Fleur de l'agroécologie

De Triple Performance
Révision datée du 26 août 2022 à 11:49 par Bertrand Gorge (discussion | contributions) (→‎Outils de diagnostic)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à :navigation, rechercher
Exemple de fleur de l'agroécologie

La fleur de l'agroécologie a été créée par Fermes d'avenir[1]. Ci-contre se trouve un exemple de fleur. Chaque couleur représente un aspect (social, économique ou environnemental). Chacun de ces aspects est formé de plusieurs pétales avec des niveaux allant de 0 à 4.[1]


Niveaux de la fleur

  • Niveau 0 : Les enjeux sur la thématique et les leviers (pratiques) pour y répondre ne sont ni connus ni compris.
  • Niveau 1 : Les enjeux et leviers sont compris dans la globalité de la thématique, des actions ne sont pas encore engagées. L’agriculteur est formé et connaît une partie des composantes et des leviers d’action à son échelle, mais ne les a pas encore expérimentés. Aucun indicateur de résultat n'est mesuré.
  • Niveau 2 : Des leviers sont expérimentés, les résultats sont mesurés mais pas encore satisfaisants. L'agriculteur est formé sur une grande partie des composantes et des leviers, il expérimente de nouvelles pratiques, de façon partielle, sans complètement maîtriser toutes les dimensions. Il comprend le lien entre les pratiques et les résultats et il pilote un plan de progrès régulièrement.
  • Niveau 3 : Les leviers sont intégrés dans le système de production de la ferme, les résultats sont mesurés et satisfaisants. L’agriculteur fait évoluer son mode de production pour systématiser les bonnes pratiques, en prenant en compte toutes les dimensions de la thématique, même si certaines sont encore traitées partiellement. Il pilote un plan de progrès régulièrement, qui mesure l’effet des pratiques sur les résultats.
  • Niveau 4 : Les leviers sont intégrés dans le système de production avec une approche d'amélioration continue, les résultats sont mesurés et satisfaisants dans la durée.

Nous décrirons ici chacun des pétales et expliquerons comment les évaluer pour faire votre propre fleur et ainsi positionner votre exploitation dans votre transition agroécologique. Cela vous aidera aussi à déterminer les points à améliorer et les leviers à actionner.


Indicateurs environnementaux

Un des objectifs de l'agroécologie est de préserver le capital naturel dans les limites soutenables pour notre planète. Les indicateurs environnementaux permettent d'évaluer à quel point cet objectif est atteint et d'identifier les points à améliorer.

Fleur de l'agroécologie - Indicateurs environnementaux[1]


Biodiversité

70% de la perte de la biodiversité terrestre est due à la production agricole. C'est pourquoi il est nécessaire que son exploitation préserve, voire régénère son capital biodiversité dans les surfaces exploitées mais aussi dans tout l'écosystème de son exploitation.


Outils de diagnostic

Faire intervenir des personnes expertes en capacité d’analyser la qualité des pratiques agricoles ou de gestion des infrastructures écologiques au regard des enjeux biodiversité et coupler cette analyse avec un suivi régulier de l’évolution réelle de la biodiversité sur la ferme


Leviers

Capacité de l'exploitation à abriter la vie sauvage dans les champs mais aussi autour
  • Autour du champ : maintien ou recréation d'habitats diversifiés (haies, bandes enherbées...) et connectés entre eux, gestion des habitats en faveur des cycles biologiques.
  • Dans le champs : pratiques favorisant la biodiversité du sol (réduction du travail du sol, de la fertilisation minérale et des produits phytosanitaires), et la biodiversité dans le compartiment aérien (diversité cultivée, continuité du couvert végétal et de la floraison).


Agri-biodiversité : diversité cultivée ou élevée
  • Diversification des espèces et choix plus adaptés au contexte pédoclimatique.
  • Associations de cultures.
  • Rotation longues.
  • Reproduction de semences.


Fertilité des sols

En moyenne, la baisse de la teneur en matière organique dans les sols européens coûte entre 3,4 et 5,5 milliards d'euros. Ainsi, l'exploitation doit avoir pour objectif de préserver, voire de régénérer la fertilité endogène à long terme de ses sols.


Outils de diagnostic

Faire une analyse complète de l’état des sols avec la conjonction d’analyse de sol en laboratoire et la réalisation de test-bêche VESS/VSA et le croiser avec l’analyse complète du système de cultures.

Leviers

  • Limiter le travail du sol, travail superficiel ou pas de travail du tout.
  • Maximiser la couverture du sol : intercultures, couverts permanents ou importés.
  • Diversifier grâce aux rotations et aux associations.
  • Réduire ou supprimer les produits phytosanitaires dangereux pour la faune du sol.
  • Favoriser l'agroforesterie.


Climat et énergie

Aujourd'hui, 20% des émissions de gaz à effet de serre (GES) en France sont dues à l'agriculture. Pour lutter contre le réchauffement climatique, l'exploitation doit tendre vers un bilan carbone positif, conjugué à une réduction des émissions de GES et de sa consommation d'énergie.


Outils de diagnostic

Il existe plusieurs outils de diagnostic de durabilité qui comportent des modules de notation des pratiques impactant les émissions de GES : le Bilan Carbone, ClimAgri de l’ADEME, le diagnostic IDEA4, l’Indice de Régénération (PADV), DIALECTE, Rad Civam.


Leviers

Emissions de GES (directes ou indirectes), consommation et sobriété énergétique
  • Limiter les apports en fertilisation minérale azotée.
  • Maximiser l’autonomie alimentaire et le pâturage pour les élevages.
  • Limiter le travail du sol et optimiser la couverture végétale.
  • Rationalisation de la mécanisation.
  • Mise en place de flux logistiques sobres.
  • Diminution des énergies grises et du bilan carbone complet de l’outil de production.


Quantité de carbone séquestrée
  • Mettre en place des pratiques stockant le carbone dans les champs : prairies permanentes, couverture maximale des sols et engrais végétaux, etc..
  • Préserver les Surfaces d’Intérêt Ecologique (SIE).
  • Favoriser l’agroforesterie.


Ressources naturelles

L'exploitation peut aussi tendre vers un usage sobre des ressources naturelles non renouvelables qui préserve la qualité de l'environnement (eau, air, sol). En effet, 95% des cours d'eau et 63% des nappes phréatiques en France métropolitaine sont contaminés par les produits phytosanitaires.


Outils de diagnostic

Le capital eau est le seul véritablement traité par les méthodes existantes. Sur les autres capitaux, les seuils à atteindre dans le secteur agricole pour rester dans les limites planétaires, et le lien entre les pratiques et les résultats sont à développer.

  • Des protocoles terrain : analyses de l’eau via le lysimètre ouvert, la bougie poreuse, SPMD ou les analyses et études de l’Agence de l’eau et des syndicats des eaux locaux.
  • Des outils de diagnostics de durabilité qui comportent des modules de notation des pratiques impactant les ressources naturelles : le diagnostic IDEA4, l’Indice de Régénération (PADV), DIALECTE.


Leviers

Limiter l'utilisation de l'eau
  • Améliorer les propriétés hydriques des sols, choisir des variétés adaptées, des pratiques d’irrigation efficientes ou encore l’agroforesterie.


Préserver qualitativement la ressource en eau (risque érosif et pollution)
  • Réduction du risque érosif, réduction des contaminations : par la réduction de l’usage de produits polluants et l’amélioration des propriétés d'infiltration des sols ou la mise en place d’infrastructures écologiques filtrantes ou barrière,...


Sur la réduction des besoins en minéraux et matériaux divers
  • Réduction des besoins en matières fertilisantes ou traitantes issues de l’extraction minière par le développement d’alternatives organiques.
  • Limiter la dépendance aux outils numériques et privilégier le lowtech.
  • Construire ou rénover les bâtiments agricoles à partir de matériaux locaux et biosourcés.


Indicateurs sociaux

L'agroécologie a aussi pour objectif de nourrir la population avec des aliments sains et qualitatifs. Les indicateurs sociaux permettent d'évaluer à quel point cet objectif est atteint et d'identifier les points à améliorer.

Fleur de l'agroécologie - Indicateurs sociaux[1]


Sécurité alimentaire

L'exploitation doit produire suffisamment pour assurer l'alimentation de sa communauté. Cela concerne la quantité, mais aussi la qualité et la diversité et tout cela avec des prix de vente accessibles à tous.


Outils de diagnostic

La mise en place d’indicateurs comme le % d’autonomie alimentaire du territoire, le nombre de personnes nourries/ hectare, le nombre de calories produites/hectare, le % de production locale/type de produits, ... Le diagnostic IDEA4 comporte des modules de notation impactant la sécurité alimentaire.


Leviers

La capacité d’une ferme à contribuer à son échelle à nourrir la population en quantité suffisante
  • Mettre en place une production avec des rendements suffisants par unité de surface.


La contribution à l’assiette saine et durable en termes de calories alimentaires et de typologie d’aliments
  • Diversifier les productions et contribuer à la production de calories alimentaires.
  • Améliorer la qualité nutritionnelle par le choix des espèces et des techniques.
  • Supprimer les contaminants et substances controversées.
  • Développer de nouvelles filières de production de protéines végétales pour l’alimentation humaine, notamment des productions végétales fortement caloriques.


L’accessibilité économique et géographique des produits de qualités
  • Mettre en place des circuits courts et des magasins de proximité.
  • Mettre en place un Plan Alimentaire Territorial avec les collectivités.

Santé publique

En moyenne, 80% des maladies dont 40% des cancers sont en lien avec l'alimentation. L'exploitation doit viser la préservation des la santé de ses travailleurs, de ses consommateurs et de ses riverains. En cas d'élevage, l'exploitation doit aussi garantir le bien-être animal.


Outils de diagnostic

Il existe un outil de diagnostic de durabilité qui comporte des modules de notation des pratiques impactant la santé publique : le diagnostic IDEA4.


Leviers

La qualité nutritionnelle des produits
  • Utiliser des variétés porteuses d’une bonne qualité nutritionnelle.
  • Préserver la fraicheur et la maturité des produits à travers des modes de production et des circuits de distribution adaptés.
  • Limiter les étapes de transformations et l’usage d’additifs.
  • Participer à une filière d’excellence sur la qualité nutritionnelle.


La protection des agriculteurs et des consommateurs
  • Développer les pratiques pour protéger les agriculteurs, riverains et consommateurs.
  • Réduire les traitements antibiotiques pour limiter les résistances bactériennes en élevage.
  • Limiter les traitements phytosanitaires y compris les traitements autorisés en bio mais potentiellement dangereux à forte dose.


L’accès à tous aux produits de qualité
  • Approvisionner des dispositifs d’aide alimentaire pour les publics fragiles (invendus, écarts de tri ou vente directe).


Goût et terroir

L'exploitation doit valoriser le savoir-faire gastronomique, en préservant ainsi les variétés ou espèces anciennes et en prenant soin de son terroir.


Outils de diagnostic

Il existe un outil de diagnostic de durabilité qui comporte des modules de notation des pratiques impactant le goût et terroir : le diagnostic IDEA4.


Leviers

  • Choisir des variétés, espèces et races adaptées et locales.
  • Favoriser la fraicheur et la maturité des produits.
  • Adapter les circuits de distribution (commercialisation locale et en circuit court).
  • Partager les pratiques et espèces au sein du réseau agricole local.
  • Respecter les cahiers des charges AOP, IGP.
  • Construire ou rénover les bâtiments agricoles dans le respect de l’identité locale à partir de matériaux locaux et biosourcés.


Connexion au territoire

Aujourd'hui, 20% des agriculteurs vendent au moins une partie de leurs productions en circuit court. Dans le cadre d'une transition écologique, l'exploitation doit nourrir des liens avec les acteurs de son territoire et reconnecter les citoyens à leur alimentation en privilégiant le circuit court.


Outils de diagnostic

Il existe un outil de diagnostic de durabilité qui comporte des modules de notation des pratiques impactant la connexion au territoire : le diagnostic IDEA4.


Leviers

  • S’impliquer dans les structures associatives locales en particulier celles promouvant l’agroécologie.
  • Développer des circuits de proximité et de vente directe.
  • Proposer des activités pédagogiques à la ferme via des chantiers participatifs.
  • Impliquer les citoyens et acteurs du territoire dans la gouvernance de la ferme.
  • Informer et sensibiliser les clients de la ferme pour leur permettre de devenir consom’acteurs.
  • Accueillir des stagiaires ou recruter des employés locaux.


Indicateurs économiques

Le dernier objectif de l'agroécologie est de garantir une activité viable, vivable et résiliente pour les agriculteurs. Les indicateurs économiques permettent d'évaluer à quel point cet objectif est atteint et d'identifier les points à améliorer.

Fleur de l'agroécologie - Indicateurs économiques[1]


Viabilité économique

Malgré le respect de tous les objectifs environnementaux et sociaux, l'exploitation doit quand même pouvoir générer une rémunération décente pour les agriculteurs. Il faut aussi qu'elle permette de maintenir le niveau d'investissement pour s'assurer de la pérennisation de l'activité.


Outils de diagnostic

La comptabilité intégrée englobe une vision complète des capitaux financiers, naturels et sociaux => Méthode CARE (Comptabilité Adaptée au Renouvellement de l’Environnement).


Leviers

Rationalisation des charges et investissements
  • Rationnaliser les charges opérationnelles (production économe en intrants, etc.).
  • Juste équilibre à trouver dans le niveau d’investissement (favorable à l’efficacité de la production mais raisonnable en poids d’endettement).
  • Favoriser l’autoproduction (de plants, d’alimentation, etc..).


Optimisation de la valeur ajoutée
  • Ramener la valeur ajoutée sur la ferme (limitation des intermédiaires, transformation directe).
  • Développer les produits labellisés et la diversification de la production.
  • Améliorer l’efficacité sur la ferme (optimisation de l’organisation du travail).


Conditions de travail

L'exploitant doit aussi avoir des conditions de travail respectables, avec une pénibilité physique et mentale limitée, un temps de travail maitrisé et des jours de repos.


Outils de diagnostic

L’outil de diagnostic IDEA4 est suffisant pour un diagnostic complet.


Leviers

  • Optimiser l’organisation de la ferme et du travail.
  • Avoir recours à des installations, équipements, outils plus ergonomiques et limiter les pratiques agricoles avec des opérations pénibles.
  • Mutualiser, avoir recours à des prestataires (ETA), à l’emploi d’un salarié/stagiaire/saisonnier ou d’un service de remplacement.
  • Intégrer des pratiques managériales bienveillantes.
  • Participer à des groupes de progrès pour avancer en collectif et sortir de la solitude.
  • Limiter la pression financière de remboursements trop importants à honorer.


Résilience

D'ici 2090, une augmentation de 2,1°C est prévue. Il y aura bien entendu des impacts sur les conditions de culture. C'est pourquoi l'exploitation doit être résistantes aux différents aléas :

  • Economiques : variation des rendements et cours mondiaux, prix du pétrole et des matières premières...
  • Naturels : érosion, sécheresse, inondations...
  • Sanitaires : pandémies.
  • Politiques : boycott, fermeture de frontières, hausse des taxes...


Outils de diagnostic

  • Il existe un outil de diagnostic de durabilité qui comporte des modules de notation des pratiques impactant la résilience : diagnostic IDEA4.
  • A l’échelle des territoires : CRATer, PARCEL, le baromètre de la résilience alimentaire.


Leviers

  • Optimiser les qualités hydriques des sols, la gestion de l’eau, les infrastructures écologiques permettant l’ombrage.
  • Limitation des risques érosifs via la gestion des sols et la mise en place d’infrastructures écologiques en rupture de pente.
  • Limiter la perte de biodiversité et reconstruire des écosystèmes grâce aux plantations et protections spécialisées.
  • Limiter les traitements antibiotiques pour éviter les résistances bactériennes en élevage.
  • Diversifier les productions et les modes de commercialisation.
  • Impliquer les consommateurs dans le modèle de gouvernance de la ferme.


Autonomie

La moitié des exploitations françaises sont dépendantes des aides de la PAC, sans laquelle elles auraient un revenu courant avant impôt négatif. L'exploitation doit donc tendre vers un équilibre entre son autonomie et sa dépendance vis-à-vis des ressources extérieures pour assurer la production (énergies fossiles ou renouvelables, fertilité des sols, nutrition des animaux, financements...).


Outils de diagnostic

Il existe un outil de diagnostic de durabilité qui comporte des modules de notation des pratiques impactant l’autonomie : le diagnostic IDEA4.


Leviers

  • Assurer l’autoproduction des semences et de la matière organique.
  • Assurer l’autonomie alimentaire pour l’élevage avec des fourrages issus de la ferme.
  • Auto-insémination et saillie naturelle.
  • Mettre en place des boucles locales et courtes entre les productions végétales et animales.
  • Développer les circuits de commercialisation en vente directe.
  • Choisir un matériel facilement réparable et recyclable (montée en compétence de l’autoréparation et auto-construction).


Annexes


Partager sur :