Différences entre les versions de « Aléa annuel faible d'érosion des sols »

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Balise : Éditeur de wikicode 2017
m
Balise : Éditeur de wikicode 2017
Ligne 17 : Ligne 17 :


Les données d’entrée du modèle sont les suivantes :  
Les données d’entrée du modèle sont les suivantes :  
* la battance et l’érodibilité des sols
* la [[Battance des sols|battance]] et l’érodibilité des sols
* la topographie
* la topographie
* l’occupation du sol : CORINE Land Cover 2000
* l’occupation du sol : CORINE Land Cover 2000
Ligne 24 : Ligne 24 :




Cinq types d’aléas ont ainsi été définis : aléa très fort, fort, moyen, faible, très faible ou nul.


A chaque maille de 100 mètres de coté est attribué un code, issu d’un calcul pondéré des différents paramètres. Cinq types d’aléas ont ainsi été définis : aléa très fort, fort, moyen, faible, très faible ou nul.


Cet indicateur représente l’aléa d’érosion des sols annuel et selon les saisons printemps, été, automne et hiver.
==Recommandations d’utilisation==
L’aléa d’érosion estimé n’est pas assez précis pour être utilisé au niveau local, dans des documents d’urbanisme type POS, PLU, ou dans des cartographies des zonages de risques demandées par le préfet. L’aléa d’érosion estimé ne peut absolument pas être interprété à l’échelle d’un versant, par exemple. L’unité minimale d’interprétation de l’aléa recommandé est la commune.


Cet indicateur représente l’aléa d’érosion des sols annuel et selon les saisons printemps, été, automne et hiver.


L’utilisation de données de battance et d’érodibilité plus précises est vivement recommandée pour réaliser des zonages précis à l’échelle locale.





Version du 18 janvier 2021 à 17:14

Aléa érosif des sols estimé à l’aide du modèle Mesales. Source : Gis Sol – Inra – SOeS, 2010


L’érosion hydrique résulte de la dégradation des couches superficielles des sols et du déplacement des matériaux les constituant, souvent renforcé par les modifications paysagères apportées par l’homme. L’aléa d’érosion des sols est la probabilité d’occurrence de ce phénomène naturel d’intensité donnée.


Définition

La carte de l’aléa érosion est construite à partir de l’analyse combinée de la sensibilité des sols à l’érosion (critères intrinsèques au sol), et du facteur pluie, qui résulte des moyennes de pluies et de l’intensité.

L’aléa d’érosion a été estimé à partir du modèle MESALES (Modèle d’Evaluation Spatiale de l’ALéa Erosion des Sols) développé à l’Inra d’Orléans.

Les données d’entrée du modèle sont les suivantes :

  • la battance et l’érodibilité des sols
  • la topographie
  • l’occupation du sol : CORINE Land Cover 2000
  • les précipitations : hauteur et intensité
  • le type de culture dominant


Cinq types d’aléas ont ainsi été définis : aléa très fort, fort, moyen, faible, très faible ou nul.


Cet indicateur représente l’aléa d’érosion des sols annuel et selon les saisons printemps, été, automne et hiver.


Recommandations d’utilisation

L’aléa d’érosion estimé n’est pas assez précis pour être utilisé au niveau local, dans des documents d’urbanisme type POS, PLU, ou dans des cartographies des zonages de risques demandées par le préfet. L’aléa d’érosion estimé ne peut absolument pas être interprété à l’échelle d’un versant, par exemple. L’unité minimale d’interprétation de l’aléa recommandé est la commune.


L’utilisation de données de battance et d’érodibilité plus précises est vivement recommandée pour réaliser des zonages précis à l’échelle locale.


Sources


Annexes

Partager sur :