Christian ABADIE - Maïs de 5m et Couvert Végétal

De Triple Performance
Révision datée du 29 juin 2022 à 16:00 par 127.0.0.1 (discussion) (The LinkTitles extension automatically added links to existing pages (https://github.com/bovender/LinkTitles).)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à :navigation, rechercher
Vidéo - Ver de Terre production (6 avr. 2018) - Christian Abadie - Durée : 34 minutes

Thumbnail youtube jv UePGNO9g.jpg

Entretien avec Christian ABADIE - Du Couvert Végétal et du Maïs de 5m


Aujourd'hui, Christian ABADIE nous livre tous ses secrets dans cet entretien exclusif. Il nous expliquera notamment ses itinéraires techniques, le type de couvert utilisé, ...


Annexes

Transcriptions

il y voilà donc moi je suis donc à

noyelles sur sur une ferme de 107
hectares de l'ess a eu dont l'associé à
mon frère et mon fils là devrait revenir
la prochainement pour s'installer dans
sur cette ferme
dans la ferme et en polyculture élevage
avec hbo belem et bovins lait qui va
l'activité du lait va s'arrêter très
prochainement et elle est remplacée déjà

Afficher la suite

depuis quelques temps par de

l'engraissement de beauvais n'y ensuite
les soldes ont ce sont des saules type
boulbènes c'est à dire dès l'hymne très
battant et
la particularité c'est que en dix ans 25
mais vingt dernières années de labour
j'ai perdu un point et demi de matières
organiques
voilà c'est à dire que
hamon et à mon installation gt 1 3% de
la ferme était à 3 % de matières
organiques et vers les années 2000 belle
n'était plus qu'à 20 ans et demi dont la
en 2001
dans la g j'ai connu le semis direct et
j'ai vu dans
e
des avantages pour remonter le taux de
matière organique des sols déjà stoppé
la les pertes les fuites ensuite
mais remonter le niveau de fertilité et
et à ce moment là je me suis dit j'y
voyais tellement de logique dans le
système que je me suis dit si on peut
arriver à stopper les pertes de
fertilité et
et voir en reprendre un jour on devrait
avoir une augmentation de rendement tout
en ayant la même temps d'une baisse
d'un train et puis en définitive c'est
ce qui se passe voilà au fil des années
on s'aperçoit que le taux de fertilité
des sols et s'améliore et les rendements
dont se redresse et le et puis on peut
progressivement disons certains entre il
faut être très très prudent bien sûr
mais certains entre nous on peut arriver
à les diminuer voire dans mon cas faire
des impasses puisque la maintenant dans
sa remontée de ces hommes dont 2 scv de
semis direct sous couvert la maintenance
fongicides et insecticides ne sont plus
utilisés sur la ferme depuis quelques
années et un herbicide b jeu réduit
considérablement puisque dans certains
cas j'arrive à tomber au huitième de la
dose homologuée notamment pour du maïs
est là maintenant avec le travail que
l'on fait sur la ferme
avec lucienne séguy mais on a
on a espoir puisque déjà on a déjà
quelques un peu d'expérience disons on a
espoir de de baisser encore plus les
herbicides voire de les supprimer
et alors ensuite pour la rotation mais
c'est une rotation toutes simples et
delà de la région c'est maïs blé sont
jean est
voilà dans très peu de temps la quasi
totalité de la production sera
transformé par le
par l'atelier engraissement ouais alors
et
dans les grandes lignes bon c'est une
basse et une technique de toute manière
comme vous le savez qui ne peut
fonctionner que si on a découvert et
découvert de découverte très performant
ça c'est ce que j'ai compris au fil des
années c'est que plus on a une une
production de biomasse importante dans
les couverts plus le système fonctionne
après bien sûr il s'agit pas non plus de
regarder que la production de biomasse
il faut également des espèces de
couverts adaptés
aux cultures qui vont qui vont suivre et
bien entendu à ce que l'on recherche
voilà alors bon pour être concret dans
le la maintenant dans le maïs le maïs
est implanté dont après un couvert de
dominante légumineuses danse et de la
federal fait le rôle divers
ensuite dans après le maïs là donc bien
meublé et
après le blé il y à un couvert estivale
dont deux couverts qui vont se succéder
dans mon premier qui était qui est
installée après la récolte du blé qui
est à base de essentiellement de plantes
gélives et de et de plantes dites qu'on
pourrait appeler plantes géantes puisque
bon ce sont des plantes et qui peuvent
avoisiner les 3 voir les quatre mètres
de hauteur je te maraver des tournesols
géants avec des des populations qui sont
qui sont assez imposante en biomasse et
y compris des compris des maïs voire
d'aider sorgho et cela dans le but de
produire un maximum de biomasse pendant
les trois mois d'été
ensuite à la mi octobre un deuxième
couvert est mis en place dont 100
applications de glyphosate puisqu'à ce
moment là le premier est roulé
il a roulé et puis comme c'est des
plantes gélives dont même s'il y en a
quelques-unes qui passe à travers de
deux manières la première gelée bon mais
bon déjà rien qu'avec le roulage ces
plantes l'a vu leur développement
elles ne pourront pas repartir dans la
vienne au 15 octobre le semis d'un
deuxième couvert alors si c'est pour
faire du soja
là ça sera plutôt ouvert à base de
graminées mais graminées
à pouvoir les lots pratique c'est à dire
mais voilà le le summum c'est c'est le
seigle après vient la voie n'est après
vient le triticale dans l'ordre des
plantes alé lô pratique alors bien sûr
après en fonction dès la disponibilité
des semences que l'on a sur la ferme
voilà on fait avec si c'est donc pour
pour repartir en maïs bon là ça sera
plutôt avec une dominante légumineuses
dans le rôle est ensuite mais au
printemps suivant les cultures maïs ou
soja sont soumis
dans ses couverts en roulant le jour du
ce me voilà le l'expérience montre que
le top du top c'est le rouleau faca
devant le tracteur le se voir derrière
pour semer dans le sens du couchage du
couvert voilà et après bon avec des
techniques comme ça justement le but
c'est de réduire considérablement la
chimie de réduire voire dans certains
cas on sait maintenant que l'on avec le
le peu d'expérience qu'on appuie ce que
c'est des techniques la de semis dans
découverts vivants qui ne sont pas très
très vieille mais on sait que en
peaufinant le système on peut
l'expérience nous l'a montré cette année
on ne peut se passer derby ces deux dans
certains cas voilà et après ce qui est
très intéressant concernant l'eau
puisque l'ombre c'est un gros débat
aujourd'hui c'est technique la de scv
justement me permettent des économies
d'eau relativement importante puisque
elles sont un chiffre est à peu près à
30% en volume 30 % à l'hectare
d'économie comparer à des systèmes
classiques labour notamment et vu
l'augmentation de rendement que l'on a
sur la ferme depuis quelques années
qui est de l'ordre de 40% donc pour le
maïs
si on intègre les 30% d'économie d'eau à
l'hectare et l'augmentation de rendement
là aujourd'hui mais on peut tout
simplement dire que la tonne de maïs
produit nous consomme deux fois moins
d'eau qu'auparavant un système labour
alors en rendement bon là on a fait une
progression de 1,1 peu de temps de dison
là les dernières années de la bourre on
était on était à 5 quintaux de moyenne
aujourd'hui on est à 140 depuis depuis
trois ans on tient la moyenne 140 bon c
b du ha
je pense trois paramètres la
fertilisation que l'on améliore au fil
des années
l'amélioration des sols en un cv on a
les sols qui qui deviennent de plus en
plus je dirais autofertile et ensuite il
ya le semis
du maïs à 40 départements qui permet
également en choisissant les bonnes
variétés qui permet également un gain de
rendement
voilà puisque à 40 on sait que les
variétés
adapté arrive à 15 voire 20 quintaux de
d'augmentation de rendement par rapport
à ceux mis à 80 il ya plus de travail du
sol depuis fin 2002 puis de fin 2001
les parcelles ne voit que les semoirs
mais écoutez on peut en parler mais
le voir c'est encore mieux sa belle au
sol le sol se rapproche tout simplement
du sol
du sol kwami devrait être naturellement
c'est à dire dans la forêt dans une
prairie
c'est surtout dans la forêt comme quand
la limite que l'on voit cette ce
rapprochement
c'est tout simplement un sol plus grumes
eu le plus aérée
contrairement à ce que l'on pourrait
penser justement on pourrait penser que
dès qu'on arrête de travailler le sol et
sol se referme ce retard cela c'est le
contraire mais à condition d'avoir
toujours une couverture de sol surtout
dans nos sols en plus qui sont plutôt
hydromorphes et très limoneux voilà il
faut qu'il ya toujours une couverture de
sol et
et une couverture de sol et puis qui
engendre une une activité biologique qui
est à son maximum puisque c'est
l'activité biologique béquilles
du sol qui
avec le système racinaire qui est
vraiment nous remplace sur le travail du
sol et le remplace beaucoup mieux à
alors non les cas ne sont pas exporter
et
las pour le troupeau d'engraissement une
le maïs est récoltée au stade au stade
ensilage
et puis c'est à dire que
les feuilles étaient jeu sans laisser au
sol
voilà en gros en gros un maïs 140 quant
aux normes sort 25 tonnes d'ensilage
dépit à 60 de matière sèche et
au sol en restitue près de 12 tonnes de
2
de matières sirti g et feuilles voilà
donc cela permet justement de nourrir de
nourrir le sol
on profite de cette culture parce que
bon le soja lui laisse beaucoup moins de
résidus de récolte
le blé la paille ou du blé est exporté
pour les animaux pour la litière
bon après ça revienne sous forme de
fumier par contre après voilà cantona
une couverture végétale entre entre deux
cultures de printemps voire entre une
culture d'hiver en blé et une culture de
printemps où là on a une une
intercultures longue et l'ajustement on
essaye de faire un maximum de de
biomasse alors aujourd'hui avec deux
couverts d'été et d'hiver
voilà on arrive depuis quelques temps à
faire à peu près jusqu'à 15 tonnes de
matière sèche mais là maintenant avec
les plantes que justement que l'on me
met en place mais grâce un peu au
travail que nous apportent lucien séguy
et à son expérience surtout on sait
qu'on peut aller bien au delà on peut
aller on peut aller à des tonnages très
très importante avec des plantes que
l'on n'était pas habitué à ce mais
jusqu'aujourd'hui
oui oui mais c'est sûr que sur la sur la
rétention en eau des sols c'est vrai que
c'est incontestable que plus on a une
amélioration plus on a une augmentation
des matières organiques plus le sol
retient l'eau après avec des systèmes
est ce cv bel avantage c'est que les
sols sont peureux donzelot ne ruisselle
pas déjà elle rentre là le sol et ça
c'est ça c'est incontestable
là on voit on doit vraiment les
avantages de la technique qu'ils
pourront d'ailleurs être plus
précisément chiffré dans quelques années
puisque l'inra là
celui-là chez moi une parcelle en
comparaison avec une parcelle d'un
voisin un système la bourse est une
station météo et plusieurs sont d'une
équipe dont justement les parcelles et
l'a déjà on voit on voit déjà des
différences considérables concernant
concernant
les gros mais pris dans le sol est
également la température puisque on voit
que le système est ce cv réguler la
température dans le sol c'est à dire
qu'on n'a pas les l'epic d'augmentation
qu'on peut avoir un sol nu et et la nuit
et les périodes froides
le sol se refroidit - voilà la
température de mes de plusieurs degrés
la température se régule se régule
beaucoup plus sachant qu un sol nu car
la température monte troublé l'activité
racines rb diminue et voilà dans tout ça
est vraiment en faveur de ces techniques
la danse et techniques qui sont les
systèmes et ce cv oui alors bon pour le
moment c'est vrai qu'on est toujours
pour le maïs il ya toujours un petit
starter utiliser microgranulés est là
depuis quelques temps même où 25 kg
bon je pense voyant en améliorant
justement
encore plus les ses productions de
converse avec des plantes est bien
adapté je pense qu'on pourra peut-être
s'en passer dans quelques temps alors
justement
mais non la particularité ici c'est que
on n'a jamais été vraiment embêté par
l'immense bon pour preuve tous les semis
d'automne que ça soit bléou ou couverts
ne sommes pas protégés
on a on a aucune quasi aucune attaque là
à ce moment là et au printemps bon pour
mesure de précaution une petite
application de deux kilos voire deux
kilos et demi est appliquée aux semis du
maïs
par mesure de précaution bon
mais c'est vrai que
on a vraiment vraiment pas de souci de
ce côté là sans aucun problème c'est
vrai que il ya quelques années de ça
notamment quand j'ai démarré il ya un
peu plus de 15 ans c'est vrai qu'on
entendait souvent de la part de des
techniciens de fait surtout des
techniciens que
qu'il fallait accepter une baisse de
rendement les premières années
maintenant
moi je suis conscient que c'est faux
parce que c'est vrai qu'à ce moment là
on manquait d'expérience il y avait très
peu ou pratiquement pas de personnes sur
le terrain en france notamment pour
poursuivre aujourd'hui c'est
complètement différent puisqu'on
s'aperçoit que les personnes qui se
renseigne bien qui
démarre sur de bonnes bases
mais avec un sol qui est qui a été
muselé qui est prêt pour démarrer en
choisissant de bons couvert faire une
bonne biomasse
fertilisez comme ça doit être fertiliser
voilà mais on s'aperçoit que
que ça fonctionne vraiment bien et
et on voit de plus en plus et et
heureusement d'ailleurs des des
résultats de très bons résultats
les premières années au démarrage voilà
donc c'est tout à fait possible et en
plus ce que je peux dire c'est que là
aussi à une époque on entendait souvent
dire il faut passer par une période de
tcs une période transitoire
il est dit qu il était déconseillé à une
époque de passer du labour aux semis
direct ça c'est tout à fait faux parce
que moi moi c'est ce que j'ai fait j'ai
passé je suis passé directement du
labour semis direct dans lé en 2001
sans souci particulier et plus récemment
la j'ai repris la des parcelles
qui était un labour que j'ai mis de
suite dont un semis direct et il n'y a
aucun souci ça fonctionne vraiment bien
la donne de ce côté là il n'y a aucune
aucune crainte à avoir il faut juste
bien se renseigner pour démarrer pour
démarrer sur de bonnes bases après ce qu
il faut savoir aussi c'est que
contrairement à ce que certains pensent
pense chercher des recettes miracles
pour pour démarrer il faut savoir que la
recette miracle n'existe pas et c'est
comme dans tout
voilà il ya un système il ya un système
qu'il faut adapter en fonction mais du
climat de sa région de son altitude des
cultures que l'on n'y fait voilà c'est
une technique qui fonctionne quel que
soit le quel que soit le climat
quelle que soit la pluviométrie quelle
que soit l'altitude ça fonctionne
après voilà il faut juste adapter la
technique aux conditions en sol argileux
par ben alors personnellement moi je moi
je peux pas en parler concrètement
puisque moi j'ai justement une très peu
d'argile j'ai entre 10 et 11% d'argile
sûrement ferme mais bon après c'est
possible partout comme je disais tout à
l'heure des sûr à condition de respecter
certaines règles mais bon
voilà il ya des agriculteurs en france
que je connais qui ont des taux d'argile
très très élevé et
qui font du semis direct qui font même
du légume en semis direct dans ces
conditions là alors qu'avant d'un
système labour il avait vraiment du mal
donc non là c'est possible vraiment
partout voilà à condition comme je
disais de deux de s'adapter de s'adapter
aux conditions
non non ça c'est complètement ridicule
ça c'est ça c'est b dans le cas où
justement nous y aurait pas de couverts
de sol
par exemple où il ya un tassement de sol
sol qui pourrait se refermer
quand le sol est complètement décousu
par des racines
je dirais quasi d'une 1er janvier au 31
décembre il n'y a aucun souci à avoir de
ce côté là après
il y a quand même
une petit souci qui a été qui est
observé que moi j'ai pu observer chez
moi mais qui a été qui est observé je
m'aperçois dans beaucoup de situations
beaucoup de fermes
c'est des problèmes de alors pas
forcément de carences mais de de
dysfonctionnements je dirais qu'ils
impliquent des 47 8 dont des blocages
dans le sol et qui fait que le sol ne
fonctionne pas forcément forcément aussi
bien que l'on
pour elle le pensait et
et là justement c
pour ma part c'est justement à
l'utilisation d'un carbonate bien précis
d'une l'assemblage de poudre de roche là
qui a permis de débloquer justement la
situation et qui a permis justement
cette augmentation de rendement
c'est vrai que ça a été pendant un petit
moment un petit souci qui
qui a été qui a été dit zone
ou qui est encore un problème je
m'aperçois
sur pas mal de ferme
en bio comme comme un homme bio et après
avoir fait deux
multiples décès notamment avec à
grenoble depuis depuis le début depuis
quasi une quinzaine d'années
on a essayé énormément de produits et la
plupart des produits
où il n'a mené à rien ou ceux qui
étaient encore pires
souvent on a trouvé des produits qui
nous faisait baisser le rendement par
rapport aux témoins 0 voilà et ça c'est
vrai que c'était quand même ça toujours
été assez inquiétant de voir qu un
fertilisant vendus dans le commerce peut
faire baisser le rendement on a pu le
voir aussi avec la zot puisque la zot
surutilisé fait baisser le rendement et
ça c'est quelque chose qu'on observe
tous les angles suite à des courbes de
réponse à l'azoté
on voit que remontent les quantités
d'azoté le rendement menthe et puis il
arrive au moment où on continue de
monter la zot et le rendement en baisse
pour la courbe s'inverse
donc voilà l'excès de fertilisation
azotée comme mais apparemment d'autres
systèmes aussi peuvent nuire au bon
fonctionnement du sol
voilà etc et c'est justement
on a fini par trouver un assemblage de
carbonate qui mais qui a permis
justement de résoudre ces problèmes là
qui fonctionne très bien tant sur le sol
que sur les animaux pour l'élevage
alors la plus grande satisfaction
bon ben il y en a plus y en a plusieurs
il y en a plusieurs c'est c'est de voir
ces deux voire dix hommes
je pense que la première c'est surtout
le sol passe pour les vrais man on est
vraiment petit
face au sol c'est vrai que le sol à une
faculté considérable à se reconstruire a
vraiment à reprendre disons reprendre
cette cette fertilité qu'il avait
progressivement perdu
ça c'est quelque chose qui est
remarquable
devoir également que la satisfaction
d'être dans un système qui protège b nos
trois ressources qui protège dont bien
sûr le sol qui protège l'eau aussi
puisque avec des systèmes et ce cvb
la qualité de l'eau dans les nappes dans
les rivières elle est relativement
préservé et
et qui protège l'air aussi puisque avec
une augmentation assez considérable de
de burma se produite à l'hectare mais
le système devienne vraiment
le
un piège à carbone et des zones
et on séquestre énormément de de carbone
au sol ce qui nous amène justement cette
fertilité par le par le biais de cette
matière organique qui qui est en
augmentation dans le son non non disons
que
e
exceptionnellement mais ce qui est
relativement rare exception d
exceptionnellement pour le démarrage
d'un couvert ou sa réussite l'été
ça peut arriver mais en définitive c'est
arrivé qu'une fois parce que mais il
faut quand même de l'oci pour irriguer
les cultures de printemps donc
voilà un nom en général les couverts
d'été se contente de la pluviométrie
naturel estivale alors la plus grande
déception
il faut que je réfléchisse un peu parce
que c'est vrai les réussites mais on les
voit les déceptions voire la plus grande
déception à la limite elle est pas
forcément personnel est surtout de voir
que le système est encore très très
critiquée par l'ensemble de la
profession et
et trop peu utilisé c'est très compliqué
de changer des habitudes de voilà bon là
c'est maintenant c'est vrai que bon moi
je m'acharne plus trop là dessus et des
agriculteurs font ce qu'ils veulent ils
sont maîtres chez eux
bon après c'est vrai qu'il faut avouer
que il ya tout un tout un climat qui
fait que que rien n'est de développement
que ça soit le la politique des
coopératives des chambres d'agriculture
des
du syndicalisme c'est vrai il faut
avouer qu'ils vont pas trop dans ce sens
quoi alors belle ambition là actuelle
c'est d'aller encore plus loin
dans l'augmentation du rendement parce
qu'on voit que maintenant justement en
en s'appliquant encore plus sur les
sur les couverts notamment on voit qu'on
a une
une progrès une marge de progression et
et en même temps qu'à même temps une
je suis convaincu que l'on va aller
encore plus loin dans la baisse des
intrants notamment dans la chimie en
particulier et le but c'est de la deûle
à diminuer au maximum et voire dans
certains cas sans passer là aujourd'hui
on est conscient que
mais que c'est tout à fait possible et
voilà tout en se gardant sans forcément
passer dans le bio parce que justement
de se garder cette petite part de dechy
mis sous le coude voilà pour mes se
débarrasser par exemple d'une halle
dentiste qui devient gênante et voilà et
c'est un peu l'objectif la d'aujourd'hui
c'est d'aller là d'aller encore plus
loin dans la baisse de
au niveau de la chimie et l'augmentation
des rendements y compris les autos si on
sait très bien qu'avec découvert de
mieux en mieux adapté
on pourra et un sol qui deviennent de
plus en plus fertiles
on pourra continuer progressivement à
abc les quantités et les quantités
d'azoté
oui bon je suis président d'un c'est
allah dans les hautes-pyrénées donc il
fait partie d'un gros doc et c'est vrai
que les daims società justement la
majorité sont en semis direct sous
couvert bon ce sont il ya beaucoup
d'éleveurs d'ailleurs dans ce groupe et
voilà la satisfaction c'est de voir que
que le système fonctionne et que des
agriculteurs progressent à leur vitesse
et bien sûr mais progresse alors
important
oui oui c'est sûr mais des hommes que
l'élevage va nous permettre justement de
d'aller plus loin dans la réduction des
intrants notamment de la fertilisation
azotée puisque en travaillant
encore mieux justement les effluents
notamment les fumiers en compost
je pense qu'on pourra
aller encore plus loin dans la réduction
de la fertilisation azotée et je pense
que alors bon le but recherché un jour
c'est peut-être d'arriver à faire
carrément l'impasse d'être suffisamment
autonomes en azote
pour le moment on n'y est pas encore
mais c'est vrai que là aussi on a une
marge de progression notamment en
traitant les en traitant les effluents
puisque là aussi il ya du travail qui
est fait et
et on commence à voir des résultats qui
qui sont assez intéressants mais il ya
une partielle qui est planté
une parcelle de 4 hectares a été plantés
l'an dernier
voilà c'est une parcelle de prairies qui
est un peu à l'écart de la ferme
donc une ennemie bremen irrigué dont
elle a été planté dans le but de
de produire des plaquettes des
plaquettes qui serait utilisée sur la
ferme notamment pour la litière des
animaux et
et bien sûr qu'ils reviendraient après
sous forme de compost sur les sols sur
les sols cultivés
voilà alors après aller plus loin dans
l'agroforesterie bon pour le bon mal de
points d'interrogation c'est le drainage
des sols puisque la ferme
et drainer et drainer parce qu'elle est
quand même
très hydromorphes c'est l'hymne qui sont
pas leurrer mais c'est pas évident à
maîtriser
hélas aujourd'hui bon planter des arbres
sur des sols sur des parcelles drainé
mais on ne sait pas faire puisque au
bout de très peu de temps mais les le
dren serait complètement bouché c'est
pour ça que la bon pour le moment mais
on se contente de ses quatre hectares et
puis bon après on verra plus tard
ou peut-être les six ce qui est envisagé
c'est quand même de planter les les
bandes enherbées toutes les bandes
enherbées que ce soit le long des
rivières de la rivière ou des fossés
ruisseau notamment le projet c'est de
les planter un peuplier puisque le
peuplier c'est un bce une essence à
croissance rapide
donc
voilà ça c'est un projet alors voilà
peuplier ou pour le déroulage ou pour
les plaquettes bon à voir sans rentrer
dans le détail ce qu'il faut savoir
c'est que pour faire du maïs par exemple
il faut un maximum de légumineuses bon
c'est vrai que la féverole ici c'est la
plante passe partout mais bon après
voilà en fonction des en fonction des
types de sols
après chacun on fait avec ce qui ce qui
fonctionne bien chez lui alors ça peut
être des ves ça peut être des poids
voilà il yad autres légumineuses et à la
limite bon un tout petit peu de de
graminées et pour le soja
là c'est plutôt inverse là là je pars
sur une base de 80 % de de graminées de
céréales et un peu de légumineuses pour
amener quand même un peu d'azoté à la
hausse aux gens

Partager sur :