Hubert CHARPENTIER - Bases du semis direct sous couverture végétale permanente

De Triple Performance
Révision datée du 30 juin 2022 à 01:29 par 127.0.0.1 (discussion) (The LinkTitles extension automatically added links to existing pages (https://github.com/bovender/LinkTitles).)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à :navigation, rechercher

Thumbnail youtube DB-IRUfgURs.jpg


Sommaire :

1 : Présentation générale 0:00:26

2 : Fonctionnement d’un écosystème en semis direct sous couvert 0:05:40

3 : Couverts d’interculture mis en place sur la ferme de 2000 à 2010 0:13:52

4 : Gestion du salissement / programme herbicide 0:19:55

5 : Fertilisation 0:27:15

6 : Difficultés liées aux couverts d’interculture 0:34:31

7 : Gestion des maladies fongiques 0:36:25

8 : Gestion des insectes 0:38:07

9 : Utilisation des oligo-éléments 0:40:36



Voir aussi Portrait de ferme d'Hubert Charpentier (Brives, 36)

Après 20 ans passés au CIRAD au sein de l'équipe SEGUY à développer le semis direct sous couvert sous les tropiques, Hubert Charpentier s'occupe de sa ferme familiale qu'il conduit en SCV depuis près de 20 ans

Publications de Mr Charpentier :


Annexes

Transcriptions

bon je me présente je m'appelle hubert

charpentier
je suis propriétaire d'une ferme de 175
hectares en champagne berrichonne
champagne berrichonne
peu de gens connaissent c'est entre
bourges et châteauroux il ya une ville
qui s'appelle issoudun et je suis à neuf
kilomètres au sud qui sous la voilà donc
la champagne berrichonne cd sol surtout

Afficher la suite

argilo-calcaires majoritairement et

moi je cultive cette ferme en semis
direct sur couverture végétale depuis
maintenant 19 ans j'ai eu un autre
métier dans ma vie puisque j'ai
travaillé au cirad le cirad c'est le
centre de coopération internationale en
recherche agronomique pour le
développement et j'ai eu la chance au
cirad de travail et d'une part avec
lucien seguer qui qui qui je dois tôt
puisque c'est lui qui m'a à peu près
enseigner tout ce que je sais en semis
direct au moins sous les tropiques et de
travailler sur des projets de
développement depuis les années le cirad
a commencé le semis direct vers les
années 85
donc j'ai eu la chance de travailler
avec l'appui de lucien séguy sur des
projets de développement à la fois à
madagascar où j'ai fait deux séjours
j'ai passé 15 ans en côte d'ivoire où
j'ai passé 10 années et ensuite bombardé
un peu partout dans le monde à faire des
missions des missions d'appui on voit
ça quand même beaucoup contribué au mon
passage en semis direct en france en
2000 avec une expérience quand même des
tropiques
kim était utile et surtout je voyais les
avantages de ces techniques là
dans des sols et des climats très
différent sous les tropiques avec quand
même des réussites au niveau technique
et économique qui était très
intéressante
voilà donc j'ai fait des essais quand
même avant de me lancer totalement dans
la ferme de semis direct sur des petites
parcelles et en 2000 j'ai décidé de
passer toute l'exploitation
sur le spi directe ur couverture
végétale à l'époque il faut savoir qu'on
n'avait pas des données énormes là
dessus quand on disait dans les années
95
quand monsieur jean claude qui a démarré
le semis direct
quelles sont les plantes qu'il faut
mettre l'été les couverts annuel
d'intercultures et cetera on avait quand
même pas beaucoup de gens qui nous ont
aidés et on a profité a justement de ce
qui s'est fait sous les tropiques en
particulier dans ce qu'on appelle le sub
tropicales tropicale d'altitude
ce sont des zones où
il ya une saison chaude et une saison
froide et en saison froide ont fait les
cultures qui seront très proches de
celles qu'on fait vous allez au sud
brésil madagascar tout ça on vous fait
du blé vous faites de l'orge vous faites
de l'avoine et c'est tout donc on a
profité un peu de tout ce qu'on faisait
danser écologie là pour essayer de
trouver les mêmes couvert l'été en
france et c'est ce qui s'est passé on
avait les fesses on avait des as one on
avait des radis fourrager des sorghos
qui sont beaucoup utilisés dans ces eaux
de la cia et du sarrasin et tout ça avec
certaines plantes tropicales on les a
introduits en france pour faire nos
essais essais on a un peu oublié quand
même ce set agronomique du sud ont semé
direct qui a alimenté l'agronomie du
nord on a essayé de faire souvent
linverse emmener notre agriculture dans
les pays du sud ce qui l'a été quand
même un gros échec pour une fois l'
inverse a été le porteur est ce qui a
marché ce qui marchait dans le sud
tropicale elle tropicale d'attitude a
marché en france au niveau des couverts
donc on a travaillé sur découvert annuel
dans un premier temps et pour ma part je
vais travailler sur des couvertures vive
après quelques années c'est à dire des
couvertures qui vont rester dans toute
la rotation vivent toute l'année dans le
système de culture
ce qui différencie le sub tropicale elle
tropicale d'attitude dû tempérer c'est
que sous les tropiques il pleut quand il
fait chaud alors que c'est la versoix
autrement on est très très proches vous
avez les fermes au sud président qui
sont les mêmes que nous ils ont entre
150 et 300 hectares s'est très ça
ressemble beaucoup à ce qui se fait ce
qui se fait en france
à la limite on est plus près du tempéré
dans le substrat pical que du tropical
humide notre le sub tropical est très
différent du tropical humide
là où il pleut beaucoup et où il fait
chaud le sultan piqué n'a rien à voir
avec ça voilà donc cette expérience des
tropiques a permis de développer assez
rapidement découvert qui ont fonctionné
en france et pour ma part ça m'a quand
même aidé dans le management des
techniques puisque j'avais l'habitude de
le faire sous les tropiques
voilà donc historique du semis direct
chez moi de 2000 à 2010 j'ai travaillé
avec des coups sûrs avec des couverts
annuelle 1 et 2 puis 2 millions je
travaille sur des couvertures vivres dit
plus et errent notons les sols à plus
acides
on en parlera sur le terrain aidés très
floues le pied voilà j'ai envie de
rappeler quand même un petit peu les
bases du semis direct parce qu'il ya
beaucoup de confusion en france le semis
direct sur couverture végétale c'est une
définition très simple on ne travaille
jamais le sol et on le couvre si
possible en perm en faire le plus
possible pour le couvrir il ya les
résidus de récolte des cultures mais ça
suffit pas il faut aussi rajouter
découvert d'intercim culture ou
découverts vivant tout année voilà donc
quand on parle de semis direct sur
couverture végétale ça a été quelquefois
des confusions en particulier en france
on ne travaille jamais le sol ça enlève
toutes les techniques de travail du sol
quelles qu'elles soient
même du tcs très léger ça ne fait rien
ça ne correspond absolument pas à du
semi directe ur couverture végétale on
pourra en parler plus
de manière un peu plus précise vous
n'aurez pas les avantages que vous avez
en semis direct en tcs c'est impossible
que ce soit au niveau de l'enherbement
des maladies de la fertilité et ça
s'explique très bien c'est que toute la
fertilité en semis direct et concentré
dans les cinq premiers centimètres du
sol et c'est sur ces cinq centimètres
que vont se faire tous les échanges
entre le sol les plantes au niveau des
nutriments
ensuite vous avez des racines qui vont
descendre dans le profil elles vont
aller chercher de l'eau un éventuel
membres on paie quelques truites il ment
mais ça c'est pas important
là le semis direct ça fonctionne
exactement comme sur la forêt une forêt
de 40 mètres de haut tropicale et ça ça
a été démontrée se nourrit sur 5 cm au
niveau des nutriments
ça veut dire quoi ça quand on a compris
elle se nourrit sur sa litière à la
forêt vous n'êtes pas tous les quatre
matins en train de mettre de l'engrais
des fongicides et tout ça elle se porte
très bien sans que vous interveniez
au contraire esporte peut-être mieux si
l'homme n'intervient pas du tout voilà
donc il va bien falloir qu'elle trouve
sa nourriture elle la trouve dans ces 5
cm ou là bas vous avez une concentration
de tous qui est litière et des
compositions de la vie caire et de toute
la vie biologique qui va avec
voilà donc dès que vous allez toucher à
ses cinq premiers centimètres
vous allez perturbé tout ce qui se fait
tout ce que la forêt est capable de le
faire
or le semis direct fonctionne à l'image
de l'écosystème forestier est d'ailleurs
le système racinaire en semis direct les
plantes des cultures les pas du tout le
même que sur travail du sol
vous avez un chevelu racinaire très
important dans les cinq premiers
centimètres et quelques grosses racines
qui descendent
voilà donc dans la forêt c'est pareil
vous verrez un chevelu racinaire très
important avec des mycorhizes qu'on veut
quand même parce que c'est tellement
épais dans la forêt qu'on finit par les
voir et vous avez quelques grosses
racines qui descendent ce qui a en
dessous n'est pas très utile pour
l'alimentation des plantes s'il semis
direct fonctionne bien ça va dire que
c'est ce turnover rapide de matières
organiques qui va vous nourrir les
plantes
voilà donc il faut le rappeler
autre chose si vous faites du semis
direct sans couverts c'est pas du semis
direct sur couverture végétale ce que
font les américains ils font du semis
direct dans les résidus de récolte ça
n'a rien à voir avec le semis direct sur
couverture végétale pourquoi parce que
le couvert que vous allez mettre l'été
après votre blé où être comme ça à des
fonctions très très importante dans le
système alors que ce soit pour la
fertilité
que ce soit pour la restructuration les
sols enfin fertilité physique la
fertilité chimiques en allant chercher
des éléments minéraux la fertilité
biologiques parce que ça donne à manger
tout ce tout ce système
toute la vie du sol un créer ça va avoir
aussi des conséquences cette vie
biologique en particulier sur les
maladies sûr
et c est au niveau de l'environnement
aussi on va avoir des fonctions liées
aux couverts pourquoi parce que bon vous
avez entendu parler des effets l'optique
par exemple des plantes
si vous mettez un couvert d'avoine et
ben vous aurez pratiquement plus de
mauvaises herbes dans les cultes heures
donc si vous n'avez pas assez couvert là
vous n'aurez pas toutes les fonctions
qui sont liées aux couverts donc ça ne
sera pas du semis direct sur couverture
végétale
donc si on résume donc un travail du sol
même très superficielle à la limite le
puriste on devrait semer à la volée sans
utiliser de ce mois ça serait mieux
1 quand on voit ce mélange mais direct
on va essayer de ne pas bouger le sol du
tout donc ça suppose quelques fois de
semer très lentement de bien régler son
se voir et cetera c'est vrai que si vous
avez un beau match et où vous voyez
pratiquement pas que c'est ce n'est donc
un bon celui direct à la limite vous
arrivez après le passage du semoir vous
ayez fox et semé c'est l'idéal
vous n'avez pas perturber le sol du tout
il n'y a pas de projection de terre et
cetera donc ça c'est l'idéal
voilà alors que c'est pas tout toujours
très très facile à faire mais il faut se
rapprocher de cette idée là il faut
savoir par exemple que dans le monde on
connaît un agriculteur que carcan cadre
lucien séguy ans en argentine il a vingt
mille hectares en argentine et dix mille
hectares en uruguay il a pas de se voir
il sème tout à la volée et or il est
dans d écologie à ses proches des nôtres
ce qu'ils demandent et écologique de 700
mm voilà donc il est dans le sud
tropicale sud
argentine et uruguay et il a pas de se
voir donc c'est quand même des gens qui
ont réussi à développer à semis direct
sans aucune perturbation du sol voilà
donc comment ça marche en semis direct
vous le voyez un petit peu on l'a vu
mais grossièrement vous avez un chevelu
racinaire dans lequel pour lucky qui
permettent l'alimentation des plantes et
vous envoie ensuite quelques grosses
racines qui descendent et qui qui qui
font l'alimentation en eau mais la
majorité si votre semis direct
fonctionne bien avec des bots couvert et
cetera 99% des nutriments sont absorbés
sur les 5 premiers centimètres ce qui
explique ce chevelu racinaire très
important de surface et quand vous allez
voir dans la forêt c'est exactement la
même chose alors on appelle ça des
systèmes racinaires en chandelier
chandelier pourquoi parce que le système
racinaire il fait ça quelques grosses
racines et souvent ça pour aller
chercher l'eau donc vous avez là où il
ya beaucoup d'eau vous verrez les
racines qui vont aller chercher plus tôt
donc ça fait souvent ça quand vous êtes
sur travail du sol c'est un ovale si
vous n'avez pas d'obstacle physique et
où vous voyez le système racinaire y
fait ça pour toutes les cultures ça peut
être ça quand c'est plus pivotant mais
vous vous aurez un ovale en semis direct
voudrais jamais ça ce qui fait qu'il ya
des gens qui lisent sur le colza regarde
ta pas des pivots énorme et tout en a
rien à ta total et racines qui
partent superficiellement était quelques
grosses racines secondaire qui
descendent n'en vaut d'avoir un pivot
pour un pivot
donc tu peux tu n'as pas forcément le
même racinaire que ce que tu en
agriculture conventionnelle mais il faut
pas dire toi chez le système racinaire
en agriculture conventionnelle est comme
ça donc c'est la panacée non tu peux
avoir d'autres systèmes racinaires
consomme dix fois plus performant dix
fois plus performant parce que le pivot
il obligé de passer dans le sol et ou
alors que les grosses racines elles
utilisent peut-être d'autres moyens
beaucoup plus simple de descendre
en ce qui concerne ma ferme dont 2000
depuis 2000 je travaillais sur découvert
annuel dans des rotations
j'avais pris une rotation de 4 ans qui
était basé sur d'une part essayer de
lever les contraintes que j'avais en
semis direct et d'autre part essayer de
diminuer au maximum les coûts de
production c'était les deux objectifs
que je me fixe et donc j'ai fait des
rotations que de quatre ans je faisais
une légumineuse alors chez nous c'est
quoi ces dépôts et l'hiver des pois de
printemps des lentilles aussi on peut
avoir des contrats de lentilles derrière
ces légumineuses là je faisais du colza
derrière le colza je faisais à blé dur à
l'époque et derrière le blé dur je
faisais du blé et je recommence et
ensuite par une légumineuse donc c'était
une rotation de quatre ans alors
pourquoi j'avais choisi cette rotation
là j'ai été très embêté les premières
années par des problèmes avec les
campagnols deschamps les envahissements
de campagnols et aussi quand même les
limaces et des petits escargots blanc
qui était quelquefois aussi emmerdant
que les limaces donc j'étais surtout
embêté sur les colzas et j'en avais
ras-le-bol parce que une année c'était
les campagnes en une autre année c'était
la limace etc
on était toujours en train de semer ses
colza et je me suis dit il faut
absolument que je trouve une solution
pour ne pas être embêté par ces
campagnols essais limaces et c'est pour
les colzas pour le blé c'est moins
gênant puisque ça repousse quand vous
avez un des gars vous n'avez quand même
pas le blé hier par un c'est pas comme
un colza pour des légumineuses comme les
pois et où vous avez un avantage c'est
comme ça s'est massé tard vous avez
découvert avant s'il ya des dégâts vous
gérer le problème dans les couverts
avant data d'arriver sur la culture
voilà donc le problème se posait surtout
sur les colzas que je sème en semis
direct mois début août
alors là vous avez rien d'autre ou
pratiquement et puis vous avez derrière
un blé ou un truc comme ça vous avez un
munch épais comme ça ça c'est les
territoires idéaux pour les campagnols
et les limaces et tout ça il faut savoir
aussi que les campagnols dans les sols
argilo-calcaires c'est leur niche
écologique pourquoi parceque ils ont une
très bonne structure à l'origine au
calcaire c'est bien structuré il ya des
calcaires et de l'argile et etc des
salles qui draine très bien donc s'il ya
une chose que des tests les campagnols
si l'humidité
ça les fait crever un s'ouvre donc on a
vraiment un support extraordinaire pour
que cd qui se développe donc on était
quand même très très embêté donc je me
suis dit comment faire pour que je ne
sois pas quatre pattes dans les colzas
tous les ans pour savoir qu'est ce qui
va m'arriver quand je faisais ça
derrière un blé ou un truc comme ça ou
non est la seule chose que j'aie trou et
l'aurait peut-être d'autres c'est de
dire il faut que je fasse ma range pour
ne pas avoir de munch
quand je sais mais colza alors vous avez
une 1ère solution mois que j'ai pour
prise c'est d'enlever la paille et moi
j'ai pris une option c'est de dire je
vais faire des cultures qui laisse pas
de munch
voilà donc j'ai fait qu'est ce qu'il
laisse pas de loge dans nos cultures
céder les légumineuses
les poils être comme ça là vous avez pas
de match est donc la faire un colza
derrière ces trucs là les campagnols
il n'y a rien qui restent sur le sol
donc là les rapaces s'occupe de tout de
suite donc il va te parlera quand vous
avez aucune couverture il reste pas là
et ensuite vous avez pour les limaces et
les escargots
le fait de ne pas avoir de couverture
concept début août je peux vous dire que
vous allez pouvoir des limaces et des
trucs comme ça beaucoup en surface parce
que y'a rien pour les protéger et dès
que le soleil arrive ils sont sont
mortes un an pratiquement donc j'ai
résolu totalement le problème des
campagnols des limaces et des petits
escargots dans le colza par le précédent
cultural il y à il y avait un autre
avantage au moins à l'époque à mettre
des du colza derrière des légumineuses
c'est qu'on avait interdiction de mètres
de là zot à l'automne sur les colzas or
quand vous faites un colza derrière une
paille de blé d'orge etc
vous avez ce qu'on a fait à des fins
d'azoté le début de cycle qui sont liées
à une prolifération des bactéries qui
mangent une partie de la zot qui est
disponible pour les plantes qui fait qu'
on avait des colzas qui rougissait et c
est tout deux solutions ou sortez de la
législation mais là ça peut être un peu
dangereux ou alors va essayer de trouver
une solution pour ne pas avoir ces
blocages l'a donc à l'époque aujourd'hui
c'est autorisé mais à l'époque on avait
interdiction de mettre des apports
d'azoté à l'automne sur les colzas on
était quand même très embêté quand on
les faisait derrière de la paille comme
le blé de l'orge et c'est donc derrière
et légumineuses ont levé aussi cette
contrainte la voilà donc j'avais résolu
grâce à ma petite rotation mais problème
ensuite on avait encore droit pour les
campagnols et tout ça à ce que à des
produits comme la flore ou fascine les
matières actives ce qui permettait de
d'essayer de réguler pour les autres
cultures les les campagnols dans les
champs voilà à l'époque en ce qui
concerne les limaces et les escargots on
n'avait que des produits comme la
méthode et d'un et cetera il faut savoir
aujourd'hui on en reparlera sur le
terrain qu'on a une face à thierry cain
comme le sluc ce qui permet de réguler
ces limaces et ses escargots tout en
conservant les auxiliaires qui serait
susceptible de manger les limaces voilà
cette rotation de quatre ans au niveau
des charges maintenant m'a permis de
diminuer ce qui coûte cher en fait chez
nous au niveau des charges c'est quoi
c'est le désherbage et les apports
azotés
nous on n'est pas dans des régions
les maladies exploreront ça peut vous
coûter un peu d'argent mais on n'est pas
dans le nord de la france ou en bretagne
etc avec les paysans ils utilisent bon
vin qui utilisent quand même trois fonds
jc mais enfin je pense qu'avec deux
fongicides on arriverait à gérer à peu
près d'un truc donc que ce qui nous
coûte cher ici nous en champagne
berrichonne
c'est surtout les le désherbage et les
apports d'azoté
comment peut-on dans le système de
culture en semis direct diminuer ses
charges là ça c'était le plus important
alors quand vous faites une rotation
comme celle que je fais avec pois colza
blé dur blé
vous avez deux années avec pois colza
pour nettoyer les graminées adventices
ensuite vous avez deux années pour
nettoyer les dix cote avec les deux n
céréales voilà allons ne croyait pas que
ce soit négligeable du tout vous aurez
deux fois moins d'herbe dans ce système
là que si vous faisiez par exemple poids
les durs colza blé
si vous faites pois colza deux années où
vous nettoyez d'iphone et voyez hein ça
veut dire il n'y a pas d'herbe qui vont
grainé dans les parcelles et c est bien
ça va vous permettre derrière moi je
faisais un blé dur sans graminicides
l'année suivante et le blé derrière je
ne mettais que de l'iso produiront donc
le fait de nettoyer pendant ces deux
années là était très importante
un an suffit pas si vous avez des brome
des bulletins des trucs comme ça un an
vous arriverez pas à contrôler
donc il faut deux ans et là pendant ces
deux années là il va falloir
complètement nettoyée donc au niveau des
herbages pour vous donner un peu une
idée mois sur les poids on va prendre
les pois par exemple jeu mais c'est zéro
25 litres de challenges
mélanger à 0,15 et de procès chaleureux
chez un clown ifen le procès du polar
animé tallinn voilà ça je fais ça au
stade plantules très très jeune si c'est
nécessaire mais vous verrez dans les
champs cette année ça n'a pas été
nécessaire ce que je fais derrière c'est
que je remets 0,15 lead 2.0 un livre de
paul et 0,1 litre de base à g
pourquoi parce que quand vous traitez à
un stade très très petit en post levée
très précoce et bien vous pouvez voir
une deuxième reprise derrière donc il
faut avoir quand même la solution pour
sortir bon pour vous dire c'est des
doses est extrêmement faible
le challenge encore l'agriculture
conventionnelle les gens le mettent à
quatre hits hectares on est à 0,25
donc si vous voulez le coût du
désherbage pour des légumineuses comme
ça c'est rien vous avez un coup de
glyphosate quand même pour nettoyer
avant et puis derrière vous avez vous
allez mettre 10 euros ha ha sur le colza
derrière je ne mets que du caire ben
c'est à dire un graminicides racinaire
qu'on met en général assez tard en
décembre
voilà je ne mets pas du tout dans teddy
cote
or ce qui coûte cher dans le colza c'est
les antilles décote c'est pour les
antigraminées le club aujourd'hui
moi je m'étais jamais dû querbes à des
doses de 1,5
ça va coûter 10 3 euros voilà
aujourd'hui les agriculteurs autour de
chez moi
on entend nantis dit cotes sont
quelquefois 150 euros ha donc si vous en
mettez pas c'est quand même un plus
alors pour ne pas mettre dans tilly cote
sur les colzas y est une technique semis
direct bien évident si vous travaillez
le sol vous allez remettre en
germination des mauvaises herbes donc ça
ça va pas marcher ou semer tôt c'est
début août et vous serez dans ce à dire
qu'il faut que le colza fasse un effet
parapluie très très rapidement
donc si vous avez ces trois conditions
là vous avez pas besoin d'anti cote
parce que les colzas fin août font déjà
20 cm de haut et ont complètement fermée
or fin août début septembre
c'est la date à laquelle les mauvaises
herbes qu'on a cédé géraniums d'égailler
des trucs comme ça pousse mais quand une
petite plante pousse sous un machin qui
fait 20 cm de haut et qui vous il ya
l'ombre à 100% et bien là elle peut pas
pousser
donc on contrôle totalement toutes les
dix côtes dans le système grâce à la
date de semis de la technique la date de
semis et la densité de semis donc moi je
sème des colzas 5 kg ha faut savoir que
les gens sont plutôt avec des variétés à
3 kg et des lignes et avec des hybrides
ils sont 1 kg 1 kg 2 kg 5
donc là ça laisse beaucoup de place se
passe et d'herbicides qu'il ya de la
lumière qui rentrent c'est pratiquement
impossible pratiquement impossible voilà
donc sur le colza à querbes ça va me
coûter glyphosate puisque herbe et du
coup ce 15e rôle tard on va dire ensuite
sur le blé dur je mettais rien
normalement un han han graminicides je
faisais que de l'anti côte
on étudie côte ça ne coûte rien surtout
nous les voilà au sur des céréales mais
ensuite sur le blé derrière je mettais
des autres turon à l'époque où c'est
autorisé
ils ont procureront et je m'étais pas de
trucs au printemps dont ils se
produiront plus son territoire
donc c'est du désherbage qui en moyenne
va vous coûter 15 oui car c'est à peu
près ça il faut savoir que sur les blés
aujourd'hui bon moi je vais augmenter un
petit peu les doses à l'automne depuis
cuiseaux produire en est
n'existe plus mais on a des agriculteurs
qui tourne à plus de 100 euros et à un
sens sans vincent
voilà pourquoi les gens ont monté
énormément les doses d'herbicides c'est
que dans des rotations courtes c'est ce
qui se passe en champagne berrichonne
perdre utilisant toujours les mêmes
services id
ils ont créé des résistances terrible
donc les rotations classique en
champagne berrichonne c'est quoi ces
colza blé anges
c'est ce que faisait nos parents et que
fait la génération qui a suivi donc ça
fait cinquante ans que ou même un peu
plus que les agriculteurs tourner dans
des rotations colza blé orge et donc des
rotations courtes quand même donc pas
beaucoup de diversité et surtout surtout
avec les mêmes herbicides en particulier
laisse une faune livrée au printemps qui
peut pour les blés ben c'est quoi ces de
l'atlantis c'est de la tribu ch et c'est
du monitor c'est des trucs comme ça et
c'est là aujourd'hui on arrive à avoir
par exemple des vul par chez nous qui
sont totalement résistants à tous ces
produits leur voilà donc on a créé des
résistances qui suppose aujourd'hui je
vais vous montrer des champs de certains
voisins vous verrez que les herbicides
cogné les cultures et bien ils sont
quelquefois à deux traitements à
l'automne un traitement de prêts semis
et un traitement de post-levée précoce
et quelquefois deux traitements au
printemps donc on arrive à des coûts qui
sont quelquefois supérieur à 100 on s'en
va sans quelquefois jusqu'à 150 euros ha
le truc quoi voilà donc
et tout ça pour un résultat qui n'est
pas forcément à 100% que ça fait quand
même très très cher pour pour ce pour ce
résultat la voilà donc ce que je mets
moi comme herbicides dans ma culture
c'est quand même très sympathique par
rapport à ce que tout faux ce que font
tous les ans autour dans le dans leur
itinéraire technique et la rotation
enfin dans leur rotation à visiter avec
l'équipe qu'ils appliquent qui sont
basés aujourd'hui c'est basé sur quoi
ces les grosses machines et de la chimie
il faut pas trop faut pas rêver mais les
gens ne sont pas dans la biologie etc
s'est passé pour le champagne
berrichonne c'est pas le cas voilà
ensuite en ce qui concerne les apports
d'azoté qui nous coûtent cher
il faut savoir qu'en conventionnel les
gens mettent 180 unités sur les blés
plutôt 200-220 sur les blés durs sur les
colzas ils sont plutôt à 160 180 unités
note sur les colzas on tourne à peu près
ça dans ma rotation derrière des poids
bon c'est une légumineuse quand je
m'étais du colza
je m'étais scholes à la associé avec de
la féverole 1 alors fait drôle je suis à
50 kg et tard quand elle associée avec
du colza
ça fait vous souhaitez les petites
graines ont choisi des variétés à petit
grain ça me faisait à peu près 13
kilomètres carrés voilà donc ça se
suffisait faut savoir que la féverole
fleury avant l'hiver et en général c'est
le froid qui la tue donc bon une
féveroles cas bien pousser dans du colza
en plus à les semer tôt puisque je sème
début août
donc elle est en pleine floraison est
les autres comme ça hein donc bon ça va
vous emmener 30 40 unités les autres
quand même hein ensuite derrière le
colza
je fais je refusais une féveroles après
la récolte de colza refuser une folle
nom pareil je ramenais encore 30 40
unités d'azoté dans le système voilà
donc bon
si je prends sur le colza je vais
tourner autour de 120 unités d'azoté à
peu près 1 120 voilà et sur le blé
derrière qui suivait donc mais de
féverole jeu le blé dur c'était du blé
dur à l'époque se tourner à 130 unités
donc au lieu de 200 quand même donc
voilà et derrière le blé dur je faisais
découvert annuel avec un mélange de
féverole alors là c'est à 100 kg ha ves
à l'époque on utilisait de la vsv lui on
n'avait pas des va des variétés des
vestes commune à cycle court donc
c'était souvent du matériel qu'on va
mener les tropiques et du radis
fourrager bon la baisse je la mettais à
10 12 kg et arras était petit grain et
puis de radis fourrager à 3,4 kg donc je
mélange là il y avait quand même de
légumineuses il ya du radis fourrager
qui peut être intéressant quand on fait
blé blé dans la mesure où il y aurait un
rôle des radis sur le piétin échaudage
donc si c'est le cas un hôte en profiter
ça veut dire que c'est souvent un
problème qu'on en blé sur blé ça peut
être des problèmes de pied dans le
chômage
voilà donc là ça nous ramène encore si
ça pousse très bien moi j'ai eu des
années où
ouh là où ces mélanges là m'ont rapporté
certainement 80 90 unités d'azoté est
émis faut que ça pousse très bien que ce
soit très costaud et c'était tout voilà
ce qui fait que dans le blé qui était
derrière qui est derrière le blé dur je
tournais autour de 120 unités maximum
voilà donc on gagne en moyenne 50 60
unités par rapport à l'agriculture
conventionnelle au tour avec ses
couverts annuel bon il faut savoir ce
que sur les couvertures vivent
maintenant on gagne encore plus derrière
une luzerne moi je met 100 unités pour
faire 80 quintaux anglais donc mais en
couvert annuel on gagne déjà beaucoup
par contre problème découvert à nu elle
sait que on gagne s'il pousse bien voilà
reconstruit direct au niveau des
intrants on a pu voir une potasse
puisque on restitue tous les résidus
mauges exporté rien du tout au niveau
p2o5 moi je travaille avec 200 100 kg
sur les blés 150 kg sur les colzas de
super 18
donc ça fait dix-huit unités p2o5 sur le
blé 25 sur les colzas pourquoi je ramène
ça c'est surtout pour orner le soufre en
même temps donc c'est un moyen de
maintenir un minimum de d'engrais au
niveau du p2o5 et d'emmener le soufre en
même temps mais on pourrait s'en passer
en plat complet à localiser ce qu'il
peut y avoir en localiser peut y avoir d
un intérêt à localiser
je pense qu'on entend beaucoup de choses
aujourd'hui en france
s'ils ne sont pas forcément réel pour la
plupart des situations j'entends
beaucoup par exemple qu'il faut
localiser du 18 46 sous la ligne de
colza je connais tous les agriculteurs
anciens et nouveaux que je connais ne le
font pas et il leur colza chez eux sont
pas forcément pu les qu'ailleurs 1
donc il faut pas confondre ce qu'on
pourrait appeler
une loi un gros nomique c'est à dire
c'est vrai partout et des itinéraires
qui ponctuellement peut fonctionner dans
certaines situations
voilà et c'est sûr que si vous êtes dans
situation par exemple en altitude ou
saks démarre très mal
bon peut-être booster un peu la plante
au départ et cetera eto'o moi je fais
quand même depuis 20 ans du colza en
semis direct sans jamais avoir fait ça
j'ai un ronnement pareil sur travail du
sol et semis direct d'ailleurs on arrive
à 30 de quintaux ha c'est au moins
l'équivalent de tout ce que font les
agriculteurs avec dix fois plus
d'intrants avec des hybrides alors que
moi c'est des mélanges de ligne et donc
voilà donc on arrive à manager ces
plantes là sans forcément mettre de
l'engrais souligne ensuite ce que je
faisais quand je faisais les cultures de
printemps comme de l'orge de printemps
et cetera je balançais tout la zot avant
trois semaines un mois avant le semis
moi c'est dur et c'est dur et l'idée
c'est quoi c'est que les bactéries van
bon j'ai un petit peu une partie et puis
au moment où vous semez elle vous le
restitue basque elle meurt à ce moment
là c'est un peu le système c'est celui
là donc l'intérêt à mon avis le seul
intérêt de l'engrais sous la ligne
ça serait de diminuer la facture de
d'engrais voilà si vous arrivez à ça oui
c'est ce qu'on faisait sous les
tropiques chez les paysans pauvres quand
on faisait du maïs on mettait quelques
petits bouts durée sur le pied un beau
c'était l'argent là bas à ses tenues à
mettre sur 50 et on mettait mon arrivée
à 10 unités hectares
là oui c'est intéressant par contre si
c'est pour mettre la même dose de zot
que ce que font tous les autres quand
ils font pour sa réflexion quand même
parce que il faut un engin pour enterrer
l'engrais c'est un investissement enfin
bon là il faut deux mois ce que je peux
dire et je rassure les agriculteurs
comporte des dents dans deux de ce mois
pour mettre en grèce où la ligne c'est
que tous les gens que je connais en
semis direct dans quand même beaucoup de
régions du jeu fait surtout toute la
région centre ouest est et nord ne
mettent pas d'engrais sous la ligne et
ils font des très bons colza donc c'est
pas une loi grenon mik c'est peut être
ponctuel mais c'est pendant la nuit
donc bon pottas sur leurs lèvres on se
met direct ça c'est pour la question
sauf si vous avez des grosses carences
au départ il faut peut-être remonter le
temps mais après tout et restitués ou
pratiquement donc ça tourne tout seul
kla aujourd'hui il ya une réflexion
certainement avoir là dessus c'est qu'on
a des tels problèmes de déficit hydrique
avant et après moisson
vous verrez cette année j'ai pas fait de
colza il n'a pas plu tout le mois de
juillet tout le mois d'août
vous faites pas de colza puisque sa
gerbe rapport voilà vous n'aurez pas de
colza ou très peu dans le secteur
donc ce problème de déficit hydrique fin
avant moi sont après moi sont fait que
de réussir découvert annuel ça devient
difficile
c'était pas le cas dans les années 2000
quand j'ai commencé on raté jamais un
couvert a pratiquement jamais
aujourd'hui moi je fais des formations
en france un petit peu partout j'ai des
retours sur les couverts annuels qui
sont souvent catastrophiques depuis
quatre cinq ans on a raté sa marche pas
or il faut savoir que le semis direct ne
fonctionne bien que si le couvert
fonctionner s'il est couvert ne
fonctionne pas le semis direct va se
casser la gueule à un niveau mais
reprendre la charrue et donc vous allez
avoir la structure va se refermer enfin
etc et vous aurez pas toutes les
fonctions qui vous intéressent
donc oui je dois vous avouer que si je
faisais du semis direct sans que ça en
mettant exactement les mêmes intrants
que sur le conventionnel en n'ayant
aucun avantage et tous pour peu que ça
et j'ai des baisses de rendement mais
j'arrêterai tout de suite je continue le
semis direct parce que j'ai une économie
de l'exploitation qui a nettement qui
est nettement meilleure que celle que
j'avais avant
conventionnel c'est pour ça alors
maintenant que ça aille dans le sens de
l'environnement tant mieux mais vous
n'allez pas convaincre un agriculteur
seulement sur l'environnement il va
falloir quand même le convaincre un peu
sur ce qui lui reste dans la poche
la fois à la fin du système voilà donc
j'avais réussi grâce à ses couverts
annuel a quand même diminuer énormément
ma note de charges opérationnelles avec
le désherbage et la zot bon il faut
savoir au niveau fongicides
moi je mets ou rien ou une demi dose
d'un fongicide toute l'année voilà le
semis direct pour ça est très bien si
vous avez un style direct qui fonctionne
très très bien les maladies sur les
plantes vous en avez très peu un très
peu alors c'est lié à quoi c'est lié au
fait qui a une vie biologique qui est
qui est intense 1
voilà vous avez aussi une alimentation
des plantes qui est bien équilibrée et
cetera
donc c'est un peu comme nous un si vous
mangez bien vous mangez équilibré vous
serez moins malade que si voilà on va
pas rentrer dans les détails la vie
biologique est très importante
les champignons comme certaines
bactéries ont un rôle très important sur
la maîtrise enfin sur le des pathogènes
1
voilà donc tous les champignons et
mettre des antibiotiques donc ça permet
de contrôler un peut-être des
champignons pathogènes
ensuite vous avez des phénomènes d
licitation et toulon va pas rentrer dans
le détail
voilà vous avez aussi un phénomène très
physique qui s'appelle l'effet splash
pour les maladies
c'est quoi c'est vous avez travaillé le
sol il pleut il ya une projection de
terre et de pathogènes sur les feuilles
et puis vous polluez vos plantes
1 c'est ce qui se passe pour nous chez
ce récepteur you so les septs aurions
regarde à quelle vitesse ça monte
savard du bas c'est quoi c'est ça c'est
une projection de faire ce qui fait que
en semis direct et sectorielles vont
bien après le truc ce qui permet de
faire qu'un traitement parce
qu'autrement c'est souvent 2 et à très
faible dose parce qu'il suffit de
contrôler le peu qui monte
et puis vous calmer le truc pour tous
au niveau des insectes ici moi je n'ai
plus rien sauf quand il ya des grosses
pullulation sur ce qu'on appelle le
charançon de la tige sur l'école zaho
creux dans c'est le seul truc que je
fais là j'ai découvert je surveille et
tout sur les charançons du bourgeon
terminal tout le monde hormis quelques
fois deux ou trois dans la campagne
autour
quand vous avez les colzas haut comme sa
fin août
ils peuvent en manger la moitié ces
programmes donc vous n'avez plus besoin
de vous emmerder avec tous ces trucs là
qui sont quand même c'est quand même des
contraintes de surveiller tous ces
bestioles à et où vous aurez des dégâts
si les colzas sont petits mais pas si je
vous avais des crocs colza fin août où
il ya encore septembre octobre novembre
avant l'hiver donc que vous avez un truc
énorme
donc ça s'est passé pour un problème
c'est pas un problème
alors les gens vous disent attention
quand on s'aime très tôt il peut y avoir
des problèmes d'élongation et cetera du
colza
moi je vais pas ça souvent la nature
réguler très bien le truc c'est à dire
qu'au bout d'un moment ça se stabilise
parce que le colza commence à avoir un
peu faim en azote et tout est
quelquefois puisque j'ai les deux vous
verrez dans l'échangé j'ai toujours des
témoins sur sol travaillé dans dans mes
30 août dans tout le monde à seulement
un colza semer début août en semis
direct qui est très très haut
quand je sème le colza en travail du sol
à côté
quand vous arrivez en début d'hiver ils
ont le même développement donc ces
problèmes d'élongation dont on a
beaucoup parlé en disant attention si un
gel vous allez avoir et cetera moi j'ai
jamais eu ces problèmes-là sur les calls
à semer début août en semis direct ans
donc ça rassure quand même les gens dont
j'utilise quand même
alors moi je travaille que des mélanges
de variétés j'utilise des mélanges de
variétés un jour au départ j'avais cinq
variétés qui sont quand même on peu
sensible à l'élongation faut pour être
complètement idiot donc voilà il est
bien évident que si vous oubliez des
hybrides début août qui démarre très
très vite
on n'aurait peut-être jamais essayé mais
bon
est ce qu'on a besoin des bris pour
faire des colzas autour de 30 32
quintaux absolument pas puisque je
prouve tous les jours
or la moyenne de rendement des calls en
champagne berrichonne c30 est à peine
voilà donc désherbage puce hybride à la
limite du pont semis direct avec des
variétés vous donne l'équivalent avec
des revenus certainement beaucoup
enfin beaucoup plus conséquent c'est sûr
oligo-éléments seulement sur le colza
chemin du bord tout le reste mon nom
alors après ça veut pas dire qu'il faut
jamais en beta mais ce qu'il faut le
raisonnement peut-être qu'il faut tenir
c est y ait d'abord le bon système de
culture
quand vous avez le bon système de
culture que ça fonctionne très bien
je dis pas que la nature fait tout mais
la nature est généreuse quand on sait la
manager ça veut dire que toute cette
alimentation en oligo en phosphore en
même en azote ou est ce que tu es un eh
bien il est énormément conditionné pour
toute la ville par toute la vie
biologique
si vous avez une mycorhizes à sion très
importante c'est le cas chez moi puisque
je veux faire des analyses
ces choses là dans vos sols
quand même au niveau p2o5 ça
donné par la plante par les mycorhizes
et les oligo-éléments un rôle très
important les oligo-éléments ça
fonctionne quand même très très bien il
faut savoir aussi qu'il ya des plantes
qui remobilise plus les oligo-éléments
que d'autres si vous mettez des
légumineuses dans vos couverts vous
aurez beaucoup moins de problèmes
d'oligo-éléments que si vous n'en avez
pas voilà donc c'est plus ça aujourd'hui
on me pose beaucoup de questions dans ce
sens là on me dit est ce qu'il faut ça
moi j'utilise du sucre moi je mets ça et
c'est ok ça ce sont des thèmes 1 c'est à
dire ça peut faire un plus à un moment
donné dans un système donné par contre
c'est pas ça qu'il faut résoudre
problème au départ au problème faut
construire un système qui fonctionne
bien voilà et est ce que quand vous avez
construit ce système fonctionne bien qui
tourne bien et ces caisses 12h12 dont
vous avez besoin en plus c'est ça le
raisonnement ce que j'entends beaucoup
aujourd'hui c'est à dire j'ai acheté un
semoir comme ça donc je vais faire tel
système de culture non j'ai un strip
till donc qu'est-ce qu'il faut que je
fasse non non est-ce que tu as besoin de
street il dans ton système de culture
c'est ça la question c'est comme si on
disait ben shemie jeu mais 180 unités
les autres qu'est ce que je fais comme
culture non maintenant quel système de
culture tu as etc l engrais il faut que
tu mettes dans son système de culture
c'est ça le bon raisonnement
voilà donc ce qu'il faut c'est
construire son système de culture comme
je lé fais avec différentes raisons un
de construire est quand même quand on
attaque cette technique là la première
raison c'est de se dire je vais diminue
énormément mes charges voilà donc si
vous arrivez à ça est ce qu'il est
nécessaire en plus de mettre d'autres
trucs à voir mais moi je sais que ça
fonctionne quand même très très bien à
très bas niveau d'intrants et que je
rajoute pas tout c'est tous ces trucs là
hein voilà donc maintenant chacun
on est en démocratie chacun fait ses
choix ce qui est intéressant c'est de
savoir qu'il ya des agriculteurs qui
sont dans cette agriculture là chez qui
ça fonctionne totalement sans
l'utilisation de ces choses là après
chacun voit en fonction de son sol en
fonction de ses carences succès tout ça
c'est autre chose
1 mais c'est des bonus et des bons
exemples quand même ça veut dire voilà
si vous êtes dans les mêmes conditions
que moi ou à peu près en faisant ce que
je fais vous n'avez pas besoin de ça
puisque je fais quand même 80 bientôt ex
en unités d'azoté 18 unités de p2o5 avec
très peu de fongicides et d'insecticides
enfin voila c'est quand même des preuves
voilà on en vit très bien de deux de ces
choses là voix

Partager sur :