Différences entre les versions de « Chanvre »

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
m
Balise : Éditeur de wikicode 2017
Ligne 123 : Ligne 123 :


===Fertilisation===
===Fertilisation===
L’apport de soufre et de magnésium n’est normalement pas nécessaire dans les régions où la culture du chanvre est traditionnelle. La carence en soufre se manifeste par une décoloration jaunâtre des feuilles, mais aussi parfois violette sur la tige.
'''Soufre et magnésium''' : L’apport de soufre et de magnésium n’est normalement pas nécessaire dans les régions où la culture du chanvre est traditionnelle. La carence en soufre se manifeste par une décoloration jaunâtre des feuilles, mais aussi parfois violette sur la tige.




Les besoins totaux en azote sont estimés à 120 U/ha pour un objectif de 8t/ha de paille, si l'eau n'est pas limitante. Il faut soustraire à cette valeur l'azote déjà présent dans le sol.  
'''Calcium''' : Le chanvre supporte mal les sols acides. Il est fortement déconseillé de l'implanter sur un sol de pH inférieur à 6, et en dessous de 6.5 il est nécessaire de chauler.


d'après un rapport de Terres Inovia<ref name=":1" /> la dose d'azote apportée au semis par les chanvriers en 2016 était d'en moyenne 100kg/ha, et 10% des chanvriers remettent ensuite une dose de 55kg/ha en moyenne<ref name=":1" />.


Terres Inovia (<nowiki>https://www.terresinovia.fr/-/la-fertilisation-azotee-du-chanvre</nowiki>) recommande d'apporter cette 2ème dose au stade 50cm, soit 5-6 paires de feuilles, en conditions sèches et sous forme solide<ref>Allard Louis-Marie (2019) "La fertilisation azotée du chanvre", Terres Inovia
'''Phosphore (P) et potasse (K)''' : Il faut au minimum couvrir les exportations de P et K par la culture, qui sont pour un rendement de 8 t/ha de paille et de 10 q/ha de chènevis :


https://www.terresinovia.fr/-/la-fertilisation-azotee-du-chanvre</ref>. Cela améliore le rendement en graines.
* Phosphore : 50 u/ha<ref name=":0" />
* Potasse : 150 u/ha<ref name=":0" />


l'excès d'azote retarde la récolte, allonge le temps de séchage et rend la séparation de la fibre plus difficile


<br />
'''Azote''' : Les besoins totaux en azote sont estimés à 120 U/ha pour un objectif de 8t/ha de paille, si l'eau n'est pas limitante. Il faut soustraire à cette valeur les reliquats d'azote déjà présents dans le sol.
 
On peut fertiliser en une seule fois avant ou au semis, ce qui permet de ne plus intervenir sur la culture ensuite ou alors en deux fois. D'après un rapport de 2016, la dose d'azote apportée au semis par les chanvriers était d'en moyenne 100kg/ha, et 10% des chanvriers remettent ensuite une dose de 55kg/ha en moyenne<ref name=":1" /> pour améliorer le rendement en graines. Terres Inovia recommande d'apporter cette 2ème dose au stade 50cm, soit 5-6 paires de feuilles, en conditions sèches et sous forme solide<ref>Allard Louis-Marie (2019) "La fertilisation azotée du chanvre", Terres Inovia
 
https://www.terresinovia.fr/-/la-fertilisation-azotee-du-chanvre</ref>. 
 
L'excès d'azote favorise un un taux d'humidité excessif dans les tiges et les graines, retarde la récolte, allonge le temps de séchage et rend la séparation de la fibre plus difficile.
 
 
Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le <u>'''[https://interchanvre.org/documents/5.actu_presse/documents_de_reference/Guide_chanvre_2020_Terres-Inovia.pdf guide de culture de Terres Inovia]'''</u>.<br />


===Semis===
===Semis===
Ligne 180 : Ligne 188 :
*Botrytis
*Botrytis
*Rhizoctone
*Rhizoctone




Ligne 220 : Ligne 229 :
Si vos parcelles sont touchées, déclarez le dans [https://www.terresinovia.fr/-/enquete-de-surveillance-orobanche-rameuse-participer-et-visualiser-les-zones-a-risque <u>'''leur enquête de surveillance'''</u>].
Si vos parcelles sont touchées, déclarez le dans [https://www.terresinovia.fr/-/enquete-de-surveillance-orobanche-rameuse-participer-et-visualiser-les-zones-a-risque <u>'''leur enquête de surveillance'''</u>].


Une liste des nuisibles potentiels du chanvre est disponible sur le site '''Ephytia''', par l’INRAe : à <u>'''[http://ephytia.inra.fr/fr/C/24244/Vigi-Semences-Chanvre cette adressse]'''</u>.              
Une liste des nuisibles potentiels du chanvre est disponible sur le site '''Ephytia''', par l’INRAe : à <u>'''[http://ephytia.inra.fr/fr/C/24244/Vigi-Semences-Chanvre cette adressse]'''</u>.                              


===Récolte===
===Récolte===
Ligne 229 : Ligne 238 :
*Pour une valorisation en construction, on récolte début septembre, en mode battu. En deux fois avec une moissonneuse batteuse surélevée au maximum pour les graines, puis la fauche. Ou en une seule fois avec une machine qui fait les deux. Il s’agit de trouver un compromis entre le nombre de passages dans la parcelle, la taille des brins de paille, et la qualité de la paille et du chènevis.
*Pour une valorisation en construction, on récolte début septembre, en mode battu. En deux fois avec une moissonneuse batteuse surélevée au maximum pour les graines, puis la fauche. Ou en une seule fois avec une machine qui fait les deux. Il s’agit de trouver un compromis entre le nombre de passages dans la parcelle, la taille des brins de paille, et la qualité de la paille et du chènevis.


Si on veut récolter les graines il faut attendre leur maturation 4 à 6 semaines<ref name=":0" /> après la pleine floraison , donc vers la fin septembre mais l’arrivée de la pluie à l’automne complique ou empêche parfois la récolte. La date idéale de récolte du chènevis est délicate à trouver car il y a de gros écarts de maturité entre les plantes et dans l’inflorescence même. Les tiges doivent être défoliées, les graines les plus basses perdent leur enveloppe, et on doit avoir moins de 10% de graines vertes dans l’inflorescence.
Si on veut récolter les graines il faut attendre leur maturation 4 à 6 semaines<ref name=":0" /> après la pleine floraison , donc vers la fin septembre mais l’arrivée de la pluie à l’automne complique ou empêche parfois la récolte. La date idéale de récolte du chènevis est délicate à trouver car il y a de gros écarts de maturité entre les plantes et dans l’inflorescence même. Les tiges doivent être défoliées, les graines les plus basses doivent perdre leur enveloppe, et les plus haute doivent être au stade pâteux.
 
<br />
[[Fichier:Comparaison des différents systèmes de récolte du chènevis en France.jpg|alt=Comparaison des différents systèmes de récolte du chènevis en France|centré|vignette|600x600px|Comparaison des différents systèmes de récolte du chènevis en France<ref>Legros Sandrine (septembre 2013) "Chanvre industriel - Le débouché impose le mode de récolte", ''Perspectives agricoles n°403 p29''
 
https://www.perspectives-agricoles.com/file/galleryelement/pj/17/89/c5/52/403_1555702074819073629.pdf</ref>]]
 


Après la fauche, la paille est laissée au sol 10 à 20 jours pour rouir, ce qui permet la séparation des fibres et de la chènevotte, et sécher. Deux ou trois passages d’andaineur sont nécessaires pour homogénéiser le séchage. D’autres préfèrent le faneur qui accélérerait l’action des microorganismes responsables du rouissage en blessant les tiges. Un bon séchage permet de perdre la couleur verte de la fibre et d’obtenir le taux d’humidité adapté à la transformation (15% d’humidité maximum<ref name=":0" /> )
Après la fauche, la paille est laissée au sol 10 à 20 jours pour rouir, ce qui permet la séparation des fibres et de la chènevotte, et sécher. Deux ou trois passages d’andaineur sont nécessaires pour homogénéiser le séchage. D’autres préfèrent le faneur qui accélérerait l’action des microorganismes responsables du rouissage en blessant les tiges. Un bon séchage permet de perdre la couleur verte de la fibre et d’obtenir le taux d’humidité adapté à la transformation (15% d’humidité maximum<ref name=":0" /> )
Ligne 251 : Ligne 266 :


*Cycle court de 100 jours, donc libère le sol tôt pour le blé par exemple.
*Cycle court de 100 jours, donc libère le sol tôt pour le blé par exemple.
Etalement de la charge de travail pendant le printemps et l’été mais organisation importante à la récolte.
Etalement de la charge de travail pendant le printemps et l’été mais organisation importante à la récolte.


Ligne 271 : Ligne 287 :


De plus, il existe une aide couplée pour le chanvre dans la nouvelle PAC.
De plus, il existe une aide couplée pour le chanvre dans la nouvelle PAC.
<br />
[[Fichier:Chanvre triple performance Interchanvre.jpg|alt=Triple performance du chanvre|centré|vignette|500x500px|Triple performance du chanvre<ref>InterChanvre, "La culture"
https://interchanvre.org/la_culture
<br /></ref>]]
<br />


==Annexes==
==Annexes==

Version du 12 juillet 2022 à 13:07

(image en en-tête ; auteur : Hermann Adolf Köhler, extraite de Les Plantes médicinales, 1887)
Production


Le chanvre, Cannabis sativa L. , de la famille des Cannabacées, est une plante originaire d’Asie et cultivée depuis le Néolithique. Il a de très nombreuses utilisations, parmi lesquelles on trouvait traditionnellement la fabrication de textiles, de cordages et de papier, le fourrage pour les animaux.


L'appellation "chanvre" est utilisée pour la plante et la fibre à fin industrielle, tandis que le nom "cannabis" est utilisé pour la drogue ou l'utilisation médicale. Les différentes variétés de chanvre contiennent en effet plus ou moins de THC (tétrahydrocannabinol), qui a des effets psychotropes. Il est légal en France de cultiver les variétés contenant moins de 0,2% de THC (0,3% à partir de 2023).

La surface cultivée en chanvre en France a chuté drastiquement du XIXème au XXème siècle : de 176 000 ha [1] à moins de 1000ha [2]à cause notamment de la réglementation sur les stupéfiants. Mais aujourd’hui il s’agit à nouveau d’un secteur en plein développement donc la France est le leader européen. Il offre en effet de nombreuses opportunités pour une agriculture et une industrie plus durable.

Le chanvre demande peu d’interventions sur les parcelles, aucun pesticide, pousse rapidement et permet de diversifier les rotations. De plus, il se valorise presque intégralement : graines, fibres et moelle sont utilisés dans l’alimentation humaine, la cosmétique, l’industrie textile et automobile, la construction...

Seule difficulté : la réglementation autour du chanvre est très stricte car il contient du tétrahydrocannabinol (THC), molécule responsable des effets psychotropes du cannabis.

Description

Le plant de chanvre a généralement une seule tige creuse de 3 à 4m de haut. Il possède une racine pivotante et système radiculaire très développé, ainsi que des feuilles pétiolées aux folioles de tailles inégales. Il existe des variétés monoïques (un seul pied possède des fleurs mâles et femelles) et des variétés dioïques (certains pieds sont femelles et d’autres mâles). Sur un chanvre monoïque, les fleurs femelles sont disposées en cyme  au sommet de la tige et les fleurs mâles en grappe sur sa partie apicale.

Plants de chanvre
Plants de chanvre


Les produits tiré du chanvre sont :

  • La graine, appelée chènevis.
  • La fleur femelle non fécondée, autorisée en France à partir de 2022
  • La partie ligneuse, ou moelle, appelée chènevotte.
  • La fibre, qui correspond à l’écorce de la tige.
  • La poudre, sous produit du défibrage de la paille.

Produits et débouchés

Cette plante ligneuse et oléagineuse est quasiment intégralement valorisée. En France, la contractualisation avec un transformateur est obligatoire. L’agriculteur lui vend directement ses produits.

Fibre

Textile : bâches, cordes et ficelles…

Produits industriels

Vêtements, chaussures

Fibres du chanvre séparés de la moelle, ou chènevotte
Fibres du chanvre séparés de la moelle, ou chènevotte

Chènevotte

Litière pour animaux

Paillis, terreaux (aussi les feuilles)

Ecoconstruction : parpaings, isolation thermique, béton…

Plasturgie en automobile, en emballage (plastiques renforcés de chanvre ou chanvre mêlé à d’autres fibres : lin, sisal..)

Papier : filtre, cigarettes, papier journal…


Graine/ Chènevis

Alimentation humaine (riche en oméga 3 et 6, et protéines, très équilibrée et adaptée aux besoins humains)

Alimentation animale (oiseaux et poissons notamment)

Cosmétique

Peintures, vernis, solvant


Fleur

La production de cannabidiol (CBD) à partir des inflorescences de chanvre est autorisée en France à partir de 2022. Cependant, seule la récolte sous contrat avec des industriels est possible et non la vente en circuits courts ou en direct.

Il faut dans ce cas choisir une variété à haute teneur en CBD.


Poudre

Amendement organique

Combustible pour chaudière

Réglementation

A cause de la présence dans le chanvre de THC, molécule responsable des effets psychotropes du cannabis, la culture de cette plante est très réglementée et surveillée, à l’échelle européenne et française :

  • Seules certaines variétés sont autorisées à la production et commercialisation. Vous pouvez trouver le 36ème Catalogue commun des variétés des espèces agricoles publié par la Commission Européenne ici.
  • Elles doivent contenir moins de 0,2% de THC. A partir de janvier 2023, la imite passera à 0,3%[3] .
  • Approvisionnement en semences auprès d’organismes agréé : en France la Coopérative Centrale des Producteurs de Semences de Chanvre (CCPSC)
  • Les certificats présents sur les sacs de semences achetées doivent être envoyés avec la déclaration PAC pour toucher les aides directes.
  • De façon générale, il est essentiel de conserver ces certificats car ils prouvent le caractère licite de la culture.
  • 30% de la surface nationale en chanvre est contrôlée chaque année (échantillonnage dans les parcelles et dosage du THC). Généralement en juillet ou août.

De plus, la loi EGaLim (2019) oblige la contractualisation avec une chanvrerie, qui collecte la production. Donc les producteurs sont obligés d’être proches des chanvreries dont les principales sont en Champagne-Ardenne, Bourgogne, Franche-Comté, Pays de la Loire, Ile-de-France, Basse-Normandie, Bretagne et Poitou-Charentes.

En France, la CCPSC :

  • demande de remplir une déclaration sur l'honneur de positionnement géographique de la culture et la transmet aux forces de l'ordre.
  • recommande de prévenir la brigade de gendarmerie dont vous dépendez.

La France a adopté en 2022 une nouvelle réglementation sur les feuilles et fleurs de chanvre pour s’aligner sur la réglementation européenne :

  • Les agriculteurs ont le droit de produire les feuilles et fleurs et de les vendre à des industriels.
  • Ils ont interdiction de les transformer eux même et de les vendre en circuit court.

Culture

Période et climat

Les dates de semis et de récolte varient selon la variété et le débouché recherché (paille ou graine), mais la culture a généralement lieu d’avril à septembre.

Le chanvre ne nécessite pas d’irrigation si les pluies sont régulières, et surtout si le sol est profond.

Type de sol

Quasiment tous les types de sols conviennent au chanvre même s’il préfère les sols profonds, peu acides et frais. Le développement risque d’être hétérogène dans les sols hydromorphes, tassés ou lourds.

En 2016, 70% du chanvre français était cultivé sur des limons argileux, des argilo-calcaire et des craies de Champagne[4]. De plus, 45% étaient dans des sols de moins de 30cm, et 38% dans des sols de 30 à 60cm[4]


Fertilisation

Soufre et magnésium : L’apport de soufre et de magnésium n’est normalement pas nécessaire dans les régions où la culture du chanvre est traditionnelle. La carence en soufre se manifeste par une décoloration jaunâtre des feuilles, mais aussi parfois violette sur la tige.


Calcium : Le chanvre supporte mal les sols acides. Il est fortement déconseillé de l'implanter sur un sol de pH inférieur à 6, et en dessous de 6.5 il est nécessaire de chauler.


Phosphore (P) et potasse (K) : Il faut au minimum couvrir les exportations de P et K par la culture, qui sont pour un rendement de 8 t/ha de paille et de 10 q/ha de chènevis :

  • Phosphore : 50 u/ha[2]
  • Potasse : 150 u/ha[2]


Azote : Les besoins totaux en azote sont estimés à 120 U/ha pour un objectif de 8t/ha de paille, si l'eau n'est pas limitante. Il faut soustraire à cette valeur les reliquats d'azote déjà présents dans le sol.

On peut fertiliser en une seule fois avant ou au semis, ce qui permet de ne plus intervenir sur la culture ensuite ou alors en deux fois. D'après un rapport de 2016, la dose d'azote apportée au semis par les chanvriers était d'en moyenne 100kg/ha, et 10% des chanvriers remettent ensuite une dose de 55kg/ha en moyenne[4] pour améliorer le rendement en graines. Terres Inovia recommande d'apporter cette 2ème dose au stade 50cm, soit 5-6 paires de feuilles, en conditions sèches et sous forme solide[5].

L'excès d'azote favorise un un taux d'humidité excessif dans les tiges et les graines, retarde la récolte, allonge le temps de séchage et rend la séparation de la fibre plus difficile.


Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le guide de culture de Terres Inovia.

Semis

On sème le chanvre de début avril à début mai, quand le sol est ressuyé et réchauffé : 10 à 12°C. Un semis précoce favorise un bon rendement en paille.

On utilise un semoir à céréales pour semer à 2-3cm de profondeur. Une densité de semis de 40 à 50 kg/ha permet un peuplement de 200 à 250 plantes levées/m²[2] , sachant que plus la densité est élevée, plus les tiges seront courtes et fines. Ensuite, si c’est possible il est utile de faire un roulage qui favorise la germination et nivelle le sol pour la récolte.

ATTENTION :  il faut conserver les étiquettes des semences pour prouver qu'elles sont autorisées !


Irrigation

Le chanvre ne nécessite pas d'irrigation quand les pluies sont fréquentes et résiste bien à la sécheresse, notamment si le sol est profond.

En cas de fort risque de sécheresse :

  • l'irrigation avant ou pendant la floraison permet d'assurer ou d'augmenter le rendement en paille de 3t/ha/100mm[2].
  • l'irrigation à la fin de la floraison ou après permet une majoration du rendement de 6.5q/ha/100mm[2].

L'irrigation peut donc permettre de respecter le contrat passé avec l'industriel, et les coûts supplémentaires sont bien couverts par les gains.  Cependant l’interprofession française du chanvre vise à développer cette culture pour ses qualités environnementales, donc elle conseille de garder l’irrigation comme mesure exceptionnelle.


Ravageurs, maladies et adventices

Les ravageurs du chanvre causent rarement de gros dégâts, mais il est bon de les surveiller :

  • Punaises : en phase de maturation des graines elles peuvent causer leur chute précoce.
  • Noctuelles défoliatrices
  • Limaces noires et grises
  • Mouche mineuse
  • Altise du chanvre
  • Tipule


De même le chanvre peut être infecté par quelques maladies, mais elles ne causent pas de perte de rendement car les populations de chanvres cultivées aujourd’hui sont génétiquement diversifiées et donc robustes.

  • Sclerotinia
  • Botrytis
  • Rhizoctone


Le chanvre n'a normalement pas besoin d'herbicide car il lève et couvre rapidement le sol, mais on peut faire un faux-semis préventif. Sinon, il est possible de désherber mécaniquement avec une herse étrille de grande largeur.

Orobanche en fleurs (Terres Inovia)


L’orobanche est actuellement la principale menace pour le chanvre. Il s’agit d’une plante parasite qui absorbe les nutriments du plants de chanvre grâce à des suçoirs placés sur ses racines. En cas d’infestation importante, toute la culture peut être perdue.

Pour plus d'informations, consultez notre page sur l'Orobanche rameuse sur chanvre.

Il n’existe actuellement pas de traitement efficace contre l'orobanche, et ses graines peuvent rester actives 10 ans dans le sol (TAD de 20 à 30%)[6]. Mais sur des parcelles faiblement infestées il est possible de cultiver la variété ORION 33, qui est pour l’instant la seule variété résistante. Elle n’est pas insensible à ce parasite mais a 10 à 20 fois moins[2] de chance d’être infectée  et permet une récolte acceptable.

Pour le reste, il faut surtout empêcher la colonisation :

  • Réduire la densité de semis
  • Désherber soigneusement entre les cultures de la rotation. De nombreuses adventices dicotylédones sont des hôtes de l’orobanche :  l’alchémille des champs, le gaillet gratteron, les géraniums, les laiterons, le liseron des champs, la matricaire, la mercuriale annuelle, la pensée, les renouées, la véronique des champs…
  • espacer les cultures de chanvre dans les rotations
  • éviter les plantes hôtes dans la rotation : colza, tabac, tournesol, melon
  • favoriser les “faux-hôtes”, c'est -à -dire que l’orobanche germe mais ne se fixe pas sur les racines du “faux-hôte” et donc meurt. : maïs, lin, pois, sorgho.

Si l’orobanche est observée dans les parcelles :

  • Détruire les pieds infectés avant que l’orobanche forme des fruits. Le mieux est d’arracher l’orobanche et de la mettre dans un sac poubelle.
  • Réaliser la récolte de la parcelle infectée en dernier
  • Nettoyer soigneusement le matériel de travail du sol et le machines de récolte pour éviter de contaminer les autres parcelles
  • Ne pas broyer les pailles, cela risque de disséminer les graines d’orobanche dans l’air.


Terres Inovia surveille la progression de l’orobanche en France. Actuellement elle est présente dans la Champagne-Ardenne, la Haute Saône, et le Maine et Loire..

Si vos parcelles sont touchées, déclarez le dans leur enquête de surveillance.

Une liste des nuisibles potentiels du chanvre est disponible sur le site Ephytia, par l’INRAe : à cette adressse.

Récolte

Les dates et méthodes de récolte dépendent des produits que l’on souhaite obtenir, qui sont définis par le contrat passé avec le l’industriel acheteur.

  • Pour l'industrie textile, on a besoin de fibres longues de 2m, récoltées à la floraison donc généralement vers mi-août. La récolte se fait en mode non-battu, c'est-à-dire que toute la plante est fauchée.
  • Pour une valorisation en construction, on récolte début septembre, en mode battu. En deux fois avec une moissonneuse batteuse surélevée au maximum pour les graines, puis la fauche. Ou en une seule fois avec une machine qui fait les deux. Il s’agit de trouver un compromis entre le nombre de passages dans la parcelle, la taille des brins de paille, et la qualité de la paille et du chènevis.

Si on veut récolter les graines il faut attendre leur maturation 4 à 6 semaines[2] après la pleine floraison , donc vers la fin septembre mais l’arrivée de la pluie à l’automne complique ou empêche parfois la récolte. La date idéale de récolte du chènevis est délicate à trouver car il y a de gros écarts de maturité entre les plantes et dans l’inflorescence même. Les tiges doivent être défoliées, les graines les plus basses doivent perdre leur enveloppe, et les plus haute doivent être au stade pâteux.


Comparaison des différents systèmes de récolte du chènevis en France
Comparaison des différents systèmes de récolte du chènevis en France[7]


Après la fauche, la paille est laissée au sol 10 à 20 jours pour rouir, ce qui permet la séparation des fibres et de la chènevotte, et sécher. Deux ou trois passages d’andaineur sont nécessaires pour homogénéiser le séchage. D’autres préfèrent le faneur qui accélérerait l’action des microorganismes responsables du rouissage en blessant les tiges. Un bon séchage permet de perdre la couleur verte de la fibre et d’obtenir le taux d’humidité adapté à la transformation (15% d’humidité maximum[2] )

Les brins de paille longs doivent être pressés en balles rondes. Les brins courts peuvent être pressés en balles rondes ou carrées.

Atouts de la culture du chanvre

Le chanvre se développe comme culture de diversification, grâce à ses qualités agronomiques, et à ses débouchés qui se multiplient. C’est une culture de choix pour une agriculture durable.

  • Pas de traitements phytosanitaires en cours de culture
  • Pas ou peu d’irrigation
  • Habitat pour les carabidés et les araignées qui sont des prédateurs des ravageurs de cultures
  • Bonne tête de rotation avant une céréale car bonne pompe à nitrates. Aussi bien que de la luzerne ou des pois.
  • Amélioration de la structure des sols et l’infiltration des grosses pluies grâce à son système racinaire.
  • Rupture du cycle des adventices entre deux culture d’hiver grâce à une levée rapide et un couvert dense
  • Cycle court de 100 jours, donc libère le sol tôt pour le blé par exemple.

Etalement de la charge de travail pendant le printemps et l’été mais organisation importante à la récolte.

  • Valorisable à 100%. Avec toujours des débouchés de plus en plus nombreux et variés.


Aspects économiques

D’après Terres Inovia, les rendements varient en fonction des sols :

  • 4 à 8 t/ha de paille en terres argilo-calcaires superficielles
  • 8 à 12 t/ha en terres profondes (terres de marais, Champagne crayeuse) (https://interchanvre.org/documents/5.actu_presse/documents_de_reference/Guide_chanvre_2020_Terres-Inovia.pdf)

D’après TechniChanvre, la moyenne est de 7 à 8t/ha en paille et 500kg à 1.5t/ha de chènevis[8]

Une marge brute de l’ordre de 1000 €/ha peut être obtenue dès lors que le rendement est de 6,4 t/ha de paille et de 0,9 t/ha de chènevis[2].

De plus, il existe une aide couplée pour le chanvre dans la nouvelle PAC.


Triple performance du chanvre
Triple performance du chanvre[9]


Annexes

  1. Perrot Catherine (2021) "Le chanvre : de nouvelles opportunités pour les agriculteurs ?", PleinChamp https://www.pleinchamp.com/actualite/le-chanvre-de-nouvelles-opportunites-pour-les-agriculteurs
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 2,7 2,8 et 2,9 Terres Inovia (2020) Guide de Culture - Chanvre https://interchanvre.org/documents/5.actu_presse/documents_de_reference/Guide_chanvre_2020_Terres-Inovia.pdf
  3. WA (2021) "La PAC fixe le taux de THC à 0,3 % dans le chanvre en Europe" , Weeactualités https://weedactualite.com/pac-fixe-taux-thc-0-3-chanvre-europe/
  4. 4,0 4,1 et 4,2 Terres Inovia (2016), "ENQUETE CULTURALE CHANVRE 2016"https://www.terresinovia.fr/documents/20126/157445/Resultats-chanvre_enquetes_synthetique_2016.pdf/e97cddfd-751a-ecce-a026-5615314d55a5?t=1552049224454
  5. Allard Louis-Marie (2019) "La fertilisation azotée du chanvre", Terres Inovia https://www.terresinovia.fr/-/la-fertilisation-azotee-du-chanvre
  6. AgriFind, "Orobanche rameuse sur chanvre" https://www.agrifind.fr/alertes/chanvre/chanvre-orobanche/#description
  7. Legros Sandrine (septembre 2013) "Chanvre industriel - Le débouché impose le mode de récolte", Perspectives agricoles n°403 p29 https://www.perspectives-agricoles.com/file/galleryelement/pj/17/89/c5/52/403_1555702074819073629.pdf
  8. Technichanvre, "Le chanvre : culture écologique et durable" http://www.technichanvre.com/informations/le-chanvre-culture-ecologique-et-durable/#:~:text=Le%20chanvre%20est%20une%20culture,%E2%80%93%2055%20kg%2Fha)
  9. InterChanvre, "La culture" https://interchanvre.org/la_culture
Partager sur :