Entretenir son jardin - Paysage in Marciac 2020

De Triple Performance
Révision datée du 29 juin 2022 à 21:16 par 127.0.0.1 (discussion) (The LinkTitles extension automatically added links to existing pages (https://github.com/bovender/LinkTitles).)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à :navigation, rechercher

Thumbnail youtube Da7at7m1kYU.jpg

Paysage in Marciac 2020


Comme tous les dimanches, un sort une vidéo de Paysage in Marciac édition 2020

Aujourd’hui avec Eric Lenoir, Marceau Bourdarias et Guillaume Lapeyre nous parle de la construction d'un jardin sans eau en lien avec le potager et de "(Ne pas) entretenir son jardin" - Eric Lenoir


Bon visionnage !


Annexes

Transcriptions

bonjour à tous donc moi je me suis dit

guillaume lapeyre je suis enseignant en
aménagement paysager dans lycée agricole
c'est l'école de brive voutezac en
corrèze et je suis d'abord et avant tout
jardinier paysagiste et le ce qui est
intéressant ce qui m'intéressait de
d'évoquer avec vous aujourd'hui pour
faire un peu un pont entre tout ce qui
est dit autour de l'agriculture du

Afficher la suite

paysage des pratiques un peu agro

écologiques dans l'agriculture c'est de
parler de diversité des plantes au
jardin notre notre métier de jardinier
paysagiste
c'est comme ça qu'on a été formée c'est
de parler de leurs tee culture et de la
plantes horticoles et finalement parlé
de parler de deux plantes de plantes
horticoles parler de parler
d'horticulture et parler de plantes
horticoles s'est parlé de jardin c'est
parler de diversité parce que la
diversité végétale dans les jardins
d'ornement elle est très très importante
elle est très importante dans dans sa
complexité dans dans la les
caractéristiques quelques elle qu'elle
procure en termes de en termes de
d'intérêt et donc à l'origine de tous
les jardins ya effectivement le végétal
on a évoqué hier les trognes on a parlé
des trognes et les trolls l'e-tron ccd
végétaux indigènes et dans les jardins
d'abord il ya des végétaux indigènes
quelles que soient les jardins sur
lesquels on travaille quelles que soient
les
les jardins que l'on créé dufresne dont
on voit un exemple à gauche là qui est
pas un têtard mais qui est un frêne
vient vénérable alors les têtards sont
très beaux mais les arbres non taillés
sont aussi très très beau en plein champ
du sureau aux forêts de hêtres et tous
ces végétaux indigènes pousse
spontanément et c'est finalement la base
des jardins que l'on devrait créer et
depuis l'histoire des jardins et depuis
l'antiquité voire bien avant on a on a
utilisé le jardin comme lieu de 2 da
plantation de végétaux qui sont qui
viennent de l'extérieur qui viennent de
partout quand quand vous vous baladez un
petit peu dans les jardins d'ornement la
plupart des plantes que vous voyez sont
pas des plantes indigènes en fait autour
de nous là il ya un certain nombre de
plants de plantes spontanées de plantes
de plantes indigènes paient aussi
beaucoup de plantes naturaliser les
plantes naturalisé c'est quoi c'est par
exemple ce robinet ce robinet c'est le
plus vieux robinier de france il est
installé
donc c'est robinho pseudo acacias il est
installée dans un square à paris dans le
5e arrondissement et il a été il a été
planté par jean robin et ses robes
ignoble ce dos aux acacias et le
robinier ce n'est pas un arbre du tout
indigènes c'est un arbre qui vient
d'amérique du nord comme un grand nombre
de végétaux finalement qu'on va
rencontrer dans nos jardins qui sont
aujourd'hui totalement naturalisés qui
font partie du paysage
vous avez en haut à droite le une
aiguille de conifères que vous pourriez
reconnaître c'est le douglas le douglas
et un arbre forestier que l'on rencontre
à peu près dans tous les massifs
forestiers aujourd'hui peut-être pas à
toutes les altitudes mais dans un
certain nombre de jardins également
comme arbre d'ornement parce que c'est
un arbre de parc a été utilisé dans les
grands jardins les grands parcs à
l'anglais au 19e siècle notamment et
c'est un arbre qui vient d'amérique du
nord est en dessous vous avez alors ces
trois plantes viennent d'amérique s'est
passé pas volontaire c'est c'est plutôt
le c'est plutôt le hasard en dessous
vous avez une autre plante qui s'est
totalement naturalisés qui est considéré
aujourd'hui comme une plante invasive et
vous
v dans vos jardins elle pousse
spontanément c'est le fit au lac à
americana les raisins noirs d'amérique
une plante qui est considéré comme une
peste végétale ont pour en discuter
eric je pense que c'est un genre de
plantes que aussi rencontré qui pose un
certain nombre de problèmes mais qui
fait partie de l'histoire des jardins
qui fait partie de l'histoire de de
l'horticulture parce que toutes ces
plantes là elles ont été apportées à un
moment donné elle constitue aujourd'hui
une base de végétal que l'on utilise
dans la création des jardins des jardins
d'ornement des espaces verts pour
appeler les espaces verts ou les
aménagements paysagers public et
pourtant c'est pas des plantes indigènes
alors elles se sont naturalisés se sont
installés et puis il ya un autre grand
groupe de plantes qui sont les plantes
acclimater et les plantes acclimater
c'est finalement des végétaux qui
proviennent de contrer ces laits
végétaux exotiques que l'on a installé
dans les jardins paysagers les jardins
d'ornement les jardins fruitiers les
jardins les jardins vivriers
au fur et à mesure se sont installés au
fur et à mesure du temps se sont adaptés
aux conditions aux conditions dans
lesquelles on les a installés mais parce
que les conditions dans lesquelles on
les a installés dans les jardins que
l'on a créé correspondait peu ou prou
aux conditions dans lesquelles elles
vivent naturellement dans leur terre
d'origine
vous en avez quelques exemples on à
l'acacia dealbata le mimosa mais le
rhododendron rhododendrons c'est une
plante d'attitude des flancs de
l'himalaya
c'est une plante qui est totalement
acclimater elle fait partie des jardins
aujourd'hui mais c'est pas du tout une
plante indigène et elle le alors la
particularité d'un certain nombre de ces
plantes c'est qu'elle ne elle ne se
ressèment pas forcément naturellement
alors difficilement bon le l'acacia
dealbata le mimosa d'hiver va se
retrouve à repousser naturellement dans
dès que les conditions dès que les
conditions climatiques et pédologiques
lui lui conviennent mais si vous le
mettez pas dans les bonnes conditions il
se développera pas correctement le
cerisiers du japon glousse que celui que
vous avez à droite le pointeur je ne
sais pas non plus comment ça fonctionne
mais j'ai un petit peu de mains ou la
sauge arbustifs que vous avez là ce sont
aussi des plantes qui sont acclimatées
qui font partie aujourd'hui de la
palette végétale qu'on utilise dans les
jardins et qui présente un grand nombre
de d'intérêt finalement
décoratif esthétique nourricier pour un
certain nombre d'autres plantes et ça
fait partie du décor et c'est toutes ces
plantes la participe à très grand
brassage c'est ce que gilles clément
parle du jardin planétaire un ce
brassage planétaire où on a un grand
nombre de plantes qui viennent ici qui
ce que l'on installé ou qui s'installe
naturellement qu'ils colonisent des
espaces et bien finalement participent à
cette grande diversité des plantes au
jardin et puis une autre catégorie c les
plantes exotiques les plantes exotiques
finalement c'est l'exemple un petit pic
alors c'est pas là j'ai pris un exemple
que l'on peut retrouver dans les jardins
particuliers au jardin d'ornement un peu
un peu facile d'accès et pas forcément
dans des dans des conditions difficiles
à mettre en oeuvre mais les palmiers les
plantes grasses comme certain seuil ou
kala son sont des plantes exotiques qui
en 200 une intervention de l'homme et
sans être de l'homme ne développerait
pas dans l'est dans les espaces dans
lesquels on les installerait se
multiplieraient pas naturellement
et est ce que vous avez en dessous c'est
un exemple le trait caractéristique de
ce qu'on utilise en horticulture j'ai
fini par la tomate gelé j'aurais pu la
laisser un peu de suspense mais pour
gagner du temps
la tomate c'est une plante exotique
alors elle va se elle va elle s'est plus
ou moins acclimater dans certaines
situations vous pouvez avoir des pieds
de tomates qui repousse dans votre
jardin d'une année sur l'autre parce que
y'a du semi naturels qui s'est fait
quand on a notamment plaints de plein de
plantes plein de pieds de tomates
d'oeufs de tomates cerises mais c'est
une plante totalement exotique le dahlia
c'est une plante exotique c'est une
plante mexicaine et ce petit espace vert
vous avez au milieu c'est un aménagement
que j'ai pris en photo il ya qu' il n'y
a pas très longtemps
ce ne sont ces très esthétique du moins
à l'oeil c'est très joli mais ce ne sont
que des plantes exotiques et sans
intervention l'homme et sans
l'intervention du jardinier ses planques
lanoraie n'aurait rien à ne ne pourrait
pas se développer ce qui ce qu'ils
étaient
le le préambule à mon intervention
s'était justement de montrer cette très
grande diversité de palettes que l'on
peut utiliser et que rien enfin utiliser
de dd des végétaux spontanée au jardin
ou utiliser des plantes exotiques au
jardin s'est passé parce c'est pas être
en opposition on peut dans un jardin
mettre à peu près tout les types de
plantes que l'on souhaite un jardin
d'ornement un jardin potager parce que
le jardin c'est ça c'est d'abord et
avant tout une terre d'immigration où il
ya énormément de plantes des migrations
peut être il ya énormément de plantes
qui viennent d'ailleurs qui sait ce qui
se développe que l'on installe et qui
présente un grand nombre d'intérêts de
caractéristiques sur tout ce qu'il faut
et c'est évidemment on l'a évoqué à
plusieurs reprises ces jours ci sur tout
ce qu'il faut éviter c'est la
monoculture parce que la monoculture en
agriculture c'est on utilise beaucoup
d'énergie contraire pour faire pousser
le maïs le tournesol mais c'est comme ça
on n'a pas vraiment encore mis en oeuvre
toutes les bonnes techniques pour le
faire en dans les jardins d'ornement
quand on fait de la monoculture ça se
passe très mal
en règle générale quelques exemples la
monoculture c'est un non sens écologique
dans les jardins le jardin d'ornement
l'exemple typique c'est c'est le bruit
que vous avez au milieu et que vous avez
en haut à gauche il ya un grand nombre
de jardins de jardins historiques qui
qui ont été plantés de buis dans des
grandes broderie très très ancienne du
jardin à la française et qui se
retrouvent parce que c'est une mode
culturel parce qu'il n'ya pas autre
chose qui se retrouvent attaqué par un
certain nombre de parasites et ces
parasites
ben alors pardonnez l'expression mais
défonce tout la culture et une fois que
cette culture a disparu il reste plus
rien de la même manière quand vous avez
cetc du jardin c'est du jardin culturel
c'est du jardin historique les roseraies
sont très intéressantes mais elle
demande une énergie folle pour être
maintenu en l'état
c'est pareil pour cette espèce de des
espaces verts cette monoculture de te
crie sommes là mais je pourrais prendre
la photo de droite c'est une monoculture
de lavande
c'est des espaces verts c'est pas de la
culture de lavande pour la parfumerie un
cd espaces verts d'accompagnement alors
planté voyez plus ou moins densément
mais avec un arrosage on est on est dans
le narbonnais donc avec un arrosage
insolent évidemment pas très pas très
propice au développement et donc il n'y
a pas du tout de vie en fait il ya une
vitre et il ya une vie très très réduite
mais n'y a pas du tout de vie parce que
cette cette monoculture là alors elle
représente peut-être un intérêt
esthétique à un instant t les roseraies
c'est le cas mais il n'ya pas d'être
vivant dans le sol il y avoue très peu
il n'ya pas d'insectes qui viennent ou
très peu et ce qui est dommage c'est
qu'on a toute cette diversité là dont
j'ai un peut esquisser les contours
juste avant qu'ils qui nous offre un
grand nombre de perspectives et
d'intérêt il ya aussi d un certain
nombre de deux espaces verts qui
présente une à priori une diversité
végétale mais qui est factice c'est
diversité végétale
quand je parle de factice et que au
mètre carré vous avez une espèce au m²
une variété au mètre carré là vous allez
le massif en haut à gauche ça c'est du
typique jardinier paysagiste paysagistes
du sud
mais que dire de la monoculture de la
mosaïque culture ça c'est une photo qui
est pas très vieille elle a moins de dix
ans et c'est dans une ville dans une
ville que je ne nommerai pas et qui
pratique encore ce genre de choses
quelle énergie on dépense là depuis
quelques ailes
quels déchets en produits parce que pour
produire toutes ces plantes là il faut
décoder en plastique il faut du terreau
qui est souvent alors maintenant il ya
une certaine éthique autour des terreaux
mais il faut de l'add on y mélange de la
tourbe il faut beaucoup d'eau pour
arroser pour faire venir ces plantes
c'est un peu la même chose pour 7,7
cet espace vert du milieu là et puis cet
espace vert de droite au milieu vous
avez de cornouillers 3,3 cotonéasters
qui se battent en duel
qui sont en bord de route au biel et
d'une route donc ingérable en termes de
en terme de l'entretien c'est il ya un
talus effectivement alors je les aurais
pu le prendre
effectivement je crois qu'ils en photo
plus loin mais que du côté des acheteurs
qui est horrible et puis une
biodiversité ou une diversité végétale
factice dans cette photo de droite prise
il ya quelques quelques jours dans la
région bordelaise où pour alors c'est
vrai il ya beaucoup de fleurs se sont
que des fleurs qui sont quasiment
exotiques
ces deux-là fleurs annuelles c'est une
blague prairies fleuries ces mélanges de
prairies fleuries et c'est arroser en
permanence
on a là on a l'impression que c'est
effectivement très diversifiée de se
dire si très diversifiées sur un temps
très court il ya quasiment pas d'espèces
sauvages là dedans et je suis resté une
petite demi heure
y'a pas d'insectes quasiment très peu
les insectes qui a scellé et recettes
qui font que passer ça les intéresse pas
en fait donc ce qui est dommage
ce qui est dommage c'est que un grand
nombre d' espaces verts encore malgré ce
qu'on pouvait ce que je pouvais dire ce
matin un grand nombre des espaces verts
présentent encore ses sept
ces caractéristiques là hormis dans un
grand nombre de collectivités ou malgré
tout il ya des techniciens paysagiste
ddd des ingénieurs des gens qui des
jardiniers sur le terrain qui qui
introduisent de la biodiversité peut
parler de la ville de nantes par exemple
où il ya une diversité très très
importante diversité végétale dans un
peu partout et vous avez aller visiter
le cimetière de nantes
vous serez étonné c'est un arboretum
fantastique s'est énormément énormément
de diversité mais ça tient souvent à une
ou deux ou trois personnes qui ont voulu
introduire cette biodiversité là dans la
ville mais il y en a plein d'autres il
ya plein de petits villages où on trouve
on trouve des desjardins mais ça reste
encore assez peu important et c'est
pareil chez les paysagistes
professionnels un très grand nombre de
paysagistes professionnels trop grand
nombre de paysage professionnel ne
maîtrise pas cette diversité
il ne maîtrise que la petite palette
végétale que leur fournit lors
jardinerie ou pépiniéristes d'à côté qui
n'est pas vraiment un pépiniériste la
plupart du temps qui ne fait qu'acheter
en hollande ou en allemagne et qui
revend la plante ou ou en italie il se
contente de cette toute petite palette
végétale ornementent alors et et de
minéraux évidemment c'était l'exemple du
yucca de de tout à l'heure alors que
pourtant historiquement on sait faire en
france on a en a une on a une maîtrise
de de la diversité des plantes qui est
peut-être un petit peu un petit peu plus
récente mais alors je vais essayer de
peuvent tromper ce coup ci les anglais
le mix est border inventé au 19e siècle
était en avance sur cette diversité là
et il ya énormément le jardin évidemment
partout aujourd'hui dans le monde qui
sont qui skie qui présente ces
caractéristiques la particulier en
particulier chez dans les jardins privés
qui sont conçues par des architectes
paysagistes ou certains paysages le jeu
évidemment jette pas le bébé avec l'eau
du bain c'est qu'il ya aussi les
paysages et ce qu'ils font des très
belles choses
eric en est un exemple aider très
diversifié mais les jardiniers
paysagistes qui font finalement là qui
créent les jardins les plus diversifiés
les particuliers les particuliers vous
allez rendez vous au jardin connaissait
peut-être cette manifestation voilà vous
allez sur internet et alors ça n'a pas
eu lieu cette année avec le confinement
mais tous les ans au mois de mai vous
pouvez aller visiter des pleins de
jardins créés par des particuliers qui
présente de fait cette très grande
diversité de plantes parce que les à des
passionnés qui sont meilleurs que un
grand nombre de paysagistes
professionnels en botanique et et en
connaissance des végétaux et c'est
dommage
c'est dommage alors on il ya quand même
de l'essaimage et on parle beaucoup on
évoque beaucoup cette ces questions avec
nos élèves avec nos étudiants avec les
stagiaires et puis aussi avec les
professionnels mais les professionnels
ont un discours qui est un peu un peu
difficile à un peu un peu difficile à
tordre je dirais c'est l'argument
économique
oui mais voilà je c'est compliqué de
planter tout ça ça prend du temps c'est
plus facile de faire de la de la plate
bande de la vente ça va beaucoup plus
vite ça coûte beaucoup moins cher
et puis c'est facile à entretenir parce
que une fois par an on fait un coup
detat yeux et puis c'est bon et ouais
sauf que oui ça on utilise un
taille-haie et on ramasse tous les
déchets de la taille de lavande qui qui
sont pas laissés au sol
et puis techniquement enfin je les fais
tu l'as fait aussi marceau aussi tondre
toute une journée ou taillés dé toute
une journée c'est quand même pas pas
rigolo quoi il vaut mieux aller la danse
et massif la aller aux toilettes et les
plantes
je vous parle de de toilettage et il ya
quand même
évidemment je faisais des très grands
paysagistes il ya un paysagiste très
intéressant savez le pied tout sauf
qu'il ya un paysagiste hollandais qui
fait des très grands des très grands
jardins à grande échelle qui fait du mix
the border et voilà exactement la touch
mouse qui a fait un grand nombre de
réalisations de réalisations publiques
notamment là il a une à new york
et voilà un jardin créé par dans cet
esprit des mix est border avec cette
diversité là à la plantation ça donne ça
vous voyez la densité inter que bon il
ya des tâches qui sont qui sont dessinés
dans lequel il ya les plantes qui
s'interpénètrent les unes des autres
c'est un peu complexe à expliquer et à
concevoir évidemment ces plans de
plantation sont en ligne sur internet on
peut les voir mais par contre quelle
beauté en quelle beauté quel est
l'intérêt multiples intérêts alors il
travaille essentiellement sur les
plantes d'ornement sur la vivace
ornementale mais rien n'empêche
d'introduire dans cette dans cette
diversité la de la plantes fruitières de
la plante aromatique et tout un tas
d'autres d'autres d'autres choses on
peut faire plein de choses à partir de
ça donc dans les jardins il faut pour
pour faire ça c'est l'idée la cdc de
d'évoquer quelques quelques quelques
principes techniques c'est sait doser le
multi strates on l'a vu un tout petit
peu là dans le mix and border mais on va
le revoir c'est de mélanger les
la diversité des végétaux dans tout l'or
tout leur catégorie tout leur type
biologique
le mix est border c'est ça le mix and
border c'est des plantes herbacées
quelques plantes ligneuses et on peut
aller beaucoup plus loin c'est le ce que
certains en permaculture soit le jardin
forêt il il ya un certain nombre de deux
paysagistes qui s'amusent à faire ça
effectivement ou de permaculture qui
font qu'ils font ça mais c'est vers ça
qu'il faut tendre c'est ce mélange la
plus et mélanger plus cette diversité là
en terme de forme biologique en termes
de caractéristiques des végétaux et dans
toutes leurs caractéristiques c'est à
dire que des arbres persistant des
arbres et des arbustes caducs des
arbustes persistants des arbustes caducs
d'eliane des plantes à bulbes qui vont
apparaître un moment donné disparaître à
un autre pour couvrir l'espace en
couvrant l'espace dans cette multistrada
déjà on élimine une bonne partie des
problématiques d'entretien parce que on
arrose plus travaille plus le sol on le
travaille au moment de la plantation
éventuellement où on travaille pas
vraiment mais en tous les camps swan la
plantation pour que les plantes
s'installe convenablement la la la la
contrainte
la problématique là c'est de maîtriser
le végétal c'est connaître le végétal
c'est connaître la diversité de ce
végétal
j'évoquais tout à l'heure et c'est là où
c'est la limite mais on a une vie pour
apprendre et on quand on est passionné
on peux et je pense qu'un certain nombre
de jeunes gens ici le son il suffit il
suffit d'ouvrir quelques bouquins de
venir à des conférences à droite à
gauche de rencontrer des pépiniéristes
et puis de s'ouvrir un petit peu à ça
pour être capable de faire ça c'est pas
très compliqué en fait c'est pas très
compliqué et c'est pas très compliqué
dans la mesure où cela permet de de de
faire une très grande diversité
d'espèces végétales végétalisée
d'ailleurs il manque un bout des espaces
j'étais végétalisée totalement
interconnecté c'est à dire que ce pour
l'aca rejoint un peu l'idée du paysage
et de l'agriculture
et de de ce que l'on peut faire de la
passerelle que l'on peut créer entre les
jardiniers les jardins d'ornement et
puis et le jardin potager et puis
l'agriculture c'est de diversifier les
les milieux avec toujours à l'esprit que
dans cette diversification milieu de la
diversification végétale dans un jardin
quel que soit le la surface du jardin on
peut tout faire
on peut y mettre des en mettant des
plantes locales en mettant quelques
plantes d'ornement et les plantes
locales présentent aussi des très
grandes intérêt alors le jeu il ya des
grands spécialistes de la est parmi nous
mais présente des très grands intérêts
ornementaux une aubépines c'est très
joli et quand c'est en floraison les
sureaux c'est magique ça permet de faire
plein de choses en dehors de en dehors
du côté esthétique c'est on peut y faire
de la limonade de la faute de la
confiture des démons peu sa soeur
pauline polliniser des médicaments fin
donc donc on danse et on peut faire
plein de choses et on peut faire la même
chose en fait danser massif multistrada
dans lequel on mélange le alors les
photos les deux massifs multi strates là
que je peux vous montrer ses suites
droite et celui d'en haut où là on
s'interdit rien on s'interdit rien
on peut tout mettre dedans ce qui est
intéressant dans ses massifs multi
strates c'est que on a on n'a plus
beaucoup de deux plans alors on pourra
discuter du terme
ces plantes un compte pour appeler
indésirables aux mauvaises herbes à que
j'appelle plante un peu invité là qui
s'invite ici parce qu'un peu de places
dont la beaucoup moins et puis quand
bien même elle s'installerait c'est pas
très grave
moi j'ai une une lors c'est en
l'occurrence une partie du massif de
droite ggd dans lequel je laisse pousser
le liseron alors ça qu'il ya des
endroits où ça peut être problématique
mais c'est tellement jolie liseron quand
c'est en fleurs et puis ça couvre
l'espace et puis ça me cache des voisins
et donc c'est pas très grave même si à
ce type de plante les plants et les
pieds des arbres
souvent dans vous voyez dans les villes
les arbres sont plantés puis y'a pas de
ya pas de du paillage au pied et
pourquoi pas planter le pied des arbres
avec plein de chaud des plantes
aromatiques des plantes ornementales des
plantes fruitières on peut y mettre
plein de choses de la vivace la ligne e
c'est parfois un peu compliquer un peu
plus compliqué et des plans qui apporte
un intérêt terre que vous mettez des
pieds de fraisiers au pied d'un arbre ça
peut des fresques de sous-bois cet
intéressant évidemment intégré intégrer
des milieux humides l'eau intégrée de
l'eau dans un jardin c'est fondamental
d'abord parce que ça attire une
biodiversité folle je pense que tu vois
là tu pourras dira pas l'inversé d'une
biodiversité animale notamment et une
biodiversité végétale aussi on a voilà
multiples possibilités beaucoup de
beaucoup de de deux types des espaces
sacrés il faut rien s'interdire à partir
du moment où cette diversité végétale
on la connaît un peu et ont la maîtrise
un petit peu pour ça il ya il ya il ya
quelque chose il ya des gens très
important c'est les pépiniéristes les
pépiniéristes
alors quand je lis des pénuries
s'élèverait pépiniéristes céder les
pépiniéristes qui sont presque des
collectionneurs qui sont des botanistes
avant tout on parlait de lui parler de
châteaufarine ce matin il ya un centre
de formation qui forment des jardiniers
botanistes qui affirment qu'ils forment
un certain nombre de gens d'hypothèses
qui deviennent des pépiniéristes qui
collectionne qui collectionne les
plantes et qui propose dans tout le
territoire français
une très grande diversité de végétaux
souvent adapté au contexte local très
adaptée au contexte local et qui ont la
solution finalement à toutes vos
recherches
depuis donc il ya une association qui
avait le planter culture il ya eu 25
pépiniéristes répartis un peu partout en
france sont très dynamiques ils ont ils
sont connus ça fait partie je les
connais bien et j'en fais pas partie des
copains là dedans qui il ya planté et
puis il ya un label alors je pense que
alain pourrait en parler mieux que moi
mais végétales locales
c'est intéressant d'aller alors planter
des végétaux locaux on peut glaner
récupérer des graines faire des boutures
récupérer des plans dans les copains ou
dans la haie de l'agriculture de
l'agriculteur voisin mais on peut aussi
trouver des producteurs qui font du
végétal local végétales locales ça veut
dire que baladant le dans le bassin dans
lequel vous êtes vous allez trouver chez
le pépiniériste là où chez ses
fournisseurs la du cornouiller du
noisetier
voilà des végétaux action qui produit
localement qui sont indigènes qui sont
adaptées au contexte pédoclimatiques qui
ont été chouchoutés par les
pépiniéristes pour terminer comment on
fait il faut quand même maîtrisé un
petit peu de technique mais finalement
pas tant que ça on est face à un espace
et on est face à un jardin ou un terrain
qu'on doit qu'on doit aménager il faut
d'abord il faut voir ce qui pousse il
faut voir il faut observer la dynamique
du site faut observer le paysage il faut
bien les de nature environnante
quel que soit l'endroit où l'on se
trouve moi je suis en ville je me suis
inspiré de beaucoup de choses que je
pouvais trouver notamment des délaissés
qui a laissé route qui autour de chez
moi et et surtout d'identifier grâce à
cette lecture là le contexte
pédoclimatiques local c'est fondamental
jeu
j'enfonce des portes ouvertes là des
très très grandes portes ouvertes mais
j'enfonce des portes ouvertes parce que
ça c'est s'aider base évidemment
identifie le contexte pédoclimatiques
local c'est pas forcément très très
compliqué il ya d'abord des gens qui
sont capables de vous expliquer un petit
peu comment est la nature de votre sol
mais c'est pas difficile à déterminer
et il y adapter sa palette végétale il y
adapter sa palette végétale en trouvant
dans cette grande diversité de végétaux
dont je parlais en introduction ben on
peut mettre quelques plantes exotiques
des plantes ceux des plantes indigènes
des plantes naturalisant on peut trouver
à peu près tout ce qu'on veut et puis on
se l'on veut faire qu'un jardin avec des
plantes indigènes on peut faire un
jardin qu'avec des plantes indigènes y
compris fruitière on peut faire
énormément de choses est très très
décoratives et ne peut pas ne pas
s'interdire d'augmenter la densité de
plantation jusqu'à dix à quinze plantes
au mètre carré c'est beaucoup a priori
mais il va s'installer un équilibre une
concurrence parfois un équilibre
certaines plantes vont disparaître
d'autres vont réapparaître valoir à du
semi naturels
et en fait l'espace rack ou verts
présentera une très grande diversité de
caractère en nommant tôt sur la totalité
de l'année
évidemment pour ça il faut aller
chercher aussi des plantes qui
fleurissent en hiver mais y en a
beaucoup
faut il faut souvent dans les
aménagements paysagers un peu classique
là on voit que des plantes qui
fleurissent au printemps et puis en été
et en fait on s'interdit on oublie que
iliad est aussi des plantes qui
fleurissent en hiver des arbustes qui
fleurissent en hiver qui fleurissent à
l'automne et qui offre les arbres et les
arbustes qui fleurissent en hiver offre
notamment un beau coup de beaucoup de de
nectar pour les insectes pollinisateurs
qui sortent assez tôt de l'hibernation
ça c'est très intéressant
sauf que bah oui on en est les plantes
spontanées qui est qui les plantes
indigènes qui fleurissent en hiver on en
a un certain nombre mais on a aussi
beaucoup de plantes ornementales et qui
sont par ailleurs très jolie par
d'autres d'autres aspects et soigner la
plantation c'est aussi très important
soignez la plantation ça veut dire que
au plan de jeunes on achète des plans
jeunes et on n'achète pas des oliviers
qui sont arrachés en espagne et qui sont
horribles parce que c'est des trognes
aussi souffre d'ailleurs rabattus avec
un peu de petits systèmes racinaires non
on plante y compris sur le planter un
olivier on achète un allié tout petit
pas grave il ya quelques années je
travaillais dans le sud de la france
c'est une anecdote que je raconte
souvent j'ai j'ai été amené à travailler
dans un centre de formation il fallait
que jamais nage les abords du nouveau
centre de formation et un bâtiment très
moche et j'arrivais du limousin et en
méditerranée avec avec des gens des
héraultais en l'occurrence c'était dans
l'hérault est l'une des premières choses
que j'ai voulu faire c'est créer un
jardin sec puisque de toute façon
j'avais pas d'arrosage et ça me
paraissait évident et j'ai acheté un
olivier j'ai acheté un olivier qui était
grand comme ça
cette taille là et mes collègues avec
leur accent et collègues formateur en
viticulture en take the money mais
qu'est ce que tu as acheté ça tu es
complètement con ça poussera pas et
c'est cet olivier en dix ans donc il
était petit c'était un cultivar
particulier cet olivier en disant il a
il a poussé quasiment à 4 mètres de
hauteur sans rien ils étaient juste
adapté au contexte pédoclimatiques
locale ils étaient bien là et il a fait
un arbre d'ombragé fantastique je suis
parti ils ont fait une trop de mes
esprits fort abattu alors qu'il était
très beau très naturel donc planté
jeunes ça permet à la plante de prendre
le temps de s'installer et de faire son
système racinaire d'aller chercher ce
dont elle a besoin là où elle va le
trouver et de se développer conformément
à ce qu'elle est ce qu'elle doit devenir
avec son architecture sont ses modalités
de développement il faut les laisser
tranquilles un petit peu les plantes et
donc les laisser pousser couvrir le sol
au début de la plantation puis après le
couverture du sol et pas et pas
nécessaire parce que moi je suis
toilettes les plantes et la toilette que
je leur fais c'est enlever quelques
tiges séchées enlevé quelques fleurs
sèches et je le laisse tomber au pied de
l'épaule alors pied mais souvent n'y a
pas beaucoup de place à leurs pieds
parce qu'il ya déjà du feuillage et elle
se couvre
elle même les unes et les autres donc
elles ont besoin de rien par contre
effectivement faut trouver un équilibre
entre les plantes cultivées ces plantes
invités puis quelques plans parfois qui
prennent trop de place par rapport à
d'autres si on n'est introduit des
plantes fruitières ou des plantes
potagères il faut qu'elles trouvent leur
place mais dans le massif que je montre
elle a un petit peu avant moi je mets
des courges
elle pousse très bien je les laisse
tranquilles alors j'ai pas énormément de
courage à vrai dire mais j'en ai
quelques unes et ça me suffit
mais ils épousent des patates gym et
trois pieds de tomate parce que c'est à
côté de la maison de pied de basilic et
ça va très bien et ça pousse très bien
dans le peu de places cast est une
petite chose importante aussi c'est de
ne pas tailler la taille ça s'apprend
c'est un meilleur c'est un métier en
tous les cas il faut connaître les
plantes pour savoir taille et
convenablement et il vaut mieux pas
taillé côtoyé le problème c'est que
souvent taille un peu n'importe comment
à la cisaille otayo et à la
débroussailleuse à la tronçonneuse des
arbustes
évidemment on des choses comme ça y
compris des professionnels pratiquent ce
genre de choses avec une très grande
facilité déconcertant d'ailleurs
heureusement il ya quand même il ya
quand même des gens qui travaillent sur
la question depuis un certain nombre
d'années il ya notamment une association
qui s'appelle les arbustes y culteurs
est quelqu'un qui s'appelle pascal
prieur qui a écrit un certain nombre
d'ouvragés vous encourage à il a sorti
un ouvrage très récemment sur la taille
des arbustes d'ornement mais il en a
écrit plusieurs ça s'apprend mais c'est
pas très complexe en fait il suffit de
savoir lire les végétaux savoir lire les
arbres les arbustes les arbustes en
l'occurrence pour les dalles et
correctement
et puis traiter quand on a des problèmes
mais pourquoi faire en fait les choses
s'autorégule il ya une telle diversité
que alors évidemment c'est c'est pas si
simple que ça mais c'est pas très grave
d'avoir quelques colonies de pucerons
sur les plantes que l'on a dans ces
espaces parce que ça donne à manger à un
certain nombre d'insectes et de
bestioles
et puis honnêtement même si la plante
elle perd quelques feuilles pas non plus
une très très grande très grande étape
ce qu'elle mourra pas en fait elle va
trouver des moyens de ce2 ce2 ce2 lutter
contre ça et de l est résiliente elle va
elle va dépasser tout ça elle si c'est
de la monoculture elle ne dépassera pas
ça va être très complexe mais là si elle
a tout ce qu'il faut pour se développer
et qu'elle est dans un environnement qui
lui convient ça fonctionnera et puis
juste pour conclure ben oui pas traiter
c'est zéro phyto jeu pourquoi je mets
cette cette photo là c'est une photo que
j'ai prise sur l'île d'oléron
il ya un certain nombre de communes qui
sont labellisés qui se sont parfois auto
labellisé zéro phyto on n'utilise plus
dans les collectivités c'est
l'utilisation des produits
phytosanitaires et notamment des
désherbants n'est plus et plus de mise
en oeuvre à de rares exceptions près les
cimetières et les terrains de sport et
encore beaucoup beaucoup de
collectivités ou les cimetières on les
laisse se végétalise et mais zéro phyto
ça ne sert à rien c'est pas il n'y a pas
d'affairé là à utiliser des produits
phyto alors je crois qu'à côté on parle
de soigner les plantes par les plantes
avec des gens qui maîtrisent tous ah bah
oui on peut on s'amusait à faire du
purin d'ortie des extraits fermenté de
de rhubarbe pour tuer 4 4
4 pucerons mais quel intérêt à part
s'amuser à faire de la voile ah oui
alors on est bien dans leur demande
évidemment quand on commence à vouloir
cultiver des tomates et puis avoir une
culture un peu importante
ça va de soi qu'il faut peut être
réfléchir différemment mais déjà si la
diversité végétale autour des trains est
un est importante on aura moins de
problèmes europe moins de pression et
peut-être que cette pression là bas on
pourrait les plantes pourront la
supporter si on a des jardins avec une
très grande
cet aspect un peu monoculturel des
jardins potagers que l'on peut avoir
parfois effectivement là on va pas
s'interdire un certain nombre de
traitements
voilà bah merci je peux pas m'empêcher
de repenser à la diablo qui avait juste
avant et 2 est de regarder cette manière
là d'interpréter le paysage comme des
synonymes de l'interprétation qu'on peut
avoir d'une agriculture agro écologiques
et on utilise les mêmes termes les mêmes
manières de regarder de faire interagir
les plantes entre elles de créer un
équilibre de créer une diversité qui
construit les équilibres et ça c'est
assez c'est assez étonnant et c'est une
des raisons pour lesquelles on fait
coexister cessé de regard là paysager et
à agronomique est ce que vous auriez des
questions des réflexions sur c'est assez
intéressant d'avoir ce regard là sur le
paysage parce que ça nous permet de de
comprendre aussi comment on fait une
fracture entre cette partie là cultiver
pour pour l'alimentation et cette partie
construite où on construit des des
aménagements plus ou moins contrôlés
plus ou moins diversifiée qui nous
permet d'apprendre beaucoup d'ailleurs /
/ / l'agriculture sur la manière dont
fonctionnent les plantes c'est à l'ombre
des espaces oui le réchauffement
climatique pose un certain nombre de
problèmes parce que des plantes qui sont
mal qui sont installés dans ces
conditions là un peu monoculturel ou pas
très diversifié avec des sols qui sont
légèrement payet voire même bâchée
elle résiste pas très très bien la
sécheresse et il faut les arroser
et donc elle souffre énormément et
finalement le disparaissent d'elle-même
et ce qui est dommage c'est c'est
justement de se contraindre à développer
cette énergie contraire d'apporter de
l'eau d'arrosage et ses deux des tuyaux
defourny d'acheter du plastique qui peut
avoir un intérêt dans certaines
situations éventuellement pour les
sportifs sur les terrains de sport et
encore je m'interroge mais je voyais à
iliad il ya des influences ya des
végétaux qui disparaissent il faut
l'accepter et y en a d'autres qu'on peut
installer
de là à remplacer à en remplacer un
cortège de plantes ornementales plus l
anglaise on va dire par que des palmiers
des yuccas et comme on le fait dans tous
les jardins paysagers minéraux que l'on
voit à peu près partout chez les
particuliers là puisque c'est quand même
une très grande mode la minéralisation
il ya un pas franchi alors ça peut être
intéressant aussi de mai ont créé cet
espace là exprès mais de la même manière
que quand moi je suis arrivé dans le
méditerranée en 2003 2002 2003 qu'on me
parlait de rhododendrons d'installer des
plantes de terre de bruyère au cap
d'agde banon mais il y en a qui le font
des paysagistes qu'ils font mais moi non
non possible donc
al'inverse voyez ce que je veux dire
parce que guillaume est ce qu est ce qu
est ce que tu es peau pour compléter la
est ce que tu vois un impact aussi de
d'aménagement basé sur ses mix est
border ou ou sur ces forêts jardiner sur
sur la capacité de résilience des
végétaux est ce que le fait de mix et
améliore la capacité de résilience et de
résistance des végétaux oui oui oui oui
évidemment non seulement cela améliore
la capacité de résilience comme tu le
lis améliore l'aspect des végétaux en
fait les végétaux sont malgré tout très
beau souffre très peu et en plus sacré
et un environnement et un effet micro
climatique et c'est un effet à l'endroit
où ces plantes là sont installés qui est
très intéressant dans certains certains
aménagements certains gestes parce que
je connais la dès qu'il ya plus de dès
qu'il ya plus la diversité là et que le
soleil peut passer ca c'est chou y a
plus rien qui pousse à part du chiendent
qui peut être très intéressant à
certains endroits mais du coup on laisse
pousser le chiendent finalement parce
que comment revenir en arrière
bah c'est compliqué là du coup il faut
développer beaucoup d'énergie contraire
mais on est sur un parking où il y avait
des espaces verts y avait des plantes y
avait des arbres et puis les choses ont
été mal accompagnée par exemple n'y
avait pas deux il y avait des arbres
avec des mal adaptée au contexte où
contexte pédologiques notamment et j'ai
vraiment c'est un exemple en tête et
aujourd'hui sur ce parking a plus du
tout nombre mais les arbres périclite
le sol est mono culte enfin mono c'est
que des graminées quoi ces voix là ce
chien dans dont je parle quelques
graminées ornementales arrive à survivre
dans les limites par exemple des petites
choses comme ça mais oui il ya des vrais
impact ça veut dire que la la
biodiversité pourrait construire la
résilience face aux changements
climatiques
les paysages oui ça donne envie de faire
le lien toujours avec l'agriculture et
cette idée là de mixer les cultures dans
l'agriculture et de de sortir de deux de
ses dynamiques de monoculture en fait on
va pas avoir le choix
pour arriver à stocker l'eau pour aller
à stocker le à stocker l'énergie et tout
en produisant et en se protégeant des
rayons du soleil parce que les rayons du
soleil sont la force de dégradations
numéro un sur la planète mais en même
temps s'ils tombent sur une feuille
c'est la force d'aggravation numéro un
de la planète c'est ça qui est
fantastique c'est que c'est à la fois
tout ce qui construit et ce qui peut
détruire et ce lien là que l'on peut
faire avec le paysage et c'est très
étonnant de voir dans ces paysages que
plus on a de diversité - ces malades
mais en fait on n'arrive pas
l'agriculture si ce n'est avec peut-être
ces nouvelles manières de voir que nous
apporte la partie agricole de la
permaculture sur cette volonté de
création de diversité et cette volonté
de mixité dans nos productions qui
construisent une résilience et qui
construisent des systèmes à la fois
performant et solide performance solide
et autofertile là je trouve qu'il ya ça
nous apporte beaucoup moi ça m'apporte
beaucoup de regarder le paysage dans ce
sens là et quand guillaume nous dit bah
oui il ya des fois des pucerons mais en
fait les pucerons enfin ils ont aussi
leur place
et quand il ya une plante qui aura pas
déséquilibrer le puceron il vient sur la
plante mais elle n'en meurt pas pour
autant et dans l'agriculture des convois
un puceron ben on est dans un stress
très fort parce qu'il faut qu'on lutte
contre le plus rock toutes nos plantes
se font détruire par le puits seront le
paysage aujourd'hui nous expliquent donc
en effet que sur l'agriculture on doit
pouvoir faire bouger un peu nos lignes
et que plus on va construire de
biodiversité plus on va construire de
diversité plus on aura d'équilibré la
nature est ainsi faite
eric hémar somme comment tu comment tu
vois ça toi cet équilibre là dans le
dans le paysage est ce que tu vois ça
comme quelque chose de que l'on doit
construire absolument est ce que tu es
ce que tu imagines ça comme quelque
chose on doit ce paysage la intervenir
pour construire des paysages ou est ce
que tu penses que l'on peut en partie
laissait la naturalité faire le job
alors moi très clairement je pense qu'il
faut c'est pas qu'on doit ces échos
c'est pas qu'on peut c'est qu'il faut
laisser la nature faire son job on
n'arrivera pas à faire mieux qu'elle on
peut on peut avoir toutes les techniques
les technologies dont on dispose
aujourd'hui d'observer comme on observe
avec des moyens nouveaux la façon dont
la nature évolue dans la biodiversité ce
fait on oubliera toujours quelque chose
très clairement et les écosystèmes
fonctionnel qui existe déjà on aura du
mal à le supplanter
enfin les supplanter si on sait faire en
fout du béton ont fait de la monoculture
mais on ne les remplace pas efficacement
en tout cas donc je suis complètement
d'accord sur le fait que c'est
indispensable
pour lancer ton intervention est ce que
tu peux te présenter et puis nous dira
un peu quels sont tes activités
rapidement avant de avant de partir sur
la présentation en fait moi je suis
paysagistes et pépiniéristes
c'est pour ça que je connais plein de
cultures notamment que je ne fais pas
partie de bio de végétales locales parce
que des choses me pose problème dans
bref passons mais eh oui je suis
paysagiste avant tout c'est à dire que
je dessine des jardins c'est ce à quoi
je suis fort mais on m'a demandé de
dessiner des jardins à l'école et je le
fait d'une façon qui est très différente
de la plupart de mes collègues
aujourd'hui je dis bien de la plupart
parce que c'est très fortement en train
d'évoluer
des gens comme j clément vraiment ainsi
quelque chose dont on a parlé de pitou
dole font pas banal kingsbury qui aussi
sur la deutsch wave à sa manière kiki
qui ont vraiment révolutionné aussi le
jardin certaine manière qui consiste à
recréer des écosystèmes artificielle en
l'occurrence pour ces deux derniers là
ces écosystèmes de plantes ornementales
qui sont qui sont déjà une belle
approche je vais un petit peu plus loin
parce que parce que moi j'ai grandi là
voilà et que là quand on parle
biodiversité écosystèmes c'est un peu
limité mais ça c'était un jardin ça a
été dessiné par des gens qui voulaient
faire le bien faut vraiment garder ça en
tête
ça ça part d'une bonne intention c'était
pour vous oui et c'est quand même ça qui
est dingue c'est qu'on a des gens qui
ont fait des études des gens qui ont qui
étaient des designers qui est une ssii
profil mais ma foi d'informations que
nous avons qui sont dit les gens se
sentiront bien là ils ont juste négliger
deux trois détails comme par exemple le
fait que les populations évoluerait
comme le fait que ces habitats pauvres
n'aurait pas forcément les moyens
d'entretenir ça comme ça aurait dû être
entretenue comme le fait que l'éducation
des mômes n'était pas forcément ce
qu'ils imaginaient dans leur imaginaire
de personnes nées avant la deuxième
guerre mondiale etc etc etc
donc je me suis mis un peu en en lutte à
faire on va la faire courte pour pour
aller au delà de ça en fait parce que ça
c'est pas bien en fait et c'était ça la
grosse question qu'est-ce qui est qu'est
ce qu'on a comme moyen aujourd'hui pour
faire que ce soit - naze on en a
franchement on en a c'est tout pourri
mais encore une fois sa part de bonnes
intentions quelle erreur on a fait on a
oublié que le camp fait un jardin c'est
un écosystème
quoi qu'il arrive c'est un lieu qui va
être à vous et à évoluer en fonction de
ce qu'on a mis mais aussi de ce qui y
vit si vous négligez les habitants quand
vous faites un jardin bas au jardin et
vie charisme ne pas aller comme il faut
alors ça va pour un jardin musée comme
versailles
vous avez un gardien tous les 200 mètres
et puis une armée de jardinier mais
quand vous voulez c'est un truc en roue
libre au milieu d'une cité hlm forcément
ça va pas être la même histoire
un état des lieux rapide je vous fais
part des chiffres regardez les
rapidement vous avez besoin de mémoriser
mais grosso modo ça va mal on a beaucoup
beaucoup beaucoup artificialisés les
sols encore une fois souvent avec des
bonnes intentions tient roche suis sûr
qu'on va devoir développer la région
avec un centre commercial
ça c'est une bonne idée et donc les
centres commerciaux quand on les fait il
ya des jardiniers et des paysagistes qui
vont faire des jardins c'est des soldats
tirent ce sont des milieux
artificialisés autant que les humains
que que le l'aménagement lui-même
c'est-à-dire un centre commercial avec
un jardin le jardin fait partie de
l'artificialisation ce n'est plus un
milieu humide
ce n'est plus un milieu prairial ce
n'est plus une forêt c'est un truc
artificiel grosse erreur quelques images
voilà six ans d'écart mais même saône
aulas
ça c'est des endroits que j'ai connu
j'ai grandi là dedans en fait j'ai
commencé ma cité hlm après je vais dans
les lotissements de marne la vallée et
j'ai connu ça j'y étais mais j'ai vu
j'ai vu la mare où j'allais pêcher et
d'être surpris par les bulldozer qui
arrivent en disant avec suse et non
monsieur on vient boucher la main on a
eu on à l'école nationale d'architecturé
à faire à la place le paysage c'est ça
c'est ça qu'on a appris à faire les
grands paysagistes de l'époque où j'ai
appris c'est des gens qui font ce genre
de machin on revient de loin quand même
accroche-toi janot ça c'est l'héritage
du jardin à la française
la quintessence de la maîtrise de
l'homme sur la nature tout ce que veut
ce tout ce contre quoi j'ai voulu lutter
quant à jardinier veut faire un jardin
il commence par arracher les herbes
folles les prunellier sauvages les ronds
se recourber mais les oiseaux en fuite
il défonce la terre il poursuit les
racines les extirpe ils les jettent au
feu alain a écrit ça c'est complètement
vrai un jardin pour l'immense majorité
de la population sa consistance à vous
arrivez vous avez tout un merdier dedans
et gens disent on va tous foot à plat on
va se faire enfin à gazon on va voir mon
massifs de rosiers je veux voir l'arbre
que je souhaite et j'aime bien j'aime
bien conclure comme machiavel
j'en conclus donc que la nature change
et que les hommes sont entêtés à mon
sale truc on est borné enfin
actuellement les gens on était borné on
a dit il faut faire comme ça un jardin
c'est ça non un jardin ça peut être
autre chose
un jardin ça peut être un jardin punk
lors d'un punk c'est une des nombreuses
solutions qui peuvent exister pour pour
réduire notre impact est ramené de la
biodiversité dans le jardin moi même
principe c'était de pouvoir répondre à
tous ces administrateurs de gros sites à
tous ses élus et compagnie voire même
les patrons de grosses boîtes de paysage
à qui je demandais mais pourquoi c'est
si moche ce que vous avez fait pourquoi
c'est si naze pourquoi c'est tout pourri
pourquoi les gens s'y plaisent pas vous
êtes toujours enfin ils me disent
toujours d'ailleurs régulièrement ça
coûte trop cher on n'a pas le temps on
n'a pas les équipes compétentes
grosso modo c'est les 3 réponses
principal
donc j'ai voulu faire la démonstration
en partant de tous ces principes là
qu'il était possible de faire exactement
l'inversé donc fallait que ce soit pas
cher à faire fallait que ce soit facile
à faire donc ne pas trop nécessité de
compétences particulières rapide affaire
facile à entretenir et autonome dans la
mesure du possible
pas cher à entretenir résistant aux
agressions
encore une fois quand on est au milieu
des oeuvres d'une zone et qui a personne
pour surveiller les mômes ils vont faire
des conneries c'est le sac ça sert un
môme faut que ce soit non nuisibles
parce qu'on en a déjà assez fait des
problèmes faut que ce soit
écologiquement intéressant parce que les
jardins on peut en faire plein mais
qu'ils soient écologiquement intéressant
on en fait déjà moins et surtout faut
que ce soit plus beau que l'existant
est-ce qu'on a intérêt à y faire quelque
chose parce que la beauté ça compte
quand même énormément
et si on fait du jardin c'est quand même
pour approuver du plaisir notamment
surtout dans les milieux qui sont les
jardins de particuliers ou les jardins
publics
après il ya plein de définitions
possibles du jardin j'en ai une qui est
sur laquelle je m'appuie actuellement
qui est la mienne donc je la trouve
super bien qui consiste à dire qu'un
jardin c'est une zone limitée un
territoire qu'on administre ou congères
d'une façon à ce qu'ils remplissent les
fonctions qu'on souhaite qu'ils
remplissent points les anciennes
définition de jardin vous l'avez au tout
début de l'exposer c'est plutôt un
espace clos souvent de murs ou de haies
dans lequel on fait pousser des plantes
qu'on souhaite
moi je pousse le bouchon à remplacer les
plantes par la fonction ça peut être de
plein d'ordre différentes et surtout
qu'aujourd'hui on se rend bien compte
qu'il ya plein de jardin il ya peu de
plantes ça c'est quand même et c'est
dommage que la tenir pétrole noc soit
parti mais on peut faire des jardins où
il n'ya pas de plantes qu'ils soient
très propice à la biodiversité
vous avez un beau jardin avec un bel
enrochements vous pouvez accueillir
aussi des reptiles cissé au bon endroit
si c'est adapté
et si c'est moins si c'est plus
intéressant d'un point de vue écologique
que d'avoir de tenter de faire pousser
quelque chose parce que des endroits où
il ya rien qui pousse ça existe première
étape 3 y arriver il faut lâcher prise
un bon truc de punk ne rien faire on est
d'accord je pense tous les trois sur ce
sujet on à me parler
la phase d'observation est prépondérante
si on n'observe pas c'est à dire on ne
sait pas grand-chose en creuse
éventuellement pour voir quelle est la
nature du sol on regarde d'où vient le
vent on regarde sur tout ce qui se passe
sur place
on ne va pas savoir quoi y mettre si on
souhaite y mettre quelque chose ne rien
faire ceci voir ce qui existe déjà et
qu'on souhaite conserver un arbre une
trogne un rosier une pelouse donc
l'observation est capital quel est le
potentiel du site où est ce qu'on voit
on a une vue super lointaine on a une
est existante qui peut nous protéger du
vent on a un bois qui va nous amener un
certain type de biodiversité à proximité
on a de l'eau qui coule en a plein de
choses et le jardin encore une fois ils
s'arrêtent pas forcément ses limites
physiques la limite de mon jardin là est
ce que vous savez où aller
bah moi je sais mais le visiteur n'a pas
forcément besoin de savoir
on va avancer et donc réapprendre à
regarder quand on reste un an s'entendre
une pelouse
il se passe des choses quand même il ya
quelques espèces dont on ne soupçonnait
pas forcément qu'elles étaient présentes
qui réapparaissent alors en général la
première année se passe pas forcément
grand chose mais au bout de deux ou
trois ans est assez saisissant l et les
collectivités qui sont passés en gestion
différenciée disent souvent la même
chose la première année pour épater
votre pelouse malheureux l'année d'après
on commence à voir les carottes sauvages
qui réapparaissent on commence à voir
d'autres choses
mais rien qu'en présence de lépidoptères
par exemple les papillons et compagnie
c'est complètement dingue la première
année et en plus toutes ces plantes
comme tu disais ça ça va être des
bio-indicateurs ça va être des indices
pour savoir la nature du sol aussi on ne
peut pas forcément explorer la nature du
sol sur toute la surface du jardin mais
par contre on sait que si on a des
plantes comme le sainfoin par exemple on
va avoir un sol qui va être très riche
on sait que si on va avoir des plans de
milieux pauvres d'avoir un seul pauvre
pour simplifier ou de milieux humides un
milieu humide même s'il ya des
exceptions reconsidérer le désordre
j'aime bien ça veut dire que dans la
mesure du possible il va falloir qu'on
s'accommode de choses dont on n'était
pas forcément prêts à s'accommoder et
quand vous dites à une collectivité
effectivement ou un particulier
là je ne tombe plus liban oui mais je
vais avoir de la meilleure mine je vais
avoir du chardon joueurs tout ça et là
faut savoir lui expliquer que c'est pas
grave même s'il est interdit d'avoir du
chardon ce qu'il soit selon le code
rural le code de l'environnement
on est supposé les détruire bon bah moi
je le fais pas mais j'essaie de faire en
sorte au moins que ça emmerde pas les
paysans qui sont juste autour en tout
cas reconsidérer l'utilité de chaque
chose mais l'utilité parce que c'est un
jardin etc donc ça des fonctions le il
ya toujours une utilité écologique on
peut l'intégrer aux fonctions du jardin
si on souhaite que notre jardin soit une
réserve naturelle
on a besoin d'intégrer forcément toutes
les données écologiques moi pas de
chardons pas de chardonnerets je vais
mourir s'ils appuient chardonnerets et
de savoir que jura contribuer en rasant
tout mais chardon c'est pas possible
le chardon va avoir d'autres intérêts
comme le rumex le rumex et la grenouille
sauvage où la patience et c dont on se
débarrasse la plupart des jardins je les
aurais pas eu dans mon jardin j'avais
plein d'arbres qui serait mort dès la
première année
même si jolie plante est jeune parce que
là en plus c'est un terrain hydromorphes
c'est un peu l'inversé de ce que vous
avez par ici c'est à dire que l'hiver sa
gorge d'eau pendant huit mois et en été
c'est du béton donc les aucun arbre fait
les racines profondes
c'est pas possible techniquement puisque
il baigne tout l'hiver est arrivé l'été
il n'a pas de racines profondes
il faut vraiment qu'il ait le coeur bien
accroché pour survivants et quand vous
avez des plantes comme les chardons
les rumex à racine pivotante qui sont
capables de traverser les couches
d'argile qui vont aérer le sol qui vous
re faire remonter des nutriments du
fonds qui vont permettre à tout un
cortège de bactéries aérobies de
fonctionner qui vont permettre à
l'humidité de descendre un peu plus
profond à l'intersaison eh ben c'est un
gain c'est une plante extrêmement utile
le chardon et en plus c'est beau parce
que c'est pas vilain ça bon je vous fais
de bertrand russell aussi aller on
accepter beaucoup trop souvent la nature
humaine comme une donnée à laquelle il
faut adapter les conditions d'extérieur
la vérité naturellement que les
conditions extérieures modifie la nature
humaine et que l'harmonie entre les deux
ce rallye se réalise par leurs
interactions à tête arrêtée de contrôler
et de maîtriser les conditions
extérieures ça permettrait peut-être de
se sentir un peu mieux ça c'est un
atavisme humains maîtriser les
conditions extérieures on va faire mieux
que la nature pour avoir ce qu'on veut
on n'est pas capable points la question
est la question à sa réponse nous ne
sommes pas capables de faire mieux que
la nature globalement on peut lui filer
des coups de pouce on peut s'adapter à l
on peut faire en sorte que ce que la
nature a prévu de faire nous soit
profitable l'on ne fera pas mieux
qu'elle on n'est pas capable on n'est
pas assez intelligente pour ça et on ne
maîtrise pas toutes les informations
hier en hausse ce matin on a parlé de
biodiversité avec les bactéries le
cortège de bactéries qu'on pouvait
trouver sur c'était combien sur 2 m 2
mètres cubes de terre en 2000 trou en
fait de mille trous on trouve six mille
variété de bactéries ou quelque chose
comme ça où 120 milles voilà comment
voulez vous qu'on soit capable de
repenser sa est d'essayer de faire
quelque chose qui puisse ne serait-ce
que se rapprocher un meilleur moyen
c'est de confier ce qu'ils savent faire
no future
la devise du punk par excellence je
retourne encore à ce que hervé disais
tout à l'heure
la notion du temps nos futurs ça veut
pas dire qu'on n'a pas d'avenir
ça veut dire que l'avenir on ne le
connaît pas il est pas encore écrit que
inscrire un jardin dans la durée
c'est pas forcément faire du durable et
que moi quand j'entends jardin durable
paysage durable etc
ça me hérisse le poil ça me rend
hystérique voilà ça c'est un jardin on
l'a juste abandonné 10 ans et tout s'est
pas fait quand y'a plus personne pour
avoir ce jardin est pour lui le faire
remplir les fonctions qu'elle a désiré
lui faire remplir le jardin il devient
autre chose
est-ce que c'est mal est ce que c'est
bien c'est pas à nous de décider mais
c'est ça un jardin durable
bah c'est une hérésie un jardin durable
c'est un jardin auquel on souhaite
conférer la même fonction ad vitam
éventuellement mais tant qu'on est là la
transgression important aussi comment on
peut passer tous ses atavismes il ya
plein de méthode
on peut s'amuser à faire des trous dans
le bitume à planter ça c'est à rotterdam
les hollandaises dans cet avantage c'est
qu'ils ont la culture du storm qui est
un espace qui est mis ni publique ni
privée qui est devant les maisons
donc c'est il ya pas mal de communes aux
pays bas comme rotterdam amsterdam ou
même d'autres où vous allez pouvoir
trouver des endroits où on allait où les
gens sont mis à reprendre possession du
l'espace public pour faire des
plantations
voilà à gauche c'est les pays bas où
c'est autorisé à droite c'est marseille
où ça l'était pas c'est voilà c'est à
dire que quand on sait qu'on va se faire
dézinguer ce qu'on fait on met un peu
moins de moyens et donc ça devient moche
mais ils ont assisté marseillais ils ont
insisté ils ont continué à faire des
trucs là on leur dira s est interdite
sans pêche les fauteuils roulants passé
eh ben ils ont fini par avoir un truc
qui se met en place qui a été fait dans
pas mal de grosses villes qui s'appelle
le permis de végétaliser et maintenant
ils peuvent le faire et mieux aux
transgressions les pays bas ont été dans
les premiers à le faire aussi c'est le
tout simplement l'écopâturage ont fait
du jardin écolo d'entretien écolos ça
coûte pas grand chose ça peut coûter
mais ça coûte pas grand chose et on
multiplie intérêts on parlait de
l'agriculture et du besoin de ramener de
la matière organique
je veux dire les arbres sont contents
quand les moutons et bien je vais faire
leurs besoins au tour
bon voilà plein de petites modalités
transgression à gauche c'est un
aménagement que je viens de terminer
chez des clients
je peux vous assurer que si un de mes
profs de l'école voyez ça je me prendrai
une double série de coups de pieds au
cul et je dirais mais tu peux tu peux
pas dignement donné ça tes clients le
barça devrait ça en battant cas des cons
pour acheter un nom mais je suis très
fier de mon truc et ça une fois qu'on
explique aux gens pourquoi c'est dans
cet état là ils comprennent et
comprennent mais s'inquiète c'est ça
c'est un bouzin ça s'appelle un besoin
énorme amoureux et le fait est que quand
ils leur découvre quelques mois plus
tard ils comprennent ils comprennent ils
comprennent qu'à un terrain lice nickel
complètement dames et ben la flotte elle
va glisser dessus elle va pas rose et
donc ils seront obligés d'arroser ils
comprennent que si je veut stimuler la
biodiversité locale qui était endémique
en l'occurence j'avais repéré qui
avaient des acquis des mille feuilles
des marguerites
on en trouve très souvent dans les
prairies tous ces plantes là et ben je
n'avais pas trop intérêt à tout
en l'air j'ai plutôt intérêt à laisser
des mottes de terre et que entre ces
modes de terre la flotte elle tomberait
s'accumuleraient exceptant me pousserait
mieux et qu'elle serait moins meurtri
que les écraserait pas avec une
pelleteuse que je tirerai pas avec un
râteau que les arbres tout autour
survivront bien mieux dans ces
conditions là que si je lis tout
c'est moche dans l'inconscient collectif
mais pourtant c'est ce qui est plus
efficace aujourd'hui si on veut arrêter
d'arroser si on veut arrêter
d'entretenir si on m'a arrêté plein de
choses de la même manière
c'était chez les mêmes clients
d'ailleurs quand ils m'ont dit faudra
détruire le tennis on sait pas quoi en
faire
je leur dis bah non pas le détruire a
planté 2 dans visual concept et on dit
bon on te fais confiance si j'ai des
clients super sympa et donc voilà j'ai
percé dans le tennis à la pioche pour
planter des plantes qui sont des plantes
de pionnière l'effet tuque bleue par
exemple qui vont pouvoir s'implanter
sans jamais être arrosé des très jeunes
boulot même principe que ton olivier le
boulot c'est un arbre pionniers j'aurais
pu m'amuser à semer des graines mais on
fallait au moins qu'ils aient
l'impression que j'ai fait quelque chose
j'ai planté des très jeunes boulot
qu'ils ont un petit peu arrosé la
première n'est parce que quand même ils
ont eu peur mais résidence secondaire il
arrosait candidats avaient le temps on
verra plus tard ce que ça a donné
je voulais voler sans mémoire faut se
rappeler qu'il ya beaucoup de végétaux
alors je disais que ça pousse pas
partout les plantes mais ça peut pousser
dans des conditions qu'on n'imagine même
pas il sait à peu près partout
la voilà ça c'est ce qu'on fait pour
empêcher les manouches de venir prendre
les friches industrielles
parce que quand même une jolie friches
industrielles faut la garder telle
qu'elle ne faudrait pas non plus que ça
serve à quelque chose
et donc là dessus voyez les tomates ça
va bien vous imaginez bien que la
personne qui est venue arroser ici on
est perdu au milieu de nulle part la
première habitation doit être à deux ou
trois kilomètres
c'est bien de mettre des commerces là où
il ya pas de gens et bah voila quoi et
on a des fruits j'ai fait une photo la
semaine dernière en plein paris au pied
de l'église saint-eustache qui est je
sais pas si on a créé ce pari mais vous
avez le forum des halles qui est énorme
centre commercial en plein coeur de
paris dans le 1er arrondissement et à
côté une belle église du 12e siècle et
au pied de l'église flamand au pied pied
de l'église coincé derrière les pavés
qui sont scellées au béton et un petit
thomas qui est en train de pousser quéau
comme ça
au milieu des clochards et des touristes
ça peut quand ça veut vraiment ça peut
voilà les contraintes on s'en moque donc
une dalle en ciment pompe est en dessous
le ciment il ya du sable sous les pavés
la plage et on peut planter des choses
du moment que s'adapter
ça c'est une intervention qu'on avait
fait en belgique ça pouvait décourageant
parce que dans les atavismes récurrent
des collectivités il ya le fait que ça
fasse propre que ce soit facile à
entretenir
donc on a des pieds d'arbres donc je
passais vous voyez un peu le concept de
ce qu'est un arbre un arbre
c'est un être vivant qui a besoin d'eau
pour vivre dans un sol donc on s'est dit
tiens on va courir le sol et et puis ça
va être bien est ce que au moins on
pourra passer le jet d'eau pour nettoyer
les crottes de chiens donc je suis
intervenu dans cette ville on a pété se
permet aux quais à une espèce de résine
qui ressemble à du béton de chanvre qui
est supposé de poreuse mais qui laisse
surtout passer l'air un petit peu et on
va faire des plantations
parce que là haut niveau du collet pour
les hamsters un désastre absolu au lieu
de dissuader les gens doivent faire
preuve d'incivilité
on leur dit faites vos investi wilhite
et on viendra là pour nettoyer
maintenant que c'est facile ce serait
vachement pratique
moralité les mecs viennent se garaient
jusqu'au bord de l'arbre il se cogne
avec les voitures enfin une catastrophe
donc en nappes et s à la barre à mine et
avec un collectif de belges très motivés
c'est à charleroi en belgique on a
planté tous les pieds d'arbres enfin une
partie des pieds d'arbres denis rue on
va essayer de refaire une session à
l'automne si le confinement du repas je
pense et on a fait ça et voilà ce qu'on
a trouvé en dessous ça c'est une grille
antivol parce que pour ceux qui ne
savent pas les arbres ce vol en ville
donc non seulement plantes des gros
arbres qui sont dans la reprise est plus
difficile mais en plus il attire les
voleurs
parce que ça coûte du blé donc on plante
des grilles anti vol qui coûtent une
fortune aussi
qui peuvent gêner le développement
interne de l'armée qui complique toutes
les plantations qu'on pourrait faire aux
pieds enfin cessé mais par contre ça
coûtait très cher à collectivités et à
quelqu un qui est content quelque part
donc avec de la plante de récup des
plantes fournis par la ville on a planté
tous ses pieds ça a permis
ça a été l'occasion et c'est là que la
biodiversité rentrent aussi sous tous
ses aspects sacré de la biodiversité
humaine aussi on a agi dans l'espace
collectif dans l'espace public avec la
collectivité avec un collectif de
d'écolo de rêveurs de tout ce qu'on veut
on a pris à partie les gens qui
passaient là il y en a qu'on fait
planter leurs gamins etc et d'un seul
coup les les usagers se sont
réappropriés ce lieu qui ne leur
appartenaient plus on en avait fait un
machin artificielle qu'on avait on avait
dit mon mais des arbres parce qu'il faut
mettre des arbres on rend sa facile à
entretenir parce que toute façon ici
personne prend soin de rien et c'est
merveilleux
et là on a fait prendre soin de leur
habitat à des personnes et alors que les
passants nous disait très
majoritairement ça durera pas vous êtes
à charleroi personne ne respecte rien et
ben moi j'ai des photos qu'on me renvoie
régulièrement par facebook notamment aux
montres l'aménagement qui a évolué et
qui plus est qui va super bien
donc voilà faut pas cesser dé monter ça
c'est à la fin de l'hiver ça donnait ça
je vous assure que les arbres mais aussi
et pour vous dire comme parfois il faut
transgresser les choses mais il faut
transgresser soi même ses préjugés dans
cet endroit hyper urbain
c'est une ville compliqué charleroi 20
taux de chômage d'alcoolisme de drogue
délirant mais une ville en transition ça
la seule protection qu'on a mis ses
quatre piquets un bout de ficelle
voilà et ça marche ça marche c'est
choisie quand on vous dit il faut mettre
des dispositifs pas possible pour
protéger dans l'espace urbain on a mis
quatre piquets une ficelle il ya un
massif qui a été bousillée c'est parce
qu'il n'avait plus ses quatre piquets et
sa ficelle
c'est quand même délirant voit la bombe
avons encore une fois des plaintes n'ont
pas besoin de grand chose pour vivre
voyez-les en quoi ces plantes et la
clématite armandie une cour un peu de
terre on ad'autres façon aussi de faire
de la biodiversité c'est de coloniser
l'espace périurbain où l'espace
collectif mais pas trop les endroits où
on sait pas trop si on est chez nous pas
et par exemple aller greffer les arbres
qui poussent dans les alentours ça
marche très bien et puis et puis aussi
en terme d'entretien si on le fait chez
soi on a beaucoup plus d'intérêt à
greffer un rejeton de merisier qui avoue
c'est tout seul que d'armer un arbre un
cerisier déjà greffé ce sera beaucoup
plus difficile sera il y aura pas tout
le stress la transplantation
on peut parler écologie globale en
disant ben y'a pas tout le bilan carbone
de la production de l'arbre pour venir
jusque là l'inconvénient c'est qu'il ya
un pépiniériste qui a moins gagné de
pognon je suis pépiniéristes m'embête
quoi mais c'est peut-être parce qu'il
faut penser différemment
peut-être aussi les pépiniéristes ont re
devenir des graffeurs et peut-être des
greffeurs à domicile ça peut aussi être
une idée je me fais souvent enguirlander
par des par des professionnels de la
profession
ce soit pépiniéristes ou paysagistes
surtout paysagiste quand je parle du
l'absence d'entretien ou de limiter
l'entretien mise mais de quoi on va
vivre comment on va gagner ma vie moi
j'ai une équipe de six mecs qui font que
tondre et tailler des haies
qu'est ce que je leur dis si j'arrête de
tondre et de tailler les haies faut
c'est un vrai problème quand même mal ma
réponse elle est toujours la même je
leur dis vous allez redevenir des
jardiniers
ça leur fait pas toujours plaisir mais
c'est la réalité
vous allez redevenir des jardiniers des
paysagistes plutôt que des pousseurs de
tondeuses et des tailleurs de m il
faudra toujours des gens pourtant et
tailler les haies et tondre des pelouses
parce qu'il ya toujours des buttes
pelouse mais à budget égal proposer à
vos clients de faire quelque chose qui
est votre métier
tailler des arbres effectivement c'est
un métier
moi je le fais plus près enfin je fais
quasiment plus je fait très rarement et
j'ai détails plutôt à la sauvage à
grands coups de machette mais le dans le
principe on a un métier qu'on est censé
transmettre et à partir du moment où
l'ordre métier caduc par le
l'aseptisation de sa forme par la
reproduction à l'envi de deux modèles
existants et juste la reproduction qu'on
va faire comme intel a fait ou je vais
faire le nouveau truc qui déchire tout
et mais on va quand même refaire une
pelouse des essais machin sert à rien à
réinventer le métier c'est quand même
une des bases voilà se dire quoi on n'a
pas besoin de grand chose hein je sais
plus qui parlait de ben si c'est alain
qui parlait de des graines de pêcher de
vigne voilà ça c'est un arbre qui ait
jamais arrosée dans mon terrain il est
juste arrivé là et pousse très bien je
vais faire ultra rapide sur ce sujet
parce que sinon on peut y est passé des
heures et que je cause beaucoup et pyatt
c'est la ville de 20000 habitants la
ville nouvelle de 20000 habitants qu'on
trouve dans la zone d'exclusion de
tchernobyl
là où il ya la centrale nucléaire qui
nous a laissé un petit souvenir en 86
ans 86 des pyatt s'est vidée de ses
habitants
j'ai voulu aller voir sur place comment
la nature reprenait ses droits dans un
espace qui était purement anthropique
est ce assez pour répondre à la question
de l'entretien
à quel moment on s'arrête et à quel
moment on commence donc je suis allé
voir ce que ça donnait quand on
s'arrêtait complètement
et bah ça m'a plu
la ja l'immeuble derrière regardez mieux
voilà quand vous avez une forêt de
bouleaux de 30 ans qui cache un immeuble
d'un seul coup l'immeuble devient moins
pesant dans le paysage c'est très
agréable et gérer pour être plus précis
ce site et cette ville nouvelle de pelé
pyatt ressemble exactement dans sa
conception à la cité hlm que je vous ai
montré en photo au début dans laquelle
j'ai grandi et je suis allé j'ai vu
exactement ce dont je rêvais quand
j'étais môme
bon il ya des petites conséquences
autres qui sont qui sont pas le sujet
ici on va parler des gens qui sont morts
pas parler des radiations on parle d'une
ville qui a abandonné la façon de la
nature reprend ses droits
c'est uniquement le sujet bon très
chouette mais par contre les gens qui
sont derrière voit plus beaucoup la
lumière du jour
six habitaient en bas qu'elle est à quel
moment on commence à quel moment fut ni
à quel moment ces arbres commencent à
poser des vrais problèmes sur les
maçonneries sur les réseaux surtout ça
on peut dire ce que j'ai observé sur
place et quand ça poussait à moins d'un
mètre vingt de du bâtiment ça commence à
bousiller le bâtiment les arbres c'est
ça donc on entretient un mètre vingt
autour des bâtiments sans arbres et si
on est déjà tranquilles on peut limiter
l'extrême c'est ça ça c'est un jardin
tout à fait classique vue du fiel
un jardin cité hlm si on laisse vivre
pendant trente ans on a une forêt l'aï
si vous avez les pires a quant à lui
sont devenus des buissons sub spontanée
qui sera sème partout autour
la pelouse n'est pas tondu mais il faut
savoir que la zone d'exclusion c'est du
sable on est sur une zone humide donc
c'est assez proche de ce qui pourrait se
passer ici en fait où on à la nappe qui
à 70 cm 1 mètre de profondeur mais au
dessus c'est que du sable donc hyper
desséchant c'est pour ça que la pelouse
est comme ça le lacet l'ancien
l'ancienne rue qui passait là il reste
ça de bitume de nos fins de goudron
visible et vous
v les peupliers qui sont rhdp peur qu'en
formant dire qu'ils se sont reproduits
allègrement ainsi que quelques pins
noirs pas noir dans papa noir pin
sylvestre qui se ressèment à droite à
gauche ça en quoi est-ce que c'est moins
bien qu'un jardin de cité hlm comme on
les connaît
franchement pour réaliser ça on a juste
besoin de poser la tondeuse le coup il
est 2 0 et d'un seul coup en un endroit
qui est immersif où des mômes peuvent
passer des journées à jouer où vous
n'avez pas besoin d'entretenir ou n'ya
pas d'arrosage affaires et où vous avez
plein d'espèces animales et même végétal
qui peuvent se réimplanter c'est une
grosse réponses aux élus
quand ils me disent on peut pas faire
mieux à cet endroit là chez l'entretien
les mecs ça va devenir génial bon pas
partout effectivement là où il ya du
bitume et du béton partout si on a
certains arbres forcément si on
n'entretient pas c'est toute la
structure collectif qui va être allumé
c'est tout l'espace public qui va être
bousillé si on laisse pousser des
roselières sur les toitures en général
ça finit par poser problème quand vous
commencez à voir votre premier boulot
sur un toit vous savez que le bâtiment
on a pour 2 3 les dix ans à vivre
donc oui il faut peut-être intervenir
on peut pas laisser tout faire sinon
sinon cet espace ne remplit plus ses
fonctions et ont redit on reparle encore
de cette définition du jardin si on veut
transformer ça en réserve naturelle qui
ressemble au machu picchu c'est nickel
ça va le faire il faut plus longtemps ça
aussi un impact écologique de laisser
faire y compris dans les zones sauvages
et naturel là bas j'ai découvert quelque
chose à quoi je m'attendais pas c'est
l'aspect négatif dû lâcher prise de des
entreprises sur le milieu naturel
là c'est un étang la plante que vous
voyez là ces strates yacht est
-dès le cactus d'eau classés annexé un
plan de protéger à l'échelle européenne
liste rouge tout ce qu'on veut
quand l'humain n'est pas là pour
l'enlever ça fait ça donc là on a un
étang qui est mort au niveau de ces
poissons et a pu un poisson la
biodiversité est extrêmement limitée et
vous êtes sur une zone avec une très
très forte biomasse qui est limitée à
trois espèces trois ou quatre espèces on
a le roseau on a le nénuphar jaune et en
astra tioté -dès pourquoi tout
simplement parce que les hommes ont
cessé d'exploiter les canaux qui avait
autour si on arrête d'entretenir faut
savoir un petit peu à quoi s'attendre la
nature n'est pas que notre ami la nature
n'est pas que l'ami d'une biodiversité
très vaste sas a rejoint un petit peu le
discours qui avait hier sur les trognes
où on disait que les trucks dans
certains cas la culture de 3 pouvait
être meilleur pour la biodiversité que
rien du tout c'est très gênant de le
dire c'est très inconfortable de le
penser mais c'est une réalité
j'ai très bien c'est un milieu à part
mais par contre il y a eu à l'époque des
entreprises mme peut-être une
biodiversité plus grande
voilà encore deux trois exemples de la
façon dont ça pousse bombe à la vigne
vierge sur un immeuble
on peut partir que ça du fait que ça va
au moins jusqu'au cinquième étage en 30
ans par contre la balsamine invasive se
plaît très très bien dans des milieux
qui ont été abandonnées les plantes
ornementales savate intéressés
effectivement on voyait que les plantes
ornementales n'ont pas forcément dans un
entretien à partir du moment où il ya
des interactions entre espèces qui vont
être favorable la couverture du sol va
limiter la perte d'eau va garder la
fraîcheur va accueillir des espèces ou
complémentaires etc
le physalis vraiment plantes d'ornement
classique le floch ce sont là je peux
vous assurer que depuis 30 ans personne
n'est venu les entretenir pareil la
taille est ce qu'il faut mieux taillé ou
pas taillée je suis d'accord avec toi
que quand on sait pas taillé faut pas
taillé et même des voix quand on s'est
taillé on peut s'en priver
le pommier qui est la personne est venu
tailler il est couvert de fruits il va
super bien encore d'autres exemples
concrets de méthodes à la punk ça c'est
une toiture végétalisée chez moi alors
doit durer et alizée je vous explique le
concept
j'ai fait une marotte c'est à dire mis
des poteaux edf au dessus de butt
des plaques de polyuréthane expansé
parce que moins d'un filet une bâche et
j'ai jeté de la terre et des modes de
plantes ça fait ça quand vous voyez des
gens qui vous vendent des concepts de
toitures végétalisées en vous disant on
ne peut pas faire autrement que mettre
des plaques alvéolé avec telle espèce en
ça marche bien
vous savez en scandinavie sont pas
cassés des pieds à je maîtrise eu fort à
mettre des plaques alvéolé pour faire
leurs premières toiture végétalisée pas
besoin de grand chose aussi reconsidérer
les espèces ornementales et pas le stade
est une plante ornementale typique
le géranium rba robert est une plante
ornementale si je le souhaite
j'ai décidé que ce serait une plante
ornementale c'est très beau ça me plaît
ça plein d'intérêt et puis oui je sais
au moins que j'aurais pas besoin de
l'entretenir que j'ai pas besoin de
prendre soin de lui parce qu'il prendra
la place encore une autre qui est dans
le même genre est ce qu'on fait mieux
que l'existant est ce qu'on fait et ce
qu'on sait faire mieux est ce qu'il faut
faire quelque chose ou pas
quand on a un endroit qui vient un
terrain vague quand on abandonne une
zone quand on met du pavot et y est
comme ça on n'est pas embêtés avec
l'entretien mais c'est une annuel et
comme tout les annuelles elles finissent
par céder la place à d'autres annuel
puis des vivaces pourquoi ne pas s'en
inspirer
pourquoi est-ce que je ne mettrai pas
par exemple des hémérocalles qui ont
besoin de pas mal d'eau dans un sol sec
à l'abri des pavots et en fait ça marche
super bien parce que l'année d'après les
pavots disparaissent peu à peu
mais les américains l'ont ils tentent
s'implanter à leur fraîcheur et trouver
la zone qui serait suffisamment fraîche
pour qu'ils puissent tous et est donc on
a gagné du temps en aidant un tout petit
peu la nature
voilà quelle est la somme de travail que
je suis prêt m'infliger c'est peut-être
la question aussi à se poser en termes
d'entretien comme on entretient les
jardins s'est pas seulement les machines
les moyens physiques techniques c'est
qu'est ce que je suis prêt mais inflige
et à titre personnel j'ai plein d'autres
choses vachement plus intéressante à
faire qu entretenir mon jardin ça c'est
un truc qui me gonfle c'est bien les
entretenir le jardin
donc j'ai fait en sorte que mes jardins
à mois correspondent à ce besoin de ne
pas l'entretenir planté là bonnes choses
au bon endroit
être capable de s'accommoder de deux
uniquement dalle et ont dû plutôt que
d'aller désherber parce que quand on a
une petite allée de gravillons et qu'il
faut s'amuser à la gratte et toutes les
semaines c'est un petit peu usant alors
que la même allée si on se contente de
la tondre éventuellement après avoir mis
les gravillons dessus pour la rendre
plus praticable elle peut être amplement
suffisante à quel moment on a vraiment
besoin de tout ce qu'on fait c'est
vraiment un principe du punk 1 quand
vous vivez dans un squat que vous n'avez
pas de revenus et que faut faire avec
l'entraidé les moyens du bord et un
moment où on s'accommode de ce qu'on a
non on va le faire un peu plus souvent
juste à droite pour vous montrer les
conditions avec les végétaux peuvent
pousser ici c'est un carillon terrisse
une plante ornementale assez courante
que vous devez souvent à voir dans les
jardins du point là c'est le seul où il
a poussé
c'est ce que j'ai enlevé juste pour le
planter et ça consistait à ça mon
travail c'était la somme de travail que
j'étais prêt m'infliger j'enlève ça sera
déjà énorme
et depuis vie voilà pourquoi
j'entretiens les ai alors c'est pas très
conventionnel ça c'est un couteau à
isolant
on utilise notamment pour couper la
langue de bois la laine de la ouate de
cellulose et ben quand on est fainéant
et qu'on a pas passer du temps à tailler
les haies
c'est vachement pratique la mae 75 m de
haies d'osier parce que losier c'est pas
cher parce que ça pousse vite parce que
ça va pouvoir voir pleins d'autres
usages les 75 mètres je les fais en 75
minutes
grosso modo et avec un mouvement naturel
mais personne ça n'arrange pas les
maîtres qui vendent de l'essence ça
n'arrange pas les mecs qui vendent du
matériel de protection ça n'arrange pas
les maîtres qui vendent des détails v
thermique et des casques moralité j'ai
un truc qui se taillent facilement qui
me fatigue pas énormément qui fait pas
de bruit qui pollue pas et ça donne le
résultat à droite mais elle n'est pas au
carré elle n'est pas super nickel il ya
des plaies qui sont un peu fortes qui
sont pas forcément bonnes pôle végétal
je veux voir des nécroses de temps en
temps mais d'un autre côté l'ensemble
des avantages dont bénéficient à faire
autrement est considérable voilà bon de
trois exemples classiques en quoi ceci
est plus moche qu'un jardin entretenu
dites moi je prends ça paraît assez
amusant c'est le jardin un copain qui
est qu'il ya une maladie au long cours
maladie très lourde et pousser une
tondeuse c'était trop pour lui est il
donc il a commencé à trier ce qu'il
avait il a remarqué qu'il avait des
idées primevères qui est poussé dans le
jardin typique des vieux jardin qui
avait été possédé par une vieille dame
un jour il s'est dit ben je vais juste
désherber ce qui pousse entre les
primevères et petit à petit en fait sans
gazon s'est transformé en un un mélange
de primevères de myosotis et de
pâquerettes qui ont remplacé les
graminées et donc n'a pu entretien est
tranquille et ça a pris des années met
petit à petit en faisant sur son passage
il a réussi à faire son truc
la taille des arbres par il a fait
quasiment pas quand il ya une branche
qui le gêne vraiment qui menace de
casser la coupe et le jardin qui est
absolument adorable c'est le même à
gauche la toque à retiens je sais pas si
ça vous concerne ici je connais pas les
profils pédologiques mais il ya plein de
gens qui aiment les hortensias mais qui
savent pas que tous les hydrangées à
annabelle qui sont des hybrides de
diderot j'ai arborescence pouces
parfaitement dans le calcaire demande
très très peu d'eau et il ya plein de
gens qui ce mobile qui se mettre martel
en tête en disant je veux des hortensias
qui vont mettre des hortensias forcément
un endroit où ils poussent pas donc ils
vont ramener la terre de bruyère aucun
sens et que leurs anciens soit dit en
passant
ils vont arroser comme des malades ils
vont entretenir ils vont tailler parce
qu'ils vont avoir peur que ça gèle etc
vous mettez hydrangées annabelle où tous
les autres hybrides déranger
arborescence c'est zéro entretien il
peut geler complètement il va fleurir
dans l'année même et il peut pousser
dans le calcaire pur la connaissance
importante là effectivement pas beaucoup
de compétences mais au moins qu'à la
conception est quelqu'un qui réfléchit à
ce genre de question et je vous passe
plein d'exemples et puis après on
s'arrête au jardin punk à gauche chez
moi sur le trottoir voilà c'est un
trottoir on peut planter deux dents à
droite c'est une technique qui se
rapproche un peu de ce que tu disais
c'est à dire que c'est un gros
aménagements sur une usine où j'ai fait
des aménagements biodiversité
alors là ça vient ce que vous voyez ça
va complètement à l'opposition de ce que
ce qui a été dit tout à l'heure avec ses
prairies toutes fleurs enfin ces
prairies fleuries qui sont qui sont
vendus pour pour attirer le chaland en
disant vous faites de biodiversité
je suis totalement d'accord avec vous
c'est en général la grosse zoubia c'est
une demie arnaque c'est à dire que oui
ça fait des fleurs mais effectivement en
termes de diversité le seul intérêt
c'est que c'est une zone qu'on ne tombe
plus et que et que par conséquent ça va
- séché que et que ça va faire moins de
2
comment dire des carburants et c'est là
ici j'ai fait différemment j'ai planté
toute une série de vivaces mais j'ai pas
planter à 10 ou 15 par mètre carré pour
pourra voir l'intérêt écologique de le
faire l intérêt qu systémique consistant
à couvrir pas avoir à désherber tu sais
mais j'ai semé cette cochonnerie de
prairies fleuries dont dispose l usine
avec laquelle je travaillais pour
remplir le même rôle avec des annuelles
et donc à tous et annuels qui ont comblé
tous les vides entre les vivas pendant
toute une saison
la première la plus difficile avant un
été qui était extrêmement sec et l année
dernière où il ne pouvait quasiment pas
arroser et c est cette année toutes les
vivas vous très bien les trois quarts
des annuelles ont disparu et chaque
plante a commencé à prendre sa place
c'est une technique écologique qui coûte
vraiment que dalle on a divisé le prix
du nombre de vivaces par deux ou trois
facile par rapport à soi dire ce que tu
as moi moi quand je plante à trois ou
cinq vivent à son mètre carré c'est
vraiment énorme
mais par contre on a réussi à avoir les
mêmes fonctions et dans les espaces qui
sont encore vides les annuelle continue
de semer et petit à petit les vivas
prennent le dessus
voilà on va voir si l'idée préconçue
rhododendrons planter chez moi dans
l'argile pur-sang terre de bruyère sans
entretien
cd marcotte c'est à dire des branches
qui avait pris racine j'ai coupé g20
trop labège d'ouvrir lab jil
j'ai poussé du pied et c'était fini ils
ont jamais vu une goutte d'eau jamais vu
une once de terre de boyard ça pousse à
péage sur 7 voilà ce que ça donne après
celui de droite c'est un rhododendron
qui a pris à un bulldozer de 8 tonnes
sur la tête il a mis trois ans firme
repousse les rosiers les roses et sa
demande pas d'entretien surtout si on
n'entretient pas si c'est une base
quand on commence à détailler tout le
temps on fait des playes diane fragile
quand on désherbe tout autour et ben ils
ont soif ou éventuellement leur base
peut s'abîmer
ils peuvent prendre des écheveaux dur
dans certaines régions les tous les
auxiliaires des qui vont permettre de
lutter contre les pucerons vont être
absent et donc si vous voulez c'est un
beau bordel au pied de rosiers et au
tour vous allez avoir tous les
auxiliaires éventuellement une petit un
petit passage de pucerons pendant un
moment et puis c'est fini voilà je
n'utilise quasiment jamais le sécateur
il faut pour que j'utilise au sécateur
poids sur un rosier faut faut juste que
ce soit le porte-greffe qui redémarre
voilà c'est toi on retourne sur le
tennis voyez dans quoi j'ai planté quoi
s'est réalisée sans trucage ya pas eu de
terreau il n'y a pas eu de d'amendement
est en fait la bonne blague c'est qu'ils
n'avaient pas eu un tennis m 2 il y
avait un tennis qui avaient été
fabriqués au dessus d'un autre
donc je veux juste que je creuse un peu
plus profondément pour arriver jusqu'aux
fondations du premier et ça donnait ça
au bout de deux ans donc
esthétiquement vous avez droite pas aimé
c'est pas mon problème mais c'est pour
vous prouver que ça fonctionne et en
plus avec ces plantes qui sont là donc
qui commence à faire un jardin vous avez
le nos stocks le nos stocks et cette
espèce de blocs qui s'installait en
surface qui fait une base à ce que les
premières mousse s'installe les lichens
et c est vous avez des précurseurs en
fait au sol à l'humus qui apparaissent
autour de ça et ça contribue à tout ça
d'autant plus que les foetus peuvent sûr
maintenant se ressemer le chat qui une
autre technique de conception qui
coûtent pas cher il faut que j'arrête de
parler reste peu de temps et vous allez
bien l'aménagement du bouvier
une fois mis en place la wii mais
j'arrive on garde un peu de temps pour
des questions l'aménagement bozier tient
un bout à droite là et avec tacle gauche
non je croyais on va passer rien à des
photos en plus à droite voilà
l'aménagement bousiller de tout à
l'heure ça donnait ça au printemps
donc on voit plus que le sol n'est pas
régulier on voit juste une grosse
végétation y avoir autre chose encore
mais rien à des exemples que c'est cool
ça faut pas faire n'importe quoi c'est
ou non mais c'était ce à l'image du truc
bousillé on va remonter dessus c'est ça
ça donne ça merci les biens
j'ai une pipelette mais n'a pas dit un
mot en trop c'était impeccable de très
nourrissant la vie est belle c'est vrai
hervé 1 est autonome on a un quart
d'heure pour pour dialoguer avec avec
eric et guillaume se j'ai écourté un peu
tout à l'heure les questions à guillaume
mais que vous profitiez un peu de nos
deux intervenants paysagiste et de ce
qu'ils nous ont fait vivre
posez vos questions et profitez-en bien
pendant un quart d'heure oui derrière
j'ai peur d'être légèrement sujet mais
eric m'a dit quelque chose que j'ai
trouvé lâchant intéressant et qui me
semble un peu en marge il survint à
s'approprier l'espace qui a priori leur
appartiennent pas vraiment pour
végétaliser éventuellement profiter de 6
à afrique et parle en fait être chez eux
quand ils n'ont pas de jardin de même
six ans - et moi ya dix ans est
étudiante à paris
j'agis participer de temps en temps à
des guerrilla gardening où c'était un
peu punk c'était hyper sympa on c'est
n'importe quoi en fait
hélas en écoutant si guillaume joli mais
est ce qu'on peut vraiment faire
n'importe quoi parce qu'il ya ce côté
sympa devient on en a marre du bitume on
préfère des fleurs et c'est forcément
plus beau c'est vrai vous effleure des
portes peu importe mais on préfère enfin
vous forcément toujours mais sont
vraiment personne n'importe quoi en
disant bas de façon c'est d'isère donc
c'est bien mais ce qu'il faut quand même
pas qu'on regarde un peu et un petit peu
à l'article sur qu'est ce qu'on plante
qu'est ce qu'on sait me voilà je me
disais c'est simple à la fois il ya ce
côté mouvement frosi ont fait pas une
connerie et en même temps peut-être que
si on avait su impact de la petite
graine qu'on a malencontreusement
je sais pas je pense que les deux sont
bien et que c'est une question de
contexte et d'urgence est-ce qu'il est
plus urgent de faire attention où est-ce
qu'ils aient plusieurs gens de
végétaliser et est-ce qu'il est plus
urgent de donner envie à des gens de
faire pareil de végétaliser ou est-ce
qu'il est plus urgent de faire ça avec
énormément de précautions de prendre le
temps de réfléchir et de voir comment le
faire dans quel contexte
c'est très ambigu moi même je pense que
ma mère ma réponse est assez clair on a
plutôt urgence à faire et après on
réfléchira et on triera évidemment et
des choses à ne pas faire
on va pas s'amuser à multiplier dans
leur renault est du japon où parsemé
début de l'eia par tout ça à vue d'oeil
à l'arbre papillon quoique si on prend
en considération
qu'est-ce que qu'est ce que viennent
faire ces plantes puisque par hasard ces
plaintes viennent peut-être dépolluer
les sols que l'on à polluer pour avoir
observé des des sites très très très je
vais utiliser le terme même parce que
j'en trouve pas d'autre dans l'immédiat
et qu'on n'a pas le temps
contaminés par ces végétaux ça peut être
vraiment problématique quand vous avez
de la renault du japon qui a occupé
toute une zone humide
elle a remplacé tout un cortège espèces
et tout le cortège des espèces inféodées
à ces espèces c'est un peu compliqué
dans 150 ans n'en parlera même plus ce
sera réglé mais là on a 150 ans ou déjà
en manque d'un ces milieux humides
ça pose problème le buddleia c'est super
chouette c'est intéressant ça attire
plein de papillons on en a sur les
terrils partout les terrils fait les
grosses montagnes de restes de deux
mines notamment dans le nord il attire
plein de papillons seul problème c'est
quand les papillons vienne dessus après
leurs larves meurent de faim parce
qu'elles peuvent pas manger le but de
lire donc on a vraiment posé un gros
gros problème
certes ils ont peut-être contribué à
dépolluer les sols mais ils ont aggravé
l'érosion de la biodiversité locale ce
qui est un paradoxe alors qu'ils sont
venus donc oui effectivement la question
existe il faut se poser des questions
mais faut pas trop s'encombrer avec la
question non plus ceux ci n'ont fait
plus rien
quand on est comme quoi l on me dit que
vaut mieux se former un minimum avant de
se lancer et maintenant cette baisse est
tout à fait vrai oui il faut un minimum
se former mais à la limite en dehors de
la problématique de propager des plantes
très invasive et problématiques comme ce
que viens de citer eric on craint pas
grand chose en fait même en faisant en
balançant des noyaux de pêche le long
d'une voie ferrée quand on passe ou de
long des chemins ou en laissant des
vieux sachets de graines qu'on peut
avoir y compris de plantes potagères et
qu'on balance comme ça dans des endroits
un peu délaissé il y en a beaucoup c'est
qu'est-ce qu'on qu'est ce qu'on risque
pas grand chose finalement
c'est là il faut il faut oser en fait et
l'urgence est ce que c'est ce que à dire
x est végétalisée il faut du végétal
partout le la problématique ce serait
justement de revenir ou 2 août ou deux
pas de revenir en arrière mais de
continuer à vouloir tout maîtriser à
tout prix et de faire de faire du
contrôle sur la végétation spontanée qui
se développe et qui apporte plein de
plein d'intérêt le le réchauffement
climatique en ville c'est quand même
très problématique
moi j'habite en ville je vois bien la
façade côté rue et la façade côté jardin
je vois bien la différence de
température on débroussaille de moins en
moins où on tourne moins en moins
justement les trottoirs mois devant chez
moi il ya plein de je laisse pousser
plein de choses y compris des plantes
des plantes qui a priori ont rien à
faire là la tomate des choses comme ça
on craint pas grand chose si ce n'est de
se faire rappeler à l'ordre un moment
donné parce qu'il faudrait pas que ces
plantes la reste là par la collectivité
pour l'instant c'est pas le cas mais
peut-être qu'après la vidéo on va me
dire de le faire mais non je pense qu'il
faut faire il faut il faut il faut
tenter des choses après il faut aussi
attention je maîtrise peut-être pas tout
à fait les tenants et les aboutissants
de tout ça mais la dynamique des
écosystèmes naturels faut faire
attention aux écosystèmes naturels à ce
que l'on peut propager dans les
écosystèmes
ouais c'est dans dans un milieu plutôt
anthropisés en zone urbaine en zone semi
rurale etc
on peut se permettre des choses dans un
proximité des milieux humides notamment
et des rivières ça faut se poser la
question de savoir ce qu'on installe
installée parce qu'on veut installer à
dire c'est du bambou en bord de rivière
parce que ça peut poser un certain
nombre de questions donc faut bien
connaître un peu mais c'est pas non je
pense que les quelques erreurs que l'on
peut faire on pas forcément beaucoup de
conséquences surtout dans des milieux
déjà treize entreprises et effectivement
quand on commence à sortir de la ville
c'est plus la même histoire et il ya
d'autres actions en fait c'est ya un
côté très militant entrait manifestation
à faire ça et aujourd'hui il faut un
petit peu ce que tout le monde montre et
que justement allé faire ses actions de
guérilla gardening s'est aussi montré
que les choses peuvent pousser si on les
laisse pousser et que c'est uniquement
une volonté de des législateurs de pas
faire il ya eu des exemples de choses
comme ça qui ont été faites pas je
parlais de marseille mais ça a été
pareil ailleurs autour de bruxelles
notamment des terrains vagues en attente
de construction d'autoroutes qui ont été
complètement annexé par des parts des
jardiniers quand on fait même des
potagers et c'est la collectivité a
laissé faire pendant des années puis au
bout d'un moment elle a dit aulas tente
on laisse plus faire ce qu'on veut et
compagnie ils ont dégagé tout le monde
mais cet endroit avait été tellement
fréquentes et au fil des années que
l'opinion publique était totalement
contre le fait qu'on y fasse autre chose
qu'un parc et c'est devenu une grande
forêt qui est un des parcs les plus
fréquentés de bruxelles voilà l'action
de départ qui était totalement militante
et hors des clous a permis
l'implantation de quelque chose de
durable et de et de commande officielle
en fait c'est assez intéressant

Partager sur :