Logo MSV Normandie officiel.png

Itinéraires techniques Maraîchage Sol Vivant - Ferme Biji Biji

De Triple Performance
Révision datée du 5 août 2022 à 13:27 par Astrid Robette (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à :navigation, rechercher


Présentation du contexte et des itinéraires techniques mis en place par Xavier Moisière à la ferme Biji Biji, petite surface en maraîchage sol vivant à Mouazé (35). Les informations présentées sur cette page sont issues de plusieurs comptes rendus de visites de ferme réalisées depuis 2019.


Présentation générale de la ferme

  • Localisation : Mouazé, Ille-et-Vilaine (35).
  • Année d'installation : 2017, sur une parcelle de prairie de la ferme de Brice Tandille.
  • Formation : BPREA, stage réalisé chez lui.
  • Sol : Limon très fin : battant l’été, glaise l'hiver, très peu d'argile.
  • MO : Actuellement : 6,4% de MO sous serres (il y 3 ans : 3,2% MO donc belle évolution après un apport massif de broyat en incorporation à la prairie labourée).
  • SAU : 0,8 ha dont 7000m² de plein champ et 1800m² de serres. Planches de 50*1,2m (60m²).
  • UTH : 1, mais il travaille avec quelques stagiaires chaque année, notamment des personnes en formation au CIAP (coopérative d’installation en agriculture paysanne) qui viennent 2 jours/semaine toute l’année.
  • Cahier des charges : Agriculture Biologique.
  • Production : Pomme de terre, oignon, courge, patate douce, courgette, melon, poireau, chou, mâche, épinard, tomate, carotte, mesclun, radis, fève.


Transcriptions

Xavier Moisière de la ferme Biji Biji à Mouazé, collègue de Brice Tandille je suis installé depuis, c'est mon troisième été, donc depuis 2018. Voilà en gros je fais du MSV un peu comme Brice Tandille et la seule différence par rapport à lui c'est que nos apports carbonés ne sont pas les mêmes, on ne les prend pas aux mêmes endroits. Lui a la chance d'avoir du fumier pailleux autant qu'il veut quasiment, mais pas assez pour moi donc dès le début mon idée moi c'était de faire comme lui, parce que tout marchait bien, sauf qu'il fallait que je trouve mon apport carboné pour la fertilité du sol mais aussi pour la gestion de mes planches, quoi de l'enherbement.
Afficher la suite

etc et donc moi j'ai demandé à mon propriétaire qu'avait du foin vieux stocks de foins assez gros puisqu'il me dire encore que trois ans après je sais pas trop combien il me reste mais il m'en reste en tout cas et mais ils achètent ce foin et brice lui sont fumés pailleux donc c'est gratuit donc c'était peut-être la première chose qui m'a fait aller vers le couvert bien sûr il y avait tous les avantages de ce qu'on appelait les engrais verts ce qu'on a raconté andré perreault a donc tout ce qu'on connaît des avantages des engrais verts en termes de gestion des adventices d'amélioration de structures etc donc il y avait essayé pour moi y avait que des avantages à faire découvert le seul inconvénient c'est de se faire suer à aller faire quoi et mais bon ça m'intéressait énormément maintenant ça m'intéresse même plus que les légumes en soi quoi et est donc si pour pour lire la suite c'est que j'ai un hectare de plein champ donc 1800 m² tunnel un hectare de plein champ donc c'est beaucoup enfin c'est beaucoup trop c'est que je suis tout seul et puis je veux pas être plus donc j'ai largement ce qu'il faut pour faire pousser des légumes donc il fallait que je gère tout cet espace en plus de mes légumes donc au printemps j'ai quatre millimètres carrés de légumes ensuite une fois que les légumes d'automne ce ramassis mort explique 2000 mètres carrés au chant l'hiver donc il me reste en fait 8000 m² de deux planches qu'il faut que j'occupe et donc j'occupe l'hiver avec du seigle weis et enfin ça dépend c'est guess who have one rude féveroles et l'été je rajoute aussi dans mes planches n'y a pas de légumes sorgho tournesol il y aura peut-être sûrement une aiguille enfin il faut qu'ils aient une légumineuse un de ces quatre là dedans avec le sorgho juste pas encore trop lequel peut-être du trèfle d'alexandrie mais en gros l'idée c'était de faire des de trouver des découvertes qui produisent le plus de carbone possible donc en hiver le sait le fourrage et et l'été le sango mais d'y associer des choses quoi pain que ça soit juste de la monoculture de couverts donc avec les 100 go c'est un peu galère parce que il pousse très vite et y concurrence tout mais le tournesol c'est super plus là dedans cet été et puis voilà donc il faudrait une légumineuse en plus et pour les couverts divers donc il ya un peu d et comment dire des changements disons que parce que maintenant je sème dans un couvert de 100 go à la volée sans détruire enfin cyr détruisant mon 100 go mais disons sans détruire le sol sont touchés au sol et du coup dès que je sème dans un couvert par peur des limaces disons je sème pas de seigle mais je sais me awad runes qui une avoine rude diploïdes ou brésilienne qui dès qu'ils père vito à l'automne tout ça parce que j'ai un peu peur que les limaces mangeons tous m'ont seigle et sinon quand je mets derrière en couvert d'hiver quand je mets un couvert d'été c'est à dire à sorgho je vais pas y mettre de weis pour la légumineuse mais je mettrais une ferrol dans mon cou vers divers parce que ces mêmes principes une fois arrivés en fin de printemps quand je veux ce mets mon sort gauche veulent semer à la volée dans mon reste couvert divers mais si elle l'avait su c'est infernal quoi enfin la vaysse j'arriverai jamais la voir avec notre petit rouleau faca du coup on fait voler sa séquence tout seul les outils pour semer c'est facile c'est maman quoi c'est à la volée donc c'est un semi statistiques on descend la planche et on remonte la planche avec la moitié du bol et puis normalement c'est assez assez bien ce mot là l'idée c'était dans ce sorgho de semer à certains endroits à voir un rude avec avec de la féverole ou parfois de la baisse et c'était 2 d'attendre la pluie déjà peut-être que ça va tomber soi et de faire en sorte que dès que il va pleuvoir qu'il va y avoir une levée au moment où on va voir qu'il ya une levée sous le couvert et que c'est assez bien enraciné là on va venir broyer avec une terrible qu'on a bricolé mangwa wire marteau on va venir broyer le couvert une fois qu'il aura une levée pour que pour pas que disons pour pas gêner la germination mai mais en même temps faire quelque chose de propre et pas de hirsute comme ça quoi et puis que aussi en étant broyer ça va se décomposer mieux pendant l'hiver et et puis voilà le couvert d'avoine rudesse ou féveroles passera travers et voilà et donc le sinon on préférait aussi utiliser le rouleau faca plutôt que que la grosse star hugh est pas très pratique mais en fait le rouleau faca on peut l'utiliser -que au stade parfait de floraison d'épiaison quand tout est facile à écraser sauf que ben c'est pas toujours le cas surtout quand on arrive en fin d'hiver et qu'on veut préparer les planches de les premières planches quoi 2 oignons patates et et courges là le segment b encore très vert quoi c'est plutôt à un engrais vert que un couvert à carbonées et donc le fac a fait rien du tout sinon qui peut quand même le coucher et là on vient mettre une bâche dessus pendant un bon mois et ensuite on peut venir pallier nos planches avec avec le foin ou alors disposer nos patates et payet par dessus donc en fait voilà l'idée c'est de faire des gros coups vers le plus gros possible avec des ajustements en fonction du précédent 6 et des légumes ou alors si c'est déjà un couvert de 100 go ou alors la suite 6 et des légumes qui qui sont implantées du coup il ya un espèce de le rétroplanning on vient rouleau fac et on vit à bâcher pour préparer tout ça le sorgho la gemmi 60 tonnes ha et franchement c'était nickel surtout dans le comment dire dans le tunnel je fais du sorgho aussi dans le tunnel c'était carrément mieux que il est mon témoin ou que l'an dernier où j'avais semé à 40 mais par contre c'est les tiges plus fine c'était beaucoup plus chargé danse et puisqu'on cherche à faire d'eux de la paille ou un prêt couverts pour les cultures c'était c'était parfait donc c'était ça soixante tonnes ha et puis pour le reste je ne sais plus ouais je le sais et ses écrits mais je ne sais pas j'ai pas je les porte est donc j'ai dix mille mètres carrés de plein champ il n'y a que quatre mille mètres carrés en plein été de légumes et en hiver que deux mille mètres carrés est en gros mais blog c'est un bloc d'automne avec courge patate onu patate douce dont certaines sont en sous toile tissée donc les courges et les patates douces ce qui fait déjà presque la moitié de mon blog automne et il ya mes pattes est qu'ils sont avec une bonne couche de fois tout ça pour dire que je considère ce blog comme un blog qui déservent parce que la première année je vais vous la même le deuxième année aussi j'avais des surprises en sortant de prairies en faisant des gros coups vers ben mine de rien autour j'arrivais un peu à nettoyer la mauvaise herbe autant il y avait quand même du liseron du remake c'est surtout la renoncule qui m'ont bien emmerdé à certains printemps donc l'idée c'est de derrière mais deux ans de couverts parce que j'ai tellement d' espaces que je peux faire un sort gaulle était un seigle l'hiver encore un sens rigoles et mêmes endroits plus un autre c'est le fourrage est derrière est donc là j'arrive avec mon blog de tonnes qui craint pas la mauvaise herbe puisque la moitié sous bâche tisser et grosso modo à part les oignons l'autre moitié c'est sous 30 cm de foin donc celui-là in désherbe bien et l'année suivante j'ai le même nombre de places mais pour mai tous mes légumes de divers quoi les choux les poireaux les carottes et compagnie baissent ce blog l'hiver vient se glisser sur le blog de tonnes qui était l'année d'avant et qui est beaucoup plus propre parce que mon blog de tonnes la nettoyer commun voilà c'était c'est ça l'idée quoi dès le début pas pour le plein champ mais dès le début pour mes tunnel je voulais faire un été en sorgho pour faire mon travail de décompactage en fait il ya je rentre jamais les outils dans les tunnels sauf pour refermer but à la veille de mons 1200 go donc je vais me rendre avec mon petit but mais que les listes qui n'aiment pas les dents je fais mes buts je sème mon frigo à la volée et puis j'ai repassé un jeu scalp aux oraux teint légèrement le dessus je passe en un rouleau pour tasser et voilà le tunnel ne revoit pas un tracteur avant trois ans et donc ben du coup le sango me fait un bel apport carbonée mais malgré tout même avec mais mon soin apporté pour mes cultures et puis ce sens gosses et c'est mon bilan humique il est il est limite forêt je rajoute un peu de brf de temps en temps dans mes papiers quoi pour être à l'équilibré mais en tout cas ce soir go et en plus de mon apport carbonées me des compacts tout quoi et puis si je détruis rien quoi les racines et reste dedans jusqu'à temps de se faire dès qu'on pose est donc en fait j'ai beaucoup de surfaces en tunnel parce que j'avais prévu de passer un été entier avec un sorgho et puis voilà c'est ce qui ce qui a engendré ses 1800 m² en vo j'aurais pu avoir plus petit mais bon là comment dire la disposition des faire par rapport au chant faisait que y font 60 mètres de long alors que j'aurais pu faire en 50 j'aurais eu là j'aurai la place pour produire ce que je voulais produire et puis en ille et vilaine le département finance un tiers des tunnels donc en gros sur mes trois tunnels ils ont payé un donc déjà quand on sait qu'il ya c'était de là on y va d'autant plus franco quoi sur sur les achètent tunnel et puis et puis voilà après en construisant son son projet d'entreprise on voit si ça passe ça passe pas quoi et puis puis pour moi ç'a passé donc je me suis dit bon et givet pro sarko et puis tu as on sait enfin c'est avec mon ami que j'avais envie de faire c'est s'il n'y a pas de je me voyais pas ne pas faire de couverts à un moment quelconque dans mes et une aile et et puis voilà les 100 go 200 go c'est quand même ce chiffre de plus de biomasse en moins de temps possible donc j'ai construit ma rotation comme savaient donc là j'ai couché mon sorgho ensuite il ya les courges tout l'hiver donc on pourrait se dire que c'est elles qui font rien quoi enfin qui rapporte rien mais bon mine de rien on y stocke moi mes courses puis celle de brice et on les garde jusqu'au mois d'avril nickel quoi donc c'est un bon endroit pour stocker les courges donc quelque part c est rentabilisé comme ça une fois que l'on vend les dernières courses et tout mon tunnel d'été qui arrive donc au mois d'avril les premières tomates et puis tout ce qui s'ensuit une fois que le tunnel d'été se vide c'est mon mépris moeurs qui arrivent pour certains dès le mois de novembre et il faut que les toutes les premières sont récoltés chez moi mi juin ce sera la première match de fin août et donc pour laisser place à mais mes cultures diverses donc c'est sorgho était brimmer cultures d'hiver est de nouveau 100 go way est en fait c'est boutique est comme ça parce que le sorgho mais fait la paille sur mes cinq planches dans le tunnel quand mon tunnel d'été mes légumes d'été arrivent c'est que des plantations donc je remets du foie partout mais cinq planches sont avec du foie partout donc il ya un brouillard il ya aucun se mit à faire une fois que mme antunes ldt devient un tunnel de primeurs là j'ai le plus que trois planches sur cinq en paille et donc j'ai juste deux planches sur cinq a détaillé pour qu'elles deviennent des planchers semis et une fois que mon ce tunnel primeur est terminée on je viens y mettre mon tunnel de divers qui lui a beaucoup plus besoin de semis puis l'accueil aussi du des radios at mais en gros c'est surtout les spins match donc j'enlève encore une planche payet et je crée une nouvelle planche à semis et du coup le fait de profiter de ces planchas semi déjà fait au printemps en gros j'ai déjà fait des faux semis je travaille jamais non plus le sol mon petit se voir j'ai mêlé les petits sauf pour juste déposé la graine et pas que ça vienne à creuser un sillon pour déposer la haine donc une fois que la plancha semis et est fait ben je récolte mais meradi bottes je viens tirer une bâche et puis derrière si la mâche et puis la planche est déjà toute propre enfin y'a aucune avesnoise dire que l'idée c'est de profiter de ça 2 une fois qu'on crée une plancha suit et du coup on fait des faux semis que ça dure le plus longtemps possible et qu'on est à - désherber le la planche t'imagines une planche avec du foie ou par exemple j'ai eu mes tomates l'été d'avant si je veux que celle ci devienne loupien chassemy vient avec un croc un peu enlevé le foin sous le mettre dans le pass pieds soit rechargée une planche à côté ouf on s'est un peu fait bouffer donc là bas j la terre à nu mais je viens soit se met à contis noir soit déroulé un de l'isie tope là du pp ensemencé que je viens plombé avec un peu de compost de déchets verts dessus et voilà meradi bottes pouces gelé ratiboise les récoltes et la haye bay 13 quand même une petite couche de déchets verts qui s'est pas fait bouffer mais n'empêche que tu tirais une bâche dessus si jamais il ya eu deux trois chénopode a poussé bas ils vont crever tout de suite tu déroule tapage pour langer et latin à plancher les linkers tu reprends ton is it up up sur dix roulent compose par dessus et là t'as rien tao qui nous faisait enfin 0 désherbage quoi d'ailleurs en gros un peu partout c'est zéro désherbage à part les vivaces les rumex de temps en temps les renoncules les premières années la cité un peu la catr liseron mais en gros les les annuelles on ne connaît pas quoi en gros est la planification allez faites pour mais pour qui ai pas de désherbage possible et de profiter aux plus de bas de oued de ce qui a déjà été fait comme travail qu un soin de plancher semi allez faites mais une fois qu'elle est faite je vais en profiter quoi les faux semis sont fait je vais en profiter et ouais et voilà et à l'extérieur mais le principe c'est décidé de tendre vers l'auto fertilité en faisant ses couverts les plus énormes possible et et puis du coup bah ça ça deserves aussi quoi enfin là je vois bien après trois ans sortie de prairies ben c'est quand même beaucoup moins enherbées que que que juste l'année qui suivait le labour de la prairie et puis donc ça nettoie c'est sûr et puis maintenant mon bloc de tonnes avec mes mais glissement de bâches font que ça nettoie aussi quoi donc c'est ça c'est s'organiser pour que pour ça s'il était la vie et puis tout temps quand même en géant son auto fertilité la mieux possible et ils peuvent perdre de temps pour créer découvert le plus tôt possible en automne aussi ça c'est important du coup même mon blog de tonnes de maraîchers françois les blogs de tonnes enfin j'espère qu'il faut tout ce à quoi d'ailleurs l'idée c'est que tout le bloc se libère d'un coup pour y aller d'un secousses mais son seigle et le plus tôt possible pour qu'il pousse le plus tôt possible à l'automne pour qui crée le plus de bien est ce possible pourquoi m'en la destruction n'ai pas fait ça pour rien quoi et du coup bah faut être rigoureux pour pour créer la plus la plus grosse biomasse possible que si on est toujours à la bourre ou si c'est un petit peu de joueurs de deux planches bon ben on va voir la flemme de d'aller semer son segment sorgho parce que en bout de planche y reste une broutille de légumes qui a qui a récolté et du coup quand c'est pas moi ça me va me va comme ça quoi de deuil et les par un gros bloc et de de tous libérés d'un coup et puis du coup on sort le tracteur et une seule fois où la pluie qui arrive c'est bon on fait le bloc entier j'adapte sûrement en fonction du temps mais non non je sais l'hiver c'est le petit brûlot cérébrale qu'est-ce qui a merdé l'année d'avant et puis qu'on note aussi pendant l'année sur l'agenda tel truc a merdé et cetera mais l'hiver en janvier là je prends mon janvier de l'année bonjour mon agenda de l'année et puis je marque telle semaine je dois faire tel truc etc et quelques ajustements s'il ya des trucs à ajuster par rapport à l'année d'avant et puis j'essaie de me tenir le plus possible pendant l'année quoi et voilà par exemple où il ya des ajustements comme cette année le seigle que je commande c'est con quoi mais j'arrive jamais avoir à la voie avant le le 15 septembre alors que j'ai des planches déjà mes planches de noms qui sont fait mes premières planches de patates les trocarts à son déjà fait bref j'aurais plus mais déjà depuis trois semaines quoi mon seigle et du coup là le seigle que j'ai acheté j'en ai acheté deux fois plus pour pouvoir le garder pour l'an prochain pour le smic plus tôt possible c'est un petit détail mais il y aurait entre sainte soulle de pas voir dans ce style depuis trois semaines mais leur dernier c'était pareil il ya au 15 septembre il l'avait pas quoi donc je pense que je sais pas pourquoi mais c'est comme ça quoi donc c'est con mais trois semaines là en fin août début septembre belle tu vas me dire il n'a pas plu mais bon si jamais il pleut tu gagnes trois semaines à ce moment là ton série cas ravir tout de suite


Organisation du travail et temps de travail

Pour les horaires : 9h - 18h, 5 jours/semaine, avec tous les weekends en repos (sauf certains weekend si l’ouverture des serres est nécessaire). Il prend 2 semaines de vacances en hiver (vente fermée) et 1 semaine en été (la seule où il est remplacé pour la vente).


Commercialisation

Débouché principal (75% du Chiffre d'affaire) : AMAP de 55 paniers (12€/panier) à Rennes (local de la Société d’Economie Mixte de la Courrouze), les gens font leur paniers, le président est motivé et il y a des animations.

Autres débouchés: Restaurant gastronomique et épicerie BIO.


Stratégie et résultats économiques

  • 43 000€ de CA en tout.
  • 69% d'efficacité économique : Pour 100€ gagné, 69 € sont pour lui.
  • 35000€ d’Excédent brut d'exploitation en 2020 (PAS D'ACRE).
  • 8000€ de charges de structure et opérationnelles.
  • Coût d’eau/électricité divisé par 2 car partagé avec Brice Tandille.
  • Partage des coûts de réparation sur le matériel mais c’est Xavier qui achète le matériel neuf si nécessaire.
  • Assurance des tunnels (350€/an pour 1800m2) par Groupama, (sachant que les bâches sont neuves et que le montage a été vérifié par les constructeurs des serres et constaté par l’assureur), pas d’assurance de bâtiments ni de prévoyance.
  • Comptabilité : 1400€/an, faite par un cabinet.


Matériels, stockage et irrigation

Irrigation

Xavier utilise les réseaux d’eau et d’électricité de Brice Tandille.


Stockage

Il utilise le bâtiment de stockage de Brice - hangar pour matériel et entreposage des oignons.


Matériels

Rolofaca auto construit avec soudure de cornière sur le rouleau, tracteur, Taarup qui sert de broyeur et pailleuse.


Ressources en matière organique

Compost : 26 tonnes tous les 2/3 ans pour 5€/tonne.

Pour Brice, l’apport carbone se fait en partie grâce au fumier pailleux (4*50m de planches tous les 15j) mais l'approvisionnement n’était pas suffisant pour alimenter la ferme de Xavier ⇒ Il a créé une rotation avec des engrais verts d’été et d’hiver et utilise du foin pour pailler (1 round baller de foin = 1 planche et demi).

Il achète tous ses plants sauf les cucurbitacées et certains choux car 150 d'un coup c'est trop donc il fait les plants faciles à faire comme courgettes, melons, etc.


Itinéraires techniques

La rotation agronomique en plein champ

Au début, il a labouré la prairie, il a produit des légumes sur foin, puis il repartait sur d’autres légumes ou semait un engrais vert d’avoine/féverole si pas de légumes et ensuite sorgho en été , vesce velue en hiver. Il broyait les engrais verts au rotavator pour les intégrer au sol puis passait la herse pour semer. Ces pratiques impliquaient beaucoup de travail de sol, d’utilisation de fioul, entrainaient des faims d’azote fréquentes et il était trop souvent sur le tracteur ce qui représente beaucoup d’inconvénients.

Maintenant, il n’intègre plus les couverts, il les broie (ou couche) et les occulte. Il continue les engrais verts en hiver et en été avec une rotation en trois blocs sur 7 jardins (qu’il construit depuis 4 ans) :

  • Bloc automne : Pomme de terre, oignons, courges, patate douce, courgette, etc.
  • Bloc hiver : Pomme de terre, oignons, courges, patate douce, courgette, etc.
  • Bloc couverts  : Sorgho en été, seigle en hiver.

Achat des semences d’engrais verts à AgroBioPinault ou Agribio Conseil (moins cher pour les légumineuses).


Bloc automne

  • Seigle fourrager détruit au stade vert/herbe au Rolofaca ou broyé (selon les années et la météo).
  • Occultation 1 mois à la bâche d'ensilage (pas d’eau qui passe).
  • Plantation : Pomme de terre, oignon sur foin, courgette, courge, patate douce sur bâche tissée.

Remarque : s’il fait un sorgho derrière le seigle, il détruit le seigle au stade laiteux (lorsqu’il fait 2m de hauteur).


Bloc hiver

Variété poireaux : Bleu de solaise et Géant d'hiver.

Toujours du foin après le couvert et avant la plantation avec l'obligation d'arroser ce qui donne des gros rendements (très gros poireaux et choux).


Bloc couverts

Il y a un bloc qui reçoit plusieurs couverts d’affilée : lorsque le sorgho est bien mature et sec.

Semis dedans du second couvert à la volée, la veille d'une pluie (si possible) et 10 à 15 jours avant le passage du broyeur à marteaux comme ça le second couvert commence à s’implanter avant la destruction du précédent.


Remarques
  • Il compte rajouter du sarrasin et de la cameline pour les couverts de mulch d'hiver mais il ne refera plus de tournesol (pas de biomasse et compliqué à lever).
  • Il n’a pas beaucoup de compost donc il sème soit sur couvert, soit sur sol nu.


Itinéraires techniques sous serres

  • Après mâche/épinards il fait une intégration des résidus de foin au rotavator en plus du cultibutte pour reformer les buttes.
  • 1er juillet : semis sorgho à la volée après la récolte de mâche/épinard : semis bien dense (60 kg/ha), il rajoute 5 kg/ha de tournesol pour fixer le phosphore.
  • Arrosage toute la demi-journée puis arrêt et pousse jusqu'en septembre.
  • Destruction au Rolofaca.
  • Bâchage 3 semaines.
  • Entreposage des courges l'hiver sur le couvert couché.
  • Arrosage 15 jours avant la plantation des tomates (pour refaire la réserve hydrique là où il n’y a pas eu d’eau depuis le semis du sorgho en juillet (depuis environ 9 à 10 mois)).
  • Bâchage 15 jours.
  • Paillage des planches pour tomates avec du foin.
  • Plantation des tomates.
  • Fin d’été: coupe des plants de tomates au collet et décomposition dans les passe pieds.
  • 2 planches sont dépaillées pour des semis de carottes par exemple.
  • Récolte à la caisse avec brouette pour le mesclun et radis.


Il fait les semis de carottes primeurs sur papier isitope, 10 rangs (en rajoutant 1 cm de compost par dessus- variété Napoli fonctionne très bien, Miranda non), sinon c’est sur sol nu avec semoir K4.


Attention, l’isitope en plein champ ne fonctionne pas

Pomme de terre primeurs : 30cm d'épaisseur de foin sur la pomme de terre, 5 rangs sur la largeur de 1m20.

Fèves plantées à la canne à planter, fer à béton à l'horizontale à 1m20 de hauteur pour palisser.


Galerie photos

Voir les photos de la ferme sur la galerie MSV : https://www.photos.maraichagesolvivant.fr/index.php?/category/311






En crowdfunding sur
Partager sur :