de 50 microns dans une inde
en 1ère à 80% c'est 13 cm donc ça ira
pas la cible
quoi qu'il arrive évidemment à 50% des
gros c'est encore pire temps 18 3
secondes et demie donc là c'est la même
en temps de vie ça n'a pas le temps de
toucher et distant d'extinction 3 cm de
haut et que ça va pas loin
voilà ben ali donc pour conclure sur sur
le les buses
on travaille prioritairement avec les xl
en basse pression là-dessus et ijet en
toute façon en gros toutes les personnes
qui parlent de qualité depuis levé on
tous le même que la même conclusion
enfin pour la grande majorité en tout
cas au niveau qualité on est sur le hic
certiid jette donc j'ai proposé des
calibres de 0,15 donc la verte 02 la
jaune 0,25 la lila et puis voilà à
l'extrême limite la bleue en 03 toujours
en 80 degrés ça c'est important
avec des pressions de travail
conseillers autour d'un bar 3 et quoi
qu'il arrive entre 1,1 et 1,7 1,8 un bar
5 pour la 02 un bar 5 pour la villa
c'est la même impression et un bar 75
jusqu'à deux barres de bach et demi pour
la 0,3 et puis en anti dérive puisqu'on
est obligé d'en avoir que autant prendre
la moins pire de toutes
la moins pire de tout aujourd'hui ces
laïcs sert toujours tes petits jets
d'ailleurs et ixair donc c'est que du
110 degrés c on n'a pas le choix c'est
du 110 degrés tout plastique 1
mais ça permet de faire un travail
correct une homogénéité tas de taille
des gouttelettes qui est meilleur que ce
qu'on avait avant avec les lechner les
modèles donc on va travailler avec ça ax
r l'autre avantage de la xe rc que l
c'est une anti dérive injection d'air
basse pression shetty jet la
nomenclature ixair ça veut dire basse
pression et à y injecter son d'airs ça
c'est vachement intéressant parce que
imaginons qu'on est on a une jaune
d'installer un ixair sur son appareil
entre est en bonne position puis tout
d'un coup le vent monte et on
préférerait passer en a ici vous avez
une ax air basse pression du coup vous
pouvez garder vos réglages donc vous
tourner les buses et vous gardez vos
réglages avant ont travaillé à deux ou
trois fois plus de pression avec les
anti dérive
ça ça permet de gérer ça et donc vous
terminez votre pulvérisateur avec les
mêmes réglages même vitesse d'impression
et du coup vous n'avez pas de problème
de débit vous pouvez travailler
correctement avec ça voilà sans avoir à
trifouiller dans l'est les pressions les
vitesse d'avancement et c'est pour
essayer de trouver le bon équilibre
alors ici on parle vraiment de la
qualité de pu lever et de l'impact de la
couverture du nombre d'impacts hawk
centimètres carrés nécessaires par type
de produits donc l épaule et qui sont
plus ou moins exigeants en gros un pur
au niveau de la qualité de la
répartition de la bouillie sur la fois
sur la plante
les produits les moins exigeants en
qualité de pulvé on va retrouver
évidemment alors insecticides
systémiques qui n'a pas de très nombreux
aujourd'hui les herbicides de prélever
sur tout ce qu'on appelle les racines
ère post semi prélevés évidemment quand
on a un produit au sol ce qui va le
répartir après ça va être surtout la
pluie la pluviométrie que vous mettiez
ça ben ali 30 litres ou sans ça change
rien c'est pas ça qui va faire marcher
le produit par contre était pas trop bas
en volume de bouillie avec dégoût de
films qui vont s'évaporer
surtout si le sol est sec quand le sol
est sec évidemment on va perdre plus de
matière active
mais bon au niveau de la qualité du
pulvé en de la pulvérisation ça va être
30 25 30 impacts ou 20 20 à 30 impacts
et puis vous avez le round up soit que
le round up c'est les glyphes aux
attentes générales qui eux sont aussi
marche mieux à la limite quand ils sont
concentrés dans les moindre goutte et
avec moins d'1 de couverture c'est
vraiment un produit un peu particulier
et est ce qu'on sait aussi c'est que moi
yade au mieux c'est le glyphe au moins
yade aux plumes plus il fonctionne donc
ça faut pas hésiter à le faire en bas
volume et c'est d'ailleurs un des points
des seuls produits qu'on conseille que
je vous conseille en bus anti dérive et
peu d'eau à l'hectare donc une
cinquantaine de litres avec des buses
anti dérive c'est parfait pour l'aube il
faut évidemment puisqu'il est dégradée
en partie ou bloquées en partie par
l'eau muayad au moyen de bloqueurs et
donc plus vous gardez une matière active
en gros des produits intermédiaires en
termes de qualité pulvé donc 30 à 50
impact au centimètre carré
là on a toute la gamme des
pyréthrinoïdes de synthèse un contact et
ingestion toutes les pires être donc les
herbicides de post-levée systémique
ceux qui vont sur des plantes sortie
déjà rentrés par les feuilles et
circuler dans la sève des produits de
post-levée pénétrant un nouveau -
circuit dans essais mais il rentre dans
la plante pour travailler et en gros
toute la gamme des fongicides systémique
à ceux qui rentrent dans les plantes qui
vont être véhiculé par la sève aussi et
puis les produits qui sont très
exigeants couverture massé tout bêtement
des produits de contact
c'est relativement évident mais que
soient les herbicides comme la carf
intra zone par exemple le broc sinon la
cité tout à l'heure
ces produits là sont impactés par la
couverture il faut qu'il faut toucher un
maximum de surface de feuilles les
herbicides foliaires racinaire de
contact
là on est aussi sur des produits
racinaires avant la levée des mauvaises
herbes mais ils vont agir
ils vont se fixer dans le premiers
centimètres du sol ils vont y rester et
ils vont contaminer et la plantule va on
va se contaminer l en traversant cette
zone où il ya la matière active et ça et
pour ça il faut une répartition
quasiment identiques un produit folha
d'accord donc ça c'est intéressant et
c'est intéressant c'est important de
connaître quand on met un produit en
poste me prélever de savoir si c'est un
racinaire systémique ou un racinaire de
contact voilà les et puis toute la gamme
des fongicides de contact je vais citer
le plus haut tas de nice est évidemment
c'est le plus le plus connu alors pour
réaliser cette couverture en nombre
d'impacts ici 20 30 40 50 imaginons
qu'on prenne un fongicide à 40 impact au
centimètre carré
ça c'est ce qu'il faut donc pour que il
fonctionne et que je fais une
pulvérisation entre 250 et 300 on est à
peu près ici il faut à peu près une
quarantaine une quarante 40 à 50 litres
hectares pour réaliser nos cinquante
impact ou 40 donc 32 lits 33 litres pour
faire 40 impact voilà avec des gouttes
relativement fine on peut faire de la
couverture avec peu d'eau à l'hectare
quand on vous dit des fois et pour ce
produit là faut mouiller il faut mettre
de l'eau etc
en fait il faut il faudrait plutôt qu'on
vous dise
il faut telle quantité d'eau avec tel
buzet telle pression parce qu'en réalité
c'est ça la qualité s'est pas uniquement
là le volume d'eau si on sort avec des
buses anti dérive à 4 150 microns ce qui
est à peu près la moyenne d'une buse
anti dérive standard
pour faire nos 40 impact il nous faut
200 litres à l'hectare donc c'est pas
suffisant de dire faut mettre de l'eau
il faut aussi dire avec quelle taille
des gouttes parce que sinon c'est pas on
peut se tromper est passé au travers
c'est à dire mettre 100 litres par
exemple quand on est à 50 en pensant que
c'est mettre beaucoup d'eau c'est vrai
mais ça peut être largement insuffisant
avec une taille de gouttes
à 4 150 microns voilà en gros un donc ça
ça vous donne un petit peu l'enjeu et ça
nous permet de comprendre pourquoi ça
peut marcher aussi en bas volume le bas
volume c'est pas du hasard c'est pas la
concentration dans ce qui fait marcher
une interactive sur une plante en
désherbage
c'est d'abord la quantité de matière
active sur la cible et dans la plante
donc on va essayer d'optimiser tous les
postes pour le faire rentrer pour que
produit marche bien et tu sais c'est pas
simplement la concentration et
heureusement que c'est pas la
concentration qui marche qui fait
marcher le bas volumes parce que quand
vous traitez sur la rosée par exemple
sur une rose et il ya déjà 5 600 lindo
sur les plantes à l'hectare elle peut y
avoir jusqu'à dix mille litres d'eau par
terre à l'hectare 1 mais sur la plante
sur la mauvaise herbe sur la plante il
ya déjà 5 600 litres qui sont sur les
feuilles
donc si votre produit comme vous l'a
mené à 50 litres il est déjà diluée dans
500 donc forcément enfin heureusement
que ce n'est pas un problème de
concentration sinon on pourrait pas
traiter par la rosée quoi voilà alors le
nombre d'impacts au centimètre carré
c'est vraiment la taille des gouttes ici
il ya un papier sensible un premier qui
est fait avec une pulvérisation à 20
litres ha ma literie tard ça fait pas
lourd
d'accord
et des gouttelettes de 200 microns
vanité coûtera 200 microns on arrive à
129 impact au centimètre carré
si on fait la même pu lever toujours à
vingt huit hectares avec du 300 microns
au lieu de 100 on passe à 40 impact peu
qu'on ait eu très vite sanctionné en
couverture 1 et si on continue à grossir
la taille des gouttes en allant vers
lentilles dérive toujours être nos vingt
huit hectares on passe à une quinzaine
d'enfants entre 15 et 20 impact au cm²
donc là ça peut commencer ça commence à
être limitant pour beaucoup de produits
sains ici on est limitant pour les
produits de contact mais tous les
systémique ça peut quand même aller et
puis là on est limitant pour rien du
tout sauf que la difficulté qu'on a
c'est de contenir maîtriser cette
pulvérisation avec une moyenne de 200
microns ça c'est ça la difficulté qu'on
voit donc en gros ça c'est très
compliqué à faire et ça se trouve
souvent dans des périodes assez cours de
la nuit où on peut travailler comme ça
donc ça va limiter ce qu'on appelle les
façons les fenêtres de tir
on va avoir très peu de temps dans la
journée et dans la nuit essentiellement
pour bien travailler
voilà donc ça donc je vais passer alors
pourquoi pourquoi ti jet a1 quand on
fait un petit peu le tour des
différentes marques sur les différentes
buse malheureusement on trouve pas en
bas volume en tout cas de bus adaptés on
la trouve et uniquement pour l'instant
en tout cas
shetty jet ici vous avez
un exemple avec des halles buses haïk si
donc ces limitations des rivaux si c'est
un petit peu le même que laïc c'est en
tout cas le fabricant l'annonçait comme
stèle quand on prend une verte ou une
jaune à deux barres par exemple on est à
150 microns en moyenne je l' ai dit
plusieurs fois mais 150 microns ou
savait pas le tenir donc c'est ça
s'évapore et sa dérive tout de suite
donc c'est pas du tout adaptée au volume
en fait après c'est pas des mauvaises
marque et pas de mauvaises marque en soi
mais il ya des marques qui sont adaptés
ou pas at-elle utilisation et intime de
travail ou un autre donc voilà c'est
pour ça des fois je suis un peu entre
guillemets cassant sur des marques mais
il faut bien comprendre c'est pas pour
casser la marque en soit c'est vraiment
pas adapté au bas volume point barre
voilà j'en resterai là alors c'est un
phénomène qui est intéressant à
connaître au moins pour le pour le
principe c'est que quand on divise la
taille d'une goutte par deux je passe de
500 à 250 ou de 2 600 à 300 avec le même
volume d'eau qui a dans une seule goutte
si je divise la taille des gouttes par
dejean fait 8 à la place d'une d'accord
donc ça c'est un phénomène qui est
intéressant qui permet aussi de
comprendre pourquoi on arrive à faire du
volume et pourquoi ça fonctionne c'est
pas gillis par deux j'en fais deux pour
une
j'en fais 8 à la place d'une et ça c'est
un phénomène intéressant est la cerise
sur le gâteau souvent je couvre je
couvre deux fois plus de surface de
végétal toujours pour la même quantité
d'eau en faisant des gouttes deux fois
plus petit voilà en gros ce phénomène là
alors c'est lié au volume de la sphère
la formule du volume de la sphère c'est
comme ça que ça fonctionne et c'est très
intéressant de les les gouttelettes deux
fois plus petites elles sont aussi du
plus légère plus facile à s'accrocher
sur le sur la végétation
il ya plein d'intérêt et quoi enfin
honnêtement c'est tout à fait
intéressant simplement il faudra
pulvérisé ça sans vent et avec des
grands maîtres y voilà c'est ça le style
de système ça va tout le monde
connaissait ce truc là
ces petits schémas
bon les différents leviers pour la
taille des gouttes 1 vous avez le choix
de la buse à l'origine un plus l'orifice
est petit plus la goutte est fine plus
la goutte qui en sort est fine et le
plus gros facteur ça va être la pression
1
quand on augmente la pression on affine
la pulvérisation et quand on baisse la
pression à linverse on va baisser
la taille des gouttes on va augmenter
par dont la taille des gouttes en
baissant la pression l'angle de
pulvérisation donc les 110 degrés font
plus fin des 80 degrés ça c'est général
et puis le type de buses à l'origine
évidemment quand on arrive avec une
double fente pour faire du 80 litres
en fait on a deux orifices à 40 litres
donc ça ça commence à être compliqué
aussi
et la double fendant soit n'amène pas
une qualité de pulvérisation supérieur
elles sont souvent chers
d'abord deuxièmement les risques de
bouchage avec deux orifices petit enfin
en tout cas c'est compliqué de faire du
bas volume avec deux un double fente et
si on veut l'utiliser correctement
conservez-le avantages des deux angles
et de jets
face à l'avancement il faut rouler à 3,4
km heure un nom pas vite et pas trop de
la végétation sinon c'est pareil ça
finit par par s'éteindre l'énergie dans
la goutte dans les good feeling en plus
ne restent pas vitam donc j'ai des bus
qui nous servent à rien ou quoi ces voix
là elles peuvent être utiles à la limite
à faire des gros volumes
si on fait 158 200 litres
et avec des tailles de goût de fines
voilà ça peut permettre ça mais en tout
cas on va volume c'est pas la peine
l'intérêt sur les fusées à épi et
compagnie tout ça vous oublier il vaut
mieux passer deux fois dans le champ la
limite à une domino de chaque à des
journées différentes parce que ce qui
est prioritaire dans le positionnement
de la gouttelette s'est pas levé que
c'est pas le sens d'avancement c'est pas
la vitesse c'est le sens du vent dès
qu'il ya un léger courant d'air
quand on fait du papier sensible pour
simuler un épi c'est toujours la même
avec le même vent c'est toujours la même
face qui est couverte
même si vous passez dans l'autre sens ça
sert à rien non plus de passer dans
l'autre sens le même jour enfin voila
vous fait vous fait le tour dans un sens
vous fait le tour dans l'autre ça c'est
pas utile il faut le faire à quelques
jours d'écart en tout cas avec un vent
différent surtout alors maintenant on
arrive alors il ya certains fabricants
qu'ils nous sortent des buses balance et
ijet aussi un
ça quand on s'approche du micro la
taille de la boutin accroché une
gouttelette d'un micron sur une feuille
ça commence à être compliqué mais l'anti
déry prioritaire dans dans l'esprit la
réglementation souvent etc voilà est bon
pour les belges aussi et vous avez une
nouvelle réglementation la en belgique
il faut au début à 50% de réduction des
rides minimum et pour certains produits
75 voire 90 pour les allemands c'est 90
et c'est donc c'est compliqué et donc
vous avez des listes positives sinon si
on prend en belgique aujourd'hui c'est
quand même une contrainte à la
possibilité de choisir ces buses et
fortement restreintes vous n'avez plus
le choix
c'est quasiment que de l'anti dernier
froid donc voilà on n'en est pas là en
france mais on s'en approche aussi on
verra règlement alors on va attaquer le
deuxième chapitre qui est je vous le
rappelle le plus important les
conditions d'application
donc je vais faire un résumé assez vite
de tout ça mais globalement l'impact du
sol sur les produits racinaires tout le
monde comprend c'est le sol est sec
produits racinaires il peut pas marcher
mais vous allez en perdre beaucoup si
vous l'appliquez pour le coup sur un sol
sec ce qui est moins évident c'est que
même pour un produit foliaire il faut un
sol humide alors dans la mesure du
possible
pourquoi mais en gros quand le sol est
humide ou frais
on a la plante qui évite dessus qui est
physiologiquement à steam
quand vous mettez un ainsi qu'un fonds
qui cite par exemple systémique sur une
feuille
admettons qu'ils rentrent dans la plante
parce que les conditions sont corrects
très bien simplement si la plante est au
ralenti parce qu'il fait trop chaud trop
froid et surtout s'il n'y a pas d'eau
dans le sol
la circulation du produit sera absente
ou une très limité donc son efficacité
sera aussi très limité le sol humide
c'est un critère si possible prioritaire
pour les applications quel que soit le
produit
voilà on peut mettre à part quelques
insecticides des choses comme ça mais
dans les gros les gros produit
désherbage un fongicide tout ça c'est
sol humide obligatoires voilà pas
obligatoire on va évoquer la réceptivité
de la plante ça pour les désherbants
foliaire c'est essentiel l'hygrométrie
essentiels par rapport à la
caractéristique de la cuticule la
cuticule va se gonfle et se dilate et
s'imprégner d'humidité non clos va
pénétrer à l'intérieur et
setola permettra la molécule de pouvoir
migrer
si la cuticule et sèche là ça peut pas
migrer en tout cas c'est très lent donc
on a beaucoup de pertes
le stade des plantes un évidement stade
jeunes préférentiels sauf quelques
exceptions mais enfin ça va être plutôt
ça et puis on verra quelques éléments
climatiques
dans le détail voilà donc le sol
évidemment importance prioritaire dans
sur les différents produits et je vous
disais tout à l'heure il faut arriver à
distinguer les vrais systémique ceux qui
vont être véhiculées par l'eau dans la
solution du sol réabsorber par des
racines etc
ça c'est des quantités d'eau selon le
type de sol entre qazvin 15 20 mm
jusqu'à 30 35 mm pour les faire
fonctionner vraiment un
tant qu'on n'a pas eu ces quantités
d'eau là c'est pas suffisant donc on est
à des incertitudes des incertitudes en
termes de volume d'eau du type 150 200
mille litres d'eau hectares que vous
l'appliquez avec 20 à 30 50 ou 100 ça
change rien sur le résultat final
c'est préférable de mettre un peu d'eau
quand le sol est sec 1 pour fixer plus
de matière active plus de produits sur
les colonies du sol avant qu'il soit
détruit par la lumière par la
température etc
ça c'est un élément intéressant quand
même seuls frais mais après les
quantités d'eau c'est des grosses
quantités
et puis les produits de contact dont ils
ont besoin de 3,4 mm dans un sol humide
ça suffit une grosse rose et ça peut
suffire pour les fixer et c'est tout ils
vont rester dans en surface ils vont
contaminer les plantes quand elles vont
traverser cette cette couche de deux
produits les produits stemi qu'alors je
citais les jurés substituts et donc le
l'iso il est plus là mais il reste le
kloto lurons par exemple vous avez aussi
tout ce qui est métallique lors s metal
à clore les bases but he's en ovale et
ses allées les désherbants colza
parenthèses j'aurais tendance à dire hey
les anciens des armes en colza
maintenant parce que ça va bientôt
changer
mais pour l'instant ils sont toujours là
le vent arts pour un betteraviers par
exemple c'est des produits racinaires
systémique et puis dans l'est alors les
matières actives doit passer d'un
solutionne par étapes dans la solution
pour être absorbée d'accord par contre
on a un autre problème c'est que s'il
pleut trop bas c'est aussi problématique
si je reprends mon corps tolérons par
exemple il là est ce qu'on appelle une
sélectivité position dire que certes il
faut qu'ils soient fixés dans le sol
faut qu'ils descendent dans la solution
mais s'il arrive au niveau de la graine
pendant la phase 2 comment de
germination l'aï les poèmes de
sélectivité pas facile à gérer du tout
hein
pour ces produits là on vit ça aussi
avec les fesses bris
trooper accompagné depuis quelques
années et puis pour quelques années
encore pour désherber correctement les
graminées
ça c'est un problème alors l'ajustement
de la dose c'est très difficile c'est
dire que c'est pas sur ces produits là
les racinaire systémique ou même les
racinaire de contacts qu'on va pouvoir
vraiment réduire les doses c'est
malheureusement un
souvent des grosses quantités de matière
à clean d'ailleurs pas ce qu'il faut de
la rémanence et infos du temps d'action
et donc à part tellement vous lâcher le
produit dans la nature enfin sur vos
parcelles la dégradation commence donc
la disparition du produit commence et on
a besoin de protéger afin de de gérer
toute la partie avant la couverture du
sol en gros donc si le sol et met du
temps à couvrir
bon on peut avoir des soucis de deux
d'efficacité de ces produits là en tout
cas on a peu de marge sur la dose de
produit
la seule marche qu'on est
ça peut être là c'est aussi du sol donc
capacité des changes en question
pour gérer à la fois l'efficacité mais
aussi la sélectivité on a des
modulations de doses qui vont de 1 ligue
2 par exemple sur des sols filtrant
giral et à l'extrême c'est des sables ou
là effectivement si on en met trop en un
problème de sélectivité et à l'autre à
l'autre bout de l'échelle on va dire sur
les laisser s est très forte
j'ai mis la tourbe en exemple c'est
l'extrême la tourbe là même la dose
plein maximum autorisée n'est pas
suffisante pour l'efficacité va falloir
il va falloir comment dire associé pour
ses deux extrémités pour avoir une
efficacité complète ou correct sur les
mauvaises herbes va falloir associer ses
produits racinaires par défaut lierre et
c'est alors dans les cec moyenne entre
15 et 20 là on a la possibilité de les
faire fonctionner un peu plus
correctement
c'est aussi les produits qu'on essaie de
limiter ou d'éliminer le cadre du chlore
tôt c'est compliqué parce que
les problèmes de graminées aujourd'hui
sont complexes on a plus de produits
foliaires quasiment qui fonctionne donc
c'est vraiment un problématique mais
toutes les autres cultures on va essayer
d éliminer en maïs on élimine les
racinaire en tournesol envoie les
éliminer en poire soja enfin voilà on va
éliminer ce produit là parce qu'on gère
pas la matière active la quantité et du
coup on préfère travailler à la levée
des mauvaises herbes avec des petites
doses et on va revenir une fois deux
fois peut être trois dans certains cas
mais voilà en éliminant ses grosses
quantités interactive c'est là où on
fait le plus gros effort et
et on élimine les quantités importantes
donc on est toujours sur les racines
hermes est là pour les produits de
contact
donc je cite quelques exemples le sens
est par exemple le problème à peine 10
mai tallinn on n'a pas forcément l'idée
que c'est un produit de contact voilà
donc pour ces produits là on avait le
challenge aussi qui agit comme ça à
celui-là il est plus connu pour faire
cette espèce de film
il était tout le monde voit la leaf est
un film alors il fait pas tout à fait un
film mais c'est l'image est pas mauvaise
cette idée du film d'ailleurs vous
indique que ça c'est les produits qu'ils
se mettent après un roulage
éventuellement mais certainement pas
avant ainsi vous sinon vous allez casser
entre guillemets le film et vous allez
passer à côté du traitement efficace les
quantités d'eau nécessaires sont moins
importantes on n'est plus sûr d'être en
tout 25 ou 15 mm on est sur 3 4 mm
histoire d'avoir un sol humide et pour
le fixe et ça suffit voilà on a un
problème avec les motos si si vous avez
un seul moteur et vous appliquez ce type
de produit avec votre pull vcl avoir des
zones du monde derrière les mottes
donc c'est bien de rouler avant et de
poser le produit derrière ou alors si
vous voulez pas casser les mottes
si vous pouvez pas vous allez doucement
vous a fait une pub est assez assez
droite derrière votre pulvérisateur à
s'en aller trop vite sinon vous aurez
vous aurez donc moins de zones non
traitées en vain derrière les mottes
voilà ça c'est dit pour les produits
racinaires maintenant la feuille alors
beaucoup de produits sont foliaire donc
on va insister un petit peu sur sur la
réceptivité de la plante notamment pour
les désherbants on utilise beaucoup ces
produits systémiques ou pénétrant ou
translaminaire peu importe
soit pour détruire pour les herbicides
soit pour protéger comme un fongicide ou
un insecticide alors premier problème il
faut que la bouillie qu'on pulvérise que
les gouttelettes qu'on pulvérise
s'accroche etienne sur la feuille ce qui
pour forcément évident puisque les
cuticules sont des éléments façon les
organes hydrophobe dont qui ont tendance
à rejeter l'eau notamment quand elles
sont si heureuses de l'eau sur de la
cire ça cool
voilà donc ça c'est le premier problème
et les portefeuilles sont des fois aussi
dressé quand vous traitez une graminée
par exemple et la feuille et droite tu
as une courbure mais on a du mal à faire
tenir la bouillie là-dessus quoi donc
dans la formulation du produit c'est pas
toujours optimisée ça là d'une vente à
sion pour faire coller et c'est d'autant
plus si vous baissez les deux d'accord
donc ça c'est un souci premier problème
donc présence de la présence de cire sur
les cuticules va augmenter ces domaines
là c'est un premier obstacle important
donc les caractéristiques des feuilles
et des cires notamment sont différents
selon les espèces des espèces cireuse
qu'on appelle généralement peu
mouillable d'accord où vous avez des
espèces qui sont plus si heureuse quand
on est sur une espèce cireuse l'âge de
la plante ou l'âge de la feuille va
impacter aussi la quantité de 6 ans n'a
plus la plante vieillit plus la feuille
et est âgée plus elle est épaisse et
plus elle se développe et c'est d'accord
et puis le climat va influencer de façon
assez assez forte donc ces phénomènes de
rejet par la cirh alors les formulations
des produits également l'alchimie s'il
n'a pas toujours le choix
et si ils ont il a créé une molécule qui
est soluble dans l'eau ou des élèves ou
des solvants très léger on appelle ça
les formulations aqueuses du coup sa
molécule elle est dans cette formulation
là et on est obligé de faire avec n'a
pas le choix
ça c'est des formulations dans l'eau
pour faire simple qui s'accrochent très
mal sur les feuilles
voilà c'est de l'eau quasiment pure et
donc ça a tendance à dégouliner
facilement passé le premier problème
le deuxième problème c'est que la
molécule qu'on amène là dedans et donc
forcément par définition hydrosolubles
elle est soluble dans l'eau et du coup
chimiquement à la peu d'affinités avec
la cuticule les organes cireux sondé ses
organes lipidique et du coup le
transfert des molécules par osmose
puisque c'est un phénomène d'osmose qui
et qui fait que la molécule va passer de
la bouillie concentré à 100%
vers le milieu en dessous là où ça
touche pour aller à léquilibre d'accord
donc ça ça va se faire très lentement ou
très mal comment repérer ces
formulations la une les façons assez
simple c'est de regarder l'étiquette
souvent sur l'étiquette ses marques et 5
6 heures sans pluie
voilà c'est pour les produits comme de
ce type là c'est comme ça autre élément
qu'on peut faire simplement c'est de
rajouter un collant ou rajouter de
l'huile
quand on amène de l'huile sur une cire
ont fait fondre la série en vo et donc
du coup ça devient plus facile à la
molécule site de pénétrer dans la
cuticule voix c'est et c'est notamment
le cas des antigraminées les antilles
terminé on met toujours de l'huile un
anti graminées foliaire on met de
l'huile avec et même quand la
formulation en contient on en rajoute
quand même on aime bien et puis à
l'autre extrémité on a des formations
plus vils âgées de façon simple on va
dire que là c'est plutôt les fonds
gilles abba et là c'est plutôt les
désherbants mais voilà quand on amène un
produit huileux ou l'huile et dans la
formulation
on n'a pas de problème d'accrochages
chimiquement il ya une affinité entre la
syrie et et l'huile du coup ça
s'accroche facilement et deuxième
élément les molécules qui sont formulées
ainsi son liposolubles d'accord donc
soluble dans les huiles et du coup elles
passent facilement la barrière cuticules
air sans difficulté on n'a pas besoin de
gros en tout cas moins besoin des gros
maîtrise on a besoin parce que pour pas
évaporée machin
sur le sujet d'avant mais globalement
chimiquement ça c'est plus facile
donc c'est plutôt les fongicides et là
ses marques et donc sur les bidons ça va
être marqué une heure sans pluie voilà
un minimum histoire d'un mais ça peut
être même dix minutes le temps que ça
touche et que ça sèche s'est terminé
alors lui fait ici je vous ai mis une
coupe de feuilles de plantes vertes qui
est structuré de la même manière pour
toutes les plantes
vous avez donc la q2 la cuticule qui est
en surface des cellules épidermiques
juste en dessous des parents chine qui
font la rigidité des plantes ou des
feuilles
ensuite on a tout ce qui concerne la
circulation des plantes et puis on va
retrouver à peu près la même chose sur
la face inférieure et tout le monde
alors quand je parle quand je parle de
d'absorption de produits ou de
pénétration de produits plus tôt tout le
monde me cite les stomates souvent les
stomates pour que les tomates sont
ouvertes le produire entre achats en
gros un déjà les stomates voyez ici vous
en avez une des chambres automatique
elles ont toutes quasiment toutes en
tout cas en majoritairement elles sont
avec un accès sur la face inférieure
simplement que c'est un organe de
régulation avec lost yole donc il à la
cellule qui va faire ouverture fermeture
des stomates cette hausse tient en
donnant sur la face inférieure c'est
plus tempéré que la phase supérieure qui
est exposée au soleil et aux éléments
donc la face inférieure ça permet à la
cellule de l'oscal de moins avoir à
bouger en permanence si je peux
m'exprimer comme ça alors heureusement
que les produits rentre pas par
l'estomac atteint parce que traiter sous
les feuilles c'est pas évident d'accord
je le dis comme ça des fois mais à part
un lundi matin on est un peu la tête en
bas ça peut arriver mais sinon c'est
compliqué
donc en fait et c'est maintenant
absolument rien à voir dans la
pénétration des produits dans les
feuilles
le produit est fabriqué conçu pour
rentrer de façon active au travers des
cuticules c'est pas la plante qui
absorbe c'est le produit qui rentre une
force ça permet de comprendre aussi
pourquoi on travaille la nuit on entend
aussi ça des fois dire ouais mais la
nuit était sûr enfin les échanges sont
pas les mêmes ça va dans le la
photosynthèse elle a inversé machin mais
en réalité on s'en moque de sa le
produite à son lui y force passage y
rentrer et il rentrera mieux la nuit
parce que 20 la nuit ou au petit matin
en tout cas parce qu'il ya des cons mais
tri alors si on regarde de façon
schématique la la cuticule alors c'est
un empilement comme ça de de pectine et
de cellulose qui se superposent et on va
trouver simuler en noir ici les grains
de cire en surface de cotation en
surface et sears et epicure titulaire et
de temps en temps il y en a entre les
feuilles ou l'effeuiller de pectine et l
océan d'eau cuticules r peu importe où
ça se situe en tout cas c'est une
barrière à la pénétration des produits
hydrosolubles donc beaucoup dé
désherbants
qu'est ce qui se passe quand il ya des
gros mettrie l'hygrométrie fait gonfler
la cuticule et son volume ça se voit pas
comme ça mais son volume multiplié par
trois ou par 4 c'est un phénomène qui
est important au niveau de la plante
évidemment c'est pas visible à l'oeil
donc on y voit pas trop mais c'est quand
même très important et en s'écartant
enfin en gonflant la cuticule va libérer
des espaces entre les grains de 6,1 et
au contraire en se rétractant ça
resserre tout ça est donc ça fait des
passages où dollar fait de la mouille
habiliter les endroits où il n'ya pas de
six enfants gros ça fait des passages
pour les produits donc ce phenom là ce
phénomène à part non il est essentiel et
une fois qu'on a compris ça ça permet
d'accepter le réveil matin qui sonne de
bonheur festivement voilà effectivement
les oligo éléments c'est des éléments
qui quand on veut les faire rentrer par
les feuilles c'est le même principe
qu'un produit 1 il faut les ils vont
rentrer aussi par par osmose
il faut les mettre dans les conditions
où la plante est réceptive à ça
peut-être plus qu'à des produits même
m'a d'ailleurs fait plus important
encore que soit le matin de bonne heure
alors là mouillabilité il ya un certain
nombre de défaites quand on a une plante
qui est peu mouillable la gouttelette de
pulvérisation va rester avec ces
tensions électriques bien ronde contre
les conséquences de ça on a ici la
surface d'accrochages qui est limité
d'accord donc si la plante est un peu
penché s'il ya du vent si tout ce que
tout ce qu'on veut ça risque dégouliner
un petit peu plus la zone de pénétration
est aussi moins grande
ça veut dire en gros lot smos et les
molécules ici vont tendre à équilibrer
les deux milieux sauf qu'ici on aura un
milieu qui est restreint par rapport à
un étalement plus important on a
quelques molécules aussi notamment enfin
on allemand causa par exemple mais une
quelques molécules comme ça qu'ils sont
soumis aux champs électriques
donc elles sont aussi en périphérie de
la boot
quand on est sur des plantes peu
mouillable ou qu'on en famille une
nouille ans quand on met un mouillant ou
qu'on est sur une plante mouillable ici
par exemple l'exemple du cahier
développer aka des feuilles mouillable
les tensions électriques sont annulés
quand la gouttelette touche la feuille
donc l'accrochage est instantané l'état
allemand est aussi plus important donc
les inconvénients qu'on a fait ici
l'accrochage est plus facile hein
évidemment la surface diacre d'ancrage
et plus importante pour la gouttelette
la zone de concentration enfin la zone
d'osmose est aussi plus vaste donc le
transfert sera plus complet des
molécules et les molécules qui sont
soumis aux champs électriques
n'ayant plus de chef de chant électrique
évidemment la répartition des molécules
comme ça c'est beaucoup plus
intéressante
voilà alors je vous cite et le mans
causait bamako zeb qui est concentré on
voit un espèce d'arrondi sur la feuille
quand la goutte est sèche le dépôt va
être en forme de virgule ou voilà alors
que dans une gouttelette comme ça ils et
se répartit sur toute la surface
voilà donc c'est des petits micros
phénomène comme ça qui sont au final
très intéressant qu'il faut aller
chercher en tout cas donc on mettra pour
faire simple systématiquement à mouiller
en ne sachant pas si je vais traiter je
suis pas un botaniste heureux et c'est
dans toutes les plantes et compagnie
l'idée c'est de dire voilà si j'ai un
mouillant qui me permet de faire ça à
pas trop cher je mette en mouillant
systématique donc j'aurai pas de
problème de 2
de champ électrique enfin j'aurais pas
de tension électrique de l'eau je vais
l'éliminer systématiquement pour un
exemple quelques exemples de plantes
il ya la pilosité qui peut se rajouter
en plus pour la mouillabilité une plante
qui est avec une pilosité abondante avec
de la cire sur les feuilles
ça fait nous y habilité faible en gros
pour faire simple c'est les graminées
sont peu mouillable les autres sont
mouillable pour faire simple il
yad'autres d'autres exemples après des
fois ça se voit quand on quand on a une
renommée des oiseaux qu'une petite
feuille à céret étriqué brillante qui
était en voie que les plots mouillable
on voit bien que ça va couler là dessus
et que ça du mal à s'accrocher et on va
avoir du mal à faire tenir une bouillie
sûr j'ai l'exemple d'un petit pois par
exemple ou avec un million faisait tenir
90 % de bouillie supplémentaires sur les
feuilles
donc c'est phénoménal alors par rapport
à de l'eau parce que en réalité on
traite pas uniquement de l'eau déjà
certains produits contiennent déjà des
mouilles ans mais on en remet
systématique parce que au moins on est
sûr qu'il y en a assez
si on baisse et donne on va baisser le
mouillant si on met des petites doses
avec un 80 100 litres d'eau on commente
on va on peut on manquer un pour traiter
l'eau ce que le mouillant il traite pas
c'est pas un pro du traitement c'est pas
un produit il va traiter uniquement de
l'eau donc scellier plus un volume de
bouillie à l'hectare que qu'à la
quantité de produits et à deux de
produits de traitement
voilà d'une façon générale la
mouillabilité va baisser avec
l'augmentation
enfin avec l'avancée des stades de la
plante en gros la quantité tir avec
l'âge des plantes donc diminution de la
mouillabilité quand la plante se
développe et pousse on a éventuellement
donc quand la plante se développe une
baisse de l'efficacité à deux identiques
le stade idéal pour intervenir sur les
mauvaises herbes d'une façon générale
c'est cotylédons premières feuilles pour
différentes raisons la première c'est
que les cotylédons de la grande grande
grande majorité des plantes
sauf exception les exceptions c'est le
gaillet qui est un quotidien dont un
imperméable
donc on va attendre des vertes ici on va
attendre qu'ils poussent pour le traiter
et l'autre c'est la betterave la
betterave qui est a aussi un côté des
dons assez coriace et donc du coup ça
c'est un avantage quand on désherbe au
stade cotylédons de la betram on peut
insister un peu soul et sur les doses a
éventuellement
deuxième élément c'est que le quotidien
c'est un organe de réserve qui est là
pour alimenter la plantule au moment du
changement d'alimentation au système
racinaire enfin où la plante va passer
de l'alimentation graines à des vraies
racines du coup allez allez allez un
petit peu en difficulté parce que les
vraies racines elles sont toute petite
elle trouve pas grand chose à manger à
ce moment là et c est là le quotidien on
va vider ses réserves pour alimenter la
plante pendant qu'elle fait un peu de
racines et si vous avez mis de la
molécule là dedans pas c'est tout bénef
parce que la molécule de désherbant va
être répartie aussi dans une plante en
difficulté donc à tous les coups on
gagne donc stade privilégiée pour
intervenir avec l'inconvénient entre
guillemets inconvénients entre moi je
trouve ça pas forcément un inconvénient
mais c'est comme ça c'est que on n'a pas
tout
on n'a pas toutes les mauvaises herbes
qui lève en même temps en gros sur un
semi colza semis de printemps
on va avoir des levées de mauvaise herbe
pendant à peu près quatre semaines
environ 3 à 4 semaines après le dernier
travail de sol s'il ya un travail de soi
évidemment
donc en deux passages en général on gère
toutes ces levées là maintenant si vous
semez très tôt une culture de printemps
etc
vous allez allonger le temps entre
le semi et le moment où la culture va
cacher et permettent de limiter le
l'enherbement d'elle-même là ça peut
prendre un traitement de plus donc je
citais les exceptions au niveau du côté
des dons donc le gaillet et la betram
donc voilà on s'est quand même pas très
très développé le maïs est une exception
aussi le maïs lui jusqu'à 6 feuilles il
a decir sur les feuilles donc de la
levée à 6 feuilles la feuille de maïs
est assez résistantes aux produits
c'est-à-dire qu'il rentrera moins de
produits au delà de 6 feuilles les les
cires disparaissent et du coup on va
limiter le dosage
donc on a souvent les produits maïs on
arrête entre 6 et 8 feuilles pour des
questions alimentaires et le jeu qu'on
appelle la phase de sevrage et au delà
du feuilleton mais dès qu'on met la
moitié des doses voilà pas plus c'est
délirant parti à ça on a un autre
phénomène sur le maïs et quand il fait
froid c'est pareil le maïs étant une
plante des pays chauds plutôt à
l'origine il a du mal à passer le
froissart en dessous de 6 degrés caisson
0 de végétation en dessous de 6 degrés
il synthétise pas de cire non plus et
donc il devient sensible aux traitements
etc
donc c'est une plante un petit peu
particulière quand on la scène de
bonheur cette année on a vu c'était un
petit peu les débuts ont été un peu
difficiles dans ma liste puisque il
faisait chaud là on laisse m et puis
après ils perdent d'un mois ou un mois
et demi ou où il faisait trop froid pour
le maïs quoi voilà mais on peut pas tous
mes débuts mais non plus voilà les
produits qu'on arrête souvent assez le
dicamba donc le banc belle pour le voilà
où le stars and donc lui roxy bien ces
produits là on va arrêter
l'hygrométrie alors l'hygrométrie
pendant le traitement c'est important
mais c'est pour avoir la cuticule
dilater dont je vous parlais tout à
l'heure en réalité faut au niveau
maîtrise à 70 80 % pendant au moins une
heure donc ça devrait être le démarrage
des traitements le soir
vous regardez les grands maîtres
commence à monter c'est déjà pas mal et
quand vous arrivez au chant pour
commencer à traiter il faudrait qu'il
ait passé 80 % et c'est possible pendant
une heure pour que la république hull
soit suffisamment dilatées voilà donc je
donne un minimum à 80% le disais tout à
l'heure le 60% qui est donné à à peu
près partout s'est peut-être valable
quand on est à 150 litres
pourquoi pas on y va pour quand même 25
% de la bouille et 1 malgré tout donc on
met un minimum à 80% pour les bas
volumes puisque les gouttelettes et en
plus fine en moyenne on va avoir plus
d'évaporation de drame donc il faut
remonter
et si vous étiez à 15 litres hectares
par exemple à l'extrême il faudrait
mettre 95%
c'est vraiment plus on baisse des
volumes d'au plus il faut augmenter le
taux d'hygrométrie minimum et évidemment
sans vent alors je vous dis je vous ai
cité plusieurs fois j'ai plusieurs fois
dit les molécules de désherbant son
hydrosolubles ça c'est un phénomène or
quand on regarde un peu dans le détail
les molécules hydrosolubles qu'on a sur
le marché alors le glyphosate où tous
les as tu lis fosad sulfonate glucose
hinata var là tous les actions de la
même du même acabit 13 hydrosolubles un
des plus hydrosolubles la base une base
à grand baie à grand corps homme tout ce
qui contient de la bataille zone
matières actives qu'on retrouve pas mal
en légumes aussi enfin highco par
exemple etc ou dans les pois la bataille
zone
c'est une matière active qui marche
super bien quand on connaît comment elle
fonctionne j'aime bien expliquer parce
que c'est ça montre la complexité et ça
montre aussi malheureusement l'apparenté
simplicité avec lesquels on vous dit tu
as km 400 litres d'eau et puis et puis
ça va marcher pour la main le base
avancée encore marqué 3 400 litres sur
les bidons 1
donc ça c'est encore le conseil de la
firme donc alors on peut évidemment
traiter en bas volume dans la mesure où
c'est un hydrosolubles il faut être le
matin de bonne heure et de l'hygrométrie
mais d'un autre côté pour qu'elle
fonctionne bien pour qu'elles diffusent
dans l'épiderme sous la cuticule il faut
que cette molécule là soient appliquées
sans ultraviolets donc faut pas de
rayons du soleil ne peut faire jour mais
faut pas de soleil donc lumière basse le
matin de bonne heure c'est parfait
et puis pour qu'il fonctionne bien une
fois qu'il a diffusée dans l'épiderme
pour qui brûle la plante qui la
détruisent il faut des ultraviolets
après c'est à dire qu'en gros il faut
une journée ensoleillée
derrière alors souvent quand on a de la
rose et le matin au printemps on est sur
des belles journées qui suivent donc
pourquoi pas mais on sait faire marcher
la mata zone quand on l'appliqué comme
ça très bien alors quand on met si on
vous aussi vous allez traiter si vous si
vous suivez le conseil 300 400 litres
d'eau vous pouvez pas le faire le matin
parce que le matin vous aurez delà du
ruissellement donc les grosses gouttes
vont dégouliner vous allez perdre vous
aller balancer de la vingtaine par terre
mais à un moment donné ça peut pas
marcher donc c'est pas possible
si vous faites 3 400 litres c'est pour
vous faites l'après midi et qu'est ce
qu'est ce qui se passe quand on met 3
400 litres en fait on recrée
artificiellement avec beaucoup d'eau
sous la voûte en retrait en retrait une
hydrométrie les combats rhéaume et que
tu es la cuticule etc et on met beaucoup
d'eau pour que ça dure suffisamment
longtemps pour qui est du transfert de
produits etc
faites le matin de bonne heure et de
l'hygrométrie avant une belle journée
ensoleillée
vous mettez 58 hectares et une demi-dose
vous fait exactement le même boulot ça
marche super bien
ensuite alors le dic watts pareil
c'était le ray gun donc pour lui qui va
qui va dégager les hormones en général
donc c'est quand même pas mal de
produits les hormones ou et ou assimilés
hormones les stars and par exemple c'est
les seuls fo là c'est tout les styles
faut c'est les antigraminées mais aussi
des antilles cote notre beau vieil allié
par exemple mais dessus le fond bon bah
c'est une s'il faut il a besoin de ces
conditions là aussi pour pénétrer dans
la plante donc très très hydrosolubles
efop l'hedim il antigraminées foliaire
classique
donc oui ça fait quand même énormément
désherbant il faut pas se prendre la
tête
à chercher si telle molécule ou telle
molécule hydrosolubles ou pas en gros
les hydrosolubles chez les désherbages
et les fall hier en tout cas et les
autres c'est les fongicides voilà pour
faire simple voilà l'exemple c'est le
dit quoi tu pénètres cinq fois plus vite
à 95 d'hygrométrie par rapport à 65,65
étant une valeur qui est pas si basses
que ça en tout cas qui est conseillé
souvent cinq fois plus vite ça veut dire
que plus et rapides avant le séchage
plus il y aura de matière active qui
sera rentrée c'est vraiment un élément
enfin tout ça c'est des lacets une
grosse chose mais tout ça c'est des
petites choses qui vont se cumuler pour
faire l'économie de produits à la fin
c'est ça qui compte
ces petites choses qu'on met bout à bout
alors tout ça malheureusement pour les
lève tard pour les gros dormeurs
malheureusement ça se passe le matin de
bonne heure et plus il fait chaud la
journée et plus on avance vers l'été
plus ses taux au niveau de l'horaire le
vent est au minimum le matin et la
cuticule a subi un maximum d'hygrométrie
en tout cas le plus gros c'est gros
métriques vous pouvez avoir dans la
journée là ce sera le matin de bonne
heure en gros au lever du soleil un peu
avant donc les paramètres sont sont
correctes le matin de bonne heure
pendant 12h évidemment on va faire la
sieste mais pas question de les traiter
et le soir même le soir c'est compliqué
parce que des fois le vent il tombe à 7
heures à 9 heures c'est pas
et puis les gros maîtrise est sûre
qu'elle n'est pas là donc les grands
maîtres il faut encore mettre des
gouttelettes assez grosse qui s'évapore
pas trop vite
elle va venir hygrométrie sais pas c'est
pas un drame en soi
savard et unique telle acuité cul etc
mais il faut quand même que le produit
soit est touché et il soit pas évaporée
avant quoi c'est donc voilà ça peut être
très tard et quand on a une période de
canicule comme on vient la voir
honnêtement ça peut vous emmener à 1h 2h
du matin donc c est ce que c'est le soir
est ce que c'est le matin après chacun
sans moi chacun sait son appréciation de
la chose c'est vrai que temps en temps
ça m'arrive d'avoir des gens qui me
disent mais moi le soir le matin pas
possible donc voilà on se dit je salue
cette personne on ne peut pas travailler
comme dans semble impossible
l'évaporation ça c'était pour le vent
donc quand l'hygrométrie et pas bonnes à
20% par exemple la gouttelette safin
très vite et donc elle devient très vite
sensible à la dérive alors que quand les
légumes et riz est forte
la masse d'eau reste complète le plus
longtemps
du coup l'impact du d'un petit vent sera
beaucoup moins important on nous demande
souvent l'art osé parce que ça c'est le
gros sujet est-ce que la rose est
problématique dans les périodes chaudes
et sèches
non au contraire elle est favorable très
favorable
larose et ça peut représenter allez un
petit millimètre on va dire dix mille
litres d'eau à l'hectare c'est une
mutation intéressante c'est très
favorable par contre à l'automne les
traitements d'automne là un peu
défavorable parce que on a un temps
couvert et froid on ne sait pas si ça va
sécher derrière ça c'est l'aimant clé il
faut être sûr que dans les deux trois
heures qui suivent la rose et puis
séchés et sécher complètement sinon ça
reste humide le produit reste dans la
rosée plus ou moins
et ça se termine peut-être par une
petite pluie le lendemain matin je sais
pas en tout cas on maîtrise beaucoup
moins la rosée d'automne évidemment que
la rosée de printemps mais la rosée est
très favorable et du coup la taille des
gouttes qu'on met en oeuvre plus la
documentation fait que on va favoriser
la rosée pour traiter ces de look est
déjà arrivé tout seul
on n'a pas besoin de la charia et c'est
là un allèle température évidemment ça a
un impact avant avant le traitement et
même après mais on a souvent des échecs
quand il fait chaud et sec avec un
glyphosate par exemple je cite souvent
glyphosate parce que dans l'été
quand vous faites du glee faut en
déchaumage quoi quelque part chimiques
on a des fois des mêmes au printemps des
coups de fil à ses intérêts sans fin en
tout cas on en conclut que la plante
doit être dans un environnement poussant
dans un environnement où elle est
vivante pendant un certain temps après
le traitement et vous même si vous avez
fait attention au moment du traitement
tout était réuni
mais si c'est dans une période sèche la
plante et papou santé si elle n'est pas
poussant tel véhicule pas le produit et
le glyphosate c'est peut-être encore
pires que d'autres
il a besoin d'être véhiculé pendant
quelques jours on va dire en théorie ces
six sept jours une petite semaine pour
les plantes annuelles un peu développée
quand même sinon deux trois jours ça va
et ces trois semaines pour un produit
pas pour une vivace pour que ça aille
jusqu'au bout des rhizomes et compagnie
ces trois semaines vous pouvez pas faire
travailler un niveau quel qu'il soit
même un très cher à monsanto tout ce que
vous voulez vous pouvez pas le faire
travailler rapidement c'est pas possible
donc ça il faut l'avoir en tête si vous
connais des produits type und flash des
choses comme ça alors ça a un effet
gramoxone c'est à dire vous allez cramer
de la feuille vite mais sur des vivaces
c'est pire que tout parce que des coûts
la tâche de vivaces de la garder il faut
que le produit ait doucement c'est comme
ça qu'il travaille c'est comme ça qui
vient à bout des plantes coriace il faut
pas vouloir que ça aille trop vite
1
voilà alors quand on quand on associe
température hygrométrie évidemment la
systémie est très favorable et c'est
plutôt intéressant
on a des fois pendant des orages par
exemple des éléments d'aidé climatique
un peu comme ça où la laci sliimy est
très rapide et le produit peut marcher
très fort le froid le froid en tant que
tel on peut s'en servir des petits coups
de jeunes le matin pour le désherbage
d'automne des choses comme ça avoir
sorti vers on peut s'en servir pour
baisser les doses éventuellement bon on
a un problème souvent de sélectivité
quand il gèle plus ou moins fort en gros
le conseil que je peux donner moi sur
sur la météo c'est que c'est à partir de
- 4 - 5 où on a des gros problèmes de
sélectivité avec les différents produits
qu'on peut faire donc on va être quand
la météo du soir louis bodin nous
indique bodin oui c'est beau non
je confonds pas que les bodins parce que
je crois que c'est du bonhomme le site
souvent en tout cas quand la météo
nationale nous indique du gel même s'il
indique -2 vous sortez pas 1 - 2 sur tf1
ou france 2 ça peut être du moins 6 ou
moins sept nouveaux champs
donc du coup et c'est clair qu'on n'y va
pas par contre quand la météo nationale
n'annonce pas de gel même s'il annonce
un degré ou 2 degrés même si ça gèle
dans votre parcelle ce sera ça va pas
gelé à moins 5
voilà en gros c'est ça l'idée pour
pouvoir sortir à l'automne ou au
printemps en sachant que d'ailleurs
qu'au printemps on a souvent plus de
problèmes d'amplitude thermique comme ça
que à l'automne un traitement de
novembre/décembre même et beaucoup moins
problématique un traitement de février
au niveau climatique mais souvent on
hésite à y aller au mois de décembre
parce que le matériel est rangé il est
hors gel il et je sais pas quoi et ça ça
vous embête leur mette en route pour le
ranger le soir pas c'est dommage parce
que bon voila il faudrait le mettre dans
un atelier chauffer qu'on n'est pas à
mettre de l'antigel dedans par exemple
chine maïs donc le froid va bloquer la
synthèse des siens donc je vous ai dit
tout à l'heure et du coup on a un souci
clairement de de sélectivité quand ya
pas de site sur les failles et je
rappelle à tout le monde que le maïs est
pas humble et c'est le 02 mars et 6
degrés à part en dessous de 6 5 6 degrés
il est en difficulté ne faut surtout pas
aller chatouiller pendant ces périodes
là donc on va à l'essai voilà ça c'est
un exemple dans un essai j'avais traité
une fois extrait donc avant a vendu du
froid donc c'était pages les uns c'était
de 3 degrés j'ai fait qu'une parcelle et
quand on a ça dans une parcelle
c'est pas une fille tôt forcément très
visible honnêtement mais par contre
voyez que tour il est quand même bien
plus beau donc c'est un c'est quand même
très agressif quoi mais bon
donc faites attention au maïs colza
c'est un peu l'inversé une colza plus
fait froid plus il se renforce
voilà donc la feuille va s'épaissir le
colza va durcir et à partir de là on a
quelques produits qu'on peut appliquer
qui sont moyennement sélectif ça c'est
un des gars de gel aussi après
traitement
alors c'est évidemment sur le croisement
c'est beaucoup plus marquée mais c'est
du moins 5 - 6 le lendemain
d'intervention donc ça quand ça claque
et quand même faut être faut être
vigilant des fois à l'automne on n'a pas
forcément les conditions voire deux
depuis quelques années ça va on a le
temps de traiter et je rappelle qu'il ya
moins d'amplitude à l'automne novembre
décembre
il ya moins d'amplitude pour traiter que
sortie vers souvent le vent le vent
c'est l'ennemi public numéro 1 pour un
agriculteur prêteur en tout cas à moins
que vous ayez des éoliennes peuvent vous
pouvez gratter quelque chose mais sinon
c'est pas la peine donc ça augmente la
micronisation donc ça ça affine encore
la taille des gouttes ça augmente la
dérive
ça crée de l'évaporation des
gouttelettes fine un ca augmente
l'évaporation le vent et ça créé des
turbulences avec le matériel donc
derrière entre les roues sur le côté
selon comment et orienter le vent il ya
des problèmes de répartition de produits
soit avec des agressivités importante
soit des manque d'efficacité ça dépend
mais le vent c'est quand même un gros
problème
ça modifie la positionnement des
feuilles c'est à dire que quand le vent
souffle fort on peut avoir des
traitements sous la feuille et du coup a
mené un produit un peu agressif sous les
feuilles la cuticule sous la feuille est
moins épaisse est moins dur que le
dessus et du coup la même quantité de
produits va pouvoir nous va brûler en
dessous alors qu'elles voudraient pas le
dessus
voilà ça augmente l'agressivité des
traitements donc il vaut mieux un vent
doux et ça c'est le règlement le
règlement administratif mais quoi qu'il
arrive a vendu un vent d'ouest est moins
gênant qu'un vent d'est
alors c'est pas ça tombe bien ou pas
mais le vent eu le vent et aux doigts
c'est humide il amène de l'humidité
alors que les vents d'est ou non au
nord-est sont plus plutôt ses champs je
suis en train de réfléchir là où je
crois qu'il ya le vent ça dépend des
vents dans le sud de la france et d
c'est pas forcément ouest est comme ça
il fallait une bêtise donc voilà d'une
façon générale la sécheresse par rapport
au traitement donc avant le traitement
pendant et après le sec
sacré de l'imperméabilité donc
augmentation des quantités de cire sur
les plans de cirrhose et c'est pendant
le traitement
la sécheresse sacré de l'évaporation
donc de la perte de produit est
globalement c'est une systémique est au
ralenti aussi
donc tout ça c'est pas très très positif
l'humidité la rose est à la limite du
ruissellement donc sans parler de
ruissellement si on ne maîtrise ça ça
augmente la perméabilité des plantes
avant le traitement ça permet donc de la
rétention aussi c'est même sur les
plantes mouillable quand elles sont sous
humidité la bouillie a tendance à mieux
tenir sur une plante sous hygrométrie et
puis globalement ça
ça agit sur la systémie de la plante de
façon positive donc ça fait une plante
vivante
les températures froides donc baisse de
la production de sirvent variable à
l'exception du maïs en gros la paire
mais ça augmente la perméabilité pardon
sa baisse à perméabilité de températures
trop froide donc ça épaissi des
cuticules sur la majorité des plantes et
segment s'abaisse assisté me voilà et le
vent donc classions d'augmentation delà
du risque de perte de sélectivité et des
rimes micronisation évaporation des
gouttelettes fine turbulences
positionnement des feuilles et compagnie
là on est on est on est pas bon du tout
le vent c'est pas bon du tout
malheureusement voilà donc après bon les
outils de mesure j'ai passé vous moi je
travaille avec ça bon ça se met dans la
poche un sky watch ça fait plusieurs
fonctions dont vous avez l'anémomètre en
enlevant le petit capuchon là on a une
une hélice dedans on prend le vent donc
on prend la température l'hygrométrie
donc c'est ce qu'on a besoin c'est pas
juste juste mais bon on s'en moque un
peu de la virgule et c'est vrai que tant
d'hommes et 5,9 les uns à côté des
autres
ils sont tous différents au niveau de la
lecture mais bon ça fonctionne plutôt
pas mal plus vous irez chercher de la
précision plus ça coûtera cher et c'est
exponentiel et c'est pas utile en a pas
besoin de ce qu'on veut c'est qu'on
maîtrise savoir si on est plutôt à 90,4
60 et cissé en phase montante ou
descendante en gros c'est ça qui nous
qui va nous intéresser
on peut mettre aussi des grands maîtres
tout à fait basique alors pas celui-là
parce que pardon up pas celui là parce
que je suis là il est assez le mètre
étalon il est à paris mais
un hygromètre tout bête à cheveux pour
ceux encore des cheveux parce que c'est
pas toujours le cas
ça peut suffire si vous avez pas besoin
de la température des grandes monnaies
du vent ça va aller ça suffit et en plus
ils sont réglables les grands maîtres à
cheveux quand vous pouvez les régler
quel type vis derrière la en soufflant
dedans vous le faites monter en un coup
vous le faites monter à 95 18 ans ou 120
peut en tout cas vous le mettez à 98
tous sens et puis c'est bon alors que
les appareils électroniques
finalement on peut pas y toucher donc
peut pas les étalonner et puis s'il
casse c'est pas très grave peut changer
facilement la lumière donc certains
produits sont dégradées par la lumière
grosso modo je les ai classe et classe
donc d'été 50 cela dès la destruction de
50 % de la matière active en moins de 24
heures pour tous ces produits là 24 à 48
heures pour les autres on va arrêter là
mais ce faut juste pas traitée en plein
soleil quoi une fois que le produit est
rentré si c'est un système qui est plus
l'impact mais globalement faut pas
traiter ceux sur du soleil à quelques
produits racinaires à mercator par
exemple ça se met par terre
donc si c'est si c'est une journée
ensoleillée ça va pas le faire qu'est-ce
qu'on a encore le bon a lancé par un
essai incorporé merci vous l'appliquez
et vous laisser au soleil avant de
l'incorporer c'est pas bon et c'est
alors pour conclure sur cet aspect un
peu climatique qui km quand même je le
rappelle fondamentale
priorité à l'hygrométrie plus de 80% peu
ou pas de vent
donc moi je j'estime qu'à 10 kilomètres
heure ça va au delà ça quand même c'est
un peu compliqué sol humide ça c'est
vrai pour les racines r bien sûr mais
aussi pour les produits foliaires et
notamment les tout ce qui rentre dans la
plante les systémique
les variations donc les amplitudes
thermiques savant l'entend souvent
risque que de problèmes de sélectivité
avec des amplitudes de 15 degrés
ou supérieure à 15 degrés et les
amplitudes supérieure à 10 degrés quand
ça descend dans le jeune le matin il
faut faire attention c'est très
compliqué d'avoir moins de 15 degrés
d'amplitude c'est très souvent au delà
notamment au printemps température
globale modérée entre 5 et 25 donc ça
c'est l'activité physiologie de la
plante qui est correct entre 5 et 25
degrés en général
alors on va attaquer un nouveau sujet
sur un cul qui vous paraît des fois un
petit peu compliqué qu'il n'est pas
forcément l'adjuvant tation donc
et le traitement de l'eau je les traite
en même temps parce que ça se mélange au
fait des produits qui qui permette
mettant à nu mais quand c'est aussi un
produit qui va bloquer le calcaire et
c'est donc souvent ça se mélange un
petit peu dans nos cervelles donc on va
essayer si le rendre un peu à peu près
clair
d'une part et d'autre part il ya
beaucoup de la phrase sur le marché on a
du vent
beaucoup d'offres c'est les produits qui
marchent pas mal donc quand on consomme
un petit peu moins de produits
traitement du coup certains vendeurs
vont se rattraper un petit peu sur les
ventes à sion et vous vendre des
produits un peu miracle qu'on aime bien
utiliser d'ailleurs parce que dans nos
têtes souvent c'est on enlève un peu de
matière mais on va ce qu'on va se
sécuriser par delà du vent en réalité la
du vent et il sert pas à compenser dame
interactive c'est un produit et enfin
des produits qu'on va utiliser pour
accompagner une un choix de doses qui
est le choix d'une dose c'est une
réflexion agronomique c'est pas parce
que je mets du bouillant que je vais
mettre moins de traitements ça ça
voudrait dire que le mouillant remplace
ou plaide jean va remplacer une partie
de la matière active ce qui est faux
c'est pas comme ça que ça marche c'est à
dire que quand un vendeur vous dit si tu
mets mon produit tu peux enlever 20 %
ben ça c'est faux d'accord c'est pas du
tout comme ça que ça marche
mon tour est pas comme ça qu'il faut
l'utiliser donc on va évoquer un certain
nombre de choses donc mon petit
définition des mouillant ou tensioactifs
ça c'est une première catégorie
mouillant temps sur kiss surfactant ça
ces trois mots trois noms pour la manne
types de produits les huiles donc
minéral végétal enfin deux à base
minérale ou à base végétale les sulfates
donc on en utilise deux sulphate
ammoniaque ou d'ammonium
d'un côté et eps octobre ou sulfate de
magnésie de l'autre et puis on verra un
petit peu leur effet sur le ph de l'eau
la dureté pour avant de conclure alors
la définition du vent donc c'est du vent
c'est du produit qu'ils sont là pour
aider à la pulvérisation aider au
fonctionnement les produits mais qui ne
sont pas des produits traitement qui
vont pas remplacer de la matière active
qui n'ont pas d'action directe
logique sur sur la cible c'est pas eux
qui vont tuer l'insecte c'est pas eux
qui vont tuer la mauvaise herbe vous
protégez votre votre culture pas du tout
ils sont là pour faciliter la
performance des phyto et éventuellement
des effets un peu complémentaire baisse
de delà du ruissellement baisse de la
dérive wallace a cédé des effets
complémentaires modification d'un ph et
c'est donc
voilà et donc ils ont certains en tout
cas les unes notamment ont un effet sur
les sur les feuilles en faisant un trou
dans la cuticule je vais expliquer un
peu tout à l'heure et au final c'est ça
on va s'en servir pour enlever cette
barrière chimiques ou physiques ou
chimiques de la cuticule pour la
pénétration des produits donc les huiles
peuvent avoir un effet sur la
sélectivité alors qu'à mouillant pas du
tout un bouillant ils traitent l'eau il
traite pas la plante vous pouvez vous
tromper d'une dose on mettre dix fois
trop c'est pas un souci ça ça fera pas
de mal à la feuille quoi la plante
voilà donc c'est là ça permet
d'optimiser des traitements vitaux et
c'est ça le but or en fin de compte donc
d'une façon générale pour pas avoir de
problème on va prendre des produits qui
ne sont pas chargées électriquement
donc en gros vous avez les produits qui
sont négatifs à nu les anions ou
d'autres qui sont cationiques les
charges positives
la difficulté quand on vend un produit
qui est chargé si on les associe à une
molécule phytosanitaires qui a aussi une
charge électrique sur la molécule
pouvait avoir des agglomérats ou des
réactions physiques ou chimiques qu'ils
soient négatifs vous mettez un plus en
présence d'un mois ça va ça va faire une
mayonnaise et ça ça va précipiter vous
allez retrouver dans les filtres au
mieux ou pire vous allez bouger tout ce
bazar
donc pour pas avoir de soucis à la foi
en moi pour moi en termes de conseil et
pour vous en terme de pratique on va
utiliser des produits qui sont noués
ionique dire que les produits jeu dont
je vais vous parler ce que je préconise
vous pouvez pas avoir de problème
physico chimique peut pas y avoir une
interaction négative avec les molécules
c'est quand même rassurant et donc ça il
faut il faut que vous soyez tranquille
avec ça il n'y a pas de souci
particulier
alors bon pour faire simple la
définition des agneaux nick donc j'ai
cité un produit qui sait plus
aujourd'hui comme ça on est tranquille
c'est le carbone carbone en fait c'est
un nettoyant tout ce qui vous est vendu
comme adjuvant qui est une base de
nettoyants nettoyant dégraissant c'est
tous des agneaux nique etc des produits
qui en gros dans les finitions de gens
donnent ils fonctionnent quand il n'a
pas besoin
en gros bien qu'en gros il servent à
rien quoi pour faire simple aussi donc
on va éviter ces produits-là qui certes
sont pas forcément très cher mais
quoique ils valent pas grand-chose à
produire il vous est vendu à peu près 10
euro du litre toute façon c'est les prix
de marché tout ça s'étend de l'hectare
3,4 euros
donc on va essayer de travailler avec
des produits moins chers beaucoup plus
efficace
est ce qui va nous permettre de baisser
leur dose est d'avoir un coût auprès
d'un euros par hectare d'accord donc ils
peuvent être un peu fi toxiques voit la
cdc elle décèle d'ammoniac souvent après
les produits cationiques ça c'est pour
vous connaissez peut-être un peu aussi
le jeune allemand qui était l'associé
historique du glyphosate c'est monsanto
cave est sortie ça quelques années après
il faut quand on a commencé à parler de
la qualité de l'eau etc
donc ça bloquait la dureté de l'eau
jusqu'à 200 ppm ou deux où jusqu'à 50°
français d'une part et puis d'autre part
c'est un peu collant un peu tout ça et
le surf de mail que j'ai cité aussi ici
qui est un cation cas des charges
positives qui marche est un petit peu
pas trop mal on va dire avec
les sulfures les antigraminées atlantis
absolue archipel mais bon globalement
n'en a pas besoin et on va éviter par
rapport à ces charges positives
un produit chargées électriquement
positivement avec des charges plus va
aussi aller se fixer comme sur la coc du
sol qui a des charges négatives et donc
du coup en se fixant sur la cec bain à
l'occasion ça démobilise essarts largue
la ccva relarguer des éléments minéraux
donc c'est pas très intéressant d'aller
fixer les molécules comme ça pour
larguer des éléments nutritifs de la
plante qui sont stockés dans le sol donc
voilà ça c'est un petit peu accessoire
mais n'empêche le voilà tant qu'à faire
et puis fit aussitôt on attend un peu
plus élevé que d'autres donc on va
travailler que des non ioniques et les
non ionique bon il y en a pléthore
inquiétez pas il y en a plus qu'un curé
péan bénir donc 70 se croit homologué ou
75
donc on a ce qu'il faut jean si
quelques-uns que vous connaissez un le
ahly 700 qui est un produit acidifiant
une base de lécithine de soja
c'a été surtout vendu pas mal vendu au
départ comme anti dérive aussi donc
l'imitateur de dérive
c'est vrai que ça fonctionne plutôt bien
ce niveau là voilà on va pas l'utiliser
de saint-fort acidifiant et à s'édifier
trop fortement c'est pas une bonne
affaire donc globalement va laisser un
petit peu de côté il marchait pas mal
avec les régulateurs
voilà le stikeman alors lui il a une
bonne réputation aussi c'est sa base de
latex
le latex qui ferait un bon anti
lessivage une fois que c'est polymérisé
sur la plante qui a asséché
enfin voilà oui c'est pas faux mais je
pense honnêtement qu'on n'a pas besoin
du latex
très sincèrement avec les fonds jc real
s'est vendu sur les fusées sur les
traitements et pis on n'a pas besoin non
plus s'il tombe 20 ou 25 mm après un
traitement refusable la meilleure chose
à faire c'est plutôt de leur faire
plutôt que d'espérer une efficacité du
latex quoi voilà alors il se fait un
petit peu alors il ya bien que sur les
oignons ou le préconise enfin les
alliacées en général où manifestement on
a des résultats qui sont significatifs
pour le stikeman donc par rapport aux
autres
ces deux là c'est l'utilisation que j'en
fais voilà sur les alliacées le
silhouette à lui par contre je l'utilisé
pas mal le silhouette c'est le plus
puissant du marché pour le coup on peut
pas en trouver plus haut niveau de
l'étalement de ça ça nous intéresse
bigrement parce que autant à dos plein
il est pas bon a d'autres mais ni l'état
le trop est allé trop c'est pas une
bonne affaire non plus pourquoi c'est
pas une bonne affaire d'état les trop
c'est que quand on étale énormément le
la gouttelette d'eau elle va s'évaporer
plus vite du coup on va perdre du taux
de transfert aussi c'est pas bon il faut
laisser un certain volume de la goutte
pour que ça aille pas trop vite à se
dessécher
deuxième effet un peu négatif quand on
étale trop c'est quand y'a de la rose
est donc déjà 4 500 litres d'eau sur les
plantes vous prenez l'eau le silhouette
va étaler aussi l'eau qui est déjà
présente et du coup ça va couler plus on
va faire on va on va faire couler plus
de produits on va en perdre plus sur la
feuille
donc le silhouette m'intéresse mais à
petites doses et du coup au niveau de
fin au niveau du coût du produit
ramenée à l'hectare ça devient
intéressant c'est qu'en gros il est
homologué à 0 8 1 pour cent litres 0,1
et on va l'utiliser au dixième de sa
dose homologuée donc à 0,01 ou un lead
pour 10000 lido ou 0 litres 1 pour mille
litres ou 0 01 % litres voilà en gros
donc ça va utiliser on va l'utiliser
systématiquement avec tous les produits
foliaires voilà dans ma phrase de la
phrase je suis en train de dire il ya
toute la reine d'utilisation du produit
systématique avec tous les produits
foliaires qu'ils soient des pronostics
ce soit les produits systémiques des
translaminaire n'est pénétrant des prix
de contact à chaque fois qu'on met un
produit sur les feuilles qui passe ou
qui restent sur la feuille on va
utiliser lucie louette à 0 01 % les
lieux sol c'est aussi un produit qui est
bien connu qui est un vieux produit une
bonne quarantaine d'années pour les
lieux sol
j'ai pas vérifié mais c'est au moins ça
les lieux sol lui il a pour intérêt
d'être homologué sur tous d'accord il
est homologué en bio aussi voilà ça peut
être un argument
l'argument essentiel souvent c'est
l'odeur l'odeur qui pour certains est
désagréable mais pour pas mal est
agréable ça cache un peu la misère on va
dire ça comme ça
ça sent lui un peu un peu le savons
quand même le l'huile de palme femmes
ont donc c'est une base de terpènes
terpend donc à base d'huile de pain mais
c'est quand même quatre fois plus cher
qu'un silhouette ça s'utilise à 0 8 2
par hectare mais c'est quatre fois plus
cher alors voilà au bout de la saison ça
fait quand même un certain nombre de
pulvé et ça commence à ça peut commencer
à compter surtout que le silhouette
c'est le boulot l'élu au sol n'étale pas
par exemple ils étalent pas ou très mal
montré très mal bon ça j'ai gelé
vérifiez donc je peux vous l'affirmer
j'ai fait les et allemand donc voilà les
yeux ça ne marche pas pour ça alors si
on veut faire un élu au sol qui étale il
faut lui mélanger du silhouette avec la
seule solution que j'ai trouvée enfin
pour arriver à utiliser les lieux au sol
pour une raison ou pour une autre mais
qui est alain peut donc avec du
silhouette donc cela ils n'ont pas
d'effet direct sur la plante du tout
vous pouvez vous trompez donc le
silhouette si vous mettez à dose
homologuée par hasard sans faire
attention
en dehors du prix vous aller en mètres
0-1 et là pour le coup à 0 1 ils
voudraient pas de dégâts non plus sur la
plante quand voilà donc le silhouette
lui il est homologué sur
herbicides fongicides quand il est sorti
il était aussi insecticides et il a
perdu un set à 3-4 ans la sait pas trop
pourquoi mais voilà ça devait revenir ça
revient pas pour l'instant on verra
alors c'est les produits qui sont pour
le silhouette par exemple qu'il ya qu'a
reçue une à mêmes il a une - location
etc
donc normalement ils devraient être
cédés produits qui devraient être
sérieux quoi hein où les tests ont été
faits par l'administration et compagnie
or on observe une chose c'est que c'est
pas vrai en gros ils ont essentiellement
une base documentaire d des firmes donc
la firme qui produit le produit qui fait
ces essais d'homologation et qui le
fournit l'ensemble à l'administration et
en vrai l'administration vérifie pas et
les firmes sur ces produits là il marque
tout et n'importe quoi vers toutes les
fonctions et du vent sont marqués sur
toutes les étiquettes de tout le monde
mais pour autant ils n'ont pas tous les
mêmes fonctions du tout donc c'est un
petit peu en berne ont enfin embêtant
pardon de d'avoir
des choses qui sont fausses sur les
étiquettes quoi est clairement quand on
fait des tests avec et des tests de la
bo avec des bleus le matériel exprès
pour étaler machin enfin l'appareil de
référencer et compagnie on trouve
absolument pas ce que la firme annonce
quoi bref dans la catégorie des êtres
vivants
on va trouver donc plusieurs produits
les mouillant au tensioactifs d'accord
les huiles et les sulfates ça c'est les
3es du vent qu'on va rajouter de façon
systématique pour le sulfate de façon
systématique pour les produits foliaires
pour je vais dire le silhouette comme ça
je ne sais plus simples et les huiles
avec les antigraminées foliaire les
huiles en a deux grands élus et les
huiles minérales et les huiles végétales
huiles végétales
on pourrait même préciser lui laisse
terrifié de colza parce que c'est celle
là qui nous intéresse on en a une autre
depuis deux ans maintenant ou trois ans
qui est la dinde à et la dinde a
malheureusement
personnellement je la je refuse c'est à
dire le jeu et vous vendre cette huile
comme étant l'équivalent de l'acte i
rode ou de la médecine alors que c'est
faux c'est pas la même chose et en plus
on ne peut pas savoir ce qu'il ya dedans
c'est certainement une base d'huile
végétale mais on sait pas quel végétales
ils vont le fabricant va aller au moins
chers sur le marché mondial donc ça peut
être de l'huile de palme ça peut être de
l'huile de friture ça peut être
n'importe quoi tournesol lui colza
pourquoi pas mais on ne sait pas à
l'avancé et j'ai vu alors pour le coup
depuis deux ans j'en vois des parcelles
grille et la nana c'est pas sur les
céréales soit c'est vrai ça a l'air de
se passer pas trop mal par contre des
sojas et des betteraves
donc je
déconseille fortement l'agenda et
malheureusement elle a pris une place
commerciale en france qui est énorme
il doit faire des marges va ils doivent
laisser de la marge et du coup c'est
partout quoi dans bref voilà alors je ne
sais pas exactement le tenant les
aboutissants de tout ça mais en tout cas
moi pour les gens que je conseille je
leur déconseille fortement la dinde a
donc ses actes heroes ou mix in point
barre elle est un peu plus chère que
l'huile minérale mais elle est sélective
et la sélectivité de l'huile à petit
robot mix il nous permet de moduler la
dose et profiter des bonnes conditions
climatiques notamment pour pouvoir en
mettre plus donc plus es21 on va passer
de 1 % on va passer 1,5 ou 2 %
et là on reste sélectif et le fait
d'augmenter l'huile on décape un peu
plus de critiques eu les compagnies et
du coup les quantités de produits qui
rentrent sont plus importantes
soit ça fait mieux marché le produit ça
on peut se permettre le produit marche
de lui-même déjà très bien
éventuellement de baisser la dose
l'enjeu sur la dose c'est à peu près 20%
quand on peut monter l'huile on peut
baisser la dose de matière active de 20%
ça c'est en bonne condition pas de vent
bonne hygrométrie pas trop chaud pas
trop froid
peu d'amplitude thermique etc là on peut
monter un peu lui les sulfates par les
sulfates on va on a deux catégories le
sulfate d'ammoniac ou le sulfate
d'ammonium
qu'on va mettre avec les désherbants je
dirais même quasiment obligatoire avec
le glyphosate d'accord est fortement
conseillée pour les désherbants pourquoi
le sulfate d'ammoniac ses 60% de so3 de
soufre de sulfate par dont 60%
c'est aussi un bonne humeur c'est le
sulfate le soufre qui va bloquer la
dureté de l'eau déjà le calcium c'est en
plus le sulfate qui fait que de lui mais
station si on faisait un
un sulfate de magnésie avec les
désherbants premièrement on touche pas à
la dureté de l'eau puisque en larguant
du magnésium le sulfate de magnésie va
recréer de la dureté donc en bloc d'un
côté du calcium et de l'autre côté on
relate du d'éléments qui font de la
dureté donc ça n'a pas d'intérêt et
d'autre part c'est que 32% de sulfate au
lieu de 60
donc deux fois moins aimé qu'l temps 1
kg équivalent donc et comme les
molécules les sons hydrosolubles les
désherbants son hydrosolubles j'ai dit
plusieurs fois
ben vous avez intérêt à mettre du
sulfate d'ammonium quoi qu'il arrive
avec les désherbants
voilà pour plusieurs raisons la dureté
de l'eau d'un côté dureté pour le glyphe
home et aussi pour d'autres molécules
il ya dans la littérature chimiques on
trouve beaucoup de matière active
deservant sensible à la dureté
maintenant ce qu'on ne sait pas mais
malheureusement mais peu importe on va
quand même traiter l'eau pour les
désherbants en général même s'il ya pas
besoin tant pis enfin tant pis c'est
comme ça c'est pas grave savez ça coûte
pas cher enfin quand c'est utilisé en en
grèce et coûte pas cher et donc on ne
sait pas au final si le produit
commercial qui contient la matière
active sensible à la dureté on ne sait
pas si le produit commercial a déjà été
corrigé ou pas dire qu'on n'a pas la
composition exacte on ne sait pas si le
chimiste a déjà pris en compte ce
phénomène ou pas peut-être que oui
peut-être que non mais ça on a le
heureusement on n'a pas les éléments
pour pour le savoir on fait sens et moi
je reste calée sur ce que j'ai comme
information c'est à dire les molécules
de désherbant y en a une bonne dizaine
qui sont sensibles à la dureté dans la
littérature plus le glyphosate qui est
lui absolument sûr insensible à la
dureté on an mais à peu près 2%
ça c'est le standard 2 % ça bloque la
dureté de toutes les eaux calcaire en
france il n'y a pas de froid ya pas de
problème ou en suisse ou en belgique
il n'y a pas de problème donc 2 % c'est
le minimum pour faire de lui mais
cotation si les gros mettriez pas bonne
on est obligé de traiter parce que voilà
c'est comme ça avec les cons mais tri à
50 ou 60
ça peut arriver là vous allez remettre 4
5 6%
on va augmenter le sel
hygroscopique un qui va te permettre de
corriger et de faire durer la phase
liquide de la pulvérisation pour le coup
sur les failles les plus longtemps
possible donc sulfate d'ammonium à 2%
minimum jusqu'à 5 6 7
quand les conditions sont pas bonnes ça
fait la dureté lui mais station et puis
au final ce sera mangée par la plante
tout et tout est bon dans le cochon
voilà et puis ensuite alors le laisse au
top du coup le sulfate de magnésium et
on va l'utiliser pour cent en effet un
peu hygroscopique aussi un peu du mek
tation mais surtout l'effet alimentaire
du magnésium
le magnésium est au coeur de la
chlorophylle c'est l'élément qui est
central dans la chlorophylle autour
duquel va se faire la chlorophylle
donc c'est un élément intéressant et en
général dans les essais quand on met de
l'epso top sulfate de magnésie à 2% à
chaque passage de fongicides par exemple
ou à chaque passage or herbicides
quand ya pas d remis sine on a à peu
près 2 330 revin et trois quintaux au
dire de en moyenne de bonus par l'effet
alimentaires essentiellement donc on va
on va utiliser les sulfates donc sulfate
d'ammonium pour le désherbage à 2% en
moyenne
il est au top à 2% aussi pour tous les
autres traitements quand il n'ya pas de
désherbant dans la plus dans la cuve si
vous avez un mélange désherbants
fongicides ou désherbants insecticides
ou je sais pas quoi vous mettez le plus
exigeant c'est à dire c'est sulfate
d'ammonium pour le désherbant et après
tant pis pour le reste et sinon s'il n'y
a pas de désherbant dans la cuve c'est
plutôt du sulfate de magnésie voilà donc
le mouillant en tensioactifs en
silhouette
voilà c'est à 0 01 % l'huile pour les
herbicides foliaires donc 1 % en moyenne
pour l'acte i run et on peut monter un
ennemi à 2 dans les bonnes conditions
et puis le sulfate donc deux pour son
petit chat d'ammoniaque pour le
désherbage et 2% d'être au top pour les
autres traitements ça c'est tout le
monde l'a compris c'est bon c'est
souvent ça paraît un peu complexe
finalement mais c'est relativement
simple il faut bien décrypter et dans
les phrases que je dis sincèrement il ya
toutes les règles d'utilisation en fait
à présent se pose beaucoup trop de
questions souvent mais si vous retenez
les phrases que je dis honnêtement vous
pouvez pas vous tromper
voilà
donc je vais aller à la partie à la
partie au exact voilà je peuvent vous
faire forcément être toutes les
démonstrations de ce que je viens de
vous dire mais
je pense que le schéma de est assez
explicite en fait avec les trois
éléments et on ça reprend ça c'est la
partie
enfin c'est les molécules de mouiller en
parlons tous fait de la même manière
avec deux deux pôles un pôle qui va
rester dans l'eau qui est attiré par
l'eau donc il reste dans la gouttelette
d'eau et un pôle qui attirés par l'air
donc en gros quand vous mettez un mot
une des molécules comme ça dans l'eau
ben la molécule va migrer vers
l'extérieur et elle va venir séparer les
molécules d'eau entre elles ont coupé
les liens électrique qui re clic'n les
molécules d'eau ensemble voilà en
schématiquement ça donne ça voilà bon ou
le rôle d'étalement les différents
éléments où je passe là aussi assez vite
alors ça c'est la théorie c'est ce que
vous raconte les fabricants les
fabricants nous dire bah ouais mon
silhouette par exemple état de 100 à 120
fois à bon train c'est énorme
oui alors c'est énorme et ça veut rien
dire en soi ça dépend de l'eau comment
les caractéristiques de l'eau ça dépend
du péage ça dépend des bonnes choses et
en plus c'est faux donc voilà et quand
on s'amuse à les tester
pour le coup ce n'est pas la même quand
je fais des tests et allemand en réalité
on tombe sur à 0,01 on étale à 30% dire
on fait 30 % de surface couverte
supplémentaire avec le silhouette
c'est le plus gros de tous les autres
soit 1,10 quoi même pour des plaines
doses alors que la dixième de la dose on
fait déjà 30 % d'étalement et ça suffit
il faut pas aller plus loin faut laisser
du volume à la gouttelette d'eau faut
pas la sueur et allez c'est pas c'est
pas intéressant alors les huiles
minérales végétales ou en gros les
huiles sont homologués que des errements
donc on n'a pas de soucis on n'utilise
pas pour d'autres choses donc ça va
c'est pas mal comme ça donc les huiles
minérales ou je dirais globalement ont
tendance à disparaître des
pulvérisations deschamps on est tout le
monde est à peu près calé sur sur
l'actif acquis robes l'acte il en deçà
jeu
j'en parle même pas parce que en gros
c'est un mélange d'huile plus mouillant
alors tout ce qui est produit tout
formule et ça nous intéresse pas ça
franchement les équilibres étant figées
entre lui et mouillant les fonctions
sont différents le mouillant travail
l'eau la quantité d'eau à l'hectare en
venir ou dans le pub lui ai alors que le
lui il doit travailler sur les plantes
c'est deux choses différentes en
fonction des conditions on peut jongler
dans les doses alors que quand vous
achetez un produit qui étouffait
toujours rien du tout tout le monde
monte où tout le monde descend ça n'a
pas de sens et en plus sa dose moitié
moins d'huile que lui laisse les rifains
qu'une huile normal c'est moins
performants fin juin en bref mais c'est
pénible comme ça c'est une plus en plus
on a des produits tout faits avec des
matières actives
enfin des matières actives plus ou moins
complémentaires et c c'est pénible sur
la qualité de l'eau donc le sulfate on
commence à rentrer dans l'eau donc en
gros sur l'eau il ya deux phénomènes un
phénomène avec le ph
il ya un phénomène avec la dureté ces
deux choses différentes chimiquement
sanaa n'a pas de lien la dureté
c'est la quantité de questions dans
location libre c'est à + + ng plus plus
elle fait trois plus effet de plus un
peu importe à tous qui est cation libre
dans l'eau
le fait de la dureté la plus importante
sur les produits c'est le calcium
l'impression que le calcium qui est
beaucoup plus qu'un magnésium
j'ai pas de fondement scientifique pour
vous dire ça dans le côté lequel sème
ses 80 % des eaux françaises ont donc là
dessus
donc on va mettre du sulfate d'ammonium
le so3 - - va bloquer le ca plus plus
c'est tout bête donc c'est l'attirance
chimiques fins chimiques électriques
entre les deux qui fait que ça va
précipiter
ça veut dire aussi que quand vous mettez
2
du sulfate d'ammoniac dans l'eau pour
bloquer la dureté il faut dire d'abord
ça faut pas remettre le produit
et puis mettre le sulfate après sinon la
réaction malheureusement elle est faite
avec le produit et pour le coup une fois
de servir à rien donc on bloque la
dureté quand on remplit a pu lever et
qu'on a la bleue qu'on a bloqué la
dureté de l'eau on bloque on met le sud
enfin on met de l'eau et une fat
d'abord ça c'est la priorité on met
préférentiellement peux me mettre la
veille au soir même pire que ça
une fois qu'il est dissous dans l'eau le
sulfate il va pas se précipiter
c'est comme un sucre dans le café quoi
c'est s'est dissout dans l'eau
donc pas de soucis fait le même à
l'avancé comme ça ça permet à la
réaction soit complète mécontent après
si vous faites de plus et tant pis pour
le deuxième et et pas de souci c'est
c'est mieux de le faire avant sa fausse
pas de problème vous gagnez une
demi-heure le matin ça peut compter et
donc voilà c'est plutôt positif donc la
dureté de l'eau au glyphosate et tous
les désherbants globalement vous mettez
votre sulfate la veille au soir vous
laisser le mélange et puis vous intégrez
les produits au moment de partir pas de
souci ensuite le deuxième élément qu'on
connaît tous et le ph
le ph de l'eau donc va jouer ou va
interagir va influencer la dégradation
des molécules dans le temps l'hydrolyse
des molécules
quand vous mettez votre produit dans
l'eau dans le plus élevé la dégradation
commence
c'est un phénomène sur plus ou moins
long terme pour les plus impactés par la
part la qualité de l'eau et par le ph du
coup la dégradation peut être de
quelques dizaines de minutes
donc là 2010 des matières actives que
vous avez mis dans le bilan dans la cuve
ça peut être 10 10 15 minutes et pour
d'autres ça peut être un produit
insensible c'est d'être l'hydrolyse
n'est pas lié au ph unis à la qualité de
l'eau et du coup ça peut durer allez en
quelques années un porte pas de perte de
produit dans la cuve mais c'est pareil
vous savez pas ça ce concert est
globalement je crois que j'ai un petit
chez moi
il peut être intéressant là dessus voilà
ce qu'on sait globalement c'est que peu
importe les produits mais globalement ça
c'est des la durée de vie du produit
dans l'eau un glyphosate par exemple la
ph un an et demi ou deux il va être
stables plus longtemps qu'à ph7 ou ph8
c'est pas parce qu'il est plus stable
que pour l'activité biologique il faut
le mettre à dptg aussi bas parce que si
vous le mettez un péage comme ça l'oaci
de l'acide ça brûle vous allez brûler la
végétation et sur des plantes vivaces
vous allez perdre d'un manens en
détruisant le feuillage le produit va
s'arrêter de migrer du coup vous allez
perdre de l'efficacité globale
donc il faut rester à entre 5 et 7 même
pour le glee faut enfin pour la
stabilité du produit cdph très bas mais
quand on regarde la liste
hormis une exception on va dire
l'éditions carbamates ou faut laisser
les ph élevé manem manque aux aides
hormis ça entre 5 et 7 vous avez tout le
monde et un conseil de bon sens c'est
pas la peine d'aller dans les extrêmes
acidifie fort ça peut être dangereux
sabine le matériel c est dangereux pour
vous il n'y a pas d'intérêt agronomique
enfin dans ce domaine là les vendeurs de
souvent les gens qui vendent des
t-shirts aux correcteurs de ph il faut a
signifié pour 6 à 6 g pour ça
globalement il ya très peu de deux bases
scientifiques tueur voilà bref alors je
prends que charles que les copains en
disant ça mais c'est pas grave je les
assume
pour ce qu'on a à faire nous avec nos
produits phyto en général vous
remplissez votre pull v33 heures après
quatre heures après grand maximum il est
vide on n'a pas à voir
on n'a pas besoin de durée de vie des
produits pendant des mois et des mois
on n'est pas dans l'industrie chimique
en train de voilà d'avoir des cuivres je
sais pas combien qui vont devoir rester
stables pendant des mois donc on n'est
pas du tout dans ce domaine là si vous
mettez votre ph entre 5 et 7 allez on va
dire si ce pour faire sortir qu'un seul
chiffre
vous avez tous les produits qui sont
suffisamment stable pour ce qu'on a à
faire nous avec et sans aucun problème
et vous prenez aucun risque
voilà donc un conseil de bon sens je
dirai pas ce que on entend tout et
franchement alors voilà par les machines
maintenant les adoucisseurs d'eau et où
si alors c'est intéressant peut-être
quand on a un élevage
associez vous faites des poules je sais
pas quoi vous devez avoir une autre
était en permanence en continu vous avez
station pourquoi pas faire dériver ça là
calibré de façon à remplir une cuve
d'attentes pour le plus élevé pourquoi
pas c'est pas mal je sais quand on
rentre pas trop tôt ont de l'eau dure
qu'on traite l'eau dure on va avoir un
précipité
donc on va un appareil qui est sale
des dépôts partout quand vous
retrouverez comme comment si vous
commencez à mettre du sulfate d'amour et
vous retrouvez des choses dans les
filtres c'est pas le sulfate d'amour
vont trouver c'est le précipité du
calcium avec les c'est normal on le veut
on le fait pour ça on le retrouve et
certains des fois on peur ont peur donc
voilà ce qui est bien je pense et
préparer c'est tout y à l'extérieur du
pied levé si vous avez la possibilité de
faire une petite installation avec un
ancien tank à lait avec je ne sais quoi
préparer toutes vos bouillie mélangée
tout le bazar à côté vous incorporez
vous aspirez dans le pub et une fois que
ces prêts en filtrant au passage et vous
entrerez jamais de merdouille dans
l'appareil
ça c'est super tu as mon bon pour
terminer sur la qualité de l'eau je ne
veux pas tout vous expliquer dans tous
les sens mais si vous mettez votre le ph
notamment alors de l'eau douce ou
adoucis pour tous les désarment en ph
entre 5 et 7 donc si c'est très bien
vous pouvez acidifier un petit peu si
vous êtes au dessus au départ ou mettre
des bases vous êtes en dessous et départ
pour commenter un peu le ph ça se fait
pas mal avec l'acide citrique fait un
incident qui est assez costaud mais pas
dangereux donc ça c'est intéressant
moi personnellement je suis pas du tout
favorable à la cites de fort sulfurique
je pense qu'il ya d'autres encore enfin
bref l'acide dangereux quoi pour votre
santé un premier parce que se défigurer
pour gratter 10 euros sur un traitement
c'est un petit peu voilà je suis pas
pour
et puis pour le matériel aussi parce que
si vous avez diffusé en permanence
rejoints tout ça ça va aussi les
plastiques vont vont s'user assez vite
voilà donc
un ph à 6 c'est parfait pour tous les
traitements et ça suffit alors au niveau
de la qualité de l'eau personnellement
ce que je préconise d'abord et avant
tout avant d'investir des sommes
faramineuses dans des des stations de
traitement cellou de pluie le plus il a
toutes les caractéristiques qu'on
souhaite aller douce à ces deux lots qui
n'a pas de ou très peu elle a juste en
éléments minéraux ce qu'elle a ramassé
sur les toitures
donc il y en a un peu mais c'est pas
c'est pas dramatique loin de là le ph
lui entre autour de 7 ans va durer entre
six et demi sept
cet ennemi des fois ça aussi ça dépend
beaucoup de ce qu'elle ramasse sur le
toit tout à une période sèche pendant
quinze jours trois semaines
il ya de la poussière des chemins et
tout ça qui se dépose et du coup il
pleut 10 mm vous allez remplir votre
cuve mais avec les deux trois premiers
mètres sont chargés quoi sur les
toitures bon mais c'est pas grave y'a
pas de soucis le stockage de l'eau et
pas trop compliqué dans la mesure où
enfin c'est c'est un peu compliqué dans
le sens où il faudrait des cuves surtout
enterré enterré notamment pour la
lumière la lumière c'est le plus gros
souci dans leurs réserves d'eau
si vous avez un filet de lumière vous
aurez des algues le long du filet de
lumière c'est assez marrant mais les
algues c'est quand même un gros problème
dans le pub et puisque ça passera par
les filtres et sa voix sera pas les bus
donc c'est une galère pas possible donc
c'est pas souhaitable récupérer l'eau du
des toitures et pas de l'eau qui aura
russes les parterres parce que du coup
on a de l'eau qui allaient teneur en
calque en calcium souvent ou en tout cas
la dureté va exploser donc ça s'est
passé pas top il faut capter l'eau avant
qu'elle touche le sol pour l'emmener
dans le cube et
à partir de la priorité pour si vous
n'avez pas une réserve trop grosse
priorité à l'eau de pluie pour les
désherbages après pour les autres
traitements sait moins c'est moins
dangereux c'est moins grave encore
comment faire effectivement à un des
essais chez soi à grande échelle qui
soit relativement sérieux c'est à dire
exploitables
sans aller jusqu'à la micro parcelles
d'expérimentation
évidemment en fait le premier problème
ça va être la quantité de traitement
testé une modalité c'est à dire que en
grandes cultures enfin de grandes
parcelles avec du gros matériel on va
être limitée à 2 voire 3 mai à leur déjà
deux comparaisons plus un témoin ça va
déjà être
je pense le maximum alors quand on
explique classique on peut monter les
modalités 10 15 ou 20 microparcelles
voilà la répétition elle est faisable
par band vous avez un champ avec 8
passes et les pulls vais vous faites une
sur deux et ça faudrait le répéter 4 x 4
4 bandes identique à d'autres endroits
dans la parcelle et tout intercalé avec
soin une autre au traitement soit avec
un témoin le témoin de représenter
j'irai au moins une passe et complète
voilà si on veut comparer des choses
soient en notation soit encore pire en
rendement il faut au moins une passe et
complète des cils la parcelle est large
et pulvé large il faut renouveler le
témoin au moins deux fois dans le champ
d'essai c'est assez complexe mais sans
l'être vraiment
voilà quatre répétitions pour les peser
et puis ça c'est top
après le fait de faire en grandes bandes
en grande part celle ci la bande fait
plus d'un hectare ou deux hectares ne
sais pas peut se contenter à la limite
de deux ou trois répétitions mais faut
au moins ça quand même
la disparité au niveau du sol est quand
même assez grande et quand on regarde du
même d'une micro parcelle à l'autre les
différences qui peut y avoir uniquement
lié à d'autres facteurs que le facteur
étudié assez clair qu'il faut répéter
voilà c'est pas que c'est pas compliqué
il faut de la rigueur
les témoins c'est essentiel s'il n'y a
pas de témoins dire qu'un produit marche
si on ne l'a pas comparer un témoin
c'est compliqué on a souvent c'est avec
des oligo par exemple les oligo c'est au
niveau alimentaire c'est toujours
complexe et plus que c'est plus complexe
qu'un traitement fongicide par exemple
ce que l'aliment dans une bande de terre
c'est très variable et on va on va
réussir à faire du résultat avec un
oligo si on a levé un facteur limitant
en fait et ça si on compare pas avec un
témoin ça on n'en sortira jamais rien
j'ai fait mieux que avec 100 mais enfin
j'ai fait mieux avec que je sais pas
quoi que rien et ça ça nous arrive
souvent comparé les rendements d'un
champ à un autre bah oui c'est bien même
s'il est de l'autre côté du chemin c'est
pas le même chemin en fait désolé pas
bon enfin voila en gros très simplement
c'est pas ça peut être cette façon et de
façon intéressante et ça vous donne des
réponses chez vous vraiment concrètes
pour avoir envie quoi

Partager sur :